Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Loti en son temps

Les espaces d'un marin engagé

Quand Julien Viaud illustrait Pierre Loti

Contre-Amiral François Bellec

Texte intégral

1Claude Farrère a consacré, comme on le sait, un commentaire incontournable à “cent dessins de Pierre Loti”. Malgré ce précédent fameux –dont le titre fut emprunté par le Musée de la Marine pour une exposition, en 1982– il me paraît plus conforme à la double personnalité de Loti, de suggérer que son talent de dessinateur, de photographe, de reporter, que cette volonté de rendre compte d’un espace - temps réel, appartenaient, moins à Pierre Loti le romancier, qu’à Julien Viaud l’officier de Marine.

2Après les voyageurs au long cours des routes de la soie, qui précédèrent la révolution maritime occidentale du 15ème siècle, les marins furent longtemps les rares envoyés spéciaux de la civilisation européenne vers l’outre-mer. Ils en rapportèrent les premières descriptions orales puis écrites, d’un ailleurs exotique, à travers le triple filtre de leur sensibilité propre, du pouvoir de communication de leur langue, et de la capacité de compréhension de phénomènes inconcevables, par des auditeurs de culture occidentale.

3C’est pour réduire ces distorsions, sans doute, que les grandes expéditions scientifiques autour du monde ont incorporé, à partir du xviiie siècle, des peintres et des dessinateurs dans leurs états-majors scientifiques. Ils ajoutaient une dimension nouvelle à la moisson d’échantillons collectés et de relations littéraires.

4L’expédition Lapérouse avait embarqué Duché de Vancy et les Prévost oncle et neveu. Ces illustrateurs officiels ne décourageaient pas, bien au contraire, le lieutenant de frégate Blondela de dessiner aussi, annonçant une tradition qui perdure. Le plus prestigieux exemple en est François d’Orléans, prince de Joinville, dont les journaux personnels sont illustrés de nombreuses aquarelles de belle facture, mais il y en eut beaucoup d’autres. L’un des plus productifs fut l’Amiral François-Edmond Pâris, ethnologue précurseur, soucieux de ce que l’on nommerait maintenant le patrimoine maritime.

5Son œuvre est considérable pour notre connaissance de bateaux des mers de Chine et des Indes depuis longtemps disparus. Comme lui, bien des officiers de Marine oubliés le plus souvent, anonymes, obscurs en tout cas, même lorsqu’ils ont eu la chance d’être révélés par la sagacité de descendants attentifs, ont porté sur des villes et des paysages aujourd’hui méconnaissables, des regards qui sont du même coup autant de témoignages à valeur d’archéologie. Ainsi le Capitaine de Frégate, René Gillotin par exemple, lui aussi collaborateur occasionnel de l’Illustration” en 1854 pour une campagne au Sénégal et lui aussi superbe illustrateur du monde. Combien ont disparu ?

6Les dessins de Julien Viaud auraient sans doute été marginalisés comme les innombrables fonds de souvenirs de famille qui forment notre héritage collectif inconscient, s’il n’était pas devenu Pierre Loti.

7La consultation des collections du “Monde Illustré” de l’année 1876 et de l’année 1880, éclaire sur le rôle joué par le dessin dans la vie professionnelle, littéraire et familiale de Pierre Loti. Elle est très émouvante aussi.

8Le 16 mai 1876, la frégate La Couronne mouille a Salonique où ont été assassinés les consuls de France et d’Allemagne. Deux jours après l’arrivée de la force française, six coupables désignés par la diplomatie sont pendus en grand appareil devant les représentants des nations emberlificotées dans la “Question d’Orient”.

9La livraison du “Monde illustré” du 3 juin 1876 rend compte de l’exécution, grâce à une information justifiant la formule suivante : “Nos remercîments (sic) sincères à M. Julien V..„ qui a bien voulu nous adresser les croquis d’après nature, de cet acte de réparation”.

10Le 10 juin, les incidents de Salonique sont illustrés d’un “croquis de M.J Viaux”. Le 17, d’un croquis de M. Julien Viaud”, enfin identifié.

