Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Loti en son temps

Les lieux d'inspiration

Pierre Loti et la Saintonge

Marie-Pascale Prevost-Bault

Texte intégral

1Pierre Loti, né à Rochefort doit-il être considéré comme un Aunisien ou comme un Saintongeais ? Tel est le préambule nécessaire à l’étude des lieux qui influencèrent et façonnèrent l’écrivain. Les côtes de l’Aunis, au sud de la Rochelle, viennent bien évidemment rejoindre le pays rochefortais, et de nombreux aspects de la population et de la vie économique confirment ce rattachement.

  • 1 Publié à Rochefort par Honorine Fleury (1845) et réédité par Laffite Reprints, Marseille, 1977.

2Mais d’un autre côté, la présence des vastes régions marécageuses qui s’étendent à l’intérieur de la baie d’Yves repousse Rochefort au sud d’une ligne St Jean-d’Angély – St Pierre d’Oléron, où se situe incontestablement la Saintonge. Historiquement d’ailleurs, la châtellenie de Rochefort faisait partie du comté de Saintonge. Jean-Théodore Viaud, le père de Julien Viaud-Pierre Loti, le confirme dans son “Histoire de la Ville et du port de Rochefort”, parue en 18451.

  • 2 Ce nom est mentionné sur le carton d’invitation au dîner Louis XI (12 avril 1888).

3Lieu de naissance, lieu d’éducation et d’initiation, cette région d’Aunis-Saintonge reste avant tout celle des racines profondes de Julien Viaud et de sa famille, au sein de laquelle se comptèrent de nombreux marins. Comme souvent dans la région, certains de ses parents étaient protestants, (la famille maternelle originaire d’Oléron) et d’autres catholiques. A de nombreuses reprises dans ses écrits autobiographiques ou dans sa correspondance, Pierre Loti parle de sa Saintonge natale, n’utilisant le nom d’Aunis que très rarement2.

  • 3 Lettre adressée aux Amis du pays d’Ouest en 1913.

4Le terme de Saintonge doit donc être retenu pour cette étude, ne serait-ce que pour respecter la pensée même de l’écrivain qui avouait en 1913 : “Si quelques Parisiens croient que je suis Breton, si tous croient que je suis exotique, en réalité je suis un Saintongeais”3.

  • 4 A. Quella-Villéger, Pierre Loti l’incompris, Paris, Presses de la Renaissance, 1986. (p. 33). Voir (...)

5Cette région est aussi celle où il découvrit pour la première fois la mer, à Saint- Georges-de-Didonne4, vers l’âge de cinq ans, et celle où il devait se familiariser avec les voiliers et leurs marins, dans l’arsenal rochefortais où il sera par la suite affecté à quatorze reprises, de 1874 à 1906, comme officier de marine.

I – Rochefort

  • 5 Le Roman d’un Enfant VIII.

6“Au cours de ma vie, j’aurais donc été moins impressionne sans doute par la fantasmagorie changeante du monde, si je n’avais commencé l’étape dans un milieu presque incolore, dans le coin le plus tranquille de la plus ordinaire des petites villes : recevant une éducation austèrement religieuse ; bornant mes plus grands voyages aux bois de la Limoise, qui me semblaient profonds comme les forêts primitives, ou bien à ces plages de l’“île” qui me mettaient un peu d’immensité dans mes yeux lors de mes visites à mes vieilles tantes de St-Pierre d’Oléron.”5

7Ainsi esquissé, le décor de l’enfance de Pierre Loti est celui d’un pays de marais encerclant la cité de Colbert dont l’aspect est celui d’une ville nouvelle au tracé orthogonal et d’un arsenal empli de bateaux, animé par des marins. L’environnement maritime, la présence des vaisseaux, la fière allure des officiers et des matelots contribueront sans doute à faire naître en Julien Viaud une vocation de marin. Il naviguera donc.

  • 6 Ibid., XIX.

