Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Prêtres de Bretagne au xixe siècle

 | 
Samuel Gicquel

Chapitre VIII. Une vie de prêtre

Texte intégral

  • 1 Boutry, Philippe, Prêtres et paroisses..., op. cit.

1Le prisme des carrières permet de découvrir le vécu des ecclésiastiques concordataires des diocèses de Saint-Brieuc et de Vannes, tant du point de vue sacerdotal que matériel. Il permet d’envisager sous un angle nouveau la question de la vie quotidienne des ecclésiastiques, déjà étudiée dans d’autres diocèses1, en plaçant les itinéraires cléricaux au cœur de la réflexion et en soulevant des problématiques nouvelles. Le sacerdoce ou les loisirs peuvent-ils influencer la suite d’une carrière ? Quel est le train de vie d’un ecclésiastique concordataire en Bretagne ?

Le métier de prêtre

  • 2 Langlois, Claude, Le diocèse de Vannes..., op. cit., et Lagree, Michel, Religion et cultures..., o (...)
  • 3 Launay, Marcel, Le bon prêtre..., op. cit., p. 140 et Lemaitre, Nicole (dir.), Histoire des curés, (...)

2L’activité pastorale des ecclésiastiques concordataires dans les paroisses bretonnes est une question bien cernée dans l’historiographie2. Dans les diocèses de Saint-Brieuc et de Vannes, comme partout en France, le xixe siècle se caractérise notamment par le passage du modèle du « bon curé », chef de paroisse, à celui du prêtre animateur d’œuvres3. Davantage que de survoler l’ensemble des tâches sacerdotales, il paraît ici intéressant de chercher à mesurer l’influence sur un itinéraire clérical de l’investissement dans de nouveaux secteurs pastoraux.

L’activité pastorale

  • 4 AESB, correspondance des paroisses, dossier Plouézec, lettre de Michel Lenfant à Manoir, vicaire g (...)

3Prédication, catéchisme, confessions et visites aux paroissiens constituent le socle du ministère paroissial au début du xixe siècle. À cette époque, le sacerdoce se limite souvent à la distribution des sacrements et à l’éducation religieuse. Michel Lenfant (1789-1840), par exemple, submergé par la tâche à Plouézec, passe l’essentiel de ses journées à confesser ses ouailles, à visiter les malades, et trouve à peine le temps de préparer ses instructions4.

  • 5 AEV, AP Ploubezre, cahier de paroisse p. 24-29. Ces données sont reprises par Kermoal, Christian, (...)
  • 6 Perouas, Louis, Gabriel Deshayes. Un grand pionnier de la restauration catholique dans l’Ouest de (...)
  • 7 Person, Abbé, L’abbé Guy Homery..., op. cit., et Anonyme, Origines de la congrégation des Religieu (...)

4Les prêtres les plus actifs et ceux qui n’ont pas une charge pastorale trop lourde peuvent toutefois diversifier leur apostolat et espérer ainsi un bénéfice en terme de carrière. La promotion d’Ange Le Goaster (1799-1876) à la cure de Callac en 1838 traduit probablement le succès remarqué de la confrérie du Sacré-Cœur de Ploubezre, où il était recteur5. Quelques prêtres se distinguent également par la fondation de congrégations, auxquelles ils consacrent ensuite beaucoup de temps. Le curé d’Auray Gabriel Deshayes (1767-1841) en tire un prestige remarquable. Après avoir relancé les Frères de Saint-Gabriel et assisté Jean-Marie de Lamennais dans l’établissement de sa congrégation enseignante, il devient en 1821 supérieur général des Pères Montfortains et des Sœurs de la Sagesse à Saint-Laurent-sur-Sèvre6. Et la publication d’une biographie apologétique7 de Joachim Fleury (18621849) et de Guy Homery (1781-1861), qui ont fondé respectivement les Religieuses de Sainte-Marie de la Présentation et les Filles de la Providence de Créhen, montre l’aura de ces prêtres du diocèse de Saint-Brieuc.

  • 8 AESB, fonds Notre-Dame d’Espérance ; Prud’homme, Ludovic, La famille Prud’homme à Saint-Brieuc. Tr (...)
  • 9 Bouflet, Joachim et Boutry, Philippe, Un signe dans le ciel, les apparitions de la Vierge, Paris, (...)

5Dans les décennies qui suivent, la capacité à développer des confréries et des œuvres demeure un atout pour faire carrière. Gabriel Le Blanc (1819-1885), qui, au cours de ses vingt années de vicariat à Josselin, établit l’œuvre de la Sainte-Enfance et inaugure la dévotion du mois de Marie, en est un parfait exemple. En 1864, cet ecclésiastique est d’ailleurs promu supérieur de l’institution Saint-Stanislas, le futur petit séminaire de Ploërmel, puis curé de Josselin en 1871. La valorisation du développement des confréries va plus loin encore dans le diocèse de Saint-Brieuc, où un nouveau profil de prêtre apparaît : le directeur de confrérie ou d’œuvre, qui exerce cette tâche à plein temps. Paul Prud’homme (1810-1882) est un des premiers prêtres bretons placés à une telle fonction. Dès son ordination, en 1837, il est nommé directeur de la Congrégation de la Sainte-Vierge à Saint-Brieuc, au développement de laquelle il travaille toute sa vie8. Dans une conjoncture mariophanique porteuse9, il profite du retentissement d’une guérison miraculeuse pour obtenir du pape, en 1849, la transformation de sa congrégation en archiconfrérie, désormais placée sous le vocable de Notre-Dame d’Espérance. Son couronnement en 1865, devant 30 000 personnes, est significatif de la réussite de cet ecclésiastique. Sa carrière de ce prêtre montre qu’à partir de la fin des années 1830, apparaissent des voies parallèles aux itinéraires traditionnels qui confèrent une notabilité pastorale remarquable.

6Dans les deux diocèses, l’animation d’œuvres accapare de plus en plus les ecclésiastiques au fil du siècle. Dans le dernier quart du xixe siècle, six prêtres se succèdent au service de l’Archiconfrérie Notre-Dame d’Espérance. Une vie confortable au milieu du clergé urbain remplace pour eux les longues années de vicariat imposées à nombre de leurs confrères. Louis Collin (1848-1909) est ainsi nommé recteur de paroisse en 1895 sans jamais avoir été vicaire, un fait rarissime à la fin du xixe siècle. Certaines œuvres, contrôlées par une même famille pendant plusieurs décennies, offrent pour les prêtres des villes la perspective d’une carrière urbaine conforme à leurs ambitions et l’assurance d’une reconnaissance sociale certaine.

  • 10 ADM, 4 M 201.
  • 11 Cholvy, Gérard, Histoire des organisations et mouvements chrétiens de jeunesse en France (XIXe-XXe(...)
  • 12 Anonyme, L’abbé Adolphe Chareton..., op. cit.
  • 13 Geslin, Claude, Le syndicalisme ouvrier en Bretagne jusqu’à la Première Guerre mondiale, Saint Hip (...)
  • 14 Dobet, François, Le « collège » de Guingamp et l’institution Notre-Dame, Saint-Brieuc, Les Presses (...)

7Le dernier tiers de la période concordataire est marqué également par un engagement social croissant des prêtres. Dans les années 1870, les ecclésiastiques s’investissent dans les cercles catholiques naissants, à l’image du vicaire Jules Jobet (1848-1905), qui dirige celui de Pluvigner en 187710. Comme partout en France11, les œuvres en direction de la jeunesse se multiplient. D’après l’Annuaire administratif des Côtes-du-Nord de 1906, au moins cinq prêtres sont membres du bureau du Cercle Notre-Dame à Saint-Brieuc ou de la Fédération diocésaine des œuvres de jeunesse. L’un d’eux, Adolphe Chareton (1878-1907), secrétaire de cette dernière, est connu dans le diocèse pour avoir été l’un des diffuseurs des idées du Sillon12. Sa mort précoce ne permet malheureusement pas de mesurer l’impact de son engagement sur sa carrière. Pendant la période concordataire, des sympathies sillonnistes ne semblent avoir aucune conséquence sur la carrière. Le soutien au Sillon, un phénomène essentiellement urbain13, ne dépasse alors guère les petits cercles qui se constituent à l’initiative de jeunes enseignants dans les établissements scolaires, comme à Notre-Dame à Guingamp14.

8Au cours du xixe siècle, le développement des confréries, des congrégations ou des œuvres permet donc à un ecclésiastique d’accroître sa notabilité pastorale et d’obtenir un bénéfice en terme de carrière. Le cumul de fonctions constitue une autre stratégie de distinction pertinente.

Le cumul de fonctions

  • 15 Lemaitre, Nicole, « Abbés et abbesses de l’école moderne. Approches nouvelles de la prosopographie (...)

