Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cendrars au pays de Jean Galmot

 | 
Michèle Touret

3e partie. Cendrars reporter

Blaise Cendrars reporter au Brésil et reporter du Brésil

Adrien Roig

Texte intégral

  • 1 Voir : Aracy A. Amaral, Blaise Cendrars no Brasil e os Modernistas, São Paulo, Martins, 1970. Alex (...)

1La fonction de reporter est indissolublement associée à la réalité des voyages. C’est bien le cas pour Blaise Cendrars et plus particulièrement en ce qui concerne le Brésil, le pays lointain où il s’est rendu le plus souvent (trois fois au moins : 1924, 1926, 1927-28) et où il a séjourné le plus longtemps1.

Blaise Cendrars reporter au Brésil

La mission

  • 2 Miriam Cendrars, Blaise Cendrars, Paris, Éditions Balland, 1993, p. 387. Nous remercions Madame Mi (...)
  • 3 N° 26, février 1924 ; voir Aracy Amaral, op. cit., p. 17.

2Invité au Brésil par le mécène Paulo Prado, Cendrars, parmi ses projets fabuleux, avait un motif concret. Il écrivait à Féla, le 10 janvier 1924 : « Dans tous les cas ce voyage ne sera pas perdu, puisque j’y vais pour un journal »2. Il était chargé d’une mission de reportage pour Illustration française et Excelsior. Oswald de Andrade le présente comme rédacteur d’Excelsior. Le journal América Brasileira donne son programme : reportages sur le Brésil et sa civilisation, sur le mouvement moderniste dans l’art, la littérature et « couvrir » le Carnaval de Rio qui allait débuter3.

Les conditions et les techniques du reporter

3À cette époque, il ne connaissait pas le portugais : il dut se faire traduire les articles publiés sur lui. Il se servait d’un dictionnaire. Mais ses amis parlaient bien le français et il fit de rapides progrès.

4Reçu régulièrement dans les demeures de la haute société de São Paulo, les Clubs comme l’Automobile Club, il y rencontra les plus hautes personnalités. Il s’introduisit dans les favelas avec un médecin, interrogea les gens de la rue, visita les prisons. Il prit ainsi contact avec toutes les classes sociales. Il s’intéressait aux journaux et à la littérature populaire (folhetos de cordel).

  • 4 Mário de Andrade, Diário Nacional, 22-XII-1929, ne tarit pas d’éloges sur les qualités de marcheur (...)
  • 5 Voir Adrien Roig, « La ‘Fazenda São Martinho’ d’Oswald de Andrade et de Blaise Cendrars », Quadran (...)

5Conformément à sa mission, il se rendra à Rio du 1er au 4 mars, pour le Carnaval. Il partira ensuite « à la découverte du Brésil », dans les cités historiques de Minas Gerais. Grand marcheur4, infatigable, prêt à « dormir sur le pavé de la cuisine », il s’émerveille de tout, veut tout voir, tout comprendre. Il s’intéresse particulièrement au sculpteur baroque Aleijadinho. Revenu à São Paulo, il pénètre à l’intérieur de l’État, dans les grandes fazendas de café : Santa Veridiana, Santo Antonio, Sao Martinho, Morro Azul5.

6À São Paulo, il assistera, bien involontairement, à la révolution du général Isidoro, en septembre 1924, « évitant les balles dans la salle de bains quand il se rasait ». Les voyages ultérieurs compléteront son information.

Les réalisations

  • 6 Mário de Andrade, « Blaise Cendrars », São Paulo, Didrio Nacional, 25-XII-1929.
  • 7 Dans Le Lotissement du ciel, XII, p. 271. Nous citons d’après les Œuvres complètes, Paris, Club Fr (...)

7Pour cette période, constat de carence ! Il y a fort peu de reportages de lui dans les journaux de France. Nous constatons un changement de fonction : de reporter à conférencier. À Sao Paulo,6 il prononcera trois conférences : poésie française, littérature nègre, peinture française. C’est plutôt la France qu’il expose au Brésil. D’autre part, il assure avoir appris au Morro Azul son métier de romancier et terminé son roman L’Or7.

  • 8 Ano 1, n° 4, 3-III-1926, au milieu de la première page ; voir reproduction du manuscrit autographe (...)

8Très sollicité par les journaux brésiliens, il répond rarement à leurs invitations. Il publie deux poèmes : « Îles », dans la revue Novissima de Sao Paulo, avril 1924 et « Aux jeunes gens de Catacazes » dans Verde, novembre 1927 ; un seul article, dans Terra roxa e outras terras (1926), humoristique dès le renversement du titre « Outras terras na terra roxa », où il rapporte qu’au Copacabana, un garçon tunisien lui a servi un café… turc.. importé d’Arabie8 !. Il publie « La Métaphysique du café », en français, dans O Jornal de Rio, en octobre 1927.

Les projets

9Là, il y a pléthore ! Il n’avait jamais abandonné l’intention de rédiger ses reportages. Dans une lettre à René Hilsum, de Sao Paulo, du 18 avril 1924, il déclare : « Je prépare aussi mes articles pour Excelsior de manière à leur envoyer un paquet à la fois ». À Paulo Prado, le 22 novembre 1924 :

  • 9 BNS, p. 40 et 0.40. René Hilsum était Directeur des Éditions « Au Sans Pareil ».

Je n’abandonne pas mon idée de faire mes 25 articles sur le Brésil. Mais Excelsior voudrait surtout des articles concernant les derniers événements. C’est délicat. Moi je voudrais mettre tout le poids sur le côté entreprenant, pays nouveau, du Brésil. Comme on n’en est pas à un jour près, j’attends l’arrivée d’Oswald avant de donner mes articles. Je ne voudrais pas faire de bévues. En attendant je les bricole. Ils paraîtront en volume chez Crès9.

