Version classiqueVersion mobile

Un constructeur de la France du xxe siècle

 | 
Pierre Jambard

Deuxième partie. Gouvernances d’entreprise

Chapitre V. Un actionnariat fidèle

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 SAE, Assemblée générale ordinaire, 9 juin 1964, archives du Groupe Eiffage.

1En 1964, lors de l’assemblée générale des actionnaires, deux petits porteurs mettent en cause la politique de la direction, en des termes assez vifs1. L’affaire reste sans conséquence, mais paraît troubler suffisamment les responsables pour que les archives conservent la mémoire détaillée d’un incident unique, contraire aux traditions de l’entreprise. La Société Auxiliaire appartient, en effet, à la catégorie des entreprises où les états d’âmes des actionnaires, y compris des plus importants, ne se manifestent que très rarement. À plus forte raison, les critiques sont absentes. L’épargnant qui apporte ses fonds à la SAEETP, puis à la SAE, semble accorder une entière confiance à la direction de l’entreprise. De fait, en cinquante années, jamais l’actionnariat ne vient contrarier l’action du chef d’entreprise. En retour, l’habitude s’établit d’une rétribution particulièrement généreuse du capital, à l’exception des périodes les plus difficiles.

2La composition de l’actionnariat, la politique en matière de redistribution des bénéfices permettent d’explorer la place des détenteurs du capital dans l’histoire de l’Auxiliaire, en tentant d’apprécier le poids de certains actionnaires sur la conduite des affaires. Les évolutions s’inscrivent au sein d’une chronologie simple : jusqu’au début des années 1950, les actions sont entre les mains d’un petit nombre ; puis le capital s’ouvre progressivement. La longue durée permet de mieux appréhender les pouvoirs d’influence, au travers de l’étude du conseil d’administration et des groupes qui l’ont composé. Certains documents, conservés dans les archives de la SAE, se sont révélés précieux pour cette étude : en particulier, le Grand Livre des Transferts et Conversions qui enregistre jusqu’en 1955 toutes les modifications du capital social et de la liste des actionnaires. Pour la période plus récente, les dossiers des assemblées générales conservent généralement la liste nominative des détenteurs de parts.

L’actionnariat réduit des origines (1924-1952)

3Jusqu’au début des années 1950, le capital de la SAEETP ne compte qu’un nombre restreint de détenteurs. Beaucoup y sont présents depuis les origines. En revanche, les équilibres entre les actionnaires se transforment profondément tout au long de cette trentaine d’années. Les sociétés fondatrices cèdent progressivement le contrôle à Gino Valatelli à partir de 1931. Celui-ci doit, cependant, composer avec d’autres actionnaires importants, comme le Groupe Durand dans les années 1930, et avec les proches de la banque Demachy, après la Deuxième Guerre mondiale.

4Tout au long de ces trois décennies, la politique de redistribution vise à concilier, parfois difficilement, les intérêts des actionnaires et une conjoncture économique contrastée.

Le groupe Marchena en position dominante (1924-1932)

  • 2 SAEETP, Assemblée générale extraordinaire, 5 octobre 1925.

5Les premières années, la Société Auxiliaire doit à ses origines de n’être qu’une filiale. Le capital social d’origine, d’un million de francs, est composé de 2 000 actions d’une valeur de 500 francs chacune2. Les deux sociétés de forces motrices détiennent 94 % du total, partagé à parts égales entre la Société des Forces Motrices de la Vienne et la Société des Forces Motrices de la Vallée d’Aspe. Totalement dépendante pendant les six premières années de son existence des deux sociétés qui ont décidé sa création, la SAEETP leur reverse de très confortables dividendes.

  • 3 SAEETP, Livre des Transferts et Conversions (1924-1955).

6Chacune d’entre elles reçoit 940 titres3. Les 120 restants sont répartis en lots de 20 actions que se partagent six personnes : Albert et Ernest de Marchena et Eugène Schvarberg, membre du conseil d’administration de la Société des Forces Motrices de la Vallée d’Aspe et directeur général de la Compagnie Électromécanique et trois membres du haut personnel d’encadrement dont Valatelli.

  • 4 Société des Forces Motrices de la Vienne, Conseil d’administration, 8 avril 1924, archives EDF-GDF (...)

7L’accord entre celui-ci et les Marchena, mis en forme le 14 juin 1924, prévoit que sa part augmente rapidement. Il se voit consentir une option de rachat sur les six dixièmes des actions possédées par les deux sociétés de forces motrices4. La seule condition mise à l’application de cet accord stipule que les principaux travaux prévus pour les deux sociétés doivent être terminés. N’ayant plus besoin d’entrepreneur attitré pour réaliser leur programme, leur portefeuille dans une entreprise de travaux publics ne leur sera plus indispensable.

  • 5 SAEETP, Assemblée générale extraordinaire, 10 septembre 1954.

8Jusqu’au début de 1930, la structure du capital ne change pas. Son montant demeure assez modeste, au regard du développement de l’affaire. Mais le principal sujet de surprise pour la période 1925-1930 provient de sa rétribution exceptionnellement généreuse. Aux 8 % de l’intérêt statutaire, déjà confortable, s’ajoutent des superdividendes très élevés. Valatelli en a donné une explication, bien des années après. Il s’agissait pour les sociétés fondatrices de pouvoir récupérer rapidement les investissements réalisés5. La dotation en capital de la SAEETP semble n’être pour elles qu’une simple avance à une entreprise destinée à restituer rapidement ce qui lui a été consenti. Il semble évident que la SAEETP a procuré de substantiels revenus au groupe. Ils n’ont pas suffi, cependant, à empêcher la Société des Forces Motrices de la Vallée d’Aspe de rencontrer de graves problèmes de financement. Ces difficultés expliquent qu’elle soit la première à céder la majorité de son portefeuille d’actions SAEETP.

Tableau 15. – Les actionnaires de la SAEETP en 1924.

Tableau 15. – Les actionnaires de la SAEETP en 1924.

Source : SAE, Livre des Transferts et Conversions.

Valatelli et le Groupe Durand (1931-1941)

9La période qui couvre les années 1930 se révèle être beaucoup plus mouvementée que la précédente, du fait des va-et-vient du capital, au gré des fluctuations de la conjoncture. Elle l’est également par les diverses combinaisons de l’actionnariat qui voient Valatelli, tantôt acquérir la majorité du capital, tantôt en partager le contrôle avec l’Hydroénergie. Cette cohabitation avec les intérêts de la famille Durand ne semble pas avoir posé de grave problème. La situation financière souvent difficile, pesant sur les dividendes, paraît avoir dissuadé toute visée hégémonique en provenance d’intérêts extérieurs.

  • 6 Société des Forces Motrices de l’Adour, Assemblée générale ordinaire, 10 avril 1930, archives EDF. (...)
  • 7 Société des Forces Motrices de la Vienne, Lettre d’Albert de Marchena à Gino Valatelli, 24 juin 19 (...)

10En avril 1930, la Société des Forces Motrices de la Vallée d’Aspe vend 750 de ses actions SAEETP à Gino Valatelli, soit près des huit dixièmes de son portefeuille6. Du coup, celui-ci se retrouve propriétaire de 38 %. En février 1931, la Vienne cède à son tour la plus grande partie de ses actions. L’évolution semble logique, puisque les travaux de son programme d’équipement, touchent à leur fin. Les archives de la Vienne conservent la trace d’une lettre d’Albert de Marchena à Valatelli faisant référence à des accords en date du 11 février 1926, modifiant ceux signés en 19247. Les conditions semblent un peu moins favorables pour ce dernier. Rachetant 350 actions à la Vienne, il ne devient propriétaire que 56 % du capital et non de 60 %, comme prévu originellement. 400 autres actions de la Vienne sont vendues aux frères Marchena. La famille des industriels devient, pour près de trente ans, un actionnaire très important.

  • 8 SAEETP, Conseil d’administration, 7 février 1931.
  • 9 SAEETP, Assemblée générale extraordinaire, 20 mars 1931.
  • 10 Voir chap. i, p. 41.

11Le 25 février 1931, on procède à la première augmentation de capital8. Celle-ci est rendue nécessaire par l’expansion de la masse de travaux et la volonté de Valatelli de pouvoir soumissionner dans de bonnes conditions à des projets d’ampleur considérable, comme le barrage de Marèges. Le capital double, passant à deux millions de francs. La moitié est prélevée sur les réserves et convertie en 1 000 titres de 500 francs. Le reste provient de 1 000 autres actions émises auprès du public9. La totalité de cette somme, soit cinq cent mille francs, est versée par l’Hydroénergie, société financière créée par le Groupe Marchéna. Celui-ci a de vastes projets de développement en Europe orientale, en association avec d’importants partenaires étrangers10. En l’absence d’archives explicites à ce sujet, il est impossible de dire si cette entrée de l’Hydroénergie dans le capital de la SAEETP avait pour but de lui confier des travaux. La période se révèle, d’ailleurs, trop mouvante pour permettre une analyse aisée. La Société des Forces Motrices de la Vallée d’Aspe est en cours de dissolution, rachetée par les intérêts du groupe de Pierre-Marie Durand. Au même moment, la disparition d’Albert de Marchena hâte la disparition de son groupe.

  • 11 Voir C. Vuillermot, « De la naissance aux années 1950, l’Entreprise Industrielle, une compagnie pr (...)
  • 12 SAEETP, Livre des Transferts et conversions (1924-1955).
  • 13 Ibid.

12Les Durand ne tardent pas à s’emparer de l’Hydroénergie. Leurs intérêts, très proches de ceux de la famille Marchena, contrôlent désormais le quart du capital de l’Auxiliaire. Mais il ne semble pas que la pénétration du premier groupe d’énergie électrique du pays relève d’autre chose que de rachats de portefeuille, sans véritable logique industrielle. L’Entreprise Industrielle dispose, d’ailleurs, avec l’Entreprise Industrielle, de sa propre entreprise de travaux publics11. Néanmoins, peut-être est-ce par prudence, que Valatelli éprouve le besoin de s’assurer de la majorité des voix à l’assemblée générale du 6 février 1932, en demandant à sa sœur Rosina d’acheter 500 actions12. Le Groupe Durand accroît alors sa présence, en devenant le principal actionnaire, avec près d’un tiers du capital. Lors de l’AGE de mai 1933, les 285 actions qui restaient dans le portefeuille de la Vallée d’Aspe vont, pour 250 d’entre elles à Hydroénergie et le restant à la Société Hydroélectrique des Basses-Pyrénées, une autre de ses filiales13.

  • 14 SAEETP, Conseil d’administration, 8 uillet 1932.
  • 15 SAEETP, Assemblée générale ordinaire, 6 mai 1933.
  • 16 SAEETP, Conseil d’administration, 26 mai 1933.

13En 1933, la SAEETP absorbe la SGCBA, sa filiale spécialisée dans les travaux urbains et industriels14. Valatelli déclare devant l’assemblée générale que cette augmentation de capital représente une charge lourde mais qui doit permettre de parer au fléchissement des travaux hydroélectriques15. Le capital social est alors porté à deux millions et demi, par création de 1 000 actions nouvelles, attribuées aux actionnaires de la SGCBA, à raison d’un titre SAEETP pour huit de l’ancienne société16. La société s’engage à racheter au bout d’un an les titres qui ne trouveraient pas preneurs. La revente, au bout d’un an, du portefeuille des anciens actionnaires de la SGCBA permet une certaine diversification des actionnaires, dont le nombre tend à augmenter légèrement. Hector Raniéri, un des cadres dirigeants de l’entreprise acquiert 147 titres. Avec Jacques, neveu d’Albert et d’Ernest, une nouvelle génération de Marchena fait, par ailleurs, son entrée dans le capital de la société.

  • 17 SAEETP, Conseil d’administration, 24 janvier 1935.
  • 18 Ibid., 3 avril 1936.