9L’analyse des carrières conduit fréquemment à segmenter les secteurs pastoraux. Pourtant, de nombreux clercs exercent simultanément leur ministère dans des domaines différents. L’importance du cumul de fonctions, rarement soulignée, mérite de l’être car, pour les prêtres concordataires bretons comme pour les abbés de l’époque moderne, il s’agit d’une « stratégie de pouvoir15 » propice à la distinction. Une nouvelle fois, les bouleversements de la démographie cléricale et les évolutions sociales et spirituelles engendrent des évolutions notables. Deux types de cumuls sont observés au xixe siècle : celui de plusieurs fonctions religieuses et l’association de responsabilités laïques avec le ministère sacerdotal.

Le cumul de fonctions religieuses

10L’exercice simultané de différentes fonctions religieuses se rencontre tout au long de la période concordataire, principalement chez les membres de l’administration diocésaine, les aumôniers et les prêtres employés dans un établissement scolaire. Le cumul est le plus spectaculaire dans le haut clergé ; il permet à une élite de prêtres, souvent de culture urbaine, d’accroître son prestige et son influence. Deux amis dominent ainsi le clergé vannetais dans la première décennie du xixe siècle : Joseph Mahé (1760-1831) qui exerce jusqu’en 1816 les fonctions de chanoine, d’aumônier du collège et de professeur suppléant, et Jean-Mathurin Le Gal (1746-1831), qui est simultanément vicaire général, supérieur du séminaire, chanoine et directeur de congrégation. Leur cumul symbolise et explique le triomphe du rigorisme dans le clergé vannetais au début du xixe siècle.

  • 16 Le Mene, Joseph, « Le chapitre de la cathédrale de Vannes », BSPM, 1900, p. 253.
  • 17 AESB, 2 CH 1, Statuts du chapitre.

11Dans le diocèse de Vannes, l’association des fonctions de vicaire général et de chanoine est courante dans la première partie du xixe siècle. Selon le chanoine Joseph Le Mené, « les deux vicaires généraux titulaires de Vannes ont pris place au chapitre, présidé les réunions capitulaires et voté comme chanoines, jusqu’en 1850, où Mgr de La Motte supprima cette ingérence16 ». Les registres briochins n’entretiennent pas la même confusion et séparent clairement les chanoines des vicaires généraux sans qu’aucun individu ne soit honoré des deux titres. Pour autant, la question de l’appartenance du vicaire général au chapitre soulève les mêmes débats que dans le diocèse de Vannes, au moins jusqu’au milieu du xixe siècle17.

12Parallèlement au canonicat, l’exercice d’autres fonctions est possible tout au long de la période concordataire. Dans les années 1850, Jean-Marie Flohy (1800-1881) est par exemple à la fois chanoine, aumônier de prison et supérieur des Sœurs de Marie-Joseph à Vannes ; Ernest Le Covec (1852-1918), chanoine de la cathédrale de Saint-Brieuc à partir de 1900 y ajoute pour sa part la charge d’inspecteur épiscopal des fabriques et celle de directeur diocésain de la Propagation de la Foi. Dans son cas, la nomination au chapitre vise probablement à lui garantir un traitement confortable.

13D’autres ecclésiastiques, sans occuper les fonctions prestigieuses de chanoine ou de vicaire général, deviennent des notabilités cléricales de premier plan en cumulant différentes fonctions. C’est notamment le cas de l’érudit Maximilien Nicol (1843-1904), rédacteur de la Semaine religieuse de Vannes, directeur de l’Œuvre des pauvres malades et aumônier de l’asile de Kerhars à Sarzeau. Auguste Collin (1839-1901), issu d’une dynastie d’organistes briochins et cadet de quatre frères prêtres, fait une belle carrière urbaine, en profitant de son capital social. Dans les années 1890, il est simultanément chapelain de Saint-Guillaume – un édifice érigé par son frère Julien en 1852 – directeur de la maîtrise et maître de chapelle à la cathédrale comme deux de ses frères aînés, et directeur de l’Œuvre de la Sainte-Enfance.

14Les aumôniers forment le deuxième groupe de prêtres qui exercent simultanément plusieurs fonctions religieuses. Plus qu’un cumul de prestige, il s’agit ici d’un cumul contraint, fréquent dans le premier tiers du xixe siècle, pour assurer la continuité du service pastoral. À Moncontour, dans le diocèse de Saint-Brieuc, les trois aumôniers de l’hôpital recensés au cours de la première moitié du xixe siècle sont tous vicaires de la paroisse, à la différence des quatre aumôniers repérés dans les décennies suivantes. Dans le diocèse de Vannes, l’abondance du recrutement permet de dissocier la charge d’aumônier des ursulines d’Hennebont et le vicariat de cette paroisse dans les années 1850. L’impact sur les carrières du cumul vicariat-aumônerie apparaît très limité, étant donné qu’il se rencontre à une époque où les promotions sont encore relativement rapides.

15Les prêtres employés dans les établissements scolaires forment le troisième groupe d’ecclésiastiques ayant exercé en même temps plusieurs fonctions sacerdotales. Ce cumul est particulièrement fréquent chez les clercs bas-bretons du diocèse de Saint-Brieuc. Au moins 51 des 207 professeurs du petit séminaire de Plouguernével, répartis sur l’ensemble de la période concordataire, ont ainsi été vicaires des paroisses environnantes. L’avantage était double : en aidant de temps à autre un desservant, un enseignant allégeait sa charge paroissiale et surtout pouvait recevoir le traitement réservé au vicaire.

16L’association des fonctions de professeur et de vicaire n’a pas été observée dans le diocèse de Vannes. Elle semble donc rare, voire inexistante. Les professeurs et les économes des séminaires du diocèse de Vannes qui cumulent plusieurs fonctions sont pour la plupart aumôniers ou chapelains. Leur profil et leur itinéraire futur ne se différenciant guère de celui de leurs confrères, l’exercice simultané de plusieurs responsabilités semble être davantage une spécificité de leur ministère qu’une distinction.

17L’exercice simultané de plusieurs fonctions sacerdotales n’est donc pas l’apanage d’un type de prêtres précis. Le fractionnement du ministère peut permettre à l’administration épiscopale de distinguer un ecclésiastique, de mieux faire correspondre les ressources cléricales et les besoins pastoraux ou de contourner des contraintes financières.

L’exercice de responsabilités laïques

18Le second type de cumul observé, l’exercice de fonctions laïques qui s’ajoutent au ministère sacerdotal, est rarement évoqué dans les monographies diocésaines. Il est pourtant un élément essentiel de la vie de certains prêtres et montre que l’horizon de nombreux ecclésiastiques concordataires est loin de se réduire à la pastorale quotidienne dans une paroisse ou un établissement scolaire. Le panorama des commissions administratives dans lesquels siègent les prêtres reflète les centres d’intérêt du clergé au xixe siècle.

  • 18 Annuaire administratif du Morbihan.
  • 19 Marsille, Henri, « Chauffier Louis », in Lagree, Michel (dir.), La Bretagne..., op. cit., p. 82-83

19L’investissement des prêtres est remarquable dans cinq domaines : l’agriculture, l’enseignement, les questions sociales, la culture et l’architecture. Là encore, l’engagement dans différents secteurs peut permettre à certains prêtres d’accéder à la notabilité pastorale, sans jamais avoir occupé de fonction diocésaine de premier plan. Louis Chauffier (1843-1923), qui occupe la charge de trésorier de la Société française de secours aux blessés militaires alors qu’il est professeur à Saint-François-Xavier18, après avoir été simultanément secrétaire de l’évêché, aumônier du cercle catholique d’ouvriers et conservateur adjoint du musée archéologique de Vannes devient ainsi une des personnalités dominantes du clergé vannetais à la fin du xixe siècle19.

  • 20 AN, F19 2847, lettre du préfet des Côtes-du-Nord au ministre, 24 janvier 1853.

20Les responsabilités dans des domaines administratifs ou dans des associations laïques incombent donc surtout aux prêtres qui ont déjà su se distinguer. La consultation de l’Annuaire administratif du Morbihan montre qu’à partir des années 1860 au moins, un prêtre qui appartient le plus souvent à l’élite du clergé diocésain, figure dans le conseil départemental de l’instruction publique. Jacques Le Mée, alors qu’il est vicaire général, est nommé par le préfet des Côtes-du-Nord membre d’un comité de lutte contre la mendicité. En 1852, le chanoine Jean-Baptiste Souchet (1786-1875) et le directeur de l’Archiconfrérie Notre-Dame d’Espérance Paul Prud’homme (1810-1882) sont membres du conseil départemental des bâtiments civils20. L’exercice de responsabilités laïques semble donc être davantage le signe d’une carrière réussie que la promesse d’un avenir brillant. Il permet à des prêtres citadins de diversifier leurs activités, de s’adonner à leur passion et de renforcer leur notabilité.

21Loin d’être stéréotypé, le métier de prêtre peut englober donc des tâches très différentes tout au long du xixe siècle. L’une d’entre elle a mobilisé l’énergie du clergé davantage qu’à n’importe quelle autre période : la construction de bâtiments.

Les bâtisseurs

22Tout au long de la période concordataire, la vie de nombreux prêtres est marquée par la volonté de garantir le triomphe du catholicisme par la construction de deux types d’édifices : l’église et l’école.

