Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Loti en son temps

Loti dans le champ littéraire de son temps

L’élection de Loti à l’Académie française

Francis Lacoste

Texte intégral

1Par delà l’exercice d’école qu’il représente, un discours de réception à l’Académie Française peut être considéré comme un compromis entre différentes exigences : la personnalité d’un écrivain, le contexte historique, social et culturel, mais également la stratégie de l’institution. L’exemple de Pierre Loti illustre assez bien le caractère problématique d’une telle synthèse.

2Le lieutenant de vaisseau Julien Viaud, élu le 21 mai 1891 au sixième tour de scrutin contre l’“éternel candidat” Emile Zola, se présente le 7 avril 1892 devant les académiciens, s’acquitte pour la forme de l’éloge de son prédécesseur Octave Feuillet, et ovationné par l’auditoire très aristocratique qu’il a invité, se livre à un violent réquisitoire contre le naturalisme. Mais sa conception de la critique et de la littérature est loin de faire l’unanimité.

  • 1 Homme politique bien connu, académicien et ancien président du Conseil.
  • 2 Alfred Jean-François Mézières, républicain conservateur, enseigna la littérature à la Sorbonne. Sa (...)

3On notera toutefois, que dès le 9 avril, est publié chez Calmann-Lévy un texte intitulé “Séance de l’Académie Française du 7 avril 1892. Discours de Réception de Pierre Loti”, plus long que celui qui a été lu publiquement (92 pages contre 59) et sensiblement différent. Le 20 avril, Jules Simon1 essaie, dans le journal Le Temps, de dissiper le malaise, et pour réfuter l’accusation de censure, prétend que si Pierre Loti a lui-même raccourci son discours, c’est uniquement pour des raisons techniques, afin de ne pas “fatiguer son auditoire”, mais que, n’ayant pu dire “toute sa pensée”, il n’a pas voulu “infliger cette perte à la postérité”. Or, on sait par une lettre à Juliette Adam du 17 février que le nouvel académicien était venu ce jour-là à Paris afin de présenter son œuvre à Alfred Mézières2. Il est donc probable que Loti a reçu à cette occasion d’amicaux conseils qu’il s’est empressé de respecter, tout en contournant l’obstacle par la publication du texte intégral.

4C’est donc ce dernier que nous étudierons, dans la mesure où il représente vraiment les opinions de l’auteur, quitte à noter les différences, souvent fort significatives, entre les deux versions.

5Le nouvel immortel commence par déclarer qu’il ne prononcera pas un discours académique, prétend qu’il ne lit jamais, puis affirme que, contrairement aux apparences, il est proche du romancier chéri de l’aristocratie qu’était Octave Feuillet. Il évoque sa rencontre avec ce dernier, dont il raconte ensuite la vie assez triste, et il attaque vigoureusement le naturalisme. Puis il indique dans quelles circonstances il a appris son élection et comment il a composé son discours, défend à nouveau son prédécesseur, mais cette fois pour dénoncer le roman psychologique, et termine en affirmant que la postérité réhabilitera Feuillet, dont l’œuvre a certes vieilli, mais est pleine de “vie”, d’“esprit”, d’“honnêteté” et d’“idéal”. En somme, le texte est beaucoup plus construit autour du nouvel élu que du cher disparu...

  • 3 Journal, Editions de l’Imprimerie Nationale de Monaco, 1957, tome 16, pp. 163-165 (31 octobre 1889)
  • 4 Cité par Léon Treich, “Pierre Loti contre Emile Zola”, Les Nouvelles Littéraires, 16 juin 1923.

6On peut s’étonner que Julien Viaud ait brigué un fauteuil sous la Coupole. Selon Goncourt, sa candidature fut au départ une sorte de canular3, et Zola raconte que “la première fois que le nom de Loti fut évoqué, les académiciens se roulaient sur les canapés”4.

  • 5 Pour les détails concernant cette élection et d’une manière générale pour la biographie de Loti, vo (...)

7L’élection, qui constitue pour Loti une magnifique consécration, s’explique pourtant assez bien par la volonté de faire échec à Zola qui venait de s’aliéner la bourgeoisie avec la publication de L’Argent. Maupassant et Bourget s’étant récusés, l’auteur d’Aziyadé, fortement soutenu par les salons, était le seul qui pût rallier une coalition hétéroclite composée notamment de Coppée, Taine, Claretie, Renan, Pasteur et Leconte de Lisle5.

  • 6 Mgr Dupanloup, académicien de 1854 à 1871, farouchement hostile à Renan, Taine et Littré, démission (...)

