Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cendrars au pays de Jean Galmot

 | 
Michèle Touret

Ouverture. Blaise Cendrars, Jean Galmot et la Sirène*

Michèle Touret

Texte intégral

  • * L’édition de Noël des Œuvres complètes contient : Rhum, Hollywood - La Mecque du cinéma, La Vie da (...)
  • 1 Voir les éditions de John Paul Jones, texte établi et présenté par Claude Leroy, éditions Fata Mor (...)

1Après plus de quinze années de travaux sur l’œuvre de Cendrars, menés solitairement ou collectivement, la connaissance s’en est renouvelée, étendue, en même temps que se réévaluaient les avis et les jugements. Il n’est plus temps de l’établir à une plus juste place que celle, folklorique, de l’écrivain de l’aventure. Vient au contraire, de tous bords, la pensée qu’il convient d’en étendre la connaissance en confrontant les œuvres majeures à celles, moins connues, voire inédites ou mal éditées, moins littéraires à première vue et dédaignées parfois par Blaise Cendrars en tout premier lieu. Des éditions critiques de textes introuvables ou fort mal édités1 y ont contribué.

  • 2 L’édition de référence sera le tome III des éditions complètes Denoël, 1960 ; les pages seront men (...)

2Cet ouvrage veut apporter sa part, en orientant le regard et les analyses vers Rhum et autour de Rhum2, et des textes écrits pour les journaux de l’époque. Rhum ne fut certes pas renié par Cendrars, mais, en dépit de son succès éditorial, bien qu’il ne se compare pas à celui de L’Or, le roman fut sévèrement jugé (« mon plus mauvais livre » dit Cendrars). D’autres textes journalistiques connurent des sorts divers : parfois recueillis en volume et remaniés pour l’occasion, parfois expulsés des premières œuvres complètes, sans jamais connaître l’honneur d’une édition en librairie, ce sont des textes au quotidien, pour le journal quotidien, et qui semblent être hors de la loi littéraire pour un écrivain qui passe pourtant, et en tire gloire, pour avoir contribué à bouleverser les codes génériques et institutionnels de notre vingtième siècle littéraire pour des lecteurs lettrés que leur goût porte si souvent vers des écritures qui cultivent la rupture. Mais il est à croire que s’il plaît que la norme générique soit déplacée ou rompue, celles, plus tacites et plus labiles, des institutions ne se touche pas sans sacrilège. La publication journalistique est-elle une tache originelle, qui ne s’efface que par l’oubli, l’arasement des marques trop liées à la conjoncture, la trangression du comportement, qui rachète le péché premier ?

3Nous voici devant un continent encore peu exploré de l’univers cendrarsien, celui de la pratique journalistique, ou du texte destiné tout d’abord à une publication dans la presse selon un contrat dûment établi. Rhum répond à cette définition, sous son premier titre, L’Affaire Galmot, et dans sa première version : l’histoire de Jean Galmot, qualifiée par son auteur de « roman », cependant que son héros est comparé à Don Quichotte, le héros de roman détruit par les romans.

4L’actualité livre le sujet à Blaise Cendrars, la vie de cet homme dont la récente mort à Cayenne a soulevé des émeutes. Le procès des émeutiers – et des assassins -se tient au tribunal des Assises de Nantes. Le directeur de Vu, Lucien Vogel, homme entreprenant, ouvert, cultivé, demande à Cendrars de lui écrire une « vie » de Jean Galmot et, par ailleurs, de « couvrir » le procès. Le contrat stipule que la publication en feuilletons se fera de manière à profiter de l’actualité du sujet, et que Blaise Cendrars restera maître des droits. Il en use pour prévoir une sortie immédiate en volume, aux éditions Bernard Grasset, au prix de quelques remaniements probablement conçus dès la première rédaction.

5Le livre répond à une commande des plus explicites, mais le sujet semble bien avoir séduit l’auteur et le projet lui avoir agréé, même si plus tard il a pris ses distances. La figure de l’auteur et celles que son livre propose s’associent. Le goût et le besoin de l’action, même risquée, parfois obscure en ses motifs, menée pour elle-même, un certain penchant pour le rêve et pour les mots qui transportent vers l’irréel ou l’impossible – fondement de la tension littéraire. En eux aussi, s’associent l’aptitude à la contemplation, à l’arrêt de tout mouvement et le goût du départ, de l’ailleurs, du lointain où l’individu se disperse ou se renouvelle.

