Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cendrars au pays de Jean Galmot

 | 
Michèle Touret

2e partie. Galmot l’homme, le héros selon Cendrars et le romancier

Blaise Cendrars et les Périgourdins

Pierre Martial

Texte intégral

1C’est certainement en lisant, à l’âge de 14 ans, la Géographie universelle d’Élisée Reclus, qui à l’époque, nous dît-il dans plusieurs de ses ouvrages, était sa lecture favorite, que Blaise Cendrars, eu connaissance pour la première fois du Périgord, région de ce pays étranger, bien que tout proche, la France.

2Ce contact est double car l’auteur de cette monumentale et si passionnante géographie, est originaire du Périgord, bien que né à Sainte-Foy-la-Grande en Gironde, où son père était pasteur.

3Comme Cendrars plus tard, Reclus, quittera très tôt sa famille pour parcourir le monde, naviguera sur de drôles de rafiots dans des conditions parfois périlleuses, et fera de longs séjours en Amérique du Sud chez de riches propriétaires terriens. Anarchiste, il ira jusqu’au bout de ses convictions et n’hésitera pas à prendre les armes, quoique déjà célèbre, pour défendre la Commune. En 1871, exilé en Suisse, il s’installe avec sa famille à Lugano, puis après son second mariage, sur les bords du lac Léman. Il décèdera le 4 juillet 1905 en Belgique ou il s’était retiré. Cendrars ne l’a sans doute jamais rencontré. Élysée Reclus était, entre autres, membre de la Société neuchâteuloise de géographie.

4La première personne originaire de notre région, que Blaise Cendrars connaîtra réellement, est sans doute Marguerite Eymery, femme de lettres, plus connue sous le pseudonyme de Rachilde. Née à Château l’Évêque près de Périgueux, le 11 février 1860, elle a très jeune la vocation littéraire, et dès l’âge de 12 ans envoie aux journaux périgourdins des contes, signés Rachilde. Ce nom sous lequel l’adolescente cache sa véritable identité, et qu’elle conservera, est celui d’un preux chevalier Danois, personnage fictif aux multiples aventures, sorti tout droit de son imagination aussi féconde que précoce.

5À 20 ans en compagnie de sa mère elle « monte » à Paris et publie Monsieur Vénus, livre qui fera scandale et vaudra 1 mois de prison à son éditeur belge. Une trentaine suivront tous plus ou moins sulfureux.

6Dans la capitale la jeune femme fréquente les milieux littéraires, et en 1889 épouse le journaliste Alfred Vallette. Ensemble ils fonderont le Mercure de France, en même temps qu’un salon littéraire Vite très réputé. S’ils aidèrent Paul Fort et Colette à leur début, ils furent les amis d’Alfred Jarry et de Guillaume Apollinaire.

7Les Vallette seront d’ailleurs membres du comité d’honneur du banquet offert à Apollinaire pour fêter la parution du Poète assassiné. Cendrars avec Picasso, Max Jacob, Reverdy et quelques autres sont eux chargés de l’organisation. Apollinaire ne savourera son triomphe que peu de temps, bientôt, tous se retrouveront pour suivre, avec la même peine, le cercueil de leur ami, victime de la grippe espagnole.

8Notre écrivain ne sera pas édité par le Mercure de France, seule de son vivant la revue du Mercure consacrera en décembre 1918 une vingtaine de pages à son livre La Fin du monde filmée par l’ange Notre-Dame. Cendrars ne semble pas en tenir rigueur ; dans Emmène-moi au bout du monde, il parle de Rachilde en des termes plutôt aimables. Voici ce qu’il fait dire d’elle à son héroïne Thérèse la vieille comédienne « Rachilde, encore une vieille pas commode, un bas bleu, mais quelle excellente amie, fine et intelligente quand elle vous gobait, ne se lassant pas de vous faire rire au détriment des hommes, mais elle était aussi rosse envers les femmes. Elle doit être morte. C’est idiot la vie que l’on mène à Paris. Il y a une éternité que je ne l’ai vue. Je vais me renseigner ». Lorsque Cendrars commençait à écrire ce roman, il aurait pu, après s’être renseigné, lui rendre effectivement visite. Doyenne des Gens de Lettres elle ne s’éteindra qu’en 1953 à l’âge de 93 ans, des suites d’une chute en descendant un escalier.

