Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Loti en son temps

Les espaces d'un marin engagé

Pierre Loti et l’Europe balkanique

Alain Quella-Villéger

Texte intégral

1La Méditerranée, premier enjeu du monde occidental si l’on remonte jusqu’à l’Antiquité, est restée un espace conflictuel jusqu’à nos jours, avec au-delà de divisions politiques circonstancielles, trois communautés culturelles, trois civilisations qui s’affrontent ou se complètent : la Chrétienté (ou bien son acception plus moderne : l’Occident) presque synonyme de Romanité, puisque le centre reste Rome ; l’Islam – la civilisation mais aussi l’islam, la stricte religion –, et l’univers orthodoxe (grec ou balkanique). On a beaucoup glosé sur la “poudrière balkanique”, où l’Europe avait pourtant placé “une grande partie des explosifs” (R. Ristelherber), oubliant que la déflagration de 1914 prit plus encore ses racines dans l’agonie des empires (Romanov, Habsbourg et Osmanlis), et dans leur compétition rivale vers la Méditerranée.

2On ne peut décemment s’exclamer devant les turqueries d’un Loti, ni en faire le chantre d’un Orient rêvé, sans tenter de comprendre ses rapports avec l’Occident, sa conception même de l’Europe, et plus étroitement ses liens avec les autres pays d’Europe, souvent concurrents de la France dans la compétition coloniale. Certes, Pierre Loti n’attache aucune importance particulière à l’Europe en tant qu’entité politique et culturelle : pas d’« idée européenne » ni le sentiment d’une quelconque supériorité de civilisation. Il y a trop de clivages entre les nations qui la composent, trop de haines internes, trop de rivalités, pour que l’Europe lui paraisse alors une entité.

3Le mot « Europe » émerge rarement sous sa plume, – le mot « Occident » non plus d’ailleurs –, et les rares fois où il mettra tous les Européens dans le même sac, ce sera pour dénoncer leur rapacité commune envers le reste du monde, pour condamner « un de ces griefs comme les Européens en ont toujours contre les peuples rêveurs de l’Asie, et qui rappellent ceux du loup contre l’agneau » (dans Les Pagodes d’or). Le découpage géographique de l’Europe telle que la conçoit Loti oppose une Europe nordique qu’il néglige (même si son best-seller fut Pêcheur d’Islande), une Europe chrétienne, et gréco-latine, qu’il mésestime (Espagne, Italie, Grèce), une Europe des marges qui le séduit plus volontiers (îles méditerranéennes, Turquie d’Europe, pays slaves). L’Europe balkanique (au sens strict, aujourd’hui : ex-Yougoslavie, Bulgarie, Grèce, Turquie d’Europe ; ajoutons la Roumanie), peut sembler secondaire, sinon absente, de l’œuvre et de la vie de Loti ; il n’en est rien. Le marin et le turcophile ne pouvaient ignorer ces régions qui comptaient dans la politique méditerranéenne de la France, et dans la fameuse “question d’Orient”…

4Si l’on excepte les séjours turcs antérieurs, à Salonique et Constantinople, Loti a vraiment découvert l’Europe balkanique en 1880, en séjournant dans l’Adriatique. Il en a rapporté une nouvelle de Fleurs d’ennui : Pasquala Ivanovitch et d’autres pages monténégrines : des impressions confuses sur cette région alors troublée. La capitale du Monténégro ne lui paraît pas crédible, et la bigarrure des peuples incompréhensible : à Cettigne (Cetinje), il s’étonne de voir des Albanais mêlés aux Monténégrins. Quant à la route de l’Albanie, elle ne conduit nulle part : « la politique est très embrouillée de ce côté-là », dit-il. Dans ce « pays des Slaves, des Dalmates, – des Monténégrins à mine de bandit, vêtus de velours brodé d’or – et des Albanais que j’aime parce qu’ils me parlent la langue de Stamboul ».

