Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tombeaux et monuments

 | 
Michèle Touret
, 
Jacques Dugast

La Marseillaise en Allemagne : commémoration & actualité

Hinrich Hudde

Texte intégral

1La fonction commémorative de la Marseillaise a toujours été considérable : elle symbolise la Révolution, par exemple lors de la fête du 14 juillet 1989 aux Champs Elysées, où l'hymne (chanté par Jessye Norman) a prêté son nom au programme entier. Quelques semaines plus tôt, en Chine, des manifestants semblent avoir chanté la Marseillaise sur la place de la paix céleste : fonction actuelle de l'hymne.

  • 1 Voir, en général, Frédéric Robert, la Marseillaise, Paris 1989 ; pour sa fortune en Allemagne, Hin (...)

2Je me propose ici de présenter des exemples choisis d'un emploi commémoratif de l'hymne en Allemagne, tout en demandant : quelles sont ou ont été alors les raisons d'un tel intérêt ? Mes compatriotes se sont toujours vivement intéressés à l'hymne français : parce qu'il symbolise les idées de la Révolution ; même ceux qui étaient contre ces idées ont été fascinés, surtout par l'air1. La Marseillaise a pu servir parfois d'ersatz parce qu'il n'y a eu, outre-Rhin, ni une véritable révolution ni un hymne vraiment comparable à celui de Rouget de Lisle. Le premier exemple est lié à l'actualité. La radio de Berlin-Ouest (fort écoutée en R.D.A., paraît-il) a organisé une série de conférences sur la Révolution française. Le bicentenaire a ainsi accompagné l’actualité est-allemande. Le hasard a voulu que ma propre contribution soit transmise le 18 octobre 1989, date de la “retraite” d’Erich Honecker, journée qui semble avoir marqué là-bas, la fin de “l’ancien régime”. Cette journée décisive en R.D.A. ne s’est donc pas passée sans la Marseillaise : car c’est d’elle (et de son influence en Allemagne) que j’avais parlé. Vu la situation en R.D.A., j’avais insisté sur deux vers, souhaitant voir la réalisation de ce slogan sans y croire (au moment de la rédaction de mon exposé au printemps 1989) :

  • 2 Jakob Audorf, “Lied der deutschen Arbeiter”, couplet III, vers 1 et s, dans Bernd Witte (éd.), Deu (...)

Das freie Wahlrecht ist das Zeichen,
In dem wir siegen ; – nun wohlan ! 2
(Le droit de vote libre est le signe
Sous lequel nous vaincrons – allons !)

  • 3 Voir Hudde, “Un Air et mille couplets : la Marseillaise et “les marseillaises” pendant la Révoluti (...)

3Ces vers ont été chantés sur le début de l’air de la Marseillaise ; il s’agit de ce qu’on peut appeler contrafactum en allemand (ou latino-allemand) : un texte nouveau écrit sur un air existant. Il existe des centaines de ces parodies de la Marseillaise en français. J’en ai fait, pour l’époque révolutionnaire, la collection3. Une petite parenthèse bretonne : parmi les quelques’contre-marseillaises, s’opposant à la Révolution, on trouve, en 1793, deux chansons bretonnes dirigées contre le Paris des Jacobins, dont l’un débute ainsi :

  • 4 Voir Hudde, “Contre-Marseillaises. Politische Gegentexte der Revohitionsjahre auf Rouget de Listes (...)

Sur les rochers de la Bretagne
Un cri d’horreur a retenti :
De cette orgueilleuse Montagne
Terrassons enfin le parti 4 .

4En langue allemande, il y a également bien des textes chantés sur l’air célèbre, des dizaines pour le moins. Les deux vers allemands sur le droit de vote font partie de la “Marseillaise allemande” la plus connue et peut-être la seule vraiment importante : celle des ouvriers. On discute actuellement, dans les deux Etats allemands, les problèmes de nos hymnes (plus ou moins) nationaux ; car il y en a plus d’un (hymnes et surtout problèmes) ; réapparaît par exemple le texte refoulé de l’hymne officiel de la R.D.A., y compris la formule qui l’a fait disparaître sans doute :

5Deutschland, einig Vaterland (“Allemagne, patrie unie”, devenu slogan des manifestations actuelles en R.D.A.). Dans cette situation, il pourrait être utile de se souvenir aussi de la Arbeiter-Marseillaise : elle mériterait une place modeste dans cette discussion.

