Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Loti en son temps

Les lieux d'inspiration

Sur les pas de Loti en Bretagne

Josette Gilberton

Texte intégral

1Mes recherches avaient pour finalité de retracer l’itinéraire de Pierre Loti en Bretagne, en confrontant son journal intime, sa correspondance, ses romans bretons largement autobiographiques et ses embarquements.

2L’enquête me conduisit successivement à Brest, Lorient, Paimpol, Plounez, Pors-Even et Rosporden.

Premières impressions bretonnes :

3“Que ce pays est triste et me serre le cœur”

4Ces premières impressions sont celles d’un déraciné que la vocation maritime exilait à Brest pour deux longues années d’École navale. Un soir d’octobre 1867, l’aspirant Viaud découvrit une ville austère, majestueuse et morose, ses hautes murailles grises et ses toits d’ardoise. Il avait emprunté le bateau à vapeur de Châteaulin : “Sur la rivière encaissée par laquelle nous étions venus (L’Aulne), entre les collines tapissées de bruyères, violettes ou roses, j’avais déjà remarqué le caractère tout nouveau pour moi de cette Bretagne.” Le jeune bordassien gardera de cette première année le souvenir de grisaille, de solitude et de spleen sur son “cloître flottant”. Il fera de brefs et fréquents séjours à l’hôpital maritime. Ses dimanches, seuls moments de liberté, se passaient dans la famille du pasteur Chabal, (3 place du Château) à qui la pieuse famille Viaud l’avait confié. J’ai rencontré Amélie Chabal, petite fille du pasteur qui évoquera les après-midi dominicaux chez son grand-père. Au programme : piano et violon puis promenade en famille jusqu’au temple rue d’Aiguillon.

5La deuxième année, l’adolescent s’émancipe un peu ; deux ou trois fois par semaine, une canonnière les dépose à Brest ou dans des petits villages de la côte et ils s’amusent comme de jeunes marins dont ils portent ce jour-là le costume. Bien sur le soleil lui manque toujours autant, mais il fait des conquêtes féminines et la vie brestoise devient alors supportable.

6Il quittera Brest avec soulagement en octobre 1869, mais y reviendra à plusieurs reprises ; assez longuement entre 1878 et 1882, période qui nous intéresse principalement. Ses quartiers ? la rue de Siam où il habitera un temps, un “logement de hasard”, Recouvrance et le logis “propre et blanc” qu’il partage avec Yves près de la Porte du Conquet, la Grand’rue : chez Mme Daoulas, au dessus du bar “A la descente des Nantais”. Brest symbolise dans son œuvre toutes les tares de la ville : alcoolisme, débauche, amours faciles et factices, vulgarité des femmes. Et dans ce port “abâtardi” résonnent souvent des chants d’ivrognes sur l’incessant raclement des sabots. Loti se mêlera quelques fois aux bordées des forbans : “Nous chavirerons la rue des “Coups de Trique” et celle des “Sept Saints”… je suis terriblement triste et j’ai besoin de tapage, tu m’en feras faire… Cours-vite te changer en bourgeois et viens nous rejoindre à 6 heures 30 au cabaret de l’Ancre verte” écrit-il à Yves le 9 juin 1878. Mais le plus souvent, au printemps, ils courent les foires et les pardons des environs : Sainte-Anne Du Porzic, Plougastel Daoulas.

7Lorient ne l’inspire pas davantage. Il la compare à Cherbourg et Rochefort ; plus jolie que la première, beaucoup moins que la seconde. Il s’y ennuiera à mourir, à son retour de Salonique. Comme à Brest, la pluie incessante “jette un suaire sur son imagination”. Il habitera une chambre meublée rue de la Comédie au n° 69. Heureusement la campagne est belle, alors, lorsque le temps le permet, il se réfugie dans les bois de Pendreff, plus connu sous le nom de Château du Diable sur la rive gauche du Scorff face à Trefaven. Là, dans la bruyère, des heures durant, il rêve à la Turquie : le soleil – Aziyadé… Il a 27 ans.

