Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Colette

 | 
Francine Dugast-Portes

L’esprit de la chronique

Lettres de Colette à Annie de Pène et Germaine Beaumont*

Texte intégral

  • * Texte de présentation des Lettres de Colette à Annie de Pène et Germaine Beaumont, Flammarion, 1996

1Les lettres que Colette adressa à ses amies Annie de Pène, puis Germaine Beaumont, la mère et la fille, toutes deux écrivains, évoquent presque quarante ans d’événements, d’émotions, de réflexions : la première série va de décembre 1914 à 1918 – la mort d’Annie y mit fin ; la seconde commence en 1915, et s’achève en 1953.

  • 1 Henri de Pène (1830-1888) fut notamment une figure importante du journal Le Gaulois, bonapartiste p (...)
  • 2 « […] elles seront lues confidentiellement par une foule de femmes et d’hommes qui, avec un petit f (...)
  • 3 Annie de Pène fut également l’auteur d’un roman, Sœur Véronique, paru dans L’Œuvre en 1918, et de d (...)

2En décembre 1914, Colette était liée chaleureusement avec Annie de Pène, dont elle parlera avec tendresse dans Le Fanal bleu : elle évoquera alors ce « phalanstère » de femmes dont faisaient partie aussi, au début de la Grande Guerre, Marguerite Moreno et Musidora. Peut-être l’amitié avec Annie de Pène n’était-elle pas très ancienne : « Je ne regrette pas que nous nous soyons couplées si tard », écrit Colette, mais les affinités sont si profondes qu’elle fait d’Annie son « annie d’enfance ». On comprend aisément ce qui les rapprochait : une même enfance provinciale, faite d’impressions de nature, d’émotions familiales, d’observation douce-amère du monde des adultes, et de passions ; Annie de Pène avait raconté tout cela, en 1912, à mi-chemin de Claudine à l’école et de La Maison de Claudine, dans C’étaient deux petites filles. Elle était née en Normandie – ce n’est pas sans importance dans ses œuvres et dans celles de sa fille. Elle se nommait Désirée Poutrel, et après s’être séparée de son époux, s’était consacrée au journalisme et à la littérature – on retrouve des traces de cette phase de sa vie dans le roman L’Evadée (1911). Elle avait pris pour pseudonyme le patronyme du célèbre journaliste Henri de Pène1 et fut l’une des figures les plus séduisantes du monde littéraire de l’avant-guerre. Ses chroniques éparses dans les journaux et revues montrent un réel talent dans le croquis, le dialogue, l’esprit de « rosserie ». Les Pantins modernes, publié en 1908, comporte une série de dialogues satiriques, de saynètes féroces, montrant le Monde et les cercles littéraires. Confidences de femmes, qu’évoque Colette dans une lettre, rassemble les échos pathétiques de vies féminines2. Durant la guerre, Annie de Pène se rendit sur le front et publia ses reportages sous le titre Une femme dans la tranchée. Elle était devenue la compagne de Gustave Téry, le brillant et irascible directeur de L’Œuvre, de sorte que Colette évoque dans ses lettres les campagnes de presse véhémentes animées par le « Général » – il était chargé d’une mission militaire à l’arrière3.

3Annie de Pène apparaît dans les lettres de Colette comme celle qui comprend tout à demi-mot, et à qui tout peut être confié. Elle déplore de la voir si loin, et bavarde à propos des multiples expériences quotidiennes : les paysages parcourus, les joies de l’amour, la cuisine, les cérémonies romaines archaïques et le marché aux puces, les projets cinématographiques prémonitoires et les acteurs ridicules, Sidi trop peu présent et la petite Colette florissante. Lorsqu’Annie mourut de la grippe espagnole en 1918, Colette se plaignit amèrement.

4Germaine Beaumont, née en 1890, était sa cadette, et ne pouvait jouer exactement le même rôle qu’Annie de Pène : elle est dans les lettres « Mon enfant », « Mon petit enfant ». Tyrannique et cordiale, Colette la tutoie, la charge de mille commissions, la rudoie à l’occasion, dans les premières années de la correspondance. Mais au fil des années elle loue de plus en plus le travail d’écriture de sa jeune amie, fait l’éloge des articles, puis à partir de 1930 des romans qu’elle reçoit.

