Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Renan

 | 
Jean Balcou

La sensibilité bretonne et celtique ou Renan romantique

Texte intégral

1Philosophe, historien des religions, savant, Renan demeure un grand nom du xix e siècle, principalement parce qu’il incarne la bataille du rationalisme contre l’Eglise. Professeur destitué sous le second Empire, auteur d’une Vie de Jésus, qui fut assurément le scandale intellectuel du temps, il deviendra une nécessaire caution des débuts de la Troisième République. Dans l’histoire de la pensée, il est volontiers identifié au scientisme. Dans l’histoire de la littérature, on n’oublie pas la « Prière sur l’Acropole » au risque de ramener le penseur au rang d’on ne sait quel néo-classique.

2Je voudrais réagir contre cette double vision rabougrie en prenant le parti du postulat d’une esthétique romantique. Pour en montrer l’émouvante particularité. Car il s’agit d’abord chez Renan d’un sentiment, d’un donné, et dont l’origine bretonne fait l’originalité. Et ce sentiment se trouvera renforcé, retrempé, si l’on peut dire, dans la révélation celtique qui accompagne sa sortie du séminaire. Un donné breton, la confirmation celtique : voilà qui oriente ce qu’on peut appeler le romantisme de Renan.

3Commençons par définir cette sensibilité bretonne. Elle est d’abord celle de cet Ernest de naturel féminin, à l’exaltation rentrée, d’une particulière émotivité. Mais Renan la rattache à une sensibilité de « race ». Or, le Breton Renan est d’abord un Bas-Breton, un bretonnant.

4Sensibilité renanienne, ou basse-bretonne, ou les deux ? Dans tout ce jeu de réverbérations et d’échos, on distinguera, pour mieux la caractériser, une sensibilité nostalgique, une sensibilité chrétienne, une sensibilité populaire.

  • 1 IX, 452. Les notes renvoient à l'édition des Œuvres complètes réalisée par Henriette Psichari de 19 (...)

5« Le profond attachement que nous autres Bretons attachons au sol, aux habitudes, à la vie de famille », comme l’écrit Renan dans Ma Sœur Henriette1 détermine une nostalgie qui a des effets dramatiques en cas de séparation prolongée ou de rupture imposée. Mais cette naturelle nostalgie offre aussi le plaisir de la cultiver ou d’en triompher. Dans le cas de Renan, on la verra s’exprimer par rapport à ces trois lieux principaux : la maison, le pays, la mer.

  • 2 II, 808.
  • 3 II, 913.

6Dans la maison que l’adolescent vient de quitter, il n’y avait plus que maman. Elle était veuve de marin et depuis l’âge de cinq ans ils vivaient l’un pour l’autre, dans un état d’adoration réciproque. La grande sœur Henriette qui veillait sur lui avec le plus rare amour était à Paris depuis 1835. C’est elle qui le fera venir, à la rentrée de 1838, au séminaire de l’abbé Dupanloup. Mais « le Breton jeune est difficilement transplantable »2. La plus déchirante nostalgie va envahir les lettres d’Ernest à sa mère. Son âge même donne une valeur exceptionnelle à ce thème qui sera un des thèmes romantiques. Mais lorsqu’éclatera la crise de ses vingt ans, qui risqua de le détruire, cette nostalgie se dramatise en phantasmes douloureux et cruels. Sa décision de ne pas se faire prêtre équivaut à assassiner sa mère. C’est que le sentiment filial avait, comme l’avoue Renan lui-même, « absorbé [en lui] toutes les affections »3. En outre, cette nostalgie aura pris la mesure de tout ce que la mère représente pour lui : elle incarne l’image même de cette autre mère qu’est la Bretagne. Son pays de Tréguier !

  • 4 II, 728.
  • 5 IX, 233.