14Durant la deuxième moitié des années 1930, l’évolution du capital social traduit clairement la difficulté des dirigeants d’entreprise à prévoir la conjoncture, même pour échéance relativement courte. Les responsables de la SAEETP s’attendent à une nouvelle et forte réduction des travaux en 1935, accentuant la tendance des années précédentes. Les besoins en trésorerie risquent donc de s’en trouver amoindris. En proie à de graves difficultés financières, une véritable opération chirurgicale vise à réduire le capital social et alléger les dividendes à verser. En janvier 1935, Valatelli propose de réduire le portefeuille de la société en ramenant son capital à 2,2 millions17. L’entreprise possède, en effet, 600 de ses propres titres qu’elle a dû racheter aux anciens actionnaires de la SGBA. Il suffit de les annuler. L’opération est réalisée le 8 avril 1935, le conseil s’engageant devant l’assemblée générale extraordinaire, qui se tient le jour même, à revenir à la situation antérieure, dès que la situation le permettra. On espère une reprise de l’activité au printemps 1936, qui fait prévoir une augmentation des besoins en trésorerie18. La décision est prise d’émettre à nouveau 600 actions, destinées en priorité aux actionnaires. Mais la rechute de l’activité rend cette décision inutile. Lorsqu’il annonce qu’il sursoit à cette augmentation, le conseil choisit d’invoquer les événements politiques liés à la victoire du Front populaire. Comme la baisse se poursuit en 1937, la prudence demeure de mise et le projet est, à nouveau, ajourné. Il faut la très forte reprise de 1938-1939 pour permettre une importante augmentation.

  • 19 C. Vuillermot, L’Énergie industrielle : d’une société à un groupe de production-distribution d’éne (...)

15L’incertitude de la période contribue certainement à figer la physionomie du capital pendant plusieurs années. Valatelli et le Groupe Durand détiennent chacun environ le tiers des titres, la famille Marchena n’en contrôlant plus qu’un peu plus de 10 %. Parmi la douzaine d’actionnaires restants, beaucoup plus modestes, on peut noter une entrée porteuse d’avenir, celle des Demachy. En novembre 1935, la banque et Robert Demachy, à titre personnel, acquièrent respectivement 30 et 20 actions. Le geste est destiné avant tout à apporter un soutien symbolique, au moment où la SAEETP traverse une grave crise financière. En revanche rien ne vient éclairer l’attitude du puissant actionnaire qu’est Pierre-Marie Durand à cette époque, ni dans le sens d’un appui, ni dans celui d’une défiance éventuelle. Les archives restent singulièrement discrètes à ce sujet. Comme l’écrit C. Vuillermot, « une certaine incertitude existe au sujet des rapports entre Valatelli et les Durand19 ». Les faits seuls permettent de tirer quelques enseignements.

16Actionnaire de référence entre 1932 et 1939, l’Énergie Industrielle se trouve être, par ailleurs, un client de l’Auxiliaire pour deux chantiers d’importance considérable, la centrale thermique de Bayonne et le barrage d’Eylie, dont on a dit le poids essentiel dans l’équilibre financier de l’entreprise à partir de 1935. Dans les deux cas, la commande passée à la SAEETP est antérieure à la prise d’intérêt des Durand dans ces travaux. Rien ne permet donc d’avancer que la présence des Durand au sein du capital de l’Auxiliaire a pu avantager celle-ci par rapport à des concurrents. La SAEETP n’est nullement devenue un constructeur attitré des Durand et n’obtient aucune aide particulière, au moment de la crise du milieu de la décennie. Pourtant, la collaboration de Valatelli et des frères Durand est allée bien au-delà de la seule gestion de la SAEETP. Valatelli siège aux conseils d’administration de multiples sociétés contrôlées par l’Énergie Industrielle. Il est même nommé administrateur-délégué d’une autre société du Groupe Entreprise Industrielle, la Société Hydroélectrique des Basses-Pyrénées qui vient d’absorber la Vallée d’Aspe.

  • 20 SAEETP, Conseil d’administration, 3 octobre 1935.

17Pour les Durand, Valatelli apparaît comme un professionnel de grande valeur dont la compétence leur est utile, en aucun cas comme un entrepreneur avec lequel il serait question de définir une stratégie commune. Les deux parties ne se situent pas sur un pied d’égalité. Pierre-Marie Durand, n’a jamais revendiqué un poste d’administrateur de la SAEETP, auquel son poids dans le capital lui donnait droit. Leurs rapports sont demeurés certainement courtois, dans la mesure où Valatelli n’est pas assez important pour gêner les Durand mais, sans doute, assez distants. Pour l’essentiel, ce qui intéresse Pierre-Marie-Durand dans la SAEETP, c’est qu’elle soit capable de mener à bien les travaux d’Eylie. C’est pour cela que l’Hydroénergie apporte sa caution au crédit de un million de francs que la SAEETP contracte auprès la banque Demachy, afin de faire face aux décaissements occasionnés par le chantier20. Mais dès que l’essentiel des travaux est terminé, elle se retire de son capital, comme si la SAEETP ne présentait plus d’intérêt pour le puissant groupe.

Tableau 16. – Valatelli et le Groupe Durand : un partage de l’actionnariat (au 30-10-1939).

Tableau 16. – Valatelli et le Groupe Durand : un partage de l’actionnariat (au 30-10-1939).

Source : SAEETP, Livre des Transferts et Conversion, Archives du Groupe Eiffage.

  • 21 SAEETP, Assemblée générale extraordinaire, 28 décembre 1939.
  • 22 SAEETP, Livre des Transferts et Conversions.

18La fin de l’année 1939 est marquée par des changements considérables. Le capital est porté à la somme de 4,4 millions, par prélèvement sur les réserves, afin de doter l’entreprise des moyens nécessaires à une activité qui a repris très fortement21. Par ailleurs, avec l’achèvement de la deuxième tranche des travaux d’Eylie, Valatelli parvient à prendre le contrôle de la majorité absolue du capital, en achetant la totalité du portefeuille d’Hydroénergie22. L’année suivante, il rachète les actions de sa sœur. Il acquiert également les 285 actions qui restaient dans le portefeuille de la Vienne. Aussi, en 1941, celui qui est désormais PDG en titre est-il devenu le propriétaire de plus de 70 % des titres de l’Auxiliaire.

Tableau 17. – Gino Valatelli : une prise de contrôle progressive du capital.

Tableau 17. – Gino Valatelli : une prise de contrôle progressive du capital.
  • * Évaluation moyenne sur l’année d’après le livre des Transferts et Conversions, (1924-1955) SAEETP.

19Note *

  • ** Y compris les actions de Rosina Maggioni, sa sœur.

20Note **

  • 23 SAEETP, 11e, 12e et 13e Assemblées générales ordinaires.

21Durant toute la décennie 1930, les dividendes enregistrent de très fortes variations, au gré de la conjoncture. Lorsque la situation le permet, le capital est généreusement rétribué. C’est le cas de l’exercice qui précède la guerre (1939), sans que, cependant, on retrouve les niveaux atypiques des années 1920. Inversement, dès que la situation financière de l’entreprise se dégrade, les dividendes sont rognés et les actionnaires doivent se contenter du seul intérêt statutaire, comme en 1933 et 1934. Bien plus, on n’hésite pas à supprimer tout dividende pendant les trois années les plus graves que connaît la SAEETP (1935-1937)23. Cette politique, justifiée au plan comptable, ne peut s’expliquer que parce que les actionnaires, encore peu nombreux, sont en majorité des gens aisés qui peuvent se passer momentanément du versement du fruit de leur épargne. Pour la plupart, très proches des réalités du monde de l’entreprise, ils peuvent en comprendre les difficultés.

Une ouverture prudente du capital (1941-1952)

22La période qui correspond à la guerre et à la reconstruction se caractérise par deux évolutions fondamentales. Le capital social augmente de façon régulière. En neuf années, entre 1941 et 1950, la SAEETP procède à six augmentations, deux pendant la guerre (1941-1944) et quatre à partir de 1945 (1945, 1947, 1948, 1949 et à deux reprises et 1950). Mais sa valeur, hors inflation, n’est multipliée que par un coefficient un peu supérieur à 2,8. L’autre nouveauté provient de l’ouverture à des actionnaires plus nombreux, dont beaucoup viennent dans le sillage de la banque Demachy, tandis qu’une place est faite aux cadres dirigeants de l’entreprise.

23Dès l’armistice, l’activité demeurant soutenue, Valatelli a la préoccupation de se préparer aux perspectives ouvertes par la reconstruction. La société doit être en mesure d’acheter du matériel nouveau, tout en disposant de la trésorerie nécessaire à la bonne marche des futurs chantiers. Une fois le conflit terminé, le souci du PDG demeure le même. Il importe de mettre en rapport le capital social avec l’importance prévisible du carnet de commandes à venir. Mais les confortables réserves accumulées par l’Auxiliaire, au terme des exercices précédents, permettent de financer une politique d’expansion volontariste.

Tableau 18. – Les augmentations du capital social de 1941 à 1950.

Tableau 18. – Les augmentations du capital social de 1941 à 1950.

Source : SAEETP, Livre des Transferts et conversions.

  • 24 SAEETP, Livre des Transferts.
  • 25 SAEETP, dossiers des Assemblées générales.
  • 26 SAEETP, Assemblée générale extraordinaire, 15 mars 1944.

24Sur l’ensemble de la période, la SAEETP ne procède qu’à quatre émissions de titres, en 1941, 1944, 1945 et 1947, contre six prélèvements sur les réserves de l’entreprise, en 1944, 1947, 1948, deux fois en 1949 et en 1950. La valeur des incorporations de ressources propres progresse très régulièrement. Elles deviennent exclusives à partir de 1948. En parallèle, la valeur nominale de l’action SAEETP, qui était demeurée la même depuis vingt cinq ans, enregistrant de ce fait une forte dévaluation, est régulièrement réévaluée. La répartition du capital enregistre également d’importants changements. Valatelli demeure l’actionnaire essentiel mais deux groupes tendent à prendre une place croissante : celui du personnel responsable de l’Auxiliaire et, surtout, celui des proches ou des clients de la banque Demachy. Le principal bénéficiaire des émissions de nouvelles actions est, en effet, Gino Valatelli. Il se porte acquéreur de 64 % du total des titres mis sur le marché en 1944, de 70 % en 194524 et conserve, ainsi, la majorité absolue des voix aux assemblées générales. L’époque est aussi celle de l’entrée véritable de la banque Demachy dans le capital de la SAEETP. En juin 1941, à l’occasion du lancement de 1200 actions, la banque en achète 440. Pourtant, la banque choisit de participer modestement aux augmentations qui suivent. Ce sont ses gérants qui, à titre individuel, deviennent actionnaires. Bertrand de la Bouillerie achète des titres SAEETP dès 1941. Jules Exbrayat l’imite et, surtout, Henri Grandet, en se rendant acquéreur de 4 000 actions lors de la souscription de 1945, soit 10 % du capital. L’actionnariat s’ouvre aussi à la famille de Wendel, par l’intermédiaire de leurs cousins Demachy. Humbert de Wendel achète 2 000 actions. Une clientèle aristocratique fait son apparition sur les listes d’émargement des assemblées générales : baron de Gargan, baron La Caze, Mme de La Boulaye25. L’émission de 1944 se singularise en réservant dix mille actions aux chefs de service de l’entreprise26. L’objectif de Valatelli est, bien sûr, de mieux les souder au destin de l’entreprise. On voit ainsi le chef comptable, Armand Stoll, le chef du bureau d’études, Arthur Decauchy, les directeurs régionaux, Clément Brousse, Louis Montalibet constituer des portefeuilles, le plus souvent restreints. Seul, avec 750 actions, Roger Saloy dispose d’un capital plus fourni.

