Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Renan

 | 
Jean Balcou

Sur les relations Renan-Le Braz

Texte intégral

  • 1 La Bretagne touristique, 15 avril 1926, 73. Mais Le Goffic ajoute que Le Braz était déjà il (...)
  • 2 Léon Dubreuil, Annales de Bretagne, LXII, 1955, 127.
  • 3 Le poème « Tréguier » dans La Chanson bretonne.

1Il ne va pas s’agir ici d’appréhender l’influence de Renan sur Le Braz. Elle est profonde, étendue. Tantôt une citation, une réminiscence, et, pour finir, tout l’ensemble. Mais le choc initial ? Laissons, pour le plaisir Le Goffic imaginer ceci : Anatole à 17 ans, au lycée recopiant, pour s’en soûler, la « Prière sur l’Acropole » qui vient de paraître dans La Revue des Deux Mondes1. Mais dès qu’il sera pris, et d’autant plus que c’est, de toute évidence, assez tard, notre Le Braz en est si fou qu’il se prend pour le maître en personne : le voilà, par exemple, qui pieusement visite sa chambre d’enfant, ne fût-elle qu’à un bout de coin de l’étage, n’eût-il que trois ans en quittant Saint-Servais2. Mais quelle chance, un père instituteur ! Au hasard des nominations paternelles, ce « fils des monts » comme il s’appelle est bientôt définitivement « adopté par la mer ». Ploumiliau, Pleudaniel, Penvénan : le Trégor. A l’heure de la retraite enfin, en 1884, Tréguier même, le berceau de Renan. Le bonheur d’Anatole sera comble quand, à partir de 1898, lui-même aura résidence à Port-Blanc à côté, son Rosmapamon ! Ce pays est donc le sien, qu’il dira de « paix galiléenne traversé »3, que le génie renanien avait remodelé, illustré ô combien, ô comment ! Son œuvre ne pourra que se trouver baignée d’une telle atmosphère composée qu’elle est de mélancolie, de piété filiale, de l’idéalisme. Mais il était également net que le destin de Renan l’avait fait changer de galaxie. Le Braz n’aura pas eu à marquer son siècle et (Histoire. Il demeure essentiellement un écrivain régionaliste. Mais d’où, s’il a des limites, son pouvoir aussi d’attraction. Ce qui explique peut-être encore, car il faut tenir compte de la personnalité, des phantasmes, des tragédies de chacun, l’obsession en lui de la mort, et ce fatalisme funéraire.

  • 4 Voir l’article Renan-Luzel. A. Le Braz était, rappelons-le, l’exécuteur testamentaire de Luzel.
  • 5 Lettres utilisées ici dans O. C., X, 993, 995, 1008, 1038. Lettres inédites (photocopies au C.R.B.C (...)

2Le problème des influences est, du reste, assez spécieux. Le sûr est de s’arrêter aux points de rencontre. Seulement la bibliographie d’Ollivier remonte à 1926. On a beau pouvoir compléter par l’étude de Dubreuil qui est de 1955, une remise à jour s’impose. Et la correspondance ? Certes nous disposons de celle de Luzel. Or, c’est par celui-ci, puisqu’il fut le véritable ami de Renan et le véritable mentor de Le Braz, que nous sommes renseignés d’abord4. Quant à celle de Le Braz lui-même, elle est toujours à rassembler, si vouloir se peut. La collection Scheffer-Renan ne contient, pour sa part, que cinq lettres, et sans la moindre réponse5. La documentation est, en ce domaine, comme on voit, quasi inexistante. Mais déjà elle laissait présager d’excitants moments que d’autres témoignages confirmeront. Il fallut pourtant les attendre.

  • 6 L. Dubreuil, qui a dénombré tous les convives de ces « dîners celtiques », note qu’il n’a jamais re (...)
  • 7 René d’Ys, Ernest Renan en Bretagne, Emile-Paul. 1904, 338.
  • 8 Nicolas Lebras (c’est le fils qui changera en Le Braz) fut instituteur à Penvénan où Luzel venait l (...)
  • 9 René d’Ys, op. cit., 338-40, voir surtout Le Lannionnais du 11 août 1888. Le Braz avait déjà parlé (...)