5Tout ce monde lui paraît « primitif », montagnard, « farouche, mêlant à des idées religieuses des idées de guerre et de vengeance, de têtes coupées et d’éventrements », et l’on y semble regretter l’ancienne « domination fantasque mais nonchalante des Turcs ». Il salue l’Herzégovine, « ce petit peuple, qui donnait en 1875 le signal de la grande croisade des Slaves contre l’Islam : “Les seuls de tous ces Slaves, ils se sont conduits loyalement vis-à-vis de l’ennemi héréditaire (…) à présent ils sont tombés sous le joug d’un autre maître, qui les a étiquetés et réglementés à la manière germanique ». Et s’il fait écho à l’idée d’un futur empire des Slaves du Sud, c’est presque distraitement et en se trompant, croyant voir dans Cettigne la future capitale. Pouvait-il imaginer que la capitale yougoslave, en 1919 seulement, serait serbe (Belgrade) ? Cette Serbie d’ailleurs, il ne la connaît pas du tout.

6En fait, Loti (Julien Viaud encore) est venu, embarqué sur le Friedland de la Marine française, un des navires composant l’escadre internationale envoyée par les grandes puissances européennes pour intervenir dans le conflit opposant les Monténégrins aux Turcs : simple problème de frontière, issu des décisions contradictoires du Congrès de Berlin en 1878 et de la Conférence de Constantinople en 1880, qui passionna alors la presse européenne. Comme reporter, Julien Viaud profite de ce séjour forcé dans les Bouches de Cattaro (de Kotor), du 4 octobre au 20 novembre 1880, mais dès le 14 septembre dans les eaux monténégrines, pour adresser une série d’articles, avec dessins, au Monde Illustré. Celui paru le 2 octobre sur « L’Affaire de Dulcigno » est le premier signé du pseudonyme LOTI.

7A travers ces pages de jeunesse, celles de Pasquala Ivanovitch ou celles du Voyage de quatre officiers de l’escadre internationale au Monténégro, Loti prend ouvertement le parti des Osmanlis. La critique serbo-croate a généralement peu goûté jusqu’à ces dernières années, les lignes de Loti, lui reprochant ses préjugés, son manque de perspective historique, sa « turcophilie chevaleresque », à l’exception aujourd’hui de Risto Lainovic, Yougoslave de Serbie, qui admire la force du témoignage du marin français, en particulier qu’il ait été convaincu du futur de « cet empire des Slaves du Sud » – un “futur” désormais bien déliquescent !

8C’est à une femme, et cette fois sans aucune arrière-pensées amoureuses, que Loti devra de redevenir l’observateur attentif des Balkans, de la Roumanie en particulier. Il fut en effet l’ami de la Reine Elisabeth de Roumanie, en littérature Carmen Sylva, à ses yeux « fille du Nord et Reine d’Orient ». C’était une amie de la Comtesse Diane de Beausacq, amie de Loti, mais c’est par sa fille d’honneur, Hélène Vacaresco, qu’elle était entrée en contact avec l’écrivain. Très éprise de littérature française, elle admira sans restriction Pêcheur d’Islande au point de le traduire en allemand dans l’été 1887, et d’inviter l’auteur au château de Pelesh à Sinaïa, résidence d’été de la famille royale. Loti ne se le fit pas dire deux fois ! Il arrive à Bucarest le 27 septembre 1887, et quitte la Roumanie le 4 octobre : On trouve l’écho charmé et superlatif de ce séjour dans L’Exilée (1893) – voir aussi le témoignage de Léopold Stern, Pierre Loti et Carmen Sylva (Grasset, 1931). Mais si Loti aime la Reine, il ignore à peu près tout du peuple.