6Doit-on parler de la rencontre ou des rencontres de Blaise Cendrars et de Jean Galmot ? Il y a les rencontres réelles (certaines attestables ou attestées, d’autres hypothétiques ou probables) et la rencontre par la pensée, à l’occasion de Rhum, rencontre post mortem pour Galmot mais déterminante pour Cendrars, celle où Jean Galmot devient la chose mentale de son biographe, l’objet de sa quête et l’image produite par son récit.

  • 3 Je renvoie à l’ouvrage de Pascal Fouché, La Sirène, Bibliothèque de Littérature Contemporaine, Uni (...)
  • 4 Les Archives littéraires suisses, Fonds Blaise Cendrars, possèdent une partie de leur correspondan (...)

7Tout s’est passé autour d’une Sirène. Plus exactement autour de La Sirène, celle qui a donné son nom à la maison d’édition de Paul Laffitte, qui avait embauché Cendrars tout juste démobilisé, comme directeur littéraire3, au moment où la demande de lecture après la guerre est à son comble et où les écrivains reprennent les voies de la création ouvertes dans les brillantes années 1910. Jean Galmot est un auteur de la maison. C’est là, dit Cendrars, qu’ils se sont rencontrés, ou, tout au moins dans un local qui ressemble fort aux bureaux de La Sirène… Jean Galmot est un homme d’affaires hors du commun : il écrit et non pas des essais, des mémoires, des conseils à de jeunes entrepreneurs, mais des romans. Il a été journaliste au Petit Niçois, il a déjà publié des romans d’aventures palpitantes en feuilletons. Pour l’heure, dans sa mâturité, il a quitté les milieux provinciaux, et il publie dans le circuit proche de la jeune littérature, celle de l’avant-garde, celle que le surréalisme n’a pas encore débouté de ses places acquises juste avant la guerre. En 1921, La Sirène rachète les droits de Quelle étrange histoire !…, sans doute au moment où se conclut le contrat pour Un Mort vivait parmi nous, qui est publié en 1922 (achevé d’imprimé le 10 avril), alors que les éditions de La Sirène étaient encore florissantes. Le roman fut un succès, du moins à la mesure de cette petite mais inventive entreprise, puisqu’en 1926 il en est à sa 10e édition et qu’en 1931 on le réédite – mais La Sirène a disparu –, à la faveur sans doute du renouveau de l’intérêt pour Jean Galmot. C’est à ce moment que Blaise Cendrars, qui est en relation avec la famille Galmot, oriente Henry Galmot, qui se préoccupe des droits pour cette œuvre4.

8Jean Galmot est donc loin d’être un inconnu pour Cendrars, quand il s’en fait le biographe tout indiqué. S’il est hautement probable qu’ils se sont rencontrés, les dates, les circonstances, les motifs sont sujets à hypothèses sinon à contradictions, que l’on interroge les faits ou que l’on se penche sur les déclarations. En 1921-1922, Galmot est un auteur de La Sirène, mais Cendrars n’y est plus depuis 1919. Certes, son rôle d’éditeur a eu des conséquences au-delà de cette date, et ses projets voient le jour plus tard, après son départ. Pascal Fouché considère qu’en 1922 l’impulsion donnée par Cendrars et ses idées se font encore sentir puisque sont éditées des œuvres qu’il avait proposées comme les Poésies de Lautréamont, les Pensées de Ingres, l’Anthologie de l’occultisme, dans la collection « Anthologies » qu’il avait fondée et où il avait lui-même publié Anthologie nègre en 1921. Est-il à l’origine de l’édition du roman de Galmot et du rachat des droits du premier ? Ceci reste une hypothèse, car il ne le mentionne nulle part, ni dans Rhum, ni dans l’article des Nouvelles littéraires de 1939.