3Quand il est nommé à la rentrée de 1886 au lycée de Quimper, Anatole Le Braz aura, en effet, eu 27 ans : il n’a, semble-t-il, pas encore vu, malgré les occasions, Renan. Il avait du moins retrouvé Luzel, que par son père il connaît bien. Or ce dernier, quand son fils était parti étudier à Paris, en 1879, priait Luzel de le recommander à Narcisse Quellien. Pas à Renan, dont cependant il ne paraît pas inconnu, et qui n’était pas si inaccessible, mais au factoton. Admettons. Seulement pourquoi celui-ci n’a-t-il favorisé aucune approche, ne l'a-t-il invité à aucun de ces « dîners celtiques » qui florissaient ?6 Force est de constater qu’Anatole Le Braz est resté, pendant tout son séjour à Paris, et même quand il enseignait à Etampes de 1884 à 1886, à l’écart. Réserve de qui n’a pas encore fait ses preuves ? Ce ne sera, en tout cas, qu’en 1888 qu’on voit une liaison se dessiner. Cela fait trois ans que Renan passe ses vacances à Rosmapamon. Cela fait quatre ans qu’a eu lieu le grand banquet à Tréguier pour son retour avec toute l’intelligentsia du cru et d’ailleurs, mais pas un Le Braz à l’horizon. Et René d’Ys, qui sait tout, se trompe sûrement en prétendant que ce fut aux fêtes de Quimper en août 1885 que Luzel le lui avait présenté7. Car la lettre que le folkloriste envoie à Renan le 26 juillet 1888 indique non seulement qu’il s’est fait un fervent disciple de Le Braz mais que ce Le Braz n’était pas, en effet, connu, à ce moment, du destinataire. « Je me suis adjoint, écrit-il, comme compagnon de voyage et collaborateur M. Le Braz, fils de l’instituteur de Penvénan8 et professeur au lycée de Quimper. Il sait bien le breton, a le goût de ces choses et me sera très utile dans mes recherches. Vous nous verrez tous les deux à Rosmapamon au courant de nos excursions ». Mais la visite projetée a un but précis : obtenir la collaboration de Renan aux cérémonies prévues à Lorient pour le centenaire de la naissance de Brizeux. Afin de recueillir des fonds pour la statue du poète, Le Braz avait, en outre, entrepris une tournée de conférences. Ah ! si Renan pouvait présider la soirée lannionnaise du 7 août prochain. Acquiescement, dès le 29, du philosophe à Luzel : « Certes, dans la mesure où je peux disposer de moi par avance, vu ma santé si capricieuse, je suis tout à M. Le Braz ». Le 3 août, quand le professeur apprend la nouvelle, il est à Paimpol. Il écrit aussitôt à celui qu’il appelle « Monsieur et très vénéré maître » pour remercier, promettre d’aller rendre ses hommages espérant là-dessus le public et la recette : mais « les statues bretonnes, conclut-il avec mélancolie, sont loin de se dresser toutes seules ». Le 6, confirmation de Renan en personne. L’autre en est tout ravi, quoiqu’il faille remettre au lendemain le plaisir de le saluer et qu’il soit fort marri de voir Paimpol s’intéresser si peu à Brizeux. La soirée à Lannion le consolera au-delà de tout. Un nombreux auditoire a rempli l’hôtel de ville, composé de « l’élite de toutes les opinions ». Assurément seule la littérature pouvait opérer tel miracle. Le Braz confirme son talent d’orateur : voix chaude, brillant de l’exposé. L’ayant comme il se doit fort congratulé Renan alors fera une adorable causerie, dont malheureusement nous n’avons que des fragments sur ses premiers souvenirs lannionnais. Ce qui lui permet d’exalter les vertus de la tolérance avant de solliciter les bourses pour le poète de Marie et des Bretons9. Telle fut la circonstance mémorable où Renan et Le Braz ont échangé leur sympathie. On s’est donné rendez-vous en septembre à Lorient. On allait pourtant se revoir avant. Luzel et son disciple ont, en effet, continué à pérégriner dans le pays pour recueillir leurs soniou. Le 29 août, justement, l’hôte de Rosmapamon apprenant qu’ils sont dans les parages, les invitait à venir profiter de sa « modeste hospitalité ».