8Au lieu de remercier les académiciens, le nouvel élu s’attache donc surtout à donner une image flatteuse de lui-même et, pour ce faire, il essaie de se trouver des points communs avec Feuillet. Toutefois, il glisse dans son œuvre quelques détails susceptibles de plaire à la docte assemblée. Il célèbre d’abord le souvenir du “vénéré amiral” Jurien de la Gravière, que l’Académie vient de perdre, et rend hommage à Mgr Dupanloup6 qui avait veillé auprès d’Octave Feuillet gravement malade. Puis il exalte “l’époque luxueuse et gaie de l’Empire” et s’en prend à la République ; l’attitude de Feuillet écrivant à Jules Simon pour refuser, par fidélité à l’Empereur déchu, d’être maintenu dans le poste qu’il occupait, lui permet de morigéner tous les opportunistes : “notre époque, où les gouvernants paraissent et disparaissent si vite, serait vraiment pleine d’occasions excellentes pour ceux qui voudraient suivre un tel exemple...”.

9Malheureusement, ce discours ne manifeste pas un sens politique très sûr. Loti oublie que l’Académie a souvent été en lutte contre l’Empire, qu’elle a eu maille à partir avec le bonapartiste Emile Ollivier, et qu’elle compte un certain nombre d’anticléricaux et de libéraux. Mais surtout, nous sommes à l’époque du Ralliement, et la République, qui a survécu à la crise boulangiste, paraît de plus en plus solide. L’Académie Française commence à s’embourgeoiser et à s’accommoder du régime : l’année précédente, elle a élu Freycinet, et elle comprend parmi ses membres... Jules Simon.

10En revanche, l’assemblée pouvait être rassurée par l’image donnée du sexe faible. Cinq pages au moins sont consacrées au “plaidoyer continuel en faveur des femmes”, c’est-à-dire, en réalité, à l’expression de l’antiféminisme le plus caricatural. Etre amoral, inconstant, la femme, bien que “charmante”, est un monstre “à l’aise dans la perfidie comme le serpent dans les broussailles”... Loti réussit même à trouver chez Feuillet quelques tirades contre le mariage, qu’il relève complaisamment pour assouvir sa rancœur personnelle et faire oublier le moralisme de son prédécesseur : “Je ne crois pas qu’on ait jamais su parler avec un plus glacial effroi du mariage sans amour, de la vie à deux, enchaînée irrévocablement, au fond de quelque coin de province” conclut M. Viaud qui a du moins pu échapper à la province...

  • 7 On consultera l’ouvrage collectif Les Femmes et l’Académie Française, Editions de l’Opale, 1981, pp (...)

11Ces lieux communs misogynes ne pouvaient déplaire aux quarante, confrontés tout au long du xixe siècle aux sarcasmes des milieux progressistes et féministes. Et on peut se demander si, en défendant l’œuvre d’Octave Feuillet, notamment Histoire de Sibylle, Loti ne critique pas indirectement une grande dame qui avait montré peu de déférence pour les immortels. George Sand, qui voyait dans l’Académie une “grandeur inutile”, “un reste de féodalité littéraire”7, avait d’ailleurs publié en 1863 Mademoiselle La Quintinie, brûlot anticlérical visant directement Histoire de Sibylle.

  • 8 Lettre à Juliette Adam, 12 mars 1892. (Fonds Loti, Bibliothèque Municipale de Roche-fort). Le Journ (...)

12Cependant, Loti ne s’aligne pas entièrement sur les positions de l’Académie et joue son propre jeu. Il clame son mépris pour Paris, ville qui est capable de faire éclore chez des gens quelconques des demi-talents très acceptables, -ou, pour mieux dire, de “surprenantes habiletés” mais qui ne convient pas aux génies, ce qui est aimable pour les académiciens et signifie que M. Viaud sera plus souvent au large que parmi ses chers confrères. Visiblement, Loti se venge des atermoiements de l’institution à son égard, ce que confirme sa correspondance : “la vieille Académie, après hésitation, m’a pris tel que je suis ; tel, elle me gardera”8.

  • 9 Lettre du 15 avril 1891.

13Et surtout, non sans provocation, le récipiendaire prononce une phrase qui sera souvent commentée : “je ne lis jamais”. Toutefois, cet aveu ostentatoire d’inculture ne constitue peut-être qu’une habile manœuvre de diversion destinée à dérouter les critiques, qui ne manqueront pas de se précipiter dans le piège. A l’époque, les commérages vont bon train sur les mœurs du marin-écrivain : on regarde d’un œil malicieux les superbes matelots dont il s’entoure, et on ironise sur le sexe d’Aziyadé. Goncourt note le 21 septembre 1890 que le romancier aurait été “surpris en flagrant délit de pédérastie”, si bien qu’il y a eu contre lui “un commencement d’instruction”. Loti, qui avait demandé à Juliette Adam d’intervenir auprès du secrétaire perpétuel pour “insister sur le caractère correct et respectable de [sa] vie de famille”9, ne souhaite donc pas que la presse étale ses turpitudes – réelles ou imaginaires. Il allume donc un contre-feu et joue à merveille son rôle d’ingénu afin de ne pas être accusé d’immoralité. D’ailleurs, il suffit de lire attentivement le texte pour y découvrir une stratégie consistant à avouer humblement une insuffisance pour mieux camoufler d’éventuelles fautes :

