Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Loti en son temps

Les lieux d'inspiration

Loti, la mer et la mère

Martine Sagaert

Texto completo

1Pierre Loti, dont la soif de connaître est vaste comme l’univers, oscille sa vie durant, son œuvre durant, du maternel au textuel, suivant le flux et le reflux. Il assiste à l’accouchement réitéré du maternel, engendrant mare et mater. Sacrifiant à la double exigence de ces deux forces, il écrit comme il revient au port, comme il largue les amarres.

  • 1 Voir liste d’étrennes, publiée par Martine Sagaert in Pierre Loti, La France, printemps 1992, n°55, (...)

2Troisième enfant d’une famille unie – Son père : Théodore Viaud (1804-1870), d’origine modeste, autodidacte et de nature artiste, mène une vie besogneuse de secrétaire de mairie. Sa mère : Nadine Texier (1810-1896), native de l’Ile d’Oléron, appartient à la bourgeoisie protestante –, Julien Viaud voit le jour le 14 janvier 1850 à Rochefort. Au début de l’existence, son histoire est simplement celle d’un enfant très aimé. Il est né coiffé et toutes les bonnes fées se sont penchées sur son berceau : mère, sœur, grand-mère paternelle, grand-mère maternelle, tantes. Lorsqu’il paraît, la famille applaudit ses talents. On le trouve intelligent et drôle. Il faut dire qu’il est doué pour la musique, pour le dessin, et pour les lettres1. Il est sensible, aime ses animaux et sa maison. Mais il a aussi envie de courir le monde comme ses ancêtres marins.

3Son père, qui le destinait à l’Ecole Polytechnique se résout, pour des raisons financières, à le voir préparer Navale. Et sa mère, qui s’était déjà séparée de Gustave, son aîné, accepte de voir partir son cadet. En 1866, Julien entre au cours de marine du Lycée de Rochefort puis prépare ses examens à Paris. Et il est admis sur le Borda, célèbre navire-école.

4Dans une lettre du 2 Janvier 1868 à ses “chers bons vieux”, il écrit :

  • 2 Archives Pierre Loti-Viaud, avec son aimable autorisation.

“Les rapports des élèves entre eux sont des plus agréables ; l’esprit qui règne à bord est essentiellement différent des pensions et des collèges en général ; on ne cherche pour ainsi dire qu’à se soutenir et à se rendre service mutuellement. [...] J’ai le plaisir de voir que je suis généralement aimé de mes camarades d’abord, et ensuite de ceux des anciens que je connais”2.

5Julien Viaud a trouvé sa voie. Il est aspirant sur le vaisseau-école Jean Bart (1869) puis enseigne de vaisseau (1873), lieutenant de vaisseau (1881), capitaine de vaisseau (1905). Il part pour les lointains avec la bénédiction maternelle. Tout est bien dans le meilleur des mondes possibles.

6En fait, ce n’est pas si simple. Julien Viaud se sent honni des dieux. Il se croit maudit et déshérité. Comme il l’écrit dans Prime Jeunesse :

  • 3 Prime Jeunesse, France Loisirs, 1990, p. 26.

“Ce fut sans doute un des malheurs de ma vie d’avoir été beaucoup plus jeune que tous les êtres qui m’aimaient et que j’aimais, d’avoir surgi parmi eux comme une sorte de benjamin tardif sur lequel devait converger fatalement trop de tendresse”3

7Pour son malheur, Loti est choyé par des femmes trop attentives, trop nombreuses et trop âgées. A sa naissance, Julien est entouré par sa mère (40 ans), la tante Corinne (42 ans), la tante Clarisse (37 ans) mais aussi la grand-tante Rosalie (61 ans), la grand-mère maternelle, Henriette Texier (62 ans) et la grand-mère paternelle, Marie-Anne Morillon (72 ans).