  • 21 Bouchon, Chantal, Brisac, Catherine, Chaline, Nadine-Josette, Leniaud, Jean-Michel, Ces églises du(...)
  • 22 Voir par exemple Kerouanton, Jean-Louis, L’investissement religieux et architecture en Maine-et-Lo (...)
  • 23 Couffon, René, Répertoire des églises et des chapelles du diocèse de Saint-Brieuc et de Tréguier, (...)
  • 24 Duhem, Gustave, Les églises de France. Morbihan, Paris, librairie Letouzey et Ané, 1932, 227 p. ; (...)

23Le rôle du clergé dans la vague de construction d’églises au xixe siècle21 a été mis en évidence dans plusieurs évêchés22. L’analyse des carrières permet toutefois de poser un regard neuf sur cette question, en mesurant les conséquences de cet investissement personnel. Au total, au moins 184 églises dans le diocèse de Saint-Brieuc23 et 98 dans celui de Vannes24 ont été complètement rebâties au cours du xixe siècle, soit respectivement 46 et35 % des églises paroissiales. À l’échelle des deux diocèses, le mouvement de construction atteint son apogée au début de la IIIe République, comme le montre le graphique ci-dessous :

Les constructions d’églises dans les diocèses de Saint-Brieuc et de Vannes

Les constructions d’églises dans les diocèses de Saint-Brieuc et de Vannes

24La représentation cartographique des constructions (voir l’annexe n° 11) montre que le nord-ouest du diocèse de Vannes se singularise. Alors que la population des paroisses de Haute-Cornouaille et du pays Pourlet augmente régulièrement au cours du xixe siècle, les nouveaux bâtiments cultuels y sont rares. Si, à l’échelle du diocèse, l’augmentation de la population peut expliquer l’abondance des chantiers, le facteur démographique n’est pas toujours décisif à l’échelle paroissiale. La pratique religieuse et le recrutement clérical semblent plus déterminants. Pour comprendre les contrastes observés, il faut également tenir compte des phénomènes de proximité. L’importance des constructions réalisées la même décennie dans deux paroisses contiguës traduit l’émulation entre les communautés catholiques.

  • 25 Boutry, Philippe, « Les mutations du paysage paroissial. Reconstructions d’églises et translations (...)

25Le chef de paroisse joue un rôle déterminant dans la construction d’une nouvelle église. La taxinomie établie par Philippe Boutry25 a toute sa pertinence pour les diocèses de Vannes et de Saint-Brieuc. Les prêtres bâtisseurs se divisent entre curés « politiques », qui sont d’habiles négociateurs ou défenseurs de leur projet, et curés « maçons » qui s’investissent personnellement dans le chantier.

  • 26 ADCA, V 2172, lettre de Félix Padel au préfet des Côtes-du-Nord, 20 juillet 1905.

26L’un des obstacles essentiels à l’édification d’une nouvelle église, que réussissent à surmonter plus ou moins brillamment les curés « politiques », est le financement de la construction. Certains prennent leur bâton de pèlerin pour rassembler les fonds nécessaires à la construction comme Firmin Lohier (né en 1840) et Ange Lamourique (1845-1898), respectivement recteur et vicaire de Tréal, dans le diocèse de Vannes. Dans les années 1880, ces deux ecclésiastiques quêtent, organisent des loteries, sollicitent l’aide de leurs confrères et écrivent en Afrique et en Amérique pour obtenir le soutien des expatriés. D’autres clercs engagent leurs ressources personnelles, à l’instar du recteur de Plélo, Félix Padel (1848-1916), qui comble un déficit de 5 000 f. en vendant douze obligations de chemin de fer26.

  • 27 AESB, correspondances (Plouha), lettre du vicaire général au curé de Plouha, 23 octobre 1850.
  • 28 AESB, correspondances (Plouha), lettre du vicaire général au curé de Plouha, 25 novembre 1850.

27La catégorie des curés « maçons » rassemble des prêtres au profil fort différent, qui se font architecte, artisan ou ouvrier. La plupart des prêtres architectes sont des autodidactes qui reproduisent des modèles préexistants. À Plouha, après le rejet de l’idée du curé de transférer pierre par pierre la chapelle de Kermaria au bourg27, la construction de la nouvelle église, monumentale, commence en 1857. Les plans sont l’œuvre du vicaire général Augustin Auffret (1791-1868), originaire de cette paroisse, qui suit les recommandations du manuel pour la construction des églises de l’évêque de Belley28. Beaucoup se contentent de reprendre les plans d’un architecte qui a fait ses preuves et inspire confiance. Les églises de Sarzeau, Saint-Goustan, Noyal-Pontivy ou Sulniac notamment sont ainsi restaurées ou construites en suivant les plans de l’abbé Brisacier, un prêtre de l’évêché de Tours.

  • 29 AESB, cahier de paroisse de Trégon, p. 128.
  • 30 SRV, 8 octobre 1904, p. 810.

28Une fois les plans adoptés, certains ecclésiastiques se transforment en chefs de travaux, à l’instar du recteur de Trégon, Thomas Rollier (1800-1879), qui peste contre l’entrepreneur choisi pour construire l’église paroissiale, l’accusant de ne délayer le mortier utilisé qu’avec du cidre, par ailleurs abondamment consommé sur le chantier29. D’autres n’hésitent pas à se mêler aux ouvriers et aux artisans, comme le recteur de Gâvres Jean-Vincent Le Roux (1836-1904), qui porta toute sa vie les cicatrices d’un éboulement meurtrier survenu dans une carrière de sable voisine du bourg30.

  • 31 AESB, 5 CD 2, registre des séances du conseil épiscopal, 23 février 1859.
  • 32 SRV, 5 novembre 1868, p. 683.
  • 33 AESB, 5 CD 2, registre des séances du conseil épiscopal, 1853.

29L’investissement d’un prêtre dans l’édification d’une église paroissiale peut être un critère décisif lors des mutations, en amont comme en aval de la construction. Les autorités diocésaines n’hésitent pas à déplacer un ecclésiastique si celui-ci s’avère incapable d’entreprendre les travaux jugés nécessaires par ses supérieurs. En 1859, le conseil épiscopal déplace ainsi le recteur de Saint-Gouéno, après avoir enregistré la plainte de Jean-Marie Louail (1815-1885), alors professeur de théologie au grand séminaire de Saint-Brieuc, qui avait souligné l’inactivité du desservant de sa paroisse natale31. Une mutation constitue aussi l’occasion de donner une impulsion. Le vicaire d’Augan Jean-Hilaire Collet (1813-1872) est par exemple promu succursaliste de cette paroisse en 1858 avec la recommandation de reconstruire son église32. Plus rarement, un changement de recteur peut être l’occasion de faire pression sur les paroissiens. À la mort de leur desservant, survenue en 1853, les habitants de La Poterie sont par exemple sommés de « s’occuper enfin sérieusement et prochainement de la réédification de leur église, sous peine de se voir retirer leur [nouveau] recteur33 ». La menace porte ses fruits puisque la première pierre est posée dès mai 1854.

30Par ailleurs, les autorités diocésaines n’hésitent pas à récompenser un prêtre qui s’est fait remarquer par son activité et encouragent de ce fait les nouveaux chantiers. En 1874, Mgr David promeut par exemple le recteur Jean-Marie Stéphan (1807-1874), qui a bâti une nouvelle église à Saint-Igneuc et Plélo, à la cure voisine de Chatelaudren. Jean-Baptiste Moisan (1821-1893), qui a mené à bien l’édification de l’église d’Hénon, est lui nommé curé d’Étables. Une belle carrière peut récompenser un prêtre bâtisseur.

31Le second type d’édifice fréquemment construit par le clergé paroissial est l’école. Les questions scolaires préoccupent le clergé avant la fin du xixe siècle, comme en témoigne l’apostolat de Gabriel Deshayes ou de Jean-Marie de Lamennais au début de la période concordataire. Toutefois, la vague de constructions semble atteindre son apogée dans le dernier tiers du xixe siècle. Elle précède les lois scolaires du début des années 1880, les Semaines religieuses encourageant les prêtres à entreprendre de tels chantiers dès les années 1870.

  • 34 SRV, 5 décembre 1878, p. 775.
  • 35 SRV, 22 février 1894, p. 119.

32Quelques itinéraires cléricaux laissent penser que les recteurs les plus dynamiques reçoivent un bénéfice en terme de carrière. Jean-Marie Mouil lard (1814-1878), par exemple, après avoir édifié une école à Arzal puis à Nivillac, est promu curé de Noyal-Muzillac en 187534. Pierre-Marie Guillemot (1841-1894) qui, alors qu’il est vicaire, consacre ses loisirs à enseigner la musique aux enfants de l’école des Frères et fait étudier les lettres classiques aux meilleurs élèves, est lui propulsé curé de Languidic en 188435. La construction de deux écoles sous sa houlette en moins de cinq ans per met de penser que la question scolaire a motivé sa nomination.

