Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Loti en son temps

Loti le marin

Pierre Loti au cœur de la révolution maritime et coloniale de la France au xixe siècle

Michel Riobé

Texte intégral

1On imagine mal en effet ce que Julien Viaud aurait pu laisser à la postérité si la vocation de Pasteur, entretenue dans l’esprit du jeune enfant au sein de sa famille, avait déterminé son avenir.

2Le portrait de “Pierre Loti marin” vient d’être présenté par Melle Lacousse : je n’ai rien à y ajouter, sinon tenter de lui donner un relief nouveau en le plaçant dans le cadre de la Révolution Maritime et coloniale de la France au xixe siècle, fille elle-même de la Révolution industrielle et commerciale qui a bouleversé le monde occidental à cette même époque, en attendant que l’Extrême-Orient ne réalise sa grande Révolution au début du xxe siècle, suite à la pénétration territoriale de l’Occident en Chine et à l’arrivée au pouvoir au JAPON en 1867 de l’Empereur Meiji.. : c’est l’année où Julien Viaud entre au Borda.

3La révolution Maritime et Coloniale de la France, c’est d’abord celle des matériels navals, avec le génie créateur d’un Dupuy de Lomé, celle du commandement et de l’influence de celui-ci sur la stratégie et la tactique, sous l’impulsion de chefs prestigieux comme Jaureguiberry et Jurien de la Graviere, mais aussi celle de nos gouvernants qui ont eu le courage de braver l’opinion pour permettre à la France du Second Empire et de la IIIe République d’entreprendre la grande épopée coloniale de notre pays, avec la détermination d’un Jules Ferry, d’un Chasseloup-Laubat, et dont Pierre Loti a été non seulement le témoin mais souvent aussi un des acteurs.

4La France, en 1815, n’est plus une puissance maritime et la situation ne cesse de se dégrader dans les premières années de la Restauration :

  • Le personnel est démoralisé : les officiers qui ont quitté leur poste pour émigrer sont réintégrés mais sans expérience, n’ayant pas servi à la mer depuis 25 ans ; l’un d’eux met au plein sur le banc d’Arguin, à l’entrée de la baie de Port-Etienne, sa frégate “La Méduse”, abandonnant une partie de son équipage (dont Théodore Viaud, le grand oncle de Julien....)
  • Les utiles créations de l’Empire disparaissent en quelque mois, et la Chambre, composée presque exclusivement de propriétaires fonciers, rogne les crédits de la Marine.

5Sous la pression des négociants des ports qui veulent une Flotte pour assurer sécurité et considération, la situation s’améliore petit à petit :

  • En 1824, rétablissement des Préfectures maritimes (on y rencontrera bien souvent Julien, au cours de sa carrière, dans les bureaux de celle de Rochefort)
  • En 1830, création de l’Ecole Navale à bord du BORDA, pour remplacer le malencontreux Collège Royal d’Angoulème.

6Ces premières mesures qui renforcent l’autorité du Commandement et rétablissent l’homogénéité du corps des Officiers, permettent à la France de participer d’une manière honorable aux côtés des Anglais à la guerre de l’Indépendance Hellénique.

7L’esprit évolue, surtout à partir de 1840 ; les officiers, suivant l’expression de Jurien de la Graviere, aiment le métier pour le métier : c’est l’époque des voyages de reconnaissance géographique avec Freycinet, Duperrey, de Tromelin, Dumont d’Urville... dont les récits hantent l’imagination des jeunes qui vivent près de la mer.

8Mais le commerce français, ruiné par la Révolution et l’Empire, n’existe toujours pas et nos anciennes colonies se meurent face à la concurrence. On commence à comprendre que le vieux système colonial a fait son temps et qu’il faut des colonies nouvelles, établies sur des bases différentes et dans un but autre que celui qui a dirigé nos anciens colonisateurs. Il faut proposer à notre activité l’exploitation de marchés nouveaux, jeunes sociétés blanches venant de se créer sur des terres vierges.

