Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cendrars au pays de Jean Galmot

 | 
Michèle Touret

1re partie. Autour de Rhum, le journal et le livre

« Sous le signe de François Villon – genèse d’un livre à venir de Blaise Cendrars. »

Luisa Montrosset

Texte intégral

1Composition du jury :
Jean Burgos (Université de Savoie), Anne-Marie Jaton (Université de Pise -Italie), Claude Leroy (Université Paris X), Michèle Touret (Université de Rennes II), Sergio Zoppi (Université de Turin - Italie).

2Ce travail est consacré à l’étude d’un dossier inédit constitué par Blaise Cendrars en 1939 en vue de la publication d’un livre intitulé Sous le signe de François Villon. Le dossier contient un plan autographe (François Villon) et les quatre textes que l’écrivain voulait réunir dans cet ouvrage. Même si deux de ces textes étaient déjà publiés (Une Nuit dans la forêt, 1929 et Vol à voile, 1932), l’auteur y apporte des corrections en vue de cette nouvelle publication. Quant aux deux autres, ils sont à l’époque encore inédits (Sous le signe de François Villon et Le « Sans-Nom »). Ces deux derniers textes parurent dans une version épurée, sous la forme d’articles en 1952, respectivement dans La Table ronde et dans la Revue de Paris. Le livre préparé ainsi par Cendrars ne fut en fait jamais publié ; il peut donc être considéré comme pseudo-inédit.

3Le premier volet de cette étude est constitué par l’analyse génétique du plan autographe, étude qui souffre du manque de développement direct de ce plan. Son analyse amène à constater la disparition de Villon : le titre n’est qu’une façade car ce projet n’est en rien biographique ; au contraire il se révèle être autobiographique, systématiquement introspectif et rétrospectif. Dans sa production antérieure, Cendrars n’avait jamais tenté de dresser si méticuleusement le bilan de sa vie. Par conséquent on comprend aussitôt que François Villon constitue un pivot dans l’œuvre cendrarsienne établissant marquant le passage entre les romans présumés biographiques et les Mémoires. Cela est d’autant plus vrai que ce projet, s’il n’a pas été développé sous cette forme, n’est pas caduc mais sert de réservoir d’idées et de thèmes pour les Mémoires. Ainsi on pourra lire la Tétralogie dans une nouvelle perspective, celle d’une germination insoupçonnée. Seul échappe à cette destinée le dernier chapitre de François Villon qui sera développé dans le texte « Sous le signe de François Villon ».

4Après avoir souligné l’existence d’un dénominateur commun entre les deux titres en opérant une mise en perspective afin d’évaluer l’importance pratique et théorique du poète François Villon dans la production cendrarsienne, cette recherche se focalise sur le développement de « Sous le signe de François Villon » qui, comme le montre une lecture plurielle, représente une transition radicale dans la poétique de l’écrivain. En effet, ce manifeste marque irrévocablement l’avènement du « je » de l’auteur dans son écriture selon un processus dialectique qui, en passant par l’annihilation de l’autre et la substitution à l’autre, débouche sur la filiation entre Cendrars et Villon et s’exprime en termes philosophiques par ce que l’on appelle dans le système sinien la « pratique ». Ces trois étapes correspondent à une progression dans la prise de conscience du « je » qui s’avère d’abord être sujet par l’écriture, ensuite sujet à l’écriture et enfin sujet de l’écriture. D’une présumée biographie on passe ici à l’autobiographie idéalisée. Le « je » adopté par Cendrars est idéalisé comme celui de l’« Ideal Bildniss » de Dürer et exige alors une temporalité nouvelle.

5La nécessité d’une temporalité autre, capable de répondre aux exigences de ce nouveau sujet, correspond à la troisième phase de l’enquête. La transformation des rencontres avec Villon en prochronies montre comment l’écrivain utilise ce nouveau système temporel agissant sur la chronologie mais entraînant du même coup un glissement global de tous les éléments du récit autobiographique. La notion de prochronie, principe fondateur de Sous le signe de François Villon, ce livre des seuils poétiques de l’écrivain, devient l’objet principal de la recherche, tant du point de vue de la théorie que de son application dans l’écriture. Elle devient le processus selon lequel s’organisent les logiques de l’imaginaire cendrarsien, le principe qui en ordonne les champs de forces, les tensions, les noyaux, les cristallisations. Dans cette perspective on développe l’étude des trois prochronies qui composent ce livre à l’apparence hétérogène, mais dans lequel on peut pourtant déceler une unité poétique certaine.

6En conclusion, le dernier objectif de ce travail est de comprendre les raisons de la publication manquée de Sous le signe de François Villon en 1940, puis en 1952, et de proposer des éléments de réponse. En effet, l’épilogue est entièrement consacré à l’errance de ce projet et aux vicissitudes éditoriales du livre. En particulier, l’échec de Sous le signe de François Villon peut s’expliquer par l’intention de l’auteur de poursuivre ce livre dont l’achèvement demeure par conséquent toujours suspendu.

7Ainsi, l’ambition première de cette thèse est de dévoiler toute l’importance poétique de ce dossier méconnu et de relancer l’intérêt de la publication d’un livre encore inédit jusqu’à ce jour, afin de racheter le passé et d’exorciser la double tentative d’édition à chaque fois manquée.

Auteur

Résumé de la thèse soutenue à l’Université de Chambéry le 13 décembre 1996

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540