9En revanche, Blaise Cendrars, à plusieurs reprises, évoque son passage à La Sirène – et son départ –, et sa rencontre avec Galmot. Évocations précises en certains points, mais évasives sur d’autres, et sujettes à se contredire selon toutes apparences. Rhum est une première occasion qui s’impose pour cette évocation. Nous sommes en 1919, Cendrars l’atteste et les affaires reprennent dans la fièvre. C’est alors que, dit-il, « sur dix personnes qui venaient me voir, neuf me parlaient de Galmot […] je m’y attendais. Un beau jour, j’eus Jean Galmot lui-même au bout du fil : il demandait rendez-vous au patron.

  • 5 Voir Pascal Fouché, op. cit., p. 229.
  • 6 Ibid., p. 227.

10Quand je le vis entrer dans mon bureau, j’eus l’impression de me trouver en face de Don Quichotte » (III, 241)2 ; suit une description de Galmot. L’ambiance des locaux de La Sirène, que Cendrars vient de décrire, correspond bien à celle du 12 bis rue de La Boëtie, que La Sirène quitta en 1921 pour s’intaller sur le boulevard Malesherbes. Ce bureau exigü sera à nouveau décrit dans le récit des souvenirs pour Les Nouvelles littéraires5. Le bureau de Rhum est « grand comme un étui à cigarettes » avec deux portes à coulisse, son ventilateur ou son radiateur, selon les saisons ; dans Les Nouvelles littéraires, c’est « une espèce de petit réduit surchauffé, un ancien vestiaire » où « on travaillait entre deux portes à glissières »6. C’est bien le même lieu, avant 1921, mais à un moment où La Sirène n’a pas encore édité d’œuvre de Jean Galmot.

11Quels sont donc les motifs de la rencontre ?

12Si Cendrars, après avoir quitté La Sirène, y reste d’une certaine façon et que ses choix s’y maintiennent un temps, si, en 1949 dans la préface pour la réédition de La Fin du monde, il peut dire, tout en restant évasif sur les dates, « quand je quittai la direction des éditions de La Sirène, cette édition monumentale de Casanova était en bonne voie et le tome premier sortait des presses (I, 11) », ce qui désigne l’année 1924, les conditions exactes de la rencontre avec Galmot restent obscures, et sujettes à variations.

13En 1939, les souvenirs de Cendrars sur La Sirène ne mentionnent ni Galmot, ni ses livres. Et de fait, ce seront d’autres, comme Jean Epstein, qui succède à Cendrars, qui en parlent et témoignent de son passage. Conformément aux faits ou en dépit des faits, Cendrars, le romancier-biographe de Galmot, veut attester qu’il le connaît de longue date. Mais dans quel milieu se fit la rencontre ? Celui du livre et de la littérature dans lequel les propres talents d’auteur de Cendrars, de découvreur de talents, d’inventeur en matière d’esthétique du livre se sont déployés ? ou dans le milieu des affaires, celui de Galmot, où l’on brasse des millions, où l’on téléphone au monde entier, qui produit la richesse et peut se permettre de soutenir le milieu esthétique ? Car si les descriptions de Rhum et des Nouvelles littéraires concordent, la nature et l’usage du lieu diffèrent grandement. En 1939, c’est bien de La Sirène qu’il s’agit, mais en 1930 le bureau est celui d’un homme d’affaires. Cendrars y est l’égal de Galmot. « On n’a pas vécu comme moi durant des années dans les coulisses du monde des affaires (dans ce que j’appelais vers la fin de la guerre la “bohême des finances” […] sans connaître son Paris » (III, 239). Entre deux dates, entre deux situations, de la fièvre esthétique des années vingt à la fièvre affairiste des années trente, Cendrars crée une image double, surimposée. Ce n’est plus tant de Galmot que Cendrars parle que de lui-même, déplaçant vers le passé un univers et des comportements de la période où il tente sinon de faire fortune, du moins d’entrer dans le monde de la richesse. En 1939, l’interprétation changera à nouveau : le monde des affaires n’est plus celui de Cendrars, qui réintègre pleinement la littérature : l’édition, le livre reprennent leur place dans ses souvenirs, et Galmot disparaît…

14Au-delà des faits, la lecture est variable, la matière est malléable : la double image de Galmot, la double image de Cendrars se superposent ou se répondent, changeant de place et de sens selon les moments. C’est que Jean Galmot est, pour son biographe, à la fois une personne réelle et un personnage romanesque. C’est un être de légende, qui ressemble à l’archétype des héros romanesques, il est précédé des rumeurs les plus folles ; il est un mythe que Cendrars déchiffre.