25La politique de redistribution des profits prolonge l’époque précédente. La rémunération du capital y demeure généreuse. Le plus souvent, le dividende se situe à 12 %. Lorsque la situation paraît plus incertaine, les actionnaires doivent se contenter du seul intérêt statutaire de 8 %, sans aucun bonus, comme c’est le cas en 1944 et 1945. Cependant, trois distributions d’actions gratuites, en 1944, 1947 et 1948, et trois élévations du nominal des actions, en 1949 et 1950, font plus que compenser les années où le taux de distribution semble moins important. Cette politique explique sans difficulté l’attrait que l’Auxiliaire exerce sur les nouveaux actionnaires.

La dispersion du capital (1952-1974)

26À partir du début des années 1950, la reconversion vers le bâtiment, le changement d’échelle de l’entreprise et l’accroissement considérable de ses besoins ouvrent une nouvelle époque qui transforme le contexte financier de l’entreprise. Pourtant, jusqu’en 1960, les multiples opérations d’augmentation du capital ne se traduisent pas par un bouleversement de l’actionnariat. Il demeure dominé par une étroite entente entre Valatelli et les intérêts Demachy-Wendel et le maintien de traditions solidement établies. Au contraire, l’ouverture vers les marchés financiers et la vente progressive des titres Valatelli entraînent un poids accru des petits porteurs. Face à un capital désormais très dispersé, la présidence de Maurice Mathieu continue à bénéficier de la plus large liberté de manœuvre.

La montée de l’actionnariat Demachy (1952-1960)

27La période s’inscrit dans la continuité. Le capital social est multiplié par 2,6 en valeur constante, soit un rythme proche des années d’après-guerre, et les formes d’augmentation demeurent conformes à ce qui se pratiquait déjà auparavant. L’actionnariat évolue lentement. Seule la politique de distribution révèle l’existence d’une période de difficultés au milieu de la décennie, à l’origine d’une austérité de plusieurs années, contemporaine de la réorientation.

  • 27 SAEETP, Assemblée générale extraordinaire, 15 mai 1952.
  • 28 SAEETP, Conseil d’administration, 11 avril 1952.
  • 29 SAEETP, Assemblée générale extraordinaire, 11 mai 1953.

28En 1952 et au début de 1953, à six mois d’intervalle, l’Auxiliaire procède à deux émissions de titres par souscriptions, les premières depuis cinq ans. Le capital social double en francs courants. Ce n’est qu’une étape puisque l’assemblée générale extraordinaire de mai 1952 autorise le conseil à en porter la limite jusqu’à 500 millions27. L’opération, d’importance, nécessite une autorisation du ministère des Finances. Valatelli la justifie par l’obligation pour l’entreprise de disposer d’une trésorerie plus large28, en reprenant, à l’identique, les motifs invoqués lors des augmentations précédentes. L’Auxiliaire, qui vient d’obtenir la réalisation des pistes de l’aérodrome de Châteauroux, doit acquérir du matériel particulièrement onéreux. Pour la première opération, l’ouverture du capital demeure limitée, d’autant que seule la banque Demachy est chargée de placer les actions. Pourtant, le succès contribue à améliorer « considérablement » le fonds de roulement29. La deuxième augmentation apparaît beaucoup plus hardie. Elle consiste en une seule souscription auprès du public de 50 000 actions, soit un accroissement de 40 % par rapport au nombre précédent de titres. L’émission reçoit un accueil très favorable, au point qu’il faut repousser la date de clôture de la souscription à la demande de nombreuses personnes intéressées. Pourtant, c’est la dernière souscription de la décennie. Les bénéfices de l’entreprise s’avèrent désormais suffisants pour que les augmentations suivantes en reviennent à un financement entièrement interne.

  • 30 SAEETP, Assemblée générale extraordinaire, 10 septembre 1954.
  • 31 Société Générale, Étude sur la SAE, 7 juin 1960, dossier 4603.
  • 32 SAEETP, Assemblée générale extraordinaire, 21 juin 1955.

29L’assemblée générale extraordinaire de septembre 1954 autorise le conseil à porter le capital, en plusieurs étapes, jusqu’à un milliard de francs30. Entre 1955 et 1959, l’Auxiliaire engage cinq augmentations du capital social qui passe de 350 à 875 millions en francs courants. Bien que les besoins de l’entreprise du bâtiment explosent littéralement à partir de 1955, l’Auxiliaire parvient à financer ces augmentations par des incorporations de réserves ou de bénéfices de l’année31. En 1958, 34 millions sont pris sur les réserves de réévaluation, 10 millions pris sur la réserve générale et 56 millions proviennent des bénéfices de l’année. Les actionnaires se voient attribuer une nouvelle action pour cinq anciennes. L’année suivante, pour une augmentation du capital social de 175 millions, 128 résultent des résultats de l’exercice et 47 sont prélevés sur les réserves. L’opération entraîne deux distributions gratuites, portant au total sur deux nouvelles pour dix anciennes. Au total, en quatre exercices, entre 1955 et 1959, un total supérieur au capital social est réinvesti. Le rythme n’est pas plus élevé que durant la période précédente, mais désormais, seul intervient le financement intérieur. Le nominal des actions est porté à 5 000 francs, comme chez les autres grandes entreprises de travaux publics32. Cette mesure se révèle des plus durables puisque le montant des titres SAE demeure inchangé jusqu’en 1981.

Tableau 19. – Les augmentations de capital à l’époque de la reconversion (1952-1959).

Tableau 19. – Les augmentations de capital à l’époque de la reconversion (1952-1959).

Source : SAE, Capital social depuis 1924, tableau établi en 1988, archives du Groupe Eiffage.

  • 33 SAEETP, Livre des Transferts.
  • 34 SAEETP, Conseil d’administration, 9 février 1957.
  • 35 SAEETP, Livre des Transferts.

30Les émissions de 1952-1953 assurent la montée de l’influence des actionnaires, liés de diverses façons à la banque Demachy. Ils souscrivent pour plus des quatre cinquièmes aux nouvelles actions, résultat logique d’un monopole des guichets de la banque33. Désormais, lors des assemblées générales, l’habitude se prend de distinguer trois groupes d’actionnaires : le groupe représenté par Gino Valatelli, celui de la banque Demachy, enfin le personnel de l’entreprise et des actionnaires isolés. Gino Valatelli continue de disposer de l’appui d’une majorité de détenteurs d’actions. Cependant, il ne détient plus personnellement la majorité absolue. En 1952, il ne s’est pas porté pas acquéreur de la majorité des actions mises sur le marché. L’érosion de la position de Valatelli, qu’elle soit subie ou volontaire, aboutit à ce qu’il ne contrôle plus guère que 43 % du capital. Il peut, néanmoins, s’appuyer sur un groupe de 25 personnes pour franchir la barre des 50 % de voix aux assemblées. Dans les années qui suivent, Gino Valatelli accentue son désengagement. Il le fait en faveur des siens mais, aussi, de Maurice Mathieu. Au début de 1957, celui acquiert 10 % du capital, devenant du coup un des principaux actionnaires de l’entreprise dont il est de plus en plus clair qu’il en deviendra le dirigeant34. À la fin de la décennie 1950, Valatelli ne doit plus contrôler personnellement qu’un quart des titres de l’Auxiliaire. Parallèlement, les intérêts proches de la banque Demachy enregistrent un bond considérable. La banque Demachy n’est directement propriétaire que d’un portefeuille modeste (2,5 %). Mais, un de ses gérants, Henri Grandet devient le deuxième actionnaire en 1952. Avec son épouse, il dispose de 17 % des titres, devançant très largement les Marchena qui n’en détiennent plus que 9 % environ. Les intérêts de la famille Wendel, également, prennent une importance de plus en plus marquée. En mars 1953, la Sofilia se rend propriétaire d’un peu plus de 10 % du capital35. Un troisième groupe d’actionnaire occupe une place beaucoup moins importante : 9 % pour le personnel et 5 % pour les actionnaires isolés qui ne se reconnaissent dans aucun des deux grands groupes précédents. Leur poids tend à se réduire. La politique, déjà ancienne, visant à impliquer davantage les hauts responsables dans le capital de la SAEETP n’a pas dépassé la place modeste qui était la sienne en 1944.

  • 36 SAEETP, Assemblée générale ordinaire, 12 mai 1954.
  • 37 SAEETP, Conseil d’administration, 10 août 1954.
  • 38 Ibid., 16 mars 1955.
  • 39 SAEETP, Livre des Transferts.

31Durant cette période, la politique des dividendes respecte les grands principes appliqués déjà vingt ans auparavant. Lorsque la situation l’exige, Valatelli n’hésite pas à les limiter ou les supprimer. Entre 1951 et 1953, ils sont à peine supérieurs à l’intérêt statutaire tandis que le bénéfice de 1954 est entièrement incorporé aux réserves36. L’année suivante, Valatelli obtient une modification des statuts pour ramener l’intérêt légal à 6 %, « l’intérêt fixé par les statuts étant anormalement élevé dans la situation administrative et fiscale actuelle37 ». On peut supposer que ce sont les nécessités d’investissement en matériel et en personnel qui guident cette politique. En revanche, dès que l’horizon s’éclaircit et que la marge bénéficiaire augmente, on retrouve une politique « d’augmentation des dividendes qui est la politique traditionnelle de la société depuis de longues années38 ». C’est le cas à partir de 1955, avec l’envolée des commandes de logements. En 1958, les dividendes sont deux fois supérieurs au nouveau niveau statutaire et on atteint 15 % pour l’exercice 1959. À n’en pas douter, la situation de l’actionnaire de la SAEETP à la fin de la décennie 1950 est redevenue très confortable. La direction de la société a à cœur de satisfaire un groupe qui, bien que de plus en plus nombreux – on compte 110 détenteurs de titres en 195539, demeure très homogène. L’intéresser à la marche de l’entreprise, lui faire comprendre les nécessités d’une rigueur passagère reste chose relativement aisée, en particulier grâce aux relais écoutés de la banque Demachy. La gestion de l’Auxiliaire, sans être dégagée des nécessités de la rentabilité financière, laisse très largement les coudées franches à ses dirigeants.

L’ouverture vers le marché (1960-1974)

32À partir de 1960, la promotion de la SAE au rang de très grande entreprise l’oblige à se tourner vers le marché boursier, de façon presque logique. Cependant, les ressources nouvelles qu’elle y trouve n’apportent qu’une contribution modérée au développement de son activité. Les conséquences de cette ouverture paraissent sans doute plus déterminantes sur la physionomie de son actionnariat, désormais très dispersé

  • 40 SAE, Conseil d’administration, 21 février 1961.
  • 41 D. Barjot, « Les firmes et leur financement : le cas de quatre grandes entreprises de travaux publ (...)
  • 42 F. Caron et J. Bouvier, in Histoire économique et sociale de la France, F. Braudel et E. Labrousse(...)
  • 43 D. Barjot, La grande entreprise française de travaux publics, op. cit., p. 2389.

33La société a besoin d’une trésorerie de plus en plus considérable, du fait de la taille des chantiers et de la spécificité des marchés de la construction. Dans bien des cas, il faut être prêt à assurer soi même l’avance du financement de certaines affaires pour obtenir des travaux, dans l’attente des décisions administratives, souvent fort longues à intervenir40. Valatelli pense, donc, qu’il est indispensable de pouvoir s’appuyer sur des ressources plus vastes et d’origine plus diversifiée. La Société Auxiliaire n’a jamais éprouvé le besoin de faire appel au marché financier durant les trente cinq premières années de son existence. Pourtant, dans les années 1920, la bourse forme la principale source de financement des entreprises, en particulier dans les secteurs modernes comme l’électricité. Moins onéreuses que les obligations et les crédits bancaires, les actions représentent les deux tiers des ressources empruntées41. L’envergure modeste de l’Auxiliaire ne devait même pas constituer un obstacle puisque, dans l’entre-deux-guerres, l’accès au marché boursier est à peu près le même, selon les différentes tailles d’entreprises. Si la SAEETP n’y a pas fait appel, c’est en raison de son statut de filiale qui rend inutile ce type d’apport. Dans l’immédiat après-guerre, la question ne se pose pas davantage. La coopération avec Demachy suffit à lui attirer de l’argent frais, qu’elle complète en émettant des obligations. Les réseaux de financement des entreprises ont changé. La bourse perd son rôle central dans le financement de l’économie française. La période des années 1950 voit même les marchés financiers relégués à une place tout à fait marginale, destinée à se maintenir assez longtemps. Entre 1959 et 1964, le marché ne distribue que 17,8 % des ressources des entreprises contre plus de 70 % pour les institutions financières42. Les perspectives sont d’autant moins encourageantes pour les rares entreprises de construction cotées en bourse que leurs titres demeurent peu attractifs, en raison de marges bénéficiaires en général assez modestes43.

