Version classiqueVersion mobile

Maistre Pierre Pathelin

 | 
Denis Hüe
, 
Darwin Smith

Préhistoire du « Bee ! »

Bruno Roy

Texte intégral

  • 1 Édition Jean Dufournet, La Farce de Maître Pathelin, Paris, Flammarion, 1986, p. 164 (nous citons (...)

1Le moment de la rencontre entre le Juge et le Berger représente un des temps forts de l’action dramatique de la Farce de Maître Pathelin. Il s’amorce ainsi (v. 1301-2)1 :

Le Juge

Vien ça, dy !

Thibault

Bee !

Le Juge

Vecy angoisse !
Quel « bee » esse cy ? Suis je chievre ?

  • 2 Pathelin, p. 164.

2« Bee ! » tel est le mot-clé de la stratégie suggérée par Pathelin à son client. En se comportant comme un mouton, Thibault montrera qu’il est idiot, et donc non justiciable ; Pathelin, de son côté, se fait fort de convaincre le Juge de l’imbécillité de son client. « Quand on te questionnera », sug- gère-t-il (v. 1173-4)2 :

dy « Bee ! » — « Ha », feray je, « il est nice,
il cuide parler a ses bestes ».

  • 3 Pathelin, p. 150-2.

3À la comparution du Berger, tout se passe comme l’avait prévu l’avocat. Pathelin suggère au Juge que le témoin est fou, ou récalcitrant, ou carrément « bête »3 :

Croiez qu’il est fol ou testu,
Ou qu’il cuide estre entre ses bestes (v. 1305-06).

4La réaction du Juge, cependant, semble manquer de cohérence. Pourquoi, au lieu de « Suis-je un mouton ? » ou « Me prends-tu pour un mouton ? » demande-t-il plutôt « Suis je chievre ? » Cette brève réplique, qui n’a jamais retenu l’attention des critiques, recèle plus de sens qu’il n’y paraît à première vue ; nous l’examinerons de près.

Bêler, bégueter, être chèvre

  • 4 Dictionnaire historique de la langue française, 1992, p. 204a (s.v. Bêler), 203a (s.v. Begueter), 4 (...)
  • 5 Cf. Ambroise aré, Chirurgie, XIX, 20 : « Ils bellent comme les chevres » (cité par Littré, Diction (...)
  • 6 Le verbe « béguéter » est donné comme rare dans le Grand Robert, I, 923a.
  • 7 Les dictionnaires hésitent entre trois sens possibles : mettre bas (en parlant de la chèvre), émet (...)
  • 8 Pour le latin et le grec classiques, voir Wilhelm Wackernagel, Voces variae animantium. Ein Beitra (...)

5Les cris du mouton et de la chèvre présentent des similitudes certaines, qui se réflètent entre autres dans la terminologie. L’ancien français employait des mots différents pour désigner ces cris : « beler » ou « beeler » pour le mouton, et occasionnellement « begueter » ou « chevroter » pour la chèvre4. Mais l’analogie des cris a eu raison de la chèvre, qui est finalement passée dans le camp du mouton. Le verbe « bêler » occupe depuis longtemps non seulement le champ des ovinés mais aussi celui des caprins5 ; quant à « bégueter », seuls les cruciverbistes le connaissent et l’utilisent6. Corrélativement, « chevroter » a peine à trouver une définition stable7. Sans vouloir pousser les recherches plus loin qu’il n’est utile, il semble qu’il en soit de même dans plusieurs autres langues8.

  • 9 Pathelin, p. 165.

6Quand le Juge réagit au « Bee ! » inattendu du Berger en lui demandant : « Suis-je une chèvre ? » on croirait au premier abord que, conscient de la similitude des deux cris, il demande à son étrange interlocuteur de préciser sa… pensée. Si on n’était en contexte comique, on croirait qu’il cherche à savoir si le bêlement de Thibault se rapproche plus de celui du mouton que de celui d’une chèvre. Mais il faut rejeter une lecture aussi simpliste. En effet, le début de la réplique indique plutôt que, loin de plonger le Juge dans de profondes réflexions zoophonologiques, le « Bee ! » a surtout pour effet de le mettre en colère : « Vecy angoisse ! » (traduction de J. Dufournet : « C’est le comble ! »)9. Il faut donc interpréter autrement la scène. Je suggère que la parenté des cris entre les deux animaux est utilisée par le Juge pour introduire deux nouvelles données sémantiques : une locution connue à l’époque, et un jeu de mots dont le sens, qui devait n’être perceptible que dans le milieu d’origine du Pathelin, nécessite un éclairage historique.

  • 10 Cf. Giuseppe Di Stefano, Dictionnaire des locutions en moyen français, Montréal, Ceres, 1991, 417b (...)
  • 11 Pierre Servet (éd.), Le Mystère de la Résurrection, Angers (1456), Genève, Droz, 1993, p. 458.

7« Estre chievre » : cette locution n’a été relevée jusqu’ici en moyen français que sous la forme de son substitut classématique, « estre grue », qui signifie « être sot, stupide, naïf »10. On peut cependant citer ici un nouveau témoin, qui présente la grue et la chèvre en couple synonymique. Il s’agit d’un texte contemporain du Pathelin, le Mystère de la Résurrection. L’épisode où apparaît cette expression met en scène les notables juifs qui cherchent en vain Joseph d’Arimathie, après que celui-ci se s’est enfui miraculeusement de sa prison ; tout enragés de ne pas l’y trouver, les Juifs constatent qu’ils ont été bernés11 :

Par mon chief, nous en sommes grues
Ou chievres, ou je ne soy quoy ! (v. 9000-01)

  • 12 Pathelin, éd. cit. p. 164.

8On conclura de cette analogie textuelle que lorsque le Juge du Pathelin demande : « Suis-je une chèvre ? » il veut qu’on entende : « Tu bêles : me prends-tu donc pour un idiot ? ». Ainsi comprise, cette réplique serait en parfaite harmonie avec la dynamique de la scène. La colère du Juge va en effet s’amplifier à la réplique suivante, jusqu’à lui faire proférer une grossière imprécation (v. 1303-04)12 :

  • 13 J’adopte la ponctuation de l’édition Holbrook. Le « Et ! » interjectif revient à plusieurs reprise (...)