8La compagnie d’Yves et de Marie lui est d’un grand réconfort. Ensemble ils se remémorent, au coin du feu, leurs campagnes communes : l’Amérique du Sud, le Pacifique, l’Ile de Pâques, Tahiti, San-Francisco. Ces souvenirs partagés ont scellé une réelle amitié.

L’amitié lui fait découvrir la Bretagne

9Et c’est cette amitié qui lui fera découvrir la Bretagne. A la fin du mois de mars 1878, peu de temps avant la naissance du petit Pierre, les deux amis se rendent à Plounez ; Yves veut revoir sa vieille mère, Loti ne peut, lui, aller embrasser la sienne à Rochefort, les distances à cette époque étant de réels obstacles. Il leur faudra en effet vingt-quatre heures pour rallier Paimpol, partant de Lorient. Le 22 mars. Loti écrit à sa mère : “Nous sommes partis tous les deux pour Plounez où le retour de Yves a été fêté comme celui d’un enfant prodigue. J’ai passé quatre jours en pêche, en promenades, dans un paysage pittoresque. De classiques chaumières bretonnes, de bonnes vieilles d’autrefois, avec leurs rouets et leurs fuseaux, des crêpes, du cidre, et un temps de printemps. Nous sommes rentrés ce matin après vingt-quatre heures de voyage”. Et voici pourtant comment il décrira de mémoire, dans le roman, ses premières impressions, sur le pays de son ami, entre Paimpol et Kergrist : “La campagne est triste, des talus de terre bordent les sentiers humides et murent tristement la vue, les arbres rabougris et dépouillés, tourmentés par le vent du large, l’herbe rase… le paysage est triste et s’estompe dans les gris noirs”.

10Paimpol, Loti reconnaît “Ce charmant petit trou”. Il y était déjà venu en août 1868, jeune bordassien, lors du voyage d’acclimatisation. Paimpol donnait ce jour-là des régates et un bal champêtre. Le Bourgainville avait mouillé à Loguivy et, sur son journal de bord, il avait noté : “le pays est empreint au plus haut degré de ce caractère qu’on remarque dans la plus grande partie de la Bretagne : les bois n’y sont que des touffes, les chênes y sont tordus et rabougris… il y a des petites chapelles grises enfouies au fond des bois, des crucifix dans tous les carrefours, des maisons antiques sous les arbres et de bonnes vieilles en coiffe, assises à leur porte.” C’est ce qu’il avait pu observer en se rendant à pied à Paimpol où il s’était désaltéré à l’auberge Richard. Dix ans plus tard. Loti retrouve l’hôtesse “dont la beauté encore radieuse semble dater d’aussi loin que son antique logis”.

11Le premier jour. Loti se promènera seul entre Paimpol et Kergrist et reconnaîtra la chaumière de son ami, tant de fois évoquée au cours de leurs confidences. Loti est désappointé, déçu, la pauvre chaumière d’Yves est isolée et regarde un paysage triste.

12La seconde journée se passera en longues courses d’une chaumière l’autre dans le hameau de Kergrist. Partout la même hospitalité, et la découverte de la gastronomie et des coutumes bretonnes. Le dernier soir, il dégustera les berniques, frais péchés par Yves “dans la fosse marine” de la rivière du Trieux.

13Et c’est pressé de partir qu’il quittera ce pays de Goelo qui l’oppresse.

14Juin de la même année, Loti accompagne Yves à Rosporden, à l’occasion de la naissance du “petit goéland” son filleul. Il fait très beau ce printemps-là et Loti, fait exceptionnel, est heureux “cette plante rare élevée dans une chaude serre”, n’a “jamais senti si vive, la sensation physique du printemps, le renouveau de tout ce qui vit, la montée de la sève”. L’artiste, émerveillé, admire les sous-bois fleuris, la lumière verte ; le romantique communie avec la nature en fête ; le romancier, quelques années plus tard, gardera le souvenir idéalisé d’une vieille “Bretagne rajeunie”. Les fleurs, les oiseaux, un soleil tamisé, une sorcière un peu fée, rien ne manque au cortège du baptême et les costumes bretons, qui ravissent Loti, le transportent dans des scènes d’un autre âge.