  • 4 Voir Le Roman d’un enfant, GF Flammarion, n° 509, p. 56.
  • 5 PJ, p. 35.
  • 6 Ibidem.
  • 7 PJ, p. 53.

8Il ne vient pas à l’idée de l’enfant de se demander l’âge de sa mère4. La dernière image de la mère jeune date du beau soir d’été où il assiste à la répétition générale des toilettes pour le mariage de sa sœur. Nadine Viaud a, ce jour-là, un chapeau “en crêpe vert, [...] orné de paquets de roses saumon voilées d’une imperceptible gaze blanche et d’où s’échappaient des plumes, du même vert adorable que le chapeau lui-même”5. La bien-aimée maman est bien jolie là-dessous “avec ses beaux yeux si fins, son visage régulier sans une ride, ses boucles presque sans un fil d’argent”6. Entre la jeunesse et la vieillesse, il y a la “robe-musique”7, celle qu’elle portait le jour où elle apprit la mort de Gustave, son aîné.

  • 8 PJ, p. 120.
  • 9 RE, p. 96.

9La robe-musique est signe des sanglots maternels, signe du malheur, signe funèbre. Elle augure de la garde-robe à venir. Alors, la mère ne se distingue plus du “cher cénacle de figures tutélaires”8 qui promènent “leurs pareilles robes noires dans cette chère maison presque vide et devenue silencieuse comme un tombeau”9.

10Avant que réellement la mort ne menace (mort de la grand-mère paternelle en 1858, il a 8 ans ; mort de son frère Gustave en 1865, il a quinze ans ; mort de la grand-mère Texier en 1868, il a 18 ans ; mort de son père en 1870, il a 20 ans ; mort de la tante Claire en 1890, il a 40 ans ; mort de sa mère en 1896, il a 46 ans), l’enfant-homme la sent qui rôde. Proust, en se couchant, revêt le suaire de sa chemise de nuit, Loti vit entouré de bandelettes. L’avènement de l’enfant glorieux est une mise au tombeau. Julien Viaud est suranné avant que d’être. Lorsque, bébé, il court dans la vieille demeure familiale, il se heurte aux tentures étouffantes qui l’enlinceulent.

11A l’abri, dans le nid douillet où les Parques veillent, il se sent anéanti, à l’étroit, lui l’être avide d’espace et en même temps pris de vertige à l’idée que le calfeutrage puisse se déchirer, que la ouate protectrice puisse s’envoler.

12Celui qu’on croyait né sous une bonne étoile est privé d’un don. Le présent dans ses doigts glisse et devient cendre. A peine né, il se retourne vers le passé. A peine dehors, il se retourne vers la maison. Voulant quitter la mère, il se laisse prendre par la mer.

  • 10 “Je rêvais qu’après de longs voyages sur mer, je revenais au logis familial, ayant vieilli beaucoup (...)
  • 11 Dans Pêcheur d’Islande, la grand-mère cherche à dire des choses drôles pour faire rire son petit-fi (...)
  • 12 Voir PI, p. 552.
  • 13 Le Mariage de Loti, Presses de la Cité, Omnibus, 1989, p. 243.
  • 14 “Ils revenaient, les Islandais. [...] Et dans le pays, la joie revenait avec eux, et c’était fête c (...)

13S’il est une typologie du fils dans l’univers de Loti – Le fils fait vivre à la mère l’alternance des départs et des retours10. Il lui fait connaître la douleur des séparations11, de l’absence et de l’attente12. Un jour, il ira frapper à la porte de sa maison chérie. Il tombera dans les bras de sa vieille mère13 et lui offrira la joie des retrouvailles14 –, il est aussi une typologie de la mère.

14Le fils, écartelé entre nomadisme et sédentarité, a le “confus désir des ailleurs” et le mal du pays. Et la mère attend que la mer lui restitue son enfant.

  • 15 RE, p. 54.