9Continuant cette année-là, 1887, sa route vers Constantinople, à la recherche de son « fantôme d’Orient », Loti revient à Bucarest dès mai 1890 : visite courte et triste qui précède de peu l’exil de la reine (exil doré et mélancolique à Venise, où Loti lui rendra visite les 14 et 15 août 1891 ; visite contée dans L’Exilée, un ouvrage qui déplut au royal mari). Avant son voyage. Loti avait été mis en cause dans la presse hongroise. Les Hongrois, ennemis des Roumains, avaient invité Loti à Budapest et s’étaient heurté à un refus catégorique. Un journaliste hongrois, Sigsmond de Justh, s’empressa de publier un article où, déformant des propos d’Hélène Vacaresco, il attaquait l’écrivain. Le scandale de L’Exilée devint politique, du point de vue international. Au clan francophile de la reine s’opposait le clan germanophile du roi. Le 24 janvier 1893, Juliette Adam écrit à Loti : « J’ai écrit dans le Journal des articles contre le roi et le prince Ferdinand auxquels les journaux de Bucarest ont tous répondu. Nous voilà, mon fils Loti, un bon trio : vous, Scheffer, moi, défendant Carmen Sylva. Nous verrons bien ». Le roi exigera alors de la reine qu’elle ne revoie plus jamais l’écrivain.

10Rentrée en Roumanie, Elisabeth renouera avec Loti en 1908 par l’intermédiaire de son secrétaire Léopold Stern, et leur amitié, qui n’avait jamais cessé, pourra redevenir officielle. Mais Loti ne reviendra jamais à Sinaïa ni à Bucarest. La reine mourra en 1916 sans qu’ils aient pu se revoir (Loti ne l’oubliera pas lorsqu’il retournera à Venise en 1917, la plaindra et rendra hommage à son intelligence, et à son rêve de fraternité franco-allemande).

11Après son voyage de 1910 à Istanbul, et avant celui qu’il y fera en 1913, c’est en quelque sorte la Turquie qui vient à lui, à l’occasion du conflit italo-turc, plus connu sous le terme de Guerre de Tripolitaine. En apparence, nous sommes loin des questions balkaniques, mais c’est ce contexte que choisit Loti pour publier le 3 janvier 1912 son premier grand article « engagé », au caractère politique indéniable. Cela s’appelle sobrement « La guerre italo-turque ». Ce plaidoyer turcophile nous révèle plus que jamais un Loti débarrassé de son sabre d’officier depuis que Viaud est à la retraite (1910). L’homme redevenu libre de ses actes, de sa parole, de ses écrits, apprend la hardiesse et l’exaltation polémiques. Par-delà la condamnation de la conquête entreprise par les Italiens, c’est un intéressant manifeste pour la paix.

12Surtout, la guerre turco-italienne dégénère bientôt en conflit turco-balkanique. Alors qu’à Lausanne on discute du sort de la Turquie à travers sa dernière province nord-africaine, mais aussi du sort des Balkans, Loti, qui séjourne à New York, adresse en France un câblogramme que Le Matin du 13 octobre 1912 publie sous le titre « Les adjurations de Pierre Loti ». Il condamne l’attitude des pays balkaniques contre la Turquie. Plus grave encore, le 16 octobre, la première Guerre balkanique commence (Serbie, Bulgarie, Grèce et Monténégro alliés contre la Turquie). Depuis mars en effet, sous l’impulsion du ministre des Affaires Etrangères de Russie, la Bulgarie, la Serbie, le Monténégro et la Grèce se sont entendues pour procéder au démembrement final de la Turquie d’Europe. Cette première Guerre balkanique conduira la Turquie, après une série de désastres, à signer le Traité de Londres, le 30 mai 1913, l’éliminant pratiquement de l’Europe, même si, contrairement aux ambitions russes, elle conservera le contrôle des détroits (Bosphore et Dardanelles).

13Pendant six mois, Loti va se démener activement, engager toutes ses forces pour défendre la Turquie agressée, s’exposant aux pires insultes, mettant sa ténacité, sa pugnacité au service d’une cause a priori perdue. Il met en cause l’Occident : « le progrès, la civilisation, le christianisme, c’est la tuerie extra-rapide, la tuerie à la mécanique ». Il met en cause la rapacité balkanique qui, loin de se contenter des territoires reconquis, veut aussi prendre Istanbul. De ce dépeçage en cours, l’Europe est à ses yeux “complice” : « Honte ! Honte à l’Europe, honte à son christianisme de pacotille. Et, pour la première fois de ma vie, je crois que je vais dire : honte à la guerre moderne ». Un autre article paraît entre temps dans Gil-Blas, le 10 novembre, qui complète les précédents. Loti cherche à défendre les Turcs « abandonnés et trompés par tous, volés » et insultés, en introduisant un argument neuf : « Peut-être serait-il sage de se rappeler que le sultan n’est pas que l’empereur des Turcs, mais qu’il est aussi le khalife vénéré par tant de millions et de millions de croyants jusqu’au fond de l’Asie et jusqu’au fond de l’Afrique, à ce titre il mériterait sans doute quelque considération ». La question balkanique, de territoriale et politique, prend chez Loti une dimension religieuse et universelle.

