Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cendrars au pays de Jean Galmot

 | 
Michèle Touret

2e partie. Galmot l’homme, le héros selon Cendrars et le romancier

Avant-propos

Galmot et l’exotisme

Bernard Lesfargues

Texte intégral

1C’est à Rabelais, cet inlassable créateur de mots, que nous devons l’adjectif exotique. Dans le Quart livre, chapitre 2, on lit :

« Adoncques descendit on havre, contemplant, ce pendant que les chormes des naufs faisoient aiguade, divers tableaux, diverses tapisseries, divers animaulx, poissons, oiseaulx, et pauvres marchandises exotiques et peregrines, qui estoient en l’allée du mole, et par les halles du port ».

2Nous sommes dans un port, ce qui n’a rien pour nous étonner, tant l’exotisme est lié aux routes maritimes et à ces îles réelles ou imaginaires, ancrées ou baladeuses, dont on pressent l’existence au-delà de l’horizon. Des îles d’où l’on rapportera de « beaulx et jeunes unicornes », un « tarande » et d’autres « animaulx peregrins ».

3Que l’exotisme ait existé bien avant que Rabelais ne le nommât, aucun doute. Du Devisement du monde à Jean de Léry, longue est la liste des voyageurs qui, revenus de terres jusque-là inconnues, consacrent le reste de leur âge à écrire et à décrire. Mais ce que j’appellerais l’exotisme conscient naît dans la deuxième moitié du xviiie siècle ; c’est le temps des Chansons madécasses d’Evariste Parny, de Paul et Virginie, le si lénifiant chef-d’œuvre de Bernardin de Saint-Pierre. L’engouement pour l’exotisme littéraire croîtra au fur et à mesure des progrès que fera la connaissance de la terre tout au long du xixe siècle et, surtout, cet engouement ne peut pas être dissocié de la gigantesque entreprise de colonisation de l’Afrique et de l’Asie, à laquelle tant de pays européens consacrèrent leurs forces. Dès la fin du siècle, on ne compte plus les livres de voyages, les romans à thème exotique. Les auteurs ? Citons pêle-mêle Pierre Loti, Jules Verne, Victor Ségalen, Jules Boissières, Jean Ajalbert, Louis Hémon, Jérôme et jean Tharaud, etc. En 1921, le genre culmine. Blaise

4Cendrars publie l’Anthologie nègre, et René Maran, originaire de la Martinique, obtient le prix Goncourt pour son roman sur les indigènes d’Afrique noire : Batouala. Neuf ans plus tard, le Goncourt couronne une nouvelle fois un roman « colonial », Mulaisie, d’Henri Fauconnier.

5L’exotisme est si omniprésent dans nos lettres que Rachilde, la vigilante critique des romans dans le Mercure de France, finit par s’insurger contre les « morbidesses des exotiques en chambre que nous avons la mauvaise habitude d’admirer sans contrôle ». N’oublions pas que ces lignes datent de janvier 1922 et que c’est à la fin de l’année précédente que le Goncourt a été attribué à René Maran.

6Rachilde se déchaîne : « Ce véritable roman nègre, écrit par un nègre administrateur colonial, homme fort expert en la manière noire… ». On n’oserait plus écrire de la sorte aujourd’hui.

7Et Galmot dans cette coulée d’exotisme. Il se laisse porter par le courant. Le premier de ses deux romans, Quelle étrange histoire !… ne me semble relever de l’exotisme que par la seconde partie. La première, par son cours alenti et son symbolisme languissant, est aujourd’hui à peine lisible. Insupportable. Henri Bachelin, romancier qu’on ne plus guère, avait lui aussi la dent très dure. Il écrit, dans une lettre à Rachilde, qu’il n’y a pas « de meilleur exemple de la mauvaise influence du symbolisme sur un cerveau de crétin que Xavier Privas. Galmot en serait un autre, avec complications, si j’ose dire, de Loti, et peut-être d’Estaunié de Les choses voient ».

8Lorsque paraît Un mort vivait parmi nous, Rachilde, encore elle, avec son acrimonie habituelle, écrit dans le Mercure de France du 15 juin 1922 :

« Je n’aimais par beaucoup l’Étrange histoire. Cet indien à la fois symbolique et inexistant, qui entraîne tout le monde sur El Dorado et sépare les hommes du néfaste placer par la présence d’une femme, est une bonne création de poète. Et quels tableaux de nature exotique ! Quel merveilleux paysages de rêve d’opium hanté d’animaux bizarres, d’oiseaux diaprés, de reptiles effarants. Mais je ne pense pas du tout que ce poète puisse être coupable d’autre chose que d’avoir un peu trop rêvé à l’ombre dangereuse des forêts tropicales ».

9Conclusion ambiguë s’il en est ; mais tout le monde alors crie haro sur Galmot. D’ailleurs, Rachilde ne commence-t-elle pas sa recension en parlant de « l’auteur de… L’affaire des Rhum » ? Quoi qu’il en soit, ce second roman est intéressant, toujours lisible même s’il est écrit dans une prose truffée d’alexandrins, et il s’insère tout naturellement dans cet exotisme qui déferla sur les lettres françaises. Il me semble pourtant qu’on aurait intérêt à comparer Un mort vivait parmi nous au vénézuélien Römuldo Gallegos et au colombien José Eustasio Rivera. Sans doute apercevrait-on que Galmot est aussi – ou d’abord ? – un écrivain sud-américain.

10Plus sud-américain certainement que périgordin. Ce Périgord, certes, il aime à y revenir, s’y ressourcer. « Pourquoi as-tu quitté ton pays ? Pourquoi as-tu quitté les châtaigniers et les champs de genêts que tu aimes ? Tu es paysan, tu dois vivre immobile sur la même terre où tes ancêtres ont vécu et sont morts. Et tu es là, tu cours le monde et tu ne sais rien ». Ce passage de Quelle étrange histoire !… a été diversement apprécié. On peut y voir l’homme à la terre natale, et il y est, et le regret, la nostalgie… Mais c’est plutôt, à mon sens, de la froide ironie, et pour s’en convaincre il suffit d’analyser le membre de phrase qui commence par « tu dois » : ce devoir-là, Jean Galmot s’en est bien mal acquitté, lui qui, sa vie durant, a été tout sauf immobile, et a toujours été l’ennemi du « même » et de la répétition. Autrement dit, peu enclin à cet « identitaire » qui est tellement à la mode de nos jours…

11Le Périgord du xixe siècle et jusqu’à la guerre de 1914 est une société close dont Eugène Le Roy est le chantre, l’écrivain emblématique. Les individus qui refusent de s’enfermer et de calquer leur vie sur celle de leurs ancêtres prennent donc, par contraste, beaucoup de relief. De là l’intérêt qu’on attache, en Périgord, à Antoine-Orlie de Tounens, personnage aussi falot qu’excentrique. Ce « roi » d’Araucanie et de Patagonie n’a fait que trop rêver ses compatriotes et leur a permis d’imaginer qu’en leurs veines coulait le sang des aventuriers. En Périgord on se flatte donc bien volontiers d’avoir vu naître de nombreux coureurs du vaste monde. Si l’on y regarde de près, on s’aperçoit qu’ils ne sont pas si nombreux que cela, et les régions voisines en comptent peu ou prou autant. Jean Galmot fait bonne figure dans cette liste qui va de Tounens à François Augiéras. L’exotisme ? Oui, assurément. Mais plus que l’exotisme de son œuvre, c’est l’étrangeté de sa vie même qui surprend et qui séduit. L’exotisme ? C’est dans son cœur et dans ses tripes que Galmot le portait.

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540