Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cendrars au pays de Jean Galmot

 | 
Michèle Touret

1re partie. Autour de Rhum, le journal et le livre

Sous le signe de la biographie : de Galmot à Villon

Luisa Montrosset

Texte intégral

1L’intitulé « Sous le signe de la biographie : de Galmot à Villon » peut surprendre au premier abord. En effet, quel rapport existe-t-il entre Galmot et Villon ? Aucun lien direct à part le fait d’avoir intéressé tous les deux Cendrars. L’un, Galmot, a fait de Cendrars un biographe insatisfait, l’autre, Villon, un biographe insatisfaisant. En ce qui concerne Rhum, l’aventure de Jean Galmot, Cendrars semble particulièrement mécontent de son livre qu’il qualifie de mauvais. Quant au texte qui devrait être consacré à Villon, c’est au lecteur de Cendrars d’être déçu et de considérer par conséquent l’écrivain comme un biographe insatisfaisant, car le poète médiéval n’est présent que dans le titre, n’est qu’une prérogative du titre.

2Un examen détaillé du dossier Villon conservé dans les archives de Berne sous la cote P 79-82 révèle en fait que dans le cœur de Cendrars existe une relation secrète entre le livre consacré à Jean Galmot et le double projet relatif à l’auteur du Testament, composé d’un plan intitulé François Villon et d’un livre intitulé Sous le signe de François Villon.

« Du Rhum dans Villon »

3En 1939, quelques années après avoir écrit Rhum, Cendrars rédige un projet nommé François Villon pour répondre à la commande de Paul Laffitte d’une biographie du grand poète de Paris. Ce projet demeuré inédit se compose d’un plan sommaire et d’un plan détaillé. Tout était prévu en ce qui concerne la composition du livre que Cendrars présente ainsi : 7 chapitres de 30 pages pour un total de 210 pages. Mais aucun chapitre, à l’exception du septième, ne fut développé.

4Malgré son titre, François Villon, est un projet autobiographique visant à reparcourir, étape par étape, la vie de Cendrars à partir de son adolescence. À sa lecture, on constate que l’écrivain ne manque pas d’accorder une place particulière à Galmot et aux monuments de sa terre natale, la Dordogne. En effet, dans le sixième chapitre de ce plan intitulé « Les Églises et les châteaux » on trouve parmi les nombreux paragraphes trois thèmes qui nous renvoient plus ou moins directement à Rhum : Galmot - Biron - Le plus grand menteur Gascon.

  • 1 Blaise Cendrars, Rhum, Paris, Bernard Grasset, 1989, p. 43.
  • 2 Blaise Cendrars, Rhum, Paris, Bernard Grasset, 1989, p. 63.

5Biron est en harmonie avec le titre du chapitre qui pourrait bien rendre compte, de plus, de la Dordogne de Galmot en général, dans laquelle surgit Monpazier « cet ilôt de très vieilles pierres1 », et où se situe : « Au fond du Périgord noir, dominant la vallée sinueuse de la Dordogne, haut perché, le château féodal de Monfort…2 », résidence de Galmot.

  • 3 Blaise Cendrars, Bourlinguer (VI), Paris, Éditions Denoël, Œuvres complètes (1961) 1987, p. 280.

6Bien que sans suite, ce plan n’est pas caduc. Au contraire il constitue un important réservoir de matériel poétique ; il fonctionne en aide-mémoire, en laboratoire des Mémoires. Plusieurs thèmes indiqués dans François Villon seront, en effet, développés dans la « tétralogie ». C’est aussi le cas aussi de Biron. Présent dans le plan François Villon, ce sujet sera repris dans Bourlinguer, où Cendrars fait allusion non seulement au château mais aussi à la famille des Biron, qu’il utilise comme exemple et illustration de la haine de l’Angleterre, « la clef secrète du caractère de Chadenat3 » :

  • 4 Idem.

« […] quelques orgueilleux hobereaux de province, relégués dans leur manoir qui ne jouent plus aucun rôle, ne tiennent aucun rang, boudent ainsi le plus grand d’entre eux qui ait de la branche, le dernier des Biron, dont un ancêtre fut décapité par le roi de France, un autre par le roi d’Angleterre, en veut à mort à la République, [qui] n’habite plus son château féodal en plein Périgord noir, dans un site incomparable, à la crête des eaux, entre la Garonne et la Dordogne, un des plus beaux et grandioses châteaux de France, mais une petite pension bourgeoise, avenue des Sycomores, à Genève, Suisse4 ».