14Loti est obligé de quitter Le Figaro. Son directeur, Gaston Calmette, l’a informé qu’il ne peut décemment plus publier les diatribes de son habituel collaborateur et ami. Les lettres de lecteurs mécontents et les risques de désabonnements le contraignent à la prudence : « faire campagne contre les vainqueurs des Turcs, les accuser de tous les méfaits, etc… c’est les indisposer contre la France : or nous pouvons les avoir comme alliés demain », argumente-t-il. Il a d’ailleurs déjà pris publiquement ses distances dans Le Figaro du 13 novembre, où il signe un prudent « A propos des Turcs ». Pour le directeur, « les blasphèmes si ardents, si exaspérés que Loti jette au monde entier sont encore des prières qu’il adresse aux mânes de la petite Circassienne ». Essayant d’expliquer les causes de la défaite turque en cours, causes militaires surtout, il oppose un Empire Ottoman moribond, résigné, aux « peuples jeunes et valeureux des Balkans ». C’est l’exacte opinion contraire d’un Loti. Le Figaro a choisi son camp. Dorénavant, Loti ira donc porter ses articles turcophiles au Gil-Blas, où il va mener, du 20 novembre 1912 à mars 1913, une campagne à coups de « Lettres sur les Balkans », qu’il accompagnera de son premier grand livre politique, Turquie agonisante (janvier 1913).

15Il s’agit de plaidoyers à la première personne, où Loti s’expose publiquement. Il n’a de mots assez violents pour la Ligue Balkanique, en tête de laquelle les Bulgares sont particulièrement visés : « Je n’ai point de haine contre ce peuple », annonce-t-il, mais il ne trouve aucune circonstance atténuante aux Comitadjis massacreurs, même s’il dit admirer « leur courage au feu ». « Les Bulgares – en toute tranquillité, sous les yeux fermés de l’Europe complice, procèdent à l’extermination systématique des Musulmans dans les provinces envahies ». Ils ne sont pas les seuls, mais pour les Serbes et les Grecs, Loti est plus nuancé : « Je n’ai jamais eu connaissance d’atrocités commises par les Grecs », commence-t-il par dire, condamnant plutôt les Serbes « chez qui sévissent, du haut en bas de l’échelle sociale, la violence et les raffinements du meurtre ». Dans l’anathème qu’il jette sur les vainqueurs du moment et sur leur Comité Balkanique, Loti s’en prend à ceux qui les gouvernent. Son embarras vis-à-vis des Grecs s’explique par sa sympathie évidente pour la famille royale « qu’ils se sont donnée hautement respectable » ; pour leur « exquise reine, les Turcs sont les premiers à redire avec vénération le bien qu’elle fit lors de son passage à Salonique ». L’attitude de Loti est moins ambiguë pour les dirigeants serbes ou monténégrins. Il placarde « la figure aiguë et mauvaise de Pierre Karageorgevitch, qui monta sur le trône par l’horrible assassinat du roi Alexandre et de sa femme » – il dit ailleurs « la triste Draga » – sans oublier « le roitelet de Monténégro ». Celui qui les mène, à son avis, c’est Ferdinand de Bulgarie, « celui qui sut le plus bruyamment jouer de la croix, qui en joua comme d’une grosse caisse pour entraîner à sa suite le troupeau des sectaires et des naïfs. Son profil de vautour est connu, et aussi l’éclair féroce de ses tout petits yeux de tapir, percés comme à la vrille sous les plis des peaux retombantes ». Etc, etc… le prince de Cobourg attise chez Loti, on l’aura compris, des mots très durs : « pour être un grand prince, dont l’histoire parlera, il faut avoir arrosé les plaines avec beaucoup de litres de sang humain ». Loti plaint donc les peuples balkaniques d’avoir de tels gouvernants. Le procédé, qui consiste à séparer ou opposer le peuple et ses élites dirigeantes à l’avantage d’accuser un peuple sans se mettre à dos ses monarques (exemple de la Grèce), ou bien d’excuser un peuple tout en condamnant les hommes au pouvoir (c’est le cas de la Bulgarie, voire de la Turquie : ceux qui la critiquent, explique-t-il « confondent la nation avec son gouvernement »).