6Ce qui paraît tellement actuel dure depuis 136 ans. Le texte de cette nouvelle Marseillaise a été écrit pour commémorer Ferdinand Lassalle, fondateur de ce qui devrait devenir le SPD, le parti social-démocrate allemand. Lassalle a été tué en duel en 1864. Peu après, le jeune cordonnier Jakob Audorf rédige son hymne, pour une réunion commémorative. Sa “Marseillaise”, a été adoptée par les socialistes : on l’a chantée lors des congrès du parti et plus tard lors des manifestations du Premier mai, et cela non seulement durant le dernier tiers du xixème siècle, mais encore et toujours au premier quart du xxème, à côté surtout de l’Internationale qui semble l’avoir remplacée progressivement mais lentement. La guerre de 1870/71 n’y change rien, ni le fait que la France déclare la Marseillaise hymne national en 1879 : les socio-démocrates allemands chantent leur Marseillaise à eux, marquant ainsi leur distance face au nationalisme (et au chauvinisme) de l’époque.

7Les deux vers en question citent une revendication cruciale du leader défunt, une sorte de testament politique, qui est d’ailleurs la seule revendication concrète du texte, importante encore et toujours, réalisée bien plus tard par la SPD. Le refrain de cette Marseillaise des ouvriers exalte le personnage de Lassalle.

8De ce nom d’origine française, on a formé, calqué sur Marseillaise, le terme de “Lassallaise” pour désigner la Arbeiter-Marseillaise. On a discuté, au xixème siècle, ce texte, critiquant la tendance vers le culte de la personnalité dans cet hymne commémoratif et surtout le caractère jugé trop peu martial, en particulier du refrain (qu’on a parfois remplacé par un autre, celui de Freiligrath, ce que l’auteur n’a cependant pas accepté) ; une petite remarque ou confession à propos de ce second point discuté : quand on a lu des centaines de textes écrits sur l’air de la Marseillaise, on trouve bien des paroles et des refrains martiaux (parfois ultra-martiaux), et l’on peut être heureux de ne pas en voir dans le contrafactum allemand le plus connu.

9L’idée de base de la Lassaillaise, l’idée de commémorer un grand homme disparu, et ce justement dans une nouvelle Marseillaise, n’est pas une invention allemande. Un exemple français : le chansonnier Thomas Rousseau, assez connu à son époque, a écrit, sur l’air de la Marseillaise, un “chant patriotique pour la pompe funèbre du général Hoche”, décédé, d’ailleurs en Allemagne, en 1797. Il voit en Hoche “un nouvel Achille” (II, 8), dont même l“ombre, / Fait encore pâlir le Germain” (VI, 3 et s.). Le refrain remplace “marchons” par un impératif plus commémoratif (mais bien moins conforme à l’air) :

  • 5 “A l’éternelle Mémoire de l’invincible Hoche, Général en Chef de la brave Armée de Sambre et Meuse (...)

Valeureux compagnons témoins de ses exploits,
Pleurons (bis) notre modèle et le vainqueur des rois 5 .

  • 6 Même procédé chez Joseph Haydn qui, en 1797 (sous l’influence de la Marseillaise ?), met en musiqu (...)

10Le contenu de ce nouveau refrain s’adapte mal, en effet, à l’air. Mais grâce à la phrase en mineur qui précède le refrain triomphal, de nouveau en majeur,6 l’air de la Marseillaise peut fort bien servir à exprimer le deuil, la mémoire d’un ou de plusieurs défunts (exemple célèbre : le couplet des enfants).