Sanglante fievre
Te doint Dieu ! Et !13 te mocques tu ?

Chèvre, Cabris, ou Capri ?

  • 14 Cf. P. Servet, Le Mystère…, p. 9-15.
  • 15 Cf. B. Roy, « Triboulet, Josseaume et Pathelin à la cour de René d’Anjou », dans Le Moyen Français(...)

9L’histoire critique du Pathelin montre qu’il est toujours imprudent d’interrompre l’exégèse de cet unicum avant d’avoir exploré toutes les pistes possibles. La mention de la chèvre à cet endroit nous a orientés vers une locution toute faite ; ne cacherait-t-elle pas un autre pli sémantique ? Avant de nous engager dans cette voie, signalons à titre préliminaire que le Mystère de la Résurrection, qui nous a fourni ci-dessus la clé de l’expression « estre chievre », est intimement associé à la ville d’Angers. En effet, plusieurs mentions d’archives attestent que le mystère a été représenté dans cette ville en 145614. La location « être chèvre » pourrait ainsi avoir valeur de régionalisme. Or, l’hypothèse d’une origine angevine du Pathelin a déjà été avancée15. Selon cette hypothèse, la composition et la création de la farce se situeraient à la cour du roi René d’Anjou vers la fin des années 1450 ; plusieurs particularités de la pièce ne s’expliquent qu’en référence à des personnages et à des faits historiques reliés à la cour d’Anjou. Dans cette optique, nous pensons que la réplique « Suis je chievre ? » est susceptible de cacher une allusion à des faits connus des premiers spectateurs de la farce, faits qui par la suite devinrent obscurs, ne laissant aux spectateurs des âges suivants que les miettes du sens littéral.

10Pour explorer cette piste, nous évoquerons un épisode de la chronique médiévale, qui nous semble avoir valeur de précédent, sinon de source, en ce qui concerne l’intrigue du Pathelin. C’est ce qu’on peut appeler la préhistoire du « Bee ! ». Cette célèbre réplique a pu mûrir pendant des décennies dans la mémoire orale, enrobée dans un contexte oral restreint, avant d’acquérir le statut de coup de théâtre. Le mot « chèvre » constituerait dans le cas présent une allusion à ce contexte originel. Je propose que ce mot était en réalité le nom d’une personne : Cabris. Transposé au contexte du Pathelin, ce mot induira un double sens, qui aura pour effet de transformer la réplique du Juge en ceci : « Quel Bee est-ce ? Suis-je un Cabris ? ».

  • 16 Noël Coulet, Affaires d’argent et affaires de famille en Haute Provence au xivesiècle. Le dossier (...)

11L’historien Noël Coulet a récemment mis en lumière un nouvel aspect de la vie économique et juridique de la Provence médiévale16, et a attiré l’attention sur des faits qui nous paraissent directement rattachables au Pathelin crypté de notre hypothèse angevine. Nous exposerons d’abord ces faits, quitte à montrer ensuite comment ils se rattachent précisément à l’intrigue du Pathelin.

  • 17 Sur Villani, voir Michele Luzzati, Giovanni Villani e la Compagnia dei Buonaccorsi, Rome, Istituto (...)

12Il s’agit d’un épisode de la faillite de la puissante compagnie financière des Buonaccorsi de Florence. Il concerne une femme du village d’Entrevennes en Provence (comté de Forcalquier), nommée Sybille de Cabris, qui avait investi une importante somme d’argent provenant de la vente d’un Castrum situé dans le royaume de Naples. L’agent avignonnais qui avait effectué la transaction, Giovanni Villani, prit un jour la fuite, emportant les capitaux des gens de la région, y compris ceux de Sybille17. Dès que celle-ci eut connaissance de la fraude, elle se hâta d’adresser une réclamation aux Buonaccorsi. Mais ils rejetèrent sa requête, invoquant le fait que ce cas relevait de la juridiction d’Avignon et non de celle de Florence. Puis ils se ravisèrent, et mirent en place une stratégie destinée à écarter définitivement les prétentions de la demanderesse. Ils prétendirent cette fois que, comme l’argent investi provenait d’une vente effectuée en territoire napolitain, le dépôt d’argent avait dû être effectué non par Sybille de Cabris en Provence, mais par une personne originaire de l’île de Capri, au large de Naples. Il y avait donc possibilité d’erreur sur la personne.

  • 18 « Capra », « capre » dans le latin du notaire. N. Coulet (p. 49) a signalé que le notaire Guillaum (...)

13Les administrateurs de la compagnie préparèrent une série de quatorze questions à soumettre publiquement aux habitants d’Entrevennes et de la région. Les questions étaient formulées de façon à susciter des doutes et des contradictions. L’avant-dernière de ces questions était d’ordre toponymique et philologique : Sybille était-elle originaire de Cabris ou de Capri ? En posant cette question anodine en apparence, on espérait faire dire à l’un ou à l’autre des témoins que le Cabris provençal pouvait à la rigueur se confondre avec un quelconque Capri italien. En fin de compte, tout reposait sur la façon de désigner une chèvre. Etait-il vrai qu’en Provence, on disait et écrivait cabra ou cabre en parlant de la chèvre, mâle ou femelle18 ? Qu’un témoin inattentif confonde cabri avec capri, et il laissait du même coup entendre que Sybille de Cabris pouvait être une usurpatrice.

  • 19 Coulet, p. 52-5.

14L’interrogatoire se déroula à Entrevennes et à Riez ; on fit comparaître dix témoins à Entrevennes, du 28 septembre au 9 octobre 1359, et quatre à Riez les 11 et 12 octobre. Les réactions hostiles des Provençaux face aux enquêteurs ne tardèrent pas à se manifester, surtout à Entrevennes. Ayant vite perçu le caractère tendancieux des questions, les témoins réagirent d’abord avec ironie, puis avec des sarcasmes, pour enfin se mettre carrément en colère19.

