Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Loti en son temps

Loti le marin

Pierre Loti marin

Magali Lacousse

Texte intégral

1Julien Viaud le marin s’est effacé derrière Pierre Loti l’écrivain. Or, ces deux facettes de la même personne furent loin d’être antagonistes : au contraire, l’expérience du marin a nourrit les œuvres de l’écrivain.

2Il m’a parut intéressant de mieux connaître la carrière militaire de Julien Viaud : non pas en récitant le catalogue des affectations et des grades successifs de Loti, mais en essayant de voir pourquoi il était devenu marin, quel officier il était et comment il fut considéré par la Marine.

• • •

I. Origines d’une vocation

a) Ancêtres

3Julien Viaud était fier de compter des marins parmi ses ancêtres : il effectua des recherches généalogiques, mettant en valeur certaines fortes personnalités et n’hésitant pas à enjoliver la réalité…

4Du côté paternel, il découvrit un chirurgien-major de la Marine, le docteur Tayeau ; son grand-père Jean-Louis Viaud participa à la bataille de Trafalgar à bord de l’Achille ; son oncle, Jean Louis Adolphe Viaud, alors jeune mousse, se trouvait à bord de la Méduse lorsqu’elle fit naufrage, le 2 juillet 1816.

5Du côté maternel, Loti comptait un arrière-grand-père commis principal de la marine et un grand-père administrateur de la Marine à l’île d’Oléron. Surtout, il y avait le capitaine de vaisseau Jean-François Renaudin, commandant le Vengeur lors de la bataille de Prairial (1er juin 1794).

6Loti fut frappé par la coïncidence de la présence de tant d’ancêtres marins au milieu de tant d’événements célèbres : il conclut qu’il était, en somme, prédestiné à la carrière de marin par le poids de cette hérédité ; il en tira aussi une vision romanesque et morbide, en faisant croire que son grand-père avait péri à Trafalgar et que son oncle mousse avait été dévoré par les survivants du radeau de la Méduse.

b) Gustave Viaud

7La vocation de Loti pour la Marine fut rendue décisive par l’influence de son frère aîné Gustave Viaud. Né le 25 avril 1836, Gustave avait 14 ans de différence avec Julien : cet écart d’âge important créa entre eux des relations de père à fils plutôt que fraternelles.

8D’autre part, Gustave était devenu chirurgien de marine en 1857 ; l’année suivante, il fut envoyé à Tahiti dont il revint en septembre 1862. L’attrait exotique de ses souvenirs de Polynésie impressionna vivement Julien Viaud : la carrière de marin ne se concevait que dans la découverte de contrées paradisiaques ; jeune aspirant à Tahiti en 1872, Loti chercha à retrouver les endroits où avait vécu Gustave et à rencontrer Tarahu, la jeune maîtresse de son frère.

9Même la mort de Gustave, survenue le 10 mars 1865 à bord de l’Alphée, fut un appel à la vocation de Loti pour la marine : en effet, Gustave mourant avait demandé à l’aumônier de transmettre à la famille Viaud les coordonnées de l’endroit de son immersion. N’était-ce pas là l’invitation à un rendez-vous posthume ? Du reste, en juillet 1883, le lieutenant de vaisseau Viaud alors en route pour le Tonkin à bord de l’Atalante fit ralentir le bâtiment à l’endroit même où fut immergé son frère.

II. Loti officier de marine

a) Loti officier

10Julien Viaud prit la résolution d’entrer dans la marine en 1863, à Breteneux. Les examens d’entrée à l’école navale eurent lieu à Paris, rue de Lille, en juillet 1867 ; le Moniteur publia la liste des candidats reçus au concours : Julien Viaud fut admis au rang de 40e sur une promotion de 60 élèves.

11Il manifesta très tôt de la répugnance à obéir, écrivant ainsi à sa sœur : “Je ne ferai pas long feu dans la marine française […] Je ne suis pas fait pour l’obéissance passive à la hiérarchie militaire”.

