Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Renan

 | 
Jean Balcou

Propos introducteurs

Texte intégral

1– Commençons par préciser l’identité d’Ernest Renan. Qui est-il ? Qui sont ses parents ? Quelle origine ?

2– Je vais être un peu provocant en disant que Renan est né de parents barbares. C’est le début de la fameuse Prière sur l’Acropole, qui est son texte le plus connu. On rappellera la phrase « Je suis né, déesse aux yeux bleus, de parents barbares, chez les Cimmériens bons et vertueux qui habitent au bord d’une mer sombre, hérissée de rochers toujours battus par les orages etc. », c’est-à-dire qu’au-delà du père, de la mère, de la sœur Henriette, du frère Alain, de tout l’état civil, il y a les ancêtres mythiques.

3– Mais… le père ?

4– C’était un marin, un aventurier de la mer, un guerrier qui a été fait prisonnier par les Anglais. Il a voulu ensuite se mettre à la marine de commerce, où il a échoué lamentablement. Il s’est ruiné, a couvert de dettes toute la famille et il s’est sans doute suicidé quand Ernest avait cinq ans.

5Renan a fait dans un brouillon des Souvenirs d'enfance et de jeunesse cet aveu : « Je suis né d’une méprise, d’un père alcoolique ». Mais en même temps ce père était très patriote, républicain exalté, n’hésitant pas à gravir en 1815 les 63 mètres de la tour de la cathédrale de Tréguier pour y planter le drapeau tricolore.

6– Et la mère ?

7– Manon Féger est plutôt de milieu royaliste, très attachée aux traditions, mais aussi d’esprit indépendant. Elle fut épicière à la fin de sa vie, car il fallait élever ses enfants.

8Elle était de Lannion, d’une famille bourgeoise. Lannion est pour Renan différent de Tréguier. La famille s’y est réfugiée quand le père est mort. Ernest gardera toujours un souvenir agréable de Lannion, mais Tréguier a une puissance spirituelle que n’a pas Lannion. C’est Tréguier qui le marque à jamais, où il contracta « un indestructible pli ».

9– Et la deuxième femme, Henriette, la sœur ?

10– Cette femme est un homme, elle a remplacé le père. Elle était d’une très grande intelligence, d’un grand courage. Elle a osé ouvrir un établissement d’enseignement privé à Tréguier qui était dominé par l’Eglise. Elle n’a pu réussir, alors elle est partie à Paris et a fait carrière dans l’enseignement. Après, elle s’est exilée dix ans en Pologne, elle a ainsi réussi à payer les dettes de la famille. On peut dire qu’elle fut le « chaperon » de son frère dans ses études. C’est elle qui le fit venir à Paris. Elle-même, à Paris, a acquis presque une notoriété. Elle a commencé une carrière de journaliste dans le Journal des demoiselles dirigée par une dame originaire du Morbihan : Sophie Ulliac de Trémadeure. Elle y écrivait des textes historiques, sur l’Histoire de France, des articles de morale…

11Pendant les dix ans qu’elle a vécus en Pologne (1841-51) elle avait en charge l’éducation de trois princesses d’une famille d’aristocrates libéraux très marqués par l’influence française, les Zamoïski. Henriette était une pédagogue née, elle rédigeait tous ses cours à l’avance, sur l’Histoire du monde, la géographie, etc. Les souvenirs qu’elle a laissés sont très beaux et surtout la correspondance avec son frère est d’une rare qualité. Henriette Renan est une des belles intellectuelles du xixe siècle.

12– Après ces quelques traits généraux rapides, passons au Renan breton. Malgré une carrière parisienne Renan conserve-t-il des attaches avec la Bretagne ?

13– Il est vrai que Renan va faire une carrière éloignée de la Bretagne, d’autant plus éloignée – surtout après la rupture avec le séminaire et après la Vie de Jésus en 1863 – qu’il se croit interdit de séjour en Bretagne. Car pour lui, la Bretagne de son enfance était la Bretagne catholique dominée par la cathédrale de Tréguier, la Bretagne très attachée au passé et qui ne pouvait que le rejeter surtout après le scandale de la Vie de Jésus.