8Mais Rochefort restera toujours le foyer, le point d’attache de l’officier-écrivain qui voua à la demeure familiale de ses grands-parents Texier un véritable culte, tout particulièrement lorsqu’il fut question de sa mise en vente vers 1866-70. L’enfance heureuse et choyée de Julien Viaud, entouré de grands-mères et de grands-tantes très attentionnées à son égard, ne pouvait prédisposer l’enfant aux réalités parfois très sombres de la vie. Puis son adolescence, marquée par la mort de son frère Gustave, par celle de son amie Lucette Duplais, l’amènera à chérir encore plus cet îlot familial fragile et menacé. Le petit bassin du jardin aménagé par son frère en 1858 demeura toute sa vie durant pour Julien le souvenir le plus précieux de son frère aîné, à tel point qu’il l’appelait “ma sainte Mecque”6. Jusqu’à sa mort, ce petit jardin de fond de cour fut pour Loti un monde à part, vénéré pour tous les souvenirs liés aux êtres chers et aux moments d’insouciance passés à y jouer, à y soigner les plantes ou à y travailler. Dans cet écrin précieux que fut la maison de Rochefort naquirent aussi bien des rêves que des désirs d’évasion.

9Pendant son enfance, le “Théâtre de Peau d’âne”, la musique, le dessin ou le classement d’insectes et de coquillages dans son petit musée, avaient aux yeux de Julien Viaud plus d’importance que les devoirs scolaires : ils étaient un appel vers l’évasion, répondant à une soif de nature et de liberté.

II – La Limoise

  • 7 Ibid., XXXIV.
  • 8 Ibid., – voir aussi pour la Limoise – Prime jeunesse – Fleurs d’ennui, p. 15-17 et Quelques aspects (...)
  • 9 Outre le Roman d’un Enfant et Prime Jeunesse, dans Fleurs d’ennui, Le Roman d’un Saphi, Quelques as (...)
  • 10 Madame Chrysanthème, XXXII.

10Parmi les moments les plus exaltants de son enfance, Pierre Loti plaçait les trajets et les séjours effectués à la Limoise, sur la commune d’Echillais, au sud de Rochefort, sur l’autre rive de la Charente. “Toute mon enfance est intimement liée à ce petit coin du monde, à ses vieux bois de chênes, à son sol pierreux que recouvrent des tapis de serpolet, ou de bruyères.”7 Dès le mois de mai, il s’y rendait le mercredi soir pour passer chez ses amis Duplais une journée d’entière liberté. “Le premier de tous les bois de la terre que j’ai connu et celui que j’ai le plus aimé : les très vieux chênes verts, arbres aux feuilles persistantes et d’une couleur sombre, formant un peu colonnade de temple avec leurs troncs élancés.”8 Pierre Loti évoquera souvent ces lieux9, jusque dans Madame Chrysanthème, où il décrit, après le passage d’un typhon, sa “première impression de grand vent dans les bois – dans les bois de la Limoise ; en Saintonge, il y a quelques vingt-huit ans à l’un des mois de mars de ma petite enfance.”10

  • 11 A. Quella-Villéger, op.cit, p.40.

11C’est là qu’il apprit à aimer la nature et qu’il fit une première approche de l’exotisme. Le jeune Julien y rêvait “d’impressions du Brésil”, de “contrée primitive”, tout en développant la notion d’“elmique”11.

  • 12 Le Roman d’un enfant, XVI.

12Il y fit connaissance avec des aspects jusqu’alors insoupçonnés de la marine, à travers un vieux cahier de navigation qui parlait du passage de poissons volants et de dorades sous les tropiques12.

III – Oléron

  • 13 Ibid., XX.
  • 14 Journal intime inédit, 7 février 1899.