15En compagnie de son ami, de la marraine, ils s’enfoncent dans les bois. Loti découvre alors une nature virginale, “des horizons tout boisés comme ils devaient l’être aux temps anciens de la Gaule”. La sérénité, le silence, le recueillement de cet éden le rassurent. Il est sous le charme, tout ici flatte le culte qu’il voue au passé. Et c’est avec des accents rousseauïstes qu’il évoque l’harmonie entre la nature originelle et “ces êtres primitifs” que sont ses nouveaux amis.

16Les longues soirées du mois de juin sont propices aux confidences : “ce n’était pas encore la nuit, tant sont longues en Bretagne les soirées du beau mois de juin, mais nous commencions ou de même à causer des fantômes et des morts”. Et Loti joue le jeu et feint de prendre au sérieux ces croyances populaires, ces légendes, ces rites anciens, témoignages d’un passé, hélas, révolu.

17En 1879, c’est à Saint Pol de Léon qu’ils recherchent ensemble les “racines” d’Yves. Loti découvre cette fois le plateau du Léon, le clocher à jours, vigie séculaire et, sur la place de l’église, cette atmosphère Moyen-Ageuse qui de nouveau le séduit. On y parle breton comme à Paimpol et Rosporden et les jeunes filles de l’auberge “ont gardé l’expression tranquille et réfléchie de ces femmes d’autrefois”.

18Cette année-là, Loti se rendra plusieurs fois à Rosporden : achat du terrain, plan de la future maison, démarches chez le notaire. Il prendra une part active au projet de ses amis. La maison achevée, il viendra très régulièrement au n° 4 de la place de Verdun dans “son petit logis clandestin de Bretagne” : “Je m’y réfugie dans les périodes de grands troubles” écrit-il à Juliette Adam. En 1883, il confie encore : “jamais, je n’aurais tant compris cette poésie bretonne, le charme paisible et suranné de ce pays”. En 1884, à l’occasion des pardons de Notre-Dame de Bonne Nouvelle en Melgven, à 7 km de Rosporden, il se fait confectionner un costume mélénik et reprend le train de Nantes ainsi vétu. Il restera fidèle au pardon de Melgven, on l’y verra en famille en 1887, ou encore en compagnie du prince Karageorgevitch, rendant visible aux Le Dœuff, beaux-parents d’Yves, à Parc-en-Breach dans la chaumière basse au toit fleuri. Les vieux Rospordinois situent son dernier passage en 1899.

L’amour l’attache durablement au pays breton

19“Les pays où nous avons goûté l’amour demeurent parés pour nous d’un charme tout spécial”.

20Or, en septembre 1882, Loti connaîtra de nouveau un amour sincère, d’autant plus grand peut-être qu’il sera malheureux. Relisons son journal intime. “Une fille était venue sur la Surveillante, à Brest, en octobre, voir son frère, un matelot aujourd’hui congédié. C’était une fille de pêcheur, brunie à la mer, de cette race des Côtes-du-Nord qu’on appelle les Islandais. Elle était remarquablement belle, d’une beauté antique, sculpturale, avec de grands yeux dédaigneux qui m’avaient charmé”.

LOTI ET LA BRETAGNE

LOTI ET LA BRETAGNE

Mendiants à la porte de la chapelle de Perros Hamon, un jour de Pardon. (Coll. Jean Le Meur).

Paimpol. L’arrivée des pêcheurs islandais. (Coll. Jean Le Meur).

Le grand Yann de Loti.
(Coll. Jean Le Meur).

Un capitaine islandais.(Coll. Jean Le Meur).

Le vieux décharge sa Charrette. (Coll. Jean Le Meur).

Le pardon des Islandais. (Coll. Jean Le Meur).

