Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Loti en son temps

Loti dans le champ littéraire de son temps

Ramuntcho, pèlerin pieux

Pierre Bazantay

Texte intégral

1(1877. Mort de Loti, naissance de Roussel)

“Cher maître, je vous envoie ces fleurs cueillies… par un pieux pèlerin.
Raymond Roussel, lettre à Loti, 1er oct. 1920.

“Je suis pour les pages de Loti comme les morphinomanes pour la morphine, il me faut chaque jour ma ration de pages de Loti.”
Raymond Roussel, in Cahier de dédicaces, f° 42 V°, BN Mss.

“Oui, Loti était grand, très grand. Il était plus grand que la plus grande comédienne, plus grand que le plus fameux boxeur, plus grand que le plus célèbre jockey… Il était infiniment grand !”
Maurice Prax, “Le Petit Parisien”, 1923, article conservé par Raymond Roussel.

I – Préambule

  • 1 “Pierre Loti dans le musée imaginaire de Raymond Roussel” in Raymond Roussel en Gloire, “Mélusine V (...)
  • 2 Raymond Roussel, Comment j’ai écrit certains de mes livres, Pauvert, 1963, p. 12.
  • 3 Stéphane Mallarmé, Médaillons et Portraits, “Villiers de l’Isle-Adam”, in Œuvres Complètes, Gallima (...)

2“Comment expliquer cette admiration surprenante pour un écrivain aussi éloigné dans l’écriture et les préoccupations”1 s’interroge Alain Quella-Villeger cherchant à rendre compte de la fascination, à son sens inattendue, de Roussel par Loti. Cet étonnement est là pour signifier une “distance” qui semble formidable entre deux écrivains et deux écritures, distance que rien ne semble devoir combler. De Loti à Roussel, le lien esthétique paraît en effet inexistant. Evoquer les relations Loti-Roussel risque par conséquent de dissoner comme un hiatus (celui-là même que repère Barthes, voyant en Loti – beau paradoxe – le tremblement d’un acte moderne d’écriture) ; comment comparer deux écrivains aux carrières diamétralement opposées sans souligner que cela justement les rapproche. L’immense gloire de Loti a connu une phase de dépréciation (on sait la responsabilité d’un Segalen, inventeur du “lotiforme” et du “pseudo-exote”). Le mépris total (ou presque) dans lequel on a tenu Roussel (qui publie toutes ses œuvres à compte d’auteur de 1893 à 1932) s’est inversé, et même si sa célébrité posthume reste relativement discrète, il est reconnu pour un des phares de la modernité, avec la même incontinence de jugement, d’ailleurs. Fait significatif : la notice que consacre aujourd’hui le dictionnaire Robert à Roussel est deux fois plus longue que celle dediée à Pierre Loti. Opérer un rapprochement entre deux écrivains tels que Loti et Roussel, inviterait sans aucun doute à une exploration spécifique, à lire l’un et l’autre différemment, voire à délaisser certaines de nos habitudes de lecture. Ainsi la confrontation entre les deux auteurs, convie à lire Pierre Loti autrement, à y détecter un exotisme du signe avant tout, à le penser comme l’un des tous premiers précurseurs de Roussel. Au rebours, dans le prolongement de cette comparaison, il conviendrait de repérer en quoi, si différente qu’elle soit, l’écriture de l’auteur d’Impressions d’Afrique et Locus Solus, met en scène des réminiscences de lectures lotiennes au-delà d’un simple éblouissement par la gloire de l’écrivain. Et, en effet, ce croisement peut se révéler, un temps du moins, valide. Il est vrai que le désir de célébrité ne concentre pas toute l’explication du culte que Roussel voue à Loti. Chez Roussel la question de la gloire estompe trop l’essence littéraire de sa production et contribue à faire oublier qu’en Loti Roussel admire essentiellement l’“écrivain”, celui qui tire sa gloire de l’écriture et maîtrise le domaine mystérieux où cohabitent gloire et écriture. On peut formuler ainsi cette énigme : comment l’écriture, comment l’acte d’écriture est-il à même d’engendrer la gloire ? Est-ce que ne gît pas là, au-travers de cette relation “gloire-écriture”, une problématique plus enfouie, plus radicale, qu’exprime cette interrogation : quels sont les passages secrets qui relient le réel et l’écriture. Autrement dit de quoi est tissé le texte, pour faire droit à ce voisinage étymologique rappelé par Barthes ? La question de la gloire équivaut, peu ou prou, à celle du “réel”, de la “référence”, de la “représentation”. Sous la gloire s’étale le sable du réel. Car, Loti comme Roussel, sont des écrivains chez qui, chacun à sa manière, se noue une crise avec la réalité. Pour eux deux semblent s’être posées des questions de circulation – le voyage en est l’une des métonymies – entre signe et réel. La modernité de Loti ne se joue pas dans le bricolage lexical de la description, mais sur l’espace quasi tragique de son impossibilité, de la non-description, ou si l’on veut de la dé-scription. Au cœur de cette littérature se met en place une quête désespérée, comme chez Roussel, de la “différence”, qui est l’objet même de leur écrit. Comment liquider nous dit Roussel d’entrée de jeu dans le conte Parmi les Noirs, le couple infernal “billard/pillard” fondateur même de la narration, pure distance de langage qui rend le livre possible : “Or, c’était dans la résolution de ce problème que je puisais tous mes matériaux”2 ? Que faire des couples non moins inquiétants “ici/là-bas”, “hier/aujourd’hui”, paraît écrire constamment le texte lotien, vraiment insoumis aux exigences de l’“ut pictura pœsis” ? Raconter
l’ailleurs, c’est faire rendre à l’exotisme son énergie sémiotique – une manière anti-cratylique d’aller voir ailleurs si j’y suis… (est-ce une définition de la littérature ?). Le signe est là pour dire que je ne suis pas, leitmotiv dont l’œuvre de Loti se sature : “je ne suis pas à Rochefort, je ne suis plus à Stamboul, l’année dernière j’étais à Saint-Brieuc.” De Loti à Roussel se transmet et s’écrit une similaire et négative “sommation au monde” 3. Et à un point tel que le meurtre symbolique du réel semble être la condition partagée de leur écriture. Ainsi chez eux deux le souvenir fait voir (La Vue de Roussel paraît en 1904) le cadavre du réel. Le signe est fossoyeur du temps. Témoin cette notation de Loti :