9Dans les pages qui précèdent il est également question d’un autre périgourdin, mais simplement cité, le tragédien bergeracois Mounet-Sully. C’est toujours Thérèse Églantine qui parle, elle s’adresse au critique surnommé P’tite Maman, au sujet de son partenaire masculin.

« Tu crois que c’est drôle de jouer avec lui ? Il postillonne et lâche des vents par en haut et par en bas. Il se prend pour Mounet-Sully. Il est puant ».

10Véritable monstre sacré de la fin du siècle dernier et du début de celui-ci, célèbre notamment pour son rôle d’Œdipe Roi, ami de Sarah Bernhardt, sociétaire puis directeur de la Comédie Française, les spectateurs se pressaient en masse pour le voir jouer. Il quittera la scène et le monde en 1916.

11C’est dans Le Lotissement du ciel et Blaise Cendrars vous parle que Léon Bloy, né à Périgueux en 1846, apparaît. Dans le premier ouvrage, Cendrars rend visite à Bourg-la-Reine, à un conseiller d’ambassade, victime autrefois d’un naufrage, et qui demeure dans la villa où Léon Bloy habite, pour qu’il lui conte son aventure.

  • 1 Œuvres Complètes 6, p. 385.

« Le conseiller d’ambassade n’aimait pas parler de cette aventure et cependant j’étais venu le relancer jusque chez lui pour m’enquérir. C’était un homme digne de foi, calme et pondéré. Il habitait la France depuis 15 ans. Il avait loué la villa de Léon Bloy à Bourg-la-Reine. Il avait la plus grande admiration pour cet écrivain car lui-même passait ses nuits à écrire des romans, des romans nostalgiques où il évoquait la vie et le passé de son pays perdu en une langue à la syntaxe singulièrement compliquée et au vocabulaire romantique le plus riche et le plus précieux qui soit, car les nuits sont longues »1.

12Qui a lu Léon Bloy, sait sa façon très alambiquée de s’exprimer, la richesse de son vocabulaire, et reconnaîtra là, la description de son style. Au cours du deuxième entretien avec Michel Manoll, Cendrars, à propos de Rimbaud, évoque une nouvelle foi le mendiant ingrat.

  • 2 Blaise Cendrars vous parle, Entretien deuxième, OC 8, p. 558.

« Même Léon Bloy, n’avait rien pigé, qui disait du mauvais garçon : Rimbaud, un gamin qui pisse contre l’Himalaya »2.

13Cendrars apparemment connaissait bien l’œuvre, et l’homme dont il a pu faire la connaissance à Bourg-la-Reine où il fut soigné en 1916, au lycée Lakanal. Juste en face dit-il, dans Le Lotissement du ciel, de cette paisible villa de banlieue. Une allusion à une période de la vie de Léon Bloy, pourrait, se trouver dans ce passage de Emmène-moi au bout du monde, où Thérèse parle de son mari, le poète Maurice Strauss.

  • 3 OC 7, p. 311.

« Avant moi, il avait connu une petite ouvrière qu’il avait ramassée rue Dauphine où elle se prostituait sous la voûte des portes cochères… C’était une pauvrette, misérable, malade, qui est morte chez lui d’une phtisie galopante. Maurice en est resté inconsolable et il a sublimisé Mauricette en des sonnets restés inédits etc. »3.

14Or Léon Bloy a bien recueilli une jeune ouvrière du nom d’Anne-Marie Roulé, qui se prostituait quartier Saint-Michel, il l’aima profondément jusqu’à vouloir l’épouser, mais n’eut jamais assez d’argent pour cela. Elle ne mourra pas phtisique mais démente quelques années plus tard. Très affecté, Bloy la fera revivre sous les traits de Véronique, l’héroïne de son roman Le Désespère, considéré comme son chef-d’œuvre.