Le chargement des bâteaux avant le départ. (Coll. Jean Le Meur).

Le gréement des goélettes. (Coll. Jean Le Meur).

Pierre Loti. Trois portraits par Jean-Paul Cadic. (Paimpol, 1993).

Pierre Loti, l’enchanteur. (Coll. C. Genet)

Pierre Loti à Constantinople près de la tombe d’Aziyadé. (Coll. C. Genet).

Pierre Loti à Rochefort (1894) en compagnie de sa mère Nadine, sa nièce Ninette et son fils Samuel. (Coll. C. Genet)

Pierre Loti se comparant à Ramsès II. (Coll. C. Genet)

21La fille du pêcheur l’ignore, cela suffit à aiguillonner les sentiments de Loti. Le 19 décembre 1882, il quitte la Surveillante, désarmée à Cherbourg et décide d’aller la voir dans “son village perdu des Côtes-du-Nord”. Le 21, il note : “Je suis dans une petite ville de Bretagne où je m’étais arrêté il y a cinq ans avec Yves”. Il avait combiné ce voyage pour la retrouver dans son village, où il connaissait vraisemblablement beaucoup d’Islandais, anciens marins ayant effectué leur service militaire sur la Surveillante, Paimpol fournissant de forts contingents d’Islandais. Quel est ce village de pêcheurs ? Nous savons qu’on y péchait langoustes et homards comme à Pors-Even, rien de plus. Nous savons également que Loti s’y rend en voiture de location. Il cherchait l’aventure, échoue devant “une noblesse de sentiments et un dédain insoupçonnés”, regagne la ville voisine, vraisemblablement Paimpol, s’enferme dans sa chambre d’hôtel. “En une heure, mon parti était pris, je décidais d’épouser cette fille du peuple”, écrira-t-il.

22Loti retourne dans la chaumière de pêcheur, fait sa demande de mariage, regagne la ville, erre par un beau soir de gelée, attiré par des chants de Noël, entre dans l’église, s’agenouille pour la première fois sur un prie-Dieu et, dans cette atmosphère d’une autre époque, s’abîme près d’une heure dans une rêverie mélancolique. Ce mariage, il le désirait comme un salut. Il restera deux jours à Paimpol, mais n’inscrira rien dans son journal. Nous savons qu’il quittera le pays de Goëlo pour passer le réveillon de Noël à Rosporden par un temps lugubre de tempête. Toute cette nuit-là lui semble sinistre.

23Il reviendra dans “les Côtes-du-Nord” à deux reprises. Le 4 octobre 1884, toujours dans son journal intime, il écrit “Je reviens d’une course précipitée en Bretagne” ; il est alors à Rochefort. La belle Islandaise s’est, enfin émue de son amour, ils se sont donnés rendez-vous à Saint Brieuc, en décembre. Le 30 octobre, elle se rétractera. Et le 10 décembre, toutes affaires cessantes, il est alors à Paris, célèbre et très entouré, il “prend le train de Bretagne sans parti arrêté, ne sachant ce qu’il va faire”. Après une nuit de chemin de fer, il arrive, mal réveillé, à Guingamp ; halte, dans la même auberge qu’il y’a sept ans avec Yves.

24Loti a emporté avec lui des habits de pêcheurs “achetés pour s’amuser à Paris, avec Yann”. Et le voilà repris par le charme du pays breton ; à présent qu’il aime, il regarde différemment ce pays mélancolique.

25De nouveau, il se rend dans la grande église : “C’est là, dans cette immense nef sombre, contre ces piliers de granit sentant l’humidité et le Moyen-Age que j’avais passé une heure d’attente, aux approches de Noël, lors de ma demande en mariage”. “Le souvenir de cette fille de pêcheur qui a dédaigné mon amour est ici partout”. Guingamp ? Paimpol ? Loti remanierait-il son journal intime ? Dans le roman, Gaud arrivera, elle aussi, de Paris, un matin de décembre, traversera à son tour la vieille ville de Guingamp au petit jour brumeux, plongera dans les temps du passé, notera le silence après Paris, entrera dans l’église pour faire ses prières et comme Loti admirera la nef immense et ténébreuse. La description convient bien à la basilique de Notre-Dame du Bon-Secours (xivexvie S.).