  • 20 Coulet, p. 174-81.
  • 21 Hannibal de Moustiers fut mortellement blessé au cours d’un tournoi à la Toussaint 1334 ; Sybille (...)
  • 22 Coulet, p. 179-80 (je modifie légèrement la ponctuation) :
    « Super contentis in decimo dictorum tit (...)

15Le témoin qui s’aventura le plus loin dans cette voie s’appelait Guillaume Cornilhe. Il fut interrogé comme avant-dernier témoin à Entrevennes le mercredi 9 octobre 135920. Quand on lui demanda s’il avait déjà vu le mari de Sybille, Hannibal de Moustiers21, il répondit avec humeur qu’il fallait être aveugle pour ne pas l’avoir vu, à moins que celui-ci n’ait été invisible ; que de toute façon il ne l’avait plus revu après qu’il eût été mort et enterré. Au surplus, déclara-t-il, cette question était insidieuse et déceptrice (« cavillosa et deceptoria valde »). Lorsqu’on l’interrogea sur la philologie caprine, il n’y tint plus, et se mit à répondre « Buff ! » à toutes les sous-questions qu’on lui posait22 :

Interrogé sur le contenu de l’article dix desdites questions, après avoir prêté serment, en réponse au questionnaire lu et exposé en langue vulgaire, il dit qu’il ne connaissait pas d’autre dame Sybille de Cabris ou de Capri, et qu’il n’en avait pas entendu nommer d’autre que cette dame Sybille de Cabris, femme dudit noble feu Hannibal de Moustiers, à propos de qui il avait antérieurement déposé.

À la question : Qu’est ce que Capri ? Il dit qu’il ne sait pas si c’est le nom du diable ou quoi que ce soit, mais qu’il connaît bien ce qu’est le Castrum de Cabris.

À la question : Capri, est-ce une ville, ou quoi d’autre ? Il dit qu’il ne le sait pas.

À la question : Où est situé Capri ? Il dit « Buff ! ».

À la question : Dans quel pays est situé Capri ? Il dit « Buff ! ».

À la question : Que veut dire « Buff » ? Il dit que c’est une réponse sotte, et que puisqu’on l’a interrogé sottement, il répond sottement, parce qu’à une telle demande convient une telle réponse. C’est une question sotte que de lui demander « Où c’est situé ? Dans quelle région ? Comment ça va ? Quand est-ce que je pisse ? Quand est-ce que je chie ? », puisqu’il a dit précisément qu’il ne savait pas ce qu’était ce foutu Capri, et qu’il faudrait pendre par la gorge celui qui a fait formuler de telles interrogations tordues, irritantes et conformes aux préceptes de Bagarotto !

De même à la question : Pourquoi cette femme est-elle dite de Capri ou de Cabri ? Il dit « Buff ! On écrit de Cabris parce que ce mot vient du Castrum des Cabris ou de Cabris, d’où est originaire la dame Sybille de Cabris mentionnée dans le questionnaire, et comme en témoigne avec évidence l’opinion publique ».

À la question : Connaît-il la dite dame Sybille de Cabri ou de Cabris ? Il dit « Buff ! » et ne voulut plus répondre, troublé par la colère.

  • 23 Cette onomatopée, transcrite « Buff ! » par le notaire, représente sans doute la meilleure approxi (...)

16Deux observations s’imposent à propos du témoignage de Guillaume Cor- nilhe. D’abord, il s’agit d’un témoin récalcitrant, au sens juridique. Non seulement refuse-t-il de répondre correctement aux questions, mais il les tourne en ridicule avec son absurde « Buff ! »23. Son monosyllabe obstiné est parfaitement symétrique à celui que proférera Thibault l’Aignelet un siècle plus tard.

  • 24 « Cum non sit literata persona », ou « cum sit illiterata persona » : Coulet, p. 125, 130, 137, 14 (...)
  • 25 Coulet, p. 180 : « Dixit quod nescit gramaticam ».
  • 26 Coulet, p. 176.
  • 27 Coulet, p. 178.
  • 28 Coulet, p. 178 : Nimis sunt bec interrogatoria cavillosa et deceptoria valde, non forte correcta p (...)
  • 29 Coulet, p. 180. Dans son appréciation de ce témoignage, Coulet se montre à notre avis trop prudent (...)

17De plus, ce témoin est sans conteste un avocat. Les minutes de l’enquête montrent que le notaire avait pris soin de noter que tous les témoins s’étaient déclarés « illettrés »24, y compris Guillaume Cornilhe25. Disaient-ils vrai ? mentaient-ils ? Nous pouvons difficilement en juger ; mais il est certain que ce témoin était rien moins qu’un lettré, car son témoignage est celui d’une personne cultivée, et surtout singulièrement au fait des questions juridiques. Cornilhe sait définir avec précision la notion d’opinion publique26, et il peut expliquer la distinction entre les juridictions épiscopale et civile27. Non content de se rebiffer contre le caractère fallacieux des questions, il signale que celles-ci auraient dû être soumises à un juge pour être corrigées28. Mais surtout, il se permet une citation qui montre à l’évidence qu’il est un praticien du droit29 :

Quod utinam suspendatur per gulam qui tales interrogationes deceptorias et frustratorias et iuxta Bagarotum mandatas sic fieri postulavit !

  • 30 Cf. R. Abbondanza, art. « Bagarotto », dans Dizionario biografico degli Italians, t. V, 1963, p. 1 (...)
  • 31 Cf. Thesaurus linguae latinae, t. III, 647-8, s.v. Cavillatio.
  • 32 Ces traités ont été édités dans la série Tractatus illustrium in utraque tum pontificii tum Caesar (...)