  • 10 Voir pour l’épisode qui suit Nouv. Rev. Br., 1950, III, 181-86.

4Peut-être Le Braz aura-t-il eu le plaisir d’offrir à Renan son premier ouvrage imprimé, le Discours qu’il a prononcé à la distribution des prix du 31 juillet au lycée de Quimper10. En quels termes n’y avait-il pas défendu la civilisation bretonne ! Et naturellement il avait évoqué Renan lequel couronnait le siècle ouvert par Chateaubriand. En celui-là, disait-il, « s’exprime le Trégor, la douce attique armoricaine, avec la finesse légèrement ironique de son peuple, avec les milles nuances vaporeuses de son fuyant horizon ». Ah ! comme lui-même se retrouvait enfin en ce génie… Le moment était aussi venu d’attirer l’attention sur le destin de notre langue : « on tue, s’écriait l’orateur le breton dans son pays d’origine ». Renan, qui avait tant aidé Luzel dans sa tâche de collecteur, serait-il l’homme providentiel ? Car Le Braz veut maintenant créer un cours de breton au lycée. Malheureusement nous n’avons plus la lettre qu’il envoya à cette occasion à Renan. Mais Luzel nous éclaire, qui le 19 octobre s’adresse à lui en ces termes : « L’ami Le Braz a dû vous écrire, ces jours derniers, pour vous faire part de son désir de professer un cours de langue bretonne, au lycée de Quimper, en dehors de ses heures de classe, et sans indemnité. Il me demande de vous écrire moi-même un mot, pour vous prier d’appuyer sa demande d’autorisation auprès du ministre de l’instruction publique, ce que je fais bien volontiers, bien que je croie que c’est inutile et que vous avez déjà su apprécier tout le mérite de son projet, auquel votre approbation et votre appui ne peuvent faire défaut… ». Même Renan aura échoué là ! Pas d’enseignement de breton au lycée de Quimper avant, avant quand, au fait ?

  • 11 Au pays des pardons, rééd. Slatkine 1980. La préface qu’a donnée de cet ouvrage A.-P. Ségale (...)

5Si Anatole était trop modeste pour relancer le célèbre philosophe, celui-ci, aux grandes vacances suivantes, aura soin de se rappeler à son souvenir. « Dites à M. Le Braz, recommande-t-il à Luzel le 8 juillet, que nous comptons bien avoir le plaisir de le voir cet été. Qu’il ne nous oublie pas ». Notre homme se sera gardé d’oublier, on peut croire. Bientôt, en tout cas, ils sembleront assez intimes pour qu’au seuil de 1890 Le Braz se présente au domicile des Renan afin de leur offrir, « à la bretonne », ses vœux de nouvel an. Mais il n’a trouvé personne. On comprend que ce soit l’été 1890 qui l’ait à jamais marqué. Avec quelle émotion évoquera-t-il cette saison où « sous les grands ombrages de Rosmapamon » il écoutait « le plus merveilleux enchanteur que la Bretagne ait connu depuis Merlin » ! On parlait du nouveau tombeau de saint Yves à inaugurer. Et Renan s’était plu à évoquer l’ancien dont il ne devait rester qu’une dalle de marbre rouge. « Ma mère, racontait-il à Le Braz qui rapporte l’entretien, avait sa chaise tout à côté, au pied de la chaire. Cette dalle fut enlevée depuis, quand on conçut le projet de rétablir le monument et l’on pratiqua des fouilles, dans l’espoir de découvrir des reliques. Croiriez-vous que l’on trouva rien ! Cela est à l’honneur de la probité toute bretonne de nos ecclésiastiques… Des prêtres italiens eussent infailliblement découvert quelque chose »11 Inoubliable donc fut ce séjour. Après quoi, aucun autre renseignement avant 1892, l’année même de la mort de Renan.

