Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Cendrars au pays de Jean Galmot

 | 
Michèle Touret

1re partie. Autour de Rhum, le journal et le livre

Le journal dans le poème

Rino Cortiana

Volltext

1Il y a dans la poésie de Cendrars toute une série de correspondances entre ses textes poétiques et le texte du journal.

2On remarque d’abord la présence « physique » du journal dans le poème, comme on peut la retrouver dans les tableaux surtout de l’époque cubiste chez des peintres tels que Picasso, Braque et Juan Gris.

3Voici quelques occurrences qui témoignent de la présence de cet élément dans le poème.

  • 1 Blaise Cendrars, Du monde entier au cœur du monde, Tome I des Œuvres complètes, Denoël, Paris 1963 (...)

1. Dans Panama1 :
a) J’ai soif
Nom de Dieu
De nom de Dieu
De nom de Dieu
Je voudrais lire la Feuille d’Avis de Neuchâtel ou le Courrier de Pampelune (38)
b) J’étais à Naples
1896
Quand j’ai reçu le Petit Journal Illustré
Le capitaine Dreyfus dégradé devant l’armée (42)
c) Daily Chronicle (47)
d) Vous vous êtes abonné à l’Argus de la Presse (47)

2. Dans Dix-neuf poèmes élastiques on peut enregistrer :
a) dans le poème Contrastes :
Rue de Buci on crie L’Intransigeant et Paris-Sports (57)
b) dans le poème Crépitements :
Paris-Midi annonce qu’un professeur allemand a été mangé par les cannibales au Congo
[…]
L’Intransigeant ce soir publie des vers pour cartes postales (66)

3. La Guerre au Luxembourg se termine sur ces vers :
Et les mille voix des journaux acclameront la Marseillaise
Femme de France (85)

4. Dans de Feuilles de route aussi :
a) À son arrivée à Rio, ce sont les journaux qui répandent la nouvelle et qui diffusent ses premières déclarations :
Banquet
Une heure de taxi le long de la plage
Vitesse klaxon présentations rires jeunes gens Paris Rio Brésil France interviews présentations rires
Nous allons jusqu’à la Grotte de la Presse
Puis nous rentrons déjeuner en ville
Les plats ne sont pas encore servis que déjà les journaux parlent de moi et publient la photo de tout à l’heure
[…] (155)
b) La ville se réveille
Les premiers trams ouvriers passent
Un homme vend des journaux au milieu de la place
Il se démène dans les grandes feuilles de papier qui battent des ailes et exécute
une espèce de ballet à lui tout seul tout en s’accompagnant de cris gutturaux…
Stado…ercio…eio
Des klaxons lui répondent
Et les premières autos passent à toute vitesse (166)

5. Des annonces publicitaires sont incorporées au poème :
a) soit physiquement comme dans Panama : un prospectus en anglais sur la ville de Denver, Colorado (44).
b) soit textuellement comme dans Iles (« Prospectus », 119) :
Visitez notre île
C’est l’île la plus au sud des possessions japonaises (164)

  • 2 Il suffit de regarder des tableaux de Juan Gris de l’année 1914 : 1. Les tasses de thé. Huile, fus (...)

4Le journal est d’abord inséré à travers son titre qui acquiert de la sorte une connotation iconique, concrète : une sorte de mot-objet – en principe antipoétique – introduit dans le corpus du poème qui n’est pas sans rappeler la présence du journal – des titres et parfois des coupures des articles, des pages – dans les tableaux des peintres cubistes2.

5Mais on s’aperçoit tout de suite que cet élément peut être lié d’une manière plus précise à la dynamique textuelle qui l’entoure. Dans les exemples tirés de Panama le journal représente une source de connaissance plus vaste et un point de repère pour le voyageur au milieu de l’Atlantique (voir la Feuille d’Avis de Neuchâtel)

Au milieu de l’Atlantique on n’est pas plus à l’aise que dans une salle de rédaction Je tourne dans la cage des méridiens comme un écureuil dans la sienne (57)

6L’ampleur de l’océan s’oppose au lieu de provenance tandis qu’en même temps l’espace de l’océan est comparé à l’endroit où le journal est fabriqué : une salle de rédaction.

7Dans l’exemple b) il y a encore le lien avec un milieu culturel familier et connu et en même temps un contact avec un épisode fondamental de la vie politique de la France : l’affaire Dreyfus.