9Le rôle de la Marine devient alors considérable : pour être efficace, il faut que notre puissance navale puissse s’appuyer sur des points convenablement choisis, occupés d’une façon permanente : c’est le programme colonial de la Monarchie de Juillet

10Le pavillon français commence à flotter sur les côtes de Guinée, à l’estuaire du Gabon, dans le canal de Mozambique... ; on court derrière les Anglais qui viennent de s’ouvrir la Chine grâce à la guerre de l’opium, et on signe le traité de Wampoah qui nous donne les mêmes concessions territoriales.

11Cette évolution de l’opinion et de notre politique est l’heureux résultat du coup de chasse-mouches du Dey d’Alger : la conquête de l’Algérie devient la grande affaire du règne, mais la participation de la Marine dans cette opération se réduit malheureusement au rôle obscur de transporteur.

12“Il faut une Marine à la France”, autre qu’une marine de transport..., déclare à la Chambre, le baron Charles Dupin, ministre de la Marine, et on institue l’Escadre d’Évolution qui permet un regroupement des bateaux autrefois dispersés en Méditerranée et un entraînement régulier et méthodique en vue de la guerre ; Julien y fera plusieurs embarquements au cours de sa carrière.

13C’est ensuite la loi dite des “93 Millions” de 1846, destinée à doter la Marine de 100 Navires à vapeur.

14La révolution des matériels navals est commencée ; Julien va naître pendant la mise en chantier de ce programme révolutionnaire.

15De nombreuses expériences et réalisations avaient déjà été faites, tant en Angleterre, qu’aux Etats-Unis et en France, mais on voyait mal alors l’utilisation des navires à vapeur comme navires de guerre, en raison de l’emploi des roues, moyen de propulsion encombrant peu militaire qui occupait une place énorme sur les flancs du navire et réduisait d’autant le nombre des bouches à feu. On va vite pallier ce grave inconvénient par l’emploi de l’Hélice, application du principe de la vis d’Archimède. Et l’on arrive à la création d’une “Flotte Mixte” : les bateaux marchent et combattent à la voile, mais ils peuvent triompher des calmes et manœuvrer sans remorqueurs dans le voisinage des côtes.

16La Bretagne nous envoie alors un des ses enfants, l’ingénieur Dupuy de Lomé : il soutient qu’un vaisseau à vapeur ne peut être qu’un bâtiment capable de naviguer et de combattre à la vapeur par tous les temps.

17Et le 18 mai 1850 est lancé à Toulon le “Napoléon”. C’est l’année où Julien Viaud naît à Rochefort.

18La coque du “Napoléon” est encore en bois, malgré tous les inconvénients de cette construction.. et voilà que le développement des machines à vapeur va entraîner celui de la chaudronnerie et de la tôlerie...

19La construction en fer des bateaux démarre pendant l’enfance de Julien, malgré d’autres inconvénients et la réduction du confort des équipages.

20Pierre Loti, le poète, en contre-courant peut-être de cette révolution irréversible, gardera toute sa vie la nostalgie de la marine en bois et de la voile : c’est 25 ans après son entrée au Borda que sera publié “Matelot” :

“la Circe”, à bord de laquelle est embarqué Jean Berny, s’en va, rapide et doucement “toute blanche de toiles sous une incandescente lumière... pas de fumée à bord pour ternir “la pureté de l’atmosphère ; il n’y a que des gabiers à bord et pas de chauffeurs pour “décrasser (quand il le faut) les poumons du bateau ”.

21Parallèlement, peu avant le milieu du siècle, apparaissent les Canons Obusiers capables de tirer des explosifs aux effets combien supérieurs aux anciens boulets, mais on ne réalisera leur efficacité qu’au cours de la guerre de Crimée en 1853-1854.

22La nécessité d’une protection s’impose : l’emploi du fer peut donner les meilleurs résultats.

23Commence alors la lutte entre le Canon et la Cuirasse, lutte qui va se prolonger jusqu’à la seconde guerre mondiale quand l’aviation embarquée et les missiles feront leur apparition.

24En France, c’est encore Dupuy de Lomé qui établit les plans du premier cuirassé : “La Gloire” lancé en 1859 et entré en service en 1860.. la constitution d’une flotte cuirassée n’est plus qu’une question de temps et d’argent....

25On pense alors à l’emploi de gros canons sur les cuirassés, tirant par les sabords d’un fort central, comme sur le “Friedland”, à bord duquel Julien sera embarqué pendant l’affaire du Monténégro.