16L’Europe, celle qui reste, qui se veut simple témoin, attire aussi ses foudres – et l’on ne peut s’empêcher, lisant les lignes de Loti, de penser à la situation de 1993 – : « Ce n’est pas d’hier que les nations d’Europe commettent des couardises ou des crimes ; de tout temps cela s’est pratiqué (la Pologne, le Transvaal, l’Alsace-Lorraine, etc., etc., en sont, hélas ! le lamentables preuves). […] Il y a eu sur le dos de la Turquie, accord complet de lâchage et de mépris des traités […] cette Turquie à laquelle trois semaines plus tôt toutes les chancelleries unanimes avaient solennellement renouvelé des promesses d’intégrité territoriale », la voilà abandonnée, sa demande de médiation ignorée, l’Europe étant surtout déjà « préoccupée du partage de ses dépouilles […] Honte à l’Europe. C’est elle l’odieuse coupable de ces hécatombes ». Et Loti d’accuser : « notre chère France où donc est-elle, notre généreuse France, qui jadis, s’enthousiasmait pour toutes les justes causes […] la voici, hélas ! au premier rang de l’impitoyable meute ! ». « Avec quelle stupeur douloureuse j’ai vu notre pays, par dévouement aux Slaves, s’associer, et même d’une façon militante, à ces pressions inqualifiables !… L’homme éminent qui nous dirige [Raymond Poincaré] – et avec tant d’intégrité, de bon vouloir et de génie–, se ressaisira sans doute, je veux l’espérer, se souviendra des généreuses traditions de la France ».

17L’écroulement de l’Empire Ottoman, autrement dit de l’islam turc, n’est pas pour déplaire aux revanchards d’un Empire byzantin chrétien jadis balayé de la Méditerranée, mais l’Europe des nationalités s’indigne toutefois de l’impérialisme russe (contre lequel l’impéralisme des Habsbourg, catholique et germanophile, est un garde-fou). Loti se démarque, puisque loin d’une vision européenne qui admet communément l’inéluctable fin d’un Empire Ottoman sénile, il vante comme élément structurant de l’équilibre européen, cet empire musulman, et n’oppose pas un « moi » européen civilisé à un « autre » musulman et barbare. Si l’on cherche à comprendre la pensée géopolitique de Loti, il va de soi que sa crainte première, dans les Balkans, est la constitution d’une grande puissance slave ayant pour capitale Constantinople, soutenue – sinon occupée – par les Russes ou, pire, par les Bulgares. Certes, Loti admet les aspirations nationalistes dans les Balkans, tant « paraît légitime et noble l’effort des peuples balkaniques vers l’indépendance » ; « mais, ajoute-t-il, l’Europe avait mille moyens de leur faire droit, sans permettre la boucherie atroce". Il est clair qu’avant même le traité de Londres de mai 1913, Loti entérine le fait acquis : la fin de la présence ottomane dans les Balkans.