15La mer est l’autre figure originelle. Et Loti de s’interroger : “Pour la reconnaître ainsi, la mer, l’avais-je déjà vue ?”15. Mais alors, “par où commencer ?” par la mère ou par la mer ?

16On peut examiner, dans la production de Loti, les ouvrages antérieurs au Roman d’un enfant et partir en quête des premières apparitions maternelles.

  • 16 Aziyadé, Presses de la Cité, Omnibus, 1989, p. 52.

17Dans Aziyadé (1879), livre des tentations sensuelles et des interdits bravés, la mère existe le plus souvent en abyme des lettres à la sœur. En bon apôtre, elle est le porte-parole de la mère, ce qui se résume ainsi : “Tu es à moi, tu es à Dieu, tu es à nous”16. L’éthique maternelle berce le fils par-delà la vie.

  • 17 Ibid. p. 131.
  • 18 Le Mariage de Loti, Presses de la Cité, Omnibus, 1989, p. 243.

18Si le héros d’Aziyadé revoit avant de mourir le foyer bien-aimé déserté pour jamais, l’ombre des tilleuls et sa vieille mère17, celui du Mariage de Loti (1882) alias Rarahu (1880) revient à Brightbury, frapper à la porte de sa “maison chérie” où il tombe dans les bras de sa vieille mère “qui tremble d’émotion et de surprise”18

  • 19 Le roman s’ouvre sur St-Louis-du-Sénégal et la caméra met en évidence en gros plan le héros, Jean P (...)

19On assiste avec Le Roman d’un spahi (1881) à l’avènement de la mère comme personnage dans l’œuvre de Loti19”, à la naissance d’une nébuleuse maternelle. La mère est vieille, digne, patiente, croyante et aime son fils d’un amour inconditionnel.

20Peyral préfère la femme légère qu’il a choisie à la femme pure choisie par la mère. Même si la médaille maternelle est profanée puisque touchée par une femme sensuelle, elle est toujours sacrée aux yeux de Jean qui l’embrasse avec ferveur.

  • 20 Le Roman d’un spahi, Presses de la Cité, Omnibus, 1989, p. 280.
  • 21 Ibid., p. 264.
  • 22 Ibid., p. 366.

21Ce “jeune chêne”20 indomptable et farouche était soumis devant Françoise Peyral. Quand elle le grondait, “on voyait ce garçon qui avait déjà l’air d’un homme baisser la tête avec l’envie de pleurer”21 et à l’heure de la mort, il se réconcilie avec la part maternelle de lui-même. Sa voix répète ces mots, qui s’adressent aussi à la mère dans Le Roman d’un enfant : “Au revoir, au revoir dans le Ciel !”22 Mais Fatou-gaye gît étendue sur son corps.

22Dans Le Roman d’un spahi, Loti pose clairement le rapport fils-mère en termes de sacralisation et de profanation. On peut se demander si choisir la mer, ce n’est pas profaner la sainte mère, référence première.

  • 23 ch. II : la peur liée à l’absence de la mère (2 ans) ch. V : la scène archétypale
    ch. VI : au temple(...)

23Dans le Roman d’un enfant, la mère, qui est native de l’Ile d’Oléron, occupe peu d’espace papier. Elle apparaît dans une dizaine de chapitres sur quatre-vingt-deux23”. Figure centrale des chapitres II, V et LUI, elle est la référence par excellence.

24L’enfant est entouré par d’autres personnages féminins, d’autres figures du provincialisme et de la tradition, du protestantisme et du foyer. Mais la mère est sans équivalent. Même si elle est robe noire parmi les robes noires, même si d’autres femmes se substituent à elle pendant son absence (on pense au rôle joué par Tante Berthe, par Tante Claire ou par la sœur), elle a un statut à part, elle est irremplaçable.

25Elle représente la mère-aux-choses – pour reprendre une expression de Charles-Louis Philippe– qui travaille et perpétue les coutumes ancestrales. Elle règne dans un monde rassurant, sans aventure et sans imprévu.