7Terre riche en châteaux, cette partie de la France est aussi riche en traditions, comme l’indique Cendrars, toujours dans ce sixième chapitre de François Villon, qui nous renvoie une fois de plus à Galmot, lorsqu’il mentionne : le plus grand menteur gascon. Dans un bref passage de Rhum, il est question de ce concours parmi les traditions périgourdines :

  • 5 Blaise Cendrars, Rhum, Paris, Bernard Grasset, 1989, p. 44.

« L’hiver est long. On mange solidement. On boit sec. Tout cela est rude, âpre, terriblement sauvage… C’est le Périgord noir, avec ses vieilles coutumes qui durent… Mais il y a aussi le concours annuel du plus grand menteur, qui chavire le pays, car on y est tout de même Gascon5 ».

8Quant à la référence : Galmot, elle est d’elle-même très éloquente. Il faut en effet remarquer que dans le projet François Villon Cendrars au lieu de citer Rhum, comme il le fait pour d’autres titres de ses romans, par exemple L’Or, préfère inscrire ici le nom du protagoniste. Ce faisant, il accorde à Jean Galmot un rôle privilégié, et semble presque lui reconnaître une place parmi les monuments de l’Histoire, tout comme aux châteaux de la Dordogne. Galmot n’est pas simplement l’objet de son livre, mais une partie du patrimoine historique de sa terre natale.

9Ainsi, aussi curieux que cela puisse paraître, voilà que Galmot et Villon se rencontrent chez Cendrars : l’un dans l’autre, l’un sous le signe de l’autre.

De la Légende dorée…

10Cependant, une relation supplémentaire lie ces deux personnages dans l’œuvre cendrarsienne. Galmot et Villon jalonnent l’évolution poétique de Cendrars d’une façon significative, d’autant plus qu’ils apparaissent à un moment de transition dans sa carrière d’écrivain : l’impasse biographique. De par leur titre, Rhum, l’aventure de Jean Galmot et François Villon sont deux projets qui se placent sous le signe de la biographie, mais à un niveau très différent.

11À plusieurs égards, Rhum inaugure la période des reportages qui s’étale tout au long des années trente. En effet, dans les brouillons de L’Argent, autre projet biographique inachevé remontant à 1934, Cendrars qualifie Rhum de reportage, au même titre que Panorama de la pègre. Cela ne doit pas surprendre car il ne faut pas oublier qu’avant de se présenter sous la forme du livre, Rhum fut publié par épisodes dans Vu. Dans le numéro 134 de cette revue, daté du 8 octobre 1930, le reportage de Cendrars L’Affaire Galmot était annoncé en bas de la couverture dans les termes suivants :

« Themis a égaré le cœur de Jean Galmot. Bonne récompense a qui le rapportera. Est-il resté en Guyane ? “Mon cœur ne vous quittera jamais !” avait déclaré Jean Galmot à ses chers électeurs guyanais. À partir de ce numéro, Blaise Cendrars fera revivre la prodigieuse figure de Jean Galmot qui fut trappeur, trusteur, député, poète et chercheur d’or et dont la mort ne fut pas moins étrange que la vie ».

  • 6 Blaise Cendrars, « Sous le signe de François Villon », La Table Ronde, 1952, n° 51, p. 69.

12Ainsi, les différents chapitres de cette histoire sont publiés par épisodes dans la revue avec le support d’illustrations, de photographies qui contribuent à rendre le reportage plus vivant, à faire « plus vrai que vrai ». Ces images illustrent divers épisodes de la vie de Galmot comme ses débuts en politique, son départ pour la France, sa mort et, détail macabre, la radiographie de son torse permettant de constater l’absence de cœur, mais aussi les lieux où il vécu : le château de Monfort, la forêt guyanaise, la prison où il fut incarcéré. Certains documents du procès de Galmot furent aussi reproduits dans la revue. À ce propos, il faut remarquer que l’écrivain avait prévu d’illustrer aussi le projet François Villon : « Mais personnellement je verrais aussi bien mon livre illustré par des photographies bien modernes et d’actualité6 ».