13Terre des ancêtres maternels, l’“île” comme on la nommait avec respect dans sa famille, bénéficiait de la part de tous d’une grande vénération, à tel point que tout galet, toute fourche, toute gaule qui en provenaient étaient précieux. Les parents de Julien Viaud s’y étaient mariés, et Oléron gardait le souvenir d’histoires anciennes concernant les Renaudin lors de la Révocation de l’Edit de Nantes et de leur exil en Hollande. L’enfant la découvrit à l’âge de huit ans, en juillet-septembre 1858, à la Brée, puis à la Grande-côte, en compagnie de sa sœur et de son frère. Cette “région âpre, avec des espaces déserts” le conquit pleinement aussi par la présence de l’océan13. La vieille demeure des aïeuls, que son ancêtre Renaudin avait achetée en 1677 fut acquise par l’écrivain en février 1899, surtout pour son fils Samuel et par amour de “ce vieux logis revenu entre nos mains”. C’est là qu’il choisit de venir dormir dans “ce vieux sol où gisent les ossements des ancêtres”14.

IV – Saint-Porchaire

  • 15 Prime jeunesse, XVIII.

14A Partir de 1865 et pendant douze ans, Julien Viaud s’est rendu très souvent à Saint-Porchaire, chez sa sœur Marie dont le mari venait d’être nommé percepteur. La maison, située près du pont enjambant le ruisseau, était “une adorable vieille maison aux murs épais comme des remparts avec deux jardins superposés, plantés de grands arbres et qui communiquaient par un escalier de pierre moussue...”15.

  • 16 Ibid., XVIII.

15Dans sa chambre aux murs blanchis à la chaux, ou dans le jardin verdoyant, l’adolescent tentait d’oublier les terribles problèmes qui menaçaient sa maison natale. Cette “succursale de Rochefort”, d’où l’on emportait des plantes pour embellir le petit jardin familial, était surtout appréciée de Julien Viaud pour la proximité du château de la Roche-Courbon et de ses vastes bois de chênes. Très vite le jeune garçon y vécut en communion intime avec la nature, en totale solitude, tout imprégné par la beauté de cette forêt luxuriante, extraordinaire “champ d’exploration pour un jeune aventurier de quinze ans, qui du matin au soir, le revolver à la ceinture, scrutait les fouillis les plus inviolés, en se prenant pour un trappeur du Nouveau Monde”16.

  • 17 Ibid., XXVIII.
  • 18 Ibid.. XXVIII.

16C’est là qu’à l’âge de seize ans, il connut “le grand secret de la vie et de l’amour”17, avec une gitane aux yeux “profondeur de nuit”, semblables à ceux des bayadères d’Inde qu’il imaginait. De cette aventure, l’écrivain tirera cette maxime si personnelle : “Les lieux où nous n’avons ni aimé ni souffert ne laissent pas de trace dans notre souvenir”18. Pour lui, ce magnifique domaine fut le lieu de passage à la vie d’homme. Il y apprit son admission à l’Ecole Navale, qui devait décider de sa vie de marin.

17Il s’intéressa de nouveau à la Roche-Courbon en 1908, lors de la mise en vente du château : un article publié dans Le Figaro sous forme de plaidoyer pour la défense du domaine, permettra en 1920 d’épargner tout déboisage.

V – Le Pays Rochefortais

  • 19 Voir aussi La Vie à la Campagne, n°65, 1er juin 1909
  • 20 Les souvenirs autobiographiques de Pierre Loti sont publiés, outre le journal intime (1872-1881 et (...)

18L’attachement de Pierre Loti à sa région natale a été traduit depuis son enfance jusqu’à sa vieillesse dans ses écrits. Il peut paraître surprenant cependant de ne trouver aucun roman se rattachant à l’Aunis-Saintonge19 : il n’en parle que dans ses ouvrages autobiographiques. Il serait facile de dire à ce sujet que Loti ne rechercha pour son inspiration que des cadres exotiques. Ne s’agirait-il pas tout simplement de pudeur vis-à-vis de souvenirs trop personnels ?20

19Les racines saintongeaises sont rappelées non seulement par bien des détails de son journal intime, tenu pendant quarante-cinq ans, mais aussi par des objets provenant de sa famille et par quantité de petits souvenirs strictement personnels.

