Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Loti en son temps

Loti l'écrivain

Loti, homme de lettres

Christian Pelletier

Texte intégral

1Loti homme de lettres et Loti homme de théâtre, de théâtre lyrique plus particulièrement. Deux clichés tout d’abord. Loti en une soirée de juin 1912 remontant le temps de quelque trois cent quarante années lors d’un de ces magiques voyages “autour de sa chambre” qu’il initiait de temps à autre à Rochefort. Loti en août 1572 le visage magnifié par cette blanche et ample collerette tuyautée à la mode depuis Henri II. Loti dont on connaît le goût pour les costumes et travestissements joue le rôle d’un gentilhomme protestant (rappelons au passage que le père de Loti, Théodore Viaud, avait fait un beau mariage en épousant Nadine Texier pour laquelle – ou pour lequel – il s’était converti au protestantisme) gentilhomme du nom de Raoul de Nangis, héros de l’opéra en cinq actes Les Huguenots, musique de Meyer-beer, paroles de Scribe représenté pour la première fois à l’Opéra de Paris en février 1836.

2Cet opéra, délaissé depuis quelques décennies mais remonté avec succès depuis peu, avait la faveur de nos aïeux jusqu’au début de notre siècle. Par exemple au Metropolitan Opéra de New York entre 1890 et 1905 Nelly Melba, Pol Planson et le grand Caruso s’illustrèrent dans cette œuvre. Loti ne fait donc pas preuve d’originalité dans son choix lors de cette soirée lyrique qu’il organise le dimanche 30 juin 1912. Il ne fait pas montre également de pusillanimité vocale car Les Huguenots constitue une performance, un défi même. L’œuvre est connue pour ses “notes-records” bien évidemment guettées par le public. Loti dans le rôle de Raoul doit gravir jusqu’à l’ut bémol et au ré bémol dans l’un des extraits qu’il a choisi, le duo du quatrième acte chanté en compagnie de Valentine, fille du très catholique Comte de Saint-Bris, seigneur gouverneur du Louvre. Ce duo de la sixième et dernière scène de l’acte constitue un paroxysme à plus d’un titre. La crise semble se dénouer de dramatique façon. Le protestant Raoul amoureux de la catholique Valentine qui ne l’aime pas moins a cru que celle-ci le trompait à la suite de quiproquos et a refusé sa main. Le vieux père noble Saint-Bris pour venger l’outrage fait à sa fille par le refus de Raoul se décide à exterminer les hérétiques. Et voilà la cause inédite de la Saint-Barthélémy (nous sommes en août 1572 !) enfin révélée. L’un des clichés a immortalisé le duo. Quelques extraits :

RAOUL

(repoussant Valentine)
Je ne veux rien entendre !
Mes frères vont m’attendre !
Et je cours les défendre
Ou mourir avec eux !

VALENTINE

Eh quoi ! dans son ivresse,
Repousser ma tendresse !
Le remords qui m’oppresse
Est-il donc moins affreux ?
Quoi ! l’amour le plus tendre
Veut en vain te défendre !…
Raoul, daigne m’entendre
Ou je meurs à tes yeux !
(On entend de nouveau le son des cloches.)

3Au dos de ce cliché si pathétique Loti a écrit avec humour : “Alma Constancia” de la Scala de Milan. Il y a ceci encore :

Scène XXIV

Valentine éprouve les premiers symptômes d’une indigestion violente.
Raoul (87 ans) se demande éperdu, comment ça pourra bien finir.

  • 1 biffé dans le texte

4(Cliché refusé – cette scène, bien que d’une émotion “violente”1 intense, ayant été coupée par la censure).

5Le second cliché représente le trio du cinquième acte : Valentine-Berthe Larivière, Raoul-Pierre Loti et Marcel (le fidèle domestique de Marcel) – M. Rudolf, première basse chantante du Grand Opéra.

6En dépit d’une voix que Loti prétendait altérée quelques jours auparavant celui-ci devait se tirer à son avantage des pièges de sa partition et la presse locale (par exemple le Mémorial de Saintes) fit un compte rendu élogieux de cette réception donnée dans la grande salle gothique transformée en théâtre en l’honneur de la princesse Alice de Monaco de passage à Rochefort.

7Loti n’a pas 87 ans en 1912 mais 61 ans. Ecrivain-académicien (il a été élu sous la Coupole dès 1892) il a tout de même quelque trente-cinq ans de plus que sa partenaire, Berthe Larivière, avec laquelle va se nouer une complicité lyrique dont le souvenir se prolongera ainsi qu’on le verra durant des années. La nièce de Berthe Larivière, aujourd’hui Sœur ? en religion, m’a récemment fait savoir que celle-ci avait prématurément disparu en 1934 lors de la grippe espagnole.

  • 2 Christian PELLETIER, “Pierre Loti : une ferveur lyrique” in Ouest et Romantismes, Presses de l’Univ (...)