12Toutefois, une fois officier, Loti se prit de passion pour son métier, au point d’assurer : “Si je suis mis en demeure de choisir entre ma carrière de marin et celle des lettres […] eh ! bien je garderai celle que j’aime encore le plus. Pierre Loti cessera d’écrire et d’exister, voilà tout, et je resterai marin”.

13C’est pourquoi sa mise à la retraite d’office, en août 1898, fut pour lui un véritable drame : Loti écrivit au ministre de la Marine Lockroy : “J’aimais tant cette marine et mon modeste grade”.

14Comment se comportait Loti officier de Marine ? Lorsqu’il était employé à des postes à terre, il se fit remarquer pour son zèle et son dévouement, même dans le cas de dossiers administratifs fastidieux, tels que le naufrage de la goélette Louise-Marie ou du trois-mâts Calcutta.

15Toutefois, Loti donna le meilleur de lui-même à l’occasion de ses commandements successifs : il savait se faire respecter de ses hommes, se montrant tout à la fois calme mais autoritaire, et était réputé pour inspecter les bateaux avec un soin maniaque.

16Le commandant Viaud savait aussi adoucir la discipline militaire : à bord du Vautour, il fit installer un piano à queue et s’entoura de serviteurs turcs vêtus de costumes galonnés d’or ; de même. Loti aimait à donner des réceptions à bord, qu’elles fussent raffinées (en l’honneur du duc Decazes) ou simplement entre canonniers à l’occasion de la Sainte-Barbe.

17C’était un commandant populaire : en 1906, quand il quitta le Vautour, les matelots jetèrent leurs bonnets à la mer, en signe de deuil.

b) Amis marins

* officiers

18Il est frappant de constater que, chez Loti, une période déterminée fut souvent associée à une rencontre, une relation amoureuse ou amicale intense. Cependant, parmi les officiers de marine ayant connu Loti, peu eurent le privilège d’être ainsi “élus” : l’exception fut Joseph Bernard, camarade de Julien Viaud à l’Ecole navale.

19Bernard, issu d’une riche famille lilloise et catholique, devint l’ami intime de Loti : ils servirent ensemble sur le Vaudreuil et le Flore, et quand Bernard fut envoyé au Sénégal, l’aspirant Viaud remua ciel et terre pour l’y rejoindre. Pourtant, Joseph Bernard renonça brutalement à tout l’année suivante : le 25 octobre 1874, il démissionna de son grade et rentra à Lille d’où il ne répondit plus aux lettres de Loti…

20Loti choisit ses amis parmi les officiers en fonction de leur culture littéraire, et non pour leurs talents militaires : avec le capitaine de frégate Emile Vedel, il traduisit Le roi Lear pour une version montée à l’Odéon, en décembre 1904 ; de même Loti édita Aziyadé chez Calmann-Lévy avec l’aide de Lucien-Hervé Jousselin, son condisciple à l’Ecole navale, devenu le personnage de Plumkett dans ses livres.

* Matelots

21Loti eut des relations proches avec les simples matelots, à une époque où les officiers constituaient une caste inaccessible.

22en 1877, il rencontra Pierre Le Cor à bord du Tonnerre, à Lorient : natif de Saint-Pol-de-Léon, Le Cor n’était que quartier maître, mais Loti s’attacha à lui et à son épouse Marie-Anne ; le couple lui fit connaître et aimer la Bretagne, notamment Paimpol.

23Pierre Le Cor servit de modèle à Loti dans Mon frère Yves sous les traits de Yves Kermadec : toutefois, il n’apprécia pas d’être dépeint comme un alcoolique et prit progressivement ses distances.

24Il fut remplacé dans l’amitié de Loti par Pierre Le Scoarnec, connu à bord de l’Atalante en 1883 : ayant quitté la Marine, il entra ensuite au service de la famille de Loti, à Rochefort.

