Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cendrars au pays de Jean Galmot

 | 
Michèle Touret

Avant-propos

Jacques Fourré

Texte intégral

1Ainsi qu’il l’a lui même conté, Blaise Cendrars vit un jour entrer dans son bureau, un personnage grand, mince et presque ascétique dont, depuis quelques temps, la rumeur lui apportait le nom par vagues successives.

2Être mythique, légende populaire jusqu’alors, c’était soudain un homme de chair, d’os et de passion.

3L’individu le fascina ; écrivain à l’œuvre modeste mais à l’évident talent, poète habité, c’était aussi un de ces chevaliers d’aventures, de toutes les aventures, celles de l’extrême comme celles de la subtilité.

4Les bonnes fées penchées sur son berceau lui avaient assuré la réussite de ses entreprises, en première instance du moins.

5Bien sûr, il s’agissait de Jean Galmot ; journaliste, écrivain-poète, il était aussi orpailleur, planteur et distillateur (pour son malheur !) armateur et industriel. Ses investissements, ses sociétés couvraient le pays ; il était riche !

6Il était encore homme politique et député d’un de ces lieux lointains et inconnus à l’aura exotique, aux senteurs d’épices, aux moiteurs de mousson, aux pestilences forestières de la décomposition végétale.

7Il était tout cela, mais plus encore ; il était l’homme d’un rêve, d’une idée, d’un engagement total. Ami des humbles, protecteur du forçat évadé, complice du nègre, du mulâtre et de l’ancien esclave, militant avant l’heure contre les effets d’injustice d’un colonialisme sclérosé, dénonçant les tripotages politiques, il était partout sur la brèche comme cet autre ascète hidalgo qui dans le Moyen Âge espagnol, guerroyait contre les moulins.

8Pour tout cela, à cause de cela, il était proscrit parmi les siens, rejeté de l’intelligensia coloniale, redouté et combattu par tous les hommes du conventionnalisme institutionnel et des sinécures profitables ; il en mourut. Fasciné, Cendrars pénétra cet homme, l’investit, l’assimila, le digéra et plus tard écrivit son histoire dans ce qui fut son dernier roman « Rhum ».

9Pour ce faire, il dû prendre son bâton de pèlerin et partir sur les pas de son héros. Ses cheminements le conduisirent en Périgord et convergèrent vers cette minuscule et merveilleuse Bastide qu’est Monpazier.

10Là était né Jean Galmot, en ce lieu où son père instruisait les enfants. Cendrars joua les détectives, rencontra les témoins, visita les lieux, accumula les documents. Il goûta l’accueil et la douceur périgourdine, il en apprécia la gastronomie, mais assez peu ses paysannes !

11Et puis Rhum parut.

12Le temps a passé, les routes de Cendrars et de Galmot ont à nouveau convergé vers les éternités sans fin.

13Il était normal, il était logique, il était fatal que le cercle Jean Galmot qui, de Cayenne à Paris et de Paris à Monpazier veut maintenir vivants l’œuvre et le souvenir d’un homme hors du commun, rencontrât un jour les érudits et les chercheurs de l’association Blaise Cendrars.

14Il était normal, il était logique que de cette rencontre naquît une nouvelle convergence, ramenant à Monpazier les uns et les autres pour parler ensemble de Cendrars le journaliste, le biographe, et de Jean Galmot, l’homme fracassé, tombé des hauteurs où l’avaient porté son génie et sa passion.

15Ce fut l’objet de ce colloque.

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540