10Il voulait toujours écrire son ouvrage sur l’Aleijadinho, qu’il ne terminera jamais. Les reportages sont toujours renvoyés à plus tard et envisagés sous d’autres formes.

Blaise Cendrars reporter du Brésil

Reportages-poèmes, en guise de transition

  • 10 Pierre Jean Jouve donne cette excellente appréciation : « Vous inventez un genre à vous, vous donn (...)

11Au cours du déroulement de son voyage, Blaise Cendrars fixa, en courts poèmes, ses impressions, sur le vif10. Il donne cette curieuse définition à Michel Manoll : « Ce sont des cartes postales que j’envoyais à mes amis, que je destinais à mes amis ». Il en envoya un premier ensemble à René Hilsum (Sao Paulo, avril 1924) pour publication rapide au Sans Pareil, sous le titre Feuilles de Route I Le Formose. L’ensemble est daté « Le Havre, février 1924 ». L’achevé d’imprimer du 15 septembre 1924.

12Chacun des titres annonce un reportage-miniature. Une particulière attention est portée aux choses humbles de la vie quotidienne, comme dans « Mictörio », les toilettes de la gare de Santos, comparées aux grandes jarres des vignes de Provence et aux « tinettes de la Bastille ». Manuel Bandeira déclara que c’est Cendrars qui a donné aux poètes brésiliens le goût des choses humbles et aussi du poème-blague.

13Tarsila do Amaral accepta d’illustrer l’ouvrage, avec, sur la couverture, le beau dessin de la Nourrice Noire (a Mãe Preta) adossée à une grande feuille de bananier : deux vivants symboles de la société et de la flore brésiliennes. Les dessins de Tarsila, croquis stylisés de choses du Brésil, sont en parfaite adéquation avec les poèmes-reportages dont ils accentuent, par corrélation immédiate, la prépondérance du caractère visuel.

14Le numéro « I » du titre de la plaquette laissait prévoir une suite. Au verso de la page de titre de l’édition originale, dans la liste des ouvrages « sous presse », sont annoncées cinq plaquettes numérotées : I. Le Formose - II. São Paulo – III. Rio-de-Janeiro – IV. A La Fazenda – V. Des hommes sont venus. Il s’agissait donc de publier, dans des poèmes-reportages méthodiquement regroupés, les résultats d’ensemble de la prospection déjà effectuée par le reporter-poète. Le Carnaval pourrait être rattaché à « Rio-de-Janeiro » ; l’intérieur du pays et la civilisation du café à « A La Fazenda ». Quant au dernier titre « Des hommes sont venus », ce sera celui d’un important album-reportage ultérieur.

  • 11 Nous avons retrouvé et publié le poème non retenu « Promenade matinale » dans « Un poème ‘brésilie (...)

15Le 25 avril 1926, Cendrars envoya de Sao Paulo à Tarsila et Oswald, alors à Paris, dix poèmes dactylographiés, « à choix », pour le livret de l’Exposition Tarsila à la Galerie Percier ; six furent retenus pour le livret et ensuite regroupés dans Feuilles de route II São Paulo11. D’autres poèmes furent publiés dans les revues Montparnasse (février-mars 1927, mai-juin 1928) et dans Feuilles de route III, mais le poète-reporter Blaise Cendrars n’alla pas jusqu’au bout.

Des reportages journalistiques aux recueils

16Nous avons entrepris de retrouver les reportages de Cendrars sur le Brésil, dispersés dans des journaux et des revues. Nous en avons dressé la liste, conscient qu’elle n’est pas exhaustive. Elle comprend 16 titres différents de reportages, dans 20 périodiques différents en 36 numéros et 7 recueils des œuvres de Cendrars.

17Nous constatons que les publications initiales sont regroupées en deux grandes périodes :

  • de 1935 à 1939, avec deux journaux principaux Paris-Soir et Le Jour.
  • de 1951 à 1955, avec une très grande diversité de journaux et surtout de revues.

18Le but immédiat pour le périodique est d’attirer l’attention, de piquer la curiosité, afin de faire acheter le numéro contenant le début du reportage et, ensuite, de soutenir l’intérêt du lecteur. Le reporter Blaise Cendrars, est présenté de manière très élogieuse. Ainsi, dans Paris-soir du 30 mai 1938, en première page : Paris-soir commence aujourd’hui/un nouveau reportage de/Blaise Cendrars/Pénitenciers/ Pour Noirs/[portrait de la tête de Cendrars souriant avec un chapeau feutre à bords relevés] avec cette longue légende :

Le puissant, le brillant romancier de L’Or, de Moravagine, de Rhum, du Plan de l’Aiguille est aussi – nos lecteurs le savent mieux que personne – un journaliste de grande classe. Nous commençons aujourd’hui son extraordinaire reportage sur les fameux pénitenciers nègres du Brésil que Blaise Cendrars fut le seul journaliste à pouvoir visiter et où il a rencontré des types étranges de meurtriers. Son récit est court, mais il est saisissant de force, d’observation et d’humanité. Il s’inscrira comme Histoires vraies de Cendrars, parues dans Paris-soir et récemment résumées en volume, parmi les œuvres du grand écrivain. /(Lire le reportage en page 4).