  • 12 Bulletin Société archéologique du Finistère, Lettres d'Anatole Le-Braz, 1978, 273 : « Malheu (...)

6Luzel allait encore servir de relais pour solliciter à nouveau. « Le Braz, écrit-il le 2 mars à Renan, a pour but d’accomplir un vœu que vous avez souvent exprimé. Il s’agit, en effet, de recueillir pendant qu’il en est temps encore « les traditions locales relatives à la vie des vieux saints d’Armorique et à leurs oratoires, que quelques bonnes femmes savent encore et qu’il importe au plus tôt de recueillir comme vous dites si bien dans votre dernier et si intéressant livre des Feuilles détachées. J’ai l’entière conviction que Le Braz s’en acquittera de manière à mériter vos éloges ». A sa lettre Luzel joignait la sollicitation de l’ami que, par retour du courrier, Renan renverra « apostillée ». Et d’ajouter : « J’espère que Le Braz réussira guidé par vous et suivant votre méthode. Le Braz fera parfaitement, j’en suis sûr ». Ce n’était pas comme pour « ce pauvre Quellien ». Bien qu’il fût devenu impossible d’obtenir quelque subvention, Le Braz aura, grâce à Renan, 400 F, une petite somme. En vertu de quoi il ne peut que tomber aux genoux de son glorieux protecteur à qui, écrit-il le 16 avril, il se propose d’envoyer son travail à « superviser ». Ainsi patronné, il lui jure « admiration et reconnaissance », éternellement. Si Renan a dû ne pas recevoir pour examen, quoiqu’on n’en sache rien, l’étude en question, l’éditeur lui a du moins fait parvenir La Chanson bretonne, le premier livre d’Anatole Le Braz, un beau travail où s’exprime déjà toute la sensibilité de l’auteur. Mais comme celui-ci déplore qu’y ait manqué la dédicace : « au plus grand des Bretons de Paris un des plus humbles entre les Bretons de Bretagne » ! Il n’avait tenté là, s’adressait-il à Renan le 22 juin, que d’exprimer « ce merveilleux génie des races celtiques que vous avez chanté si magnifiquement ». Bien entendu, le recueil lui faisait hommage d’un poème. C’était un « sône » assez curieux, où le héros, à Paris, retrouvait Nannic, la payse tendrement aimée. Et Paris n’était plus que Bretagne. Cependant une telle passion s’était alors emparée du jeune homme que le poète s’avoue incapable de poursuivre : émouvante symbolique de quelle victoire ! Mais le vieux maître allait sous peu mourir. La Chanson bretonne serait-elle, malgré tout, couronnée par l’Académie ? Le Braz en doute qui dit le 16 octobre à Lucien Herr, et en breton s’il vous plaît, sa désolation : « Malevrusamant, setu Renan maro mik. Hennes hen ije labouret stard evidon »12. Comme par intervention posthume, La Chanson bretonne obtint quand même son prix.

  • 13 Outre les 3 articles analysés ici Ollivier cite encore : c. r. dans Dépêche, 21 juin 1894, du livre (...)
  • 14 « Tréguier et la statue de Renan », Débats, 7 juillet 1894 : Terre du passé, 37-43. « Un condiscipl (...)
  • 15 Ces anecdotes contribuent à répandre ce qu’on peut appeler la légende dorée de Renan. Elles se retr (...)