11Plaçons à côté de ce général et de l’homme politique Lassalle d’abord un anarchiste, puis un général encore plus fameux que Hoche, et finalement un simple capitaine qui se nommait Rouget de Lisle. L’anarchiste (et assassin) Ravachol a été guillotiné en 1892. Peu après sans doute, son collègue allemand Conrad Fröhlich lui voue une nouvelle Marseillaise, où il chante notamment (d’ailleurs en mineur) : Noch lange Wird man Dein, gedenken (On se souviendra de toi longtemps encore). Le procédé littéraire est analogue à celui de la Lassallaise : d’un nom français (Ravachol avait préféré le nom de sa mère française à celui de son père allemand, Königstein, nom peu souhaitable pour un anarchiste), placé à la fin du refrain, est dérivé le titre. Le refrain du premier couplet nous montre un ton tout à fait différent de celui de la Lassallaise :

  • 7 “Ravacholade” (refrain et II, 5), cités d’après Walter Fähnders, Anarchismus und Literatur ; Ein v (...)

Drum hoch das Dynamit !
Ein Hoch dem Mann der That !
Ein Hoch dem Dolch !
Ein Hoch dem Gift !
Ein Hoch Dir, Ravachol ! 7

  • 8 Un couplet supplémentaire de la Marseillaise, à l’époque révolutionnaire, se termine ainsi : “Soyo (...)

12Pour essayer de modérer un peu, au moins par la forme, ce “refrain” vraiment “terrible”8, je me suis amusé à le traduire par deux alexandrins, puisque – fait oublié, parait-il – Rouget de Lisle a choisi cette forme classique pour son refrain. J’ai cependant renoncé à la rime, suivant en cela l’exemple de notre poète anarchiste :

Vivent la dynamite et l’homme de l’action !
Vivent poignards, poisons, vive enfin Ravachol !
Voilà une Marseillaise commémorative à la fois pleine de vie et de mort…

13Heinrich (ou Henri) Heine n’a sans doute pas pensé à la Marseillaise en écrivant sa fameuse ballade Die (beiden) Grenadiere revenant de Russie. Le grand poète, fasciné par la Marseillaise, mais aussi fort ironique envers elle, admirait Napoléon. Son poème s’insère, à l’époque, dans le culte commémoratif de l’Empereur. Deux compositeurs célèbres (l’un d’eux le deviendra plus tard) ont mis en musique cette ballade. La même année, 1840, et sans doute indépendamment l’un de l’autre, ils citent la Marseillaise pour bien souligner le rêve de l’un des deux grenadiers qui s’imagine le retour triomphal de l’Empereur. Le jeune Richard Wagner, qui vivait alors à Paris, se borne à évoquer la Marseillaise dans l’accompagnement ; Robert Schumann cependant, fait chanter plusieurs vers de Heine sur l’air célèbre. Il ne s’agit donc plus d’un contrafactum proprement dit, mais bien d’un procédé comparable – et d’un hasard curieux dans les annales de la musique et de la réception de la Marseillaise par des compositeurs allemands – tout cela à propos de Napoléon qui, lui, n’aimait pas cet hymne… Schumann cite d’ailleurs la Marseillaise dans trois oeuvres différentes.

14Le futur beau-père de Richard Wagner, Franz Liszt, compte parmi les grands compositeurs non français qui citent la Marseillaise. Agé de dix huit ans lors de la Révolution de Juillet, le compositeur hongrois avait l’intention de traduire son enthousiasme en une symphonie révolutionnaire, jamais réalisée. Sous l’impression de 1848, Liszt revient à ce projet.

15Mais, l’année suivante, la déception et le deuil le mènent vers ce qu’il appelle Héroïde funèbre, composition qui commémore surtout les victimes des révolutions qui ont plus ou moins échoué dans sa patrie et en Pologne – et les victimes de la répression. C’est sans doute pour évoquer les idéaux révolutionnaires que l’Héroïde funèbre cite en partie la Marseillaise.

16Ainsi donc la composition de Franz Liszt peut être considérée comme l’exemple le plus marquant d’une fonction commémorative de la Marseillaise, dans un contexte purement musical.