14– Alors, Renan est-il Breton ?

15– Question provocatrice. J’ai envie de dire qu’est le plus breton de tous les écrivains du xixe siècle. D’abord, il a beaucoup écrit sur la Bretagne. Il avait aussi une chance que n’avait pas Chateaubriand même si ce dernier a écrit des choses somptueuses sur la Bretagne : il était bretonnant. Il parlait breton. Il lui est même arrivé d’écrire en breton, mais très peu. Dans les Souvenirs d’enfance et de jeunesse il a failli laisser quelques mots bretons, mais il les a corrigés. Dans ses notes, il y a beaucoup de notations en breton. Il parlait naturellement breton avec sa mère, avec ses amis. Dans ses lettres du séminaire, qui, par conséquent, n’étaient pas destinées à la publication, il dit : « J’ai passé mon temps avec l’abbé Tresvaux », excellent bretonnant, « en m’entretenant en notre langue bretonne ». Quand il est revenu en Bretagne à la fin de sa vie, il se remit à parler couramment breton avec les gens du pays. Quand il a fait venir sa mère à Paris en 1847, ils se racontaient des histoires en breton. Il adorait le breton. Même sa femme Cornélie, qui était d’origine hollandaise, a été obligée de se mettre au breton. Son gendre grec, Psichari, s’y était mis lui aussi. Renan vivait dans une bonne ambiance bretonne. Et quand on sait l’aide qu’il a apportée à Luzel, à Anatole le Braz… ! Etre un bretonnant pour Renan, c’est capital.

16– Et dans cette perspective, il était passionné par la celticité ?

17– Oui. En 1846, la mode était née sous l’influence des Romantiques, à la Sorbonne, de donner des cours sur les civilisations dites primitives. Il y avait des cours sur la poésie populaire de la Grèce, de l’Irlande, sur la littérature galloise. Et Renan a suivi tous ces cours-là car la question des origines le passionnait. Il pensait qu’on était déterminé par les origines, qu’il fallait être digne de ses origines, pour les dépasser, en essayant d’impulser l’Histoire.

18– Si Renan se définit par rapport au mythe des origines, que penser du saint qu’il revendique comme un de ses ancêtres mythiques, saint Ronan ?

19– C’est un des grands saints de Renan. J’ai presque envie de commettre un sacrilège. Il est plus important pour Renan que saint Yves qui est pourtant son compatriote, qu’il aimait beaucoup ; et sa mère l’avait mis sous la protection de saint Yves quand il était devenu orphelin !

20Mais saint Yves était un saint autochtone, trop immédiat pour lui. C’était un saint de Rome. Or sur Ronan, Rome n’exerce pas encore son emprise. En outre, c’est le saint de l’obstination qui fait peur à tout le monde ; il préfigure Renan qui est lui aussi un homme têtu qui va jusqu’au bout de ses idées et qui lui aussi fera peur à beaucoup.

21– Il acquiert d’autant plus d’aura, qu’il est perdu dans les bruines du Nord ?

22– Flaubert a une belle phrase sur Renan, dont il vient de lire dans La Revue des Deux Mondes le deuxième chapitre des Souvenirs d’enfance et de jeunesse, celui de la Prière sur l’Acropole, des saints bretons, de Noémi et du bonhomme Système – Il dit : « Nous autres qui sommes des Latins, nous ne comprenons guère ces natures rêveuses, un peu troubles, toujours flottantes comme de nuages (….). Leur mouvement oscillatoire paraît de la versalité, rien, au contraire, n’est plus solide ».

23– Le roc !

24– Le roc, le granit. Il est Breton par les deux, par les nuages et le roc.

25– Mais il est aussi porté vers le soleil méditerranéen, puisqu’il va faire la synthèse entre le monde nordique, celtique, et sa passion pour la Terre Sainte, pour la civilisation d’Athéna et de l’Acropole ?

26– Bien sûr, d’Athéna, de l’Acropole et de Jésus, de St Paul et des Origines du christianisme qui sera le grand livre de sa vie. Il est porté par ce monde d’Orient parce que Jésus est la grande obsession de sa vie. Et le monde chrétien a supplanté le monde grec !