7Anatole Le Braz apparemment n’a rien écrit sur la disparition de Renan. Il était alors occupé à rassembler la grande œuvre de sa vie, cette Légende de la mort dont la première édition est de 1893. Mais comment la pensée du philosophe l’eût-elle pu quitter ? Et rien du bruit que l’ombre illustre ne manquait pas de susciter au pays ne lui échappait. On le verra, entre autres13, donner trois articles aux Débats dont deux nous retiendront : l’un, le 7 juillet 1894, sur l’ouvrage consacré par Jean de Kerual, dit l’abbé France, au collège où il fut le condisciple d’Ernest, le dernier, le 23 septembre qui suit, sur la maison de Renan. Tout cela repris, sous forme de deux chapitres, dans La Terre du passé qui paraît le 6 juin 190214. Le premier s’intitule « Autour de Renan » : Anatole Le Braz s’efforce de comprendre le comportement actuel de la municipalité de Tréguier qui a refusé d’ériger un statue à son enfant trop fameux. Puis il raconte quelques anecdotes : Renan retrouvant sa petite chambre d’écolier d’où il apercevait la rivière et les bois sur la colline, avec par-delà tout l’inconnu du monde comme une lointaine et fantastique « Russie », Renan se promenant dans le cloître où il eût tant souhaité être enterré, mais « ILS ne voudront jamais », soupirait-il, puis, alors que le projet d’une plaque a été adopté, l’auteur lui-même, c’est la veille de l’inauguration, errant à travers « la vieille et vénérable maison » et rencontrant là-haut, sous les combles, dans ce « cabinet de travail que visitèrent si souvent les fées et les muses » un brave « en train d’astiquer sa bicyclette », il écoutait enfin les locataires s’extasier d’avoir eu un si gentil propriétaire, et la boulangère du rez-de-chaussée parler de ce festin, qui eut lieu au lendemain du grand festin du grand retour de 1884, où il fut forcé à prendre par deux fois de la poule qu’elle avait gardée « six ans » à cette intention, et Gode, l’intendante, qui était morte, et qui n’entendait rien aux affaires15… Un Renan familier, bonhomme et bon : telle est la touche personnelle qu’Anatole Le Braz a tenu à apporter. Il n’aura plus qu’à s’asseoir sous les arceaux du cloître pour feuilleter, et ce sera l’objet de l’autre chapitre intitulé « Au collège de Tréguier », le pittoresque ouvrage de l’abbé France. Que d’originaux à peupler à l’époque tous ces lieux ! Dans les Souvenirs et autres « bretonneries » Renan s’amusera à en croquer quelques-uns. Qu’il se fût encore amusé, souriait Anatole Le Braz, à parcourir l’album que voici ! Et d’évoquer encore ce « bois de l’évêché », ce « Pré-aux-clers trégorrois » où le jeudi nos étudiants allaient se raviver, que la mer vient caresser, mais dont les ombrages si fatalement l’attirent… Innommable mer, mer cruelle qui remonte jusqu’ici et qui, dans la tragédie du 20 août 1901, en remontant à Tréguier, engloutira et son père et sa mère et ses quatre filles et ses deux gendres et un petit fils de cinq ans… O la paix de ces ombrages…

  • 16 René d’Ys, op. cit. 405, voir Le Lannionnais, 26 septembre 1896.
  • 17 Neuf membres de sa famille venaient de se noyer dans la rivière de Tréguier. Ils furent enterrés au (...)
  • 18 La conférence de Le Braz est signalée par R. d’Ys, ibid. Mais c’est La Bretagne Nouvelle qui consac (...)
  • 19 Toujours d’après Le Goffic, ibid.
  • 20 René d’Ys, op. cit. 456.