18Une telle référence ne trompe pas. Bagarotto dei Corradi était un juriste qui professait à Bologne au xiiie siècle30. Chez les avocats médiévaux, sa renommée était très grande ; Bagarotto était au droit procédurier ce qu’étaient Accurse au Code de droit romain, Galien à la médecine, et la Bible aux théologiens, c’est-à-dire l’autorité par excellence. Son œuvre principale, intitulée Cavillationes, traite des ruses, sophismes ou machinations31 qui peuvent se présenter en cour. Mais on lui a aussi attribué plusieurs autres traités sur la procédure testimoniale, comme la Summa de reprobatione instrumentorum, le Tractatus de reprobatione testium, la Summula de testibus, ou la Summa de reorum exceptionibus32. On lui reconnaissait en effet au Moyen Âge la paternité de tout ce qui touchait ce sujet, à tel point que ses écrits authentiques émergent difficilement de la masse des pseudépigraphes.

  • 33 Coulet, p. 51.

19Par leur caractère transgressif et entêté, les « Buff ! » de Guillaume Cornilhe ont dû causer quelque émoi dans la région. Ils marquaient la pointe extrême de la résistance des gens d’Entrevennes aux imbroglios suscités par des financiers sans scrupule. Cornilhe, avec son allusion à Bagarotto jointe à ses attaques contre l’irrégularité de la procédure, a dû retirer parmi les siens un certain prestige. Si, de plus, il était d’extraction noble comme le pense N. Coulet33, son témoignage réunissait alors plusieurs conditions pour devenir en quelque sorte légendaire dans sa famille professionnelle.

Mémoire professionnelle, mémoire familiale : les Triboulet

  • 34 Philippe de Beaumanoir, Les Coutumes de Beauvaisis, éd. Salmon, 1900, n° 683. Sur les rapports ent (...)

20Les groupes professionnels, tout comme les familles, accumulent avec le temps un stock de traditions orales, qui leur sert d’identification et de référence. Ce fait était sans doute plus patent dans le milieu des légistes médiévaux que dans les autres professions de l’époque, puisqu’on vivait alors en régime de droit coutumier. Comme l’exprimait Philippe de Beaumanoir, la coutume se maintient « de si lonc tans comme il puet souvenir a homme sans debat »34, autrement dit aussi longtemps que les justiciables réussissent à se souvenir des faits, et que les gens de loi les aident à raffermir leur mémoire. Et comme en domaine juridique le précédent a toujours fondé la jurisprudence, les avocats médiévaux pouvaient être considérés comme les gardiens privilégiés de la mémoire collective. Un témoignage fracassant comme celui de Guillaume Cornilhe ne risquait pas de tomber dans l’oubli, surtout si ce témoin était lui-même avocat.

  • 35 Il est étonnant de voir que, des trois études consacrées aux aspects juridiques du Pathelin, aucun (...)
  • 36 On ne sait si Sybille a gagné sa cause ; les historiens ont tendance à penser qu’il y ait eu un ac (...)
  • 37 Sur la critique testimoniale en droit médiéval, voir R. Naz, art. « Témoins judiciaires », dans Di (...)

21C’est ici qu’il faut rappeler un fait primordial touchant la farce de Pathelin. Le Berger qui comparaît devant le Juge adopte le comportement d’un témoin récalcitrant35. Sur ce point, il rejoint Maître Cornilhe. Un autre trait commun unit ces deux témoignages : aucun d’eux n’aura d’effets fâcheux pour le témoin. Dans le cas de Cornilhe, comme il ne s’agissait pas d’un véritable procès mais d’une enquête administrative, il ne semble pas que son entêtement ait eu de conséquences particulières36 ; quant au Berger, si le Juge le délie de toute obligation vis-à-vis du demandeur (v. 1492), c’est uniquement parce qu’il a des raisons impérieuses de s’inquiéter surtout du Drapier ; celui-ci ne montrait-il pas, dès avant la comparution du Berger (v. 1223-98), d’inquiétants symptômes d’aliénation mentale ? Il ne faut pas croire en effet que le droit médiéval ait été sans ressources face aux témoins simulateurs ou aliénés, et que les « Bee ! » aient dû normalement avoir raison du Juge37. Au total, ce qui restera dans les mémoires, pour ces deux cas, ce sera l’exploit du « Buff ! » d’Entrevennes, réinventé au xve siècle sous la forme du « Bee ! » farcesque.

22Si on cherche à reconstituer un milieu social d’Entrevennes ou des environs, par exemple un groupe qui aurait réuni les conditions professionnelles et familiales suffisantes pour intégrer à son folklore privé le souvenir des événements de 1359, on trouve dans les archives la mention de plusieurs gens de robe qui semblent se prêter parfaitement à un tel rapprochement. Il s’agit de personnes qui portaient un même patronyme, en l’occurrence celui de Triboulet, et qui exerçaient le droit dans la région où se tint l’enquête. Les attestations couvrent tout le xive siècle, et les localisations de ces personnes sont assez rapprochées pour qu’on puisse en conclure à l’existence de liens de parenté entre elles.

  • 38 Marseille, Archives des Bouches-du-Rhône, Β 151.
  • 39 Archives des Bouches-du-Rhône, Β 1101, ff. 2 v°, 3 v° ; Β 1519.
  • 40 Archives des Bouches-du-Rhône, 56H890, ff. 54 r°, 56 r°, 56 v° ; Β 1139, f. 10 v° ; Β 1893. Sur ce (...)
  • 41 Archives des Bouches-du-Rhône, Β 563 ; Β 1834 ; Β 1891 ; 56H891.
  • 42 Digne, Archives des Alpes de Haute-Provence, fonds Borel, registre 21.
  • 43 Jacques Chiffoleau, Les justices du pape, Paris, Sorbonne, 1984, p. 292 ; L. Duval-Arnould, « Les (...)
  • 44 Archives des Bouches-du-Rhône, BB 28, f. 17 v° ; Β 49 ; Paris, A.N. KK 1144, n° 37 ; KK 1213a, f. (...)
  • 45 Voir Régis Veydarier, Raymond de Turenne, la deuxième Maison d’Anjou et la Provence, étude d’une r (...)
  • 46 Archives des Bouches-du-Rhône, Β 1945.
  • 47 Il faudrait ajouter un autre Triboulet, François, qui fut notaire à Aix, dont l’activité est attes (...)