19Dans le même journal, le 13 août 1939, toujours en première page : « Paris-soir commence aujourd’hui/Mes chasses/Un grand/Récit Vécu/de Blaise Cendrars/Blaise Cendrars est le grand poète et le grand écrivain de l’Aventure… » Il est fait habilement mention qu’il ne s’agit pas d’un reportage récent, mais de « souvenirs d’aventures vécues » : « Blaise Cendrars n’ayant qu’à faire appel à ses souvenirs pour trouver le sujet des plus pathétiques “histoires vraies” raconte ses chasses les plus extraordinaires ». La désignation Histoire vraie figurait déjà dans l’annonce du « Cercle du diamant » (Paris-soir, 4 juillet 1937), préfiguration du titre du recueil ultérieur. Les dénominations « une histoire vraie » et « grand récit inédit » reviennent aussi pour « Le Coronel Bento et le loup-garou ».

20Des photographies, souvent deux par page, attirent le regard et fixent l’attention. Les photographies « exotiques », particulièrement celles de l’Amazone, étaient fort prisées. Elles contribuaient au dépaysement, avec des légendes qui incitaient à l’évasion et à la rêverie. Ainsi, pour illustrer « En Transatlantique dans la forêt vierge » (Le Jour, du 1er au 6 novembre 1935) : « Clair de lune sur l’Amazone – Un toucan – Les fleuves défilent - Indigène péchant à l’arc – Caboclo incisant un arbre à caoutchouc – Quittez Manaus en avion [vue aérienne de la forêt] – Victoria Regia du Rio Negro-Solinões – Le plus beau champ de nymphéas découvert à ce jour en Amazonie (certaines familles atteignent jusqu’à deux mètres de diamètre) ». On note leur variété, paysages, fleuves, faune, flore, spécimens humains indigènes et leur activité. Cendrars attache toujours la plus grande attention à l’homme.

21Il est pour le moins surprenant de retrouver, dans les diverses éditions du recueil Histoires vraies, précisément au début de « En Transatlantique dans la forêt vierge », ces considérations de Cendrars, alors que paradoxalement il n’y a plus de photos dans le livre :

Les chiffres ont, certes, leur éloquence : mais je crois que les quelques photos qui accompagnent ces articles sont beaucoup plus éloquentes car elles font connaître de visu quelques aspects détaillés de la grande forêt et du fleuve géant qui font de l’Amazonie un monde à part, unique, inédit… (VII, p. 304).

22Remarquons que Le Jour était un périodique bien approprié pour la publication (ou la prépublication) d’Histoires vraies, conformément à son slogan publicitaire (1er sept. 1936) :

Le Jour est un journal de vérité
vous qui voulez la vérité
restez fidèle au Jour.

23Cendrars est attaché à ce critère de « vérité », car il sait que cela provoquera l’adhésion des lecteurs. Il s’intègre lui-même au texte de ses reportages, par le pronom sujet de la 1re personne je et les affirmations « j’ai vu », « de mes yeux vu », comme un témoin visuel, le plus digne de foi de tous les témoins. Son reportage devient le récit - d’apparence fidèle - d’une de ses aventures personnelles vécues, authentiques. Il précise ce processus au début de D’Oultremer à indigo : « camouflant comme toujours dans mes Histoires vraies le nom du personnage, mais me mettant nominalement en scène pour garantir l’authenticité du récit » (VIII, p. 215).

24Les reportages importants paraissent dans plusieurs numéros successifs du journal, avec la technique du feuilleton : découpage à un moment de vif intérêt, afin de créer un suspens, une expectative qui avivait le désir de continuer la lecture ; la mention consacrée « à suivre » ou l’indication plus pressante : « Demain la suite du reportage de Blaise Cendrars » suivie du titre du prochain épisode. Tout cela incitait le lecteur à acheter le prochain numéro pour connaître la suite de l’histoire, car tous ces reportages brésiliens sont organisés autour d’une intrigue, avec force digressions et éléments documentaires, certes, mais aussi ses péripéties et son dénouement.

25Ces reportages ont des titres-choc qui frappent dès leur lecture et aiguisent la curiosité. Par exemple : « Mes chasses » et, pour l’un des épisodes : « J’allais tirer un tigre. une grenouille intervient/C’était en pleine forêt brésilienne, j’étais à l’affût depuis des heures… » À gauche : un portrait de Blaise Cendrars (toujours le même, avec le chapeau), à droite la photo d’une tête de tigre, rugissant, la gueule béante et menaçant de tous ses crocs, à vous faire frissonner. et au Brésil, il n’y a pas de tigre ! (Paris-soir, 13 août 1939).

26Cendrars se flattait d’avoir le talent d’inventer de beaux titres. Nous en avons une excellente démonstration dans son reportage « Pénitenciers pour Noirs » paru dans quatre numéros successifs de Paris-soir. Le titre principal est chaque fois relayé par un bref commentaire et une série de sous-titres dont la suite concrétise parfaitement la structure du reportage :

2730 mai 1938 – titre général : « Pénitenciers pour noirs/Un hallucinant reportage de Blaise Cendrars, dans les pénitenciers nègres du Brésil./L’assassin cultive des violettes…/depuis trente-deux ans dans un coin de la cour de la prison.

  • Le prisonnier aux violettes
  • Le forcené
  • Le monstre apprivoisé »

2831 mai 1938 – « Dans un pénitencier brésilien… Febronio

  • Le Landru nègre. Mage, sorcier, possédé par d’étranges forces occultes, ce fils de boucher est devenu un monstre sanguinaire.
  • Le fils du boucher
  • L’indompté
  • Retour à la ville »

291er juin 1938 – Pénitenciers de Noirs.