7Le pays de Tréguier, c’est une campagne où remonte la mer, c’est le pays de saint Tugdual et de saint Yves avec une cathédrale qui monte au ciel. La séparation et l’exil le fixeront dans sa quintessence. Un tel décor nourrit toute la sensibilité de Renan qui en tire la double volupté du repli sur soi pour mieux s’épancher dans l’atmosphère. La cathédrale résume tout le pays : mais dans « l’énorme vaisseau » Ernest recherche la tiédeur de l’ombre tout en préférant les nobles gisants du cloître. C’est pourtant dans la campagne d’alentour qu’il se crée cet idéal refuge : les pins sur la colline, la source dans la vallée, la chapelle qui a poussé à côté, l’angélus du soir. Car ce lieu préservé réservait la primordiale sensation du « doux », laquelle est avivée par celle du « vert » et du « frais », ces mots récurrents. Il n’est que d’écouter les évocations de Rosmapamon où il viendra passer ses huit derniers étés. Quel besoin de tiédeur, de verdure, d’« humidité douce » ! Un berceau de ressourcement… Mais la source est miroir du ciel. Contrebalançant le « doux », le « frais » et le « vert » du recueillement, voici maintenant l’aérien du « vague » et du « céleste ». La flèche de la cathédrale dictait la direction, prenait en charge toute l’âme du pays. Mais elle était d’abord « forte protestation contre tout ce qui est plat et banal »4. Cependant qu’avant toute chose il y avait les nuages, les merveilleux nuages ; il y avait les oiseaux, de l’hirondelle de la mansarde aux volées migratrices. Tel est le « schéma poétique » qu’on retrouvait dès les Cahiers de jeunesse et qui sera toujours au cœur de Renan le schéma même de sa Bretagne. Ce tableau breton, où le ciel en sa source se mire, « la cruelle opinion »5 qui veut l’en séparer n’y peut rien puisqu’il est un état de son âme.

  • 6 II, 722.
  • 7 IX, 107.
  • 8 I, 713.

8Reste la mer, cette mer qui pèse sur la naissance et l’enfance de Renan comme une fatalité glauque. Son père y sombra, corps et biens, quand lui-même s’ouvrait au monde. « Dans les premières lueurs de mon être, écrit-il, dans les Souvenirs, j’ai senti les froides brumes de la mer, subi la bise du matin, traversé l’âpre et mélancolique insomnie du banc de quart. »6 Que de notations de Renan sur la mélancolie bretonne ! Le rivage le met mal à l’aise. Mais il arrive que la mer se recouvre d’attirantes nuées, qu’il interpelle ainsi les îles lointaines : « Qu’y a-t-il là-bas ? »7. C’est à un des grands moments de sa vie, devant le Parthénon, au moment même où il allait enfin accorder raison et esthétique, que le reprendra la mer. Elle apportait sa pénombre et ses menaces, mais aussi tout un décor de vert et de ciel. Alors « l’âpre mélancolie » se fait berceuse de « glaces flottantes », de « mers brumeuses semblables à du lait ». Ainsi la mer fondamentale et nourricière a repris son droit. Elle est, en définitive, pour tout Breton né sur ses bords, pour Renan qu’elle aura formé aux affrontements décisifs, ce qu’elle fut pour le malouin Chateaubriand, ce chef-d’orchestre du romantisme, le continent d’une mémoire personnelle et collective. C’est en écoutant les « tremblantes vibrations » de Ker-Is8, la cité engloutie, que Renan a égrené ses Souvenirs d’enfance et de jeunesse. C’est que l’autobiographie est fille naturelle de la nostalgie.

  • 9 I, 713.

9Celle de Renan avait pour but de montrer pourquoi, à vingt-deux ans, il avait quitté l’Eglise à laquelle tout le prédestinait. Au moment de partir, il avait fait à Dupanloup cet aveu-clé : « Tout est chrétien en moi excepté la raison. »9. Il est clair que Renan aura toujours une sensibilité chrétienne qu’il tient, pour l’essentiel, de son éducation. Encore faudra-t-il s’interroger sur sa nature et son évolution. Contentons-nous ici de convoquer les maîtres de Tréguier et leur meilleur élève. La sensibilité chrétienne de Renan ne s’entretient de cette relation avec, d’un côté, l’influence du maître, et de l’autre, le rêve de l’élève. Avec, pour corollaire, l’importance d’une notion comme la pudeur.

  • 10 I, 851.