23L’entrée des Triboulet dans l’histoire écrite coïncide avec le célèbre épisode de la suppression des Templiers. La décision de Philippe le Bel d’abolir l’Ordre se répercuta en Haute Provence. En janvier 1308, Martin Triboulet, baile de Pertuis et d’Orgon, et châtelain d’Orgon, recevait mission d’arrêter les Templiers de la commanderie de Limaye et de la maison templière de la Tour d’Aigues, et de les faire emprisonner à Aix. On a conservé le procès- verbal de cette expédition38. Quelques années plus tard (1320-1324), un certain Martin Triboulet portera le titre de baile et châtelain d’Orgon39. Peu après, un Jean Triboulet sera attesté comme baile et châtelain de Pertuis en même temps que viguier et vice-juge de Forcalquier (1338-1353)40. Dans un des actes, Jean est qualifié de « miles de Pertusio ». Puis vient Bertrand Triboulet, juge à Forcalquier (1349-1366)41, qualifié de « nobilis et circumspectus vir »42. Celui-ci terminera sa carrière comme juge à la cour temporelle d’Avignon43. Enfin on aborde le xve siècle avec Paul Triboulet, qui eut une carrière mouvementée liée au sort de l’agitateur Raymond de Turenne. Paul fut, comme les précédents Triboulet, viguier de Forcalquier (1380-1393)44, jusqu’à ce qu’il soit déchu de cette charge, en 139345. Il termina sa carrière comme avocat à Marseille (1410-1411)46. Comme les actes le qualifient aussi de « miles de Pertusio », on peut présumer qu’étant originaire du même endroit que les précédents, Pertuis, il appartenait à la même famille47.

  • 48 Cf. R. Blanchard, Les Alpes Occidentales, t. IV (2), Paris, 1945, p. 829 ; E. Baratier, G. Duby, e (...)
  • 49 Coulet, p 39.
  • 50 Témoignage de G. Cornilhe (Coulet, p. 175).

24Dans cette région de la Provence, le relief accidenté impose des axes naturels de transport et d’échanges48. Les habitants du village d’Entre- vennes, situé sur la Rencure, étaient normalement attirés vers l’aval, jusqu’à la Durance, et donc à Forcalquier ou à Manosque, les deux villes les plus proches. Or les Triboulet ont occupé la viguerie de Forcalquier de 1338 à 1393. Il est impossible d’imaginer que ce Jean, même s’il n’était pas encore viguier lors du mariage de Sybille de Cabris en 133149 — mariage auquel avaient assisté « plures magnates tam de comitate Provincie et Forcalquerii quam aliunde50— n’ait pas eu connaissance de ce qui s’était passé en 1359 à Entrevennes. En retour, dans la mesure où l’enquête sur Sybille de Cabris aura eu un certain retentissement social et où le témoignage de Maître Guillaume Cornilhe aura été perçu comme un exploit local, il est normal de supposer que des gens de loi et des administrateurs régionaux tels que les Triboulet aient conservé une mémoire vive de ces faits.

  • 51 Cf. G. Vallier, Iconographie numismatique du roi René et de sa famille, Aix, 1866, p. 46 : « ce no (...)
  • 52 Voir N. Coulet, A. Planche, F. Robin, Le roi René : le prince, le mécène, l’écrivain, le mythe, Ai (...)
  • 53 Cf. M Lever, Le Sceptre et la marotte. Histoire des Fous de cour, Paris, Fayard, 1983.

25Reste un autre Triboulet, non moins important que les précédents : le fou de cour du roi René d’Anjou. On ne lui connaît pas de prénom ; se peut-il qu’il ait appartenu à cette famille provençale ? Cette hypothèse semble plus que plausible. On a beaucoup spéculé sur l’identité de ce fou de cour, le plus ancien de ce nom, sans chercher à le situer dans un milieu familial ; seul G. Vallier s’est jadis aventuré sur la piste méridionale, l’abandonnant aussitôt sous prétexte que ce Triboulet s’était signalé surtout en Anjou51. Mais l’obstacle n’était qu’apparent, puisque son patron René était à la fois comte de Provence et duc d’Anjou, et qu’il allait et venait à son gré d’un territoire à l’autre52. Il n’est donc pas à exclure que ce Triboulet ait été membre de la famille de Haute Provence ; on peut l’imaginer comme une sorte de cadet en rupture de robe… Pour faire son métier de fou de cour, un prénom ne lui était pas utile, conformément aux usages de la profession53. Mais s’il se trouve qu’il appartenait à la famille provençale, il avait du même coup accès à ses archives orales, et pouvait y puiser à l’occasion pour alimenter son imagination créatrice.

  • 54 Voir le sceau de Marie de Blois sur une lettre datée de Pertuis, le 18 avril 1387 (Β.Ν. F., fr. 20 (...)
  • 55 Lecoy de la Marche, Le Roi René, t. ii, p. 53. Sur ce manoir, ibid., t. I, p. 305. Jeanne reçut a (...)
  • 56 Cf. Archives des Bouches-du-Rhône, Β 15, f. 267 ; Β 17, f. 155. Honorât de Berre apparaît dans les (...)

26Il faut évoquer encore le roi René, s’agissant des liens entre le Pathelin et la Provence. Se peut-il que le puissant comte de Forcalquier et de Provence n’ait pas entendu parler de la saga d’Entrevennes ? Ce serait improbable, a fortiori s’il avait des attaches particulières avec les personnes et les lieux mentionnés. Or, on sait que lors de ses séjours en Provence, René pouvait disposer de plusieurs palais (Aix, Tarascon, Marseille), mais aussi d’un manoir à Pertuis, au lieu précis d’origine de la famille Triboulet. Ce manoir était déjà propriété des Anjou au xive siècle54, et, selon Lecoy de la Marche, René « y allait quelquefois fuir les grandes chaleurs, ainsi qu’à Peyrolles, situé tout à côté, sur les bords de la Durance »55. Enfin, signalons que parmi les rares Provençaux que le roi René entretint à sa cour, se trouvait Honorat de Berre, que René nomma seigneur d’Entrevennes en 147656.

  • 57 Nous n’ignorons pas que le folkloriste italien Stanislas Prato a jadis attiré l’attention sur les (...)