26Figure immobile, elle est lumière et chaleur, puissance apaisante. Si la scène archétypale restitue l’image de la mère jeune, femme aux papillotes noires, avec chapeau de paille orné de roses jaunes et châle en barège lilas, elle se termine par la représentation figée de la mère sans âge, avec ses boucles blanches et son bon sourire.

  • 24 RE, p. 57.

27L’image primitive et l’image ultime concordent. Dans la remémoration comme dans le rêve, l’une est la réplique de l’autre 24. La mère en gloire est une figure sacrée qui rayonne sur la terre comme au ciel. Elle est toujours prête à recevoir le fils aimé.

  • 25 RE, p. 55.
  • 26 RE, p. 49.
  • 27 Ibidem.
  • 28 RE, pp. 56 et 133.
  • 29 RE, p. 56.

28Elle est l’oméga et l’alpha. Représentation mentale, figure symbolique des origines, elle est l’”asile contre toutes les frayeurs de l’inconnu” 25, la “protection suprême”26, le “nid des nids où l’on oubliait tout”27, le saint des saints. Elle est seule à pouvoir dispenser la tendresse et la sécurité. Elle est la bienfaisance même28. D’elle émane tout ce qui est bon, “y compris la foi naissante et la prière”29.

29L’unicité de la figure maternelle fait exister la relation mère - fils sous le signe du lien, d’où les images récurrentes du cercle et du blotissement dans Le Roman d’un enfant.

  • 30 Mon frère Yves, Presses de la Cité, Omnibus, 1989, p. 377.
  • 31 Ibid., p. 405.
  • 32 Ibid., p. 523.

30Dans Mon frère Yves (1883), le fils disparaît pendant des années. Un “bienheureux jour”30, il retrouve “son berceau de petit sauvage”, son “nid”, “le foyer chéri habité par sa mère”31. Il ramène la joie avant de repartir une fois encore. “Ainsi est la vie pour les enfants de la côte, pour les marins : ils s’en vont, les lois de leur métier de mer les séparent ”32 de leur mère chérie.

  • 33 Pêcheur d’Islande, Presses de la Cité, Omnibus, 1989, p. 543.
  • 34 Ibid., p. 647.

31Si dans Mon frère Yves, Barazère a la mer pour sépulture, c’est dans Pêcheur d’Islande (1886) que la mer apparaît explicitement comme la “grande nourrice et la grande dévorante [des] générations vigoureuses”33, qu’ont lieu les “noces monstrueuses”34 de Yann.

  • 35 Ibid., p. 646.

“La mer, [..] autrefois avait été sa nourrice ; c’était elle qui l’avait bercé, qui l’avait fait adolescent large et fort, – et ensuite elle l’avait repris, dans sa virilité superbe, pour elle seule”35.

32La mer est berceau et tombeau.

33Dans le Roman d’un enfant, la mer est aussi une puissance maléfique qui s’oppose à la bonne mère. La mère et la mer sont deux forces antagonistes. L’une est signe de vie, l’autre est signe de mort. L’une rassure, l’autre inquiète.

  • 36 RE, p. 54 ;

“Evidemment c’était ça ; pas une minute d’hésitation, ni même d’étonnement que ce fût ainsi, non, rien que de l’épouvante ; je reconnaissais et je tremblais. C’était d’un vert obscur presque noir ; ça semblait instable, perfide, engloutissant ; ça remuait et ça se démenait partout à la fois, avec un air de méchanceté sinistre. [...]
Nous restâmes un moment l’un devant l’autre, moi fasciné par elle.[...]
Et je repartis en courant, la figure très bouleversée, je pense, et les cheveux tourmentés par le vent, avec une hâte extrême d’arriver auprès de ma mère, de l’embrasser, de me serrer contre elle ; de me faire consoler de mille angoisses anticipées”36.