5Elle lui avait permis en 1919 d’entrer au Matin en l’introduisant auprès d’Henri de Jouvenel, qui lui confia les billets de « L’homme qui écoute parler les femmes », puis la « Chronique de Rosine ». Germaine Beaumont devint responsable de la page féminine, et ensuite de la page magazine qui le dimanche traitait de littérature. Entre temps elle avait assuré pour Colette une charge de secrétariat aux « Contes des Mille et Un Matins », et elle évoque avec beaucoup de verve toute cette période dans un article de la revue Notre temps (1947, n° 4), sous le titre « Mes premières armes dans la presse ». Elle devait écrire aussi pour Les Nouvelles littéraires dès leur lancement en 1927, pour Le Temps où Colette l’avait introduite, pour La Femme de France, où elle avait succédé à sa mère, pour bien d’autres périodiques. Après la guerre elle reprit une place importante dans Les Nouvelles littéraires, écrivit régulièrement dans La Table ronde, où ses chroniques manifestent un sens aigu des formes littéraires : on ne peut qu’admirer le niveau d’information et de réflexion des articles de 1950 et 1951 sur le monde imaginaire, sur l’occultisme, sur Segalen, sur les femmes écrivains, sur le roman policier – celui-là, intitulé « Le complexe des caves », montre une véritable érudition.

6Beaucoup des « Disques », chroniques écrites au fil des semaines, mériteraient d’être réunis comme ils le furent, pour partie, en 1930. Certains sont proches du poème, et le lyrisme perce discrètement sous la fantaisie : Germaine Beaumont écrivait d’ailleurs en vers avec une extraordinaire facilité apparente, et la prose dissimule souvent des alexandrins et des octosyllabes. Un texte, intitulé « Les clefs », évoque les maléfices auxquels peut être associé cet objet, et la conclusion donne au lecteur matière à rêver : « Elle a disparu dans le ventre de l’enfant, elle s’amuse à ouvrir les portes sans pène du songe et du néant ».

  • 4 En 1930 paraissent le roman Piège et le recueil de chroniques Disques. Puis les romans, parfois les (...)
  • 5 Robert Kemp admira dans Silsauve la reconstitution de la bourgeoisie provinciale des années 1880.

7Elle connaissait admirablement la littérature anglo-saxonne, pour avoir passé en Grande-Bretagne une bonne part de sa jeunesse – elle se disait elle-même demianglaise. Parmi les nombreuses traductions qu’elle effectua, il faut noter, en 1958, celle du Journal de Virginia Woolf. Ses romans sont marqués agréablement par cette imprégnation4 : les sommaires que nous en avons parfois donnés en note les trahissent un peu car ils n’en laissent apparaître que l’intrigue très romanesque ; ils échappent pourtant au stéréotype par l’originalité des détails d’écriture, par le charme des descriptions et des impressions prêtées aux personnages : on peut lire avec plaisir La Harpe irlandaise, Agnès de rien, ce Silsauve étonnamment balzacien que complétèrent deux autres tomes, Une odeur de trèfle blanc et ses réminiscences. Les meilleurs critiques du temps furent souvent très élogieux, devant ces romans d’amour qui se teintaient de mystère, qui s’élargissaient à l’occasion en tableaux de mœurs5. Comme le remarque très bien Colette, Germaine Beaumont excellait à créer une atmosphère. Elle s’y employa d’ailleurs avec un talent unanimement apprécié dans l’émission radiodiffusée Les Maîtres du mystère, qu’elle anima de 1958 à 1975 (pour moitié à partir de 1970).

  • 6 Le prix Théophraste-Renaudot pour Piège en 1930, le prix Alice-Louis-Barthou pour Du côté d’où vien (...)

8Ce fut une personnalité marquante de la vie littéraire, qui reçut plusieurs prix6. Elle fut membre du jury du Prix Femina, non sans de retentissantes ruptures, car elle plaçait haut ses exigences de lecteur : elle défendait d’ailleurs d’excellentes causes, et sut discerner des talents comme celui de Robert Pinget.

9Elle eut une vie sentimentale mouvementée, souvent douloureuse. Elle se mêla courageusement à la vie publique en participant après la Libération, pendant plusieurs années, au conseil municipal de Montfort-l’Amaury. Colette sut reconnaître sa personnalité exceptionnelle, ses talents très divers, et lui adressa souvent des lettres élogieuses et perspicaces. Natalie Clifford Barney avait sans doute tort d’affirmer le contraire dans Souvenirs indiscrets.