8Dans d’autres exemples, c’est la forme même du journal – qui s’ouvre avec ses pages – qui devient élément essentiel d’une métaphore et d’un modèle significatif.

9Cette image nous introduit dans l’espace créatif de Chagall à La Ruche, l’image devient une « porte » pour accéder à la poétique du peintre :

La Ruche
Escaliers, portes, escaliers
Et sa porte s’ouvre comme un journal
Couverte de cartes de visite
Puis elle se ferme (II. Atelier, 59)

  • 3 On pense aux tableaux où les titres des journaux sont coupés – ici il s’agirait d’un coupure phoni (...)

10Le journal devient un objet qui avec sa forme extérieure contribue à construire la trame des images du poème : comme dans un tableau, il va entraîner dans son mouvement les autres éléments de la scène, comme on a pu le constater dans le poème La ville se réveille. Dans ce poème le vendeur de journaux est transformé, grâce aux journaux, en être ailé qui exécute une espèce de ballet. Dans cette composition ce qui s’impose – tant au niveau graphique qu’au niveau phonique – ce sont les lettres finales des titres des journaux brésiliens : « O Estado de São Paulo » (« stado ») ; « O Jornal do Comercio » (« ercio ») ; « O Correio de Manha » (« eio »)3.

11Le journal est inscrit dans le système de la modernité, il en est une composante essentielle : une correspondance est établie, à travers l’élément sonore, avec les klaxons des voitures, symbole de la vitesse. Un cadre euphorique est alimenté par les images du réveil de la ville et par les images de mouvement et par cette sorte de danse qui envahit le vendeur de journaux.

12Dans un autre poème des champs sémantiques différents sont juxtaposés autour de l’objet « journal » qui est d’ailleurs le titre même du poème.

13C’est dans une sorte de prière – plutôt de dialogue – qu’il adresse au Christ et dans une sorte de bilan de sa vie que la figure du journal est située.

Christ
Voici plus d’un an que je n’ai plus pensé à Vous
Depuis que j’ai écrit mon avant-dernier poème Pâques
[…]
Christ
La vie
Voilà ce que j’ai fouillé

[…]

J’ai passé une triste journée à penser à mes amis
Et à lire le journal
Christ
Vie crucifiée dans le journal grand ouvert que je tiens les bras tendus
Envergures
Fusées
Ébullition
Cris.
On dirait un aéroplane qui tombe
C’est moi. (52-53)

14Le journal est d’abord rapproché de la vie à travers le verbe « fouiller ». En outre il y a encore ce phénomène d’incorporation du journal au corps – justement – du poète qui, à l’occasion, est investi des connotations de la vie du Christ au moment de l’extrême souffrance : le résultat, c’est une « vie crucifiée dans le journal grand ouvert » et l’image des ailes/pages qui transforme le poète en aéroplane. Lien double alors, celui du journal qui, d’un côté, nourrit et se nourrit d’un sème religieux (la croix) et de l’autre fabrique un élément de la modernité : l’aéroplane. (Les cris travaillent avec le mot Jésus Christ : la passion du Christ se confond avec les passions intérieures et les passions extérieures qu’on peut retrouver dans un certain type de publication ; les cris intérieurs et personnels deviennent les cris du marchand de journaux).

Passion
Feu
Roman-feuilleton
Journal
On a beau ne pas vouloir parler de soi-même
Il faut parfois crier (53)

15Dans Titres (77), le journal est évoqué immédiatement par métonymie : en même temps est mis en relief l’un des dispositifs les plus importants concernant le langage de la presse. Cet élément qui est aussi d’ordre typographique est repris dans le dernier mot du poème : « manchette ».

16Mais c’est le journal en tant que modèle d’écriture poétique qui est ici mis en relief : on parle en effet des nouveaux moyens d’expression qui sont déclenchés par « l’esprit nouveau » qui s’oppose aux techniques expressives traditionnelles : « les métaphores », « les images ».

Premier poème sans métaphores
Sans images
Nouvelles
L’esprit nouveau

17Le journal fait quand même partie d’un paysage très dynamique où il trouve sa nourriture et sa forme :

400 fenêtres ouvertes
L’hélice des gemmes des foires des menstrues
Le cône rabougri
Les déménagements à genoux
Dans les dragues
A travers l’accordéon du ciel et des voix télescopés
Quand le journal fermente comme un éclair claquemuré
Manchette

18Il serait intéressant de rappeler ici quelques études sur les caractéristiques fondamentales du journal.