  • 44 Société Générale, Étude du 7 juin 1960, dossier 4603.
  • 45 SAEETP, Conseil d’administration, 4 décembre 1959.
  • 46 Agence économique, 9 mai 1960, Archives du Monde du Travail, 184 AQ 37.
  • 47 Société Générale, Étude du 7 juin 1960, dossier 4603.

34Cependant, les archives de la Société Générale laissent à penser que Valatelli envisage, depuis plusieurs années, de se tourner vers les marchés d’actions. Ses résultats et les perspectives d’avenir rendent possible une introduction en bourse de son titre, dans des conditions favorables pour satisfaire des besoins qu’il prévoit en forte expansion. La Société Générale accepte, alors, de se charger de l’opération, évinçant définitivement Demachy qui jusque-là avait été le seul à s’occuper des émissions d’actions de la SAEETP. Sa capacité à placer les actions auprès des agences de son réseau réparti sur l’ensemble du territoire a été décisive. Les démarches durent toute l’année 1959. Il faut, en effet, satisfaire aux conditions posées par la Chambre des courtiers en valeurs mobilières de Paris. Elle exige un remboursement préalable de l’ensemble des obligations souscrites par l’entreprise. La somme à régler représente encore vingt cinq millions de francs en circulation44. Mais la santé financière de la société permet de donner satisfaction au Président de la chambre. Le solde des engagements obligataires est réglé avant la fin de l’année45. L’introduction en bourse peut donc avoir lieu au printemps suivant. Le 7 mars 1960, les 140 000 actions composant le capital social de la SAEETP sont admises à la cote au comptant, à la rubrique « travaux publics ». Le 9 mai, elles font leur entrée à la cotation à terme46. L’introduction constitue un succès. Dans les semaines qui suivent, le cours de l’action gagne 10 francs par jour. De 150 francs, le 7 mars, le titre SAE fait plus que doubler en trois mois, montant ainsi jusqu’à 370 francs. La bourse a manifestement salué l’arrivée d’une valeur en pleine expansion47. L’entreprise peut donc envisager de faire largement appel au marché et ne tarde pas à profiter de cette nouvelle possibilité.

  • 48 SAE, Conseil d’administration, 12 octobre 1960.
  • 49 Ibid., 21 février 1961.
  • 50 SAE, État de souscription et de versement, 21 février 1961.
  • 51 SAE, Assemblée générale ordinaire, 29 juin 1960.

35À l’automne de l’année 1960, une nouvelle émission de 50 000 actions porte le capital à 11,5 millions de nouveaux francs48. Si les anciens actionnaires bénéficient d’une préférence, à raison de deux actions pour sept anciennes, la souscription remporte un succès marqué auprès du grand public49. L’opération attire 1620 acquéreurs. Parmi eux, on retrouve les gros actionnaires traditionnels liés à Demachy. En revanche, la quasi-totalité des acquéreurs (70 % environ) se contente de deux ou quatre actions. On assiste à l’entrée d’un petit actionnariat dans le capital de SAE. Il est, en majorité, issu des classes moyennes, commerçants, professions libérales. On trouve même des personnes à revenus incontestablement modestes comme, par exemple, une employée de maison50. L’origine géographique des actionnaires, disséminés dans toute la France, montre l’efficacité du réseau des guichets de la Société Générale. On peut dater de ce moment, pour reprendre l’expression de Gino Valatelli, la fin de l’« affaire de famille et d’amitié51 » qu’était jusque-là la SAE.

  • 52 SAE, Conseil d’administration, 27 octobre 1965.

36Pourtant, au cours des quinze années qui suivent, entre l’introduction en bourse et le milieu de la décennie 1970, la SAE ne fait que modérément appel à ces nouveaux actionnaires. Le capital n’est modifié qu’à cinq reprises, dont trois jusqu’en 1966 et seulement deux après. En valeur constante, s’il s’accroît de plus de moitié entre 1962 et 1966, les réévaluations suivantes ne parviennent même pas à couvrir les effets de l’inflation. Tout se passe, donc, comme si le maintien d’un capital social en proportion avec l’activité avait cessé d’être une préoccupation permanente de la présidence de Maurice Mathieu, comme cela avait été le cas aux périodes précédentes. La raison principale provient, sans doute, de la capacité de l’entreprise à trouver d’autres sources de financement. Ses ressources propres et la confiance que lui manifestent les organismes de crédit suffisent largement. D’ailleurs, les augmentations se font souvent à la demande des créanciers de la SAE qui souhaitent obtenir ainsi des garanties pour leurs créances. C’est l’origine de l’opération de 1966 qui vient en exact complément d’un crédit accordé à cette condition par le Crédit national52. Le souci n’est donc plus, comme dans les années 1950, de disposer d’une trésorerie abondante, mais seulement, de consolider, les bases d’une expansion qui fait un large usage de l’emprunt.

  • 53 Ibid., 4 mars 1964.
  • 54 Ibid., 7 juin 1966.
  • 55 Ibid, 12 novembre 1969.
  • 56 SAE, Conseil d’administration, 12 novembre 1969.
  • 57 SAE, note d’information, septembre 1969.
  • 58 SAE, Conseil de surveillance, 25 septembre 1974.

37Les incorporations de réserves continuent à occuper une place importante : pour un tiers de l’opération en 1962 et pour moitié en 1966. Quant aux souscriptions les plus importantes, elles datent de 1964 (5 millions représentant la totalité de l’augmentation53), de 1966 (4 millions54) et, surtout de 1969 (8 millions55). L’opération de 1969, la plus importante de la période, fait appel pour les deux tiers au marché et se révèle un grand succès. Le placement des 160 000 actions nouvelles s’effectue sans problème. Les craintes du PDG ne paraissent plus d’actualité, puisque le conseil se plaît à souligner que la presque totalité des anciens actionnaires y ont souscrit56. La notice destinée au public, obligatoire depuis l’ordonnance de septembre 1967, retrouve les mêmes arguments qu’une dizaine d’années auparavant : « L’actuel carnet de commandes de la société et de ses filiales permet d’envisager un nouvel accroissement leur activité au cours des prochains exercices qu’il est opportun, compte tenu du volume actuel de l’endettement à long terme, de financer avec des capitaux propres57. » Néanmoins, cet appel à l’épargne publique demeure un cas isolé, puisque l’augmentation de 1975, d’ampleur modeste, résulte à nouveau d’une seule incorporation de réserves58. On peut être tenté d’affirmer qu’à l’exception, peut-être, de l’émission de 1969, les augmentations régulières du capital ne sont plus guère que de simples opérations destinées à rassurer les créanciers de l’entreprises, mais sans influence majeure sur son activité.

Tableau 20. – Les augmentations du capital de 1960 à 1975.

Tableau 20. – Les augmentations du capital de 1960 à 1975.

Source : SAE, Capital social depuis 1924, tableau établi en 1988, archives du Groupe Eiffage.

  • 59 SAEETP, Participation de M. Valatelli dans le capital de SAE (1960-1965), s.d.

38C’est dans le domaine de la répartition du capital que les conséquences de la cotation en bourse du titre SAE semblent avoir été les plus importantes. Certes, la continuité reste de mise parmi les détenteurs important du capital. Les évolutions, sans être négligeables, se manifestent avec une lenteur feutrée. Jusqu’en 1965, les assemblées générales continuent à être dominées par le groupe Valatelli et le groupe Demachy-Wendel, dirigé par Henri Grandet. Valatelli toujours se trouve à la tête d’un groupe d’actionnaires toujours important qui l’ont mandaté pour les représenter : 33 en 192, 80 en 1963, 47 en 1964. Cependant, sa part personnelle, déjà en retrait depuis de nombreuses années, tend à diminuer fortement. Manifestement, Gino Valatelli vend chaque année une partie de son portefeuille59. L’objectif est peut-être fiscal, en prévision de sa succession. Après son décès, ses héritiers, son épouse, en particulier, ne contrôlent plus qu’une part minime du capital. Le fondateur n’a pas souhaité transmettre son entreprise en héritage, considérant que, lui parti, l’Auxiliaire devait connaître un autre destin que celui de simple patrimoine familial.

  • 60 SAE, Dossier AGO 1968.

39Le groupe Grandet est légèrement plus important. Il regroupe les intérêts traditionnels des proches de la banque Demachy. Henri Grandet, puis ses héritiers à partir de 1966, détiennent environ 6 % du capital. Les familles la Bouillerie, Wendel, Gargan, La Caze en sont les principaux détenteurs de parts. Après le décès d’Henri Grandet, c’est M. de Courson qui reprend le rôle de chef de file. Les intérêts directs de la banque Demachy, qui n’avaient jamais été considérables, tendent à diminuer. La banque finit par céder définitivement son portefeuille en 1966. Inversement, le nombre de titres en possession du Groupe Wendel, par l’intermédiaire de la Sofilia, ne cesse de croître. En 1968, elle devient le premier actionnaire de la SAE60. Elle dépasse Maurice Mathieu qui avait été au premier rang des actionnaires pendant quelques années, sans doute entre 1963 et 1967. Mais les parts respectives de Mathieu et de la Sofilia ne dépassent à aucun moment 9 à 10 % du capital. À la différence de Gino Valatelli à certaines époques de sa carrière, Maurice Mathieu n’a jamais été le propriétaire de son entreprise.

Tableau 21. – Les actionnaires les plus importants en 1965.

Tableau 21. – Les actionnaires les plus importants en 1965.

Source : SAE, Dossier de l’AGO de 1965, archives du Groupe Eiffage.

  • 61 SAE, Dossier AGE 1962.

40À partir du milieu de la décennie 1960, avec la disparition de Valatelli et de Grandet, les groupes d’actionnaires semblent se dissoudre et s’entremêler quelque peu. Cependant, l’ancien groupe Valatelli, dirigé pendant quelque temps par Maurice Mathieu puis, à partir de 1968, par Thierry de la Bouillerie, conserve une particularité progressivement acquise depuis 1960, celle de compter dans ses rangs un nombre grandissant d’investisseurs professionnels. Il s’agit de sociétés d’assurances ou de mutuelles, pour la plupart modestes acquéreurs de quelques centaines, voire même de quelques dizaines d’actions. Pourtant, dès 1962, les compagnies La Foncière et la Populaire-Vie deviennent des actionnaires non négligeables. On trouve aussi des caisses de retraite et de prévoyance de salariés de l’industrie, en particulier sidérurgique61. Quant à la banque Demachy, en se désengageant, elle a vendu ses actions à des organismes du même type. La nature de ces sociétés suffit à comprendre qu’elles sont à la recherche d’un placement sûr et convenablement rémunérateur. Leur multiplication au fil des années indique qu’elles l’ont trouvé en SAE. En retour, elles constituent des actionnaires stables, à la recherche d’investissements à long terme. L’importance de ce type d’investisseurs ne fait que croître, puisqu’en 1970, la société de placement Investissement-valeur mobilière est parvenue au deuxième rang des actionnaires. Sa part ne représente, cependant, que 6,2 % d’un capital qui a tendance à s’émietter de plus en plus.