10Les qualités du petit Ernest ont été vite remarquées par les prêtres du collège qui venaient à l’épicerie de sa mère. Celle-ci, en outre, l’avait voué à Dieu. L’enfant est naturellement pris dans tout un réseau chrétien et clérical. Sa sensibilité en sera marquée à jamais. Mais il sera plus juste d’affirmer que la véritable influence des maîtres de Tréguier aura surtout été d’ordre intellectuel et moral. C’est que, en dehors de l’instruction religieuse, qui allait trop de soi, ils lui avaient appris l’essentiel : le sérieux de la vie et le sens du devoir ; le goût de l’étude et de l’œuvre désintéressée. En rappelant dans son discours de retour à Tréguier le 2 août 1884 sa fidélité à ces deux principes, l’orateur s’écriera : « En cela j’ai été vraiment breton. »10 Mais le résultat est que la philosophie même de Renan n’a pu sortir de ce moule. Pourquoi, pourtant, entrer au séminaire ? Que ses maîtres de Tréguier l’y aient poussé, cela est sûr. Mais, après tout, son frère aîné, Alain, qui y avait fait ses études, était entré dans les affaires. L’appel de sa sœur ? On se demandera plutôt s’il n’était pas surtout fasciné, pour des raisons éthiques et esthétiques, par un type d’homme dont il avait le modèle devant lui.

11Cet élève, qui reconnaîtra bientôt combien il manque de piété, se trouve avoir, en définitive, une sensibilité plus cléricale que chrétienne. Il voit le prêtre en professeur et sa vie en vie d’études et de prières. Il ne peut pas être indifférent non plus à la place du prêtre dans la société, surtout la société bretonne. Rêvons encore du prêtre et rêvons avec lui. Il est comme le poète que le vulgaire n’atteint pas. Il est la figure du beau, du bien, du vrai. Il fait rêver la femme suprêmement. A quoi s’ajoute son pouvoir sur les foules, sa maîtrise d’un imaginaire sacré dont le temple et ses fêtes offrent tant de manifestations. Oui, il y a un génie du christianisme. Athéna même s’inquiétera de ces réminiscences romantiques. Renan se serait-il, en 1846, enivré à ce point de Jocelyn pour écrire Ernest et Béatrix, s’il n’avait ainsi imaginé le prêtre ? On comprend que le prêtre doive devenir le personnage principal de ses œuvres de fiction. Car cette figure avait tout pour le séduire. Il reviendra à la raison critique de la dynamiter. Mais c’est précisément la part qu’y prend la sensibilité qui donnera à la crise renanienne tout son pathétique. Pour laisser quelle forme de sensibilité chrétienne ?

  • 11 II, 985.

12Il est incontestable que la pudeur doit beaucoup à cette sensibilité. Instinctive chez Renan, elle fut exacerbée par l’éducation maternelle et surtout religieuse. Elle faisait rougir le jeune clerc et la jeune vierge. Elle s’incarnait idéalement dans la jeune fille en prière. Celle-là n’a pas besoin d’être belle, dont la chasteté fait la beauté. Dans un récit de Rosmapamon, Emma Kosilis, il est raconté que sainte Anne fit don de la chasteté aux Bretons, mais que cette chasteté aurait tous les effets de la beauté. La vraie Bretonne est rangée dans le discours en l’honneur de Brizeux parmi les « fleurs du bien »11. Ce qu’illustrent les portraits de Noémi et de Béatrix. Le clerc en veut aux parents et au milieu de Béatrix qui représentent le vulgaire et la profanation. Car parmi les fonctions de la pudeur, la plus originale est d’occulter le mal, de l’éliminer. L’autre est d’intellectualiser le monde pour le moraliser. La pudeur transcende la sensibilité chrétienne pour ramener aux sources de l’idéalisme renanien.

13C’est que, si la pudeur est signe d’élection, elle est pour Renan le fait naturel de la sensibilité bretonne. Il ne se distinguera jamais, pour sa part, de l’idée qu’il se fait du peuple dont il est issu. « Nous autres Bretons » est une de ses formules. Car il avait pour toujours partagé avec eux la même langue, la même culture orale et populaire.

  • 12 I, 854.

14Renan est bretonnant de naissance. Il lui arrive de griffonner breton dans ses notes et d’en laisser trace dans ses écrits. La correspondance avec le folkloriste Luzel témoigne de sa familiarité avec la langue bretonne. Au séminaire il s’amuse à la comparer avec l’hébreu. Le retour à Rosmapamon l’y immerge à nouveau. « Dès que je leur ai parlé breton, dira-t-il des habitants de Perros, ils m’ont tenu pour un des leurs. »12. Une bonne partie des Souvenirs est translatée du breton. Dans son propre style, du breton affleure. Il y a plus. Ainsi, on connaît la prédilection de l’auteur pour le mot « joli », qui a toutes les qualités du beau et du tendre. C’est l’équivalent du mot « ker » en breton, dont le sens esthétique est modifié par l’affectivité.

  • 13 II, 280.