  • 4 Journal Intime, 13 septembre 1884, Volume II, 1882-1885, Calmann-Lévy, 1929, p. 163.

“(La Limoise) Le soleil rouge, énorme, descend, s’enfonce derrière l’horizon comme derrière une mer, envoyant ses lueurs par en dessous, à ce bois et à ces hautes colonnes qui sont des chênes. Ce lieu, cette heure et cette saison éveillent pour moi des souvenirs inexprimables du passé mort…”4

3Roussel lui fait impeccablement écho :

  • 5 La Vue, Lemerre 1904, rééd. Pauvert, 1963, p. 73.

“(…) ma pensée
Rêve, absente, perdue, indécise et forcée
D’aller vers le passé ; car c’est l’exhalaison
Des sentiments vécus de toute une saison
Qui pour moi sort avec puissance de la vue,
Grâce à l’intensité subitement accrue
Du souvenir vivace et latent d’un été
Déjà mort, déjà loin de moi, vite emporté.”5

  • 6 in Voyages (1872-1913), édition établie et présentée par Claude Martin, Bouquins, Robert Laffont, 1 (...)
  • 7 “… ’Canterel avait conçu l’espoir de donner une complète illusion de la vie en agissant sur de réce (...)

4Et après tout, si Loti est tellement affecté par la Mort de Philae, (en 1907) et son “Cénacle des Momies” où se voient des “vitrines pleines de morts”6, Roussel invente, autour de 1910 la Cage de Verre, où de “récents cadavres”7

II – Pèlerinage pieux

a) Une exemplaire non-communication

  • 8 Loc. cit. p. 274.