Des différentes légendes, que mon constant éloignement a laissées se former autour de moi, et qui sont en général pour faire sourire, celle-ci par hasard s’est trouvée fondée. C’est vrai ; par paresse d’esprit, par frayeur inexpliquée de la pensée écrite, par je ne sais quelle lassitude avant d’avoir commencé, je ne lis pas.

14A la fois désinvolte et conformiste, le récipiendaire manifeste une profonde ambivalence dans ses rapports avec l’institution, comme avec toute autorité. Il éprouve le désir d’être protégé, materné, mais il a également besoin d’affirmer son autonomie, son refus de toute contrainte : d’où la tentation de la transgression, chez un homme qui reconnaît lui-même être resté, un peu, un enfant.

15Pour sacrifier à l’usage, Loti prononce donc l’éloge de son prédécesseur, mais il ne se montre pas très enthousiaste. Il rappelle que Feuillet avait un jour conseillé à sa femme de lire Le Mariage de Loti en guise de somnifère et, en retour, confesse son peu de goût pour les romans du “Musset des familles”, tout en soulignant à plaisir les contradictions de l’auteur : “comme il sacrifiait tout à sa carrière dévorante, il fit une chose qui ne lui ressemblait pas, une chose étrange qui bientôt lui causa les plus amers regrets : lui, qui avait écrit le Village, il vendit, pour aller habiter Paris, la vieille maison paternelle !...”

16Et l’orateur, expliquant comment il composa l’éloge du disparu, donne un fort judicieux conseil aux critiques professionnels souhaitant se débarrasser d’ouvrages qui deviennent envahissants :

[...] je me mis à classer par ordre de dates ces volumes dont s’encombrait ma chambre de bord [...].
Ce serait peut-être une bonne fortune, pour un critique digne de ce nom qui aurait à se prononcer sur un écrivain, que d’être conduit à faire comme j’ai fait : l’ignorant presque entièrement, le lire pour la première fois d’un bout à l’autre, dans l’ordre même où ses livres ont été écrits, et suivre ainsi le développement de son talent, le dégagement progressif de sa personnalité, s’il en a une, – et voir s’affirmer dans l’œuvre cette unité sans laquelle il n’y a ni grandeur ni durée.

17Il s’agit donc de limiter la place occupée par le prédécesseur “encombrant”, et c’est bien ce qui se passe dans le discours, où Octave est un peu rejeté dans l’ombre afin de permettre l’assomption de Pierre. Et comme il est plus facile de ranger des livres que de les lire. Loti s’est sans doute contenté de la première opération, si bien qu’il ne dit presque rien de l’œuvre de Feuillet, sinon qu’elle possède de la “vie” et du “charme”...

18Cédant à sa pente naturelle, mais également à une mode illustrée par Lemaître et France, Loti va donc nous donner une caricature de critique impressionniste. Il se réfugie dans le “psychologisme”, élégant bavardage qui masque mal l’absence totale de réflexion sur l’écrivain :

Eh bien ! nous, en le lisant, nous subissons jusqu’à l’illusion douce ou cruelle, tous ces mirages créés par lui et auxquels il se trompait lui-même. Nous parcourons toujours jusqu’au bout ses livres à lui, avec un intérêt grandissant – et une hâte involontaire, malgré les ravissants détails qui nous arrêtent en chemin et auxquels nous aimons ensuite revenir ; nous suivons toujours, et quelquefois avec des larmes, ses personnages, jusqu’au point final qui brusquement nous les replonge dans la nuit.

19On apprend aussi que “les vrais poètes” sont ceux qui “naissent avec deux ou trois chansons qu’il leur faut à tout prix chanter, mais qui sont toujours les mêmes ; qu’importe, du reste, s’ils les chantent chaque fois avec tout leur cœur !...”. Autant dire qu’une œuvre doit être sincère, répétitive voire obsessionnelle : on comprend quel est le modèle à suivre.