10L’amitié de Germaine Beaumont à l’égard de Colette fut à coup sûr ombrageuse, comme il apparaît dans certaines réponses : l’âpreté de son caractère était connue ; Jean Chalon dit qu’on la surnommait Zizanie, Matthieu Galey parle cordialement de « délicieux chameau »… Son admiration pour la grande amie de sa mère fut en tout cas indéfectible. L’exergue de Silsauve, « À Colette, à qui je dois tout », est significatif d’un culte qui fut passionné, source de nombreux articles pertinents, et même d’un livre, Colette par elle-même. Tout au long de l’œuvre est rappelé le temps de Rozven ; un poème l’évoque dans Les Nouvelles littéraires en 1950 : « Seul endroit de la terre où mon coeur se retrouve / Seul endroit où mon coeur s’est pour toujours fixé, / Il n’est pas d’avenir, il n’est pas de passé, / Sur la plage qu’un flot et découvre et retrouve. » La gouvernante de l’enfant de Silsauve, quarante ans après celle de Bel-Gazou, s’appelle Miss Draper dans un roman de 1970.

  • 7 Né en 1876, il devait mourir brutalement en 1935. Son frère Robert, journaliste et essayiste de tal (...)

11Les deux destinataires des lettres faisaient partie du cercle des intimes de Colette, et les personnages évoqués leur sont familiers. Parmi les silhouettes qui naissent de ces pages, Henry de Jouvenel7 se place au premier rang. On sait qu’il avait connu Colette en 1911, qu’il l’avait épousée en 1912, que la jeune Colette de Jouvenel était née en 1913. Hamel, dans les Lettres de la Vagabonde, avait reçu le récit des amours tumultueuses que vivaient ces deux personnages appartenant aux sphères agitées de la presse et du spectacle. Les missives écrites à Verdun en 1914 et 1915 rayonnent de la joie suscitée par la présence de « Sidi » et chantent même les charmes du harem – les lettres de Henry de Jouvenel que nous avons placées après les lettres de Colette adressées à Annie de Pène traduisent le même bonheur, avec beaucoup d’élégance et de fantaisie ; à Côme en 1916, Colette admire la vitalité des deux frères – Henry et Robert ; à Rome, de discrètes allusions révèlent les « succès » de Henry, qui ne sont pas tous appréciés. Au-delà, malgré les réticences de Colette dès qu’il s’agit de l’Histoire, le lecteur entrevoit le parcours d’un homme politique de grande qualité. Après la guerre, il est absent beaucoup plus que son épouse ne le souhaiterait – quelques notations rappellent la participation aux négociations internationales de la période : Henry de Jouvenel fut au premier rang de ceux qui s’efforcèrent d’affermir la paix et de consolider les démocraties. En contrepoint, dans les croquis que trace Colette, il arpente son domaine de Castel-Novel, il pêche et nage dans les eaux malouines, elle le « goberge » de produits du terroir. En 1923, l’été se teinte de mélancolie, quelque chose est en train de se défaire, la séparation du couple est proche.

12Les trois « enfants » apparaissent çà et là dans les lettres : la petite Colette de Jouvenel, ses demi-frères aînés, Bertrand et Renaud. Si l’on croise les diverses correspondances, on perçoit l’importance que prit un temps pour Colette cette vie de maîtresse de maisonnée, au moment des vacances qui réunissaient les Jouvenel de toutes générations, et les amis. Au fil des années, la présence de Bertrand s’est affirmée fortement ; elle s’impose en 1924 dans les narrations extasiées de séjours en montagne, dans l’évocation d’une marée au Mont Saint Michel. La présentation de Colette de Jouvenel évolue aussi : elle remplit sa mère d’orgueil dans les lettres qui la peignent en tout petit enfant, on invite fortement Annie puis Germaine à l’admirer. Mais en 1922, elle est devenue très indisciplinée… Bien que la sauvagerie inspire de beaux textes dans La Maison de Claudine et dans Sido, la mère qui en subit les manifestations prend des mesures sévères. Peut-être trouve-t-on un des facteurs de la résurgence de Sido dans cette surprise inquiète et quelque peu courroucée, qui suscite un écho des plaintes maternelles autrefois mal entendues. Les lettres des années suivantes montrent des relations apaisées, l’inquiétude provoquée par l’absence de nouvelles, le plaisir des visites. En 1944, Colette est fière d’annoncer que sa fille est maire de Curemonte, et Renaud de Jouvenel adjoint au maire de Brive.