15Qu’est-ce qui attire Cendrars dans Jean Galmot ? La stature du conquérant réel et de l’homme doté d’une grande puissance imaginative, sa destinée de chevalier d’industrie, entre la fortune colossale et la banqueroute, comme Suter, son destin de chercheur d’or, le moyen de sa fortune et une des causes de sa chute, ses contradictions de « raté de génie » ? Comme si en Galmot, Suter se reflétait. Comme s’il entrait dans la cohorte qui fascine Cendrars, des hommes fabuleux, des grands destins légendaires.

  • 7 Sous un nouveau titre La vie secrète de Jean Galmot, Rhum, roman vécu. Décidément l’instabilité du (...)

16C’est un homme fabuleux, mais si proche. La « matière Galmot » ne se laisse pas manier comme celle de L’Or. Libre au point de transformer les faits, au point d’épurer le récit de toute description de l’homme privé ou des menus faits biographiques dans L’Or, Cendrars ne l’est plus pour Rhum. L’actualité est trop contraignante, Galmot est trop présent dans les esprits et dans la presse. Au moment du procès aux Assises à Nantes, Blaise Cendrars n’est pas le seul à en parler : l’histoire de Galmot ne lui appartient pas, elle résistera à l’invention poétique. L’épure de L’Or, le lyrisme pressé cèdent le pas à un récit qui fait place aux clichés de la presse ou que la presse reprendra pour en faire des clichés ; dans l’un et l’autre cas, l’écrivain est privé de sa marque la plus personnelle, son style. La biographie devra se soumettre au contrôle des faits, le biographe aux jugements de ses lecteurs. Entre célébration et polémique, le destin de Rhum sera de s’écarter du grand rythme de L’Or, n’en gardant que l’ossature, et de s’incliner devant les exigences de l’actualité, et par deux fois. En effet, en 1934, une seconde édition relance l’ouvrage7. L’Affaire Stavisky relance l’Affaire Galmot. La cohorte de scandales de ces années sera l’occasion pour Horace de Carbuccia, le propriétaire de Gringoire et des Éditions de France, de rééditer Rhum à grand bruit : la vie de Galmot est arrachée à sa légende pour devenir une pièce dans le dossier trouble des mouvements financiers et politiques des années de l’immédiat avant-guerre.

17L’oscillation du personnage et celle de l’auteur affectent aussi les choix stylistiques et génériques, entre roman et reportage, entre la littérature et ses marges. Après une intense période de création romanesque, Cendrars change de voie, et de voix, de style, de public. Commence la période des contrats avec les journaux. Il est loin d’être le premier et le seul dans ce cas. Certains ont débuté ainsi, d’autres s’y sont orientés et non des moindres, Desnos, Soupault, Colette, Artaud. Écrire pour les journaux devient une affaire d’écrivains et non d’écrivains débutants qui l’abandonneraient dès que l’édition les accueille mais d’écrivains renommés, que les journaux appellent pour cette raison. La presse bénéficie de leur notoriété, la soulignant à coup d’annonces publicitaires et répandant sur leurs pages des qualités stylistiques reconnues et prisées. Les écrivains quant à eux y gagnent des lecteurs par centaines de milliers, des revenus non négligeables, mais y risquent leur réputation d’écrivains.

18Cendrars commence avec Rhum, où cependant il n’a de cesse de rappeler son passé prestigieux de poète dans les colonnes de Vu, puisque dans une sorte d’apophétie il transforme le sens de son poème Le Panama, devenant ainsi l’alter ego de Galmot, mais de plus un visionnaire poétique : « Ces vers que j’avais écrits en 1912, sur les rives des chantiers alors abandonnés, ne s’adaptent-ils pas aussi aux établissements, comptoirs, usines, avions, ateliers de la Maison Galmot au lendemain de sa ruine ?… » (III, 297). De même, quand il cite les chansons en créole de la vieille négresse, le souvenir de l’Anthologie nègre se profile, et le rôle de Cendrars dans les nouveautés de l’art contemporain. Manière de combler le fossé entre deux moments de sa vie d’écrivain, entre deux formes esthétiques antagoniques.