  • 21 Parmi le lot retrouvé, 21 au total concernent la Bretagne. Voir M-P. BAULT, “Les Bou- quets-souveni (...)

20Un ensemble de petits sachets en papier blanc, pliés et légendés par l’écrivain, conserve des petites fleurs ou des feuilles séchées, en souvenir d’êtres chers et de lieux qu’il a aimés. Ce sont des souvenirs de promenades avec sa mère, des moments d’adieux lors de ses départs, des jours d’anniversaire. Sur les trente-et-un paquets retrouvés à la Maison de Pierre Loti et qui concernent la région charentaise, onze sont relatifs à Rochefort et à ses environs, et neuf à la cour-jardin de la maison natale (“fleurs de jasmin rouge” ; “boutures faites par Tante Clarisse...”)21.

  • 22 Testament dont une copie est conservée à la Maison de Pierre Loti et qui a pour titre “Recommandati (...)

21Un testament non daté, manuscrit de son secrétaire Gaston Mauberger autorisait à vendre presque tous les objets de voyage que Pierre Loti avait rapportés de voyage. Par contre, les souvenirs liés à son enfance, aux êtres chers, à sa famille, devaient être impérativement brûlés, détruits, afin qu’ils ne tombent pas entre des mains étrangères. Citons ces quelques phrases de l’écrivain : “Quant au petit bureau d’enfant, qui vient également de l’Ile d’Oléron et qui est empli de mes jouets, je demande bien entendu qu’il soit anéanti, ainsi que son contenu”. “Je tiens aux vieux bibelots sans valeur (...), à deux boites de thé chinoises anciennes qui viennent de mes grands-mères, et par dessus-tout, je tiens à la vieille bible de famille du xviie siècle, qui vient de l’Ile d’Oléron et qui est aussi sur le grand piano.”22

22Pierre Loti ne pouvait mieux exprimer la vénération qu’il portait à Rochefort, qu’en achetant d’abord sa maison natale à sa mère en 1871, puis la maison mitoyenne (le n°139) en 1895, puis celle du n°143 en 1897, que son grand-père avait autrefois possédée. Mais s’il tint à acquérir les immeubles de la rue Saint-Pierre qui avaient abrité sa famille, il voulut aussi que Crucita Gainza et les enfants qu’il avait eus d’elle, viennent près de lui à Rochefort même, dans le pays qui était le sien.

  • 23 LOCAL Oléron, n°8, juin 1987.
  • 24 ibid.

23Pour sa sépulture enfin, son choix ne s’est pas porté finalement sur le cimetière rochefortais, bien qu’en 1910, il ait choisi un emplacement, puis l’ait refusé pour la seule raison que la personne qui possédait la concession voisine lui était antipathique23. Dès 1919, il avait demandé au maire l’autorisation d’être inhumé dans le jardin de ses ancêtres huguenots à Saint-Pierre d’Oléron et il avait fait préparer dès 1921, une pierre portant le nom de Pierre Loti simplement gravé24.

24Ainsi au cœur même de l’existence de Loti, la demeure familiale de Rochefort conserva toujours une importance primordiale, à laquelle il apporta progressivement son empreinte personnelle. Alors que la maison se vidait peu à peu de ses occupants, chaque pièce libérée devenait le prétexte à un aménagement particulier, surtout après l’acquisition de la nouvelle maison, le n°139.

25L’éclectisme des décors mis en place traduit bien pour notre écrivain l’impérieuse nécessité de créer un environnement nouveau et d’essayer de combler le vide laissé par la mort des “chères vieilles”. La salle Renaissance, la salle gothique, la “mosquée”, le salon turc, la chambre arabe et les pièces disparues – “pagode japonaise” et salle chinoise – répondent à cette notion. Il en sera de même lors de la transformation du salon des veillées, si souvent évoquée dans le Roman d’un Enfant et dans Prime Jeunesse, et cela malgré le culte que Pierre Loti vouait à sa configuration antérieure. Par contre, il n’apporta pas le même souci de personnalisation à la maison d’Hendaye, ni à celle d’Oléron.