  • 4 Cf. Mac Luhan Marshall, Pour comprendre les média, Seuil, Paris 1977, notamment les chapitres 16 e (...)

19Mac Luhan, par exemple, – pour ne citer que le spécialiste « classique » des mass media – aborde le problème des relations entre journal et formes littéraires. La page du journal est, selon lui, par sa nature symboliste et surréaliste « à la façon de l’avant-garde » : elle en serait même l’inspiratrice comme l’on peut constater en lisant Flaubert ou Rimbaud. Il parle des lettres de l’alphabet qui se transforment en icônes, dans les arts plastiques et dans les affiches en rappelant encore l’exemple de Voyelles de Rimbaud et le travail de Braque. Il parle des titres des journaux qui assument une forme iconique, très proche d’une résonance auditive et d’une qualité « tactile » et « plastique »4.

20Tout en restant à l’intérieur du xixe siècle, d’autres noms illustres pourraient être évoqués à propos des relations entre le texte d’un journal et un texte poétique : Baudelaire tire d’un article paru le 17 avril 1853 dans Le Monde littéraire - La Morale du joujou – un poème en prose, Le joujou du pauvre, matériel tiré de l’ » actualité ».

21Mallarmé s’inspire lui aussi de l’actualité – le spectacle de cirque – en écrivant Un spectacle interrompu, publié d’abord dans La République des Lettres du 20 décembre 1875. Mais il se mesure surtout de très près – par son travail et par ses recherches – avec ce moyen de communication et avec tous les nouveaux dispositifs de communication offerts par la typographie, il affrontera la problématique de la crise de certaines formes traditionnelles – « la crise de vers » – en s’adressant aussi à la potentialité de l’espace de la page et des moyens de l’imprimerie (voir le résultat formidable du Coup de dés).

22Le placard s’inscrit dans le paysage urbain de la modernité, il est placé, comme il se doit, au centre, au carrefour : sa nature « vulgaire » s’oppose au niveau « précieux et haut » de la Poésie. Et pourtant c’est grâce au rayonnement de la Presse que va s’élaborer un nouveau concept de littérature, de Poésie, « le Poème populaire moderne ». Le journal peut être le « point de départ » d’un nouveau rapport avec la littérature.

  • 5 Stéphane Mallarmé, Igitur, Divagations, Un coup de dés, « Poésie » / Gallimard, Paris 1987, p. 263 (...)

Le vulgaire placard crié comme il s’impose, tout ouvert, dans le carrefour, subit ce reflet, ainsi, de quel ciel émané sur la poussière, du texte politique. Telle aventure laisse indifférents certains parce qu’imaginent-ils, à un peu plus ou moins de rareté et de sublime près dans le plaisir goûté par les gens, la situation ce maintient quant à ce qui, seul, est précieux et haut, immesurablement et connu du nom de Poésie : elle, toujours restera exclue et son frémissement de vols autre part qu’aux pages est parodié, pas plus, par l’envergure, en nos mains, de la feuille hâtive ou vaste du journal. A jauger l’extraordinaire suproduction actuelle, où la Presse cède son moyen intelligemment, la notion prévaut, cependant, de quelque chose de très décisif, qui s’élabore : comme avant une ère, un concours pour la fondation du Poème populaire moderne, tout au moins de « Mille et Une Nuits » innombrables : dont une majorité lisante soudain inventée s’émerveillera (Divagations, « Quant au livre »)5.

  • 6 Cf. Anne-Marie Christin, L’Image écrite, Flammarion, Paris 1995, p.115 : « Le livre, intervention (...)

23C’est cet espace, « la feuille étalée » du journal (dont il n’aime pas la disposition du texte en colonnes : il est plus sensible au « reploiement du papier »6), qui accueille le dessin à l’encre des lettres, qui est le théâtre d’une série de compositions typographiques.

Tout ce que trouva l’imprimerie se résume, sous le nom de Presse, jusqu’ici, élémentairement dans le journal : la feuille à même, comme elle a reçu empreinte, montrant, au premier degré, brut, la coulée d’un texte (268).
[…]
Journal, la feuille étalée, pleine, emprunte à l’impression un résultat indu, de simple maculature : nul doute que l’éclatant et vulgaire avantage soit, au vu de tous, la multiplication de l’exemplaire et, gise dans le tirage. Un miracle prime ce bienfait, au sens haut ou les mots, originellement, se réduisent à l’emploi, doué d’infinité jusqu’à sacrer une langue, des quelque vingt lettres – leur devenir, tout y rentre pour tantôt sourdre, principe – approchant d’un rite la composition typographique (269).