26Puis, “A quatre heures du soir, prend la diligence de Paimpol… traverse les mêmes petits villages isolés et mélancoliques…” mais cette fois traîne avec lui l’angoisse. Gaud, fera le même voyage, “surprise d’une façon pénible par l’âpreté de cette Bretagne dure en hiver”.

27Loti descendra pour la troisième fois à l’hôtel Richard rebaptisé, dans le roman Pêcheurs d’Islande, hôtel Pendreff (en souvenir du mois de Lorient). Il restera trois jours à Paimpol. Le 11 décembre “journée pénible où tout s’est brisé”, la jeune femme, mariée à présent, se refusant même à un baiser d’adieu.

28Les deux autres journées se passeront en visites, courses et moments de détente avec Yann le Géant, son ami. Loti a loué une voiture rapide, et tôt le matin, il rend visite aux Floury, (les parents de Yann) à Pors-Even. Il y déjeunera, visitera l’étage nouvellement aménagé, écoutera les histoires du père, observera le logis, les habitudes familiales ; il sera certainement question de l’Islande et des préparatifs. L’après-midi, ils s’arrêtent à Perros-Hamon, à la chapelle des naufragés qui inspirera Loti, puisqu’il reprendra dans ses descriptions jusqu’au détail près, les inscriptions des plaques funéraires. Et puis les deux amis tournent le dos à la mer, direction Plounez, Loti veut rendre visite à Madame Le Cor, la vieille mère d’Yves. Il reconnait la chapelle de Kergrist, la pauvre chaumière…

29La vieille femme est surprise ; “c’est Yann qui traduit ce que nous avons à nous dire”. Puis, ils se rendent à Pleudaniel, à deux lieues de là, de l’autre côté du pont de Lézardrieux, dans une autre chaumière noire, a demi enfouie. C’est la mère de son fidèle du Tonkin, Pierre Le Scouarnec, le Sylvestre du roman, que Loti vient rencontrer. “Elle pleure quand je lui dis qui je suis”, la vieille mère sortira alors de son bahut, deux magots chinois que Loti lui avait fait parvenir de la part de son fils. En fin d’après-midi, ils rentrent à Paimpol se mêler a la vie gaie des Islandais. Loti connaît bien le café de la mère Mevel (Tressoleur dans le roman), il en fera une fidèle description, puis ils soupent ensemble a l’hôtel Richard.

30Loti a-t-il assisté au pardon des Islandais ? Les dates permettent de le supposer. Néanmoins, en 1878 déjà, il avait pu observer de près les habitudes de ces vaillants marins parmi lesquels il se sentait un étranger.

31Le samedi 13 décembre, Loti profitera encore, avec ses amis, de cette vie libre au grand-air ; se promènera sur le sentier côtier de la falaise jusqu’à la Croix des Veuves, notera des détails, se mêlera encore aux pêcheurs et aux Islandais “et puis tout à coup, le courage lui manque, c’était factice cette activité-là. Il fait atteler la voiture d’hier et il part seul, vite, vite, coûte que coûte, il veut revoir la fille du pêcheur”. Comme Gaud dans le roman, il se dirige vers Ploubazlanec, marche ému, se place dans un chemin où il sait qu’elle passera, et attend le cœur battant. Elle passera en effet, lui tendra le bras : “tiens je t’embrasse, oui, et je t’aime peut-être, mais à la condition que tu ne reviennes plus”. La fille du pêcheur, comme Gaud rentrait donc à heure fixe de Paimpol, comme Gaud travaillait-elle aux travaux de couture ?