30« Dans la brousse sauvage une femme blonde rayonnante apparaît au nègre extasié. Le misérable Fébronio poursuivi par une hallucination devient un monstre en se croyant / Un Dieu

  • Le rêve sur le Pain-de-Sucre
  • L’extase
  • L’Illuminé »

312 juin 1938 - Pénitenciers noirs

32« Le nègre halluciné lutte contre l’oiseau magique/Et Fébronio en proie à ses rêves insensés habité par l’esprit du Dieu vivant, ivre de sang, tue… tue… tue…

  • L’oiseau magique dessiné par Fébronio [dessin]
  • Deuxième rêve de Fébronio
  • Dernière apparition de la femme blonde
  • Nouveau rêve halluciné
  • Dans la cage » // Fin

33Dans les textes repris dans le recueil, les titres principaux ont été parfois conservés, parfois raccourcis ou modifiés, comme « Fébronio (Magia sexualis) ». Tous les sous-titres ont été supprimés. Le reportage fractionné est devenu un récit littéraire court, plus suivi, une « nouvelle ». La Vie dangereuse qui a accueilli Fébronio apparaît comme une suite de « Nouvelles » originales, de créations dans un genre littéraire différent du reportage. Quant aux reportages initiaux, chacun est désormais une prépublication d’une des composantes de l’œuvre définitive.

  • 12 Nous avons souvent eu recours à la précieuse bibliographie d’Hugues Richard, XV, p. 167-270.

34La prospection des reportages brésiliens de Cendrars permet d’éclairer un passage du Lotissement du ciel qui concerne la forêt vierge, la clairière de l’homme des bois et surtout « la plante de la lévitation » ; il est transcrit entre guillemets, comme s’il s’agissait d’une citation (XII, p. 53-55). Cendrars indique d’ailleurs : « J’ai écrit le présent chapitre à mon retour d’un voyage en Amazonie et je l’ai publié dans Le Jour en 1935 ». Effectivement, il a publié dans Le Jour, du 1er au 6 novembre 1935, le long reportage intitulé « En Transatlantique dans la forêt vierge » et le texte cité est celui paru le dernier jour avec le titre « L’ibadou, la plante de la lévitation ». Il y avait trois sous-titres : « Vie primitive – L’inquiétante vie des plantes – L’ibadou, plante magique » et la magnifique photographie des Victoria Regia mentionnée supra12.

  • 13 Cf. Le Lotissement du ciel, édition présentée et annotée par Claude Leroy, Paris, Denoël, (...)

35La totalité du reportage ayant été recueillie dans Histoires vraies (VII, p. 303321)13, le texte intégré comme citation dans Le Lotissement du ciel figure donc deux fois dans l’œuvre de Cendrars (trois fois avec le reportage prépublication). Dans Le Lotissement du ciel, outre la suppression des sous-titres, Cendrars a apporté de légères modifications : il a ajouté au début « En Amazonie », pour l’indispensable localisation et il a supprimé le dernier paragraphe où il conseillait au « touriste » de visiter la ville de Para.

  • 14 Il en parle aussi avec Michel Manoll, XIII, p. 73.
  • 15 Aurélio Buarque de Holanda Ferreira, Novo Dicionário da Língua Brasileira, Rio de Janeiro, Editora (...)

36Cette reprise du texte prouve l’intérêt exceptionnel de Cendrars pour la plante magique, l’ibadou14. Cette appellation ne figurant dans aucun dictionnaire portugais ou brésilien, parmi les nombreux que nous avons consultés, nous avons cru pendant longtemps qu’il s’agissait d’une pure invention de Cendrars. Non ! Elle existe bien, la plante mystérieuse. Nous l’avons identifiée grâce à un ouvrage spécialisé donnant son nom latin Erythroxylon cataractum et la dénomination en portugais qui est Ipadu, avec p, que Cendrars, selon sa coutume, a transcrit comme il l’avait entendu, avec la sonorisation de la consonne p en b. Ipadu figure dans les dictionnaires portugais ou brésiliens. Il s’agit d’une plante de la même famille que la coca (latin Erythroxylon coca) et ayant des propriétés analogues15.

37L’étude des reportages journalistiques brésiliens éclaire la genèse de la création littéraire de Cendrars, reporter-écrivain.

Les reportages photographiques

  • 16 Le texte seul a été réédité, Brésil, des hommes sont venus…, Montpellier, 1987, avec le portrait d (...)

38Nous avons déjà vu toute l’importance que Cendrars attachait aux photographies pour l’illustration de ses reportages, comme documents parlants, suggestifs, d’un effet immédiat. Nous savons aussi combien il tenait à la réalisation d’un grand film de propagande brésilien qui aurait été une vaste fresque documentaire, souvent proche du reportage. Il a été interrompu, dit-il, par la Révolution de septembre 1924, puis toujours différé et jamais réalisé. Mais il a été repris sous forme de reportage, dans la revue Cinémonde (avril 1929), sous le titre « Une superproduction 100% » où l’importance donnée aux images rapproche la publication du cinéma : Une vue panoramique de Rio, « Joyau du Brésil » – une rue avec des soldats armés de fusils, à l’attaque, « Quand je fus accueilli par une salve de coups de fusil. C’était la Révolution… »16

39Une autre publication sur ces événements, dans la revue Marco Polo (avril 1955, n° 6) a ce titre choc « À coups de mitrailleuse » et de nombreuses « photos de reportage » : « Vue aérienne de la baie légendaire de Rio de Janeiro – Caboclo de San Francisco », avec ce commentaire : « pendant six mois le bruit des rouleaux de l’Atlantique montait par mes fenêtres ouvertes sur la plage de Copacabana ». Ces réalisations nous ramènent à la technique du cinéma et à la mission initiale de reporter au Brésil, une trentaine d’années avant. Les textes ont été repris dans le recueil Trop c’est trop, sous le titre « Etc. Etc. Un film 100% brésilien », qui explicite la genèse de ce récit : des images cinématographiques du reporter à la nouvelle littéraire de l’écrivain.