18Mais il est convaincu que tout cela ne peut que desservir les intérêts français, et ses explications ne relèvent plus de la poésie orientaliste : « En effet, on nous aimait encore en Turquie, par une tradition ancestrale remontant à beaucoup d’années et toujours très solide. Le dicton – qui n’est plus vrai aujourd’hui, hélas ! – le vieux dicton : “La Méditerranée est un lac français” se justifiait encore dans cette seule partie du Levant ». Malgré « l’infiltration allemande », La France jouait encore un grand rôle culturel et économique, et même « nous avons en Turquie deux milliards et demi de capitaux qui fructifient depuis des années – fructifient plutôt trop, oserais-je dire ; que deviendra cet argent de notre épargne, aux mains des envahisseurs ? ». Le raisonnement de Loti est simple : anéantir la Turquie, « ce serait infliger une souillure à notre histoire nationale. Et puis ce serait nuire irrémédiablement à nos intérêts, donner le coup de mort à notre influence séculaire en Orient ». Autrement dit, loin d’être le seul turcophile que l’on présente généralement, Loti n’en est pas moins auparavant un citoyen français préoccupé par la place de la France en Méditerranée. A ses yeux, l’Egypte avec le Canal de Suez, est un verrou important, d’où sa lutte aux côtés de Moustafa Kamel. De la même façon, le Bosphore et les Dardanelles représentent un axe stratégique majeur – il est marin de formation, ne l’oublions pas –, et sa défense de la Turquie n’est pas dénuée d’impératifs nationaux et géostratégiques. C’est bien pourquoi Turquie agonisante fait preuve d’une sympathie sans bornes pour les Turcs, pour l’islam, et pour la France, pour les intérêts commerciaux et industriels de celle-ci, mais surtout pour « la France intellectuelle et morale, la vraie France »…

19En mettant une « Note finale de l’auteur pour la dernière édition de ce livre », Loti rappelle qu’il a dû faire face à « une censure terrible chez les alliés et [à] une conjuration de silence dans la presse française […]. Longtemps, dit-il, j’ai été presque seul, avec Claude Farrère, à dénoncer les atroces barbaries des Balkaniques ». Les guerres balkaniques ont en effet réveillé en Loti le polémiste inquiet de voir Constantinople menacée, l’homme de justice aussi, épris de vérité – en tout cas de celle à laquelle il croit fermement. S’il publie Turquie agonisante, c’est « pour essayer de faire entendre un peu de vérité et pour demander un peu de justice […]. Malgré la censure et les belles paroles, la vérité finira par être universellement connue ».

20Loti, qui s’indignait de voir la France choisir le camp des alliés balkaniques au nom de la paix, peut au milieu de l’année 1913 se réjouir de voir sa campagne porter ses fruits. La France recherche alors de plus en plus un partenaire balkanique pour la Triple-Entente (la Serbie, la Roumanie, ou la Grèce). Cela pousse désormais la Bulgarie dans les bras de l’Autriche-Hongrie, mais assure à la cause turque une meilleure compréhension. La deuxième Guerre balkanique (qui voit les anciens vainqueurs s’entredéchirer : la Bulgarie attaque Grèce et Serbie, mais s’incline une fois prise à revers par les Roumains et les Turcs), donne pleinement raison à l’écrivain, dont la crédibilité se trouve ainsi renforcée, en France et en Europe. La valeur documentaire de Turquie agonisante prend des airs prémonitoires et surtout, le livre s’impose comme un grand livre politique, non pas celui d’un rêveur isolé et nostalgique, mais bel et bien celui d’un écrivain engagé capable de défendre une cause difficile, d’influencer l’opinion et la classe politique, et d’anticiper sur les événements.

21Des heures et des malheurs de la campagne turcophile de Pierre Loti, on relève d’une part qu’il fut violemment pris à partie, entre décembre 1912 et mars 1913, dans ce que l’on peut appeler « l’affaire du Bruix » – des officiers français du Bruix avaient vu, selon lui, des soldats grecs et serbes crever les yeux à des prisonniers turcs, à la suite d’informations erronées transmises par Claude Farrère – ; d’autre part qu’il fit un bout de route commune avec Jean Jaurès qui l’invita à publier dans L’Humanité du 30 janvier 1913 une lettre reprenant l’essentiel de sa pensée en faveur de « cette malheureuse Turquie aux abois, qui a déjà tant cédé […] Comment ne pas s’épouvanter de tout ce qu’il y a de lâche, de la part d’un ensemble de nations dites civilisées, à pousser aux dernières limites du désespoir un peuple auquel jadis elle avait « tout promis ».