24Et la poésie finalement peut habiter les salles de rédaction :

[…] les articles, dits premiers-Paris, admirables et la seule forme contemporaine, parce que de toute éternité, sont des poèmes, voilà, plus ou moins bien simplement ; riches, nuls, en cloisonné ou sur fond à la colle. On a le tort critique, selon

Octobre
(article dans le Spectateur de 1830)
Les petits Savoyards sont de retour, et déjà leur jeune voix a frappé l’écho sonore de notre quartier. Les hirondelles suivaient le printemps ; ils précèdent l’hiver. La pluie intermittente qui bat nos vitres, la cloche de Sainte-Anne qui tinte plus mélancolique, la mendiante qui remue les cendres de sa chaufferette, les jeunes gens hâtifs qui s’enveloppent de leur manteau, la jeune fille furtive qui croise sa pelisse, la lourde balonge qui cahote au coup de fouet du conducteur, les marronniers de nos promenades qui gémissent, chauves et caducs ; la brise qui balaie à fleur de terre les feuilles mortes ; cet horizon immense, incolore, glacé et sans perspective, que le regard attristé interroge en vain des remparts, tout nous invite à nous recueillir dans nos affections domestiques et à resserrer le cercle de nos amusements. Voici venir pourtant les soirées au coin du feu, les soirées théâtrales, la Saint-Martin avec ses brandons, Noël et ses bougies allumées, le Jour de l’An et ses papillotes, les Rois et la fève du gâteau, le Carnaval et sa marotte, Pâques enfin. Alors un peu de cendre aura effacé l’ennui de nos fronts, et les petits Savoyards salueront du haut de la colline le hameau natal.

Octobre
(texte de Gaspard de la Nuit)
Les petits Savoyards sont de retour, et déjà leur cri interroge l’écho sonore du quartier ; comme les hirondelles précèdent le printemps, ils précèdent l’hiver.
Octobre, ce courrier de l’hiver, heurte à la porte de nos demeures. Une pluie intermittente inonde la vitre offusquée, et le vent jonche des feuilles mortes du platane le perron solitaire.
Voici venir les veillées de famille si délicieuses quand tout au-dehors est neige, verglas et brouillards, et que les jacinthes fleurissent sur la cheminée à la tiède atmosphère du salon.
Voici venir la Saint-Martin et ses brandons, Noël et ses bougies, le Jour de l’An et ses joujoux, les Rois et leur fève, le Carnaval et sa marotte.
Et Pâques, enfin, aux hymnes matinales et joyeuses, Pâques un peu de cendre aura effacé de nos fronts l’ennui de six mois d’hiver, et les petits Savoyards salueront du haut de la colline le hameau natal.
Les petits Savoyards sont de retour, et déjà leur cri interroge l’écho sonore du quartier ; comme les hirondelles précèdent le printemps, ils précèdent l’hiver.

moi, dans les salles de rédaction, d’y voir un genre à part.
(La Musique et les Lettres, Notes, 367).

  • 7 Dans Suzanne Bernard, Le Poème en prose de Baudelaire jusqu’à nos jours, Nizet, Paris 1959,

25Il y a, avant ces textes, un exemple à retenir : il s’agit d’un poème en prose de Aloysius Bertrand dans Gaspard de la Nuit, « Octobre » qui reprend le texte d’un article de 1837.

26Quelles sont les transformations essentielles dans le texte « dérivé » ? Il y a d’abord une confluence du matériel textuel de la prose de l’article dans la moule qui est celle de la structure de la ballade. Suzanne Bernard dit que le second texte est « plus évocateur » ; on a éliminé toutes les allusions dijonnaises destinées aux lecteurs du « Spectateur », le matériel textuel subit une division par couplets (qui deviennent des petits tableaux indépendants), il y a un rythme qui entraîne les fêtes vers la fête la plus importante de l’année – la fête de Pâques, « point final de l’hiver et couplet culminant du poème ». Moi, j’ajouterais que la structure cyclique – d’un éternel retour (des savoyards, des saisons, des fêtes) – est souligné par la figure de la répétition qui concerne certains incipit des couplets – « Voici venir… Voici venir » et la reprise complète à la fin du premier couplet.