27– Peut-on aborder par là le problème de sa vocation religieuse, de la crise de Renan ? Peut-on résumer sa crise de conscience ?

28– C’est une crise de conscience effroyable dont on ne peut pas imaginer l’ampleur. Il en est sorti victorieux, mais quand on lit les lettres de ces moments-là, on se demande si ce jeune homme de 20 ans ne va pas naufrager, tellement l’Eglise est alors une force, un puissance. Et elle représente pour lui toute la foi de son enfance et pas seulement de son enfance, car elle s’identifie à la vérité de l’Histoire.

29– Quel est son itinéraire ?

30– L’esprit critique y joue un rôle essentiel. « L’esprit scientifique était, dit-il, le fond de ma nature ». A Saint-Sulpice, il se jette sur le sciences ecclésiastiques avec voracité. Il a besoin d’apprendre l’hébreu, l’allemand, car la véritable recherche hébraïque, c’est en Allemagne qu’on la trouve et non en France.

31Mais il s’aperçoit vite que l’édifice n’est pas si solide que cela. Dans les Souvenirs d’enfance et de jeunesse, il compare l’Eglise à une maison où tout se tient, mais si un élément de la maison s’écroule, tout s’écroule. On ne peut pas déplacer la moindre pierre, on ferait tout tomber. Et l’Eglise n’accepte aucun discussion, sinon elle est obligée de se remettre en question. L’Eglise, dit-il encore, est « une barre de fer », surtout l’Eglise de son temps ! En outre, Renan est quelqu’un qui ne peut pas obéir, non seulement à un dogme mais au Pape, à l’institution. Il veut penser librement sur la matière ecclésiastique où l’on n’a pas le droit de penser librement. Tout le drame est là.

32– Mais il voulait devenir prêtre ! Il ne se voyait pas autrement. Que se passe-t-il entre Tréguier et Saint-Sulpice ?

33– Le prêtre, c’était la seule vocation qu’il voyait pour lui. A Tréguier, il n’y avait pas de problème, et il était un enfant. Quand il arrive à Saint-Sulpice, tout va très vite.

34Pourtant même à Tréguier déjà, il manifestait bien du goût pour les mathématiques (l’ivresse déjà de la raison pure !), il avait conscience de sa valeur. Il a rêvé à Tréguier sous les voûtes de la chapelle de gloire, de livres qu’il écrirait… Donc il avait déjà cette volonté d’écrire. Signalons encore que ce garçon qui était le modèle de Tréguier a le défaut d’arriver parfois tard à la messe. Renan, en fait, n’est pas un contemplatif, sauf pour la mathématique !

35– Il ne devient pas prêtre. Alors pourquoi ?

36– Je l’ai déjà dit, pour des raisons scientifiques. Mais il y a aussi autre chose. Ainsi j’ai l’impression qu’il n’a jamais pu croire au péché originel. Dans La Poésie des races celtiques, il célèbre Pélage. A Tréguier, en 1884, il dira : « Nous autres Celtes, nous sommes les vrais fils de Pélage ». Cette référence au grand penseur celtique est capitale. Pélage a déclenché la grande hérésie celtique du ve siècle. Pour qu’on lui ait dépêché saint Germain l’Auxerrois… ! Il s’est confronté à saint Augustin, ce n’est pas rien.

37– Renan aurait été pélagien ?

38– Je crois. Pour lui, il n’y a pas de péché originel, donc pas de rédemption nécessaire. C’est quelque chose de fondamental. C’est en cela peut-être qu’il est d’abord Celte. Il a du mal à voir une nature pécheresse, non ? C’est l’idée qu’il se fait du bonheur qu’il va propager toute sa vie.

39– Nous en arrivons à son rôle d’intellectuel. Renan est l’intellectuel de la deuxième moitié du xixe siècle.

40– Je contesterais le mot d’intellectuel. Le mot n’existe pas encore en ce sens. C’est un penseur. L’écrivain est un penseur qui est au poste de vigie de l’humanité. Maître à penser, ce n’est pas mal non plus, mais cela a un côté dogmatique et Renan n’est pas un dogmatique. Il est étonnant de voir comme tous les écrivains du début du xxe siècle se sont définis par rapport à Renan. Que ce soient Claudel, Péguy, Rolland, Barrés, même Proust.