33Toutefois, la plupart des ecclésiastiques meurent dans la paroisse où l’école a été construite. Les bâtisseurs sont trop nombreux pour tous devenir curés et il est probable que les évêques aient préféré ne pas risquer la censure préfectorale en proposant aux cures des desservants opposés aux écoles publiques. À défaut de promotion, certains bâtisseurs semblent avoir bénéficié d’une stabilité exceptionnelle pour la fin du xixe siècle, qui va souvent au-delà des délais nécessaires à la construction. Joseph Coué (1828-1904), qui fit construire trois écoles à Caden, y demeure par exemple de 1870 à 1901.

34Au cours du xixe siècle, l’allègement des charges paroissiales donne l’opportunité aux recteurs et aux vicaires de diversifier leur apostolat. Il leur offre la possibilité de s’investir dans des domaines pastoraux très variés et d’accroître leur notabilité pastorale, limitant ainsi les frustrations nées de l’engorgement des carrières.

Loisirs de prêtres

35L’historiographie religieuse a privilégié l’étude du prêtre dans l’exercice de ses fonctions pastorales. Les hagiographes de la fin du xixe siècle comme les héritiers du chanoine Boulard ont négligé le temps libre des prêtres. L’idée même de temps libre chez un ecclésiastique peut d’ailleurs être contestée, la cléricature ne s’abandonnant pas aux portes de l’église. Mais, même si un prêtre doit avoir un mode de vie conforme à son état, il garde un espace de liberté en marge de ses fonctions sacerdotales, dont l’utilisation reflète la culture du prêtre breton au xixe siècle.

La soif de science

  • 36 Carbonell, Charles-Olivier. Histoire et historiens : une mutation idéologique des historiens franç (...)
  • 37 Guiomar, Jean-Yves, Le Bretonisme. Les historiens bretons au xixesiècle, Mayenne, Société d’histoi (...)

36L’intérêt croissant des prêtres pour les sciences au xixe siècle a déjà été souligné dans de nombreux travaux, tant à l’échelle nationale36 qu’à l’échelle locale37. La soif de science observée dans le clergé dépasse la passion des érudits pour l’histoire. La constitution d’une base de données sur l’ensemble du clergé offre l’opportunité de saisir l’importance de l’investissement des prêtres dans le domaine des sciences et de mesurer son impact sur les carrières.

  • 38 Laplanche, François (dir.), Les sciences religieuses, Paris, Beauchesne, 1996, 678 p.

37Les prêtres qui s’intéressent aux questions scientifiques se divisent en deux groupes. Le premier, peu nombreux semble-t-il, rassemble les ecclésiastiques qui se passionnent pour les sciences religieuses. Seuls trois prêtres des diocèses de Saint-Brieuc ou de Vannes – Julien Fontaine (1839-1917), François Maupied (1814-1898), et Jean-Julien Bellamy (1857-1903) – bénéficient ainsi d’une notice biographique dans le tome du Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine consacré aux sciences religieuses38. Certes, les diocèses de Saint-Brieuc et de Vannes comptent d’autres théologiens ou exégètes, mais le nombre de ceux qui publient leurs travaux ne semble pas excéder la dizaine.

  • 39 AEV, Z 4, p. 306.

38Au premier abord, la carrière de ces trois prêtres frappe par leur banalité. Bellamy finit sa carrière comme aumônier ; de Bellevue et Maupied meurent recteurs de paroisse, après avoir été professeurs. L’indépendance d’esprit de ces théologiens qui ne s’accordent pas toujours avec la pensée dominante explique en large partie leur itinéraire peu en rapport avec leurs qualités. Jean-Julien Bellamy et Jean Fournier de Bellevue sont par exemple, selon leur confrère Jean-Augustin Guillevic, « deux intelligences supérieures [...] entachées des doctrines libérales qu’ils avaient puisées à Paris39 ». Le premier est un disciple de Loisy et le second préfère les doctrines molinistes au thomisme. Il était inconcevable de garder ces ecclésiastiques au grand séminaire ou de leur confier un poste inamovible.

  • 40 Laplanche, François, « Maupied, François », in Laplanche, François (dir.), Les sciences religieuse (...)

39Toutefois, même si ces prêtres ont des itinéraires sans commune mesure avec leur intelligence, ils jouissent d’un certain prestige. François Maupied (1814-1898), recteur de Saint-Martin à Lamballe, a par exemple publié au moins 31 livres et assisté l’évêque de Toronto Mgr de Charbonnel au cours du concile du Vatican. En 1872, il est nommé camérier secret du pape puis prélat de la maison de Sa Sainteté en 187640, des distinctions qui confirment que la belle carrière n’est pas forcément une succession de postes prestigieux.

40Le second groupe de prêtres qui se passionnent pour les questions scientifiques, composé des érudits férus de sciences profanes, est beaucoup plus nombreux. Au moins 89 prêtres du diocèse de Saint-Brieuc et 65 du diocèse de Vannes ont été membres d’une société savante au cours de la période concordataire ou ont publié des articles ou des ouvrages dans le domaine des sciences profanes. La chronologie des adhésions à la Société d’Émulation des Côtes-du-Nord et de la Société polymathique du Morbihan, les principales sociétés savantes de chaque diocèse, est révélatrice de l’intérêt nouveau pour les sciences profanes dans la seconde moitié du xixe siècle (voir tableau page suivante).

  • 41 ADCA, 4 T 6, liste des membres de la Société archéologique et historique des Côtes-du-Nord.

41Dans les deux évêchés, les années 1860 apparaissent comme un tournant. Dans le diocèse de Saint-Brieuc, le pic d’adhésions n’est pas uniquement lié à la création de la Société d’Émulation en 1861. D’autres sociétés savantes existaient avant cette époque mais seule une poignée d’ecclésiastiques les rejoignait. La Société archéologique et historique des Côtes-du-Nord, fondée en 1842, ne semble par exemple compter que neuf prêtres au cours de ses vingt premières années d’existence41.

Adhésions de prêtres à la Société d’Émulation des Côtes-du-Nord et à la Société polymathique du Morbihan

Adhésions de prêtres à la Société d’Émulation des Côtes-du-Nord et à la Société polymathique du Morbihan
  • 42 Moisan, André, « Un érudit vannetais, le chanoine Joseph-Marie Le Mené (1831-1923), BSPM, 1997, p. (...)
  • 43 Le Mene, Joseph-Marie, Histoire du diocèse de Vannes, Vannes, Lafolye, 1888-1889, 2 vol., Histoire (...)
  • 44 AN, F19 3056, dossier Piéderrière, lettre du préfet du Morbihan au ministre des Cultes, 13 juin 18 (...)
  • 45 Brunel, Christian, « Hingant, Jean », in Lagree, Michel (dir.), La Bretagne..., op. cit., p. 194-1 (...)
  • 46 Brunel, Christian, « Le public de Feiz ha Breiz », Bretagne et religion, Rennes, Institut Culturel (...)

42Le centre d’intérêt principal des érudits est l’histoire et l’archéologie, les sciences naturelles et la linguistique. Le chanoine Le Mené (1831-1923) se distingue par l’abondance de sa production, d’une excellente qualité. Entre 1873 et 1914, il participe à trois congrès et écrit 79 articles pour le Bulletin de la Société polymathique du Morbihan42 ainsi que quatre ouvrages majeurs sur l’histoire du diocèse de Vannes, de ses paroisses, de ses institutions et de ses abbayes43. Julien Piéderrière (1819-1886), lui, s’occupe surtout de minéralogie, d’archéologie et de botanique44. Jean Hingant (1834-1898), pour sa part, écrit une grammaire bretonne et cherche à poursuivre le travail de purification linguistique initié par Le Gonidec45. L’intérêt nouveau pour le breton n’est pas sans arrière-pensées pastorales, cette langue représentant pour certains prêtres de la deuxième partie du xixe siècle un rempart contre la déchristianisation, comme l’affirme le mouvement Feiz ha Breiz, lancé dans l’évêché de Quimper et Léon dans les années 186046.

43S’intéresser aux sciences permet d’acquérir une certaine notabilité et d’obtenir des postes prestigieux, comme le montre l’étude des carrières des prêtres ayant adhéré à la Société d’Émulation des Côtes-du-Nord et à la Société polymathique du Morbihan.

Carrière des prêtres érudits

Carrière des prêtres érudits

44Dans les deux évêchés, au moins 30 % des ecclésiastiques ayant été membres des sociétés savantes étudiées meurent alors qu’ils appartiennent à l’administration diocésaine et ceux qui terminent leur carrière comme curé sont deux fois plus nombreux que dans l’ensemble du clergé. Les membres de ces sociétés sont pour la plupart des ecclésiastiques intelligents et cultivés, qui ont les qualités pour faire une belle carrière au moment où l’idéal du prêtre savant triomphe.

  • 47 Chaline, Jean-Pierre, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France, xixe-xxesiècles, (...)