27Voilà alors que des principes fondamentaux se dégagent : le poème en prose contient par exemple le principe de gratuité – il en a deux autres selon Suzanne Bernard, celui de l’unité organique et celui de la brièveté –. Cela signifie que ce n’est pas l’histoire, le récit, qui compte dans le poème. On pourrait en somme parler, avec Jakobson, de fonction poétique qui est caractérisée par l’autoréflexion du message, par le principe d’équivalence.

28Cendrars est très sensible aux différents aspects de la modernité et notamment au lien qui unit la langue à la vie, à la vie quotidienne, à l’actualité : il intitule Aujourd’hui un recueil d’essais et Profond aujourd’hui la première section. Il comprend que la composante visuelle est fondamentale dans l’écriture des journaux et des annonces publicitaires : « […] les journaux qui ignorent la grammaire et la syntaxe pour mieux frapper l’œil avec les placards typographiques des annonces […] »8.

29Les poètes modernes doivent récupérer tout un système expressif qui se situe en dehors et au-delà du système verbal : les codes des nouveaux moyens de communication (celui des signaux marins, de la TSF, de la téléphonie sans fil, du cinéma). Le nouveau défi se passe sur le terrain de l’écriture et de l’imprimerie.

30Tout cela devrait bouleverser les canons de la critique traditionnelle renfermée dans sa vision des catégories et des genres littéraires et incapable de saisir ces nouveaux phénomènes, tandis que le grand public acquiert une sensibilité visuelle en lisant le journal : « Mais le grand public, lui, ne s’y est pas trompé, le grand public qui lit les journaux et dont l’éducation de l’œil se fait tous les jours dans la typographie des pages d’annonces […] » (97).

31Le rêve que Cendrars voudrait réaliser est la rédaction d’ » un journal lumineux », comme celui de Maïkowski sur la place Rouge de Moscou, en utilisant différents moyens expressifs : « images », « proverbes animés », « signes nouveaux, démotiques, cinématographiques »9.

32Un poème – Dernière heure, le dixième des Dix-neuf poèmes élastiques – nous offre la possibilité d’une comparaison rapprochée entre le texte poétique et l’article du journal d’où il est tiré.

Dernière heure
Oklahoma, 20 janvier 1914
Trois forçats se procurent des revolvers
Ils tuent leur geôlier et s’emparent des clefs de la prison
Ils se précipitent hors de leurs cellules et tuent quatre gardiens dans la cour
Puis ils s’emparent de la jeune sténo-dactylographe de la prison
Et montent dans une voiture qui les attendait à la porte
Ils partent à toute vitesse
Pendant que les gardiens déchargent leurs revolvers dans la direction des fugitifs
Quelques gardiens sautent à cheval et se lancent à la poursuite des forçats
Des deux côtés des coups de feu sont échangés
La jeune fille est blessée d’un coup de feu tiré par un des gardiens
Une balle frappe à mort le cheval qui emportait la voiture
Les gardiens peuvent approcher
Ils trouvent les forçats morts le corps criblé de balles
Mr. Thomas, ancien membre du Congrès qui visitait la prison
Félicite la jeune fille
Télégramme-poème copié dans Paris-Midi - Janvier 1914

33Dans ce poème le matériel paratextuel va composer le dernier vers en se transformant ainsi en matériel poétique et en renvoyant à son texte de départ : un article paru dans « Paris-Midi », le 21 janvier 1914 :

Tragique évasion de forçats en Amérique
Oklahoma, 20 janvier. - Trois forçats se sont évadés ce matin de la prison de Mac-Alester, dans les circonstances suivantes :
Ayant pu se procurer des revolvers, ils prirent de force les clés d’un geôlier et se précipitèrent hors de leurs cellules en tirant sur les gardiens dont quatre furent tués. Les forçats s’emparèrent d’une jeune fille employée comme sténographe dans la prison et réussirent à se protéger en la maintenant entre eux et les personnes qui les poursuivaient. La jeune fille fut blessée d’un coup de feu tiré par un des gardiens. Devant la porte de la prison, les forçats montèrent dans une voiture qui les attendait et qui partit à toute vitesse pendant que les gardiens déchargeaient leurs revolvers dans la direction des fugitifs.
Quelques gardiens sautèrent à cheval et se lancèrent à la poursuite des forçats. Des deux côtés des coups de feu furent échangés.
Une balle ayant frappé à mort le cheval qui emportait la voiture, les gardiens purent approcher et trouvèrent les forçats morts, le corps criblé de balles.
M. Thomas, ancien membre du Congrès, comme représentant de l’Illinois, qui visitait la prison a été tué par les forçats au moment où ceux-ci prenaient la fuite.