41– Et Valéry ?

42– Valéry est un peu à part. Il est moins marqué par Renan parce qu’il lui ressemble beaucoup. Et surtout ce n’est pas un historien. Mais c’est un esprit scientifique, et il deviendra un maître à penser important de l’entre-deux-guerres.

43– C’est un penseur des civilisations, comme Renan.

44– Renan est un penseur qui voit le monde d’une manière pluridisciplinaire. Il a trouvé le mot pour définir cette pluridisciplinarité. C’est le mot philologie, c’est-à-dire fonction de celui qui aime les langues, donc la civilisation, l’humanité. Valéry n’est pas loin de là.

45Aujourd’hui Renan aurait toujours été au Collège de France, mais il aurait été homme de média, il aurait été un grand bonhomme de la télévision.

46– Vous croyez qu’aujourd’hui penseurs, savants, s’approprient la T.V. ?

47– Non c’est vrai… pourquoi ? La faute à l’État, la faute aux intellectuels, le manque même de penseurs de cette dimension… Mais Renan a su utiliser les média du temps, les discours, pas seulement aux banquets celtiques, mais aussi aux fêtes républicaines, à la fin de sa vie, aux inaugurations (commémoration de Brizeux à Lorient, de Guépin à Pontivy), aux distributions des prix, quand il reçoit les Gallois, ou les félibres de Mistral, etc. Il publiait dans les grands journaux nationaux (Le Journal des Débats, La Revue des Deux Mondes) mais aussi dans les feuilles locales (Le Lannionnais). Mais il a toujours le recul du penseur. C’est à mon avis le type du penseur.

48– Et il ne voulait pas apparaître comme intellectuel. Il cherchait à écrire simple.

49– C’est juste. Son génie est de dire les choses simplement. Il a le génie de l’article ; on ne voit pas l’énorme travail préparatoire du savant mais on boit l’eau de source ; Renan veut être compris du plus grand nombre de gens, dans la mesure du possible. Un penseur n’écrit pas seulement pour une élite.

50– Renan est le penseur qui s’ouvre sur l’Allemagne et sur l’Europe. Comment apprécier cette ouverture sur l’Allemagne au nom de la philologie ?

51– D’accord sur la philologie, mais au sens le plus large du terme. Il faudrait dire philologie et philosophie, il y a les deux. La philologie concerne les origines. Comme elle était en Allemagne, c’est vers l’Allemagne que Renan s’est tourné. Il a appris l’allemand très vite. Au bout d’un an, il pouvait traduire des textes importants. L’ouverture philosophique, c’était Herder, Kant. Puis après, Goethe. « J’ai touché Dieu en lisant Faust » écrit-il dans ses Cahiers de Jeunesse. Ensuite ce fut Mommsen et Strauss.

52– N’y a-t-il pas un paradoxe à voir Renan qui a coupé les ponts avec l’Eglise de son pays établir des relations avec une nation protestante ?

53– Pour lui, le pays du penseur libéral, c’est l’Allemagne protestante. Quand il évoque sa crise à Saint-Sulpice, dans les Souvenirs d'enfance et de jeunesse, il écrit qu’il aurait voulu être protestant. Mais il était trop Breton pour être protestant. Il y manquait les saints, le naturalisme populaire… !

54Remarquons qu’il aura plus d’ennemis du côté des protestants que du côté des catholiques après la Vie de Jésus, sans doute parce qu’il empiétait sur leur terrain.

55– Et Bismarck ? Et la Prusse ?

