Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Loti en son temps

Loti hors du temps

La maison de Loti dans l’histoire des demeures exotiques

Nadine Beauthéac

Texte intégral

1"Mon cher, l’Orient est à la mode ! Pierre Loti a, paraît-il, transporté à Rochefort la mosquée verte de Damas ; à Nice, le comte d’Aspremont a imbriqué dans son château, sur la colline des Baumettes, un fumoir haut de douze mètres ; à Marseille, chaque demeure qui se respecte a son fumoir oriental [...]. C’est te dire si je suis au goût du jour avec ma maison [...] dans mon boudoir, entre le narguilé et les coussins de soie." Cette héroïne de fiction, puisqu’il s’agit de L’Orientale de Nine Moati, donne, quelques pages plus tard, une somptueuse fête exotique : parmi les invités au nom illustre qu’elle salue, dans son costume mauresque, arrive Pierre Loti.

2Les quelques lignes de ce roman sont tout à fait significatives de la mode orientale qui règne en France au début du XXe

e

3C’est par la Chine, et non par le Japon, comme on le dit trop souvent par erreur, que l’exotisme est devenu un style d’architecture en Occident ; et par l’Angleterre que ce style se propagea dans toute l’Europe. Malgré les visites des empereurs ottomans, la Turquie joua un rôle relativement secondaire. Car un autre pays est porteur d’imaginaire, de manière beaucoup plus forte : le pays du thé. Depuis le début du XVII

4Avec le renouveau paysager que connaît l’Europe à cette époque, les princes, puis les aristocrates, prennent le goût de ponctuer leurs parcs de folies ou fabriques, petits édifices ayant pour but d’évoquer des promenades dans le temps et dans l’espace ; ce mouvement favorise la multiplication des pavillons exotiques et l’imagination mêle tout à la fois les styles chinois, mauresque, gothique ou classique, avec toutefois une fascination marquée pour le chinois. Dès 1738, la maison de thé, le pavillon à double toit deviennent les ornements indispensables à l’aménagement des jardins, ainsi que la pagode, qui apparaît comme l’édifice chinois le plus spectaculaire, par l’originalité de sa forme, ses proportions et la magnifiscence de sa décoration ; le jardin anglo-chinois est né. En Angleterre, le plus bel exemple est le parc de Kew, dessiné par William Chambers entre 1761 et 1763 pour la princesse Augusta : après trois voyages en Extrême-Orient et de nombreuses publications sur les édifices de la Chine et sur ses jardiniers qu’il considérait comme des poètes, des peintres et des philosophes, Chambers dessine pour Kew vingt-six fabriques, dont six sont chinoises : un pont, une volière, une ménagerie, un pavillon, un temple et la pagode qui seule subsiste de nos jours. A Potsdam, Frédéric Le Grand fait construire, dans son parc de Sans Souci, une maison de thé où des colonnes dorées simulant une végétation luxuriante sont ornées de personnages d’or buvant du thé ; il ajoutera un peu plus tard la Pagode du Dragon. En Suède, c’est la reine Ulrika qui reçoit en cadeau du roi pour ses trente-quatre ans, un pavillon chinois ; son fds, le futur Gustav III, costumé en Mandarin, lui remet les clés du pavillon : la reine découvre alors des panneaux décorés de pagodes, d’oiseaux et de vases ; les sofas sont recouverts de tissus des Indes et le mobilier est fait de laques japonaises ; la fête se poursuit par la représentation d’un ballet chinois et quatre ans plus tard, le roi fera élever plusieurs autres pavillons chinois à Drottningholm. En France, Marie-Antoinette réclame à l’architecte de l’exotisme, François-Joseph Bélanger, une hutte et des ponts chinois, aujourd’hui disparus, alors que l’on peut encore se promener de nos jours au pavillon de l’Isle-Adam, élevé dans son parc par un receveur général des finances en 1790.

5Ces folies ont été tout à la fois admirées pour leur beauté et décriées, étant associées à un luxe exagéré et perçues comme des fantaisies narcissiques. Mais elles participent de bien autre chose ; on sait que dans les palais chinois de Drottningholm, les domestiques n’étaient pas admis ; des instructions détaillées réglaient les séjours du roi : "si le Roi dîne à la Chine et y passera toute la journée, cela sera annoncé au moment de son réveil ; on mettra sur la porte de la chambre d’audience une carte avec un roi de cœur. Si au contraire, le Roi dîne au Château, cela sera annoncé de même au réveil du Roi, et on mettra sur la même porte un roi de pique". Pour le plaisir à "la Chine" donc, la couleur rouge et le signe du cœur, symboles du bonheur ; pour l’étiquette, le noir et le pique, symboles du malheur... De même dans sa Villa chinoise de la Favorite, Ferdinand IV, roi de Naples et des Deux-Siciles en exil à Palerme, n’admettait les serviteurs vêtus à la chinoise que lors des fêtes ; le reste du temps, le roi préparait lui-même dans les cuisines du sous-sol des pâtisseries que la reine servait dans la salle-à-manger aux décors chinois...