11Le 19 août, il s’agit déjà de “M.J. Viaud, notre correspondant”, élevé au rang de collaborateur, de reporter professionnel en quelque sorte.

12A cette époque, il est hors de question de couvrir sur le terrain de tels incidents lointains. D’autre part, certains journaux sont illustrés -abondamment d’ailleurs, comme leurs titres l’indiquent- de gravures tirées de dessins d’après nature. Le double témoignage d’un observateur intelligent et artiste, est d’un immense prix pour un journal d’actualité des années 1870. Julien Viaud devient reporter, et l’on sait à quel point cette collaboration rétribuée au “Monde Illustré” et à “l’Illustration”, préfigurant son œuvre littéraire, est nécessaire au jeune officier.

13S’il n’a pas l’honneur d’être cité parmi les noms des grands collaborateurs littéraires et artistiques figurant en page de titre des albums semestriels du “Monde illustré”, il est entré immédiatement dans le jeu, il s’est intégré dans l’équipe rédactionnelle et artistique du journal.

14J’en veux pour preuve ces croquis annotés pour préparer le travail du graveur. Avant le temps de la photogravure, des artistes exceptionnels transformaient à tour de bras des croquis en matrices pour l’impression. Parfois même, deux graveurs livraient en même temps deux moitiés d’image, rassemblées et uniformisées en quelques minutes pour imprimer un grand format.

15Plusieurs illustrations de Salonique ont été ainsi réalisées à partir de croquis schématiques, représentant le paysage et les éléments essentiels de la scène. Pour le reste, une annotation de la main de Loti “nombreux turbans et parapluies” par exemple, suffisait au graveur pour animer à Paris le décor architectural, y installant une foule en situation, rendant la scène aussi crédible qu’une photographie.

16Témoin exemplaire, Julien Viaud avait un sens manifeste du reportage et des besoins de la médiatisation de l’information brute.

17La livraison du 2 octobre 1880 du “Monde illustré” propose un “Palais du roi Pomaré V le jour de l’annexion de Taïti à la France, d’après un croquis de Mr J. Viaud”.

18Le 17 octobre, l’escadre internationale dans l’Adriatique aux Bouches de Cattaro est “d’après un croquis de M. Loti”.

19Le romancier avait définitivement remplacé le chroniqueur, et la revue rendait compte, sans y prêter vraiment attention, du nouveau destin de son correspondant. Julien V... signalait avec discrétion qu’il se préparait à devenir immortel.

20C’était l’année du “Mariage de Loti”. Encore signé “par l’auteur d’Aziyadé”, il annonçait que tout était encore à venir. L’année suivante, le “Roman d’un Spahi” officialiserait la mutation de Julien Viaud en Pierre Loti.

21Je suis tenté de classer les dessins de Loti en trois catégories, arbitraires j’en conviens, car elles sont en réalité uniformisées par un double souci de témoignage et de souvenir.

22Ceux de l’album personnel conservent un héritage de paysages familiers de l’enfance, de la Limoise bien sûr, et des portraits : Ninette, Marie surtout, la sœur artiste, l’initiatrice à qui Julien doit le support technique de son don personnel. Celle qui l’encourageait aussi à enregistrer les éléments notables de chaque jour, à observer, à transcrire ses impressions par le texte ou par le dessin.

23Très vite, la note pour fixer la mémoire prend une dimension de reportage, puisque, au hasard généreux d’une vie d’officier de Marine de ce temps là, Julien Viaud reporte sur le monde son regard d’artiste pur. Forêts et fjords du détroit de Magellan, cratères de l’Ile de Pâques, bouches de Cattaro, Monténégro, Mooréa, Bora-Bora ou Tahiti, Brésil, Montagne de Marbre ou Sénégal offrent d’étonnants motifs à un observateur sensible.

24Parfois, un imaginaire surgissant comme un surréalisme pour proposer une scène de genre à Dakar ou à Rapa-Nui, trahit le romancier bousculant le témoin objectif. Ces digressions sont rares, car autour de la Terre, Julien Viaud est un explorateur, comme un Dumont d’Urville et plus tard un Victor Ségalen.