  • 37 RE, p. 44.
  • 38 Ibidem.

34L’attirance l’emporte sur l’effroi. Le jeune garçon a le pressentiment que la mer finira par le prendre. Leur relation existe sous le signe de la passion et de la transgression. L’enfant échevelé est coupable par anticipation. Déjà, il a trahi sa mère, déjà, il a renié le monde sans aventure, la “tranquille nuit initiale”37 au profit de l’aventure, de “toutes sortes d’infinis”38.

35Les noces incestueuses avec la mer (ch. IV) précède les noces éthérées avec la mère (ch. V).

  • 39 RE, p. 255.

36En fait, Le Roman d’un enfant révèle la duplicité du maternel. La mère est comme Janus bifrons. Vestale du foyer, elle donne la chaleur et la vie. Mais elle livre le passé en héritage et l’effroyable nostalgie des “étés morts”39. La mère ogresse est l’autre visage de la mère thaumaturge.

37La mère ouvre ses bras pour mieux les refermer. Elle se veut indispensable et elle l’est. L’enfant n’a de cesse de l’avoir toujours à soi – elle ou les objets lui appartenant – ce qui entraîne dépendance et incomplétude.

38Perpétuer la symbiose, c’est désirer le temps de l’enfouissement dans la robe, le temps de la vie-intra utérine, c’est vivre courbé comme le fœtus alangui de bonheur et déjà à l’écoute de la mer.

39Cette fixation à la mère engendre le leitmotiv de l’enfant soumis à deux postulations – l’une qui le ramène à la mère, l’autre qui le fait s’enfuir–, les thèmes complémentaires de l’étouffement et de la liberté, avec les images récurrentes de l’oiseau et de l’arbuste.

  • 40 RE, p. 43.
  • 41 RE, p. 112.
  • 42 RE, p. 111.
  • 43 RE, p. 63.
  • 44 Cf : “étiolé”, RE, p. 112.

40Celui qui vit dans son “étroite sphère ouatée”40 se sent “captif’41 comme un “oiseau en cage”42. Le “petit arbuste trop soigné en serre, trop garanti, trop ignorant des halliers et des ronces”43 s’étiole44.

  • 45 RE, p. 250.

41Même si on lit au ch. LXXXI – on est à la fin du texte – : “Je devais [...] payer cruellement d’avoir été élevé en petite sensitive isolée”45, la “plante de serre” grandit et se fortifie, dès le chapitre I, le dénouement est annoncé. Loti écrit :

  • 46 RE, p. 44.
  • 47 Matelot, Calmann-Lévy, 1928, p. 87.

“J’étais en ce temps-là un peu comme serait une hirondelle née d’hier, très haut à l’angle d’un toit, qui commencerait à ouvrir de temps à autre au bord du nid son petit œil d’oiseau et s’imaginerait, de là, en regardant simplement une cour ou une rue, voir les profondeurs du monde et de l’espace – les grandes étendues de l’air que plus tard il lui faudra parcourir”46 et ” l’infini cercle bleu de la mer”47.

42Le Roman d’un enfant raconte les méandres d’une vie de 2 ans à 14 ans 1/2, de l’assujettissement à l’autonomie, de l’enlisement à l’essor, du pacte avec la mère à l’inévitable pacte avec la mer.

  • 48 RE, p. 236.
  • 49 RE, p. 236.

43Au ch. LXXIV, lorsque Gustave vient faire ses adieux avant de partir pour l’Extrême-Orient, la mère dit à Julien : “Grâce à Dieu, au moins nous te garderons, toi !”, paroles malheureuses, annihilées par le charme “berceur et perfide” des incantations marines : “Beau temps... belle mer... lé gère brise de sud-est... Des bancs de dorades.... passent par bâbord”48, repeintes en bleu par le “Grand Océan austral”49.