17Plusieurs Marseillaises commémoratives ont été vouées au souvenir d’un homme défunt plus ou moins grand (réserve nécessaire si l’on songe à Ravachol…). Avec Franz Liszt, la commémoration devient plus générale et plus abstraite : par et à travers la Marseillaise, on se souvient de la Révolution qu’elle symbolise, d’une révolution ultérieure ou même de plusieurs révolutions.

18C’est ainsi que Ferdinand Freiligrath, un des grands poètes politiques de la grande époque de cette tendance littéraire en Allemagne, avant et autour de l’année 1848, écrit sa Marseillaise pour le premier anniversaire des événements de 1848 à Berlin, donc au moment même de la composition de l’Héroide funèbre. Le début de ce contrafactum commémoratif particulièrement dynamique, fait allusion à l’air choisi :

  • 9 “Reveille”, cité d’après Christian Petzet, Die Blûtezeit der deutschen politiscben Lyrik von 1840 (...)

Frisch auf zur Weise von Marseille,
Frisch auf ein Lied mit hellem Ton ! 9
(Allons donc sur l’air de Marseille,
Chantons une chanson à pleine gorge !)

19Prenant sa distance envers la “mi-révolution passée” (celle de 1848), Freiligrath s’enthousiasme pour une révolution “entière”, à l’avenir, vue sous le signe du drapeau rouge, évoqué à la fin du refrain, où cette couleur rappelle le sang mentionné dans le refrain écrit par Rouget de Lisle.

  • 10 Rudolf von Gottschall, Die Marseillaise. Dramatiscbes Gedicbt in einem Ah, Hambourg 1849, p. 24 : (...)
  • 11 “Den Märtyrer des Liedes / Das eine Welt entflammt zu wildem Treiben” (p. 10).
  • 12 “So schweigt des Kampfes, der Zerstörung Hymne, / Die ruhlos mich durchs Leben jagt” (p. 16).

20La nostalgie de 1848 semble avoir inspiré un drame allemand qui paraît avoir eu un certain succès à Hambourg en 1849 (troisième exemple lié à cette année post-révolutionnaire). Impressionné par les événements de 48, l’auteur évoque la révolution de Juillet, où l’on se souvient de la Révolution de 1789 : nous retrouvons donc de nouveau les trois étapes qui déterminent l’Héroïde funèbre. Die Marseillaise, “poème dramatique en un acte” de Rudolf Gottschall, met en scène Rouget de Lisle en personne, maintenant vieux et pauvre, hôte encombrant d’un couple aisé (le mari, très conservateur, le tolère à peine dans sa maison, tandis que sa femme le soutient et l’admire). Le “vieillard vénérable”10 est hanté par son hymne. Son amphitryon voit en lui “le martyr de cette chanson qui poussa le monde vers des actions féroces”11, son épouse associe les lauriers du poète à une couronne d’épines. L’auteur-compositeur lui-même parle de “l’hymne des luttes, de la destruction qui me poursuivit sans trêve durant toute mon existence”12 il compare même son hymne à un vampire buvant son sang.

  • 13 “Ihr irrt ! Ihr irrt ! – Es lebt des Lied, wie ihr, / Und feurig puls’t es durch die Weltgeschicht (...)
  • 14 “Dies ist eine dramatische Lizenz (…). Auch ist das Lied in der Ursprache bei uns so eingeburgert, (...)
  • 15 “Das Lied hat eine neue Schlacht gewonnen / Und die Bourbons den alten Thron verloren !” (p. 37).
  • 16 “Als Dank fur euer schönes, stolzes Lied, / Das in den Julitagen mitgefochten / Für Frankreichs Fr (...)