8Lors d’une précédente communication 2 j’ai publié la correspondance entre Loti et Berthe Larivière qui relate certaines des inévitables vicissitudes qui président à toute entreprise notamment artistique. Comme tous les dilettantes authentiques (quelques années plus tard le poète Max Jacob intitulait un de ses plus fameux textes Du dilettantisme avant toute chose) Loti avait le talent de ne pas souscrire à la ponctualité pas plus qu’à la méticulosité de l’ordre. Il avait égaré la partition de Berlioz d’abord envisagée. Et il répond dans une lettre (non datée) adressée à Mademoiselle Berthe Larivière qui lui a demandé de se délivrer à son profit de quelques vers en indiquant un délai pour trouver la partition et en joignant le viatique sollicité. Vers dont il gratifiait de temps à autre son amie. Inédits vers pour toujours même s’ils ne sont plus à ce jour inédits :

Chère mademoiselle,
J’ai tant de grandeur d’âme que je pardonne les 4 heures 35 minutes de retard et vous remercie bien sincèrement.
Impossible de trouver cette partition ; je vous l’enverrai dans la journée, en y joignant quelques mille pattes, dont je me priverai pour vous êtes agréable.
Tous mes sympathiques hommages.

P. L.

9Loti homme de lettres, Loti homme de vers. Loti homme de myriapodes, Loti homme de scolopendres. Je laisse à votre sagacité les interprétations connotatives que peuvent – et purent – susciter ces dessins emblématiques annelés et velus…

10Quelques mois après cette soirée Berthe Larivière quitte Rochefort pour Toulouse et une correspondance se poursuit. Berthe attrapant Loti lorsqu’il met “un mois à peine” à répondre. Une lettre édifiante de cette complicité née du jeu de rôle lyrique vient d’être retrouvée.

11Elle n’est pas datée mais est adressée d’après le cachet de l’enveloppe le 5 juillet 1913 (un an environ après la représentation) à Mademoisselle Berthe Larivière 14, rue de Castres, Toulouse.

12Sur une jaune feuille portant pour en-tête la devise “Mon mal j’enchante”, Loti écrit :

Chère mademoiselle et amie,

Bien sincèrement je trouve la petite photo coloriée très jolie. Merci, elle m’a fait grand plaisir. Je vais la faire encadrer et l’accrocherai en belle place -où vous la verrai (sic) si vous revenez jamais à Rochefort, ô volage Valentine !
On a bien pensé à vous et vous avez beaucoup manqué, pendant la petite sortie de musique donnée l’autre jour pour le passage de la princesse Alice. La princesse vous a écrit cette carte qu’elle m’a laissée pour vous en partant.
Vous savez sans doute que notre pauvre ville est menacée de mort. Je prends sa défense dans la Presse, à la Chambre, et cela me donne un tel surcroît de travail que je ne sais plus où donner de la tête. Ajoutez à cela que je pars pour Istamboul dans un mois, et que j’ai un travail fou à terminer avant son départ…
Veuillez, chère mademoiselle et amie, offrir mes respects à vos parents, mes biens sympathiques souvenirs à votre patiente accompagnatrice, et agréer pour vous mes affectueux sentiments, de Raoul un peu gaga…

Pierre Loti

13La différence d’âge, l’âge semble préoccuper un Loti qui vivra encore dix années. “Raoul un peu gaga”. Il s’agit bien aussi d’une coquetterie de dandy esthète, excipant souvent dans sa correspondance d’un possible surmenage.

14Ces documents ne prétendent pas renouveler la – ou les – visions que la critique a de Loti. Ils espèrent avoir ressuscité quelques fulgurances de la vie de Loti en ces années d’avant-guerre, avoir évoqué (au sens magique du terme) une ambiance, avoir partiellement reconstitué un voyage intérieur.

15“Mon mal j’enchante”. Ce sont les instants les plus beaux.

Les Hugenots (Meyerbeer). Représentation du 30 juin 1912, salon gothique de Rochefort.

Les Hugenots (Meyerbeer). Représentation du 30 juin 1912, salon gothique de Rochefort.

Acte V – Scène 4.
Loti, M. Rudolf et B. Larivière

Acte IV – Scène 6.
B. Larivière, P. Loti.

Correspondance inédite de Loti, adressée le 5 juillet 1913 à Berthe Larivière, à Toulouse.

Notes

1 biffé dans le texte

2 Christian PELLETIER, “Pierre Loti : une ferveur lyrique” in Ouest et Romantismes, Presses de l’Université d’Angers, 1991.

Table des illustrations

Titre Les Hugenots (Meyerbeer). Représentation du 30 juin 1912, salon gothique de Rochefort.
Légende Acte V – Scène 4.Loti, M. Rudolf et B. Larivière
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/33370/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Légende Acte IV – Scène 6.B. Larivière, P. Loti.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/33370/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Légende Correspondance inédite de Loti, adressée le 5 juillet 1913 à Berthe Larivière, à Toulouse.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/33370/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 245k

© Presses universitaires de Rennes, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540