27Tel est le cheminement qu’on pourrait assigner au témoignage monosyllabique de Thibaut l’Aignelet dans le procès du Pathelin57, depuis le « Buff ! » préhistorique de Guillaume Cornilhe jusqu’à sa version moutonnière « Bee ! ».

Notes

1 Édition Jean Dufournet, La Farce de Maître Pathelin, Paris, Flammarion, 1986, p. 164 (nous citons d’après cette édition, ci-après Pathelin).

2 Pathelin, p. 164.

3 Pathelin, p. 150-2.

4 Dictionnaire historique de la langue française, 1992, p. 204a (s.v. Bêler), 203a (s.v. Begueter), 408 (s.v. Chevroter) ; Godefroy, I, 610b-611c (s.v. Beer).

5 Cf. Ambroise aré, Chirurgie, XIX, 20 : « Ils bellent comme les chevres » (cité par Littré, Dictionnaire, I, 325b).

6 Le verbe « béguéter » est donné comme rare dans le Grand Robert, I, 923a.

7 Les dictionnaires hésitent entre trois sens possibles : mettre bas (en parlant de la chèvre), émettre des sons tremblotants, ou bêler. Voir, par exemple, le Grand Robert, t. II (1985), 558b ; Trésor de la langue française, t. V, p. 692.

8 Pour le latin et le grec classiques, voir Wilhelm Wackernagel, Voces variae animantium. Ein Beitrag zur Naturkunde und zur Geschichte des Sprache, Bâle 18692, p. 66, 86-7. Le lexique de Wackernagel ne comporte qu’une seule entrée, celle du mouton (s.v. Schaf). Voir aussi Henri Estienne, Thesaurus linguae grecae, iii, 286-7 (s.v. Bilèkhaomai), et Forcellini, Totius latinitatis lexikon, I, 523b, 526b (s.v. balo). En anglais et en allemand to bleat et blöken assument le même double rôle.

9 Pathelin, p. 165.

10 Cf. Giuseppe Di Stefano, Dictionnaire des locutions en moyen français, Montréal, Ceres, 1991, 417b, s.v. Grue. Bien que « estre grue » ne soit pas attesté dans ce répertoire, l’expression analogue tenir quelqu’un pour chèvre (i.e. prendre quelqu’un pour un idiot) est par contre attestée à plusieurs reprises (ibid., 163b).

11 Pierre Servet (éd.), Le Mystère de la Résurrection, Angers (1456), Genève, Droz, 1993, p. 458.

12 Pathelin, éd. cit. p. 164.

13 J’adopte la ponctuation de l’édition Holbrook. Le « Et ! » interjectif revient à plusieurs reprises dans le Pathelin : v. 116, 294, 318, 328, 374, 623, 716, 754, 1047, 1448.

14 Cf. P. Servet, Le Mystère…, p. 9-15.

15 Cf. B. Roy, « Triboulet, Josseaume et Pathelin à la cour de René d’Anjou », dans Le Moyen Français, 7 (1980), p. 7-56 ; Idem, « La Création de la Farce de Maître Pathelin à la cour d’Anjou », dans Revue d’histoire du théâtre, 43 (1991), p. 43-52.

16 Noël Coulet, Affaires d’argent et affaires de famille en Haute Provence au xive siècle. Le dossier du procès de Sybille de Cabris contre Matteo Villani et la compagnie des Buonaccorsi (Archivio di Stato di Firenze, Mercanzia, 14143), (Collection de l’école française de Rome, 158), Rome, Palais Farnèse, 1992, [ci-après : Coulet].

17 Sur Villani, voir Michele Luzzati, Giovanni Villani e la Compagnia dei Buonaccorsi, Rome, Istituto délia Enciclopedia Italiana, 1971.

18 « Capra », « capre » dans le latin du notaire. N. Coulet (p. 49) a signalé que le notaire Guillaume Portanier, par souci d’exactitude, avait largement réécrit cette partie des interrogatoires, pour rendre compte des moindres variations entre la iangue vulgaire et le latin, et entre l’oral et l’écrit.

19 Coulet, p. 52-5.

20 Coulet, p. 174-81.

21 Hannibal de Moustiers fut mortellement blessé au cours d’un tournoi à la Toussaint 1334 ; Sybille était alors enceinte de quatre mois (Coulet, p. 77-8).

22 Coulet, p. 179-80 (je modifie légèrement la ponctuation) :
« Super contentis in decimo dictorum titulorum, juramento per eum prestito, requisitus ipso sibi lecto et exposito in vulgari, dixit se aliam dominam Sibiliam de Cabriis nec de Caprii cognovisse ne[c] nominari audivisse nisi istam dominam Sibiliam de Cabriis, uxorem dicti nobilis Anibaldi de Mosteriis quondam, de qua supra deposuit.
Interrogatus quid est Caprii, dixit quod nescit si est nomen diaboli vel quid ; Castrum de Cabriis vero bene seit quod est.
Interrogatus si est civitas vel quid ipsum Caprii, dixit quod nescit.
Interrogatus ubi est positum ipsum Caprii, dixit : Buff !
Interrogatus in qua patria est positum ipsum Caprii, dixit : Buff !
Interrogatus quid vult dicere « Buff », dixit quod est fatua responsio, et post- quam fatue interrogatur fatue respondit, quia per quem casum fit interrogatio, per eundem debet fieri responsio ; nam fatue interrogatus est cum dicatur : Ubi est positum ? In qua parte est positum ? Quomodo vadit ? Quomodo est ? Quando pisso et quando cago ? cum supra dixerit precise quod nescit quid sit ipsum male- dictum Caprii. Quod utinam suspendatur per gulam, qui tales interrogationes deceptorias et frustratorias et juxta Bagarotum mandatas sic fieri postulavit !
Item etiam interrogatus quare est scripta et dicta de Caprii vel de Cabriis, dixit : Buff ! scripta est de Cabriis, quia de Castro Cabriarum vel de Cabriis, quod idem fovat originem, traxit ipse domina Sibilia de Cabriis supra in prescriptis titulis nominata, ut per famam publicam dicitur manifeste.
Interrogatus si cognoscit dictam dominam Sibiliam de Cabrii vel dominam Sibiliam de Cabriis, dixit : Buff ! nolens ulterius respondere, ira turbatus. »

23 Cette onomatopée, transcrite « Buff ! » par le notaire, représente sans doute la meilleure approximation possible de ce qui fut réellement prononcé (labiale + fricative ; on peut discuter sur la valeur du -u- : « u » ou « ou »). Il existe une tradition du « Buf(f) ! » dans la littérature satirique latine et médiévale ; mais elle ne relève pas du présent contexte. Voir à ce sujet P. E. Beichener « Non alleluia ructare », dans Mediaeval Studies, 18 (1956), p. 135-44.