5Jusqu’à aujourd’hui on ne connaissait pas de lettre adressée par Pierre Loti à Raymond Roussel. “En 1918, écrit Alain Quella-Villéger, c’est à Loti en personne qu’il envoie ses Pages choisies d’Impressions d’Afrique et de Locus Solus (Lemerre), avec cet ex-dono : “Offert, un genou en terre, à Mata Reva”, (…) Nous ne pensons pas que Loti répondît à son admirateur, mais son secrétaire le fit certainement.”8 Maintenant la réponse est connue, il s’agit d’une petite carte de visite autographe de Loti à Roussel, retrouvée parmi les centaines de documents du fonds Roussel :

  • 9 BN Mss Lettres Reçues, n° 79.

“Pierre Loti,
très amusé et charmé par le récit que Monsieur Raymond Roussel a bien voulu lui offrir “un genou en terre”, le prie de recevoir son meilleur remerciement et compliment.”9
(BN. Lettres reçues 79).

6Pourtant, en dépit de la carte de visite, c’est bien d’une non-réponse que le donateur se voit gratifié, digne de la réserve dans laquelle Roussel se tient toujours avec ses interlocuteurs. “Je ne lis jamais" aime proclamer Loti. Il ne semble pas qu’il ait jamais atténué son affirmation par : "sauf du Raymond Roussel”.

7La première trace du pèlerinage pieux, chez Roussel se rencontre dans Comment j’ai écrit certains de mes livres, où il réserve à Loti une place curieuse, entre parenthèses :

  • 10 Comment j’ai écrit certains de mes livres, op. cit., p. 27.

“(…) (je fis une halte assez longue à Tahiti, où je retrouvai encore quelques personnages de l’admirable livre de Pierre Loti.)”10

8Roussel écrit-il –sous le prétexte de la note de voyage– un (rapide) “Comment j’ai lu Loti” ? Prend-il prétexte d’un “comment j’ai écrit certains de mes livres”, pour glisser çà et là un : “comment j’ai lu certains livres”, montrant la distance entre lecture et écriture (à de nombreux égards cela ressemble fort à l’attitude de Pierre Loti) ? Si pour Loti le voyage masque une écriture, pour Roussel, il dévoile une lecture.

  • 11 Loc. Cit. p. 275.

9Ce pèlerinage pieux en dit long. Est-ce un mode de lecture, une méthode d’exploration du signe irradié par la mort, bref l’expression d’une exigence esthétique absolue ? L’admiration réelle, masque, nous l’avons dit, des enjeux autres que ceux dictés par l’effet grand homme. “(…)l’explication, remarque A. Quella-Villéger, ne saurait suffire. Les écrivains adulés et populaires étaient légion.”11. Le pèlerinage pieux est peut-être une matrice rhétorique de la fascination, un parcours avec ses figures où se joue, de manière complexe, retorse parfois, l’identification au “grand homme”, à “l’homme de gloire”. Il donne corps à une sorte de “passion”, avec ses stations – autant de signes, qui situent Loti dans un horizon flou, brumeux, Loti comme balise ou amer d’un rêve de littérature, celui que construit Raymond Roussel.

b) Ramuntcho Roussel

  • 12 Fibrilles, Gallimard, 1966, p. 9.

10Michel Leiris écrit :” (…) j’avais admiré adulte après l’avoir connu quand j’étais tout enfant : l’auteur des abracadabrantes Impressions d’Afrique, celui dont on parlait chez moi en l’appelant “Ramuntcho” (nom emprunté par lui-même à Loti dont il appréciait fort les récits à base d’exotisme) (…)12. Roussel qui ignore, à l’exact inverse de Loti-Viaud, le pseudonyme, souhaite se faire appeler Ramuntcho – diminutif de Ramòn en espagnol, Raymond. Pourquoi ? le héros de Loti ne possède pas de point commun avec le richissime habitant de Neuilly. On sait simplement que Roussel pratiquait avec une réelle compétence d’amateur le jeu de paume. Et qu’il se rendait avec sa mère en villégiature dans leur superbe villa de Biarritz. “Sa vie, nous révèle le psychiatre Pierre Janet, était construite comme ses livres.” A commencer, voudrait-on dire, par ceux des autres. Le jeune homme qui s’abîma dans l’extase littéraire à l’âge de dix-neuf ans se sentait l’égal de Dante, et de Shakespeare, fut d’abord non l’égal mais le héros de Loti, Ramuntcho. Une façon de faire exister la littérature en incarnant de purs signes. Se surnommer Ramuntcho c’est donner un corps à la littérature et attester sa valeur de sur-nom.