Conclusion

  • 25 Journal intime, I, p. 246 ; lettre à Emile Pouvillon.

26Que dire de plus que ce que Pierre Loti lui-même a dit de ce pays charentais qu’il aimait tant ? C’est ici mon logis fixe, mon vrai logis, celui où je suis né, celui où de temps en temps je reviens me poser”25.

27Comme Loti, chacun de nous a un attachement particulier pour le pays de son enfance, de sa jeunesse, pour les lieux où les premières joies et les premières souffrances ont commencé à former sa personnalité. Pour un être aussi sensible que notre écrivain, aussi riche de souvenirs, de rêves, Rochefort, les îles voisines et les belles propriétés des environs ne pouvaient être que des sites à préserver et à protéger par tous les moyens.

28Il défendit par exemple Rochefort quand il s’agit, vers 1910, de fermer l’arsenal et il prit soin de faire connaître à ses amis de Paris et du monde entier les lieux où s’étaient déroulés les événements de son éveil et de sa maturité. Adulte, Pierre Loti ressentira souvent le besoin de se ressourcer, afin de trouver en ces lieux quelques remèdes à ses déceptions sentimentales et à son perpétuel mal de vivre. Ces différents lieux de Saintonge qui l’ont façonné méritent d’être parcourus pour mieux comprendre Pierre Loti.

Notes

1 Publié à Rochefort par Honorine Fleury (1845) et réédité par Laffite Reprints, Marseille, 1977.

2 Ce nom est mentionné sur le carton d’invitation au dîner Louis XI (12 avril 1888).

3 Lettre adressée aux Amis du pays d’Ouest en 1913.

4 A. Quella-Villéger, Pierre Loti l’incompris, Paris, Presses de la Renaissance, 1986. (p. 33). Voir aussi le Roman d’un Enfant, IV.

5 Le Roman d’un Enfant VIII.

6 Ibid., XIX.

7 Ibid., XXXIV.

8 Ibid., – voir aussi pour la Limoise – Prime jeunesse – Fleurs d’ennui, p. 15-17 et Quelques aspects du Vertige mondial, p. 24-25.

9 Outre le Roman d’un Enfant et Prime Jeunesse, dans Fleurs d’ennui, Le Roman d’un Saphi, Quelques aspects du Vertige mondial.

10 Madame Chrysanthème, XXXII.

11 A. Quella-Villéger, op.cit, p.40.

12 Le Roman d’un enfant, XVI.

13 Ibid., XX.

14 Journal intime inédit, 7 février 1899.

15 Prime jeunesse, XVIII.

16 Ibid., XVIII.

17 Ibid., XXVIII.

18 Ibid.. XXVIII.

19 Voir aussi La Vie à la Campagne, n°65, 1er juin 1909

20 Les souvenirs autobiographiques de Pierre Loti sont publiés, outre le journal intime (1872-1881 et 1882-1885), dans le Roman d’un Enfant, Prime Jeunesse, un Jeune officier pauvre.

21 Parmi le lot retrouvé, 21 au total concernent la Bretagne. Voir M-P. BAULT, “Les Bou- quets-souvenirs de Pierre Loti”, in Cahiers pour la littérature populaire, CNRS, numéro spécial Pierre Loti, 1994

22 Testament dont une copie est conservée à la Maison de Pierre Loti et qui a pour titre “Recommandations suprêmes”. A propos de la pagode japonaise et de la salle chinoise, Loti disait : “je ne tiens absolument à rien”.

23 LOCAL Oléron, n°8, juin 1987.

24 ibid.

25 Journal intime, I, p. 246 ; lettre à Emile Pouvillon.

© Presses universitaires de Rennes, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540