25Loti recherchait la présence des matelots parce que, je cite ” Ils sont ce que j’aurais le plus désiré être moi même” : l’officier timide, sensible et de constitution fragile enviait les matelots simples, francs et athlétiques.

26Outre l’attirance physique, Loti éprouvait de la compassion pour ces jeunes hommes, fondamentalement bons et naïfs, que les officiers envoyaient froidement au combat.

III. La marine et Loti

a) reproches principaux

27Si Loti eut toujours de bonnes relations avec ses collègues officiers et avec les matelots, il se heurta, tout au long de sa carrière, aux autorités militaires. Que lui reprochait-on ?

28D’une part, son aspect physique : dès 1870, ses supérieurs soulignaient sa “complexion chétive” ; toutefois Loti surmonta ce handicap à l’école normale militaire de gymnastique de Joinville, en 1874.

29Les officiers étaient aussi choqués par la coquetterie affichée de Loti, ses moustaches teintes, son visage maquillé et ses joues vermeilles. Le préfet maritime de Rochefort notait, le 31 mai 1890 : “Il se farde d’une manière ridicule. Je ne le proposerai jamais pour un commandement”. De même, son goût pour les déguisements lui valait de nombreuses moqueries…

30D’autre part, les supérieurs hiérarchiques de Loti s’attaquèrent à ses compétences d’officier : “peu de dispositions pour le métier de marin” (1872), “officier fort ordinaire, sans entrain et sans amour du métier” (1878), “n’a pas toujours dans le commandement toute la fermeté désirable” (1891).

31Enfin, la critique principale faite à Loti visait son activité littéraire : ses supérieurs lui reprochaient d’être un écrivain avant d’être un officier, car on ne pouvait “guère être à la fois un écrivain distingué et un brillant officier” (1904). En somme. Loti était accusé d’utiliser la Marine comme un marchepied vers la gloire littéraire, c’est-à-dire de trahir sa vocation à des fins mercantiles…

32Les autorités militaires, soucieuses de rappeler à l’officier Viaud qu’il était avant tout formé à obéir aux ordres, lui infligèrent l’examen rigoureux des autorisations de publications : Loti, officier de marine, était en effet contraint à se plier à la circulaire du 28 octobre 1883, interdisant “à tout officier, fonctionnaire ou agent de département de la marine et des colonies, de publier quoi que ce soit signé, non signé ou signé d’un pseudonyme, sans avoir au préalable obtenu l’autorisation du ministre [de la Marine].”

33Les manuscrits ainsi examinés à Paris faisaient ensuite l’objet d’une note autorisant la publication. Malheureusement pour Loti, cette mesure administrative n’était pas une simple formalité : ainsi, quand il publia le Roman d’un enfant en 1890 sans solliciter l’autorisation de publication, il reçut un blâme ministériel et fut contraint d’écrire une lettre d’excuse. L’auteur coupable y protestait de sa bonne foi tout en revenant humblement dans le rang ; ses excuses étaient bien celles d’un lieutenant de vaisseau qui assurait n’avoir pas agi par indiscipline et promettait : “Je n’ai absolument rien écrit depuis, et n’écrirai plus rien sans passer par le ministère”.

34Cet épisode humiliant eut lieu un an à peine avant l’élection de Loti à l’Académie française ! Il révélait la méfiance des autorités militaires vis-à-vis d’un officier atypique, rendu indépendant et incontrôlable par sa carrière littéraire. Cette méfiance avait été suscitée par l’affaire du Tonkin, en 1883.

* L’affaire du Tonkin

35La mort tragique du commandant Rivière, tombé en embuscade devant Hanoï le 19 mai 1883, provoqua l’envoi d’une expédition militaire punitive lancée contre l’Annam et commandée par le contre-amiral Courbet.