c) – Photographies (portraits de l’auteur)

  • 13 Alain Buisine, Tombeau de Loti, Aux amateurs de livres, 1988, p. 42.

11Loti et Roussel établissent un parallèle entre machine à écrire et appareil photo. S’amusèrent-ils à superposer au cours de leur vie deux images espérant qu’elles n’en fissent qu’une ? La première concerne le moi, c’est, proprement, une photo d’identité, la seconde un portrait de l’écrivain, digne de l’album Mariani. Le résultat de cette supeiposition sous-tend deux stratégies. Est-ce parce que Loti ne ne se reconnaît pas, qu’il multiplie les séances de pose ? Quant à Roussel décide-t-il de s’abandonner dans un cliché unique, désireux de disparaître derrière son image allégorique ? Alain Buisine montre à quel point Loti obsédé par l’impossible représentation de soi, l’introuvable portrait juste, a multiplié les envois de photographies. Devant cette avalanche d’épreuves, le critique constate : “il y a finalement autant de Loti que de photos ; et en outre chaque nouveau cliché, qui aggrave sa dissémination et éparpille un peu plus son identité, le laisse insatisfait puisqu’il éprouve l’irrépressible besoin d’en envoyer un autre.”13 » Même compulsion du portrait chez Roussel. Trait d’une époque et d’une classe sociale dévoratrice de clichés, mais pas seulement. Raymond Roussel fit prendre de lui, à Milan, en 1896 un portrait dont il décida par testament qu’il devrait figurer en tête de tous ses livres y-compris les éditions posthumes. Ce portrait situe son rapport direct avec la littérature. Au moment où Roussel se fait photographier, il rédige justement La Doublure dans un état d’enthousiasme inouï, digne des hallucinations de Descartes : il se voit dans le corps glorieux de l’Auteur à succès. La photo réalise l’incarnation de cette aura. Contrairement à l’image multiple et introuvable que cherche Pierre Loti, Raymond Roussel propose cette fois unique, le cliché hapax, l’image imaginaire qui doit se substituer à toute réalité. Mais n’est-ce pas au total deux séries de photos qui obsessionnellement viennent nous parler de l’écriture en affirmant : “On ne peut pas photographier l’écrivain”. C’est aussi un biais pour nous indiquer comment doit se lire Loti. L’image n’est pas “mimesis”, elle ne réfère à rien de réel, sa nature est donc essentiellement fallacieuse, distante comme un idéal platonicien, celui de la “déscription” lotienne : d’un paysage ne saisir que ce qui manque, (c’est exactement ce qui rapproche description et utopie.) Dans sa recherche fébrile du bon cliché, Loti offrit un de ses innombrables portraits à Raymond Roussel. Mais y a-t-il place, dans le monde roussellien pour deux écrivains ? Jusqu’où va le pèlerinage pieux ? A l’image pieuse ?

d) – Les voyages (sans le réel)