  • 8 Sur ces questions, voir Michèle Touret, Blaise Cendrars et le désir du roman, Slatkine éd., Genève (...)
  • 9 Louis Cadars, parmi d’autres, écrira aussi une vie de Jean Galmot, dans La Liberté du Sud-Ouest, e (...)

19Œuvre de commande, Rhum ouvre la période des reportages et du journalisme. L’image de Blaise Cendrars se brouille. Mais de quel journalisme s’agit-il ? Deux voies semblent s’ouvrir. L’une est une impasse réelle, c’est le journalisme politique. Elle mène à Gringoire et à Je suis partout ; elle mène à des choix et à une pensée que Cendrars reniera et pour lesquels il n’a ni la conviction politique ni la ténacité requises8. Là aussi il court le risque de se voir voler sa propre parole9. L’autre voie est celle du journalisme détaché de l’actualité, du journalisme de faits souvent intemporels et lointains, vus sous un angle personnel, où l’écrivain est le témoin du monde, de ses bizarreries, plus près de la nouvelle que de l’article d’information ou d’opinion. C’est un journalisme qui procède de l’invention et de l’enchantement, qui se place sous le signe du fait vrai mais mystérieux. De même que Blaise Cendrars attribue à Jean Galmot l’invention des bandits de Pégomas quand il écrivait dans Le petit Niçois, même si ses informateurs lui ont certifié qu’il n’en est pas l’inventeur, de même Cendrars pratique-t-il le journalisme en faisant appel à l’imaginaire, le sien, celui de ses lecteurs, en allant du vrai au possible, de l’attesté au crédible.

20Du roman au reportage, entre le fictif et l’attesté, Blaise Cendrars met en jeu la stabilité des frontières. Le roman recourt à des indices de réalité pour enraciner la fiction dans le réel. Le reportage déploie son cortège de faits réels sur un fond narratif chargé de fiction, concernant la référence ou le narrateur. Du roman au reportage, Cendrars met en jeu la définition de la littérature. Est-elle fonction du seul texte, du contexte de publication, du support, du public, de la lecture ? Quand du feuilleton le texte passe à l’édition, change-t-il de statut et donc de sens ? La littérature se dénature-t-elle dans le journalisme ou s’y ressource-t-elle, à la condition souvent d’un travail de tri et de reprise ?

  • 10 Document des Archives littéraires suisses, Fonds Blaise Cendrars, Bibliothèque nationale suisse, B (...)

21Autant cependant la démarche était conquérante dans sa provocation les années précédentes, autant au moment de Rhum les ruptures sont durement ressenties par Cendrars. Le premier jet l’atteste qui met en scène Lucien Vogel et Cendrars, qui se lasse des « trucs faits en série » et aspire, dit-il, à revenir à « [mes] livres à moi ». Ainsi va le dialogue entre le directeur du journal et « son » auteur, et les remarques intérieures de celui-ci : « Il me demande d’écrire la vie de Galmot. “Vous savez, Cendrars, c’est un sujet fait pour vous, un type extraordinaire, un chercheur d’or, un self made man !” me disait-il au bout du fil. Voilà ! Il paraît maintenant que je suis le biographe attitré de tous les aventuriers10 ».