36Loti embarqua à bord de l’Atalante le 22 mai 1883 : un détachement de marins de ce navire participa au bombardement et à la prise du fort de Thuan-an ; Loti resta à bord sans prendre part aux combats, mais les récits que lui firent les matelots et leur chef, le lieutenant de vaisseau Poidloue, l’incitèrent à relater les combats dans trois articles publiés par le “Figaro” les 28 septembre, 13 et 17 octobre 1883.

37Les articles connurent un retentissement que Loti n’avait malheureusement pas prévu : le réalisme et la cruauté des descriptions furent en effet exploités à des fins politiques par la presse, en France comme à l’étranger.

38Loti ainsi utilisé, malgré lui, par les rivalités politiques, fut aussi critiqué par la Marine, peu satisfaite de cette mauvaise publicité faite à son honneur ; dès le mois d’octobre 1883, le vice-amiral Peyron, ministre de la Marine dans le gouvernement Ferry, avait fait procéder à une enquête : deux rapports lui avaient été adressés, l’un écrit par le contre-amiral Courbet (commandant en chef les forces de terre et de mer au Tonkin), l’autre par le capitaine de vaisseau Peyron (commandant le corps de débarquement à Thuan-An) ; tous deux innocentèrent les marins français.

39En réalité, le vrai coupable était Pierre Loti, accusé d’être à la fois un écrivain exalté et un mauvais officier de marine : en effet, il n’avait pas participé aux combats, “ne les connaissait que par ouï-dire” et avait ainsi utilisé des sources peu fiables ; ces témoignages douteux avaient été ensuite “dénaturés par l’imagination trop vive d’un écrivain”.

40Mais le reproche le plus grave portait sur le statut de marin de Loti qui était “d’âge à se rendre compte de la réserve qui s’impose à tout officier”.

41L’amirauté fit rappeler Loti en France : il reçut la nouvelle de sa disgrâce avec inquiétude, le 2 décembre 1883. Embarqué à Tourane à bord de la Correze, il quitta l’Indochine le 16 décembre et se présenta au ministère de la Marine, le 6 février à 9 heures du matin. Or, la sanction redoutée n’eut pas lieu ; au contraire, l’amiral Peyron reçut aimablement Loti et lui accorda une permission sollicitée par l’écrivain. Pourquoi cet excès de générosité ?

42En vérité, Loti fut protégé par l’intervention et l’influence de ses amis Alphonse Daudet et Juliette Adam, à qui il avait demandé leur aide. Le monde littéraire prit la défense d’un des leurs : Albert Delpit affirma “Je n’ai jamais rien vu de pareil. Le Waterloo de Stendhal […] ou la guerre du Péloponnèse de Thucydide ont été du coup égalés par un écrivain de trente-trois ans”.

43Dans ces conditions, il était difficile de punir un écrivain célèbre et populaire, présenté comme une victime par la presse et les intellectuels.

* 1914-1918

44Loti souffrit encore de l’attitude de la Marine à son égard pendant la première Guerre mondiale : on l’affecta à un poste obscur, à Rochefort, avant de le renvoyer dans ses foyers, dès le 1er septembre 1914, et ce malgré une lettre adressée au ministre de la Marine dans laquelle Loti sollicitait “n’importe quel poste me rapprochant de l’ennemi”.

45Le capitaine de vaisseau fut contraint de proposer ses services à l’armée de terre : le général Galliéni ; gouverneur militaire de Paris, l’employa comme officier de liaison… Puis Loti fut successivement désigné pour le groupe des armées du centre (septembre 1915) et le groupe des armées de l’Est (juin 1916).

46Rejeté par la marine, il était pourtant mal vu de l’armée de terre : Pétain s’opposa à la venue de Loti à Verdun, affirmant qu’il n’avait pas “besoin de marins pour défendre Verdun”… Chargé de missions temporaires en Italie et en Belgique, rédacteur de brochures de propagande indignes de son talent, désormais âgé et malade. Loti fut démobilisé, évacué du front et définitivement rayé des cadres de la réserve (11 novembre 1919).