12Autre station du pèlerinage pieux : les voyages. Parallèle saisissant. On le sait, les voyages de Loti n’en sont pas. Ces voyages-là s’énoncent trop souvent comme des absences, des moments et des néants pour être de purs ailleurs, pour constituer un vrai exotisme (il n’y a peut-être pas moins exotique que Loti – en ce sens, revenons-y, l’“Exotes” de Segalen s’oppose à l’“Idiotes” Loti) Existe-t-il autre forme de voyage ? On a noté la vacuité des titres Une relâche de trois heures, Le désert, L’Inde (sans les Anglais), Les Derniers jours de Pékin, la Mort de Philae, La Turquie agonisante, la sursaturation des “vides”, des brumes, des nuits, des pâleurs et des vapeurs, des sons feutrés, pour que le voyage ne soit pas chez Loti un “sens déçu et posé” (le signe lotien est un sens voilé associé à un son feutré, qui se trouve dans le mystère subtilement relevé par Barthes du nom Aziyadé, vraie pâmoison du signe), c’est-à-dire ce moment où précisément l’écriture sert à dire non pas Tailleurs, mais l’impossibilité même de le saisir. La littérature de Loti est une littérature du non-voyage, l’exotisme du surplace. Chez lui se fomente une destitution savante de l’exotisme. Roussel, en un procès voisin, déclare la précession littéraire de l’exotisme :

  • 14 Comment j’ai écrit certains de mes livres, Pauvert, 1963, p. 27.

“Il faut encore que je parle ici d’un fait assez curieux. J’ai beaucoup voyagé. Notamment en 1920-21 j’ai fait le tour du monde par les Indes, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, les archipels du Pacifique, la Chine, le Japon et l’Amérique. (Pendant ce voyage je fis une halte assez longue à Tahiti, où je retrouvai encore quelques personnages de l’admirable livre de Pierre Loti.) Je connaissais déjà les principaux pays de l’Europe, l’Egypte et tout le nord de l’Afrique, et plus tard je visitai Constantinople, l’Asie-Mineure et la Perse. Or, de tous ces voyages, je n’ai jamais rien tiré pour mes livres. Il m’a paru que la chose méritait d’être signalée tant elle montre que chez moi l’imagination est tout.”14

  • 15 Pour mémoire, le Lyncée est le navire qui fait naufrage sur les côtes de l’Afrique au début d’Impre (...)

13Roussel pouvait-il mieux nous dire que chez lui, la lecture est moyen de transport, aller en Polynésie ne peut se faire qu’à bord du Pierre-Loti (tenant lieu de vaisseau, pour de bon), sister-ship du Lyncée, mais plus fiable15 ?

e) – Rarahu existe, je l’ai rencontrée

14Roussel a ramené de son voyage à Tahiti une édition du mariage de Loti où Ton peut lire les dédicaces suivantes :

A Monsieur Roussel
Laurent Rarahu
Papeete le 29 septembre 1920

A Monsieur Roussel
Louis Rarahu
Papeete le 1er octobre 1920

Taouaea
Signature de la sœur de Rarahu
Raymond Roussel

Taua
Signature de Taua fils de la sœur de Rarahu et élevé par Rarahu
Raymond Roussel

  • 16 In “Revue de la Bibliothèque nationale”, Printemps 1992,

Terümaevarua Apomare
Arümoporapora
Signature de Térümaevarua II
Reine de Bora Bora
Raymond Roussel16

15Curieux faux-titre. Curieux souvenirs de voyage. Où le pèlerinage commence à prendre son sens. Et où le voyage se déroule dans sa vraie dimension : l’imaginaire. Aller à Papeete, c’est aller vérifier non que le texte est fidèle au réel, mais bien que le réel est fidèle au texte, toute erreur est à mettre au débit du réel. Loti ne saurait se tromper. Témoin : Rarahu existe. Et Raymond Roussel en fournit la preuve absolue. D’imaginaire Rarahu devient réelle, Roussel lui trouve une généalogie. La lecture est aussi dans une concurrence de signatures. Loti/Roussel (à cinq reprises). Roussel s’invente, en forçant les portes du livre, une parenté avec Loti en fondant la famille de Rarahu. Ces personnages en qui implose l’exotisme, doublent – à la différence de continent près – le personnel d’Impressions d’Afrique – où Roussel, dans la version théâtrale de cette œuvre avait déjà expérimenté le bilinguisme, en écho sans doute au Mariage de Loti. Seul manque aux côtés de Laurent et Louis Rarahu, un Raymond Rarahu. Après Ramuntcho, Le Mariage de Loti ? Le pèlerin arpente les rayonnages d’une bibliothèque.

f)- Ba(a)lbek.