24 « Cum non sit literata persona », ou « cum sit illiterata persona » : Coulet, p. 125, 130, 137, 144, 152, 159, 166, 174, 188.

25 Coulet, p. 180 : « Dixit quod nescit gramaticam ».

26 Coulet, p. 176.

27 Coulet, p. 178.

28 Coulet, p. 178 : Nimis sunt bec interrogatoria cavillosa et deceptoria valde, non forte correcta per iudicem, ut deceret.

29 Coulet, p. 180. Dans son appréciation de ce témoignage, Coulet se montre à notre avis trop prudent (p. 51) : « [Cornilhe] démontre une réelle familiarité avec la culture juridique, même s’il ignore le latin » (nous soulignons). Il ressort des recherches récentes de J.-L. Bonnaud que ce personnage est probablement à identifier avec le clavaire-notaire du Val d’Ouïe, originaire de Gardanne, qui figure dans une charte du 6 septembre 1329 sous le nom latin de Guillelmus Corneli. Cf. J.-L. Bonnaud, Les Agents locaux de l’administration royale en Provence au xive siècle. Catalogue et étude des carrières, Thèse de l’Université de Montréal, 1996, p. 400.

30 Cf. R. Abbondanza, art. « Bagarotto », dans Dizionario biografico degli Italians, t. V, 1963, p. 171-4 ; Stephan Kuttner, « Réflexions sur les brocards des glossateurs », dans Mélanges J. de Ghellinck, Gembloux, 1951, p. 788 ; Idem, « Analecta iuridica Vaticana (Vat. lat. 2343) », dans Collectanea Vaticana in honorem A. M. Card. Albareda, Vatican, t. I, 1962, p. 415-52.

31 Cf. Thesaurus linguae latinae, t. III, 647-8, s.v. Cavillatio.

32 Ces traités ont été édités dans la série Tractatus illustrium in utraque tum pontificii tum Caesarei iuris facultate iurisconsultorum. De iudiciis, t. III (2) et IV, Venise, 1584, [cote Paris, B.N.F., F180 et F181).

33 Coulet, p. 51.

34 Philippe de Beaumanoir, Les Coutumes de Beauvaisis, éd. Salmon, 1900, n° 683. Sur les rapports entre le droit et la mémoire, voir Paul Ourliac, « Coutume et mémoire : les coutumes françaises au xiiie siècle », dans Β. Roy & P. Zumthor, Jeux de mémoire. Aspects de la mnémotechnie médiévale, Montréal-Paris, 1985, p. 111-22. On peut citer à titre d’illustration de cette « mémoire professionnelle », les cas évoqués par le juriste Noël du Fail, dans Contes et discours d’Eutrapel, ch. VII : « Jugemens et suytes de procès » (éd. Assézat, 1874,1, p. 292-300.

35 Il est étonnant de voir que, des trois études consacrées aux aspects juridiques du Pathelin, aucune ne commente la qualité du témoignage du Berger. Voir Howard G. Harvey, « The Judge and the Lawyer in the Pathelin », dans Romanic Review, 31(1940), p. 313-33 (étude reproduite dans The Theatre of the Basoche : the Contribution of the Law Societies to French Medieval Comedies, Cambridge, Harvard University Press, 1941, par le même) ; P. Lemercier, « Les éléments juridiques de Pathelin et la localisation de l’œuvre », dans Romania, 73 (1952), p. 200-26 ; Rita Lejeune, « Le vocabulaire juridique de Pathelin et la personnalité de l’auteur », dans Mélanges Robert Guiette, Anvers, 1961, p. 185-94. — Il faut aussi signaler qu’aucun des « Bee ! » cités jusqu’ici comme parallèles par les commentateurs du Pathelin ne provient d’un contexte juridique. Voir l’étude récente de ]. Dufournet, « Autour du Bee de Pathelin. Jeux linguistiques et ambiguïté », dans J. Dufournet & M. Rousse, Sur la Farce de Maître Pathelin, Paris, Champion, 1986, p. 71-86).

36 On ne sait si Sybille a gagné sa cause ; les historiens ont tendance à penser qu’il y ait eu un accord hors-cour après 1362. Cf. Coulet, p. 41.

37 Sur la critique testimoniale en droit médiéval, voir R. Naz, art. « Témoins judiciaires », dans Dictionnaire de droit canonique, t. VII, 1965, p. 1171-82 ; G. Loeccisi, La prova testimoniale nel Codice di Diritto Canonico, Rome, 1926. Pour le droit civil, F. Gorphe, La critique du témoignage, Paris, Dalloz, 1924 ; Idem, L’appréciation des preuves en justice, Paris, 1947 ; James A. Brundage, « The Lawyer and His Client’s Judge : The Medieval Advocate’s Duty to the Court », dans C. Alzati (éd.), Cristianità ed Europa. Miscellanea di studi in onore di Luigi Prosdocini, Rome-Freiburg-Vienne, Herder, 1994, p. 591-607.

38 Marseille, Archives des Bouches-du-Rhône, Β 151.

39 Archives des Bouches-du-Rhône, Β 1101, ff. 2 v°, 3 v° ; Β 1519.

40 Archives des Bouches-du-Rhône, 56H890, ff. 54 r°, 56 r°, 56 v° ; Β 1139, f. 10 v° ; Β 1893. Sur cet épisode, voir Benoit Beaucage, « La saisie des biens provençaux de l’Ordre du Temple », dans M.-Cl. Deprez Masson, Normes et pouvoir à la fin du Moyen Âge, Montréal, Ceres, 1989, p. 85-103.