56– Oui, l’autre génération, c’est celle de Bismarck et des soldats prussiens. La guerre est pour lui une ruine. Lui qui a écrit : « Quand j’ai rencontré l’Allemagne, j’ai cru entrer dans un temple », subit maintenant le deuxième traumatisme intellectuel de sa vie. Le premier, c’est celui de la perte de la foi ; le deuxième, c’est la mort de l’idéalisme allemand. L’Allemagne, c’est maintenant la Prusse. Renan aura du mal à s’en remettre. C’est alors qu’il écrit La Réforme intellectuelle et morale de la France. Il écrit une très belle lettre à Strauss, où on lit ces mots : « Comment voulez-vous que je prêche la haine quand je ne l’ai pas dans mon cœur ? » C’est tout dire ! La seule solution pour éviter le massacre, ce sera l’Europe, celle de l’Esprit, plus que celle des patries. Renan rêvait des États-Unis d’Europe mais avec la peur que l’Europe ne devînt un nouvel Empire romain, avec un « imperium », de « technocrates » si l’on veut… Il préférait une confédération à la grecque. Et surtout qu’aucune nation ne prétende être la plus forte des nations, la première nation de l’Europe,… sinon par un droit de reconnaissance des autres.

57– Renan, précurseur de l’Europe. Faut-il entendre le précurseur d’une Europe politique ou d’une Europe ouverte sur les cultures les plus étendues et les plus variées qui soient ?

58– Victor Hugo pensait aussi à l’Europe mais comme philosophe Renan est le seul à avoir pris une telle hauteur à ce sujet. C’est aussi un penseur politique.

59Il ne pense pas seulement une Europe politique, mais une Europe des cultures. Il insiste quand même sur les identités nationales. Mais la nation, comme il le définit dans « Qu’est-ce qu’une nation ? », est « un principe spirituel ». De la façon dont il parle de la Bretagne, de la Provence, de la province, il n’est pas d’accord avec la politique centralisatrice. Ce n’est ni un centralisateur, ni un jacobin. Il dit que Paris est en train de pomper toute la France, mais Paris est irremplaçable. Il en fait l’éloge et lui exprime sa reconnaissance. Mais autour de Paris, la France est un désert. Cela est particulièrement vrai pour le domaine universitaire. Renan est partisan de métropoles universitaires fortes, puissantes et concurrentielles pour stimuler les cultures. Il n’aime pas l’Université parisienne. Il est contre les Grandes Ecoles. Il veut des écoles d’application à côté. Mais il a un grand espoir dans l’université qui doit être le moteur de ce qu’avec Valéry on appellera une « politique de l’Esprit ».

60– Pourquoi Renan est-il venu à la République ?

  • 1 Nommé en janvier 1862 au Collège de France à la chaire d’hébreu, Renan fut suspendu le 26 janvier p (...)

61– La République est plutôt venue à lui. Elle lui a rendu son poste1, l’a élu à l’Académie Française, en a fait un grand officier de la Légion d’honneur. Il adhère à la République, alors que ce n’était pas un républicain. Il ressemble un peu à son ami Flaubert. Mais Renan se ralliera et ce sera, comme il dit lui-même, « un ouvrier de la onzième heure ». Mais on sait que ce sont ceux-là les meilleurs.

62– Il recherchait les honneurs ?

63– Non, mais il ne les refusait jamais. Je ne sais pas si ce n’est pas une qualité aussi. Il a constaté que la République, en 1878, tenait bon et bien. Elle avait montré qu’elle avait besoin de savants, qu'elle pouvait s’intéresser à une « politique de l’Esprit » alors que Napoléon III l’avait montré aussi, mais à une condition, c’est qu’on pense comme lui !

64– La période finale de sa vie, c’est le temps des dîners celtiques. Comment comprendre l’intérêt pour ces rencontres ? Qui s’y retrouve ?

  • 2 Créés en 1878 par H. Gaidoz, professeur aux Hautes Etudes à Paris, et N. Quellien, barde breton du (...)

65– De 1878 à 92 – quatorze années de sa vie – Renan est redevenu un Breton heureux, malgré les souffrances physiques de rhumatismes violents. Il croyait qu’il était exilé, il croyait qu’il ne pouvait plus revenir en Bretagne, or il y aura un dîner celtique2 en 1884 qui le fêtera à Tréguier même. Renan manque rarement un dîner celtique. Il appréciait tout. Il y avait quatre grandes réunions dans l’année. On tirait les rois etc. On l’avait élu président à vie tout de suite. Et au dessert, il faisait sa communication qui était très appréciée et très attendue. C’était alors une vedette parisienne. Après 1885, Hugo meurt, il remplace Hugo dans la conscience collective. En 1884 justement, il loue Rosmapamon à côté de Perros-Guirec, et il reviendra quatre mois d’été tous les ans, jusqu’à la fin de sa vie, dans cette grande maison qui devient une annexe du Collège de France. Beaucoup de visiteurs accourent à Rosmapamon. Le maître contribue même à lancer Perros-Guirec. Rosmapamon devient, on peut le dire également, un haut lieu de la Celtitude.