20Mais un monde romanesque doit donner une impression de parfaite transparence. Celui de Feuillet offre donc un reflet exact de la personnalité de l’écrivain, “dont on sent vibrer l’âme délicatement noble”. Les caractères s’imposent naturellement, sans qu’un savant travail de décryptage soit nécessaire : “Les états d’âme de ses personnages, c’est le lecteur qui les dégage lui-même, et sans peine”. Quant au langage, il n’est qu’un moyen, “asservi” à la thèse, l’art de Feuillet étant d’autant plus parfait que le travail sur la langue est inexistant. Confondant clarté et banalité. Loti reprend les conceptions les plus naïves de son époque, et ne s’interroge ni sur les rapports entre le créateur et sa création, ni sur la pluralité des sens de l’œuvre, ni sur les relations complexes entre le langage et la réalité.

21Parfois, l’éloge est tellement maladroit que, paradoxalement, il devient un véritable réquisitoire qui met en évidence les faiblesses du prédécesseur. Feuillet refusant le réalisme, son œuvre reste abstraite : “je ne sache pas surtout qu’il ait jamais risqué la description d’une crinoline ou d’un corsage à la zouave, comme en portaient, je crois, les belles de son temps”.

22Quant au dramaturge, il est déjà oublié en 1892, car “il reste toujours trop fin, trop délicat, pas assez soucieux de l’optique théâtrale” : aussi “ses pièces ne sont-elles plus guère jouées que dans des salons, devant des auditoires restreints et choisis”.

23Plus grave encore, le péché de didactisme : “Lorsqu’un écrivain met son talent, ses dons rares au service d’une thèse morale qui lui tient au cœur, si, en outre, cette thèse est excellente et s’il trouve moyen de la défendre dans vingt volumes sans cesser un instant de charmer, il me paraît que cela crée pour lui une supériorité sur ceux qui charment peut-être, mais qui ne prouvent rien”. Double présupposé (la supériorité de la morale sur l’art et l’excellence de la thèse soutenue) auquel il n’est pas du tout sûr que Loti croie lui-même. L’orthodoxie catholique d’un roman comme Histoire de Sibylle, qui dénonce pesamment l’athéisme, est donc occultée. Et lorsque l’auteur de Pêcheur d’Islande fait mine de s’incliner devant son prédécesseur, en prétendant que lui, Loti, “n’a su que chanter son admiration épouvantée devant l’immensité changeante du monde, ou jeter son cri de révolte et de détresse devant la mort...”, le lyrisme du style constitue le plus éclatant démenti à l’humilité apparente du propos. Loti révèle d’ailleurs le caractère anachronique des textes qu’il prétend défendre :

  • 10 Paul Adam expliquait l’année précédente, dans l’enquête de Jules Huret, que naturalisme et psycholo (...)
  • 11 Pp. 50-51. Richepin se sentira attaqué. Cependant, l’expression rappelle Les Déliquescences d’Adoré (...)

En ce moment, il est de mode, pour les superficiels et les médiocres, d’attaquer cruellement l’œuvre d’Octave Feuillet10 parce qu’elle a été presque souveraine -hier ! Rien n’est si comique, même, que ce dédain avec lequel parlent de lui certains petits jeunes gens, qui se croient des auteurs pour avoir publié deux ou trois saugrenuités inintelligibles, dans ces feuilles éphémères consacrées aux déliquescences cérébrales du jour11.

24Et d’admettre aussitôt qu’effectivement, cette œuvre a “un peu vieilli”, et que la langue de Feuillet paraît archaïque : “ses jeunes femmes s’expriment comme parlent aujourd’hui leurs mères”, ce qui n’est pas le meilleur moyen de passer à la postérité...

25Sans qu’on puisse déterminer exactement la part de la maladresse et celle de la perfidie. Loti brosse d’Octave Feuillet un portrait tout à fait propre à faire entrer ce dernier dans le “grand silence qui va se faire inévitablement sur lui, à la fin de cette journée, jusqu’au jugement de l’avenir...”. Ce n’est pas un discours académique, c’est une exécution. Aussi un chansonnier anonyme traduira-t-il ainsi cet éloge un peu pervers :

  • 12 Cité par François Le Targat, A la Recherche de Pierre Loti, Seghers, 1974, p. 99.

C’était un écrivain très brave
C’est malheureux qu’il soit parti,
Mais qu’importe la mort d’Octave
Puisqu’il reste Pierre Loti12.