21Gottschall lie la Marseillaise à la Terreur, inventant des détails cruels : meurent sous la guillotine la mère de Rouget et la fille du maire de Strasbourg, mécène de la Marseillaise, fille qu’il aimait et dont il fut aimé (chez Gottschall). Il va sans dire que les sons de la Marseillaise accompagnèrent cette mort… Maintenant, le vieux Rouget de Lisle croit la carrière de son oeuvre finie une fois pour toutes. Survient un général qui le rassure : “Vous vous trompez ! Vous vous trompez ! – Est bien vivante cette chanson, comme vous-même, et son air de feu traverse l’histoire du monde”13 – belle occasion de faire entendre la Marseillaise sur scène (en français d’ailleurs ; l’écrivain défend, dans sa postface, cette “licence dramatique” : les traductions feraient – et Gottschall a raison, à mon avis – une impression plutôt faible ; “d’ailleurs la version originale de cette chanson est bien connue chez nous”14. Le général rapporte : “Votre chanson a gagné une nouvelle bataille”15, c’est-à-dire celle de juillet 1830. Il confère à Rouget la légion d’honneur, Louis-Philippe “vous remerciant de votre chanson belle et fière ayant combattu lors des journées de Juillet pour la liberté de la France, pour le pouvoir du peuple. (…) La France entière s’écrie avec moi : vive Rouget de Lisle, le chantre le plus éminent de la liberté !”16.

  • 17 “Ichsterbe” (p. 43).

22L’émotion est trop forte pour Rouget. Prophétisant une victoire future remportée à l’aide de la Marseillaise, dans une dernière bataille contre la tyrannie (allusion à la révolution de 1848), Rouget de Lisle meurt ; ses derniers mots : “je meurs”17, puis il cite le début du dernier couplet de son hymne, en français, donc entre autres ce vers qui se trouve au centre de la réception de la Marseillaise aussi en Allemagne : “Liberté, liberté chérie.”

23Ce général qui a pour mission d’honorer l’auteur de la Marseillaise, c’est La Fayette en personne, en effet actif encore et de nouveau en 1830 : un vétéran de la Révolution de 789 face à l’autre, quarante ans plus tard. C’est ainsi que Gottschall lie la révolution de 1830 à celle de 1789, tout en soulignant l’élément modéré, et en critiquant la Terreur : selon lui, la Marseillaise, compromise par la Terreur, est purifiée par la révolution plus modérée de Juillet : voilà le message, la leçon pour le public qui vient de vivre la révolution de 1848.

24Le poème dramatique de Gottschall fait triompher et mourir à la fois le vieux Rouget de Lisle – licence poétique parmi d’autres : le véritable Rouget de Lisle a vécu encore six ans, d’une maigre pension qui lui fut accordée, en effet, par la monarchie de Juillet. Mais l’auteur a voulu impressionner sans doute son public par une apothéose tragique ; au fond, cette mort “prématurée” est causée par – Aristote, Gottschall suivant le fameux précepte de l’unité de temps… Cette pièce de théâtre marque en Allemagne le sommet de la commémoration littéraire de la Marseillaise et de son auteur-compositeur.

  • 18 Ces trois études ont paru à Hälsingborg.

25Un autre hommage à Rouget de Lisle paraît peu connu : le romaniste suédois Daniel Fryklund a publié son étude, bien informée, mais difficile à trouver, La Marseillaise en Allemagne, en 1936, à l’occasion du centenaire de la mort de Rouget, comme il l’explique lui-même. La même année paraissent en outre ses études sur la Marseillaise en Scandinavie et sur les traductions anglaises de la Marseillaise18. L’actualité semble avoir rejoint l’oeuvre du chercheur : quelques années plus tard, pendant la guerre, a lieu une exposition au sujet de la Marseillaise en Suède, hommage à la France dans un pays resté neutre.

26Espérons que la prochaine grande occasion d’une commémoration de la Marseillaise aura lieu dans une Europe paisible, ayant accompli des progrès sensibles sur la voie de l’unité : le bicentenaire de la Marseillaise en 1992, belle occasion de fêter cet hymne qu’on pourrait appeler paradoxalement vu son influence en Allemagne et ailleurs, l’hymne national international.