  • 17 Locus Solus, Folio 1974, p. 99.
  • 18 Cf. Alain Quella-Villéger, Pierre Loti l’incompris, Presses de la Renaissance, 1986.

16En 1894, dans La Galilée, Loti évoque le site de Balbek et récapitule l’ambiance qui règne dans les ruines : “C’est un lieu solitaire…” (p. 621). Dans Locus Solus, Raymond Roussel prête au poète Gilbert un pèlerinage pieux sur la tombe d’un certain Missir. Consigné dans Rêves d’Orient Vécus (titre qui parachève la bibliothèque lotienne entre Fantôme d’Orient -1892- et Suprêmes visions d’Orient -1921), ce pèlerinage qui rassemble quelques-uns des traits majeurs de la conception roussel- lienne de la gloire, fait apparaître une fausse note. Accroc dans le système du pèlerinage pieux ? L’épisode fait mention d’un profanateur de tombeau “marin de son état [qui] comptait venir chaque année prendre une partie de ces richesses, qu’il transporterait nuitamment en chariot jusqu’à la mer ; là il les embarquerait sur son navire – puis irait au loin les vendre à prix d’or ;”17 ou les garderait pour sa demeure de Rochefort ? Raymond Roussel a-t-il rêvé un portrait inédit de Loti en vieux pillard ? Roussel aurait ainsi rêvé de faire de Pierre Loti un personnage de son œuvre ? Imagination ? En tout cas, c’est curieux de voir Loti, à Toulon18, se livrer à un numéro d’acrobate digne du Gala des Incomparables dans Impressions d’Afrique ; gala qui s’ouvre sur la présentation l’ilote Saridakis, où Loti s’anagrammatise… et qui s’achève presque sur un conte “Le poète et la Moresque”. Loti et Aziyadé ? Il est tentant de risquer une lecture de Roussel secrètement contaminée par Loti.

g) – Impressions de Polynésie

  • 19 Cité in François Caradec, Vie de Raymond Roussel, Pauvert, 1972, p. 313.

17Roussel a pratiqué le pèlerinage littéraire et combinant les imaginaires verniens et lotiens, s’est lancé dans un tour du monde, dans lequel s’est rejouée son obsession de toujours : vérifier la conformité du réel à ses représentations littéraires. Les tombes des héroïnes de Loti ont particulièrement retenu son attention : voyage sur la tombe de Rarahu, puis à Constantinople (comme s’il remontait le temps), sur les traces de l’indicible d’Aziyadé. Il écrit à Charlotte Dufrène en 1927 “(…) Me voici à Constantinople et j’ai déjà cueilli une plante sur la tombe de… tu sais qui.”19 Il est plus compliqué de comprendre le recours à l’allusion que l’objet de la visite. Une sorte de suspension du sens… Est-ce que cela répond au choc qu’engendra la mort de Loti. C’est aussi une découverte capitale du fonds Roussel que d’avoir fait apparaître l’étrange culte funéraire de l’auteur de Locus Solus pour la mémoire de Loti, ou pour le mort lui-même. Non seulement, après le décès de Loti le 10 juin 1923, il se fit adresser par l’Argus toutes les coupures de presse relatives à la mort de l’écrivain. La plus curieuse d’entre elles est extraite du Figaro du 9 août 1923. Cette coupure se présente sous la forme d’un diptyque : à gauche, la tombe de Rarahu, à droite la cascade de Fataoua. Ce diptyque comporte la souscription suivante : “C’est en ces termes qu’est décrite, dans Le mariage de Loti, la cascade de Fataoua. “En sens inverse des Cascades du Bois de Boulogne et de Hyde-Park, la Cascade de Fataoua tombe là-bas en dessous du vieux monde, troublant de son grand bruit monotone cette nature si profondément calme et silencieuse.” (Ces deux photographies nous ont été communiquées par M. Raymond Roussel qui les a prises au cours d’un pèlerinage qu’en fervent admirateur de Pierre Loti, il a fait dans la Perle du Pacifique.)” Ce que l’on retiendra de cet apport, que nul à notre connaissance n’avait relevé, c’est moins le contenu, sursaturé, que la disposition choisie par Roussel : le diptyque. Compte rendu de voyage ? Non, livre ouvert. Pour Loti, il rédige Nouvelles Impressions de l’Ilot.

h) – Le portrait maculé

  • 20 La pièce de Roussel date de 1924.
  • 21 Cité in Alain Buisine, op. cit., p. 307.
  • 22 Ramuntcho, éditon préfacée par Patrick Besnier, Folio, Gallimard, 1990, p. 245. Dans sa préface Pat (...)