Portrait d'Annie de Pène
« Ma petite Annie, vous m'écrivez les choses que je voudrais vous écrire… » (29 décembre 1914).

13Entre temps Maurice Goudeket est devenu son compagnon : à partir de 1925, comme Henry de Jouvenel auparavant, il est convoqué à chaque fin de lettre, dans une formule brillante ou humoristique, pour saluer Germaine Beaumont (qui préférait le tête à tête avec Colette.). Il est étroitement lié au paysage méditerranéen, et incarne d’abord les soleils d’étés parfaits ; puis il devient à partir de la guerre, dans des textes parfois pathétiques, celui qui veille sur une grande malade : « Je lui donne plus de mal que quatre enfants ». En filigrane on aperçoit les angoisses de l’Occupation, la clandestinité imposée par l’antisémitisme.

14Car l’Histoire n’est pas absente de ces lettres, au moins dans les limites à l’intérieur desquelles Colette accepte d’en parler. De Verdun nous apercevons les bombardements comme un spectacle, nous entrevoyons les villages en ruines, une brève phrase signale que huit cents blessés sont arrivés. Ce sont les « heures longues », présentées au milieu de beaucoup d’autres informations, et l’on sait que l’écrivain évacua ensuite du recueil tout ce qui, dans les chroniques du moment, frôlait l’emphase – le lecteur peut parfois s’étonner de son sang-froid. De brèves phrases montrent à Rome en janvier 1917 la persistance de la vie mondaine, malgré les restrictions de chauffage et de nourriture, sous les hauts plafonds des palais romains délabrés. De rapides croquis présentent des silhouettes cocasses – celle de la baronne Deslandes par exemple, dévoreuse de jouvenceaux, ou des premières vedettes du cinéma italien en pleine expansion. La guerre est bien loin.

15Mais on la retrouve dans les lettres de septembre 1917, lorsque des « affaires » retentissantes de complicité avec l’ennemi secouent le monde de la presse et de la politique. En 1940, les horreurs de l’exode ressortent de la description du château en ruines où Colette se réfugie, auprès de sa fille. Dans ce Curemonte isolé du monde, « […] de temps en temps, écrit-elle, la ruine s’étire et nous dédie un bloc gros comme l’obélisque, mais plus court. » Pendant plusieurs années, comme vingt-cinq ans auparavant, on va « traquer » les denrées alimentaires et le charbon ; on tordra le cou, pour festoyer, à des macaronis.

16Il est vrai qu’entre temps, entre deux guerres, la vie s’était faite plus douce. Comme les lettres sont écrites surtout au cours des villégiatures, elles laissent au lecteur l’impression d’une suite de vacances heureuses – même si le travail « bureaucratique » d’écriture y est souvent mentionné. À Castel-Novel éclate la splendeur des étés limousins, des roseraies et des vendanges. À Rozven, tout un petit monde se retrouve chaque été, et le charme désuet des aquarelles évoquant les « bains-de-mer » colore ces passages où, sous le ciel breton si changeant, on replonge dans l’enfance des vagues, du sable, de la pêche. Zou, la compagne de Robert, est toute de blanc vêtue. Germaine Patat laisse pour ses amies de gracieux vêtements. On ne sait plus où loger les visiteurs qui arrivent, on manque de couvertures, on requiert les espadrilles et les haveneaux…

17Mais une telle correspondance, transmise sous une forme unilatérale, peint surtout l’auteur des lettres. Colette s’y livre elle-même, au fil de notations éparses, avec toute la force de son exceptionnelle vitalité. Citons, entre cent exemples, l’épanouissement sensuel des premières lettres à Germaine Beaumont, l’osmose avec la mer : « Mon gros corps se reprend à l’activité […]. Mer de perle, temps breton, passage de brumes en “bouchons” de petite taille, qui laissent les tamaris et toutes les feuilles mouillées sous le soleil. C’est un bonheur physique dont on voudrait faire don à tous ses amis en les rangeant sur la côte. » Et les plaisirs de la gourmandise ! On savoure le menu d’une auberge de rouliers non loin de Rome, les « pachetto » en feuille de châtaignier farcis de grains de raisins macérés au soleil, puis les fruits de la pêche sur la grève bretonne, les crèmes et les tartes – sources il est vrai de quelques malaises fréquemment déplorés.