26Ce qui est surtout reproché à Feuillet, c’est peut-être son manque de confiance en lui et sa résignation devant la montée de la vague naturaliste : “Il s’en est allé avec cette erreur, pour lui si douloureuse, que son œuvre avait fait son temps et ne serait plus lue”. C’est là que se situe la violente attaque contre Zola et ses épigones :

Le réalisme, et le naturalisme qui en est l’excès, je suis loin de contester leurs droits ; mais, comme de grands feux de paille impure qui s’allument, ils ont jeté une épaisse fumée par trop envahissante. La condamnation du naturalisme est d’ailleurs en ceci, c’est qu’il prend ses sujets uniquement dans cette lie du peuple des grandes villes où ses auteurs se complaisent. N’ayant jamais regardé que cette flaque de boue, qui est très spéciale et très restreinte, ils généralisent sans mesure les observations qu’ils y ont faites, – et, alors, ils se trompent outrageusement. Ces gens du monde qu’ils essaient de nous peindre, ou bien ces paysans, ces laboureurs, pareils tous à des gens que l’on prendrait dans des bals de Belleville, sont faux. Cette grossièreté absolue, ce cynisme qui raille tout, sont des phénomènes morbides, particuliers aux barrières parisiennes ; j’en ai la certitude, moi qui arrive du grand air de dehors. Et voilà pourquoi le naturalisme, tel qu’on l’entend aujourd’hui, est destiné, –malgré le monstrueux talent de quelques écrivains de cette école,– à passer, quand la curiosité malsaine qui le soutient se sera lassée.

27Ce discours, censé venger l’Académie de l’affront que lui a infligé le naturaliste Daudet en 1888 avec la publication de L’Immortel, ne fait que reproduire complaisamment les anathèmes lancés par la critique Gléricale et conservatrice. Prisonniers d’un esprit de système, observateurs tendancieux d’un monde urbain étroit et malsain, corrompus par l’horrible matérialisme, les naturalistes ne sauraient donc appartenir à la littérature universelle.

28En fait. Loti tient ici les propos qu’on attend de lui. Après le Manifeste des Cinq contre La Terre et l’enquête de Jules Huret, dans un contexte de renouveau idéaliste marqué par la publication de l’Essai sur les données immédiates de la conscience et du Disciple, l’heure n’est plus favorable au positivisme, et les naturalistes eux-mêmes essaient de sortir des voies étroites de leur doctrine, Maupassant vers le roman psychologique, Huysmans vers un “naturalisme spiritualiste”.

29Mais la violence du réquisitoire semble surtout destinée à faire oublier aux académiciens qu’on peut découvrir dans l’œuvre du romancier élu bien des thèmes caractéristiques de la nouvelle école. Cette tentation est visible dans le texte même, ce qui ne manque pas de piquant, et la vie de Feuillet récrite par Loti devient un petit chef-d’œuvre naturaliste.

30Octave ayant un père tyrannique “d’une nervosité maladive qui, après avoir brisé sa carrière, attrista sa vie et celle de tous les siens”, ne pouvait être qu’ hypersensible et angoissé. Lorsqu’il perdit sa mère “il faillit mourir de sa peine”. Il fut un excellent élève, mais M. Feuillet s’étant opposé à sa vocation pour le théâtre, il partit pour Paris où il se retrouva seul, sans ressources, “comme un abandonné”. Il dut ensuite revenir auprès de son père et passa sept ans “dans sa prison de province”, mais imposa finalement sa décision de regagner Paris ; son père mourut l’année suivante et son fils aîné deux ans après. La bienveillance du couple impérial et la vie fastueuse de la Cour ne l’empêchèrent pas d’éprouver la nostalgie du pays, si bien que dans un faubourg de Saint-Lô il acheta un domaine où il fut enfin relativement heureux. Relativement, car son perfectionnisme était tel qu’on peut le considérer comme “un vrai martyr des lettres”, écrivant “dans l’angoisse et dans la fièvre” et connaissant “des nuits d’insomnie” lorsque les critiques se montraient malveillants. Il connut son apogée en 1868 lorsqu’il devint bibliothécaire de Napoléon III, “mais cette sorte d’enchantement d’apothéose [...] fut de courte durée”, car après la défaite il s’exila. Obligé de vendre son domaine, il mena pendant de longues années “une vie presque nomade, partagée entre Paris, Saint-Germain, la Suisse et Versailles, cherchant partout le repos, la santé et l’oubli”. Bientôt il perdit sa belle voix et fut atteint de surdité. Il eut “une dernière période un peu heureuse” à Versailles, “mais ce rayon, qui était le dernier, s’éteignit vite”. Fixé à Paris où il eut la douleur de perdre son fils “après une longue et cruelle maladie qu’il appela son chemin du Calvaire”, il mourut doutant de son art et déclarant : “le réalisme ne veut plus de mon idéal”.

31Curieux éloge, qui souligne, non sans cruauté, les peines, les angoisses, les deuils et la culpabilité. L’accent est mis sur la psychopathologie, notamment le “nervosisme” tant reproché aux naturalistes, ainsi que sur le sentiment d’échec et sur la déchéance finale. Loti, pour complaire à l’Académie, a beau vitupérer le naturalisme, ce dernier, mal refoulé, réapparaît là où on l’attendait le moins et confirme ce que disait, amer, Goncourt : le nouvel immortel est bien l’un des leurs.