6L’exotisme du XVIIIe siècle apparaît alors moins comme frivolité que désir de briser la vie normative ou de l’apparat, et de trouver un espace de liberté. La féerie chinoise franchit les grilles des demeures aristocratiques pour s’éparpiller dans l’architecture civile des espaces de fête et de divertissement, qui marquent la rupture pour la vie populaire ; des lieux aussi divers que les jardins publics avec les kiosques à musique et les restaurants, les cafés-concerts (dont le plus célèbre fut le Ba-Ta-Clan à Paris) utiliseront largement l’architecture chinoise.

7Mais l’intérêt pour la Chine s’estompe lorsque les empires coloniaux se constituent ; des styles nouveaux venant de pays nouveaux cristallisent alors l’imaginaire occidental. C’est l’Orient qui domine : dès le début du XIXe, , avec l’Algérie et l’Egypte, on découvre l’exotisme "à trois jours de Marseille" ; aux voyages lointains de la Chine, réservés à une élite, succède le voyage en Orient, si proche ; écrivains, peintres mais aussi militaires, négociants, diplomates et administrateurs civils sont émerveillés par les paysages aux couleurs splendides et le pittoresque du dépaysement fait apparaître la vie en Europe comme grise et banale. Après des années de voyages ou de vie coloniale, nombreux sont ceux, qui, à leur retour, se font construire une demeure orientale, donnant naissance à des lieux privilégiés de poésie, souvent dans l’incompréhension de leur entourage. Si le style chinois a été principalement l’architecture du plaisir d’une élite, le mauresque accompagne la vie quotidienne de toutes les classes sociales : un officier en poste au Maroc pendant plusieurs années, se fait construire au Tréport une vaste villa dont la façade existe toujours ; à Dieppe, un ancien ingénieur du Canal de Suez fait de même sur le front de mer ; dans le Gers subsiste toujours une villa construite en 1922 par un ancien colon de Tunisie et d’Algérie.

8Nombre de ces demeures sont concentrées le long des côtes françaises, dans des lieux de villégiature balnéaire : les espaces de loisir deviennent souvent les dépositaires d’une telle démarcation de la norme. Si on peut en répertorier sur les côtes normande ou atlantique, c’est principalement le long de la Méditerranée que fleurissent les plus belles. Situé dans la même lumière et dans les mêmes senteurs que dans ses pays d’origine, le style mauresque trouvait là un lieu privilégié d’épanouissement. Mais la plupart de ces villas gardent trop souvent le secret de leur constructeur, car, malheureusement, à Cannes, Beaulieu-sur-Mer, Nice, Le Trayas ou Saint-Raphaël, elles sont passées par des propriétaires successifs qui ont perdu la connaissance des origines ; certaines sont à l’abandon, beaucoup ont été détruites et parfois seul un témoignage nous en est donné par une page de l’Illustration où une ancienne carte postale... Par contre, la demeure du peintre orientaliste Charles Cournault fut conservée intacte par ses descendants jusqu’au début des années 1980. Elève de Delacroix, Cournault fait plusieurs voyages à Alger et décide de se construire une villa mauresque ; ce n’est que douze ans plus tard qu’il réalisera son rêve, près de Nancy où l’amène son mariage ; il reçoit de son beau-père un chalet à tourelle qu’il va transformer peu à peu à partir de 1856, marquant successivement les fenêtres, les balcons, les portes et le toit des caractéristiques de l’architecture arabe ; puis il élève un minaret sur la tourelle ; Cournault vivait dans son atelier vêtu de la gandourah et lisait le Coran à son petit-fils...

9L’architecture civile utilisera aussi le style oriental, notamment pour les établissements de bains, se référant par là à la tradition du hammam ; la piscine Deligny, à Paris, fut mauresque pendant quelques années. Les casinos des établissements balnéaires, lieux du divertissement par excellence, furent souvent de ce style ; le plus connu fut celui d’Arcachon, inauguré en 1863 ; le soir, coupoles et minarets étaient illuminés et sa splendeur était dans toutes les conversations.