18La joie de l’exercice physique anime les lettres de Côme contant la traversée du lac à la rame, celles de Rozven évoquant la natation et les marches au long du rivage. Le contraste est touchant avec les mentions de la souffrance, de l’immobilisation progressive qui deviennent lancinantes dans la correspondance de la dernière période. Les traitements successifs sont énumérés, acupuncture, piqûres « profondes », cures lointaines, mais le leitmotiv reparaît : « Je souffre (jambe et pointe de l’épaule droite) que c’en est risible », « Je n’ai pas de jambes et je souffre beaucoup ».

19Nous retrouvons aussi, avec les deux interlocutrices, les problèmes de la vie quotidienne, le manque d’argent en particulier, qui contraint Colette en 1917 à demander qu’Annie de Pène sollicite un acheteur pour un de ses manuscrits. La composition des nouvelles et des chroniques est un pensum alimentaire, qui inspire des lamentations régulières sur le sort des femmes de lettres – Germaine Beaumont vivait difficilement elle aussi : « Pauvres que nous sommes, il nous faudrait bien deux cent mille francs de rente – pendant deux mois. » Il faut travailler « affreusement » à un petit livre, préparer des conférences, rédiger le discours de réception à l’Académie belge, tourner un préambule de film, construire un dialogue… L’emploi du temps, à partir des années trente, s’est peu à peu organisé autour du travail : « Nous menons toujours notre étroite petite vie ». Les visites sont filtrées, les voyages sont liés aux reportages, puis aux cures, et les tâches éditoriales demeurent constamment présentes.

20Le rythme de l’art épistolaire fait que les plaintes sont passagères. Avec une mobilité d’esprit qui parfois coupe le souffle, Colette saute du coq à l’âne : on passe de l’annonce d’un cataclysme qui ravage la Corrèze à des propos galants sur la ferveur qu’inspire Germaine Beaumont aux hommes de la famille Jouvenel, d’anecdotes diverses à la mort de Hamel ou de Léopold Marchand.

21Le ton est extrêmement varié, c’est celui d’une brillante conversation à bâtons rompus, souvent humoristique. Le lecteur sourit devant l’éloge des cartes de vœux « kitsch », le portrait de la folle baronne Deslandes, les angoisses dérisoires de Louise Lamarque, le tennis de Castel-Novel garni d’une sciure de bois nuageuse, un dessert new-yorkais à l’acide prussique. Les jeux de mots – traces des années passées auprès de Willy, ravivées par la fréquentation de Léopold Marchand ? – sont nombreux au début. L’expression se fait volontiers énergique et la verve de Colette est dans ses lettres moins contrôlée que dans les œuvres destinées à la publication : les roses Paul-Néron sont « grosses comme [s]on derrière », elle est arrivée en Suisse « la colique à l’âme et l’intestin neurasthénique ».

22Les manuscrits témoignent des modalités d’élaboration de ces textes, visiblement écrits au fil de la plume, et parfois à la hâte. On perçoit le rythme de la vie au jour le jour. Mais le style atteint parfois un remarquable degré d’élaboration, sans que les préoccupations littéraires apparaissent directement. On ne trouve pas là – ce qu’on pourrait attendre entre femmes de lettres – des informations importantes sur la genèse de l’œuvre : juste quelques indications concernant les notes prises au cours des voyages, en Algérie, au Maroc, qui serviront à des rédactions ultérieures. Cependant les passages qui renvoient aux œuvres de Germaine Beaumont montrent la pertinence d’un regard professionnel ; tels ces mots évocateurs, à propos d’unis de rien : « Ma Rosine, me voilà donc encore une fois entraînée sur tes pas dans le trouble, l’humide, le noir, le terrible, parmi lesquels tu évolues, que tu suscites si aisément. »