40La place faite à la photographie est plus grande encore dans l’ouvrage, en coproduction, Le Brésil des hommes sont venus, texte de Blaise Cendrars, 105 photographies inédites de Jean Manzon, publié à Monaco, Documents d’Art, 1952, avec des séries de planches en couleurs, héliochromes et héliogravures, collection Escales du Monde. Sur la couverture une magnifique photo d’un perroquet du Brésil rouge, jaune et vert, au-dessus du titre Le Brésil, en grandes capitales de couleur verte : le vert et le jaune sont les couleurs nationales du Brésil, le symbole de la brasilidade. L’ouvrage est dédié à Paulo Prado, décédé, ce qui nous ramène au tout début de l’aventure brésilienne de Cendrars : « À la mémoire de mon meilleur ami, Paulo Prado, l’auteur pessimiste de ce livre singulier Retrato do Brasil. Fatigué d’avoir raison, il est mort d’ennui. B. C. »

41Avec les photographies, très belles, très suggestives, nous allons de surprise en surprise. Citons celles de « l’implacable forêt vierge, dite l’Enfer vert » – « La fleur de l’Amazone, la Victoria Régia qui peut atteindre six mètres de circonférence » avec un beau spécimen fleuri en forme de grand cœur (p. 48) – « une vue aérienne du gigantesque labyrinthe de l’Amazone » (p. 103). Les légendes sont aussi traduites en anglais, pour une plus grande diffusion.

42Le texte-introduction de Cendrars, placé au début (p. XI-XXXII) s’organise en deux grandes parties : I. Le Paradis - II. Caramuru ; les sous-titres sont composés en capitales de couleur verte. Dans la première, Cendrars, toujours présent, exprime son émerveillement, sans cesse renouvelé. On y retrouve le poème « Îles » et tout le commentaire de ce monde brésilien vu et admiré rayonne de poésie. La deuxième partie a été l’objet d’une prépublication dans la revue La Table ronde (n° 47, novembre 1951, p. 9-30). C’est l’historique de l’évolution du Brésil, depuis la découverte par le Portugais Pedro de Alvares Cabral, en 1500, à partir de Caramuru, l’ancêtre blanc, « o primeiro povoador da Bahia », avec une attention particulière aux étymologies de mots de la langue tupi, démarche non dépourvue d’humour. De nombreuses notes attestent le sérieux et la précision de l’information, de la documentation. Il en est de même dans les commentaires des photographies rejetés en fin d’ouvrage. Les corrélations texte/photographies sont capitales dans la conception et la réception du recueil, fait pour être « regardé » et « lu ».

43Les souvenirs personnels du reporter Blaise Cendrars sont fréquemment mêlés à la présentation des photographies. Ainsi pour le commentaire de la photo aérienne du stade de Rio (planche 8), le plus grand stade du monde avec ses 160 000 places : « Un nègre enthousiaste a baptisé en ma présence le stade de Maracana : la cathédrale du ballon rond ! Sa frénésie touchait le mysticisme. Ainsi sont les gens de cette terre ardente ».

44À la fin des commentaires est intégré le « poème à la gloire de Saint-Paul » composé d’une suite de poèmes de Feuilles de route 2. São-Paulo (I, p. 196-198). La réinsertion de ces poèmes atteste, une fois encore, l’interpénétration et la complémentarité des diverses formes de reportage dans la création des œuvres « brésiliennes » de Cendrars.

Les reportages radiophoniques

45Cendrars, toujours tenté par l’utilisation des réalisations de la technique moderne, acceptera d’organiser, avec des partenaires, des émissions radiophoniques qui, dans le jeu des questions/réponses, tiennent à la fois de l’interview et du reportage. Nous en présenterons trois : deux qui ont été radiodiffusées et publiées et une qui est restée sous forme de projet. Dans toutes, le Brésil occupe une place prépondérante, grâce aux souvenirs personnels du reporter, aux renseignements recueillis dans les reportages et à la conception qu’il s’était faite du Brésil.

« En bourlinguant avec Blaise Cendrars »

46Il s’agit d’une série d’entretiens avec Michel Manoll, enregistrés du 14 au 25 avril 1950, qui ont passé sur la Chaîne Nationale (Radiodiffusion Française) entre le 15 octobre et le 15 décembre 1950. Réduits à dix, « à cause du double emploi », ces entretiens ont été publiés en recueil, en 1952, aux Éditions Denoël, sous le nouveau titre Blaise Cendrars vous parle, afin de ne pas créer de confusion avec Bourlinguer. Ils sont ainsi intégrés dans les Œuvres complètes (T. XIII). Cendrars, à la fin (« Notules », XIII, p. 190) exprime des regrets sur l’insuffisance du texte écrit : « Hélas ! les livres ne sont pas encore sonores, il manque la voix, la voix du micro. ../Pauvres poètes, travaillons ! ».

47Voici les principaux thèmes brésiliens abordés, toujours avec la présence, la participation active, sur le terrain de Cendrars : – La conférence de Sao Paulo sur le langage poétique (III, p. 18) – Les Noirs et leurs histoires (48-49) – Rio, les mornes, l’ambulance avec laquelle il y pénétrait, Le Corbusier et ses gratte-mer (49-51) – Donga et Le Bœuf-sur-le-toit (52) – Le Lotissement du ciel (55), La Tour Eiffel Sidérale et le Dr. Padroso (55, 128) – La chasse au croco, « un jacaré du tonnerre » (71) – Les abeilles sauvages (72) – L’ibadou, la plante de la lévitation : « Je crois être le seul Blanc à en avoir cueilli une branchette, moi-même, oui » (73) – La plante qui aboie, les drogues (74) – Le Sac-à-charbon (128). Ce sont des thèmes déjà présents dans les reportages publiés antérieurement sous des formes bien différentes.