32Loti gardera de ce baiser furtif, le souvenir du vent sur la lande et “une senteur sauvage du bord de mer”. Il n’aura jamais connu le pays de Goëlo sous le soleil d’été. Cet amour malheureux l’inspirera sur la mer de Chine. Il aura du mal à écrire alors, le souvenir de “celle qui est du pays de Gaud” lui fera retrouver assez bien “la falaise grise, les vieux arbres tordus, les toits de mousse et les pêcheurs”. A Madame Adam à qui il adresse bribes par bribes le roman, il confie qu’il a beaucoup changé le portrait physique de Gaud, qui était à l’origine un portrait d’après nature, et qu’il a également supprimé toutes les scènes où il intervenait ; par discrétion et surtout par honnêteté à son égard.

33Maupassant qui visita la Bretagne, sac au dos dans les années 1880, contestera les jolis paysages à la Florian et les gracieuses mœurs villageoises. Pierre Le Cor, héros malgré lui trouva “Mon frère Yves” “exagéré, beaucoup d’inventions” Loti a perçu la Bretagne a travers ses états d’âme, tantôt sereine et idéalisée, tantôt âpre et oppressante ; il a peint des paysages empreints de sa propre mélancolie ou de ses rares moments de paix intérieure. C’est cette Bretagne d’ombres et de lumières qui entrera, grâce a son art, dans la littérature française.

Que sont-ils devenus ?

34– Yves (Pierre Le Cor) se retirera à Rosporden où il mourut en 1927. Il laissera le souvenir d’un buveur taciturne aux colères redoutables. Il rompit ses relations avec Loti en 1890 et détruisit photos et correspondance. La Société Archéologique du Finistère lui a édifié une tombe près de l’étang de Rosporden.

35– Pierre devint instituteur et exerça à Arzano près de Quimperlé. “Ecrivassier” à ses heures, il voulut suivre les traces de son parrain et publia “Loti chez Mon Frère Yves” sous le pseudonyme de Pierre Kermadec.

36– Sylvestre (Pierre Le Scouarnec) quitta la Marine Nationale après la campagne du Tonkin et resta toute sa vie au service des Viaud à Rochefort, il mourut en 1944.

37– Yann, (Guillaume Floury) garda de très bonnes relations avec Loti qui l’invita, à plusieurs reprises à Rochefort ou à Paris. Il périt en mer en 1899 lors de la première sortie du canot de sauvetage de Pors-Even.

38– Gaud, restera un mythe, Loti ayant remanié profondément son portrait, brouillé les indices de son journal intime pour mieux la protéger.

Table des illustrations

Titre LOTI ET LA BRETAGNE
Légende Mendiants à la porte de la chapelle de Perros Hamon, un jour de Pardon. (Coll. Jean Le Meur).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/33386/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 605k
Légende Paimpol. L’arrivée des pêcheurs islandais. (Coll. Jean Le Meur).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/33386/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 996k
Légende Le grand Yann de Loti.(Coll. Jean Le Meur).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/33386/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
Légende Un capitaine islandais.(Coll. Jean Le Meur).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/33386/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Légende Le vieux décharge sa Charrette. (Coll. Jean Le Meur).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/33386/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 886k
Légende Le pardon des Islandais. (Coll. Jean Le Meur).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/33386/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 803k
Légende Le chargement des bâteaux avant le départ. (Coll. Jean Le Meur).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/33386/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Légende Le gréement des goélettes. (Coll. Jean Le Meur).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/33386/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 746k
Légende Pierre Loti. Trois portraits par Jean-Paul Cadic. (Paimpol, 1993).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/33386/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Pierre Loti, l’enchanteur. (Coll. C. Genet)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/33386/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 422k
Légende Pierre Loti à Constantinople près de la tombe d’Aziyadé. (Coll. C. Genet).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/33386/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Pierre Loti à Rochefort (1894) en compagnie de sa mère Nadine, sa nièce Ninette et son fils Samuel. (Coll. C. Genet)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/33386/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 458k
Légende Pierre Loti se comparant à Ramsès II. (Coll. C. Genet)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/33386/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Coll. C. Genet.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/33386/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M

© Presses universitaires de Rennes, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540