66– Qui rencontre-t-il à Rosmapamon ?

67– Il y rencontre énormément de gens : John Rhys, grand professeur de celtique à Oxford, anobli par la Reine, venu avec une délégation galloise, Matthiew Arnold, La Villemarqué, Luzel qui y a chambre d’ami, A. Le Braz, Joseph Loth, Quellien, Le Goffic. Barrés y est venu dix minutes, ce qui ne l’empêchera pas d’écrire un assez méchant pamphlet « Huit Jours chez M. Renan ».

68– Et les relations avec La Villemarqué ?

  • 3 Et on sait que Luzel mena la polémique contre La Villemarqué sur l’authenticité des chants du Barza (...)

69– Elles sont très intéressantes, car ce sont des relations d’estime et de confiance. Ils sont tous les deux membres de l’institut. On a quelques lettres de La Villemarqué à Renan qui sont très affectueuses, où il invite Renan chez lui. Il est vrai que c’est avant la Vie de Jésus, mais on a des témoignages de relations étroites et sympathiques entre Renan et La Villemarqué. Seulement le grand ami de Renan, c’est Luzel3. Aussi met-il en garde Luzel contre son excès anti-La Villemarqué. Celui-ci a participé aux dîners celtiques, et on a un témoignage de J. Loth où La Villemarqué avait loué son illustre compatriote devant les convives.

70– Tous ces hommes croient aux côtés positifs du celtisme ?

71– Renan ne l’écrit-il pas dans La Poésie des races celtiques ? L’avenir du celtisme est finalement dans la conquête du positif. Les rêveries nostalgiques ne sont plus seules possibles dans le monde moderne. C’est la modernité qui doit sauver le monde celtique, la poésie celtique doit devenir une poésie philosophique en essayant d’idéaliser la société matérielle, c’est-à-dire en revenant sur terre, en prenant à poignée d’âme le réel.

72– Il y a de ces idées dans la Préface des Souvenirs d’enfance et de jeunesse également ?

73– Oui, La Poésie des races celtiques est une sorte d’autoethnographie de Renan. Mais Renan est d’une telle richesse intellectuelle, d’une telle complexité ! Et pourtant il va droit et haut, il ne fait que s’enrichir en allant droit et haut. Il laisse tomber ce qui ne l’intéresse plus. Un collègue anglais me disait : « Renan a le syndrome de la pie qui ne prend que ce qui brille ». Il a fait cela avec tout le monde, ses amis, ses maîtres, ses héros. Une fois pris le meilleur d’eux, cela ne semble plus l’intéresser. D’où la réputation d’égoïsme de Renan. Ce n’est pas de l’égoïsme car à côté de l’Ernest Renan qui vit en tant qu’individu existant, il y a l’esprit Renan qui travaille dans l’Histoire. J’ai l’impression que c’est quelqu’un qui vit au moins doublement. Il le dit d’ailleurs. Mais il est davantage, il est multiple, si complexe.

74– C’est Merlin !

75– Tout à fait, il arrive à se détacher de lui, comme s’il y avait un moi qui n’est pas celui qui mange, qui boit, qui dort… mais qui est un esprit qui par un heureux hasard s’est incarné en lui.

76– C’est l’esprit de ses ancêtres. Il a tout récupéré, dit-il ?

77– Exactement. C’est une espèce de génie qui est en lui. Il est porteur de son génie.

78– Revenons à la Bretagne, à La Poésie des races celtiques. La Bretagne a quelque chose à apporter à l’Europe à condition que sa richesse soit vue, soit tamisée à travers le prisme de la modernité ?