« Noël du Monde entier »

48Évocation radiophonique par Blaise Cendrars, production Nino Frank, mise en ondes d’Albert Riéra ; cette émission fut radiodiffusée la nuit de Noël 1951, à un moment qui coïncidait avec le sujet. Le reportage journalistique l’avait précédée immédiatement, dans Paris-Presse l’Intransigeant, 23 et 24 décembre 1951, qui l’annonçait en ces termes :

Les 7 étranges Noëls de Blaise Cendrars
C’est à Blaise Cendrars que la Radiodiffusion française s’est adressée, cette année, pour faire voyager ses auditeurs à travers les Noëls du monde entier.
Qui peut mieux symboliser la grande aventure que le poète du Transsibérien, que le romancier de L’Or, de Rhum qui courait déjà le monde à dix-sept ans ? On l’a vu en Chine, en Sibérie, sur la Somme avec la Légion, chasseur d’éléphants en Afrique et brasseur d’affaires au Brésil, jouant aux quatre coins avec l’univers : bourlingueur, vagabond, aventurier et toujours poète. Ses Noëls naturellement, ne pouvaient pas être ordinaires : il en est de tendres, de cruels, d’émouvants, d’épiques : il n’en est point qui ne soient singuliers.
Grâce à la courtoisie de la Radiodiffusion française, nous sommes heureux de pouvoir donner aux lecteurs de Paris-Presse l’Intransigeant la primeur de ces Noëls de Blaise Cendrars qui passent sur Paris-Inter le 25 décembre.

49Juste au-dessous, au premier rang, ce sous-titre : « Au Noël de Bahia, j’ai entendu chanter la messe du coq » ; suit le texte, qui sera repris sous le titre « Noël à Bahia » dans l’ouvrage Noël aux quatre coins du Monde, publié à Paris, en 1953, chez Robert Cayla, en édition de luxe « Les Amis de l’originale » (p. 47-50) où figure aussi « Noël à Rio » qui n’était ni dans le reportage du journal cité, ni dans l’émission de radio. Les deux Noëls brésiliens ont été repris dans le recueil Trop c’est trop (1957), sous le même titre « Noël aux quatre coins du Monde » (XV, p. 73100). Ils ont fait l’objet de nombreuses publications (sept au moins) dans des diverses revues, aux titres parfois inattendus comme Société française de Matériel agricole et industriel décembre 1954, à l’occasion de l’approche de Noël.

  • 17 BNS, O 212, lc, 27 pages dactylographiées, la dernière portant la signature autographe de Blaise C (...)

50Dans l’émission initiale, Blaise Cendrars dialogue avec Raymone17. Le « Noël à Bahia » vient après le « Noël avec Max Jacob » :

Raymone – Mais tu as promis que tu nous emmènerais à l’autre bout du monde…

Cendrars – Bon, prenons un autre bout du monde. Tiens, changeons d’hémisphère. Je t’invite à Bahia, au nord du Brésil. Il y a une chanson, là-bas, qui dit que le petit Jésus est né à Bahia… Il y a 367 églises, une pour chaque jour de l’année, la 366e pour le 29 février des années bissextiles, la 367e à tout hasard et pour être bien sûr qu’on n’a oublié personne dans la multitude des saints du calendrier.

Raymone – C’est là qu’à Noël il fait si chaud que les petits Jésus fondent dans les vitrines des magasins comme les cierges ?

Cendrars – Oui. La Noël tombe en plein été dans les Tropiques. Écoute comme on chante à Bahia… [Disque brésilien entier : environ 3 minutes : « Jésus est né a Bahia »].

51Les répliques de dialogue, destinées à la radio à rompre le monologue toujours monotone, ont été supprimées dans le texte imprimé. La musique, les chants de Noël – avec tout leur charme pour les auditeurs – ont, évidemment, aussi disparu.

« Carnaval de Rio 1953 »

  • 18 BNS, P109, 11 pages dactylographiées, sous le titre général « Les Nuits chaudes de Rio » (Le Carna (...)
  • 19 Cendrars apporte cette précision : « Un grand amateur de frevo est Jean-Louis Barrault qui en a ap (...)

52Émission radiophonique, prévue pour le 14 février 1953, dans le cadre « Le monde est un spectacle » pour passer sur la chaîne parisienne à 22h418. Émission de Michel Simon et de Blaise Cendrars qui établissent un dialogue, avec des intervalles de musique populaire brésilienne, grâce à des disques rapportés par Michel Simon du Brésil à son ami, afin de « matar saudades », tandis que le Carnaval bat son plein à Rio. Toute l’émission est organisée autour de ces disques brésiliens : la batucada d’origine africaine, les chansons en vogue cette année : « Devagar », « Allez-y doucement » chantée par Aracy Almeida, « l’Édith Piaf de la samba » ; Le Frevo, une danse de Pernambouc, qu’on danse avec un parapluie, comme un danseur de corde19 ; « Maria Candelaria », la chanson préférée du Président Vargas ; « Zé Marmita » qui évoque l’existence pénible de l’ouvrier d’usine, avec la gamelle du déjeuner. L’émission se déroule comme une série de tableaux d’une revue locale avec des traits de satire sociale : le baracão, la favela, la crise du logement, les abus du système de reprises pour les locations. Et Cendrars d’ajouter ses propres souvenirs :

J’ai rencontré au Carnaval de 1927 un nègre qui faisait cortège à lui tout seul. Il portait une pancarte dans le dos : « Appartement à louer » et sur les fesses une autre pancarte : « Pour visiter la clé pend par devant ».