15L’écriture de Renan est simple et séductrice. Ces qualités ne lui viennent-elles pas du breton oral ? Or le Trégor est un haut-lieu du récit oral et populaire. Deux personnages des Souvenirs en sont les porte-paroles. D’abord la mère avec ses récits de voyage et ses vieilles histoires du pays. Ensuite l’oncle Pierre, le conteur urbain. Or l’un et l’autre rivalisent de gaieté. Voilà qui modifie l’image de la traditionnelle mélancolie. Comme si cette gaieté basse bretonne et trégoroise, qui est bien réelle, était la revanche malicieuse de la langue. On sait que Renan en tirera un art de vivre. Il ne dira rien, en revanche, et pour cause, des danses. Mais comme ce pays savait aussi chanter ! « La gloire de la Basse-Bretagne française, écrira Renan, est dans ses chants populaires. »13

  • 14 Cf. Cahiers renaniens, 1972, II, 139-42.

16Toute cette culture était alors en pleine vitalité, en perpétuelle création. L’oncle Pierre adaptait à plaisir et à risques, la petite guide de La Roche-Jagu ne tarissait pas en voyant les légendes éclore de partout14. Le génie populaire breton, constate Renan, est dans une sorte d’hagiographie spontanée et pratique. Il en résulte une indéfectible fidélité à l’égard des vieux saints et des vieilles statues. Cette culture populaire aura au moins deux conséquences importantes pour la vocation de Renan, la vraie. La première est le tour que prend son imagination et son entrée dans le domaine enchanté de la mythologie : il a vécu avec un peuple créateur de mythes vivants. La seconde porte sur les degrés de la sensibilité chrétienne de Renan : sensibilité de nature, sensibilité cléricale de l’adolescence et qui subsistera ? Ou encore une sorte de sensibilité pré-chrétienne ? Toute cette sensibilité bretonne de Renan, il reviendra au celtisme de l’authentifier et de la transfigurer.

17Le leitmotiv du « nous autres Bretons » allait s’intégrer, sous la plume de Renan, à celui du « nous autres Celtes ». La formule est née des cours de 1846 à la Sorbonne sur la littérature anglaise et le Moyen Age, de l’influence du Barzaz-Breiz (recueil de poèmes de Bretagne), de la révélation surtout des Mabinogion (récits de Galles et d’Irlande) dont lady Charlotte Guest avait commencé l’adaptation à partir de 1839. Ce qui nous vaudra cet essai de 1854 repris en 1859, La Poésie des races celtiques. Ce texte fondamental relie la réflexion de Renan aux fulgurations de Chateaubriand, la révolution du romantisme moderne à celle opérée par la « matière de Bretagne » au Moyen Age. Et c’était toute la force d’un imaginaire collectif et optimiste qui s’y trouvait célébrée. Car cet homme qui, au sortir des luttes noires du séminaire, a engagé le dur combat du christianisme rationnel et de la religion de la science, nous savons de quelle sensibilité il vibre. Ce « nous autres Celtes », qu’il répétera avec une secrète jubilation et un sentiment de provocation, absorbait la sensibilité du petit Breton de Tréguier dans la grande sensibilité celtique. Il suffira de reprendre les catégories précédentes du nostalgique, du chrétien-clérical, du populaire, pour en suivre les épanouissantes trajectoires.

18La nostalgie ne sera plus ce qu’elle était. Ou plutôt, elle sera autrement. Ce pays de Tréguier, où l’on était si bien mais si à l’étroit, sur quels horizons s’ouvre-t-il ? Cette noble pudeur, si attendrissante mais refoulante, de quels embrasements était-elle capable ? Ces plaisirs du frais et du céleste contenteraient-ils indéfiniment ?

  • 15 II, 728.

19L’opuscule de Renan commençait par situer le territoire breton pour l’isoler, le séparer du reste. Dès qu’on entre en Bretagne, au fur et à mesure qu’on y pénètre, on va ailleurs. La même impression est ressentie par le voyageur qui entre en Galles ou pénètre en Irlande. Le décor de granit et de bruyère, de mer et de vent, compose un espace à part, l’espace primordial. Comme si ce monde autre était l’autre monde. Déjà les anciens y voyaient l’embarcadère de l’au-delà. L’Histoire a rejeté les peuples celtiques aux extrémités de l’Europe, le lieu qui convenait à leur âme. Ils forment une « race », comme dit Renan, assez particulière. En réalité, la nostalgie marine et l’aridité du sol les ont détournés vers « d’autres pensées ». Ils se condamnèrent à vivre de rêves et ne purent plus s’en passer. A Tréguier on apprenait encore à goûter de ce pain-là. « On y nageait en plein rêve »15, écrit Renan.