18La dernière station est au sens propre un manuscrit inédit. Ce manuscrit a pour support une photo de Pierre Loti prise par le studio Benque, et envoyée par l’auteur à Roussel. Nouvelle joconde duchampisée, Loti s’y voit affublé de grandes oreilles. Et la photo est elle-même griffée de deux traits de plume. La Bibliothèque Nationale nous dit “portrait maculé”. Terme impropre. Portrait rayé de l’écrivain que la photographie manque toujours (et donc une façon de récapituler cette aporie), parce qu’on ne peut photographier la gloire, alors on inscrit, par dessus, l’Etoile au front20 de Loti. Une étoile ou bien une croix pareille à celles dont Pierre Loti jalonne son journal, pour le déléaturer. Le sens de ce signe a été confié à Gaston Mauberger : “C’est (…) que dans la marine, sur le livre de bord, une grande croix est ainsi mise quand un marin est mort sur le bateau.”21 “O Crux !…” ainsi s’achève Ramuntcho22, et son pèlerinage.

Notes

1 “Pierre Loti dans le musée imaginaire de Raymond Roussel” in Raymond Roussel en Gloire, “Mélusine VI”, L’Age d’Homme, 1984, p. 275.

2 Raymond Roussel, Comment j’ai écrit certains de mes livres, Pauvert, 1963, p. 12.

3 Stéphane Mallarmé, Médaillons et Portraits, “Villiers de l’Isle-Adam”, in Œuvres Complètes, Gallimard 1945, p. 481.

4 Journal Intime, 13 septembre 1884, Volume II, 1882-1885, Calmann-Lévy, 1929, p. 163.

5 La Vue, Lemerre 1904, rééd. Pauvert, 1963, p. 73.

6 in Voyages (1872-1913), édition établie et présentée par Claude Martin, Bouquins, Robert Laffont, 1991, p. 1257.

7 “… ’Canterel avait conçu l’espoir de donner une complète illusion de la vie en agissant sur de récents cadavres, garantis par un froid vif contre la moindre altération.” Locus Solus, Folio, 1974, p. 147.

8 Loc. cit. p. 274.

9 BN Mss Lettres Reçues, n° 79.

10 Comment j’ai écrit certains de mes livres, op. cit., p. 27.

11 Loc. Cit. p. 275.

12 Fibrilles, Gallimard, 1966, p. 9.

13 Alain Buisine, Tombeau de Loti, Aux amateurs de livres, 1988, p. 42.

14 Comment j’ai écrit certains de mes livres, Pauvert, 1963, p. 27.

15 Pour mémoire, le Lyncée est le navire qui fait naufrage sur les côtes de l’Afrique au début d’Impressions d’Afrique.

16 In “Revue de la Bibliothèque nationale”, Printemps 1992,

17 Locus Solus, Folio 1974, p. 99.

18 Cf. Alain Quella-Villéger, Pierre Loti l’incompris, Presses de la Renaissance, 1986.

19 Cité in François Caradec, Vie de Raymond Roussel, Pauvert, 1972, p. 313.

20 La pièce de Roussel date de 1924.

21 Cité in Alain Buisine, op. cit., p. 307.

22 Ramuntcho, éditon préfacée par Patrick Besnier, Folio, Gallimard, 1990, p. 245. Dans sa préface Patrick Besnier tient justement que cette prière ne peut avoir qu’un sens “sardonique et plein d’amertume” (op. cit. p. 20)

© Presses universitaires de Rennes, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540