Une société qui sait demeurer indépendante

41Malgré une présence accrue des intérêts extérieurs, surtout financiers, à partir des années 1960, les dirigeants des grandes entreprises de BTP parviennent, en général, à sauvegarder leur liberté de manœuvre vis-à-vis de leur actionnariat. Parmi ses concurrents, la Société Auxiliaire apparaît comme une de celles qui savent le mieux profiter des avantages qu’offre la structure très dispersée de son capital. Une politique de distribution des dividendes, qui devient de plus en plus généreuse, élimine définitivement toute volonté de contrôle actif de la part des détenteurs de capital, malgré une conjoncture boursière contrastée.

  • 62 Voir D. Barjot, « À la recherche des clés de la compétitivité internationale : la société Dumez », (...)
  • 63 D. Barjot, La grande entreprise française de travaux publics, op. cit., p. 2350.

42Durant les années 1960, l’ouverture du capital des grandes sociétés de construction s’impose très largement. L’importance des investissements rend très difficile le maintien d’une stricte politique d’autofinancement. Le cas de Dumez, qui peut s’appuyer sur un actionnariat familial suffisamment fortuné pour répondre aux besoins de son expansion, constitue une sorte d’exception62. Dans la plupart des autres cas, les entreprises qui, pour préserver une indépendance totale, persistent à refuser des apports extérieurs, effectuent souvent un choix malheureux. Elles se privent, en effet, des ressources indispensables et souffrent d’une insuffisance de trésorerie et d’une baisse des investissements. C’est le cas d’Hersent, dont le déclin, déjà sensible dans la période précédente, s’accentue. À un degré moindre, Sainrapt et Brice voit se poser de redoutables problèmes financiers63. Mais il s’agit de cas atypiques. La grande majorité des entreprises du BTP choisit de s’appuyer, à des degrés divers, des partenaires extérieurs.

  • 64 F. Braudel et E. Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, op. cit., p. 1135.
  • 65 D. Barjot, La grande entreprise française de travaux publics, op. cit., p. 2437.
  • 66 D. Barjot, La grande entreprise française de travaux publics, op. cit., p. 2390.
  • 67 Ibid.

43Cependant, alors qu’en règle générale, la stratégie des entreprises françaises dépend étroitement de la nature du contrôle du capital64, le monde de la construction paraît, à l’époque, échapper, en large part, à cette contrainte. L’entrée dans le capital de puissants groupes, qui peut parfois aller jusqu’à une prise de contrôle totale, n’entraîne qu’assez rarement de profondes réorganisations au sein des firmes concernées65. La stratégie d’une entreprise dépend beaucoup plus de la qualité des équipes que de la nature des rapports avec les détenteurs du capital. Le haut degré de cohésion interne, en particulier entre les dirigeants, mais aussi du personnel, pèse en général d’un poids beaucoup plus déterminant dans la conduite d’une affaire que l’influence des actionnaires66. D’ailleurs, dans le cas de prise de participation par des groupes financiers ou industriels, il est courant que les directions des différentes entreprises de BTP parviennent à les maintenir dans un rôle minoritaire, qui ne bouleverse pas l’ordre établi. C’est de cette façon que la société Colas s’efforce d’agir avec la puissante Shell, dès 1959, ou la SGE avec SOFINA en 196667. La situation de la SAE, vis-à-vis des intérêts du groupe de Wendel n’est pas fondamentalement différente, bien qu’elle résulte d’un accord mutuel entre les différents acteurs.

  • 68 D. Barjot, La grande entreprise française de travaux publics, op. cit., p. 2271

44À l’époque de la présidence de Maurice Mathieu, l’indépendance des dirigeants de l’Auxiliaire peut s’appuyer sur l’avantage incontestable que représente la structure très éclatée du capital. Depuis le retrait de Valatelli, il n’y a plus d’actionnaire majoritaire, ni même en position dominante. Le cas de la SAE n’est pas isolé parmi les grands du BTP. Longtemps avant la Société Auxiliaire, les GTM ont connu, eux aussi, une extrême dispersion du capital68. Mais au tournant des années 1960-1970, si l’on excepte la société Dumez, au capital familial, la SAE est probablement, parmi les grands du secteur, la plus indépendante vis à vis de son actionnariat.

Tableau 22. – Les principaux actionnaires de référence des grands groupes de BTP en 1970.

Tableau 22. – Les principaux actionnaires de référence des grands groupes de BTP en 1970.

Source : E. Deck-Chaumont, Culture d’entreprise et stratégie économique, op. cit., p. 111

  • 69 Ibid., p. 2391.
  • 70 E. Deck-Chaumont, Culture d’entreprise et stratégie économique, op. cit., p. 55.

45En comparaison, les autres entreprises importantes du BTP doivent compter, en général, avec un actionnaire de référence important. Francis Bouygues doit prendre en considération l’appui que lui apporte le Crédit Lyonnais. Aussi, une fois son entreprise cotée en bourse, sa préoccupation est-elle de réduire au maximum l’influence de la banque, en ouvrant son capital à l’UAP et à Suez69. La question ne s’est pas même pas posée chez SAE. Un dernier élément essentiel vient, d’ailleurs, renforcer puissamment l’autonomie de décision du PDG de l’Auxiliaire. Il tient dans la prospérité de l’entreprise qui permet une relative indifférence à l’apport de capitaux extérieurs. En l’absence de difficultés financières, rien n’incite les actionnaires, même importants, à intervenir. Sans aller jusqu’à parler comme certains auteurs, de divorce entre pouvoir et capital à propos de SAE70, où des liens anciens et étroits unissent les deux, il est certain que, jusqu’aux années 1970, le contrôle s’y exerce de façon interne à l’entreprise.

  • 71 E. Deck-Chaumont, Culture d’entreprise et stratégie économique, op. cit., p. 100.
  • 72 M. Mathieu, témoignage, 2002.
  • 73 SAE, Rapport du Directoire, 8 avril 1975.

46Le maintien d’un statut de société indépendante suppose, cependant, une logique de distribution des bénéfices. Les filiales de groupes financiers ou industriels, comme Campenon Bernard, Spie-Batignolles ou Fougerolle, se doivent, au début des années 1970, de privilégier la rentabilité économique, dans l’intérêt de leur groupe. Le taux de distribution des bénéfices aux actionnaires passe au second plan. En revanche, aussi bien chez SAE que chez Bouygues ou Dumez, les équipes dirigeantes doivent concilier une double exigence pour conserver leur autonomie : satisfaire leurs actionnaires par une redistribution généreuse, tout en conservant l’essentiel des ressources pour les réinvestir71. C’est ce que Maurice Mathieu explique sans ambages : « En résumé, il faut que ça marche. Si on réussit, si on progresse, si on gagne de l’argent, tout le monde est content, tout le monde tire le collier72. » Les années 1973 et 1974 constituent une période exceptionnelle, par l’envolée des dividendes. Avec l’avoir fiscal, ce crédit d’impôt institué pour encourager les épargnants à investir en bourse, le taux de rémunération des actions SAE, s’élève à plus de 37 %. Il faut remonter à 1931 pour retrouver en valeur relative de tels chiffres, pourtant limités administrativement pour l’exercice 1973 par le ministère des Finances73. La redistribution globale apparaît, quant à elle, très raisonnable eu égard aux ressources de l’entreprise et à son expansion. Elle demeure inférieure à ce qu’elle était en 1960, au moment de l’introduction du titre en bourse.

  • 74 Société Générale, Étude du 23 avril 1964, dossier B 1722.
  • 75 Ibid.
  • 76 La Vie française, 28 avril 1961.
  • 77 Ibid., 6 avril 1962.
  • 78 L’Opinion économique et financière, 22 octobre 1964.
  • 79 Le Journal des finances, 18 juin 1965.

47En contrepoint, la valeur de l’action SAE durant les années 1960 paraît parfois évoluer de façon beaucoup plus contrastée74. Le marché marque, par-là, sa méfiance vis à vis d’une société globalement prospère mais dont l’évolution des résultats se révèle particulièrement heurtée dans la première partie de la décennie. Ainsi, la vive montée des premiers mois ne dure pas et une baisse se produit à la fin de l’année 1961. Les années 1962 et 1963 enregistrent des tendances contradictoires. L’action connaît une forte hausse en 1962, atteint un sommet en janvier 1963, puis le reste de l’année lui est défavorable, avec une véritable dégringolade, due au tassement très marqué des résultats de l’exercice précédent. Dans les années qui suivent, le parcours du titre est aussi chaotique. Deux périodes correspondent à de nouvelles chutes : la fin du deuxième trimestre 1964 et, surtout, les trois derniers trimestres de l’année 1966, durant lesquels le cours de l’action traverse une véritable dépression. Au plus bas, en septembre, il est tombé à 143 francs, soit légèrement en dessous des 150 francs du cours d’introduction. En revanche, portée par la croissance de l’Auxiliaire, une remontée très sensible se produit dès 1967 et se poursuit en 1968 et 1969. Au total, un parcours complexe qui amène les études de la Société Générale à parler de caractère « spéculatif » du titre75. Néanmoins, la banque note que le rendement net, de 2 % en 1963, est honorable, comparable à celui de la plupart des grandes valeurs de travaux publics. L’étude finit par conclure que l’on peut s’intéresser à cette affaire, en raison de ses perspectives très favorables. On retrouve ces mêmes appréciations favorables dans la presse spécialisée. Ainsi la Vie Française publie régulièrement des appréciations encourageantes. En 1961, elle détaille pour ses lecteurs les divers avantages qui font de l’action SAE un bon titre de portefeuille : une possibilité d’actions gratuites à plus ou moins longue échéance, ce qui prouve que la politique suivie en ce domaine par le conseil est judicieuse, une rentabilité satisfaisante du placement, des perspectives industrielles très attrayantes dans un secteur en expansion76. Un an plus tard, la même revue précise que, grâce à ces perspectives d’avenir, la Société Auxiliaire « mérite de figurer en bonne place dans les portefeuilles bien composés77 ». Le rendement des titres fait l’objet d’avis favorables. L’Opinion économique et financière souligne son rendement très satisfaisant78, tandis que le Journal des finances apprécie le taux « fort honorable » du rendement, jointe à une participation financière fort mesurée demandée aux actionnaires79.

  • 80 SAE, Conseil d’administration, 12 novembre 1969.
  • 81 SAE, Assemblée générale ordinaire, 6 juin 1969.

48En octobre 1969, à la veille d’une augmentation de capital de grande ampleur, la direction reçoit la visite de pas moins d’une soixantaine d’analystes et se plie de bonne grâce à un exercice de questions nombreuses et précises sur le bénéfice et la politique des dividendes de l’entreprise80. Le livret, publié la même année, à l’occasion de l’assemblée générale, vient rappeler, à ceux qui l’ignoreraient, l’avantage qu’il y a à être actionnaire de la SAE. En dix ans, peut-on y lire, un porteur de parts qui aurait réinvesti la moitié des dividendes perçus pour répondre aux souscriptions en numéraire, a vu son capital multiplié près de cinq fois81. La direction considère que ce sont ces efforts de communication qui permettent la bonne tenue du titre en bourse à la fin des années 1960.

Jeux d’influence

49Comme pour la grande majorité des sociétés anonymes, c’est à travers le conseil d’administration de la Société Auxiliaire que l’on peut essayer de percevoir les jeux d’influence entre les actionnaires les plus importants. Sa composition et son mode de fonctionnement apportent de précieuses informations sur la réalité des diverses époques. Ils mettent en lumière la place longtemps éminente de la banque Demachy. Cette vénérable maison a cultivé des relations privilégiées avec l’entreprise pendant plus d’une génération et tient, de ce fait, une place essentielle dans son histoire. Ce n’est que durant l’ultime période qu’elle cède progressivement au Groupe Wendel la place d’interlocuteur privilégié au sein du conseil.