79– Et de l’esprit critique. A condition qu’elle s’empare du réel, qu’elle n’ait pas seulement des idées pour nous faire rêver, mais pour impulser l’économie, la société. Il faut s’engager dans l’action, et qui sait si à ce moment-là, disait-il, on n’étonnerait pas le monde !

80– Renan est un homme d’action ?

81– Oui il s’est engagé, il s’est battu. Il n’a pas peur de prendre des coups, il n’a jamais eu peur de dire ce qu’il pense ! Quitte à ne pas être d’accord avec ses propres amis républicains – comme par exemple, quand il défendait la place des prêtres dans l’enseignement. Mais c’est un détail par rapport à tout ce qu’il a subi comme attaques pour la Vie de Jésus.

82– Pour conclure, parlons un peu de l’écrivain, du styliste, de l’homme d’une prose éblouissante…

83– …et simple à la fois, et mélangée comme lui, faite de musique et d’architecture. Le pouvoir de faire rêver accompagne toujours en lui le pouvoir de faire penser. Mais il y a aussi un style qui est très net. Citons « La foi qu’on a eue ne doit jamais être une chaîne » : on ne peut pas être plus direct.

84– Il a l’art de ciseler les phrases.

85– Musique et architecture, nuages et roc : on y revient encore. Mais parlons d’une idée qu’on a vue rarement, la vivacité. Le mot qui revient le plus souvent chez Renan, c’est un petit mot de rien du tout, qui veut tout dire, c’est le mot vif, « beo, ar beo ».

86– Apparemment ce n’est pas le mot beo qui le caractériserait. Le personnage, tel qu’on le voit, ne semble pas vif !

87– Si, si. Il court sans arrêt. Il court la Palestine à dos de mulet. Il va deux fois en Orient. Il est toujours prêt à partir. Il va chez les Lapons en bateau avec le prince Napoléon. Il ne tient pas en place. Il a un côté aventurier et escaladeur, mais en même temps, tout cela sera enveloppé par l’intellectuel bedonnant, et vieillissant.

88– Il ne faut donc pas retenir l’image du vieux Renan assis à l’ombre d’Athéna, telle que nous le présente sa statue de Tréguier ?

89– On a voulu représenter le rêveur sur le retour. Il a beau être rhumatisant, gros, petit, il y a toujours du startijenn en lui. Il a, dit-il, un « goût vif de l’Univers ». Toujours le vif !

  • 4 « Mes deux jambes sont courtes et mon ventre est lourd » : c’est ce qu’il aurait dit à la propriéta (...)

90– « Va diou c'har a zo berr Ha va c’hof a zo pounner  »4 : aurait-il du vif argent dans les veines ?

91– De l’eau vive. C’est peut-être plus un homme de l’eau vive que de la mer.

92– Dernière question : On peut lire encore aujourd’hui Renan ?

93– ON PEUT ! ON DOIT. D’autant plus qu’il y a des éditions à portée aujourd’hui.

94– Deux raisons ?

95– IL FAIT REVER. IL FAIT PENSER – Ce n’est déjà pas si mal.

96Dialogue conduit par le professeur Jo RIO, de la revue
Ar Falz (« La Faucille »), mars 1995, n° 80, p. 9-15.

Notes

1 Nommé en janvier 1862 au Collège de France à la chaire d’hébreu, Renan fut suspendu le 26 janvier par le ministre de l’instruction publique pour avoir parlé de Jésus comme d’un « homme incomparable ». Puis il sera révoqué sans traitement en 1864 pour avoir refusé un poste de sous-directeur adjoint à la Bibliothèque impériale. Voir à ce sujet l’admirable lettre au ministre avec ces mots cinglants : « Pecunia tecum sit, garde ton argent ».

2 Créés en 1878 par H. Gaidoz, professeur aux Hautes Etudes à Paris, et N. Quellien, barde breton du Trégor.

3 Et on sait que Luzel mena la polémique contre La Villemarqué sur l’authenticité des chants du Barzaz Breiz.

4 « Mes deux jambes sont courtes et mon ventre est lourd » : c’est ce qu’il aurait dit à la propriétaire au moment d’aménager à Rosmapamon.

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540