32Enfin, la critique du naturalisme serait plus convaincante si Loti ne s’en prenait également à l’autre courant majeur de son époque, illustré notamment par Bourget :

Le Roman psychologique – je suis vraiment consterné d’avoir à prononcer ce mot pédant – a, lui aussi, de nos jours, mené grand bruit autour de sa personne et décrété, absolument du reste comme le Roman naturaliste, qu’en dehors de lui–même, rien ne valait... Et pourtant, après les remarquables maîtres de cette école, dans quel indigeste pathos sont tombés les médiocres qui les ont suivis !...

33Tout au long de son discours, Loti ne pense qu’à lui et à son succès. Face à la corruption représentée par le naturalisme, il dit incarner le solide équilibre et la santé morale de celui qui “arrive du grand air de dehors” ; et face aux subtilités artificielles du roman psychologique, il fonde une littérature authentique, naturelle : “je n’ai jamais composé un livre, moi ; je n’ai jamais écrit que quand j’avais l’esprit hanté d’une chose, le cœur serré d’une souffrance, – et il y a toujours beaucoup trop de moi–même dans mes livres...”.

34Par son affirmation orgueilleuse du moi et ses conceptions de la littérature, Loti ne pouvait que choquer ses contemporains et susciter de vives polémiques. Encore faut–il rappeler que le nouvel immortel, avant de s’exposer aux flèches acérées des écrivains et des journalistes, avait dû se plier aux exigences de l’institution.

  • 13 L’analyse sommaire des variantes a paru dans Le Temps du 9 avril 1892. Il reste à classer tous ces (...)

35La première réaction au texte est donc la “censure” académique13 qui vise à améliorer le style, à éviter quelques fautes de goût, à estomper l’idéologie de l’auteur et à supprimer les aspects réalistes voire naturalistes. Ainsi, l’éloge de l’Empire est–il considérablement atténué : plus question de “l’idéalement belle Impératrice” ou des “grands disparus” qui gouvernaient la France avant 1870, l’intimité de Feuillet avec le couple impérial est passée sous silence, et on évite de faire la leçon aux républicains opportunistes.

36Cependant, cette prudence n’est pas de mise dans le domaine culturel, si bien que le caractère polémique du texte est renforcé. L’orateur se référait deux fois à Flaubert, dont il disait partager l’esthétique d’impersonnalité : mais feu l’ermite de Croisset ne semble pas en odeur de sainteté quai Conti, et ne doit donc pas être cité. De plus, une concession était faite aux naturalistes, qui pouvaient être de bons écrivains même s’ils avaient le tort de ne pas s’attacher aux mêmes milieux qu’Octave Feuillet : “Cette divergence dans le choix des personnages n’a certes rien à voir avec le talent qui peut, de part et d’autre, être considérable”. Épouvantable blasphème : Zola aurait donc du talent ? Alors, il faudrait l’accepter à l’Académie ! On coupe donc ! Et comme Loti avait eu une fâcheuse tendance à raconter la vie de Feuillet à la manière des naturalistes, c’est ce passage qui subira les transformations les plus draconiennes : 20 pages réduites à 5 !

37Mais la modification essentielle tient à la structure. La première page étant supprimée, c’est la partie centrale du discours qui se retrouve au début :

  • 14 Le pronom “il” est évidemment remplacé par “Octave Feuillet”.

J’étais loin de France, naviguant sur un des cuirassés de l’escadre et arrivé de la veille au port d’Alger, le jour où votre compagnie, Messieurs, me fit le grand honneur inattendu de me donner ici la place vide qu’il avait laissée14.

38Bien que le premier mot reste “je”, Loti est ici profondément blessé dans son narcissisme, car il lui faut d’abord remercier humblement l’assemblée au lieu de proclamer, comme dans le premier texte, son originalité :

Je crois que jamais discours moins académique et moins digne de ce nom n’aura été écouté sous cette coupole solennelle.

39Commencer par évoquer la séance du 21 mai 1891 et non celle du 7 avril 1892, c’est mettre l’accent non plus sur la réception de Loti, mais sur le vote des académiciens. Le texte ainsi transformé satisfait beaucoup moins l’égotisme lotien : d’où la publication du discours complet chez Calmann–Lévy.