Un conseil d’administration à l’ambiance feutrée

50Marqué par une grande stabilité, le conseil de l’Auxiliaire conserve, tout au long de la période, bien des caractéristiques définies dès les origines. Assez peu ouvert vers l’extérieur, sans véritables conflits d’intérêts, il est, en général, entièrement acquis à la politique du chef d’entreprise. La Société Auxiliaire a connu au total seize administrateurs entre 1924 et 1974. La durée moyenne de leur présence au conseil dépasse légèrement douze ans, c’est-à-dire deux mandats de six années. Cependant, pour tenir compte de l’extrême longévité de Gino Valatelli qui brouille la réalité, il semble préférable de distinguer trois groupes : les membres présents au conseil pendant au moins vingt années ; les administrateurs ayant accompli plus de deux mandats ; ceux dont la présence a été moins durable.

51L’origine professionnelle des administrateurs n’apporte guère de surprise : on compte neuf industriels et six banquiers. Quatre ont fait partie du personnel de direction de l’entreprise à diverses périodes : Valatelli, Monnier, Mathieu et Jammes.

Tableau 23. – Longévité des membres du conseil d’administration de la Société Auxiliaire (1924-1973).

Tableau 23. – Longévité des membres du conseil d’administration de la Société Auxiliaire (1924-1973).
  • * Avec les années du conseil de surveillance (1973-1988).

52Note *

Source : d’après SAE, Tableau des administrateurs (1924-1988).

53Durant ces quarante neuf années, les changements intervenus au sein du conseil d’administration permettent de distinguer diverses époques, durant lesquelles les équilibres entre les personnes et les intérêts qu’elles représentaient ont sensiblement évolué. Les premiers administrateurs sont nommés le 9 mai 1924 par l’assemblée générale constitutive de la SAEETP. Les morts rapprochées d’Henri Schwarberg et d’Albert de Marchena (1930-1931) mettent un terme à six années, durant lesquelles le conseil est dominé par les frères Marchena et Gino Valatelli. Un nouveau groupe domine les années 1930. La famille Marchena continue à être présente de façon active, puisque Ernest de Marchena demeure président mais, désormais, Valatelli fait figure d’arbitre. C’est lui, qui très clairement, désigne les membres des postes à pourvoir. Il place des proches, Pierre Monnier en 1932 et Robert Demachy en 1935.

54À partir de 1940, l’influence de Valatelli, devenu président, se marque encore plus. Robert Demachy est un ami et le dernier des Marchena n’a manifestement plus l’influence de ses oncles. De façon significative, le conseil de la SAEETP pendant la guerre et la période de la reconstruction ne compte qu’un nombre réduit d’administrateurs. Valatelli n’a pas estimé nécessaire de remplacer ceux qui ont été obligés de démissionner. Seule la législation le contraint à la fin de la décennie d’augmenter à nouveau le nombre de sièges au conseil. Depuis 1948, Henri Grandet a remplacé Robert Demachy. Très proche, lui aussi, de Valatelli, il occupe le poste de vice-président. Les deux hommes dirigent le nouveau conseil qui demeure en place pendant plus de quinze années. Progressivement étoffé, il ne change plus guère jusqu’au départ du PDG, en 1965. Celui-ci renforce la place des Valatelli, grâce à sa fille, puis se préoccupe d’y accueillir les Wendel en 1952. Pierre Célier devient administrateur, avant même que la Sofilia, la société qu’il représente, ne devienne un actionnaire important. Le siège d’administrateur sert, dans ce cas, non pas à tenir compte de l’importance d’un portefeuille, mais à susciter l’intérêt d’un groupe puissant en vue de l’obtention de marchés. L’entrée de Maurice Mathieu en 1957 est d’une autre nature mais encore plus importante pour l’avenir de l’entreprise.

  • 82 SAE, Conseil d’administration, 8 novembre 1971.

55Les conseils d’administration présidés par Maurice Mathieu se renouvellent par la disparition de Valatelli et Grandet (1965-1966). Si Pierre Célier devient le doyen, la banque Demachy continue à occuper une place éminente, avec Guillaume de Courson, comme nouveau vice président. Le début des années 1970 voit une augmentation du nombre des administrateurs. On en compte huit, ce qui, parfois, correspond à des nécessités de gouvernement d’entreprise, comme, en 1972, l’entrée du nouveau directeur général, Jean-Claude Jammes82, à la veille de sa promotion comme président directeur général du tout nouveau directoire.

Tableau 24. – Les conseils d’administration de la Société Auxiliaire.

Tableau 24. – Les conseils d’administration de la Société Auxiliaire.

Source : d’après SAE, tableau des administrateurs (1924-1988)

  • 83 Pierre Célier, témoignage, 2002.
  • 84 SAEETP, Conseils d’administration, 26 août 1953.

56Malgré les changements d’hommes et les évolutions considérables de l’entreprise, on peut estimer que le fonctionnement du conseil d’administration s’est relativement peu transformé au cours des époques. Les archives permettent de retrouver l’ambiance des ces rencontres, feutrées et d’allure amicale. Elles semblent fournir l’occasion de se retrouver à des personnes qui se connaissent bien et s’estiment. Aucune personne étrangère aux traditions de la Société Auxiliaire n’y siège83. Les compte rendus peuvent traduire une politesse convenue. C’est le cas, lorsque Valatelli affirme que « la prévoyance du Conseil » a permis développer une nouvelle branche d’activité84. Il est bien évident que c’est lui seul, au sein du conseil, qui a tenu un rôle actif dans la reconversion vers le bâtiment. La façon dont il informe les autres membres, au cours des trois années qui précèdent, suffit à le prouver.

  • 85 Ibid., 29 mars, 12 juin, 29 juin, 6 septembre, 8 septembre, 1er octobre, 12 et 28 décembre 1939.
  • 86 Ibid., 3 janvier, 11 avril, 5 mai, 6 juin, 8 juillet, 20 octobre, 6 novembre, 13 décembre et 30 dé (...)
  • 87 Ibid., 8 février, 10 mai, 21 juin, 16 juillet, 23 août, 17 novembre et 16 décembre 1955.

57Le rythme de ces conseils varie relativement peu, tout au long des cinquante ans : en moyenne, trois à quatre fois par an, avec une tendance à une réunion supplémentaire à partir de la fin des années 1950. Trois années se distinguent par un nombre nettement supérieur. 1939 en compte huit, 1952 avec neuf conseils détient le record absolu et 1955 voit s’en tenir sept. Tout en étant des années d’augmentation du capital, ce qui rend nécessaire des conseils spécialement consacrés à ces opérations, à chaque fois des circonstances exceptionnelles expliquent cette fréquence : la situation de guerre et le transfert du siège social en 193985 ; les difficultés de trésorerie en 195286 ; la réorganisation des services et la promotion de Maurice Mathieu en 195587. Les questions financières se situent au cœur des préoccupations de ce lieu stratégique. Lorsque le besoin s’en fait sentir, les augmentations de capital ou les difficultés financières de l’entreprise peuvent constituer le sujet unique d’un conseil tenu ad hoc. En revanche, les grandes orientations de la stratégie n’y sont pas discutées, mais seulement évoquées par le président. Elles font très rarement l’objet de débats, du moins au sein du conseil. Quant aux questions touchant le personnel ou les chantiers, elles sont peu abordées, et uniquement lorsque le besoin s’en fait sentir, c’est à dire qu’un problème particulier se pose.

  • 88 Pierre Célier, témoignage, 2002.
  • 89 SAEETP, dossiers des conseils d’administration.

58La lecture des registres du conseil donne souvent l’impression qu’il s’agit d’une chambre d’enregistrement, où rien ne vient, en temps normal, s’opposer à la volonté du président. Les témoignages de Maurice Mathieu et de Pierre Célier le confirment largement. Ce dernier se rappelle que les problèmes ne venaient devant le conseil que lorsque le chef d’entreprise considérait qu’« il était souhaitable qu’ils apparaissent88 ». Rares sont les administrateurs qui posent des questions, encore moins ceux qui émettent des critiques. Seul, à plusieurs reprises, Henri Grandet fait part de ses réserves, en tant que vice-président. Elles portent sur des questions financières ou fiscales. Par contre, le président peut, en quelques occasions, demander un débat et laisser la décision au conseil. C’est le cas, en 1965, à la veille d’une nouvelle augmentation de capital. En réalité, presque tout est décidé à l’avance. Les archives ont conservé des projets de compte rendus des conseils, où les décisions sont rédigées à l’avance. Elles font état d’un comité financier qui se tient avant le conseil89. L’appellation en éclaire aisément le rôle et le fonctionnement. Les questions touchant aux finances de l’entreprise se traitent en groupe restreint, entre les seuls actionnaires de référence. L’habitude semble s’en être prise à la fin de l’année 1952. La réunion se tient une demi-heure avant le début du conseil dans le bureau de Valatelli. Il réunit Henri Grandet et Pierre Célier autour du PDG. Si rien ne permet de dire que ce comité a survécu à Valatelli, on peut aisément l’imaginer, réunissant, autour de Maurice Mathieu, Guillaume de Courson et Pierre Célier. Cette pratique illustre éloquemment l’intensité exceptionnelle des liens entretenus avec la banque Demachy et le Groupe Wendel.

La Banque Demachy, un soutien constant (1928-1945)

59Représentante éminente de la haute banque parisienne, très proche des Marchena, la banque Demachy établit, par leur intermédiaire, des relations étroites avec la SAEETP, où les liens personnels s’entremêlent aux intérêts financiers. Jusqu’à la Deuxième guerre mondiale, elle apporte un soutien constant à la Société Auxiliaire et exerce, de ce fait, une influence non négligeable sur le développement de l’entreprise.

  • 90 H. Bonin, Le monde des banquiers français au xxe siècle, Paris, Éd. Complexe, 2000, p. 22. N. Stos (...)
  • 91 D. Varaschin, in La banque Seillière-Demachy, une dynastie familiale au service du négoce, de la f (...)

60Dès le milieu du xixe siècle, la société en nom collectif Seillière-Demachy, constituée autour d’une dynastie bancaire, porte un des noms les plus réputés sur la place de Paris. Maisons familiales anciennes, dominées par quelques fortes personnalités, les membres de la haute banque parisienne tirent leur prestige de leur savoir-faire en matière de technique financière, en particulier de l’émission de titres. Leur force provient, aussi, du réseau de relations dont elles disposent dans les milieux industriels. Elles jouent, ainsi, un rôle déterminant dans la création de compagnies d’assurances, de compagnies ferroviaires et de certaines firmes métallurgiques90. La banque Demachy participe, ainsi, activement à l’essor économique et financier sous la Monarchie de Juillet et le Second Empire. La banque aide les Wendel à édifier leur empire. Des liens familiaux étroits rattachent, d’ailleurs, les Seillière, les Demachy et les Wendel, qui sont cousins. Sous l’influence de François de Wendel, la banque Demachy participe à la création de la banque de l’Union parisienne au début du xxe siècle. Progressivement, l’influence du sidérurgiste lorrain ne cesse de croître. Finalement, la banque passe en 1911 sous le contrôle de la Société des Petits-Fils de François de Wendel. Devenue Demachy et Cie, elle constitue un élément du groupe, tout en conservant une stratégie indépendante, conforme à son passé91.

  • 92 D. Varaschin, La banque Seillière-Demachy, op. cit., p. 121.
  • 93 Voir D. Varaschin, La Société lyonnaise des forces motrices du Rhône (1892-1946), du service publi (...)
  • 94 Société des Forces Motrices de la Vallée d’Aspe, Assemblée générale ordinaire, 4 mars 1921, archiv (...)
  • 95 SAEETP, Conseil d’administration, 10 février 1948.