45En outre, les sociétés savantes sont un lieu de sociabilité qui permet de s’insérer dans des réseaux de sociabilité et d’accroître sa notabilité47. De 1870 à 1900, l’Association bretonne et la Société d’Émulation des Côtes du-Nord attirent par exemple 34 parlementaires. La Société polymathique du Morbihan comptait quant à elle parmi ses membres résidents les trois évêques qui se sont succédé à la tête de l’évêché de Vannes de 1861 à 1897. Les recherches et les publications scientifiques, qui permettent aux prêtres érudits de se distinguer auprès des membres de l’administration diocésaine dans la seconde moitié de la période concordataire, peuvent donc ouvrir la voie à une carrière brillante. Ce fut le cas pour Pierre Euzenot (né en 1842), promu curé de Cléguérec en 1888, après 21 années de ministère paroissial ponctuées de découvertes archéologiques et d’articles rédigés pour le Bulletin de la Société polymathique.

Distraction contre sanctification

46L’amusement est un sujet presque tabou dans les milieux cléricaux, le modèle du bon prêtre étant le pasteur zélé. Cependant, l’accumulation de témoignages sur la carrière des ecclésiastiques permet de saisir de façon fragmentaire leur quotidien et les distractions des prêtres. Le délassement semble se transformer au cours du xixe siècle : face aux pressions des autorités épiscopales, les divertissements profanes laissent progressivement la place aux loisirs chrétiens, propices à la sanctification.

  • 48 Person, Abbé, L’abbé Guy Homery..., op. cit., p. 76.
  • 49 Laveille, R.P., Jean-Marie de la Mennais..., op. cit., p. 277.
  • 50 Foucault, Pierre, Aspects de la vie chrétienne..., op. cit., p. 332.

47Les distractions profanes semblent courantes dans le clergé breton au début de la période concordataire. Dans les années 1810, Guy Homery (1781-1861) joue aux quilles le dimanche avec ses paroissiens de Saint-Jacut-de-la-Mer et va parfois pêcher sur le littoral48. À la même période, Jean-Marie de Lamennais se plaint que « dans un certain nombre de presbytères, les recteurs [aie]nt pris l’habitude de jouer aux cartes fort avant dans la nuit49 ». Il ne s’agit pas là d’une originalité bretonne, les parties de cartes étant également l’une des distractions préférées des ecclésiastiques du Maine au cours de la première moitié du xixe siècle50. La pratique est suffisamment répandue dans le diocèse de Saint-Brieuc pour que Jean-Marie de Lamennais décide de l’interdire après 22 heures.

  • 51 Morin, Guillaume, Notice sur Monsieur Louis Moisan, Saint-Brieuc, Imprimerie Prud’homme, 1897, p. (...)

48L’exemple de Louis Moisan (1792-1889), promu curé en 1847, montre que la pratique de loisirs profanes est compatible avec la belle carrière dans la première moitié du xixe siècle. Il fréquente les comices agricoles des environs de Plouguenast où il présente de temps à autre le produit de ses cultures ou de son étable, chasse et joue régulièrement aux boules avec les convives qui viennent partager son dîner51.

49Un tournant s’opère dans les années 1840. Mgr Le Mée, en même temps qu’il réforme la formation cléricale, réglemente la conduite de ses prêtres, avec une minutie jamais observée jusqu’alors. L’ordonnance du 20 octobre 1846 recommande ainsi aux ecclésiastiques de s’abstenir de chasser, de manger avec des séculiers, d’assister aux foires et de jouer aux cartes, aux dés, aux boules, aux quilles ou au palet. Désormais, le prêtre doit se consacrer pleinement à son ministère et le loisir profane est fortement déconseillé, voire interdit s’il montre le mauvais exemple ou si, comme l’affirment les statuts synodaux, il est « un empêchement à l’étude, à la prière ou aux autres devoirs du ministère ».

  • 52 AESB, 5 CD 2, séance du 2 février 1863.

50La nouvelle norme semble pénétrer progressivement les esprits. En 1863, le recteur de Saint-Carné écrit ainsi au conseil épiscopal de Saint-Brieuc pour se plaindre que son vicaire Pierre Tostivint (né en 1832) se livre à la chasse52. Sa dénonciation montre qu’une partie du clergé au moins s’attache à respecter les interdictions édictées par Mgr Le Mée. Pierre Tostivint, qui refuse de suivre les normes comportementales – son recteur suspecte également des mauvaises fréquentations – disparaît des registres du clergé dans les années 1860.

  • 53 AESB, AP Loscouët, cahier de paroisse du Loscouët, p. 55.
  • 54 AEV, Z 4, Mémoires de Guillevic.

51Le divertissement profane ne disparaît pas pour autant dans la seconde moitié du xixe siècle. En 1882, le jardin du presbytère de Loscouët est modifié, ce qui permet d’élargir le jeu de boules de plus d’un mètre, preuve qu’il est toujours utilisé53. Dans ses Mémoires, Jean-Augustin Guillevic54, ecclésiastique vannetais qui commence une brillante carrière à la fin du xixe siècle, décrit à plusieurs reprises les parties de boules ou d’échecs et les promenades en canot avec ses camarades séminaristes et ses confrères.

52Cette tolérance s’explique en partie par le changement de regard sur le divertissement profane au cours de la seconde moitié du xixe siècle. D’un loisir futile, il devient un moyen de développer la fraternité sacerdotale. Si l’administration diocésaine proscrit désormais le jeu en solitaire ou avec des laïcs, elle accepte que les clercs s’amusent ensemble, ce qui contribue à développer l’esprit de corps.

53Parallèlement, elle encourage les loisirs qui permettent la sanctification personnelle. Les notices nécrologiques des Semaines religieuses diffusent ainsi à la fin de la période concordataire de nombreux portraits de saints prêtres qui ont des distractions conformes à leur état, à l’image de celui d’Alexandre Le Port (1871-1903) :

  • 55 En breton.
  • 56 SRV, 21 février 1903, p. 147.

« Avait-il quelques loisirs ? Il savait les employer de mille façons : préparation de chants, de pièces de théâtre. La musique surtout avait pour lui un attrait irrésistible. Il était poète aussi, car il a composé, dans la langue maternelle55, quelques petites poésies pleines de fraîcheur et de sentiment, que ses amis conserveront comme un précieux souvenir56. »

  • 57 SRV, 15 octobre 1904, p. 829.

54À la fin de la période concordataire, le bon loisir pour un ecclésiastique est celui qui le distingue des laïcs. En même temps que le modèle du clerc savant s’impose, la poésie, la musique ou la peinture deviennent les distractions du saint prêtre. Le loisir mis au service de l’Église tend ainsi à se substituer aux divertissements personnels. La christianisation des loisirs cléricaux concerne également les vacances, qui s’imposent comme un temps propice à la sanctification personnelle. Selon le supérieur du grand séminaire de Vannes Pierre-Emmanuel Dieulangard (né en 1845), Jean Fournier de Bellevue (1861-1904), qui termine chaque année ses vacances par une retraite de six ou sept jours, doit constituer un modèle pour le clergé57.

  • 58 AESB, 4 H 24.
  • 59 ADM, K 767, Martin, Étienne, La vie et les œuvres de M. le chanoine Le Mené, conférence faite à la (...)

55Mais l’un des meilleurs exemples de l’imbrication nouvelle du loisir et de la sanctification personnelle est le développement des pèlerinages dans la seconde moitié du xixe siècle, notamment vers Rome. Rien qu’en 1877, au moins dix-sept prêtres du diocèse de Saint-Brieuc se sont rendus à Rome, à en croire les justificatifs d’absence à l’occasion de la première conférence ecclésiastique58. Ce pèlerinage attire car il revêt un caractère militant pour les ultramontains bretons et répond aux exigences du temps, en offrant la possibilité de se sanctifier et de se cultiver. Ces deux dimensions sont toujours accolées dans les récits de voyage. La rencontre du pape est pour tous ces prêtres le moment le plus fort du pèlerinage – « Voir le pape était le but de mon pèlerinage » certifie Joseph Le Mené, qui se rend à Rome en 186059.

  • 60 Ibid., p. 147-180.
  • 61 AEV, Z 4, Mémoires de Guillevic, p. 270.

56Cependant le prêtre et le touriste se confondent souvent. L’ensemble des récits témoigne d’une véritable boulimie de visites. En 1862, l’abbé Beau jean (1833-1872), qui quitte la Bretagne pour la première fois, entreprend l’ascension du Vésuve et découvre le sismographe de la station d’étude du volcan ainsi que les riches collections minéralogiques du musée de Naples60. En 1889, Jean-Augustin Guillevic visite lors de son premier jour à Rome la basilique Saint-Jean-de-Latran, cinq autres églises, le Colisée, le Forum et le Capitole. Le lendemain, il découvre cinq nouvelles églises le matin et sept l’après-midi ! Le même jour il se remémore ses leçons d’histoire en découvrant la prison de Vercingétorix et plusieurs monuments antiques61.