22Relevons aussi pour l’anecdote, mais ce n’est pas anodin, qu’il y eut aussi ce que l’on peut appeler “l’affaire Torkom”, lancée le 29 octobre 1913 par L’Homme libre, lequel fit connaître qu’un Bulgare lançait comme défi à Loti de le “pourfendre en combat singulier”. Un lieutenant Torkom, agissant au nom de l’honneur de son pays, voulait laver les accusations de l’académicien, même si rapidement les milieux officiels bulgares prendront leurs distances vis-à-vis de cet officier fanfaron (d’origine arménienne et vivant surtout en Suisse). Le silence méprisant de Loti dut cesser bientôt, cette affaire faisant pendant une dizaine de jours la Une de la presse, et surtout face aux volontaires, français ou turcs, se proposant de se battre en son nom : il publia, dans Le Figaro du 8 novembre, une mise au point pour ridiculiser le lieutenant et minimiser l’incident. Il ne sera pas écouté, et un “chevalier rouge” (l’escrimeur Georges Breitmeyer) se battra en duel, à l’épée, le 19 novembre, blessant Torkom, qui repartira penaud.

23Cette cause turcophile, outre qu’elle engage Pierre Loti sur des chemins politiques inattendus, le conduit aussi à faire ce qu’il déteste le plus : intervenir en public. Un gala Pierre Loti est en effet organisé à Paris, le 25 avril 1913, aux « Vendredis de Fémina », au théâtre Fémina. devant le Tout-Paris. Le journaliste Alfred Capus avoue alors ne pas bien comprendre l’admiration qu’on a témoignée au romancier, les raisons cachées de cette admiration et de cet hommage : “Est-ce que sa généreuse défense de la Turquie vaincue aurait été pour quelque chose dans cette charmante initiative ? Je n’ose pas y croire ou alors Tout-Paris aurait pris parti dans la question bulgare, ce qui m’étonnerait » (Le Figaro, 28 avril). En août 1913, Loti se rend en Turquie, à l’invitation des milieux gouvernementaux, qui assurent à l’écrivain un accueil triomphal de “libérateur”.

24De retour en France, il pourra lire dans L’Illustration son article « Pour Andrinople ottomane », dont les renseignements sont contestés par le ministre plénipotentiaire de Bulgarie à Paris. L’écrivain riposte le 4 octobre par une lettre au directeur de L’Illustration, scandalisé parce que ce communiqué officiel précédait son propre article « La Délivrance », où il évoquait Tchataldja, les champs de bataille récents. Une fois de plus, il aligne force détails et accusations, s’en prend aux « feuilles ultracléricales », « ultra sectaires de chez nous, qui d’ailleurs compromettent et rabaissent la noble cause catholique. On ne s’explique pas leur acharnement haineux contre les Turcs ». Excédé et écœuré, il conclut : « nier ainsi, purement et simplement, des faits établis par des milliers de témoignages, constatés en outre par des commissions officielles internationales » est ridicule et grave ; « je ne relèverai plus de tels démentis, et, après la lettre qui va suivre, j’aurai fini de parler des Bulgares, la cause est entendue, leurs crimes appartiennent à l’histoire ».

25Non, il n’en avait pas terminé, car la Bulgarie occupe une place à part dans les haines de Loti. Ennemie de la Turquie pendant les Guerres Balkaniques, elle le sera de la France pendant la Grande Guerre. Loti, qui défendit l’une puis l’autre, trouva donc en elle un même ennemi, et cette Bulgarie, qui apparaissait furtivement dans sa jeunesse, et presque sympathique (relire Aziyadé ou Fantôme d’Orient), deviendra l’“ennemi public numéro 1”, le Cobourg devenant avec le Kaiser allemand – oserai-je dire – les deux têtes de Turc du romancier. Mais, comble de malchance, la Turquie aura rejoint le camp de la Triple-Alliance ! Si Loti, qui s’est lancé en 1914-18 dans une grande action de “bourrage de crâne” patriotico-tricolore, fait par obligation l’impasse sur cette Turquie devenue ennemie, sur la Grèce alliée tardive (“la grécaille”, comme il écrit dans une lettre à Juliette Adam), s’il protège la Roumanie fidèle et francophile, en revanche la situation nouvelle l’oblige diplomatiquement à mettre à part les Serbes : “la pauvre petite Serbie, devenue tout à coup martyre et sublime”. On connait des lettres à Gregor Yakchitch, représentant en France du gouvernement serbe, où Loti veut faire amende honorable pour aider cet allié balkanique qu’il avait autrefois condamné.