  • 16 II, 258.

20Or la matière première du rêve est faite du désir. Les celtisants reprochent avec raison à lady Guest d’avoir édulcoré l’original. Si le pudique Ernest y trouvait son compte, la violence celtique avait disparu. Quoi qu’il en soit, la pudeur fera le nécessaire. Car dans le monde celtique règne la Femme. Non plus la jolie Noémi ou la touchante Béatrix. Non pas surtout la femme bretonne supérieure à son mari et lui préférant son curé. Mais l’éclatante énigme de la Femme. « Aucune famille humaine, écrit Renan, n’a porté dans l’amour autant de mystère »16. Un mystère à élucider à travers les plus insurmontables épreuves. Un héros celtique a vu en songe un visage inconnu d’une insoutenable beauté. Il se met en quête pour la trouver. Elle est au cœur du rêve, elle est au bout du rêve. Tristan devant Iseut, Viviane devant Merlin illustrent ce pouvoir fantastique. Il revenait aux Celtes, déclare Renan, d’inventer la Femme et l'Amour. Mais on peut encore s’émerveiller de la transfiguration du Graal, ce grand mythe que les romantiques français, même Chateaubriand, ont ignoré. Car le miracle est là : que la force du rêve force le réel à se réaliser. Alors les rêveries adolescentes deviendront les grands voyages de l’âme.

  • 17 II, 195.
  • 18 VII, 48-49.

21Souvenons-nous de la douce mélancolie des vallées et du repli sur soi. Pour sommeiller vers la mort ? La mort est la caractéristique essentielle de la culture bretonne et celtique. Mais la mort celtique n’est pas non plus la mort bretonne. Il semble qu’en ce domaine Renan soit totalement celte. La peur chrétienne lui est étrangère. Incapable d’accepter l’enfer, il accepterait, en revanche, un purgatoire qui aurait la tiède verdure de Rosmapamon. Ce qui le passionne dans l'imaginaire irlandais, c’est que les Celtes avaient pu vaincre la mort. Ils terrorisaient les peuples du midi, écrit Renan, parce qu’ils possédaient « le secret de la mort ». Mais le passionne encore davantage la fameuse circumnavigation de Brandan. Dans ce texte de rêve qui menait Brandan vers la « terre de promission », le poème de la mer avec ses « îles vertes couronnées d’herbes qui retombent dans les flots »17 installait la vérité de l’autre monde. Mais ce n’était peut-être qu’une illusion qui jouait sur l’horizontalité de la mer. Qu’oser tirer de telles profondeurs ? Déjà les cloches d’Is venaient sonner les heures sentimentales. Audacieusement Renan va y pécher Glaucus. « Le mythe de Glaucus, écrit-il dans une note, résume toutes mes images d’enfance, mes premiers rêves. » Et d’ajouter : « C’est un dieu celtique. » Pour en confier le destin au marin breton (lui-même) qui aura ainsi la rude mission de garantir « une triste mortalité qui ne peut s’assurer ni se délivrer d’elle-même »18.

22On n’en aura jamais fini avec la sensibilité chrétienne de Renan. La référence celtique sera d’autant plus éclairante que ce dernier va y trouver confirmation de ses tendances profondes. Il a toujours cru que le christianisme avait réussi dans le monde celtique sans problème. Sans nier pour autant que l’histoire du celtisme et du christianisme fût plutôt celle d’une cohabitation. De cette religion originale Renan va tirer, pour se définir lui-même par rapport à l’Eglise qu’il a quittée, une triple leçon de douceur, de force, d’idéalisme.

  • 19 II, 22.
  • 20 I, 242.

23Rien ne l’émeut comme le spectacle des premières communautés celtiques. Il adore ce ve siècle où les druides sont remplacés par les moines chrétiens. Il eût aimé vivre à cette époque, dans un ermitage ou plutôt un monastère. Cette vie contemplative d’études et de prières, où il eût pu subsister « au son des cloches »19, lui convenait. On y suivait une sorte de christianisme indépendant. Rome se méfiait à bon droit de ces Eglises qui se fixaient leurs règles et se créaient leurs saints. Elles ont pourtant fait du monachisme « un élément si capital du christianisme ». Et surtout, elles l’ont, en le transformant de leur douceur, assuré le christianisme en Occident. Mais pour transformer ainsi le christianisme, cette douceur puisait ses forces dans « notre verte et froide nature »20.