41 Archives des Bouches-du-Rhône, Β 563 ; Β 1834 ; Β 1891 ; 56H891.

42 Digne, Archives des Alpes de Haute-Provence, fonds Borel, registre 21.

43 Jacques Chiffoleau, Les justices du pape, Paris, Sorbonne, 1984, p. 292 ; L. Duval-Arnould, « Les registres de la cour temporelle d’Avignon à la Bibliothèque Vaticane (Vat. lat. 14761-14781), dans Mélanges de l’École française de Rome (Moyen Âge et Temps modernes), 92 (1980), t. II, p. 289-324. Archives citées : Vaticano, Vat. lat. 14773, f. 1 r° ; Vat. lat. 14777, f. 21 v° ; Collect. 51, f. 310 v". Selon J.-L. Bon- naud, Les Agents locaux... (op. cit. supra note 29), p. 600-01, Bertrand Triboulet a été successivement juge de Forcalquier, de Tarascon, de Draguignan, de Marseille, de Nice et d’Aix.

44 Archives des Bouches-du-Rhône, BB 28, f. 17 v° ; Β 49 ; Paris, A.N. KK 1144, n° 37 ; KK 1213a, f. 5 r° ; Paris, B.N.F., collection Périgord, ms. 4.

45 Voir Régis Veydarier, Raymond de Turenne, la deuxième Maison d’Anjou et la Provence, étude d’une rébellion nobiliaire à la fin du xive siècle, thèse de Ph.D., Université de Montréal, 1995 ; N. Valeri, « Raymond de Turenne et le pays d’Avignon (1386-1408) », dans Annuaire-Bulletin de la Société de l’histoire de France, 26 (1889), p. 215-76 (spéc. p. 254, n. 2).

46 Archives des Bouches-du-Rhône, Β 1945.

47 Il faudrait ajouter un autre Triboulet, François, qui fut notaire à Aix, dont l’activité est attestée de 1477 à 1485. (Archives des Bouches-du-Rhône, Dépôt annexe d’Aix-en-Provence, 306E, n° 668 et 669 ; 309E, n° 223 et 516).

48 Cf. R. Blanchard, Les Alpes Occidentales, t. IV (2), Paris, 1945, p. 829 ; E. Baratier, G. Duby, e. Hildesheim, Atlas historique. Provence, Comtat, Orange, Nice, Monaco, Paris, A. Colin, 1969, p. 175d (Forcalquier) ; 188c (Orgon) ; 189b (Permis).

49 Coulet, p 39.

50 Témoignage de G. Cornilhe (Coulet, p. 175).

51 Cf. G. Vallier, Iconographie numismatique du roi René et de sa famille, Aix, 1866, p. 46 : « ce nom, d’origine italienne, paraît, du reste, avoir été assez commun dans le Midi. Je ne veux point en conclure que notre fou soit méridional, puisque les Comptes et Mémoriaux le citent en première ligne pendant sa résidence à Angers ; mais enfin, quoique né sur les bords de la Loire, il y a présomption d’origine ».

52 Voir N. Coulet, A. Planche, F. Robin, Le roi René : le prince, le mécène, l’écrivain, le mythe, Aix, Edisud, 1982, p. 39.

53 Cf. M Lever, Le Sceptre et la marotte. Histoire des Fous de cour, Paris, Fayard, 1983.

54 Voir le sceau de Marie de Blois sur une lettre datée de Pertuis, le 18 avril 1387 (Β.Ν. F., fr. 20078), dans C. De Mérindol, Le roi René et la seconde maison d’Anjou. Emblématique, art, histoire, Paris, Le Léopard d’or, 1987, p. 231.

55 Lecoy de la Marche, Le Roi René, t. ii, p. 53. Sur ce manoir, ibid., t. I, p. 305. Jeanne reçut aussi en douaire le château de Castellet, au village voisin d’Entrevennes.

56 Cf. Archives des Bouches-du-Rhône, Β 15, f. 267 ; Β 17, f. 155. Honorât de Berre apparaît dans les registres dès 1451, comme écuyer (Archives des Bouches-du- Rhône, Β 2479, ff. 40 r°, 41 r°). Il servit comme ambassadeur de René auprès de Louis XI, avant d’accéder à la plus haute dignité de la cour, celle de grand maître de l’hôtel. Voir Lecoy de la Marche, Le Roi René, t. I, p. 394, 420, 497 ; Arnaud d’Agnel, Les Comptes du roi René, Paris, 1908-1910, t. Ill, p. 404 (42 mentions) ; N. Coulet, A. Planche, F. Robin, Le roi René…, p. 47.

57 Nous n’ignorons pas que le folkloriste italien Stanislas Prato a jadis attiré l’attention sur les rapports entre le « Bee ! » du Pathelin et les contes populaires : « La scène de l’Avocat et du Berger. De la farce Maître Pathelin dans les rédactions littéraires et populaires, essai de novellistique comparée », dans Revue des traditions populaires, 9 (1894), p. 537-52 ; voir accessoirement O. Dubsky, « Deux contes populaires des Slaves du Nord en rapport avec le sujet de la Farce Maître Pathelin », dans Revue des traditions populaires, 23 (1908), p. 427-9. Les contes cités ont un certain lien avec le monde juridique : il s’agit d’un accusé qui répond « Biffiti » et « Baffiti » (ou « Biffete, Buffete ») au président du tribunal (contes ombriens de Todi et de Perouse). Selon S. Prato (p. 547-8, 552), les contes italiens sont en rapport avec un conte breton publié par P. Sébillot, Littérature orale de la Haute-Bretagne, Paris, 1881, p. 138-9 (« Le Prêtre qui n’a pas de chance »). Comme aucun de ces contes n’est daté, même approximativement, leur témoignage n’est pas pertinent dans le cadre de la présente étude.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search