44La mer a un pouvoir plus grand que les ailleurs parce qu’à l’attraction des lointains, elle allie la force du lien originel.

45Comme Prime Jeunesse (publié vingt-neuf ans plus tard) l’atteste, le sevrage qui semble réussi avorte parce que la sainte abrite en son sein une monstresse, parce que la mer est l’autre visage de la mère.

46Dans le texte à caractère autobiographique de 1890, Loti raconte comment Julien Viaud choisit contre sa mère le “métier de mer”. Il faut attendre Matelot (1892) pour voir la mère et le fils, regardant tous deux dans la même direction, du côté du large.

  • 50 Matelot, Calmann-Lévy, 1928, p. 80.
  • 51 Ibid., p. 72.
  • 52 Ibid., pp. 109-110.
  • 53 Ibid., p. 111.
  • 54 Ibid., p. 89.
  • 55 Ibid., p. 25.
  • 56 Ibid., p. 113.
  • 57 Ibid., p. 207. (51) Ibid., p. 237.
  • 58 Ibid., 237.
  • 59 Ibidem.
  • 60 Ibid., p. 239.
  • 61 Ibid., p. 240.
  • 62 Ibid., p. 1.

47L’image récurrente de la fenêtre est significative. Mère et fils sont ensemble à leur fenêtre50, “œil unique ouvert sur le dehors”51. Mme Berny voulait que Jean reste à Brest pour suivre des cours d’hydrographie. “En travaillant bien, croyait-elle, il aurait pu être reçu l’année suivante et entrer comme officier dans quelque grande compagnie de paquebots, – du côté de la Méditerrannée, peut-être, – et alors tout l’avenir s’éclairerait...”52 mais il avait, sans rien dire, “contracter un nouveau pacte avec le col bleu, pour cinq années”53. Elle accepte que son fils la quitte pour “l’immensité de la mer”54 mais elle ne le veut pas simple matelot – “mousse au commerce, ainsi que l’enfant du dernier portefaix ou pêcheur du port”55. Pourtant, comme Pauline Molinier dans Les Faux-monnayeurs elle accorde de bonne grâce ce qu’elle ne peut empêcher. Mère et fils se retrouvent “tout à fait d’accord, apaisés, résolus” et regardent “par leur fenêtre le soir d’été finir”56. Mais Jean ne revient pas d’Extrême-Orient et son corps disparaît “dans les ténèbres insondées d’en-dessous”57. La “vieille femme sans fils”58 veut alors en finir, ouvrir la fenêtre, se jeter dans la mer. On ne la ramassera pas “noyée, à la plage, ou sanglante, sur les pavés de la rue”59 car elle songe au “céleste revoir”60. Elle reprend vie “sous le regard”61 de son fils “habillé en ange”62.

48Dans Le Roman d’un enfant, l’homme n’est pas maître de sa destinée. Comme l’odyssée de Gustave l’avait indiqué, comme Pêcheur d’Islande l’avait annoncé, comme Matelot le confirme, en quittant la mère pour prendre la mer, il court à sa perte, il épouse la mort, il voyage au-delà, il fait l’expérience des limites.

49L’écrivain, éternel enfant-voyageur, a besoin de mater et de mare, de ces deux forces maternantes et mortifères. L’œuvre est conscience nostalgique de sa double origine. Si la maison des ailleurs est l’aboutissement architectural d’un rêve de totalité, possibilité de rentoiler les éléments épars, joindre et confondre les contraires, l’écriture a lieu d’être entre trop-plein et manque, elle va et vient entre orexie et anorexie.