61Après la Première Guerre mondiale, Demachy ne se développe plus guère. Demeurée un établissement de taille modeste, elle reste une affaire unanimement respectée pour sa compétence. Elle ne retrouve pas la hardiesse qui avait fait sa réputation au siècle précédent, en particulier sur les marchés internationaux. Elle conserve, cependant, un intérêt marqué pour les industries nouvelles, le cinéma, le pétrole et, surtout l’électricité. Très tôt, elle s’est intéressée à cette énergie. Charles Demachy avait fait partie du comité institué pour organiser l’exposition d’électricité de Paris de 188192. Au début du xxe siècle, la banque a apporté des fonds à la Société des Forces Motrices du Rhône pour la construction du barrage et de l’usine de Jonage, près de Lyon93. Les affaires du groupe Marchena attirent aussi son attention. Actionnaire de la SHBP passée sous le contrôle des Durand, ses principaux gérants détiennent des parts de la Société des Forces Motrices de la Vallée d’Aspe, dont elle est, par ailleurs, le banquier attitré94. En 1930 ils en contrôlent environ 15 % du capital. Depuis 1925, Demachy est également présente dans une autre société du groupe de Marchena, la Société des Forces Motrices du Béarn. C’est, sans doute, ces intérêts avec le monde de l’hydroélectricité et, en particulier, avec le groupe fondateur de la Société Auxiliaire qui ont permis la rencontre avec Valatelli, probablement à l’époque où celui-ci est directeur général de la Vallée d’Aspe. Robert Demachy, gérant de la banque, plus spécialement chargé des relations avec la clientèle, en devient un ami très proche. « Ami fidèle, banquier averti et intègre95 », s’exclame avec émotion Gino Valatelli, lors de sa disparition prématurée en 1947.

  • 96 Demachy et Cie, SAEETP : situation financière du 24 au 28 décembre 1939.

62La Maison Demachy constitue d’abord un client, par l’intermédiaire de la Société des Forces Motrices du Béarn qui passe commande de la centrale d’Eygun-Lescun en 1925. Puis, assez rapidement, elle devient le banquier de la Société Auxiliaire. Le compte principal de la SAEETP est ouvert chez Demachy. Il subsiste un certificat de Demachy, daté du 28 décembre 1939, au moment d’une augmentation de capital96. Ce document fait apparaître que Demachy est, de très loin, le principal gestionnaire de la trésorerie de l’entreprise. 88 % du solde disponible s’y trouve concentré. Il est probable que la situation était déjà similaire dix ans plus tôt, compte tenu des facilités de caisse, dès cette époque, accordée par la banque.

  • 97 SAEETP, Conseil d’administration, 13 février 1928.
  • 98 Ibid., 15 décembre 1932.
  • 99 Ibid., 28 avril 1934.
  • 100 SAEETP, Conseil d’aministration, 27 juillet 1935.
  • 101 Ibid., 3 octobre 1935.
  • 102 Ibid., 9 novembre 1936.

63En effet, au début de 1928, elle consent une avance de un million de francs, soit le montant du capital social de la SAEETP. Le moment est difficile en raison d’importants décaissements occasionnés par les chantiers et des retards de paiements de certains clients97. Un peu plus de quatre années plus tard, la situation se reproduit, à cause des impayés de la centrale thermique de l’Adour et de l’Union Pyrénéenne Électrique98. La SAEETP se trouve en crise de trésorerie, selon l’expression employée par Valatelli, et utilise le découvert consenti par Demachy. Entre 1934 et 1936, il est certain que cette confiance permet largement la survie de l’entreprise, en assurant la couverture des découverts qui s’accumulent99. L’année 1935 apparaît particulièrement critique. Alors que SAE se débat dans de très graves difficultés, Demachy accepte de maintenir son aide indispensable à l’ouverture de la deuxième phase des travaux du barrage d’Eylie100. Ce chantier est le seul capable d’assurer l’équilibre des finances de l’Auxiliaire. Nouvelle marque d’un soutien appuyé, Demachy se contente d’accepter en caution d’un crédit renouvelé de 1 million de francs, les 175 000 actions de ETDE que la SAEETP détient dans son portefeuille, dont la valeur est sans doute inférieure101. Valatelli remercie son ami Robert Demachy de son geste exceptionnel en lui offrant un poste au conseil d’administration. Celui-ci accepte et prend une participation symbolique de un pour cent dans le capital, au nom de la banque et en son nom propre, marque supplémentaire de confiance dans les qualités d’entrepreneur de Valatelli. Celui-ci obtient, d’ailleurs, en 1936 que la banque consente à porter jusqu’à 1 275 000 francs le découvert consenti à la SAEETP102. Cette générosité va, sans doute, jusqu’à l’extrême limite des possibilités de Demachy. Elle-même éprouve des difficultés et doit être renflouée par les Wendel. Valatelli est conscient de la fragilité du concours qu’il reçoit puisque, dès 1935, il fait part au conseil d’administration de son désir d’obtenir un autre soutien bancaire pour un deuxième million de découvert. Mais sa recherche demeure finalement infructueuse.

La banque Demachy cède progressivement la place au Groupe Wendel (après 1945)

64Après 1945, l’influence de la banque Demachy, incarnée par Henri Grandet, demeure grande mais la montée en puissance des intérêts du Groupe Wendel place progressivement ce dernier en position d’interlocuteur privilégié.

  • 103 Crédit Lyonnais, Lettre à M. Valatelli, 24 juin 1943.
  • 104 Société Générale, Étude du 26 février 1947, dossier 3368.

65L’action de la banque Demachy change de nature. Elle n’est plus en mesure de répondre aux besoins financiers grandissants de l’entreprise. Aussi, après s’être adressé sans succès au crédit Lyonnais103, Valatelli se tourne vers la Société Générale pour le lancement d’obligations, à partir de 1946. Devenue banque principale, c’est elle qui reçoit la charge de l’introduction en bourse du titre SAE en 1960. La banque Demachy peut encore se porter garante d’emprunts, comme celui contracté auprès du Crédit National en 1947. Mais ce n’est que pour le quart des vingt millions accordés104. Il s’agit d’un des derniers exemples de ce type. Elle est désormais reléguée dans un rôle mineur pour tout ce qui concerne les questions strictement bancaires, en particulier les obtentions de crédits à court ou moyen et long terme. L’Auxiliaire doit faire appel à des établissements disposant de moyens autrement plus puissants.

  • 105 SAEETP, Conseil d’administration, 1er juillet 1947.
  • 106 Ibid., 27 novembre 1947.
  • 107 Ibid., 27 novembre 1950.
  • 108 Pierre Célier, témoignage, 2002.
  • 109 Ibid.
  • 110 Hubert Bonin, Le monde des banquiers français au xxe siècle, op. cit., p. 29.
  • 111 Laetitia de Warren, Les fils de Vulcain, op. cit., p. 71.

66Cependant, le rayonnement de la banque Demachy demeure entier. Bien plus, sa place de conseil tend même à s’accroître. Cette évolution paradoxale tient en bonne part à la personnalité d’Henri Grandet qui, encore plus que Robert Demachy, a exercé une influence déterminante dans l’histoire de la Société Auxiliaire. À partir de 1915, il devient pour un demi-siècle, la principale figure du conseil de gérance de la banque Demachy. Deuxième plus important actionnaire de la SAEETP, à titre personnel, à partir de 1945, il partage avec son cousin, des liens très étroits avec Valatelli dont il a le même âge. Celui-ci lui demande de devenir conseiller financier de la société, une fonction qui n’existait pas jusque-là105. C’est tout naturellement qu’il remplace Robert Demachy au conseil d’administration106 dont il devient le vice-président en 1950107. Henri Grandet fait figure de véritable mentor du conseil. Il n’hésite pas à rappeler à Valatelli les difficultés ou les risques d’une opération, lorsque le besoin s’en fait sentir108. En général, celui-ci tient le plus grand compte de ses avis, qu’il sollicite d’ailleurs en de multiples occasions, comme en témoigne le courrier échangé, dont une partie est conservée dans les archives de l’entreprise. Comme chef de file d’un groupe actionnaire, Demachy et compagnie contrôle au moins le quart des titres de la Société Auxiliaire et dépasse en importance le groupe de Valatelli au cours des années 1950. C’est ce qui guide les interventions de Grandet qui entend exercer pleinement son contrôle d’actionnaire109. D’ailleurs, pour le grand public et même les milieux financiers, Demachy demeure la banque de l’Auxiliaire, chargée des émissions en numéraires de 1952 et 1953. Elle y trouve ce qui fait sa réputation, la gestion des patrimoines d’investisseurs de haute volée, domaine d’excellence de la haute banque110. La lecture des listes d’actionnaires de la SAEETP des années 1950 suffit à se rendre compte de l’importance de cette clientèle aristocratique, en général très liée au monde industriel. On y croise les noms du patriciat sidérurgique, comme les Montalembert, les Mitry et, celui du plus illustre d’entre eux, les Wendel111.

  • 112 Pierre Célier, témoignage, 2002.
  • 113 Laetitia de Warren, op. cit., p. 71.

67Dès le début de la décennie 1940, suivant les conseils de leur cousin Henri Grandet, qu’ils tiennent en grande estime, les membres de cette famille se sont intéressés à la Société Auxiliaire112. Mais, plus encore que pour la banque Demachy, il s’est agi, avant tout, d’affaires de personnes, et non d’une stratégie du groupe. La SAEETP, puis la SAE, ne figure pas au premier plan des préoccupations industrielles du sidérurgiste. Mais Grandet sait convaincre ses parents qu’il s’agit d’une affaire très rentable et susceptible d’une forte expansion. On peut y placer, en toute confiance, une partie des patrimoines familiaux. C’est le cas des intérêts représentés par la Société Financière et Industrielle de Liavanel, dite SOFILIA. Cette petite holding familiale a été constituée par des membres de la famille Wendel, grâce aux indemnités de nationalisation versées aux anciens actionnaires des charbonnages de Liévin et de trois autres sites de production du Nord. En 1953, elle acquiert un portefeuille assez conséquent d’actions SAEETP. Les intérêts des Wendel occupent, dès lors, une place importante. Pierre Célier en est le représentant au sein du conseil d’administration. Gendre de Maurice de Wendel, il est directeur général adjoint du groupe et l’un des créateurs de la SOLLAC113. La Société Auxiliaire réalise divers travaux pour celle-ci, au moment où la SOFILIA entre dans son capital.

68Le montant des commandes demeure, cependant, modeste. Ce n’est pas par ses chantiers que de Wendel exerce une influence. La SOFILIA profite, avant tout, de l’effritement progressif du portefeuille de Demachy. Elle se retrouve même au premier rang des actionnaires à la fin des années 1960, mais sans que cela ait une conséquence visible sur l’indépendance de la SAE. Le capital détenu par les intérêts Wendel a toujours été trop faible pour que la Société Auxiliaire passe dans l’orbite du groupe industriel. En revanche, comme pour Demachy, c’est en termes d’influence que sa présence s’est manifestée de façon durable. Il paraît, d’ailleurs, difficile de distinguer les divers intérêts au sein d’un ensemble Demachy-Wendel qui demeure massivement présent au sein du conseil jusqu’aux années 1970. La nomination de Guillaume de Courson, successeur d’Henri Grandet, de Thierry de la Bouillerie, de Christian Grandet et de Henry de Brie, aux côtés de Pierre Célier, manifeste clairement la continuité et la tradition, si essentielles aux yeux des responsables de l’entreprise.

69Les relations entretenues avec l’actionnariat peuvent difficilement passer pour représentatives de la situation d’un milieu professionnel, même limité aux entreprises de grande taille. La trop grande diversité du BTP empêche toute généralisation aisée dans ce domaine. En revanche, l’histoire de la SAE illustre, plus largement, des comportements et des formes d’influence qui paraissent appartenir, par bien des aspects, à la forme d’organisation des entreprises dominante au sein de l’économie française jusqu’aux années 1970. Son exemple montre clairement que, face à un chef d’entreprise puissant et respecté, le conseil d’administration n’a pas la volonté d’exercer un contrôle sur les décisions stratégiques. Les assemblées générales sont encore plus éloignées de ce rôle.