  • 7 Cf. Rhum, p. 10. Et plus loin Cendrars s’exclame : « Et Galmot ? Quelle légende ! », Rhum, p. 11.

13Grâce à un tel reportage, Cendrars, qui n’était pas sans connaître l’affabulation se créant autour de Galmot7, le fait pourtant sortir de la légende, lui permettant ainsi d’accéder directement à l’Histoire des hommes :

  • 8 Blaise Cendrars, Rhum, Paris, Bernard Grasset, 1989, p. 12.

« Cet homme existait, puisqu’il se dégageait pour moi peu à peu de sa légende et venait maintenant agiter les gens jusque dans mon bureau8 ».

14Rhum semble donc s’inscrire dans l’évolution de l’écriture biographique, dans cette Légende dorée commencée par L’Or et constituée par les histoires extraordinaires et aventureuses ainsi que le soulignent les sous-titres : L’Or la merveilleuse histoire du Général Auguste Suter –, Rhum l’aventure de Jean Galmot –, et L’Argent la mirobolante histoire de Jim Fisk –.

  • 9 Blaise Cendrars, Rhum, Paris, Bernard Grasset, 1989, p. 14.
  • 10 Idem.

15Cependant Rhum annonce un changement dans ce filon. Plus que de l’histoire d’une légende, il convient de parler d’apologie d’une vie. En écrivant ce reportage, Cendrars rentre complètement dans l’atmosphère des assises de Nantes ; il s’érige en second avocat de la défense et du début à la fin de son « roman-harangue », il plaide pour l’innocence de Galmot. Un Cendrars reporter donc, qui, tout en exposant les faits, prend part et parti, car cet homme avec qui il parla au téléphone, qu’il vit entrer dans son bureau, ce Galmot au « regard insistant, souriant, pur d’un enfant…9 » l’avait conquit. Ainsi, pouvait-il constater à propos de sa rencontre avec Galmot : « Que nous sommes loin de la légende, des adjectifs des journalistes et des laborieuses inventions de ses adversaires10 ».

  • 11 Blaise Cendrars, Bourlinguer (VI), Paris, Éditions Denoël, Œuvres complètes, p. 282.

16Être loin de la légende signifie-t-il être proche de la réalité ? Certes, Cendrars ne veut pas occulter le côté mythique de Jean Galmot, mais il veut avant tout lui rendre justice, rendre l’homme à son histoire, à sa vie. Galmot n’accède pas à la légende en tant que demi-dieu, mais avant tout parce qu’il est profondément humain, c’est-à-dire digne d’être homme. Malgré l’attachement qu’il prouve pour Galmot, Cendrars reconnaît avoir manqué son objectif, avoir « raté » son livre, lorsqu’en revenant sur sa visite chez Chadenat, il affirme : « (je parlais de Galmot, que j’avais connu, mais Chadenat avait lu mon livre, c’est le plus mauvais…)11 ».

… à la Légende dévorée

17Quelques années après la publication de ce « mauvais livre », Cendrars essaie de relancer le genre biographique avec L’Argent, mais cette tentative ne dépasse pas l’état de projet. L’insatisfaction causée par Rhum, l’inaboutissement de L’Argent, prouvent que la mine de L’Or est tarie. C’est pourquoi, quand, à la fin des années trente, Paul Laffitte, le fondateur des éditions de « La Sirène », où Cendrars fût directeur littéraire, demande à celui-ci d’écrire la biographie de Villon, l’écrivain, sceptique, refuse de suivre ce même filon.