15Dans le même ouvrage j’ai relevé une autre coïncidence, toujours à propos de Maurice Strauss qui est taxé de « poète Hydropathe et décadent ». Un Hydropathe nous dit le dictionnaire est une personne qui soigne par l’eau. Mais à la fin du siècle dernier ce nom fut donné (par dérision car ses membres avaient une sainte horreur de ce liquide insipide) à un mouvement littéraire et poétique fondé par Émile Goudeau, cousin germain de Léon Bloy né à Périgueux le 19 août 1848. Bohème, poète et écrivain, son œuvre la plus célèbre est un recueil de poésies intitulé « Fleurs du bitume ». Le club des Hydropathes compta jusqu’à 600 adhérents et fut fréquenté par des gens célèbres : Rachilde, Léon Bloy, Mounet-Sully, Charles Cros, Sarah Bernhardt etc. Avec Rodolphe Salis, Goudeau créera le célèbre cabaret du Chat-Noir, malade il décède en 1905. Cendras ne pouvait ignorer cette société, dont Maurice Strauss aurait put faire partie. D’autant qu’en 1928 fut fêté à la Sorbonne avec un certain faste le cinquantenaire du club.

16Autre personnage évoqué, notamment dans Rhum, Louis Chadourne, briviste de naissance, néanmoins compatriote de Jean Galmot dont il fut l’un des secrétaires, mais qui de toute évidence, à la lecture de ses carnets, récemment publiés, ne partage pas pour son ancien patron l’enthousiasme de Cendrars. Blaise a certainement conversé avec lui ne serait-ce qu’« aux obsèques d’Apollinaire », auxquels ils assistèrent tous deux.

17Le personnage au-devant duquel Cendrars alla le plus volontiers, fut, je pense Saint-Exupéry. Dans La Vie dangereuse un commandant de bateau le lui décrit ainsi :

  • 4 OC 4, p. 515.

« Saint-Exupéry, c’est un costaud un rude gaillard, mais c’est aussi un tendre ; c’est un batailleur qui aime les coups durs, mais c’est aussi le type le plus consciencieux du poste Juby ; c’est un as, un enthousiaste, mais c’est aussi l’homme le plus calme le plus tranquille de la popote et souvent, le plus taciturne de l’équipe… et termine sa description par ses mots, bref c’est un poilu, un coureur d’aventures, un chevalier errant, un chevalier servant »4.

18L’on comprend aisément en lisant ces lignes la haute opinion que notre bourlingueur avait pour l’aviateur et son souhait de le mieux connaître. Ils s’entretinrent à quatre reprises, mais l’auteur du Petit Prince se montra assez distant, ce qui entraîna Cendrars à modifier son opinion sur lui. Questionné par Manoll à son sujet Cendras, avec le recul du temps, se montra beaucoup moins admiratif.

19Je dois quand même préciser que les Saint-Exupéry sont d’origine Périgourdine, qu’ils possèdent toujours un vignoble en Bergeracois et plusieurs domaines dans la région, et qu’en 1813 le marquis de Saint-Exupéry offrit une doublure pour le saint-suaire de Cadouin que son épouse et les femmes de la maison cousirent religieusement, à genoux et en priant.

20En 1946, à son retour des États-Unis, Consuelo la femme de Saint-Exupéry séjourna dix-huit mois au Château de Paleyrac, situé près de la localité du Buisson de Cadouin sur les bords de la Dordogne.

21Biron n’est pas loin de Monpazier, dans Bourlinguer, à propos de Chadenat, qui est très anglophobe, il parle en termes peu amènes du « dernier des Biron » voici un extrait du paragraphe :

  • 5 OC 6, p. 280.