47Seule consolation, une citation à l’ordre de l’armée pour avoir “repris du service dès le début de la guerre, donnant ainsi un bel exemple de dévouement et de patriotisme” (28 juin 1918).

b) Honneurs

48La célébrité et la popularité de Loti ainsi que ses hautes relations mondaines et littéraires obligèrent les autorités à changer d’attitude. Son élection à l’Académie française (21 mai 1891) le rendit intouchable : il fut exempté de l’autorisation de publication dès le 24 juin 1891.

49De même, on lui confia des postes honorifiques : Loti fut ainsi nommé commandant du Javelot, une canonnière stationnée à l’embouchure de la Bidassoa, à la frontière espagnole : le bâtiment était considéré comme un poste diplomatique et le commandement de la station navale faisait de Loti le vice-roi de l’île des Faisans !

50De même, on lui confia le Vautour, aviso stationnaire de l’ambassade de France à Constantinople. 

51Désormais, la célébrité de Loti rejaillissait sur la Marine, comme l’avait prédit en 1890 le major général de Rochefort : “Je suis certain qu’il [Loti] s’acquittera avec succès de sa mission, surtout à l’étranger, étant donnés le prestige attaché à son nom littéraire et le faste qu’il n’hésite pas à déployer dans les réceptions”.

52En 1921, Loti reçut l’hommage de la Marine quand il reçut des mains de l’amiral Lacaze les insignes de grand-croix de la légion d’honneur.

53Toutefois, le plus grand hommage accordé par la Marine fut malheureusement posthume : le 16 juin 1923, Loti eut des funérailles nationales et fut transporté jusqu’à l’île d’Oléron, escorté par trois torpilleurs.

• • •

54En conclusion, Loti souffrit d’être partagé entre deux notions de son métier de marin : il aimait les voyages, le dépaysement, la liberté et l’indépendance de l’officier, “seul maître à bord après Dieu”, mais sa carrière fut entravée par des tracasseries administratives, les mesquineries et la jalousie de certains de ses supérieurs.

55Loti fut-il un écrivain-officier ou un officier-écrivain ? A vrai dire, il fut l’un et l’autre de façon égale, et ce en permanence ; d’ailleurs, son talent résida peut-être dans cet équilibre entre ses deux vocations, dans la passion et la sincérité constantes qu’il montra pour l’une et l’autre.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE SOMMAIRE

I. Sources d’archives conservées au Service historique de la Marine :

- dossiers personnels : CC7 4e moderne 297/7 (Loti)
CC7 4e moderne 1806/8 (Bernard)
CC7 4e moderne 72/9 (Vedel)
CC7 4e moderne 458/5 (Jousselin)

- mouvements de bâtiments BB5 146 et 148 (ECUREUIL)
BB5 155, 157,163 et 165 (JAVELOT)
BB5 250 et 252 (VAUTOUR)

II. Sources imprimées

Outre les ouvrages de Loti lui-même, citons :

. Blanch (Lesley), Pierre Loti, Paris, 1986.

. Farrère (Claude), Pierre Loti quand je l’ai connu, Abbeville, 1927.

. Funaoka (Suetoshi), Censure et colonialisme : l’engagement littéraire de Pierre Loti contre la guerre d’Annam (1883), s.l., 1983.

. Niaussat (Pierre-Marie), Gustave Viaud, chirurgien de marine, dans Cols bleus n°1750 (avril 1983) P. 7-12.

. Quella-Villeger (Alain), Pierre Loti, l’incompris, Paris, 1986.

. Serban (Nicolas), Pierre Loti : sa vie, son œuvre, Paris, 1924.

. Taillemite (Etienne), Dictionnaire des marins français, s.l., 1982.

© Presses universitaires de Rennes, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540