8Le Braz savait bien que Tréguier « ne se laverait jamais de l’honneur d’avoir été la patrie de Renan ». Du reste, les Républicains occupaient maintenant la mairie. Les choses n’allaient pas traîner. Ainsi : plaque votée le 12 août 1896, mise en place le 24 septembre. Le tout en grande pompe, discours, banquet et tout. Parmi les invités de marque, Anatole Le Braz16. Mais attention à la guerre : de part et d’autre on s’observait, prêt à en découdre. L’idée du monument n’était que refoulée : à quand, réclamait l’auteur de La Terre du passé, la statue de marbre, au bas de la place, face à l’entrée du cloître ? Il y en aura bien une, bientôt, mais en bronze, et sur la hauteur. Les hystériques maladresses des cléricaux avaient précipité l’événement. Les « Bleus de Bretagne », ici, là-bas, partout, en firent une affaire d’Etat. Mais ne nous intéressons qu’à Le Braz dont le rôle est si particulier. Il est peut-être le seul des acteurs à pouvoir comprendre ce que le génie de Renan a préservé de sensibilité celtique. Tout, organisé des hautes sphères politiques, devait néanmoins s’enclencher à Tréguier, et vite. Le 16 août 1902, A. Charpentier, un homme de lettres, descendit de Paris pour y tenir une réunion contradictoire sur « République et réaction », laquelle se transforma en manifestation pour Renan. Le 30, séance historique à l’Hôtel de ville où la majorité du conseil municipal vote pour le monument. Mais il faut encore chauffer les esprits, créer des comités, lancer les souscriptions. A quoi Le Braz peut aider justement. On lui demande donc de venir faire une conférence : un pur Breton, un Trégorrois, déjà célèbre, maintenant professeur à la Faculté des Lettres de Rennes, un modéré enfin. Il n’a pas hésité devant ce qu’il considère comme un devoir. Pourtant on l’a mis en garde, on l’attaque, on l’accuse de trahison, de manquer de reconnaissance envers une population qui à peine vient d’honorer ses propres morts17. Mais il sera là, le 26 octobre, pour une journée dont le chroniqueur de La Bretagne nouvelle nous a heureusement conservé l’essentiel18. Près de six cents personnes s’écrasent dans la salle, plus de deux cents se pressent dehors. On se croirait, si l’on osait l’anachronisme, dans un « amphi très mai 68 ». Sauf que là le pouvoir, préfet, députés, la fine fleur des « Bleus », participait activement à la révolution. Dès que Le Braz s’est, à son tour, mis à parler, sa voix « chaude et vibrante » provoque des « tonnerres d’applaudissements ». Ils ne cesseront plus. A la péroraison, quand il termine par la récitation de l’ultime page des Souvenirs, on trépigne, on délire, on crie : « Vive Le Braz, vive Renan ». Pourtant courageux, émouvant Le Braz… Il connaissait suffisamment et l’homme et l’œuvre pour parler de Renan comme il faisait. Car ce qu’il disait, c’était combien Renan avait été marqué par Tréguier, par sa sœur qui l’avait aidé « à voir clair en lui-même », et combien il avait été, en réalité, par-delà la rupture, fidèle à lui-même, à sa race et combien cet homme avait eu « l’âme religieuse » et qu’il était à mettre au rang des vrais « pères de l’église », et combien encore ce savant avait le sentiment du « populaire », et de quelle ironie native il drapait les plus hauts problèmes de la philosophie. Ah ! certes, ce jour-là, il n’est pas possible que Le Braz n’ait pas songé à cette autre conférence pour une autre statue, mais qui faisait moins de bruit, où il reçut le choc de Renan. A la fameuse inauguration du 13 septembre 1903, moins d’un an après, Le Braz sera encore naturellement de la fête. Elle a commencé avec la déclamation par Marguerite Moréno de cette « Prière sur l’Acropole » qu’il aurait, un jour ou l’autre, apprise par cœur pour « mieux s’en assimiler le timbre voilé, le chant comme intérieur »19. Pas moins de six discours devaient suivre. Mais quand ils sont terminés, Marguerite Moréno « apparaît à nouveau pour lancer au peuple assemblé, avec un accent irrésistible et une chaleur communicative, les phrases sonores mais si belles de la « Réponse à la déesse », poésie de M. Anatole Le Braz, l’un des jeunes (il a alors 44 ans) disciples de l’auteur de la Vie de Jésus »20. En quel contrepoint ces strophes, en effet, surent-elles rassembler la fabuleuse aventure !

9Ce « bois de l’évêché » qu’Anatole Le Braz se plaisait à appeler le « Pré-aux-clers trégorrois » s’appelle maintenant le « bois du poète ». Les gens du pays sont encore nombreux à identifier ce poète à Ernest Renan. La confusion est touchante. Celui dont l’urne repose là, sous la stèle, et qui a donné ce titre au petit bois, c’est bien Anatole Le Braz. Il fait partie, lui aussi, de notre ciel.

10Cahiers de l’Iroise, 1981, 1er trimestre

Notes

1 La Bretagne touristique, 15 avril 1926, 73. Mais Le Goffic ajoute que Le Braz était déjà il Paris à l’époque de la « Prière » en 1876. Or, d’après Dottin il n’y sera qu’en 1879. Dans ces conditions, il est peu vraisemblable que le jeune Breton ait pu lire La Revue des Deux Mondes.