26Pour la France, la révolution des matériels navals marque la fin du pénible effacement auquel elle a du se résigner depuis 1815. Quelle révolution en effet.

27“la vapeur, s’écrie, à la Chambre des Communes, sir Robert Peel, le créateur des Bobbies, les policiers londoniens, a mis un pont sur le Channel et fait perdre la “qualité d’île à notre pays !”

28Révolution aussi dans l’armement : après les obus explosifs, La Torpille fait son apparition ; torpille portée d’abord (brillant fait d’armes de Shei Pou en 1884).. un nouveau type de bâtiment est né : Le Torpilleur qui sera bientôt armé de tubes lance-torpilles, approvisionnés en torpilles automobiles, “ces longs poissons d’acier” que l’Amiral Courbet, quelques jours avant sa mort, fera lancer devant lui, au cours d’exercices de son escadre.

29Très vite vont apparaître les Contre-Torpilleurs puis Les Sous-Marins dans les dernières années du xixe siècle.

30Autre révolution : les développements de la propulsion à vapeur, de l’artillerie, de la construction métallique bouleversent les formes des batailles sur mer et entraînent l’augmentation progressive des distances de combat : de l’abordage, encore en pratique sur les corsaires de Napoléon, on est passé à plusieurs centaines de mètres avec les vaisseaux à voile et le boulet de canon, puis à quelques dizaines de kilomètres avec les navires à vapeur et les obus explosifs.

31L’œuvre de résurrection ordonnée par la loi de 1846 est momentanément arrêtée par la Révolution de 1848 ; on doit cependant mettre à son actif :

  • l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises
  • la fondation des colonies de peuplement.

32Survient le coup d’Etat du 2 Décembre 1851, avec à l’horizon 20 années d’Empire, au cours desquelles va naître la vocation de Julien et se développer l’affirmation de sa réponse à l’appel du Large.. 20 années de transformation accélérée des matériels navals qui vont permettre à la Marine de disposer le 1er janvier 1868 (Julien vient d’entrer au Borda) d’un nombre important de frégates et corvettes cuirassées, avisos, garde-côtes, transports.

33En même temps se développent les infra-structures portuaires, se créent les Ecoles de spécialités, les Dépots des Equipages, réservoirs d’hommes où l’on puise au fur et à mesure des besoins... Julien y occupera différents postes à Rochefort.. “j’aime la vie calme de la caserne” écrit-il...

34Autre décision importante : on établit en 1863 pour la première fois la Position de Réserve dans laquelle les bâtiments conservent une partie importante de leur personnel, personnel des machines en particulier, pour veiller à la conservation du matériel en état de fonctionnement ; Julien y fera plusieurs embarquements.

35Il serait long et fastidieux d’énumérer les différents types de bâtiments, avec leurs noms, sur lesquels Julien Viaud a été embarqué, depuis le “Borda”, dernier trois-ponts à voiles sans machine, jusqu’au “Vautour”, aviso torpilleur, en passant par les frégates mixtes, les avisos à roues puis à hélices, les corvettes, les frégates cuirassées, les cuirassés d’escadre et de 1er rang.

36La présentation en a été faite au cours de la remarquable exposition “Pierre Loti, un Marin et ses Ports” à Rochefort pendant l’été 1987.

37Disposant d’un tel outil, la France est conduite à devenir une puissance coloniale, avec le souci d’accomplir une œuvre politique, patriotique et si l’on peut dire impériale.

38Premier acte solennel de cette grande entreprise : la constitution, le 24 juin 1858, d’un Ministère de “l’Algérie et des Colonies” qui deviendra le Ministère de “la Marine et des Colonies” auquel se rattache le nom prestigieux de Chasseloup-Laubat.

39Les grandes étapes vont se succéder :

  • Développement de l’influence française en Orient, en Egypte surtout, transformée par l’ouverture du canal de Suez.
  • Pacification sous le Commandement de Faidherbe et début de la mise en valeur du Sénégal.
  • Débuts de la mise en valeur de Madagascar, contrariée par l’action des Anglais.
  • Création sur la côte africaine des points d’appui d’Obock et d’Aoulis.
  • Prise de possession de la Nouvelle Calédonie.
  • Et surtout, extension de notre politique coloniale en Extrême-Orient où les Anglais en Inde et à Hong Kong sont en train de se tailler la part du lion...