23C’est au fil des pages qu’on trouve des notations éparses renvoyant à l’art des grandes œuvres : les « grosses crevettes qui claquent de la queue » dans les haveneaux ; le portrait d’une famille de châtelains limousins : « […] les restes d’un château ancien, presque détruit, un veuf de l’an dernier, triste et plein d’avidité pour tout ce qui se consomme, son fils avorté, mû par un interminable précepteur, d’un modèle Charles X, – et sa fille : 23 ans, rousse, et frisée depuis le mois de mai, comme nous, chez Desfossés […] ». Sur un tout autre ton, une lettre donne à voir les roses de Castel-Novel : « Des toits de roses roses. Des cordages de roses mousseuses. Des arbres entiers de roses jaunes, odorantes à perdre l’esprit ! Un rosier de mai de trois cents ans est comme une neige sur la façade. Et les roses rouge-noir qui sentent l’essence de géranium, et les grandes roses nobles qu’on croit blanches mais qui ont un sang rose très pâle sous la peau. »

24Il faudrait tout citer, les méduses presse-papiers, l’isolateur de verre d’un vert trouble, le printemps qui éclate en montagne au cœur d’une bourrasque de neige… Chaque lecteur choisira les fleurs de son anthologie dans ces étonnantes réussites spontanées.

Notes

1 Henri de Pène (1830-1888) fut notamment une figure importante du journal Le Gaulois, bonapartiste puis légitimiste après 1870, que lisait toute la bonne société. Ses liens de parenté exacts avec Annie de Pène ne sont pas éclaircis. Lorsque la mère de celle-ci mourut, le faire-part la désigna sous le nom de « Poutrel de Pène ».

2 « […] elles seront lues confidentiellement par une foule de femmes et d’hommes qui, avec un petit frémissement, y verront, une fois de plus, les unes ce qu’elles sont, les autres ce qu’ils font. » écrivit Barbusse à propos de cet ouvrage (Les Hommes du jour, 20 juillet 1918, p. 2) Son jugement est cité par Georges Pioch qui fait d’Annie de Pène un portrait très élogieux, à un moment où elle est attaquée dans la presse nationaliste.

3 Annie de Pène fut également l’auteur d’un roman, Sœur Véronique, paru dans L’Œuvre en 1918, et de deux anthologies : Les Plus jolies lettres d’amour (Messein 1909) et Les Belles prières (ibid. 1910).

4 En 1930 paraissent le roman Piège et le recueil de chroniques Disques. Puis les romans, parfois les recueils de poèmes ou de nouvelles, un essai, se succèdent : Le Fruit de solitude (1932), Cendre et Perce-Neige (1934), La Longue nuit (1936), Les Clefs (1940), La Harpe irlandaise (1941), Du côté d’où viendra le jour (1942), Agnès de rien (1943), L’Enfant du lendemain (1944), Mes Jardins (1945), La Roue d’infortune (1948), L’Ange du soir (1949), Silsauve (1951), Comme le fleuve qui passe (1952), Colette par elle-même, en collaboration avec André Parinaud (1951), Le Déclin du jour (1954), Les Légataires (1966), Le Temps des lilas (1970), Le Chien dans l’arbre (1975), Une odeur de trèfle blanc (1981).
Cette liste (qui passe sous silence les feuilletons), comme de nombreuses indications concernant Germaine Beaumont, doivent beaucoup aux informations de M. Jean-Louis Lécard et aux travaux de Mme Hélène Fau.

5 Robert Kemp admira dans Silsauve la reconstitution de la bourgeoisie provinciale des années 1880.

6 Le prix Théophraste-Renaudot pour Piège en 1930, le prix Alice-Louis-Barthou pour Du côté d’où viendra le jour en 1942, le prix du Livre du mois à Bruxelles pour La Roue d’infortune en 1948, le prix de la Société des Gens de Lettres pour l’ensemble de son œuvre en 1949, le prix Renée-Vivien pour ses poèmes en 1951, le prix Pierre Frondaie pour le Meilleur roman d’amour en 1954 pour Le Déclin du jour. Il n’est pas sûr que cette énumération soit exhaustive.

7 Né en 1876, il devait mourir brutalement en 1935. Son frère Robert, journaliste et essayiste de talent, né en 1882, mourut en 1924.

Notes de fin

* Texte de présentation des Lettres de Colette à Annie de Pène et Germaine Beaumont, Flammarion, 1996.

Table des illustrations

Légende Portrait d'Annie de Pène« Ma petite Annie, vous m'écrivez les choses que je voudrais vous écrire… » (29 décembre 1914).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/33688/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 794k

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540