2 Léon Dubreuil, Annales de Bretagne, LXII, 1955, 127.

3 Le poème « Tréguier » dans La Chanson bretonne.

4 Voir l’article Renan-Luzel. A. Le Braz était, rappelons-le, l’exécuteur testamentaire de Luzel.

5 Lettres utilisées ici dans O. C., X, 993, 995, 1008, 1038. Lettres inédites (photocopies au C.R.B.C.) de Le Braz à Renan : Paimpol, 3 août et 6 août 1888 ; Paris, 3 janvier 1890 ; Quimper, 16 avril et 22 juin 1892.

6 L. Dubreuil, qui a dénombré tous les convives de ces « dîners celtiques », note qu’il n’a jamais rencontré le nom de Le Braz (Nouv. Rev. Br., 1950, V, 360, n° 1).

7 René d’Ys, Ernest Renan en Bretagne, Emile-Paul. 1904, 338.

8 Nicolas Lebras (c’est le fils qui changera en Le Braz) fut instituteur à Penvénan où Luzel venait le voir, de 1774 à 1784. L’expression suggère qu’il est bien connu de Renan. En tout cas, le 17 juin 1891, on verra Luzel solliciter celui-ci pour qu’il fasse obtenir au vieux Lebras « qui vient de prendre sa retraite et qui a encore 9 enfants à charge » un poste, dans la région, de receveur-buraliste.

9 René d’Ys, op. cit., 338-40, voir surtout Le Lannionnais du 11 août 1888. Le Braz avait déjà parlé a Quimperlé le 7 mars, au Faou le 25, à Carhaix le 2 avril et à Pont-l’Abbé le 28. On trouve des extraits de cette conférence dans L'Union agricole.

10 Voir pour l’épisode qui suit Nouv. Rev. Br., 1950, III, 181-86.

11 Au pays des pardons, rééd. Slatkine 1980. La préface qu’a donnée de cet ouvrage A.-P. Ségalen évoque précisément (IX-XI) l’influence de Renan sur Le Braz.

12 Bulletin Société archéologique du Finistère, Lettres d'Anatole Le-Braz, 1978, 273 : « Malheureusement voilà Renan mort et bien mort. Celui-là aurait travaillé à fond pour moi ». Lucien Herr était bibliothécaire à l’Ecole Normale Supérieure.

13 Outre les 3 articles analysés ici Ollivier cite encore : c. r. dans Dépêche, 21 juin 1894, du livre de Monod Renan, Taine, Michelet ; dans Débats, 9 juillet 1895, « Deux grandes mémoires, Henriette Renan Mme James Darmesteter » ; dans Débats, 6 mai 1904, c. r. du livre de René d’Ys.

14 « Tréguier et la statue de Renan », Débats, 7 juillet 1894 : Terre du passé, 37-43. « Un condisciple de Renan », Débats, 6 septembre 1896 : Terre du passé, 51-62. « La maison de Renan », Débats, 23 septembre 1896 : Terre du passé, 43-49.

15 Ces anecdotes contribuent à répandre ce qu’on peut appeler la légende dorée de Renan. Elles se retrouvent chez Charles Le Goffic et René d’Ys.

16 René d’Ys, op. cit. 405, voir Le Lannionnais, 26 septembre 1896.

17 Neuf membres de sa famille venaient de se noyer dans la rivière de Tréguier. Ils furent enterrés au cimetière de Tréguier en une véritable nécropole.

18 La conférence de Le Braz est signalée par R. d’Ys, ibid. Mais c’est La Bretagne Nouvelle qui consacre presque tout son numéro 11 de novembre 1902 à cette journée du 26 octobre à Tréguier. Ce que le journaliste a pu noter du texte de Le Braz se trouve p. 18-23. Notons que ce morceau n’est cité ni par Ollivier ni par Dottin.

19 Toujours d’après Le Goffic, ibid.

20 René d’Ys, op. cit. 456.

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540