26La nouveauté avec la Première Guerre mondiale, c’est que Loti défend cette fois la même cause que son pays, qu’il adhère aux grandes orientations internationales de l’Elysée (dont il sera même le diplomate secret en 1915 dans l’éventualité d’un revirement turc), certes au nom de l’“union sacrée” et dans l’ombre de son ami Louis Barthou. N’oublions pas en effet qu’il a presque toujours été en désaccord avec les choix géopolitiques de la IIIème République. La nouveauté également, c’est que pour la première fois, Pierre Loti, loin d’être seulement un témoin, même militant, un écrivain “engagé” jeteur d’idées et de sorts, devient un homme d’action, éminence grise au plus haut niveau de l’Etat.

27L’amitié pour la Turquie et les questions balkaniques nous révèlent ce Pierre Loti si longtemps ignoré, l’intellectuel utilisant les médias pour faire pression sur l’opinion ; l’homme de courage aussi dont on sait que, le 28 avril 1913, aux Annales, il fit une conférence un browning dans sa poche en raison des menaces bulgares ; l’homme de lucidité enfin, au besoin pacifiste, allant au bout de sa conscience humanitaire et de ses amitiés étrangères.

28La difficulté pour un écrivain rêveur, face à la réalité triviale, n’était-ce pas alors de concilier idéal esthétique et conscience politique ? Les difficultés de cette cohérence intime sont un des fils conducteurs de son action et de son œuvre.

Bustes placés sur le versant S-E. du volcan Ronororaku.
Dessin de Pierre Loti, Collection du Musée de la Marine.

Evénements d’Orient. Les premières expositions des assassins des consuls de France et d’Allemagne sur le quai de Salonique, le 16 mai à 5 heures du soir.
Dessin de M. Lix, d’après le croquis de M. Julien V. Extrait du Monde illustré du 3 juin 1876, pp 360-361.

Bibliographie

Bibliographie

Se reporter à nos ouvrages : La Politique méditerranéenne de la France (1870-1923) – Un témoin : Pierre Loti, Paris, L’Harmattan, 1992, 227p. ; Pierre Loti l’incompris, Paris, Presses de la Renaissance, 1986, 408p. ; Istanbul – Le regard de Pierre Loti, Tournai, Casterman, 1992, 118p. ; également Le Cas Farrère – Du Concourt à la disgrâce, Paris, Presses de la Renaissance, 1989, 476p.

Voir aussi notre édition de Pasquala Ivanovitch et autres pages monténégrines, textes réunis pour la première fois, avec des dessins de Loti, préfacée par Risto Lainovic (Puiseaux, Ed. Pardès, 1991, 157p.) ; et notre article : “Deux marins-écrivains face à la Marine française : Pierre Loti et Claude Farrère (1869-1919) ”, Guerres mondiales et conflits contemporains, Paris, PUF, n° 172, 1993.

Table des illustrations

Légende Bustes placés sur le versant S-E. du volcan Ronororaku.Dessin de Pierre Loti, Collection du Musée de la Marine.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/33400/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 659k
Légende Evénements d’Orient. Les premières expositions des assassins des consuls de France et d’Allemagne sur le quai de Salonique, le 16 mai à 5 heures du soir.Dessin de M. Lix, d’après le croquis de M. Julien V. Extrait du Monde illustré du 3 juin 1876, pp 360-361.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/33400/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 780k

© Presses universitaires de Rennes, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540