  • 62 Corbin, Alain, L’avènement des loisirs, Paris, Aubier, 1995, 470 p.

57Le pèlerinage vers Rome, au cours duquel le prêtre se divertit et se cultive entre deux entrevues au Vatican, est sans doute le meilleur exemple du triomphe du loisir sanctifiant à la fin du xixe siècle. Le désir de voyage et la soif d’aventures observée dans la société occidentale de l’époque se retrouve dans le clergé62. La vie d’un prêtre breton concordataire est donc loin de se réduire à la distribution des sacrements et à l’horizon paroissial ou diocésain. Sa description permet de comprendre en partie pourquoi en Bretagne les ordinations restent nombreuses. De nombreux prêtres dont l’itinéraire paraît banal réussissent en effet à acquérir une notabilité pastorale certaine en cumulant des fonctions, en construisant des églises ou encore en se distinguant dans le domaine agricole ou scientifique. En outre, le sacerdoce représentait pour de nombreux fils de paysans l’accès à une vie matérielle confortable.

La vie matérielle

  • 63 Pierrard, Pierre, La vie quotidienne..., op. cit.
  • 64 Voir par exemple Boutry, Philippe, Prêtres et paroisses..., op. cit., p. 327-343.
  • 65 Cholvy, Gérard et Hilaire, Yves-Marie (dir.), Histoire religieuse de la France, 1800-1880, Privat, (...)

58La « fonctionnarisation » du clergé, issue du système concordataire, modifie les conditions de vie des prêtres du xixe siècle par rapport à leurs confrères d’Ancien Régime, le traitement garanti par l’État remplaçant alors le système des bénéfices. La pauvreté du clergé concordataire, mise en avant dans quelques synthèses63, a été fortement nuancée par différentes monographies diocésaines, qui ont insisté sur le resserrement des richesses et la disparition des difficultés matérielles observées au début de la période concordataire64. La perspective d’un quotidien confortable serait ainsi un des éléments qui explique l’importance du recrutement clérical dans les milieux modestes65. L’étude des ressources financières, du patrimoine et du logement des prêtres recensés corrobore cette analyse.

Les ressources financières

59Pendant la période concordataire, la vie matérielle des prêtres des diocèses de Saint-Brieuc et de Vannes s’améliore progressivement grâce à l’accroissement de leurs revenus et une meilleure prise en charge de la dépendance.

Les revenus des ecclésiastiques

60Les prêtres en fonction ont trois types de ressources : le traitement, garanti par l’État et éventuellement complété par la commune ou la fabrique, le casuel, c’est-à-dire les honoraires perçus à l’occasion de certaines cérémonies, et les compléments en nature. Au cours de la période concordataire, les revenus des ecclésiastiques s’améliorent incontestablement (voir le graphique ci-dessous).

  • 66 La part de l’État ne représente que la moitié environ du traitement des vicaires, l’autre moitié é (...)

Traitement versé par l’État au clergé paroissial66

Traitement versé par l’État au clergé paroissial66
  • 67 Cariou, Augustin, La restauration religieuse du diocèse de Vannes au lendemain du Concordat de 180 (...)

61Le début du xixe siècle est une période de fragilité économique pour beaucoup de prêtres, l’État ne garantissant aucun traitement aux recteurs et aux vicaires. Ceux-ci ne peuvent compter que sur une éventuelle pension et les rétributions des paroisses, très variables. À la fin du Consulat, 20 communes morbihannaises sur les 107 qui répondent à une enquête préfectorale refusent d’accorder tout subside à leur clergé67, lequel se retrouve alors dans une situation de précarité.

  • 68 AN F7 8065 et AEV D 4, lettre au recteur de Molac, 30 juillet 1806.
  • 69 Idem.
  • 70 Dupuy, Roger, De la Révolution à la Chouannerie..., op. cit.

62Les ecclésiastiques peuvent parfois compter sur le prélèvement des dîmes. Cet usage d’Ancien régime est toléré à condition qu’il ne soit pas restauré sous la pression du prêtre. Le desservant de Molac a ainsi droit à une dîme fixée au cinquantième68. Mais les dîmes ne ressurgissent que localement et ne permettent pas à l’ensemble du clergé de vivre confortablement. Dans le diocèse de Vannes, elles ne sont guère une ressource que pour les prêtres gallos69 qui officient dans des paroisses de culture contre-révolutionnaire70.

  • 71 AESB, cahier de paroisse de Trégon, p. 6.
  • 72 Gilles, Paul, La mémoire de Bohal, chez l’auteur, 1993, p. 91.

63Le prélèvement en nature du prêtre prend parfois la forme d’une quête, souvent réalisée après les moissons. Dans l’évêché de Saint-Brieuc, le recteur de Trégon fait ainsi tous les ans, à la Saint-Michel, une quête au froment qui lui rapporte « près de 1 000 livres », soit trois fois moins que la dîme avant la Révolution71. À Bohal, François Le Mée (né en 1750), recteur de 1802 à 1820, a le droit de réaliser une quête au beurre et aux fils pour tisser. Il reçoit en outre une ou deux pièces de viande quand un cochon est tué et du cidre les bonnes années ; il compte ainsi jusqu’à dix barriques dans sa cave72.

  • 73 Langlois, Claude, Le diocèse de Vannes..., op. cit., p. 171.
  • 74 Ibid., p. 355.
  • 75 Ibid., p. 100.
  • 76 La Mennais, Jean-Marie de, Correspondance générale..., op. cit., tome 1, p. 228.

64Tous ne bénéficient pas de la même générosité. Entre le 15 octobre et le 3 novembre 1803, sept vicaires et recteurs du diocèse de Vannes demandent leur changement, en justifiant leur démarche par l’absence de ressources73. Selon une enquête de 1809, au moins 30 vicaires vannetais ont « un sort misérable », avec un revenu estimé à moins de 300 f.74, et donc proche des 200 f. gagnés par un domestique de l’époque75. Dans le diocèse de Saint-Brieuc, plusieurs vicaires ne vivent « que du pain de l’aumône », en raison de la pauvreté ou de la mauvaise volonté des paroissiens76. Leur répartition se fait alors davantage en fonction des impératifs économiques que des besoins pastoraux, au grand regret de Jean-Marie de Lamennais.

65Le niveau de vie des plus défavorisés s’améliore progressivement. L’Empire garantit un traitement de 500 f. aux desservants et les plaintes des recteurs cessent. La Restauration prévoit pour les vicaires un traitement de 400 f. en 1816, de 500 f. en 1817 puis de 700 f. en 1830 pris en charge pour moitié par l’État, pour l’autre par la commune. Celui des recteurs est porté dans le même temps à 800 f. au minimum. Le traitement des curés de première classe demeurant stable, les revenus du clergé paroissial s’homogénéisent donc et la pauvreté des recteurs et des vicaires devient marginale.

  • 77 Levy-Leboyer, Maurice et Bourguignon, François, L’économie française au xixesiècle, analyse macro- (...)
  • 78 Le Bihan, Jean, Fonctionnaires intermédiaires..., op. cit.
  • 79 Nicolas, Gilbert, L’école normale primaire..., op. cit., p. 533-534.
  • 80 Charon-Bordas, Jeannine, Ouvriers et paysans au milieu du xixesiècle : l’enquête de 1848 sur le tr (...)

66La relative aisance matérielle du clergé se confirme au cours des décennies suivantes. À partir de 1859, le traitement des desservants passe à 900 f. au minimum, les septuagénaires recevant 1 200 f. Depuis 1872, les vicaires reçoivent 450 f. de l’État et une part équivalente des fabriques. Même si ces augmentations ne compensent pas l’augmentation du coût de la vie – il s’est accru d’environ 50 % entre 1820 et 188077 – le traitement d’un prêtre de paroisse garantit une certaine aisance. Il est certes inférieur à celui des fonctionnaires intermédiaires bretons, compris entre 3 000 et 6 000 f. à la fin du xixe siècle78, mais demeure supérieur au revenu de nombreux instituteurs, 44 % des normaliens bretons ne recevant que le minimum de 600 f. imposé par la loi79. Pour un fils de famille modeste, la cléricature est économiquement attractive, ce qui n’a pu qu’encourager les vocations dans lesmilieux populaires : en 1848, un ouvrier agricole d’Étables gagne en effet 75 centimes par jour – soit 235 f. par an à raison de six jours de travail par semaine – et un marin 1,10 f.80.

  • 81 AESB, correspondance par paroisse, dossier Bréhat, lettre du recteur de Bréhat, 30 juin 1848.
  • 82 Presbytère de Saint-Nicolas-du-Pélem, AP Lanrivain, document intitulé « part dans le petit casuel, (...)

67Outre le traitement garanti par l’État, s’ajoutent toujours les revenus annexes, variables d’une paroisse à l’autre. Au milieu du xixe siècle, le recteur de l’île Bréhat peut compter sur 600 f. de casuel par an tandis que celui des petites paroisses voisines dépasse à peine 200 f81. À Lanrivain, en vertu d’usages locaux âprement discutés, le vicaire a dans les années 1860 ses 750 francs de traitement et une quête de beurre qui lui rapporte 200 à 300 f. ; son recteur, à l’issue d’un partage du casuel et des oblations avec la fabrique, reçoit 250 à 300 f. et le produit de sa quête de blé82.