18En choisissant le nom du poète médiéval comme intitulé du projet, on pourrait donc s’attendre de la part de Cendrars à un ouvrage purement biographique. Cependant nos attentes sont déçues et l’on voit l’autobiographie s’affirmer au détriment de la biographie, non seulement dans le plan détaillé du projet, mais aussi dans le seul chapitre de François Villon qui donne lieu à une textualisation. Il s’agit du septième chapitre dont le titre « La vie de Villon » et les indications qui suivent (la raconter familièrement en s’en tenant aux dates) leurrent une fois de plus le lecteur. Le nom du « biographié » qui dans Rhum était relégué au rang du sous-titre (l’aventure de Jean Galmot), occupe dans François Villon le devant de la scène : né sous le signe de la biographie, ce projet bascule dans l’autobiographie. De la « Légende dorée » à la Jacques de Voragine on passe ici à la « Légende dévorée » à la Moravagine. Après avoir écrit la vie de Galmot et abandonné celle de Jim Fisk, Cendrars comprend qu’il lui est désormais impossible d’écrire la vie de l’autre, comme il l’avait déjà pressenti en 1926 avec la biographie de John Paul Jones où il affirme dans la préface :

  • 12 Blaise Cendrars, John Paul Jones ou l’ambition, Paris, Fata Morgana, p. 34-35.

« C’est ce que je voudrais faire toucher du doigt et c’est pourquoi j’intitule ce livre un roman, car il ne contient pas tant la biographie officielle de l’amiral John Paul Jones que ma propre autobiographie prêtée à un personnage historique.
Je n’ai pas trouvé d’autre formule pour raconter la vie d’un homme, ses contradictions, sa grandeur, ses faiblesses, son échec, ses luttes, les influences contraires de sa destinée, les conjugaisons du hasard ou de la fatalité, ses amours, ses itinéraires et ses aventures, son triomphe, ses maladies, ses exploits, les mille écarts de sa conduite, sa solitude, son audace, ses hésitations, ses heurs et ses malheurs, tristesses et joies, en un mot, sa passion. Et je ne pouvais pas trouver d’autre formule, car on ne peut pas raconter d’autre vie, que la sienne propre12 ».

19Dans Rhum, postérieur à John Paul Jones de quatre ans, Cendrars semble avoir apaisé ses rancœurs cachées envers le genre biographique, peut-être parce qu’il s’agit avant tout d’écrire un reportage. Par conséquent sa rédaction tend plutôt à répondre aux impératifs du journalisme qu’à des exigences proprement poétiques. Toutefois, le problème de l’écriture biographique se pose à nouveau dans François Villon ou plus exactement dans le seul bourgeon de ce projet qui ait donné un fruit : le texte « Sous le signe de François Villon ». Le glissement d’un titre (François Villon) à l’autre (Sous le signe de François Villon) est symbolique de ce passage d’une écriture biographique à une écriture autobiographique. Ainsi, au lieu d’un portrait de Villon c’est surtout le cheminement poétique cendrarsien qui émerge de ce texte : Cendrars ne peut plus parler d’un personnage autre que lui. L’écrivain creuse Villon, il le vampirise à l’envers. Il lui donne pour ainsi dire son sang, il lui prête sa vie :

  • 13 Blaise Cendrars, « Sous le signe de François Villon », La Table Ronde, 1952, n° 51, p. 66.

« […] je n’écrirai pas à mon tour le roman de Villon, pas plus que je ne chercherai à expliquer sa poésie ; mais en racontant trois chapitres de ma vie, mes trois rencontres avec Villon (le présent ouvrage étant ma quatrième rencontre avec le poète et à un quart de siècle de distance, ce livre est en quelque sorte le couronnement de mon inquiète adolescence d’où mes prochronies)13 ».

20Le Villon de Cendrars n’est en fait que Cendrars lui-même. Mais alors qui est le Galmot de Cendrars ?

Jean Galmot sous le signe de François Villon

21L’écrivain ne donnera pas de suite au plan François Villon tel qu’il l’avait conçu initialement. Son projet s’orientera dans une direction différente, vers un livre autre réunissant quatre textes. Le premier texte qui fera office de préface donne aussi son titre (Sous le signe de François Villon) au livre. Suivent trois récits que Cendrars qualifie de prochronies : Vol à voile, Le « Sans-Nom », mieux connu comme « Partir », et Une Nuit dans la forêt. À travers cet ouvrage, qui pourrait être considéré comme le livre des seuils, étant donné qu’il recueille des récits qui, tout en promettant une suite, sont restés à l’état de fragments, Cendrars parcourt à nouveau des épisodes de son existence. Il s’agit donc, au sens large, d’un ouvrage autobiographique.