Notas

1 Voir liste d’étrennes, publiée par Martine Sagaert in Pierre Loti, La France, printemps 1992, n°55, p. 82.

2 Archives Pierre Loti-Viaud, avec son aimable autorisation.

3 Prime Jeunesse, France Loisirs, 1990, p. 26.

4 Voir Le Roman d’un enfant, GF Flammarion, n° 509, p. 56.

5 PJ, p. 35.

6 Ibidem.

7 PJ, p. 53.

8 PJ, p. 120.

9 RE, p. 96.

10 “Je rêvais qu’après de longs voyages sur mer, je revenais au logis familial, ayant vieilli beaucoup et portant chevelure grise” (Le livre de la pitié et de la mort, Paris, Calmann-Lévy, 1926).

11 Dans Pêcheur d’Islande, la grand-mère cherche à dire des choses drôles pour faire rire son petit-fils mais “c’étaient des larmes qui avaient envie de venir” (Presses de la Cité, Omnibus, 1989, p. 571).

12 Voir PI, p. 552.

13 Le Mariage de Loti, Presses de la Cité, Omnibus, 1989, p. 243.

14 “Ils revenaient, les Islandais. [...] Et dans le pays, la joie revenait avec eux, et c’était fête chez les épouses, chez les mères” (PI, p. 638).

15 RE, p. 54.

16 Aziyadé, Presses de la Cité, Omnibus, 1989, p. 52.

17 Ibid. p. 131.

18 Le Mariage de Loti, Presses de la Cité, Omnibus, 1989, p. 243.

19 Le roman s’ouvre sur St-Louis-du-Sénégal et la caméra met en évidence en gros plan le héros, Jean Peyral, qui lit une lettre qui s’avère être une lettre de sa mère. Les lettres maternelles ponctuent l’histoire.

20 Le Roman d’un spahi, Presses de la Cité, Omnibus, 1989, p. 280.

21 Ibid., p. 264.

22 Ibid., p. 366.

23 ch. II : la peur liée à l’absence de la mère (2 ans) ch. V : la scène archétypale
ch. VI : au temple
ch. XVII : la mère et la sœur aux choses (qui travaillent de chaque côté de la chiffonnière)
ch. XX : son bon sourire
ch. XXII : la mère lors de la scène d’adieu du frère
ch. XXXII : L’enfant (10 ans) en détresse à cause des cris lointains des masques et des roulements de tambour convie sa mère à venir dans son musée-sanctuaire,
ch. LIII : les tiroirs de la chiffonnière
ch. LIV : le banc de la famille, “quelque chose d’à part qui vient de ma mère” (p. 192).
ch. LXI : la mère, par exception, vient de la promenade
ch. LXXIV : “Me garder moi ! .... On me garderait” (p. 235).

24 RE, p. 57.

25 RE, p. 55.

26 RE, p. 49.

27 Ibidem.

28 RE, pp. 56 et 133.

29 RE, p. 56.

30 Mon frère Yves, Presses de la Cité, Omnibus, 1989, p. 377.

31 Ibid., p. 405.

32 Ibid., p. 523.

33 Pêcheur d’Islande, Presses de la Cité, Omnibus, 1989, p. 543.

34 Ibid., p. 647.

35 Ibid., p. 646.

36 RE, p. 54 ;

37 RE, p. 44.

38 Ibidem.

39 RE, p. 255.

40 RE, p. 43.

41 RE, p. 112.

42 RE, p. 111.

43 RE, p. 63.

44 Cf : “étiolé”, RE, p. 112.

45 RE, p. 250.

46 RE, p. 44.

47 Matelot, Calmann-Lévy, 1928, p. 87.

48 RE, p. 236.

49 RE, p. 236.

50 Matelot, Calmann-Lévy, 1928, p. 80.

51 Ibid., p. 72.

52 Ibid., pp. 109-110.

53 Ibid., p. 111.

54 Ibid., p. 89.

55 Ibid., p. 25.

56 Ibid., p. 113.

57 Ibid., p. 207. (51) Ibid., p. 237.

58 Ibid., 237.

59 Ibidem.

60 Ibid., p. 239.

61 Ibid., p. 240.

62 Ibid., p. 1.

© Presses universitaires de Rennes, 1994

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540