Notes

1 Voir, en général, Frédéric Robert, la Marseillaise, Paris 1989 ; pour sa fortune en Allemagne, Hinrich Hudde, “Zur Wirkung der Marseillaise auf Deutsche : Geschichten und Gedichte”, dans Francia. Forschungen zur westeuropäischen Geschichle 17 (1990, à paraître).

2 Jakob Audorf, “Lied der deutschen Arbeiter”, couplet III, vers 1 et s, dans Bernd Witte (éd.), Deutsche Arbeiterlileratur von den Anfängen bis 1914, Stuttgart 1977, p. 25 et s.

3 Voir Hudde, “Un Air et mille couplets : la Marseillaise et “les marseillaises” pendant la Révolution”, dans Dietmar Rieger (éd.), La Chanson française et son histoire, Tübingen 1988, pp. 75-87, et, pour la commémoration joyeuse, Hudde, “Le Jour de boire est arrivé”. “Parodies burlesques de la Marseillaise”, dans Dix-huitième 5ièc/e 17 (1988), pp. 377-395.

4 Voir Hudde, “Contre-Marseillaises. Politische Gegentexte der Revohitionsjahre auf Rouget de Listes Mélodie”, dans Zeitscbrift fur französische Sprache und Literatur 95 (1985), p. 293.

5 “A l’éternelle Mémoire de l’invincible Hoche, Général en Chef de la brave Armée de Sambre et Meuse, l(e) c(itoyen) T. Rousseau dédie et consacre ce Chant funèbre et patriotique, X vendent. An VI”, Bibl. Nat. Ye 32535, pp. 1-3.

6 Même procédé chez Joseph Haydn qui, en 1797 (sous l’influence de la Marseillaise ?), met en musique “Gott erhahe Franz den Kaiser”, air devenu, avec les paroles de Hoffmann von Fallersleben, hymne national allemand.

7 “Ravacholade” (refrain et II, 5), cités d’après Walter Fähnders, Anarchismus und Literatur ; Ein vergessenes Kapitel deutscher Literaturgeschichte zwischen 1890 und 1910, Stuttgart 1987, p. 79.

8 Un couplet supplémentaire de la Marseillaise, à l’époque révolutionnaire, se termine ainsi : “Soyons unis, tout est possible ; / Nos vils ennemis tomberont ; / Alors, tes Français cesseront / De chanter ce refrain ( !) terrible. / Aux armes, Citoyens, etc.” “Chanson des Marseillois ; chantée sur différents théâtres”, Paris s.d, p. 4.

9 “Reveille”, cité d’après Christian Petzet, Die Blûtezeit der deutschen politiscben Lyrik von 1840 bis 1850, Munich 1903, p. 211.

10 Rudolf von Gottschall, Die Marseillaise. Dramatiscbes Gedicbt in einem Ah, Hambourg 1849, p. 24 : “ein würd’gerGreis.”

11 “Den Märtyrer des Liedes / Das eine Welt entflammt zu wildem Treiben” (p. 10).

12 “So schweigt des Kampfes, der Zerstörung Hymne, / Die ruhlos mich durchs Leben jagt” (p. 16).

13 “Ihr irrt ! Ihr irrt ! – Es lebt des Lied, wie ihr, / Und feurig puls’t es durch die Weltgeschichte” (p. 33).

14 “Dies ist eine dramatische Lizenz (…). Auch ist das Lied in der Ursprache bei uns so eingeburgert, da8 der Text nicht gestört wird” (p. 45).

15 “Das Lied hat eine neue Schlacht gewonnen / Und die Bourbons den alten Thron verloren !” (p. 37).

16 “Als Dank fur euer schönes, stolzes Lied, / Das in den Julitagen mitgefochten / Für Frankreichs Freiheit, für des Volkes Macht /(…) Ganz Frankreich ruft mit mir : Es lebe hoch / Rouget de Lisle, der Freiheit gröter Sänger !” (p. 40).

17 “Ichsterbe” (p. 43).

18 Ces trois études ont paru à Hälsingborg.

Auteur

Erlagen, R.F.A.

© Presses universitaires de Rennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540