53Mais, en conclusion, Cendrars, dans une profonde méditation métaphysique, retrouve l’âme du Brésil :

Ce mélange de gaieté et de douleur vraie, tel est le tempérament du Carnaval brésilien. Rire au milieu des larmes. Aujourd’hui, demain, après-demain, un peuple entier entre en transes carnavalesques, un peuple entier s’insurge contre les déterminismes et se livre à la trépidation sacrée, le sourire aux lèvres, le nez dans les nuages, ils dansent, les enfants du Paradis, amassant pour l’année qui vient, jusqu’au Carnaval 1954 un petit peu d’espérance, deux sous de bonheur, sous ce ciel métallique des Tropiques.

54Avec cette émission, Cendrars s’acquittait, 29 ans après, de l’objet premier de sa mission de reporter : « couvrir le Carnaval de Rio ».

  • 20 Il confiait à Michel Manoll : « Écrire, c’est peut-être abdiquer […] Il est vrai qu’il y a ma voix (...)

55Notre prospection a mis en évidence que Cendrars a été un fécond reporter du Brésil, mais à retardement. Ses reportages ont pris des formes diverses, renouvelant la poésie, captivant les lecteurs de journaux et de revues, puis reparaissant dans des recueils avec l’élévation et la dignité de l’œuvre littéraire élaborée. Pour communiquer son Brésil en France et atteindre un public toujours plus nombreux, il a eu recours aux moyens nouveaux que lui offraient les progrès techniques modernes. Contraint d’abandonner ses projets de grand cinéaste, il a utilisé toutes les ressources de la photographie, de l’image concrète, visuelle, jusqu’à l’album de photographies commentées, en avance sur les méthodes pédagogiques modernes : l’enseignement par l’image, et toutes les ressources de la voix aussi20. Après avoir procuré – outre la satisfaction de l’esprit – le plaisir des yeux, les reportages (voix, chants, musiques) font le plaisir des oreilles : expressions variées du lyrisme moderne qui intéresse tous les sens.

  • 21 Surtout avec Paulo Prado et les « bons amis » de São Paulo.
  • 22 Dans « Mort subite », XV, p. 27 : « On reste le souffle coupé d’admiration et souvent de terreur o (...)
  • 23 Dans « La Voix du sang », XV, p. 105 : « C’est Prado qui m’a initié à l’histoire du Brésil et m’a (...)

56Les reportages de Cendrars sur le Brésil ont commencé sous le signe de l’amitié, amitié qui s’est prolongée durant toute l’existence de Cendrars21. Fasciné par ce pays merveilleux22, il l’a aimé comme une « seconde patrie »23

57. À l’unisson de ses souvenirs, de sa connaissance du Brésil et de la conception qu’il en a, il livre ses propres sentiments et a le génie et l’art de nous les communiquer. À partir de ces reportages, le Brésil a pris une part importante dans l’œuvre de Cendrars et est devenu une constante jusque dans ses derniers jours.

  • 24 Toutes les qualités qu’il admirait chez Al Jennings pour la nouvelle en mille mots, Biaise Cendrar (...)

58Ses talents de reporter du Brésil, à la fois poète, journaliste, conteur, nouvelliste24, photographe, cinéaste, homme de radio, se conjuguent toujours avec son sens de l’humain, son humour, sa sensibilité et sa tendresse.

Reportages sur le Brésil dans Journaux et Revues Recueils

Reportages sur le Brésil dans Journaux et Revues Recueils

Notes

1 Voir : Aracy A. Amaral, Blaise Cendrars no Brasil e os Modernistas, São Paulo, Martins, 1970. Alexandre Eulálio, A Aventura brasileira de Blaise Cendrars, São Paulo, Éd. Quiron, 1978. Adrien Roig, Blaise Cendrars, O Aleijadinho e o Modernismo Brasileiro, Rio de Janeiro, Edições Tempo Brasileiro, 1984 ; « Blaise Cendrars et le Brésil : Le grand film brésilien, la traduction de A Selva, me ‘Morro Azul’ et ‘La Tour Eiffel Sidérale’ », in Portugal, Brésil, France, Histoire et Culture, Actes du Colloque, Paris, 25-27 mai 1987, Fondation Calouste Gulbenkian, Centre Culturel Portugais, 1988, p. 273-298 ; « Le Lot du Brésil dans Le Lotissement du ciel de Blaise Cendrars », Quadrant, Montpellier Université Paul-Valéry, n° 13, 1996, p. 73-99.

2 Miriam Cendrars, Blaise Cendrars, Paris, Éditions Balland, 1993, p. 387. Nous remercions Madame Miriam Cendrars pour nous avoir autorisé à travailler au Fonds Blaise Cendrars de la Bibliothèque Nationale Suisse (Berne), le Conservateur Marius Michaud et Madame Cudré-Mauroux pour leur aide efficace.

3 N° 26, février 1924 ; voir Aracy Amaral, op. cit., p. 17.

4 Mário de Andrade, Diário Nacional, 22-XII-1929, ne tarit pas d’éloges sur les qualités de marcheur de Cendrars et rappelle l’expression de Cocteau sur Cendrars : « avec son pas de chercheur d’or ».