  • 83 AESB, 1 J 7, inspection des petits séminaires, 1847.
  • 84 AESB, 1 B 1, fonds de l’archiconfrérie Notre-Dame d’Espérance.

68Les revenus du clergé exerçant des fonctions non paroissiales s’améliorent également. Dans le diocèse de Saint-Brieuc, en 1847, les professeurs de petits séminaires ont un traitement qui va de 130 f. à 400 f., une somme certes faible, mais compensée par la pension complète dont ils jouissent83. À la fin des années 1880, ils reçoivent 600 f. Louis Collin (1848-1909), chapelain de Notre-Dame d’Espérance à Saint-Brieuc entre 1873 et 1895 reçoit 700 f. par an alors que sa pension est gratuite, blanchissage, chauffage et éclairage compris84. Au sommet de l’échelle des rémunérations, le traitement des chanoines atteint à la fin du Second Empire 1 600 f. contre 1 000 f. en 1802 et celui des vicaires généraux 2 000 f.

  • 85 AESB, cahier de paroisse de Ploubezre, p. 33.
  • 86 AEV, AP La Trinité-sur-Mer, lettre du préfet à l’évêque, 5 décembre 1865.

69Les revenus de l’ensemble du clergé seraient alors relativement satisfaisants, sans la présence de plusieurs dizaines de vicaires non-retribués. Les traitements étant attachés aux fonctions et non à la personne, plusieurs vicaires doivent se contenter des ressources octroyées par la paroisse. Dans les années 1890, leur nombre bondit d’une vingtaine dans chaque évêché à plus de 60 dans le diocèse de Saint-Brieuc et à plus de 80 dans celui de Vannes, en raison de la diminution des crédits alloués à la rétribution des vicariats. Quelques exemples permettent d’apprécier le niveau de vie de ces ecclésiastiques : en 1834 à Ploubezre, dans le Trégor, le second vicaire reçoit entre 250 et 300 f. de la fabrique et a l’autorisation de réaliser une quête de froment85 ; en 1865, la commune de la Trinité-sur-Mer, située sur le littoral morbihannais, verse 325 f. à Onésime Piacentini (né en 1840)86. Les vicaires non-rétribués par l’État ne sont pas sans ressources dans leur paroisse ; si c’était le cas, les évêques ne les y enverraient pas. Ils peuvent bénéficier en outre de la solidarité du clergé local ou de celle de leur famille, à l’instar de Mathurin May (1787-1861), nommé vicaire supplémentaire de Saint-Gilles Vieux-Marché, où son frère est recteur. Toutefois, ils forment la partie pauvre du clergé et n’ont pas d’indépendance financière. Cette fonction est d’ailleurs souvent confiée aux prêtres qui entrent dans la carrière, pour un temps limité.

70Ainsi, à l’exception des vicaires non rétribués, les ressources financières des prêtres sont relativement confortables dans la deuxième moitié du xixe siècle, oscillant entre 700 f. et 2 000 f. Les écarts de revenus se sont donc nettement réduits depuis la fin de l’Ancien Régime.

La prise en charge de la dépendance

  • 87 Le Mene, Joseph, Histoire du diocèse de Vannes, op. cit., t. II, p. 504.
  • 88 AEV, D 4, lettre de Mgr Bausset au recteur de Brandérion, 5 mai 1812.
  • 89 AESB, 1 D 2 b, circulaire de Mgr Le Groing de La Romagère, 20 septembre 1837.
  • 90 AN, F19 3022, dossier de La Villegirouard, lettre de Jean de La Villegirouard (1757-1839), 27 octo (...)

71L’homogénéité financière du clergé est par ailleurs renforcée par l’instauration précoce de mécanismes de solidarité. Dès 1812, le sixième du pro duit des bancs et des chaises est prélevé dans chaque église du diocèse de Vannes pour aider les ecclésiastiques dans le besoin87. Louis Esvan (17501814), ancien recteur de Brandérion, reçoit ainsi 600 f. pour vivre confortablement, retiré dans sa famille88. Dans l’évêché de Saint-Brieuc, il faut attendre 1837 pour qu’une caisse diocésaine fonctionnant par répartition soit mise en place89, peut-être en réaction à l’affaire « de La Ville girouard » (1757-1839), un curé inapte physiquement à remplir sa fonction, qui refusait de démissionner tant qu’une pension viagère de 750 f. ne lui serait pas garantie90.

  • 91 Boutry, Philippe, Prêtres et paroisses..., op. cit., p. 318.

72La solidarité se renforce encore dans les années 1850. Mgr de La Motte augmente les cotisations et les ressources de la caisse vannetaise afin de venir en aide aux prêtres qui n’auraient pas trente ans de services. Dans le diocèse de Saint-Brieuc, la caisse diocésaine est supplantée en 1859 par une caisse des retraites, aux bases plus larges. Il s’agit d’une forme d’assurance sociale qui nivelle les inégalités financières, l’adhésion annuelle d’un ecclésiastique oscillant, selon son rang, entre 10 et 50 f., et la pension de retraite variant entre 800 et 1 000 f. À l’inverse de la caisse de retraite fondée en 1854 dans le diocèse de Belley, le versement de la pension n’est pas lié à un nombre d’années de sacerdoce ou au montant cumulé de la somme versée91.

  • 92 AESB, 1 K 53, Association catholique en faveur des prêtres pauvres du diocèse de Saint-Brieuc.
  • 93 SRSB, 16 mars 1906, p. 178-181.

73Le dispositif de solidarité financière se renforce encore avec la création de l’Association catholique des prêtres pauvres du diocèse de Saint-Brieuc en 1902, à laquelle les laïcs comme les clercs peuvent cotiser. Son but est de venir en aide aux prêtres dans le besoin – notamment ceux dont le traitement a été suspendu – et de secourir les pauvres des paroisses délaissées par la suppression des congrégations religieuses92. L’Association des prêtres pauvres, qui cesse d’exister sous cette forme dès mars 190693, est une réponse directe à la politique gouvernementale.

  • 94 ADM, 1 V 67, dossier Alis.

74Cette solidarité diocésaine se double des aides accordées par les pouvoirs publics aux ecclésiastiques nécessiteux. Depuis la Restauration, un modeste budget est prévu pour venir en aide aux prêtres âgés et infirmes. Sous les régimes suivants, les ecclésiastiques nécessiteux peuvent encore en bénéficier ; Appolinaire Hillion (1800-1842) reçoit ainsi 150 f. de 1839 à 1842. L’intervention de l’État s’étend à un nombre de prêtres plus important à partir de 1852, quand Napoléon III dote une caisse de secours destinée à venir en aide aux clercs infirmes. Les sommes versées demeurent modestes – Joachim Alis (1785-1859) reçoit par exemple une pension de retraite de 200 f. à partir de 185994 – mais cette caisse apporte néanmoins une aide non négligeable pour les plus démunis.

75Même si une véritable étude de la prise en charge de la dépendance des prêtres reste à établir, il semble que la situation matérielle des prêtres âgés ou infirmes s’améliore progressivement au cours du xixe siècle. Les plus pauvres ne sont plus livrés à la seule générosité de leur entourage, ce qui contribue encore à réduire les écarts de niveaux de vie dans le clergé concordataire. L’absence de pauvreté ecclésiastique se vérifie dans les états de patrimoine, qui témoignent souvent d’une relative aisance.

Patrimoines de prêtres

76Dans un contexte où l’idéal du bon prêtre vante une vie sobre et l’aumône, les patrimoines peuvent mal refléter l’importance des revenus. Mais, pendant la période concordataire, le confort matériel est aussi le signe de la réussite sociale, y compris dans le clergé, et n’est pas négligé par les ecclésiastiques. Les inventaires après décès ou les états de succession sont donc précieux pour savoir si un prêtre a dû se contenter du minimum vital dans son existence ou s’il a vécu confortablement. Ils offrent en outre un témoignage éclairant sur l’économie domestique du clergé concordataire.

  • 95 ADM, Q 2935, table des inventaires après décès.
  • 96 ADM, 6 E 4657, archives du notaire Goujeon, 14 mai 1812. Voir l’annexe 89 a.

77La faiblesse de quelques patrimoines au début du xixe siècle révèle les difficultés matérielles que rencontrent certains prêtres du bas-clergé au début de la période concordataire. Parmi les six ecclésiastiques du diocèse de Vannes morts dans les années 1810 dont l’état de fortune a été retrouvé95, quatre ont un patrimoine estimé à moins de 1 000cf. Jean Claudic (1751-1811), qui n’occupe que des vicariats au xixe siècle, ne laisse que 297,5 f. de biens96, la valeur de ses meubles représentant la moitié de l’ensemble. Les biens de François Guillaume (1775-1818), ordonné en 1805, vicaire jusqu’en 1812 puis desservant de Locmaria-Grand-Champ pendant six ans, s’élèvent quant à eux à 742 f. Une carrière paroissiale typique au début du xixe siècle semble être un rempart contre l’indigence mais ne permet guère de vivre dans l’aisance.