La haine totale (pour l’Angleterre) d’un Chadenat, loin d’être typique, est un sentiment exceptionnel en France, à peine partagé par une poignée de marins qui se souviennent, un clan de militaires qui ont de la tradition et quelques orgueilleux hobereaux de province, relégués dans leur manoir et qui ne jouent plus aucun rôle, ne tiennent aucun rang, boudent, ainsi le plus grand d’entre eux qui ait de la branche, le dernier des Biron, dont un ancêtre fut décapité par le roi de France, un autre par le roi d’Angleterre, en veut à mort à la République, qui n’habite plus son château féodal en plein Périgord Noir, dans un site incomparable, à la crête des eaux, entre la Garonne et la Dordogne, un des plus beaux et grandiose châteaux de France, mais une petite pension bourgeoise, avenue des Sycomores à Genève, Suisse. Quelle fin pour une lignée qui remonte à Eudes d’Aquitaine. Le dernier rejeton (des Biron) ressemble physiquement à ce fantoche, créature de Jules Romain, Monsieur Le Trouhadec, comme une noix creuse ressemble à une noix pleine, et c’est Le Trouhadec qui fait pencher la balance5.

22En 1930 lorsque Cendrars vit le château de Biron, il était plutôt en mauvais état et à l’abandon. Depuis le département l’a acheté le sauvant ainsi d’une complète dégradation.

23Interrogé à la radio sur Sartre, Cendrars se montre peu emballé, par le noctambule de Saint-Germain-des-Près.

  • 6 Blaise Cendrars vous parle, ibid., p. 560-561.

« Je n’ai pas d’opinion sur lui, Sartre ne m’envoyant pas ses livres. Quant à l’existentialisme ?… En tant que doctrine philosophique, c’est Schopenhauer qui m’a mis en garde contre les professeurs de philosophie qui, après l’enseignement officiel, méditent, écrivent, pensent, rédigent des manifestes, et Sartre est professeur. Les pièces philosophiques sont un ennui au théâtre, et Sartre monte ses thèses au théâtre. Les romans sont bien ou mal écrits, ceux de Sartre sont quelconques. Et pour conclure : Je ne sais pas ce qu’il faut penser de cet envahissement de la littérature par les professeurs. Il me paraît toutefois certain que l’Existentialisme de Jean-Paul Sartre n’a donné naissance à aucun poète. Et de toute évidence, aucun poète ne pouvait sortir de là »6.

24Jean-Paul Sartre, né à Paris en 1905, était le fils de Jean Baptiste Sartre, officier de marine, issu d’une famille bourgeoise qui compta plusieurs députés de la Dordogne et maires de Thiviers, sa ville natale, et d’Anne-Marie Schweitzer, nièce du célèbre docteur. Écolier, Jean-Paul étudiera au collège de Périgueux, étudiant, il passera ses vacances à Thiviers. Mais ne parlera jamais de son pays d’origine dans ses écrits, hormis dans son livre autobiographique « Les Mots », ne voulant pas être, selon ses propres termes « le Giono du Périgord ».

25Voilà pour les Périgourdins de souche que Cendrars a ou aurait pu rencontrer.

26Il en est deux autres, décédés depuis longtemps, Brantôme et Montaigne, que l’on découvre, dans L’Homme foudroyé pour le premier, et Bourlinguer pour le second.

27En voiture au Brésil, Cendras emporte beaucoup de bagages, dont il donne tout le détail.

  • 7 OC 5, p. 296.

J’emporte non seulement mes vivres, mes armes et munitions et deux ou trois tonnes d’essence dans ma voiture, mais avec ma provision de cigarettes aussi une caisse de livres, toutes les nouveautés de la saison et que je sème tout au long de la route à l’aller ou distribuant dans les fazendas perdues pour reprendre sur le chemin du retour les deux ou trois tomes qui ont leur place dans ma carrosserie et que je me suis constitué en arrachant une page par-ci une page par-là dans tel ou tel volume à cause de l’intérêt de la chose dite ou la précision de l’écriture, les poèmes de La Cantilène de Sainte-Eulalie à L’Ascenseur Dada, qui sont une anthologie à mon usage personnel, un chapitre bien tassé sur les femmes (Brantôme, Schopenhauer, Odon de Cluny) etc.7