22La rédaction de Vol à voile est à peu près contemporaine à celle de Rhum. En effet, « L’Affaire Galmot » commence à paraître en tant que reportage dans Vu au mois d’octobre 1930, et même si Vol à voile ne paraîtra qu’en 1932, les dates extrêmes de rédaction indiquées à la fin du récit sont : « L’Alma-Hôtel, 6 mars 1930 – La Mimoseraie, 31 décembre 1931 ». D’ailleurs la correspondance entre Blaise Cendrars et Sven Stelling-Michaud, le commanditaire de Vol à voile, montre que les deux rédactions s’enchevêtrent. En effet, dans une lettre datée du 7 novembre 1930 on peut lire :

  • 14 « Lettres de Blaise Cendrars à Sven Stelling Michaud » Ecritures 11, Vevey, Éditions Bertil Gallan (...)

« Cher Monsieur,
Je suis tout simplement à Biarritz, où je travaille dur ; mais malheureusement pas à votre petit livre, que j’ai dû interrompre en septembre pour faire ma vie de Galmot, d’extrême urgence à cause du procès14 ».

23Mais il ne s’agit pas simplement d’une interférence temporelle ; il est aussi question d’intertexualité, car dans une autre lettre à Sven Stelling Michaud datée du 17 janvier 1932, Cendrars écrit :

  • 15 « Lettres de Blaise Cendrars à Sven Stelling Michaud » Ecritures 11, Vevey, Éditions Bertil Gallan (...)

« […] je puis vous promettre dès maintenant la suite de Vol à voiles que je pourrais vous remettre en septembre ou en octobre de cette année comme premier volume de cette nouvelle série ; on pourrait alors maintenir Vol à voiles comme titre courant et intituler cette suite Un Début dans la vie15 ».

24Ce titre balzacien – Un Début dans la vie – qui devait réunir les souvenirs d’enfance de Cendrars, n’est-il pas aussi le titre du second chapitre de Rhum ? N’est-ce pas sous ce même intitulé que Cendrars décrit les premiers pas de Galmot dans le journalisme ? Cette analogie est frappante dans la mesure où elle relève d’une même manière de procéder dans la narration d’une vie, d’autant plus que nous savons l’importance que l’écrivain accordait aux titres :

  • 16 Blaise Cendrars, Blaise Cendrars vous parle… (VIII), Paris, Éditions Denoël, Œuvres complètes, p. (...)

« Généralement je démarre sur un titre. […] Pour moi, quand j’ai mon titre je me mets à rêvasser. Les choses se tassent. Il se produit une cristallisation consciente et inconsciente autour du titre16 ».

25La biographie est quelque part déjà autobiographie ; c’est pourquoi dans la lettre à Stelling-Michaud, Cendrars parle de « sa vie » de Galmot, comme s’il s’agissait de la vie de l’autre en même temps que de la sienne, de sa vie de l’autre.

26L’intitulé de la seconde prochronie renforce l’isomorphisme entre la projet biographique de Rhum et le projet autobiographique de Sous le signe de François Villon. En effet, le deuxième volet, Le « Sans-Nom », paraîtra, amputé de certains passages, sous le titre de « Partir » qui rappelle celui du troisième chapitre de Rhum c’est-à-dire « Partir !… Partir !… ». Au-delà de la simple similitude, par cette formulation Cendrars, dans sa vie comme dans celle de Galmot, veut mettre l’accent sur la rupture d’une situation dont l’équilibre se faisait de plus en plus instable. Quant au thème du départ on peut constater une certaine analogie entre le texte de Galmot lui-même, Un Mort vivait parmi nous, et le récit de Cendrars « Partir ».

27À l’exception de la destination, certains passages de Galmot trouvent écho dans le texte cendrarsien. Par exemple dans le chapitre XXIII de Un Mort vivait parmi nous, on lit :

  • 17 Jean Galmot, Un Mort vivait parmi nous, p. 108-109.

« La vraie vie était là-bas, au-delà de la plaine. Ah ! partir, voir l’autre lumière… aller, l’esprit en joie, l’esprit libre dans une contrée nouvelle… entendre d’autres voix, des chants d’hommes inconnus, entendre des cloches, voir des jardins en fêtes…17 ».