40Rappelons ici pour mémoire, sans pouvoir les développer, les actions qui se sont déroulées en Cochinchine et au Cambodge face aux chinois, à l’Empereur d’Annam, au royaume du Siam, à la gloire des Rigault de Genouilly, des Doudart de Lagree, des Francis Garnier.

41En 1867, la Cochincnine est déjà un exemple de prospérité : c’est l’année où Julien Viaud entre à l’Ecole Navale où il va recevoir des mains de l’Impératrice Eugénie le sabre, destiné désormais aux Aspirants, en échange des poignards qu’ils portaient précédemment et qui s’étaient révélés dangereux parce que trop prompts à sortir du fourreau sans qu’on sache pourquoi.

42Cette politique d’expansion va tenter de se tourner vers l’Amérique... : ce sera la malheureuse expédition du Mexique.

43Arrive la guerre de 1870..La Marine allemande est confinée dans ses ports et la Marine française n’a à assurer qu’une garde monotone dans les mers du Nord et, après Sedan, le blocus des Côtes allemandes.

44Ne minimisons pas cependant son rôle efficace ; elle a assuré le ravitaillement du pays et mis à la disposition de l’Armée 30.000 hommes et 500 officiers sur les champs de bataille de la Loire, du Nord et des Forts de Paris. Pendant la guerre 14- 18, ce souvenir, gravé dans la mémoire du Marin, dictera à Pierre Loti sa volonté de servir, lui aussi, sur le front.

45A l’aube de la IIIe République, la France conserve la maîtrise de la mer, mais l’opinion ne songe qu’à la revanche “y penser toujours, n’en parler jamais” (Gambetta)

46On renonce à la politique d’expansion extra-européenne, on se dispose même à abandonner nos entreprises en Chine, voire à brader la Cochinchine. C’est le creux de la vague de notre politique coloniale ; ses ardents défenseurs espèrent que la lame ne sera pas déferlante et n’engloutira pas les efforts et les succès du passé.

47Aussi, pendant les premières années, la Marine limite-t-elle ses activités à montrer le Pavillon :

  • dans le Pacifique où Julien à bord du Vaudreuil, puis de La Flore, aborde à Tahiti.
  • au Sénégal, où Julien rejoint le Petrel.

48Julien Viaud profite alors de cette politique attentiste pour se lancer dans le reportage et le roman : Pierre Loti est né...

49Mais vient d’arriver au Gouvernement Jules Ferry, “Le Tonkinois”, qui va faire sortir la France de sa politique d’attentisme, voire d’abstention

50“Rayonner sans agir, sans se mêler aux affaires du Monde, c’est abdiquer. La France ne peut être absente du partage du Monde. Elle doit devenir une grande puissance coloniale”.

51Et l’épopée recommence avec le concours de la Marine :

  • au Sénégal, où on reprend dès 1878 l’œuvre de Faidherbe, et où l’on construit la ligne Dakar - Saint-Louis ;
  • à Madagascar, où après de longues et difficiles négociations avec ou contre les Hova, l’île deviendra en 1896 une colonie française, grâce à l’action d’un Gallieni et d’un Lyautey.
  • en Tunisie où l’on signe le traité du Bardo.
  • pendant que Savorgnan de Brazza, camarade de Julien à l’Ecole Navale, dirige l’expédition qui va remonter le fleuve Ogoue et explorer par là le Centre-Afrique.

52“Pourquoi ne suis-je pas avec mon ami Brazza, écrit Julien alors à Joinville, ” Qui me rendra le grand soleil d’Afrique, même celui de l’Ogoue ?”

53L’œuvre coloniale redevient heureusement populaire : allons-nous en effet abandonner le Tonkin à la Chine, avec l’assentiment tacite de la cour d’Annam ? Ce serait, comme le dénonce l’Amiral Jaureguiberry, compromettre notre existence en Extrême-Orient.