28Pierre de Bourdeille, abbé de Brantôme contemporain d’Henri III et Henri IV, Gentilhomme de la chambre du roi, quitte la cour pensant être victime d’une injustice, et regagne ses terres de Richemond près de Brantôme. Il mettra à profit cet exil volontaire et une immobilité causée par une chute de cheval, pour écrire des mémoires qui paraîtront plus tard sous le titre de Vie des Dames galantes. Cendrars connaissait bien sûr ces écrits éroticos-historiques, et en avait donc gardé les pages les plus savoureuses et misogynes, qui ne manquent pas.

29Son attention pour Montaigne est tout autre, bien que l’auteur des Essais soit quelquefois un peu trivial. Voici ce qu’il dit de lui à propos de Chadenat.

Chadenat était un de ces Français sceptiques et distraits comme il y a tant eu, de l’inventif Jules Verne au délicieux Montaigne, un érudit incomparable à la manière d’Anatole France et qui n’avait qu’un tort, celui de ne pas écrire.

30Et plus loin,

  • 8 OC 6, p. 277.

Chadenat était sans âge, sa santé n’a jamais été très bonne. Je l’ai toujours connu cacochyme et crachoteux. Sa vessie aussi lui donnait pas mal de tintouin. Comme Montaigne il souffrait de la pierre8.

31Michel Eyquem de Montaigne, naquit au château de Montaigne en 1533, fit des études au lycée de Guyenne à Toulouse, occupa les charges de conseiller à la Cour des Aides de Périgueux, puis entra au Parlement de Bordeaux où il rencontra Étienne de La Boëtie. C’est sur le chemin de retour d’un long voyage que Montaigne apprend son élection à la mairie de Bordeaux. Pour écrire ses célèbres Essais, il résilie ses charges publiques, et se retire en son château où il meurt en 1592 de la pierre en écoutant la messe.

32Parmi les périgourdins d’adoptions, celui que Blaise Cendrars a le plus fréquenté est sans doute André Maurois.

33Né à Elbeuf le 26 juillet 1885, Émile Herzog, (son véritable nom) après de brillantes études, est en 1903 licencié es lettres et entre dans la vie active au sein de l’entreprise familiale de fabrication de tissus. Anglophile, il est en 1914 mobilisé en qualité d’interprète auprès des forces britanniques. À la fin de la guerre il publiera avec succès Les Silences du colonel Bramble et Les Discours du Docteur O’Grady.

34Veuf avec trois enfants, il se remarie en 1926 avec Simone de Caillavet, fille de l’auteur dramatique Gaston Arman de Caillavet, périgourdine d’origine, et propriétaire du château d’Essendiéras près d’Excideuil. Désormais il se consacrera à son œuvre littéraire, et sera élu à l’Académie Française en 1938 au siège de René Doumic.

35Officier de réserve Maurois en 1939, est affecté au service de propagande dirigé par Jean Giraudoux. C’est dans ce cadre, au cours d’une mission en Angleterre, qu’il va côtoyer Cendrars, qui est correspondant auprès du corps expéditionnaire anglais à Arras. Les deux hommes vont cohabiter pacifiquement, bien que Cendrars soit par moment un peu agacé par le comportement de « vedette » de son collègue, très populaire, il est vrai, outre Manche.

36Voyons d’abord ce que dit Maurois de cette affaire, car il semblerait que Cendrars soit en quelque sorte l’instigateur de ce projet.

« Beaucoup de correspondants de guerre avaient comme moi, au moment de Noël, visité les provinces françaises et tous étaient revenus inquiets. La radio allemande est très écoutée, il faut répondre par des faits précis, non par des phrases pompeuses et vides. Pourquoi ne pas nous envoyer en Angleterre ? disaient-ils. Pourquoi ne pas montrer l’effort anglais ? ».