70La qualité des liens entre entrepreneurs et actionnaires demeure fondamentale. La Société Auxiliaire en fournit souvent un exemple très remarquable. C’est la compétence de l’état-major qui a nourri, fondamentalement, la confiance des actionnaires au cours de son histoire. Celle-ci est passée, aussi, par une politique et un discours adaptés. Choyer l’actionnaire d’une affaire prospère, par des dividendes élevés est devenu une tradition. Mais, l’attachement unissant l’actionnariat à son entreprise a, parfois, pris, au-delà des simples intérêts financiers, une dimension autre, presque affective. La force de la SAEETP a été d’avoir pu s’y appuyer sans difficulté, à plusieurs reprises, lorsque la situation a fait que les bénéfices distribués ont dû être rognés, voire annulés.

Notes

1 SAE, Assemblée générale ordinaire, 9 juin 1964, archives du Groupe Eiffage.

2 SAEETP, Assemblée générale extraordinaire, 5 octobre 1925.

3 SAEETP, Livre des Transferts et Conversions (1924-1955).

4 Société des Forces Motrices de la Vienne, Conseil d’administration, 8 avril 1924, archives EDF-GDF, 35.01. Voir chap. i, p. 40.

5 SAEETP, Assemblée générale extraordinaire, 10 septembre 1954.

6 Société des Forces Motrices de l’Adour, Assemblée générale ordinaire, 10 avril 1930, archives EDF. GDF, 01.09.02.

7 Société des Forces Motrices de la Vienne, Lettre d’Albert de Marchena à Gino Valatelli, 24 juin 1930, archives EDF-GDF, 35.01.

8 SAEETP, Conseil d’administration, 7 février 1931.

9 SAEETP, Assemblée générale extraordinaire, 20 mars 1931.

10 Voir chap. i, p. 41.

11 Voir C. Vuillermot, « De la naissance aux années 1950, l’Entreprise Industrielle, une compagnie privée au service des intérêts publics électriques », art. cit.

12 SAEETP, Livre des Transferts et conversions (1924-1955).

13 Ibid.

14 SAEETP, Conseil d’administration, 8 uillet 1932.

15 SAEETP, Assemblée générale ordinaire, 6 mai 1933.

16 SAEETP, Conseil d’administration, 26 mai 1933.

17 SAEETP, Conseil d’administration, 24 janvier 1935.

18 Ibid., 3 avril 1936.

19 C. Vuillermot, L’Énergie industrielle : d’une société à un groupe de production-distribution d’énergie électrique (1906-1945), op. cit., p. 407.

20 SAEETP, Conseil d’administration, 3 octobre 1935.

21 SAEETP, Assemblée générale extraordinaire, 28 décembre 1939.

22 SAEETP, Livre des Transferts et Conversions.

* Évaluation moyenne sur l’année d’après le livre des Transferts et Conversions, (1924-1955) SAEETP.

** Y compris les actions de Rosina Maggioni, sa sœur.

23 SAEETP, 11e, 12e et 13e Assemblées générales ordinaires.

24 SAEETP, Livre des Transferts.

25 SAEETP, dossiers des Assemblées générales.

26 SAEETP, Assemblée générale extraordinaire, 15 mars 1944.

27 SAEETP, Assemblée générale extraordinaire, 15 mai 1952.

28 SAEETP, Conseil d’administration, 11 avril 1952.

29 SAEETP, Assemblée générale extraordinaire, 11 mai 1953.

30 SAEETP, Assemblée générale extraordinaire, 10 septembre 1954.

31 Société Générale, Étude sur la SAE, 7 juin 1960, dossier 4603.

32 SAEETP, Assemblée générale extraordinaire, 21 juin 1955.

33 SAEETP, Livre des Transferts.

34 SAEETP, Conseil d’administration, 9 février 1957.

35 SAEETP, Livre des Transferts.

36 SAEETP, Assemblée générale ordinaire, 12 mai 1954.

37 SAEETP, Conseil d’administration, 10 août 1954.

38 Ibid., 16 mars 1955.

39 SAEETP, Livre des Transferts.

40 SAE, Conseil d’administration, 21 février 1961.

41 D. Barjot, « Les firmes et leur financement : le cas de quatre grandes entreprises de travaux publics entre les deux guerres », in Entreprises et histoire, 1999, n° 22, p. 108.

42 F. Caron et J. Bouvier, in Histoire économique et sociale de la France, F. Braudel et E. Labrousse (dir.), op. cit., p. 1224.

43 D. Barjot, La grande entreprise française de travaux publics, op. cit., p. 2389.

44 Société Générale, Étude du 7 juin 1960, dossier 4603.

45 SAEETP, Conseil d’administration, 4 décembre 1959.

46 Agence économique, 9 mai 1960, Archives du Monde du Travail, 184 AQ 37.

47 Société Générale, Étude du 7 juin 1960, dossier 4603.

48 SAE, Conseil d’administration, 12 octobre 1960.

49 Ibid., 21 février 1961.

50 SAE, État de souscription et de versement, 21 février 1961.

51 SAE, Assemblée générale ordinaire, 29 juin 1960.

52 SAE, Conseil d’administration, 27 octobre 1965.

53 Ibid., 4 mars 1964.

54 Ibid., 7 juin 1966.

55 Ibid, 12 novembre 1969.

56 SAE, Conseil d’administration, 12 novembre 1969.

57 SAE, note d’information, septembre 1969.

58 SAE, Conseil de surveillance, 25 septembre 1974.

59 SAEETP, Participation de M. Valatelli dans le capital de SAE (1960-1965), s.d.

60 SAE, Dossier AGO 1968.

61 SAE, Dossier AGE 1962.

62 Voir D. Barjot, « À la recherche des clés de la compétitivité internationale : la société Dumez », art. cit.

63 D. Barjot, La grande entreprise française de travaux publics, op. cit., p. 2350.

64 F. Braudel et E. Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, op. cit., p. 1135.

65 D. Barjot, La grande entreprise française de travaux publics, op. cit., p. 2437.

66 D. Barjot, La grande entreprise française de travaux publics, op. cit., p. 2390.

67 Ibid.

68 D. Barjot, La grande entreprise française de travaux publics, op. cit., p. 2271

69 Ibid., p. 2391.

70 E. Deck-Chaumont, Culture d’entreprise et stratégie économique, op. cit., p. 55.

71 E. Deck-Chaumont, Culture d’entreprise et stratégie économique, op. cit., p. 100.

72 M. Mathieu, témoignage, 2002.

73 SAE, Rapport du Directoire, 8 avril 1975.

74 Société Générale, Étude du 23 avril 1964, dossier B 1722.

75 Ibid.

76 La Vie française, 28 avril 1961.

77 Ibid., 6 avril 1962.

78 L’Opinion économique et financière, 22 octobre 1964.

79 Le Journal des finances, 18 juin 1965.

80 SAE, Conseil d’administration, 12 novembre 1969.

81 SAE, Assemblée générale ordinaire, 6 juin 1969.

* Avec les années du conseil de surveillance (1973-1988).

82 SAE, Conseil d’administration, 8 novembre 1971.

83 Pierre Célier, témoignage, 2002.

84 SAEETP, Conseils d’administration, 26 août 1953.

85 Ibid., 29 mars, 12 juin, 29 juin, 6 septembre, 8 septembre, 1er octobre, 12 et 28 décembre 1939.

86 Ibid., 3 janvier, 11 avril, 5 mai, 6 juin, 8 juillet, 20 octobre, 6 novembre, 13 décembre et 30 décembre 1952.

87 Ibid., 8 février, 10 mai, 21 juin, 16 juillet, 23 août, 17 novembre et 16 décembre 1955.

88 Pierre Célier, témoignage, 2002.

89 SAEETP, dossiers des conseils d’administration.

90 H. Bonin, Le monde des banquiers français au xxe siècle, Paris, Éd. Complexe, 2000, p. 22. N. Stoskopf, Banquiers et financiers parisiens, acteurs de la révolution bancaire du Second empire, coll. Les Patrons du Second Empire, Paris, Picard, 2002.

91 D. Varaschin, in La banque Seillière-Demachy, une dynastie familiale au service du négoce, de la finance et des arts (1798-1999), Paris, Perrin, 1999, R. Dartevelle (dir.), p. 135-139.

92 D. Varaschin, La banque Seillière-Demachy, op. cit., p. 121.

93 Voir D. Varaschin, La Société lyonnaise des forces motrices du Rhône (1892-1946), du service public à la nationalisation, Lyon II, dir. P. Cayez, 1996.

94 Société des Forces Motrices de la Vallée d’Aspe, Assemblée générale ordinaire, 4 mars 1921, archives EDFGDF, 01.02.

95 SAEETP, Conseil d’administration, 10 février 1948.

96 Demachy et Cie, SAEETP : situation financière du 24 au 28 décembre 1939.

97 SAEETP, Conseil d’administration, 13 février 1928.

98 Ibid., 15 décembre 1932.

99 Ibid., 28 avril 1934.

100 SAEETP, Conseil d’aministration, 27 juillet 1935.

101 Ibid., 3 octobre 1935.

102 Ibid., 9 novembre 1936.

103 Crédit Lyonnais, Lettre à M. Valatelli, 24 juin 1943.

104 Société Générale, Étude du 26 février 1947, dossier 3368.

105 SAEETP, Conseil d’administration, 1er juillet 1947.

106 Ibid., 27 novembre 1947.

107 Ibid., 27 novembre 1950.

108 Pierre Célier, témoignage, 2002.

109 Ibid.

110 Hubert Bonin, Le monde des banquiers français au xxe siècle, op. cit., p. 29.

111 Laetitia de Warren, Les fils de Vulcain, op. cit., p. 71.

112 Pierre Célier, témoignage, 2002.

113 Laetitia de Warren, op. cit., p. 71.

Table des illustrations

Titre Tableau 15. – Les actionnaires de la SAEETP en 1924.
Légende Source : SAE, Livre des Transferts et Conversions.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/3358/img-1.png
Fichier image/png, 12k
Titre Tableau 16. – Valatelli et le Groupe Durand : un partage de l’actionnariat (au 30-10-1939).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/3358/img-2.png
Fichier image/png, 15k
Légende Source : SAEETP, Livre des Transferts et Conversion, Archives du Groupe Eiffage.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/3358/img-3.png
Fichier image/png, 6,5k
Titre Tableau 17. – Gino Valatelli : une prise de contrôle progressive du capital.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/3358/img-4.png
Fichier image/png, 8,6k
Titre Tableau 18. – Les augmentations du capital social de 1941 à 1950.
Légende Source : SAEETP, Livre des Transferts et conversions.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/3358/img-5.png
Fichier image/png, 16k
Titre Tableau 19. – Les augmentations de capital à l’époque de la reconversion (1952-1959).
Légende Source : SAE, Capital social depuis 1924, tableau établi en 1988, archives du Groupe Eiffage.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/3358/img-6.png
Fichier image/png, 13k
Titre Tableau 20. – Les augmentations du capital de 1960 à 1975.
Légende Source : SAE, Capital social depuis 1924, tableau établi en 1988, archives du Groupe Eiffage.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/3358/img-7.png
Fichier image/png, 16k
Titre Tableau 21. – Les actionnaires les plus importants en 1965.
Légende Source : SAE, Dossier de l’AGO de 1965, archives du Groupe Eiffage.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/3358/img-8.png
Fichier image/png, 7,4k
Titre Tableau 22. – Les principaux actionnaires de référence des grands groupes de BTP en 1970.
Légende Source : E. Deck-Chaumont, Culture d’entreprise et stratégie économique, op. cit., p. 111
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/3358/img-9.png
Fichier image/png, 19k
Titre Tableau 23. – Longévité des membres du conseil d’administration de la Société Auxiliaire (1924-1973).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/3358/img-10.png
Fichier image/png, 26k
Titre Tableau 24. – Les conseils d’administration de la Société Auxiliaire.
Légende Source : d’après SAE, tableau des administrateurs (1924-1988)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/3358/img-11.png
Fichier image/png, 33k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search