28La même envie de rompre et de quitter l’ici pour l’ailleurs dans une sorte d’hallucination émerge dans « Partir » :

  • 18 Blaise Cendrars, « Partir », la Revue de Paris, 1952, n° 59, p. 38.

« Ah quitter Paris, partir ! Aller voir, aller toucher, sentir, être pris, être pris comme je l’avais été une fois dans la toundra sibérienne18 ».

  • 19 Blaise Cendrars, Rhum, Paris, Bernard Grasset, 1989, p. 54.

29En donnant à cette seconde prochronie un titre proche de celui du chapitre de Rhum, Cendrars semble encore progresser dans la vie de Galmot ainsi qu’il le fait dans la sienne. Et si cela est vrai pour le second et le troisième chapitre de Rhum, il existe encore une analogie avec le quatrième chapitre « L’Aventure » dans lequel la place prépondérante occupée par la brousse guyanaise rappelle le rôle joué par la forêt vierge brésilienne, au moins dans le titre de la troisième prochronie de Sous le signe de François Villon : Une Nuit dans la forêt. En effet, si à propos Galmot Cendrars écrit : « Il hait et adore cette forêt, la grande force adverse qui commence à hanter ses nuits fiévreuses19 », n’est-il pas lui-même hanté par cette végétation luxuriante des tropiques au fond de laquelle apparaît une bouche dans Une Nuit dans la forêt ?

30Ces trois étapes – Un début dans la vie, Partir, et l’aventure de la forêt –, créent une structure presque spéculaire qui se reflète de la vie de Galmot à la vie de Cendrars, comme elle apparaît dans Sous le signe de François Villon.

31Cela souligne comment l’imaginaire cendrarsien semble fonctionner toujours selon les mêmes logiques, selon les mêmes schèmes. Et si Cendrars à la fin des années trente place son autobiographie sous le signe de François Villon, il semble déjà le faire en 1932 avec sa biographie de Galmot.

Le biographe qui a perdu son cœur

32Mais il existe chez Cendrars une sorte de communion latente entre Galmot et Villon. Dans son épilogue de « l’affaire Galmot », paru dans le numéro de Vu du 25 mars 1931, Cendrars commente ainsi la fin de son reportage à la Cour d’Assises de Nantes :

  • 20 Blaise Cendrars, « L’Épilogue de la vie de Jean Galmot », Vu, 25 mars 1931, n° 158, p. 429.

« Cela commence comme à la Comédie italienne. Pas de rideau. […] La comédie ? Pourquoi la comédie ? Mais oui Jean Galmot est un excellent garçon qui avait mal tourné et qui est mort le plus naturellement du monde !20 ».

  • 21 Jean Galmot, Un Mort vivait parmi nous, p. 110.
  • 22 Jean Galmot, Un Mort vivait parmi nous, p. 115-116.

33L’expression « mal tourné » n’est pas innocente chez Cendrars, qui à l’image de Villon avait aussi joué au mauvais garçon. Galmot accède ainsi d’office à ce que l’on pourrait appeler le cercle François Villon. De surcroît, Galmot et Villon ont d’autres traits en commun susceptibles de fasciner le Cendrars biographe, et notamment celui d’être à l’origine d’une légende alimentée, quoique différemment, par des déboires avec la justice, l’expérience de la prison, et surtout par une mort secrète. Et, si les causes du décès de Galmot restent mystérieuses, la fin de Villon est également inconnue. Ce Galmot aux allures de Don Quichotte se révèle être aussi un « frère humain » à la manière de Maître François. D’autant plus que Galmot, comme Villon, ont été les chantres de deux Marthe, deux Muses aux caractéristiques communes : la femme « ensorcelleuse21 » « perverse et cruelle22 » de Un Mort vivait parmi nous, et la muse sans pitié, la faulse beauté, ypocrite doul-ceur de la « Ballade à s’amye ».

  • 23 Blaise Cendrars, « Sous le signe de François Villon », La Table Ronde, 1952, n° 51, p. 65.