10Bien que la France soit la plus représentative de cette architecture, toute l’Europe l’utilise, aussi bien dans les constructions privées que publiques : en Angleterre, une réalisation somptueuse fut un aquarium, à Scarborough, où les bassins étaient présentés sous des voûtes mauresques ; en Italie, un industriel du coton se fait élever une maison mauresque d’envergure, avec minaret, sur les bords du lac d’Horta ; en Allemagne, le roi Guillame Ier choisit ce style pour son palais et les serres du parc de son domaine de la Wilhelma. Mais l’Angleterre fut aussi à l’initiative, après son implantation aux Indes, d’un mouvement d’architecture moghole ; le roi George IV transforma par exemple, pendant plus de quarante ans, ce qui était un simple cottage de vacances à Brighton, pour nous laisser le plus somptueux palais moghol que nous pouvons visiter aujourd’hui, avec ses bulbes, créneaux et tchattri.

11Les demeures exotiques qui sont de nos jours les plus connues sont souvent des pavillons d’Expositions qui échappèrent à la destruction et furent rachetés par des particuliers. Ainsi en 1867, l’architecte berlinois Karl von Diebitsch réalisa, pour la section prussienne, un pavillon mauresque qui fut sauvé à la fin de l’Exposition par un industriel allemand et reconstruit en Bohême ; c’est là qu’en 1876, Louis II de Bavière le rachète et le fait remonter dans le parc de son château de Linderhof ; il l’aménage en salle du trône et s’y rendait pour attendre les visites de Wagner. De même le Pavillon du Bardo qui a marqué le paysage parisien jusqu’en 1991, date à laquelle il brûla, était un pavillon de l’Exposition de 1867.

12On peut noter que l’influence du Japon, si forte dans le domaine des arts décoratifs, fut mineure dans l’architecture, représentée principalement par quelques maisons de thé construites assez tardivement par d’anciens résidents officiels au Japon. Mentionnons tout de même l’histoire du fameux cinéma La Pagode, à Paris ; l’architecte Alexandre Marcel est allé acheter ce pavillon au Japon ; il le fit démonter et transporter en France pierre par pierre, avec ses tentures, ses sculptures, et ses fresques ; c’était le cadeau de Monsieur Morin, un des directeurs du Bon Marché, à Madame pour y recevoir ; l’inauguration en octobre 1896 défraya la chronique parisienne et six mois plus tard, Monsieur et Madame Morin donnèrent le traditionnel bal travesti de la mi-carême, costumés en Empereur et Impératrice de Chine...

13Pierre Loti possédait une bibliothèque à l’égyptienne ; l’intérêt pour l’Egypte pharaonique s’était en effet développé après la campagne de Bonaparte en 1798 ; le goût pour les sphinx, les colonnes lotiformes, les obélisques et les pyramides prend sa source dans les mystères d’un pays lointain et mal connu, à la grandiose civilisation et à l’écriture indéchiffrable, au même titre que la Chine et l’Orient. Formes et symboles égyptiens antiques sont repris en étant associés à la philosophie avec les loges maçonniques, au culte funéraire avec les cimetières, et à l’esprit du savoir et du voyage dans les jardins publics et zoologiques.

14En modelant sa maison de Rochefort année après année, voyage après voyage, Loti n’était donc pas novateur ; mais lorsque le jeune Julien Viaud disait : "passer sur la terre et n’en rien voir... à quoi bon vivre alors ?", il pressentait déjà la logique initiatique de tous les bâtisseurs de l’exotisme : se forger une identité conforme à son être intime, loin des chemins tracés de sa société, par le biais des apports de la culture et du mode de vie de l’Autre. Ainsi la recherche de Tailleurs poussée à l’extrême, dans cette démarche de bâtir une demeure étrangère, demande-t’elle une volonté d’affirmation très forte, sous-tendue par un désir profond : si le rendez-vous chez soi est avec l’ailleurs, c’est marquer à quel point sa société, son univers, sont porteurs de failles et d’insatisfactions ; la maison exotique est une manière de dire ce manque et de tenter de s’en échapper ; plus que hâvre de paix, elle apparaît donc comme le symbole de la rupture.

15L’histoire de l’architecture exotique ne s’arrête pas avec l’époque de Loti ; après le XVIIIe et ses palais de la curiosité, le XIXe et ses demeures de la nostalgie, le XXe et ses palais de la curiosité, le et ses demeures de la nostalgie, le XXe siècle s’affirmera avec les lieux de la quête spirituelle (avec par exemple les temples tibétains de Plaige, en Bourgogne, et Vincennes, à Paris) ; et, depuis ces dernières années, avec un mouvement de reconnaissance de ce patrimoine exotique par sa restauration.

© Presses universitaires de Rennes, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540