34On a déjà fait à propos de ce texte des analyses approfondies et presque exhaustives10. Jean-Pierre Goldenstein souligne d’abord le fait que Cendrars « recherche surtout l’effet de surprise, recherche avant tout de choquer le public bourgeois ». Oui, mais c’est surtout un choc textuel, entre codes opposés. Déjà le récit se trouve de l’autre côté du poème – le poème « évite le récit » disait déjà Mallarmé – et chacun des deux textes s’adresse d’une manière différente au destinateur.

35Évidemment, il y a dans le poème toute une série de transformations : de suppression, d’addition, d’expansion/réduction, de permutation, de substitution ; il y a le problème du plagiat très aigu chez Cendrars, il y a l’axe fondamental du contraste entre récit et discours. L’article de fait divers se situe du côté du récit tandis que le poème assume plutôt les caractéristiques du discours : il y a ici le témoignage que le poème est dominé par le présent, caractéristique du discours (mais il existe ici une marge d’ambiguïté parce qu’il pourrait s’agir d’un présent historique).

36Dans le texte d’arrivée sont évidentes certaines marques extérieures du poème : le découpage en couplets, l’aller à la ligne, la présence de la majuscule au début de chaque vers, le manque de ponctuation. Mais surtout c’est le principe d’équivalence qui va faire sentir son pouvoir, par exemple dans le changement de la séquence finale : M. Thomas n’est pas tué et provoque par sa présence et par celle de la jeune fille un mécanisme du retour, de la repétition.

37Un autre apport essentiel est donné ensuite par la typographie qui travaille l’espace de la page et qui comporte une logique visuelle. Cette composante, tout en étant un des éléments essentiels du langage du journal, surtout à partir d’une certaine époque – il paraît que Paris-Midi était à l’avant-garde en ce sens – contribue dans le poème à dépasser la dominante référentielle et informationnelle de l’article : elle met en avant le « côté palpable » des signes et se pose comme instance créatrice de sens – « La façon dont on dispose les mots sur une page doit être considérée une autre grammaire », affirme Butor. Ponctuation, ressources typographiques, spatialisation réglée par le blanc, tout cela fait partie du sens et produit du sens. On passe ainsi d’une logique linéaire à une logique tabulaire.

38L’effort de Cendrars pour récupérer les qualités expressives de ce moyen de communication moderne qu’est le journal – qui peut d’ailleurs contenir aussi les annonces publicitaires. On dirait qu’il veut emprunter, voler presque au journal sa caractéristique de simultanéité. Voilà alors le titre Dernière heure qui désigne dans le journal une rubrique précise concernant des nouvelles de la dernière minute, voilà l’insistance sur la date et sur l’heure et la définition de « Télégramme-poème » qui établirait le statut d’une écriture essentielle, d’une communication immédiate. Simultanéité temporelle et simultanéité spatiale vont se croiser, se superposer. Les deux systèmes révèlent alors des points communs.

39On pouvait en effet lire dans le même Paris-Midi du 23 février 1914 :

Ouvrez tout grand un journal. Aussitôt, dix, vingt événements divers vous sauteront aux yeux à la fois. Les deux lignes quotidiennes de la manchette de Paris-Midi n’est-ce pas de la poésie simultanée ? Et la mise en page si décorative, de certains grands journaux du matin, ne donne-t-elle pas l’impression presque absolue de la simultanéité ?

40Nous avons essayé de montrer la fonction du journal dans le poème à différents niveaux. Du journal-objet au journal-corpus, au corps textuel. Il est d’abord inséré dans le texte poétique en tant que symbole de la modernité : comme le dit Butor, en parlant de la présence du journal dans la peinture, le journal va avoir une fonction analogue à celle du livre dans la nature morte.

Si le livre a toujours été un élément essentiel de la « Nature morte », autrefois « Vanité », méditation sur la mort, ce qui y deviendra indispensable lorsqu’elle sera devenue promotion de la vie quotidienne intime en réaction contre l’inadéquation de plus en plus grande des fêtes publiques, c’est le journal. Pour la figure, il sera l’emblême essentiel de modernité (« Le chevalier X » de Derain)11.

41On pourrait donc parler de la même fonction dans le poème, comme nous l’avons vu dans les premiers exemples.