37Blaise Cendrars, Journaliste et romancier de talent, que les Anglais adoraient parce qu’il était pittoresque avec son air de vieux pirate, son bras coupé, son visage brique, sa médaille militaire, parla de ce projet au général Mac Farlane… L’idée de Cendras lui parut excellente. « Je vais organiser ce voyage » dit-il.

« Donc une dizaine de correspondants, que je devais chaperonner, traversa la manche, par un triste jour de janvier, sur un bateau noir, tous feux éteints ».

38Dans son livre Chez l’armée anglaise paru aux éditions Corréa en 1940 Cendras est plus explicite et prend sans le savoir le relais de Maurois ; j’en ai extrait les passages suivants :

  • 9 OC 7, p. 65.

Nous étions huit Français dans un autocar, huit collègues qui, comme moi, attachés au Grand Quartier Britannique en France, avions demandé à aller faire un tour en Angleterre, huit journalistes qui avaient envie de travailler, de se renseigner, d’enquêter, de voir, mais dont chacun avait ses idées de derrière la tête, et une vision particulière des choses, huit confrères qui, malgré le sérieux de leur mission, n’engendraient pas la mélancolie, huit bavards qui s’en donnèrent à cœur joie durant dix jours9.

39Plus loin il présente tour à tour ses sept compagnons qui était Lefèvre, Chenevier, Lacoste, de Lacretelle, Franklin, le photographe Pierre Ichac et André Maurois. Qu’il garde pour la fin :

  • 10 Ibid., p. 70-71.

« On ne présente pas Sir André Maurois, l’académicien-reporter du Figaro, qui vient d’être nommé capitaine, mais André Maurois, qui était à l’avant, à tribord, était tour à tour étonnamment silencieux ou volubile. Quand il se taisait, c’était pour nous écouter, mais sans en avoir l’air ; et quand il parlait, c’était pour se mêler à n’importe quelle conversation, avec le sourire et beaucoup, beaucoup d’obligeance. Cher André Maurois, il a subi le martyre, fin janvier 1940, en Angleterre, un martyre inédit et cruel, celui des photographes. “Pointed” criaient ses bourreaux, en braquant sur lui leur œil à déclic et en le foudroyant à bout portant d’une ampoule aveuglante ou d’une pastille de magnésium, et notre grand homme célèbre posait, posait pour les photographes, sous un tank, devant l’affût d’un canon, sur le pont d’un torpilleur, ou dans le cabinet d’un ministre, l’index pointé sur un diagramme. Ah ! ces photographes, quelle plaie ! »10.

40Il faut dire que pendant que Maurois se laissait complaisamment photographier les autre journalistes faisaient le pied de grue dans le froid et la boue.

41Ils se retrouveront après la guerre en tant que journalistes, et 1953 seront co-présentateurs des œuvres de Balzac pour le Club Français du livre.

42Un des « huit » Pierre Ichac quelques mois après cette aventure, viendra en Périgord, pour le compte de la revue l’Illustration, effectuer, le premier reportage quasiment officiel de la découverte des peintures de Lascaux.

43Joséphine Baker, dans La Main coupée, est l’héroine et la tortionnaire involontaire d’un combattant de la guerre d’Espagne, épisode raconté malgré tout sur le ton de la tragi-comédie.

  • 11 OC 5, p. 553.

« Déjà un ami qui a perdu les deux jambes à Madrid en 1937 et qui est resté une nuit entière accroché dans les tragiques barbelés de la Cité universitaire avant que l’on pût lui porter secours, m’avait raconté la nuit de terreur qu’il avait subie du fait non pas des mitrailleuses qui crachaient, des grenades qui lui éclataient entre les jambes, mais du fait d’une machine parlante qui, me dit-il, n’avait cessé de la nuit de dégoiser des slogans de propagande, alternés avec des pasodobles, des ritournelles à la mode, des fanfares et la voix de Joséphine Baker qui chantait en français : J’ai deux amours, mon pays et Paris… »11.