40Après cette première censure (inavouée), vient le jugement explicite de l’Académie. Dans sa réponse, M. Mézières rend hommage à l’écrivain qu’il reçoit, auquel il reproche toutefois amicalement d’avoir procédé lui–même à son éloge. Il paraphrase ses œuvres les plus célèbres, mais montre que Loti, quoi qu’il en dise, est proche de ceux qu’il vient de dénigrer : “Aucun roman naturaliste ne dépasse en horreur la peinture que vous nous faites des dernières années, des derniers jours d’un vieux marin”. Il rappelle que, chez Feuillet, le bonheur est réservé aux “ménages unis”, le châtiment suit toujours la faute, et les personnages, qui ont été élevés dans les “sentiments religieux”, ont appris à respecter les “traditions saintes”. Il termine en célébrant la “noble et chevaleresque nature” du disparu, et se contente de dire à Loti : “vous nous rendrez certainement quelque chose de lui–même”. Alfred Mézières s’efforce donc de modérer la trop bonne opinion que son nouveau confrère a de lui–même, tout en réhabilitant Feuillet : en quelque sorte, les rôles ont été inversés.

  • 15 Dans le Journal, daté par erreur du 6 avril, Goncourt fustige le “lèche–culisme” de son ancien ami (...)
  • 16 Pour la polémique Loti–Zola, voir Le Temps du 9 avril 1892.

41Cette réaction reste cependant mesurée, les immortels n’ayant sans doute pas été fâchés des attaques contre le naturalisme. Mais le discours émeut grandement les salons et les milieux littéraires15. Loti, un peu surpris de l’orage qu’il a provoqué, souhaite s’excuser auprès de Bourget et Zola. Ce dernier, apaisé, déplore simplement qu’un écrivain qu’il estime et dont il se sent proche ait ainsi “méconnu le grand mouvement littéraire contemporain”16.

  • 17 Lettre du 15 avril.
  • 18 “Le méfait de Loti”, 16 avril 1892.

42Les critiques se montrent plus féroces envers Loti, qui se plaint à Juliette Adam de recevoir “un torrent d’injures et d’inepties”17. Certes, Fernand Vandérem, le chroniqueur de La Revue Bleue, a applaudi au discours18, et Le Temps, fidèle à sa réputation, évite la polémique, prend du recul et préfère comparer les deux versions. Mais l’attitude du nouvel académicien est souvent stigmatisée. Le Monde Artiste du 10 avril accuse l’officier de mieux connaître les “mœurs du carré” que les “usages de la coupole” et flétrit un discours “encensorialement égotiste” :

Votre honorable interlocuteur, M. Mézières, avec une grande finesse, trop grande peut–être, a souligné l’incorrection de votre apologie. Du fatalisme oriental dont vous vous parez avec une coquetterie toute féminine, il vous est resté un secret penchant pour la contemplation ombilicale.

  • 19 Le Syndic Délégué, 25 avril 1892. La Revue Blanche, qui défendait l’avant–garde, eut comme collabo (...)
  • 20 Maurice Barrés, “Loti expliqué par lui–même”, Le Figaro, 9 avril 1892.

43Toutefois, le thème qui revient le plus souvent, c’est celui de la nullité intellectuelle. Les caricaturistes se déchaînent, La Revue Blanche se délecte des incohérences du discours19 et Barrés, particulièrement dur, ironise sur le marin qui se pose en professeur et qui, ignare en philosophie, confond l’idéal avec “les choses élégantes, parfumées, de bon air” ou qui moralise alors que son œuvre décrit “la saveur que prend la bouche des femmes sous les diverses latitudes”20. Et le futur confrère de Loti conclut son portrait de façon peu charitable :

Comme homme de lettres, il a décidément tous les défauts de l’espèce, seulement il les montre avec plus de maladresse, parce qu’il jouit de son succès en enfant. L’enfantillage [...], voilà tout le secret, le délicieux secret, par où nous charme ce beau marin qui sut jouir des nombreux plaisirs de la puberté avec les ravissements, les fraîcheurs et les gentillesses d’un bébé !

44Dans cette affaire, Loti se sera aliéné durablement une bonne partie de la critique, qui ne lui pardonnera ni son succès, ni ses attaques contre le naturalisme, ni son orgueilleuse profession de foi d’inculture. Et sa réputation d’“idiot” sera définitivement consacrée par Breton en 1924 dans “Refus d’inhumer”.

45Les conditions dans lesquelles Pierre Loti fut reçu à l’Académie Française ne semblent donc honorer ni l’institution ni le récipiendaire. En préférant Aziyadé à Germinal, les académiciens montrèrent qu’ils étaient toujours en retard d’une bataille et qu’ils ne savaient pas distinguer le talent du génie. Quant à Loti, mal à l’aise dans le rôle qui lui était dévolu, il commit un discours qui ne devait rien ajouter à sa gloire.