42Le journal peut fonctionner comme « emballage » (pour utiliser un autre mot de Butor qui souligne une utilisation différente de la lecture), – alors des mots enveloppent des mots – « comme matériau », ses textes deviennent des textures : des textures sonores comme dans La ville se réveille. Le journal (ou du matériel imprimé) peut être « découpé, déchiré, renversé, ou non, maculé, barbouillé, raturé », pour utiliser encore les mots que Butor12 utilise à propos de l’expérience de Schwitters.

43Mais surtout le journal fonctionne en tant que modèle de stratégie scripturale et « entre » dans le code de la poésie en créant une poétique et une textualité nouvelle.

44Des stratégies typographiques rapprochent le poème de l’affiche, de l’affiche/ tableau, comme le manque de ponctuation, le découpage du texte, la distribution du blanc (v. Opoétic et Académie Médrano).

45Mais aussi des stratégies discursives et linguistiques peuvent créer un effet textuel iconique. L’utilisation du présent, par exemple, dans Dernière heure va créer sur la page un espace plat à l’intérieur duquel vont s’atténuer l’avant et l’après : le changement de la dernière séquence de l’intrigue démonte la linéarité du récit en faisant balancer le texte vers le principe du retour, de la répétition, de la reprise d’une tonalité. La non-mort de M. Thomas et la présence (le retour) de la jeune fille - » M. Thomas, ancien membre du Congrès qui visitait la prison/Félicite la jeune fille » dans le poème s’oppose à « M. Thomas, ancien membre du Congrès, comme représentant de l’Illinois, qui visitait la prison a été tué par les forçats au moment où ceux-ci prenaient la fuite » – crée une sorte de couche lumineuse qui éclaire la partie finale du poème : couche lumineuse qui continue et reprend les occurrences précédentes : « la jeune-sténo-dactylographe », « La jeune fille est blessée ».

46C’est en observant les peintres que plusieurs poètes de l’avant-garde, surtout de la période cubiste, découvrent de nouvelles techniques expressives, qui passent aussi à travers le modèle du journal et du matériel imprimé : rappelons, par exemple, que le quatrième poème élastique (déjà cité plus haut) a pour titres Portrait et Atelier et que la porte de Chagall « s’ouvre comme un journal/Couverte de cartes de visite ».

Anmerkungen

1 Blaise Cendrars, Du monde entier au cœur du monde, Tome I des Œuvres complètes, Denoël, Paris 1963. Les chiffres entre parenthèses renvoient – ici et dans les autres cas – aux pages de l’édition utilisée. Je souligne, dans les poèmes cités, les lexèmes qui sont liés, du point de vue sémantique, au journal.

2 Il suffit de regarder des tableaux de Juan Gris de l’année 1914 : 1. Les tasses de thé. Huile, fusain et collage sur toile. 2. Nature morte. Collage, gouache, huile et crayon. 3. Compotier et bouteille. Huile, fusain et collage sur toile. Et 1915 : 4. Le petit déjeuner. Huile et fusain sur toile. 5. Nature morte dans un paysage (place Ravignan). Huile sur toile. 6. Compotier, livre et journal. 1916. Huile sur toile. 7. Journal et moulin à café. Huile sur toile. 8. Bouteille, journal et compotier.

3 On pense aux tableaux où les titres des journaux sont coupés – ici il s’agirait d’un coupure phonique – et ne sont lisibles que quelques lettres comme chez Picasso, Braque, Juan Gris.

4 Cf. Mac Luhan Marshall, Pour comprendre les média, Seuil, Paris 1977, notamment les chapitres 16 et 21.

5 Stéphane Mallarmé, Igitur, Divagations, Un coup de dés, « Poésie » / Gallimard, Paris 1987, p. 263-264.

6 Cf. Anne-Marie Christin, L’Image écrite, Flammarion, Paris 1995, p.115 : « Le livre, intervention non seulement formelle mais historique de l’homme en terre d’écriture. Mieux que tout autre Mallarmé en était conscient, qui compare longuement dans Quant au livre les deux supports de l’imprimé, le journal, né de cet imprimé, et le livre, héritier de la culture manuscrite, le codex inventé par l’Occident, qui l’avait substitué aux formes continues du volumen ».

7 Dans Suzanne Bernard, Le Poème en prose de Baudelaire jusqu’à nos jours, Nizet, Paris 1959,

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540