44Air hallucinatoire qui multipliait par 100 000 la torture de mon malheureux ami dont le sang pissait et qui sentait son cerveau danser, se retourner pour comprendre ce que la machine disait, puis sombrer, non dans la fièvre, mais entraîné par le musique et ébloui par un projecteur basculant. Les dents, l’éventail, les plumes, les jambes, les yeux de Joséphine et les crépitements des applaudissements. Quant il revint à soi, il se croyait au music-hall.

45Joséphine Baker la « perle noire » des années trente, acheta après la guerre le château des Milandes en Sarladais, pour y installer sa « tribu Arc en Ciel » composée de jeunes enfants de toutes races, qu’avec Jo Bouillon son dernier mari, ils adopteront au gré des tournées. Mal géré, ne pouvant vivre encore du tourisme, le domaine s’avère être un gouffre financier et en 1968 sera vendu aux enchères. Afin de subvenir au besoin de ses enfants à plus de 60 ans elle remonte courageusement sur scène, à Monaco d’abord, puis aux États-Unis, en Europe et enfin à Paris où elle succombera à une hémorragie cérébrale le 14 avril 1975. Elle avait 69 ans.

46Cendrars était un admirateur de Joséphine et prendra sa défense lors de l’attaque de Robert de Flers contre la Revue Nègre. Il figurera même sur la liste des peintres et écrivains que l’art nègre avait inspiré, dressée à l’époque par le marchand de tableau Paul Guillaume, défenseur du primitivisme dans l’art.

47Tout au long de l’œuvre de Cendrars et notamment dans Blaise Cendrars vous parle, l’on trouve cités des personnages qui comme lui séjourneront peu ou prou en Périgord et qu’il a connus. En parler en détail ici serait par trop long. Je vais simplement les évoquer. Tout d’abord Henri Miller, bien sûr, puis Édouard Bourdet marié à la Bergeracoise Catherine Pozzi, Paul Valéry qui lui succédera dans le cœur de la belle, Paul Éluard qui habitera Beynac, Claude Anet qui finira ses jours dans la région des Eyzies, de Flers qui écrira plusieurs pièces à Essendieras avec son compère Arman de Caillavet marié à la périgourdine Jeanne Pouquet, belle-mère d’André Maurois. Sans oublier, qu’un de ses parents en Suisse était surnommé Talleyrand, qu’il rend visite à Picasso rue de La Boétie, qu’un militaire emmène des chevaux dans une écurie avenue Daumesnil, et qu’il habita avenue Montaigne !

48Pour conclure je voudrais revenir un instant, justement, sur Montaigne, qui avec Galmot est le Périgourdin qu’il estime le plus, car il lui ressemble, nous dit Pierre Caizergue dans Blaise Cendrars 4, publié par la revue des Lettres modernes sous la direction de Monique Chefdor et Claude Leroy, page 231 à propos de Trop, c’est trop :

« Ce n’est pas un métier, sinon un métier de fainéant, écrit Cendrars. Que j’ai horreur des hommes de lettres ! On n’est pas sur terre pour pondre des livres et qu’il est difficile d’écrire sans faste, simplement, vrai. Comme on vit. Et qu’il est difficile de vivre ».

49Cette attitude n’est pas nouvelle : c’est celle de Montaigne auquel Cendrars ressemble par sa curiosité universelle, son sens de l’humain en profondeur, son goût du réel, dans le détail significatif et plein de valeur, son amour de la vie malgré les absurdités du siècle. C’est pourquoi Cendrars aime le langage « d’aujourd’hui cru et véridique, humain en un mot ».

50Voila qui définit bien nos deux célèbres périgourdins et pourrait également s’appliquer à un troisième, Brantôme.

Notes

1 Œuvres Complètes 6, p. 385.

2 Blaise Cendrars vous parle, Entretien deuxième, OC 8, p. 558.

3 OC 7, p. 311.

4 OC 4, p. 515.

5 OC 6, p. 280.

6 Blaise Cendrars vous parle, ibid., p. 560-561.

7 OC 5, p. 296.

8 OC 6, p. 277.

9 OC 7, p. 65.

10 Ibid., p. 70-71.

11 OC 5, p. 553.

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540