54Après la disparition du L. V. Rivière au “Pont de papier”, dans une opération contre les Pavillons Noirs, on envoie l’Amiral Courbet mettre l’Annam à la raison. Le L. V. Viaud est à bord de la corvette cuirassée “L’Atalante” et assiste à la prise des forts de Tourane et de Hue, la capitale : Loti est rappelé en France., on sait pourquoi ; nous sommes au mois de décembre 1883.

55Reste à mater les Pavillons Noirs et les Chinois : l’Amiral Courbet s’empare de Sontay en décembre 1884 et accélère les opérations contre la Chine, vers les PES-CADORES.

56Julien rejoint le cuirassé “La Triomphante” de l’Escadre de Courbet ; il y embarque quand la paix vient d’intervenir, quelques jours avant la mort de l’Amiral, dont Pierre Loti écrira l’Eloge funèbre.

57La “Triomphante” se rend alors au Japon pour réparations à Nagasakil.

58En 1900, survient la guerre des Boxers : Pierre Loti est à bord du cuirassé “Le Redoutable”, aide de camp de l’Amiral Pottier, dont on envoie l’Escadre croiser dans les mers de Chine pour protéger nos nationaux.

59“Le Redoutable” rentre en France en avril 1902 après escales au Japon, en Corée, Saigon, Singapour, Colombo, Obock,...

60Le xixe siècle vient d’entrer dans l’Histoire.

61Pierre Loti et son œuvre littéraire se situent vraiment au cœur de la Révolution maritime et coloniale de la France au xixe siècle. Evoquant dans “Le Roman d’un Enfant” un souvenir de ses 7 ans, à la vue d’un gros fruit des colonies, Pierre Loti écrit : “ce qu’il avait de troublant et de mystérieux ce simple mot de Colonies !”

62Ce mot “Colonies”, lié chez l’adolescent aux saveurs encore ignorées de l’exotisme, puis à la soif de l’évasion, va déterminer la vocation de Julien Viaud et devenir le creuset de l’inspiration de Pierre Loti, entretenue au cours de la carrière du Marin par les événements provoqués par la politique maritime et d’expansion coloniale de la France.

  • sans le souci de la France de montrer le pavillon à travers les océans, après la chute du Second Empire, le “Mariage de Loti” et de Rarahu n’aurait pas défrayé la chronique mondaine et littéraire de l’époque,
  • sans la volonté de la France de poursuivre au Sénégal l’œuvre de Faidherbe, Jean Raynal n’aurait pas vécu son roman d’amour avec Fatou-Gaye.
  • sans l’Affaire du Monténégro, avec le déploiement en rade de Cataro des cuirassés alliés, Pasquala Ivanovitch serait restée une petite gardienne de chèvres anonyme.
  • sans la Conquête de l’Algérie, les matelots du “Friedland” n’auraient pas été tirer leur bordée avec “les trois dames de la Kasbah” d’Alger,
  • sans la volonté de la France de maintenir sa présence maritime en Méditerranée orientale, Aziyadé, la jeune Circassienne, serait demeurée cloîtrée dans son harem.
  • sans l’avènement de l’Empereur Maiji et l’ouverture du Japon aux navires étrangers, le chrysanthème, emblème sacré de la famille impériale, n’aurait jamais donné son nom à la jeune “épouse” d’un brillant enseigne de la Marine française et “Madame Prune” aurait gardé pour elle les secrets de sa troisième jeunesse...
  • sans l’intervention de la France pour protéger ses nationaux au moment de la guerre des Boxers, nous ne saurions rien aujourd’hui des “derniers jours de Pékin”.

63Pierre Loti a été témoin et acteur de l’épopée coloniale de la France sous la IIIe république, œuvre qui fait honneur à notre pays.

64Dans sa narration au concours d’entrée à l’École Navale en 1867, Julien Viaud, faisant parler le cardinal de Richelieu, écrit :

65“ce n’est pas seulement de forces navales que je viens vous entretenir, mais de la Puissance et de la Dignité de la France”.

66Ces lignes sont parmi les toutes premières écrites de la main du futur Pierre Loti... Si son œuvre n’a pas évidemment contribué au développement de la puissance militaire de la France, elle a par son rayonnement maintenu très haut la Dignité de notre Patrie, au cœur du bouillonnement littéraire mondial des dernières décennies du xixe siècle.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540