46Pourtant, on aurait tort de négliger ce morceau d’anthologie. La personnalité complexe du romancier s’y révèle, et on voit un homme timide, qui n’affirme son inculture et son inexpérience que pour mieux susciter l’admiration devant son succès, qui au nom de son ingénuité se permet de condamner sans appel ses confrères vivants, et qui fait mine d’exalter son prédécesseur pour mieux mettre en évidence ses défauts et occuper toute sa place. Mais ce discours montre aussi l’impasse dans laquelle s’enferme une critique impressionniste assez paresseuse qui se contente de paraphraser les textes et les juge au gré de ses humeurs sans toujours les avoir lus.

47Ce curieux éloge permet surtout d’analyser, à une période de mutation, la rencontre entre les stratégies de l’Académie et les ambitions d’un jeune écrivain. Puisque “l’école du bon sens” chère à Octave Feuillet semblait décidément dépassée, il fallait que l’institution s’ouvrit à la modernité afin de résister à la vague naturaliste, et l’exotisme lotien pouvait fort bien remplir cette fonction. De son côté, le nouvel académicien, sachant très bien qu’il était incapable d’évoquer sérieusement l’œuvre d’un autre écrivain, s’efforça maladroitement de donner des gages à l’assemblée en dénonçant le naturalisme et en affirmant sa propre moralité, mais il ne put résister à la tentation de tirer à lui Octave Feuillet afin de prononcer, par anticipation, son propre éloge. De crainte, peut–être, que son successeur ne fît subir à Loti le traitement que lui–même infligeait à son illustre prédécesseur...

Notes

1 Homme politique bien connu, académicien et ancien président du Conseil.

2 Alfred Jean-François Mézières, républicain conservateur, enseigna la littérature à la Sorbonne. Sa réponse à Pierre Loti fut publiée en 1892 par Calmann-Lévy (52 p.).

3 Journal, Editions de l’Imprimerie Nationale de Monaco, 1957, tome 16, pp. 163-165 (31 octobre 1889).

4 Cité par Léon Treich, “Pierre Loti contre Emile Zola”, Les Nouvelles Littéraires, 16 juin 1923.

5 Pour les détails concernant cette élection et d’une manière générale pour la biographie de Loti, voir Alain Quella-Villéger, Pierre Loti l’incompris, Presses de la Renaissance, 1986 (le chapitre 9, pp. 143-149, traite de l’élection à l’Académie).

6 Mgr Dupanloup, académicien de 1854 à 1871, farouchement hostile à Renan, Taine et Littré, démissionna quand ce dernier fut élu. Il participa à l’élaboration de la loi Falloux et, bien que relativement modéré et antibonapartiste, fut profondément déteste par les anticléricaux et par bon nombre de républicains.

7 On consultera l’ouvrage collectif Les Femmes et l’Académie Française, Editions de l’Opale, 1981, pp. 98-99.

8 Lettre à Juliette Adam, 12 mars 1892. (Fonds Loti, Bibliothèque Municipale de Roche-fort). Le Journal du 7 avril montre que Loti subit la réception comme une “corvée”, débite son texte comme un “pensum” et a l’impression que c’est un “moi factice” qui participe à la cérémonie.

9 Lettre du 15 avril 1891.

10 Paul Adam expliquait l’année précédente, dans l’enquête de Jules Huret, que naturalisme et psychologisme réagissaient tous les deux contre “l’hypocrisie de l’école du bon sens de Feuillet”.

11 Pp. 50-51. Richepin se sentira attaqué. Cependant, l’expression rappelle Les Déliquescences d’Adoré Floupette de Beauclair et Vicaire, et vise le mouvement décadent qui s’affirme vers 1880, mais peut-être également les Symbolistes (Verlaine a publié en 1884 Les Poètes Maudits).

12 Cité par François Le Targat, A la Recherche de Pierre Loti, Seghers, 1974, p. 99.

13 L’analyse sommaire des variantes a paru dans Le Temps du 9 avril 1892. Il reste à classer tous ces éléments et à ajouter quelques points importants, en particulier pour ce qui concerne la structure du texte.

14 Le pronom “il” est évidemment remplacé par “Octave Feuillet”.

15 Dans le Journal, daté par erreur du 6 avril, Goncourt fustige le “lèche–culisme” de son ancien ami devenu un traître.

16 Pour la polémique Loti–Zola, voir Le Temps du 9 avril 1892.

17 Lettre du 15 avril.

18 “Le méfait de Loti”, 16 avril 1892.

19 Le Syndic Délégué, 25 avril 1892. La Revue Blanche, qui défendait l’avant–garde, eut comme collaborateurs Blum, Jarry, Toulouse–Lautrec, et publia Verlaine, Apollinaire et Gide.

20 Maurice Barrés, “Loti expliqué par lui–même”, Le Figaro, 9 avril 1892.

© Presses universitaires de Rennes, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540