Le romancier, le roman

22La fabrique de Rhum est l’objet de la première étude. Jean-Carlo Flückiger en détaille les étapes telles que les différents manuscrits et tapuscrits déposés à Berne les donnent à lire. Œuvre rondement menée, avec l’aide souriante de Nino Frank qui en a laissé quelques souvenirs, Rhum nous offre des avant-textes d’une nature différente de celles des autres œuvres de Cendrars, à la fois touffue et complexe bien qu’elle ne concerne que peu de temps de sa vie d’écrivain. Nous voyons les relations entre les textes et les images, telles que les lecteurs de la première publication, dans Vu, les ont perçues quand le roman paraissait en feuilletons accompagné d’une abondante, et parfois mystérieuse iconographie, les étranges échos entre le récit et les photos ou les dessins, les éclairages réciproques dans une relation nouvelle que la presse commençait à utiliser systématiquement, tel est l’objet de Jean-Pierre Montier. De longue date l’espace de la page du journal et du poème, les interférences des codes ont lancé des défis aux poètes, Rino Cortiana propose une réflexion sur le journal – référence, objet, source, style – dans la poésie de Cendrars. Le cadre et le contexte du travail de Cendrars, pour mieux connaître le modèle l’amène à Monpazier. C’est là qu’il séjourne quelque temps avec Dos Passos et que, autour de quelques délices gastronomiques, les deux écrivains confrontent leurs expériences, leurs lectures réciproques de leurs œuvres et de leurs trajets, leurs projets qui se croisent sur la question du récit biographique moderne et de ses possibilités. Jay Bochner restitue la rencontre entre Dos Passos et Cendrars, leurs relations avant et après 1929-1930, avant et après Rhum. De la vie romancée à la biographie, de la biographie à l’autobiographie, Cendrars oscille dans ces années trente, avant qu’il n’entre dans la voie de l’écriture des « mémoires » qui sont, comme il l’a dit « des mémoires sans être des mémoires » mais un jeu avec le temps d’une vie. Luisa Montrosset montre comment autour du rêve sur des « ratés de génie », autour de figure d’individus « qui ont mal tourné », Cendrars associe une méditation sur Jean Galmot, sur François Villon dont la biographie ne verra jamais le jour, et sur lui-même. Enfin, par-delà Rhum et les romans de Jean Galmot, Jacqueline Bernard nous présente un avatar des lectures contemporaines : une bande dessinée en deux volumes qui procède par greffage de trois textes et association du romancier et de son modèle pour créer une œuvre fantasmatique, Le Vol des urubus.

Le modèle et ses œuvres

23Jean Galmot, le modèle de Cendrars pour Rhum, est aussi un de ces hommes dont le passé modeste, l’ascension sociale, la fortune acquise dans les affaires, les engagements en faveur des colonies lointaines, la carrière parlementaire et la fin mouvementée, les créations concrètes ou imaginaires ont fait rêver beaucoup de contemporains. Témoin des relations entre Paris et sa domination et une vie littéraire provinciale qui se définit contre ou malgré la puissance parisienne, Jean Galmot représente un parcours fascinant, du Périgord à la vie brillante des grands mécènes parisiens ou de l’attachement à la province natale jusqu’à l’attrait de l’exotisme au-delà des mers. Bernard Lesfargues et Pierre Martial, chacun selon son angle de vue, montrent les relations que Galmot a représenté à sa manière, entre les strates de la vie culturelle, dans la littérature et chez les créateurs, comme chez les éditeurs.

24Le trajet de Jean Galmot, premier grand défenseur de la Guyane sera présenté par André Bonneton, un des tout premiers à avoir, avec Takari, suivi les traces de Cendrars dans sa recherche de Galmot.

25Les œuvres de Galmot sont présentées dans leur lyrisme et leur pathétique par M. Danaho cependant que différents aspects de son œuvre romanesque sont étudiés par Lionel Robin qui fait valoir la fascination de la figure féminine.

26Le lyrisme des romans de Galmot est l’objet de l’étude de Luce Briche, qui y voit une imitation rythmique, une riche allégorisation et un goût pour le mystère qui ne va pas sans une certaine recherche précieuse de l’inattendu dans le style et la rhétorique. Du mystère Galmot, Anne Clancier tente de percer, en psychanalyste, les toutes premières données et manifestations, rapprochant les fondements d’une existence, vouée à l’ennui et dans le même temps à l’hyperactivité, et les aspirations à la création littéraire.

27Se penchant sur les relations du peintre et de son modèle, superposant les modèles (aux prénoms semblables, tous des Jean) Claude Leroy s’interroge sur la figure du modèle impossible, sorte de double de Cendrars dans les années trente, héros de l’échec, d’œuvres qui plus ou moins échoueront, en attente d’autres, des réussites.