5 Voir Adrien Roig, « La ‘Fazenda São Martinho’ d’Oswald de Andrade et de Blaise Cendrars », Quadrant, 1988, p. 58-82. Nous avons retrouvé, dans le livre de la Fazenda Morro Azul, aux dates du 31 mars et du 11 mai 1924, deux signatures de Cendrars, auprès de celles de Paulo Prado et d’Oswald de Andrade, cf. « Nouvelles du Morro Azul », Feuille de routes, Washington, Association Blaise Cendrars, 1993, p. 273-279 avec la reproduction photographique des deux pages correspondantes.

6 Mário de Andrade, « Blaise Cendrars », São Paulo, Didrio Nacional, 25-XII-1929.

7 Dans Le Lotissement du ciel, XII, p. 271. Nous citons d’après les Œuvres complètes, Paris, Club Français du Livre, 1971.

8 Ano 1, n° 4, 3-III-1926, au milieu de la première page ; voir reproduction du manuscrit autographe signé, dans Adrien Roig, « Présence de Blaise Cendrars à la Bibliothèque Municipale de São Paulo », Quadrant, Université Paul-Valéry, Montpellier, 1987, p. 95. L’original, écrit sur un papier de l’Automobile Club de São Paulo a été remis à la Bibliothèque par Sérgio Milliet qui était Secrétaire et Administrateur de Terra roxa e outras terras.

9 BNS, p. 40 et 0.40. René Hilsum était Directeur des Éditions « Au Sans Pareil ».

10 Pierre Jean Jouve donne cette excellente appréciation : « Vous inventez un genre à vous, vous donnez la matière poétique brute et vive et vous renouvelez la note de voyage… », BNS.

11 Nous avons retrouvé et publié le poème non retenu « Promenade matinale » dans « Un poème ‘brésilien’ de Blaise Cendrars à ajouter à ses Poésies complètes » dans Revue de Littérature Comparée, n° 2, Paris, avril-juin 1980, Didier-Littératures, p. 165-173.

12 Nous avons souvent eu recours à la précieuse bibliographie d’Hugues Richard, XV, p. 167-270.

13 Cf. Le Lotissement du ciel, édition présentée et annotée par Claude Leroy, Paris, Denoël, 1996, p. 113 et 544. Une nouvelle version de l’épisode est encore rapportée dans « Les rêves perdus de Blaise Cendrars », XIII, p. 198, 199 ; orthographié : hibadou.

14 Il en parle aussi avec Michel Manoll, XIII, p. 73.

15 Aurélio Buarque de Holanda Ferreira, Novo Dicionário da Língua Brasileira, Rio de Janeiro, Editora Nova Fronteira, s.d., p. 782c (nous traduisons) : « Ipadu : … arbuste aux feuilles oblongues, petites, à menues fleurs jaune-citron et à drupe rouge-sang, ayant les mêmes propriétés que la coca, moins intenses toutefois, cultivé par les Indiens de Haute Amazonie ».

16 Le texte seul a été réédité, Brésil, des hommes sont venus…, Montpellier, 1987, avec le portrait de Cendrars par Francis Picabia et quelques illustrations de Tarsila (parmi celles de Feuilles de route ; il a été publié en portugais, Brasil, vieram os homens, Lisbonne, edição & etc, Edições Culturais do Subterráneo, Février 1996, avec le même portrait.

17 BNS, O 212, lc, 27 pages dactylographiées, la dernière portant la signature autographe de Blaise Cendrars.

18 BNS, P109, 11 pages dactylographiées, sous le titre général « Les Nuits chaudes de Rio » (Le Carnaval, Les banlieues, les Mornes). Nous remercions Madame Christine Barbier Bouvet, Responsable de la Consultation du Dépôt Légal, Inathèque de France, d’avoir bien voulu répondre à notre demande de renseignements : « Pour ce qui concerne l’émission de radio “Carnaval de Rio, 1953”, à laquelle aurait participé Blaise Cendrars, il semble (après enquête approfondie) qu’elle n’ait pas été diffusée dans le cadre de la série “Le monde est un spectacle” du 14 février 1953 ».

19 Cendrars apporte cette précision : « Un grand amateur de frevo est Jean-Louis Barrault qui en a appris le pas pendant son séjour au Brésil, il y a trois ans ».

20 Il confiait à Michel Manoll : « Écrire, c’est peut-être abdiquer […] Il est vrai qu’il y a ma voix et seule la voix porte à la radio, quoi qu’elle dise », XIII, p. 21-22.

21 Surtout avec Paulo Prado et les « bons amis » de São Paulo.

22 Dans « Mort subite », XV, p. 27 : « On reste le souffle coupé d’admiration et souvent de terreur ou de passion ».

23 Dans « La Voix du sang », XV, p. 105 : « C’est Prado qui m’a initié à l’histoire du Brésil et m’a inculqué l’amour de son peuple et de son pays, dont je devais subir l’influence au point que je considère le Brésil comme ma deuxième patrie spirituelle ». Hugues Richard, Dites-nous Monsieur Blaise Cendrars, Lausanne, Éditions Rencontre, 1969, p. 132 :
« – Quelle serait votre seconde patrie ?
– Le Brésil est ma deuxième patrie, au moins spirituellement ».

24 Toutes les qualités qu’il admirait chez Al Jennings pour la nouvelle en mille mots, Biaise Cendrars vous parle, XIII, p. 97 :
« C’est lui l’inventeur de ce genre si difficile à réussir, car il y faut beaucoup d’art et de probité, mais encore un grand cœur, sensible à la joie, au malheur du populaire et doublé d’un esprit primesautier et malicieux ».

Table des illustrations

Titre Reportages sur le Brésil dans Journaux et Revues Recueils
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/33548/img-1.jpg
Fichier image/, 655k

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540