25La troisième source des inspirations artistiques du futur Pierre Loti est aussi la plus subtile et la plus émouvante. S’il se penche avec une application d’ethnologue sur les tatouages de dignitaires de Rapa Nui ou d’un chef de Nuka-Hiva, sur la figure altière de la reine Vahékéhu des Marquises, il laisse aussi son regard s’embuer sur des beautés exotiques, mystérieuses et terriblement présentes.

26Comme si Iouaritaï la Pascuane, Arünoore, Rarahu les Tahitiennes, et Hakidjé bien sûr, Aziyadé, suggéraient avec force l’universalité de la femme, ébranlant brusquement la hiérarchie avérée des races et des cultures.

27Loti ne pouvait pas ne pas être tenté par la photographie dont il fut exactement le contemporain. La première photographie française est un paysage de Niepce en 1826, mais il fallut attendre un quart de siècle pour que le procédé s’imposât sous la forme curieusement sophistiquée de la stéréoscopie.

28Le grand public découvrit alors, comme une étrangeté lointaine, des sites de France qu’il ignorait, et se familiarisa avec la singularité de l’image photographique. Si le portrait restait son motif privilégié, car elle était en parfaite harmonie avec l’art académique, elle prit immédiatement une place originale au cours des décennies 1850 à 1880, dans la représentation de la nature et des monuments. Du même coup, s’établirent des rapports intellectuels et artistiques étroits entre la photographie naissante et le mouvement impressionniste annoncé depuis trente ans par Turner. Fuyant comme lui l’ordonnance conventionnelle des ateliers, la photographie s’enivra du goût du voyage.

29Marie, qui communiqua à Pierre Loti son amour du dessin, lui fit aussi découvrir, jeune enfant, les images stéréoscopiques. Malgré cette initiation, c’est sans doute la tante Corinne fixant Rochefort grâce à l’alchimie magique des années 1860, qui éveilla l’intérêt de Julien pour la photographie, renforcé par les calotypes tahitiens de son frère aîné Gustave.

30En fait, fasciné par le portrait et attentif au témoignage, Loti était forcément un adepte en puissance d’un art aussi suggestif.

31Ses quelque six cents clichés de Chine et d’Orient, de Perse et d’Inde, de Turquie surtout, pris autour des années 1900, sont presque tous admirablement composés, Loti avait d’emblée perçu la photographie comme un art dépassant le simple témoignage.

32La demeure célèbre, incrustée dans Rochefort comme un exotisme obsédant, souligne le classicisme formel d’un tropisme orientaliste prépondérant, d’un regard tourné vers Salonique, Istanbul et Aziyadé.

33Pourtant, le fantôme illustre qui hante une mosquée échouée sur les bords de Charente, fut aussi acteur et témoin du bouleversement impressionniste.

34“J’ai promené mon âme changeante dans un monde changeant”. Pierre Loti a eu le double privilège de traverser notre culture au moment où elle se renouvelait, et d’être un voyageur universel à la rencontre d’autres références, d’autres traditions, d’autres vérités.

35Presque chaque page du “Roman d’un enfant” évoque une impression fugitive, une émotion globale, un choc instantané, fort et indistinct à la fois.

36“Depuis, j’ai souvent remarqué du reste que des barbouillages rudimentaires tracés par des enfants, des tableaux aux couleurs fausses et froides, peuvent impressionner beaucoup plus que d’habiles et géniales peintures, par cela précisément qu’ils sont incomplets et qu’on est conduit, en les regardant, à y ajouter mille choses de soi-même, mille choses sorties des tréfonds insondés et qu’aucun pinceau ne saurait saisir” (Le Roman d’un enfant).

37Le jeune Aspirant de la Flore, dont les dessins relevaient de la tradition des explorateurs généreux du xviiie siècle, était en harmonie profonde avec l’Impressionnisme de son temps.

© Presses universitaires de Rennes, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540