Le reporter, les reportages

28Rhum marque la grande entrée de Cendrars dans le reportage. Adrien Roig nous rappelle, dans la recension très précise qu’il en fait, que les voyages au Brésil à partir de 1924 furent les premières occasions de ce genre de contrat, même si elles ne furent pas suivies d’effets immédiats. Reporter au et du Brésil, Cendrars en fit sa matière, choisissant une forme d’exotisme et de développement d’une matière romanesque, tout en cultivant peu à peu une écriture nouvelle, sous d’autres contraintes. Les analyses de Maria Teresa de Freitas sur la matière brésilienne complètent ainsi les repères et les informations. Le remaniement et les déplacements de l’auteur et de son texte sont interrogés par Michel Décaudin : de Hollywood pour Paris-Soir à Hollywood - La Mecque du cinéma, la question du reportage entre véracité et vision subjective et invérifiable est posée. Gérard Bildan, qui s’attache principalement aux Histoires vraies, relève l’originalité de l’écriture et de la position de Cendrars dans les années trente aux regards de cette nouvelle figure des lettres, le grand écrivain reporter. Suivant les pistes, vraies ou fausses, réelles ou remaniées, c’est à suivre les bateaux de Cendrars au nom d’îles, bateaux de ses traversées ou bateaux de ses récits, qui se déplacent et déplacent les repères que le texte de Robert Guyon nous invite, cependant qu’en bateau encore nous achevons la traversée de ce nouveau continent des œuvres de Cendrars en compagnie de Colette : les reportages des deux écrivains lors de la traversée de l’Atlantique par Normandie sont comparés par Francine Dugast-Portes ; l’un est dans les soutes et les machines cependant que l’autre fréquente salons, salle à manger et piscine.

Notes

1 Voir les éditions de John Paul Jones, texte établi et présenté par Claude Leroy, éditions Fata Morgana, 1989, de La vie et la mort du soldat inconnu, texte établi par Judith Trachsel, introduction de Claude Leroy, Cahiers Cendrars n° 4, Champion éd., Paris, 1995 et de L’Eubage, texte établi et présenté par Jean-Carlo Flückiger, Cahiers Cendrars n° 2, Champion éd., Paris, 1995.

2 L’édition de référence sera le tome III des éditions complètes Denoël, 1960 ; les pages seront mentionnées dans le corps du texte.

3 Je renvoie à l’ouvrage de Pascal Fouché, La Sirène, Bibliothèque de Littérature Contemporaine, Université Paris VII, 1984. Il reproduit les souvenirs de Blaise Cendrars (p. 218-229), sous le titre « Une page de souvenirs de Blaise Cendrars, Jéroboam et La Sirène », qui avait paru dans Les Nouvelles littéraires des 1er et 8 juillet 1939. Ils sont suivis de ceux de Jean Epstein et de Léon Moussinac.

4 Les Archives littéraires suisses, Fonds Blaise Cendrars, possèdent une partie de leur correspondance sous la cote O 115.

5 Voir Pascal Fouché, op. cit., p. 229.

6 Ibid., p. 227.

7 Sous un nouveau titre La vie secrète de Jean Galmot, Rhum, roman vécu. Décidément l’instabilité du paratexte est signe de la malléabilité du projet.

8 Sur ces questions, voir Michèle Touret, Blaise Cendrars et le désir du roman, Slatkine éd., Genève, 1998, et de la même, « Questions de politique, la Tour d’ivoire dans la cuisine », Continent Cendrars n° 6-7, 1991-1992, La Baconnière, Neuchâtel, p. 77-87.

9 Louis Cadars, parmi d’autres, écrira aussi une vie de Jean Galmot, dans La Liberté du Sud-Ouest, en 1932. Il utilisera les mêmes images, les mêmes termes que Cendrars.

10 Document des Archives littéraires suisses, Fonds Blaise Cendrars, Bibliothèque nationale suisse, Berne.

Notes de fin

* L’édition de Noël des Œuvres complètes contient : Rhum, Hollywood - La Mecque du cinéma, La Vie dangereuse, Histoires vraies, Panorama de la pègre.
On peut lire d’autres reportages de Blaise Cendrars dans Panorama de la pègre et autres reportages, textes réunis par Francis Lacassin et Miriam Cendrars, 10-18, Coll. Grand reporter, 1986. On y trouve notamment Le voyage de Normandie, des reportages de guerre (1939-1940), des reportages inédits en librairie et une bibliographie.

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540