24En découvrant le christianisme parisien, Ernest Renan eut un choc. Un nouveau clergé lui apparaissait, des statuettes de roses s’ornaient. Les saints bretons, les prêtres bretons étaient d’une autre nature : Dupanloup contre Pasco, Sulpice contre Ronan ! De la dentelle sur du granit ! Si les saints de son enfance vivaient de superstitions, Renan les retrouve, à travers sa nouvelle celtitude, tels qu’en eux-mêmes, des « géants », des forces de la nature. Ils représentaient, sous leur farouche aspect, le chrétien encore druide, à moitié Merlin à moitié Colomban. Renan aimait particulièrement Ronan, cet Irlandais débarqué en Armorique au ve siècle, plus grand encore mort que vivant, et qui incarnait cette obstination dont son disciple, en cela le plus celto-breton de tous, fit sa vertu cardinale. Ces saints-là, ignorés de Rome, ont fait la Bretagne. Ils créaient des cités de l’âme. Ces grands hommes pratiques étaient en même temps de grands idéalistes.

  • 21 I, 851.

25Renan voulait plus encore que le christianisme. Le catholicisme, sa religion, lui paraîtra bien matériel, dur, intolérant. Le christianisme celtique indiquait la voie. Il faut aller plus haut encore, reprendre la mer avec Brandan, retrouver Pélage, qui fut le plus grand penseur que le celtisme ait donné, qui niait le mal originel et le châtiment étenel, Pélage l’hérésiarque en qui Renan jubile de voir une préfiguration de son destin. « Nous sommes les vrais fils de Pélage »21, déclarera-t-il dans son discours de Tréguier. Car il faut être optimiste pour être idéaliste. L’idéalisme, dont Renan fait une philosophie, un art de vivre militant, n’aura eu une telle valeur que parce qu’il est le produit, la plus belle production de sa sensibilité bretonne et celtique. Au leitmotiv du « nous autres Bretons » et du « nous autres Celtes » succède désormais un équivalent, le credo du « nous autres idéalistes ».

26Oui, avoir vécu son enfance dans un milieu mythologique a déterminé la vocation du futur historien des religions. Découvrir la littérature écrite celtique authentifiait la part orale et populaire de la culture du Bas-Breton.

27Bien qu’il penchât pour l’origine aristocratique de tous ces textes, Renan y voyait instinctivement l’âme même d’un peuple dont les interprètes furent d’anonymes inspirés. On verra ici la promotion de cette âme populaire qui fondait le merveilleux naturaliste pour se proposer, par la revanche de l’imaginaire, rien moins qu’une esthétique de l’infini.

  • 22 II, 177.

28C’est que l’idéalisme n’avait la force du réel que parce que le réel même créait du surréel. Pour Renan la vision celtique de la nature est un naturalisme fondamental. Toutes les formes apparaissent dans la nature magicienne : une main sortant d’un lac, un château aventureux… Oiseaux, fleurs, pierres, eaux, tout compose un monde à prodiges. Tout est plein d’âmes. O merveilleux celtique qui transcende le dogmatique surnaturel, le prétendu merveilleux chrétien. Retenons la formule renanienne du merveilleux : « Le grand mystère de la fatalité se dévoilant par la conspiration secrète de tous les êtres. »22 En échange de son « inépuisable fécondité », tout dans la nature est objet de culte.

  • 23 II, 289.
  • 24 II, 274.
  • 25 II, 762, 995.

29Dans l’histoire de l’humanité, deux peuples ont été parallèlement privilégiés par Renan. Le premier est le peuple juif parce qu’il a inventé le monothéisme puis, avec Jésus, le christianisme. Toute son œuvre d’historien lui est consacrée, impulsée par la double force spontanée des « origines » et du « peuple ». L’autre peuple, c’est son peuple à lui, microcosme survivant de « la douce petite race »23 celtique. Lui aussi fut un peuple rejeté, vaincu, mais qui a toujours résisté aux assauts de l’Histoire. Mais ce qui l’a élu, c’est la sensibilité et l’imagination. Aussi a-t-il su créer un héros comme Perceval, qui est à la fois « le Simple » et le héros non localisable. « La Bretagne est l’univers »24 reprend Renan à son tour repris par Saint-Pol Roux ou Armand Robin. Et nul n’est exclu du « royaume de féerie »25.