34Cette continuité entre Galmot et Villon que l’on peut esquisser chez Cendrars se traduit au niveau de l’écriture biographique par la prise de possession toujours plus importante du personnage par l’écrivain. C’est pourquoi Cendrars parle de « [sa] vie de Galmot » et que malgré le caractère à l’apparence objective du récit qui fait appel à d’innombrables documents, il écrit une sorte de : « Si j’étais Galmot…, je clamerais ainsi mon innocence ». Cette appropriation progressive conduit à la réabsorption totale de l’objet par le sujet. Ce processus qui s’ébauche en filigrane dans Rhum ne se réalisera définitivement qu’avec François Villon : il préconise le passage de sa biographie de l’autre à la biographie de soi. Si dans Rhum Cendrars se place en tant qu’avocat de la défense de Galmot, lorsqu’il s’agit de raconter la vie de Villon, le biographe, afin de défendre son « biographié », se place sur le même plan. En effet Cendrars parle de : « mon livre sur Villon et moi23 » – et va jusqu’à se substituer à lui.

35Nés sous le signe de la biographie, le livre sur Galmot et celui qui aurait dû être consacré à Villon, en abolissant tout romanesque ouvrent la voie à une écriture allant du reportage sur l’autre au reportage sur soi. Après Rhum, Cendrars comprend que le genre biographique l’a conduit à une impasse et il commence à accepter l’idée qu’il ne lui est plus possible de raconter la vie de l’autre ; il ne lui reste alors qu’à raconter la sienne.

36Pour Galmot comme pour Villon, c’est toujours de la part de l’écrivain une question de cœur : Cendrars, le biographe « qui a perdu son cœur » dans Rhum, semble le retrouver dans Cendrars, le prochroniqueur de « Sous le signe de François Villon » car, comme il le dit à propos de la « Ballade à s’amye », le cœur du poète est là.

Notes

1 Blaise Cendrars, Rhum, Paris, Bernard Grasset, 1989, p. 43.

2 Blaise Cendrars, Rhum, Paris, Bernard Grasset, 1989, p. 63.

3 Blaise Cendrars, Bourlinguer (VI), Paris, Éditions Denoël, Œuvres complètes (1961) 1987, p. 280.

4 Idem.

5 Blaise Cendrars, Rhum, Paris, Bernard Grasset, 1989, p. 44.

6 Blaise Cendrars, « Sous le signe de François Villon », La Table Ronde, 1952, n° 51, p. 69.

7 Cf. Rhum, p. 10. Et plus loin Cendrars s’exclame : « Et Galmot ? Quelle légende ! », Rhum, p. 11.

8 Blaise Cendrars, Rhum, Paris, Bernard Grasset, 1989, p. 12.

9 Blaise Cendrars, Rhum, Paris, Bernard Grasset, 1989, p. 14.

10 Idem.

11 Blaise Cendrars, Bourlinguer (VI), Paris, Éditions Denoël, Œuvres complètes, p. 282.

12 Blaise Cendrars, John Paul Jones ou l’ambition, Paris, Fata Morgana, p. 34-35.

13 Blaise Cendrars, « Sous le signe de François Villon », La Table Ronde, 1952, n° 51, p. 66.

14 « Lettres de Blaise Cendrars à Sven Stelling Michaud » Ecritures 11, Vevey, Éditions Bertil Galland, 1975, p. 169-170.

15 « Lettres de Blaise Cendrars à Sven Stelling Michaud » Ecritures 11, Vevey, Éditions Bertil Galland, 1975, p. 176.

16 Blaise Cendrars, Blaise Cendrars vous parle… (VIII), Paris, Éditions Denoël, Œuvres complètes, p. 583.

17 Jean Galmot, Un Mort vivait parmi nous, p. 108-109.

18 Blaise Cendrars, « Partir », la Revue de Paris, 1952, n° 59, p. 38.

19 Blaise Cendrars, Rhum, Paris, Bernard Grasset, 1989, p. 54.

20 Blaise Cendrars, « L’Épilogue de la vie de Jean Galmot », Vu, 25 mars 1931, n° 158, p. 429.

21 Jean Galmot, Un Mort vivait parmi nous, p. 110.

22 Jean Galmot, Un Mort vivait parmi nous, p. 115-116.

23 Blaise Cendrars, « Sous le signe de François Villon », La Table Ronde, 1952, n° 51, p. 65.

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540