  • 26 II, 958.
  • 27 II, 762.

30Le thème de la quête est le thème fondamental du récit celtique. Il dessine aussi toute une esthétique. L’art celtique, en effet, est un art non de l’objet mais de sa poursuite. Ce que Renan appelle une « course sans fin après l’objet toujours fuyant du désir »26. Toute référence, chez lui, ne peut que renvoyer, à cet égard, au Parthénon où la perfection lui avait été révélée. Mais force était de constater que cette perfection même était aussi une fin. « Le marbre nous manque », déplorera Renan le Celte, avant de s’extasier ainsi : « mais nous savons prendre à poignée le cœur et l’âme ; nous plongeons les mains dans les entrailles de l’homme, et, comme les sorcières de Macbeth, nous les retirons pleines des secrets de l’infini. La grande profondeur de notre art est de savoir faire de notre maladie un charme. »27 Le Parthénon représente l’art classique, qui est un art du fini. Toute rhétorique fige ; toute figure, fit-elle de marbre, limite.

  • 28 IX, 201.
  • 29 II, 767, 814, 847…
  • 30 IX, 181, 224…

31La révélation celtique des années 1850 a profondément marqué la sensibilité renanienne. Les évocations du passé, telles qu’elles s’exprimeront, en particulier, dans les Souvenirs de 1883, en seront éclairées, orientées. Pourtant le pays de Tréguier demeurait une entité et notre Bas-Breton son enfant émerveillé et studieux. Si la sensibilité celtique devenait conscience culturelle, la sensibilité bretonne continuait de la nourrir et le sentiment chrétien de l’animer. Le produit de tout cela, c’est l’idéalisme. Un seul mot, en définitive, peut caractériser l’ensemble : « romantisme ». « Né romantique », comme le déclare Renan lui-même, il fut prédisposé par tout un environnement28. Non que la modernité soufflât sur son collège : de Chateaubriand il ne connaîtra longtemps que l'Itinéraire de Paris à Jérusalem. Le moindre souci d’esthétique y était imputé à péché. Ernest en fut, au moins, à jamais dégoûté de « rhétorique sonore »29. Il en garda surtout son romantisme foncier. Sa crise religieuse, où Faust et Gœthe furent convoqués, est à considérer comme un des grands drames religieux, avec celui de Lamennais, du romantisme. La découverte celtique se situe au moment du renouvellement indispensable. Renan a engagé ses forces critiques et scientifiques dans la recherche du seul nécessaire, « unum necessarium », la vérité. Comment une telle bataille ne serait-elle pas engagée avec son être tout entier, puissances de la raison et puissances de la sensibilité confondues ? Renan voulait élargir la littérature et la philosophie. Avec souveraineté il contribua, devenant ainsi le philosophe dont le romantisme avait besoin, à écrire ce « poème » de l’humanité30 dont toute son époque rêva. Il est assurément moins proche d’un Taine que de Michelet. Car il couronnait, à sa mesure, cette famille d’esprits tumultueux que notre côte nord de la Bretagne, de Saint-Malo à Roscoff et de Saint-Brieuc à Tréguier, donna au siècle, et qui s’appelaient Corbière, Villiers, Renan, Lamennais, Chateaubriand.

32L'œuvre et le concept, Mélanges Olivier Revault
d'Allonnes, Paris, Klincksieck, 1992.

Notes

1 IX, 452. Les notes renvoient à l'édition des Œuvres complètes réalisée par Henriette Psichari de 1947 à 1961, sauf la note 14.

2 II, 808.

3 II, 913.

4 II, 728.

5 IX, 233.

6 II, 722.

7 IX, 107.

8 I, 713.

9 I, 713.

10 I, 851.

11 II, 985.

12 I, 854.

13 II, 280.

14 Cf. Cahiers renaniens, 1972, II, 139-42.

15 II, 728.

16 II, 258.

17 II, 195.

18 VII, 48-49.

19 II, 22.

20 I, 242.

21 I, 851.

22 II, 177.

23 II, 289.

24 II, 274.

25 II, 762, 995.

26 II, 958.

27 II, 762.

28 IX, 201.

29 II, 767, 814, 847…

30 IX, 181, 224…

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540