  • 97 Robert-Debeugny, Guislaine, La fortune des prêtres dans huit cantons du Calvados de 1840 à 1880, m (...)
  • 98 ASM, 6 E 19106, archives du notaire Cougoulat, inventaire après décès de Louis Esvan, 1814.
  • 99 AN F19 944, lettre du Mathurin Séveno ou ministre des Cultes, 31 juillet 1810, citée par Langlois, (...)

78Les prêtres dont l’avoir dépasse 1 000 f. – ce qui les fait appartenir à la catégorie des « petites fortunes » selon la classification établie par Guislaine Robert-Debeugny97 – ont joui d’un confort matériel plus satisfaisant. Ainsi Louis Esvan (1750-1814) un ancien recteur de Brandérion qui desservait le prieuré de Plœmeur avant la Révolution et bénéficiait d’une pension de 600 f. depuis 1812, termine sa vie dans deux pièces confortablement meublées et dispose de biens d’une valeur de 1 206,75 f.98. Sa bibliothèque composée de « vingt volumes très vieux et en partie déchirés » montre qu’à l’image de la plupart des prêtres de cette époque, il n’est ni un érudit, ni un prêtre féru de théologie ou de toute autre science ecclésiastique. Son seul luxe est la possession de six couverts d’argent et d’une grande cuillère ronde, estimés 231,25 f. Mathurin Séveno (1747-1817), curé de Grand-Champ possède à sa mort un patrimoine légèrement supérieur, évalué à 1 660 f., qui inclut une bibliothèque de 150 volumes. Il jouit d’un certain confort (il possède en 1810 un cheval et a deux personnes à son service99) mais ne vit pas dans l’opulence.

  • 100 Queniart, Jean, « La culture des prêtres de campagne bretons au xviiie siècle », in Froesch-Lechop (...)
  • 101 ADCA, 3 E 63/16, inventaire après décès de Jean-Jacques Le Fort, 29 janvier 1820.
  • 102 ADM, 6 E 4459, inventaire après décès de Julien Huby, 22 janvier 1818.
  • 103 Moisan, André, « Le destin singulier d’un prêtre vannetais... », op. cit., p.162.

79Les fortes inégalités observées dans les patrimoines du clergé breton d’Ancien Régime100 se retrouvent au début du xixe siècle. Jean-Jacques Le Fort (1753-1820), recteur de La Harmoye, est toutefois lui aussi à l’abri de besoin : au moment de sa mort survenue fin janvier, il possède cinq tas de diverses céréales estimés 102 f., 223 litres de vin et 391 de cidre qui valent respectivement 50 et 21 f. Le notaire chargé de faire l’inventaire estime sa fortune à 2983 f. dont 1933 f. en numéraire101. La fortune de Julien Huby(1737-1818), un ancien aumônier de l’hôpital de Belle-Île émigré en Espagne qui semble n’occuper aucune fonction rétribuée sous le régime concordataire, se monte à 12 146,90 f.102. Cas extrême sans doute, le patrimoine de l’influent Jean-Mathurin Le Gal (1746-1831) dépasse les 60 000 f., somme qu’il lègue au grand séminaire de Vannes à sa mort103. Il résulte de l’héritage familial – l’abbé Le Gal est le fils d’un marchand tanneur de Roche fort, une ville située au sud-est du diocèse de Vannes – et de l’exercice de fonctions lucratives de part et d’autre de la Révolution. Au début de la période concordataire, l’accès aux plus hautes fonctions et l’aisance financière demeurent liés.

  • 104 ADCA, 3 Q 1228.
  • 105 ADCA, 3 Q 5086.

80Dans le premier tiers du xixe siècle, les écarts de patrimoine varient ainsi au moins de 1 à 200 dans le diocèse de Vannes. Ils sont également considérables à la même époque dans l’évêché de Saint-Brieuc. Jacques Bucaille (1797-1839), après cinq ans de vicariat et treize ans de rectorat dans le pays gallo, échappe à la pauvreté mais son maigre patrimoine se limite à 520 f.104. Ambroise Nais (1755-1837), curé de la cathédrale pendant 26 ans laisse pour sa part un patrimoine d’au moins 21 400 f.105, ce qui fait de lui un bourgeois.

  • 106 ADCA, 3 Q 5648.
  • 107 ADCA, 3 E 63/53, inventaire après décès de Noël May, 7 février 1866.

81Dans la seconde moitié du xixe siècle, le niveau de vie moyen des recteurs semble s’être élevé. René Jouan (1801-1857), à l’issue d’une carrière paroissiale rurale banale, possède 3 035,70 f. de biens immobiliers106. L’actif de Noël May (1791-1865), qui a été recteur de petites paroisses rurales du diocèse de Saint-Brieuc pendant trente ans, se monte à 2 234 f107. Sans vivre comme un bourgeois, ce desservant pouvait avoir le train de vie d’un petit notable de campagne. Il ne possède pas d’objet de luxe mais l’équipement de la cuisine, le mobilier des pièces, l’épaisseur des piles de linge – 111 serviettes, 61 draps, 38 nappes, 41 chemises ! – et les réserves de bois et de cidre montrent qu’il est dans l’aisance. Surtout, il possède une bibliothèque de près de 500 volumes qui témoigne de la diffusion du livre dans le clergé rural. Désormais, le prêtre savant ou érudit peut se rencontrer ailleurs que dans l’élite diocésaine.

  • 108 Le Mezec, Jeanne, L’histoire de Pléguien, Pléguien, Association culturelle de Pléguien, 1991, p. 2 (...)

82Donations et testaments forment également le miroir du confort matériel et des préoccupations des ecclésiastiques. Le recteur de Pléguien, dans le diocèse de Saint-Brieuc, François Derrien (1802-1868), verse ainsi 3 000 f. en 1868 pour les pauvres de sa paroisse108. Jean-Hilaire Collet (1813-1872), desservant de la paroisse rurale d’Augan dans le diocèse de Vannes, prévoit dans son testament la répartition de 3 300 f. et donne sa ferme, estimée à 24 000 f., pour moitié aux œuvres diocésaines et à la caisse de solidarité, pour l’autre aux fabriques des paroisses où il est passé. L’augmentation des traitements permet l’avènement du prêtre charitable et donne au clergé le moyen de mener ses combats idéologiques, notamment sur le plan scolaire.

  • 109 Robert-Debeugny, Guislaine, La fortune des prêtres..., op. cit.
  • 110 Nicolas, Gilbert, L’instituteur, le système scolaire..., op. cit., p. 140.
  • 111 Le Bihan, Jean, Fonctionnaires intermédiaires au xixesiècle..., op. cit., p. 182.

83Les exemples de patrimoines trouvés au hasard des archives semblent montrer que la plupart des prêtres de la deuxième moitié du xixe siècle, à l’instar de leurs confrères du Calvados109, ont un avoir supérieur à 1 000 f. Alors que certains instituteurs bretons, qui ont charge de famille, meurent désargentés au début de la IIIe République110, les prêtres des diocèses de Saint-Brieuc ou de Vannes semblent vivre confortablement dans la seconde moitié du xixe siècle. Les fils de paysans qui deviennent clercs accèdent ainsi à une certaine aisance et peuvent vivre en petit notable. Leur niveau de vie est toutefois très éloigné de celui des fonctionnaires intermédiaires d’Ille-et-Vilaine, dont la moyenne des déclarations de succession s’élève à 41 480 f111.

  • 112 AESB, 1 B 1, extrait des déclarations des mutations par décès, bureau de Saint-Brieuc, 1er août 18 (...)

84Quelques patrimoines ecclésiastiques atteignent néanmoins cette somme. Les avoirs des ecclésiastiques, qui dépendent en partie des fortunes familiales, sont beaucoup moins homogènes que les revenus. La succession de Paul Prud’homme (1810-1882), chanoine du diocèse de Saint-Brieuc et directeur de l’archiconfrérie Notre-Dame d’Espérance, dépasse ainsi 40 000 f.112. L’inventaire de ses biens montre qu’il possède à sa mort des objets mobiliers d’une valeur supérieure à 6 000 f., de nombreuses rentes et un portefeuille d’actions de la compagnie Dalmar et de la compagnie des chemins de fer de l’Ouest, qui vaut plus de 5 000 f. Paul Prud’homme possède donc un capital culturel, économique et social qui garantit sa capacité à se faire accepter par les notables.

  • 113 AESB, cahier de paroisse de Trégon, p. 20-21.

85Dans la deuxième partie du xixe siècle, l’aisance financière ne suffit cependant pas à faire une belle carrière. La promotion d’un prêtre dépend aussi de son talent, de ses réseaux et de ses ambitions. Thomas Rollier (1800-1879), malgré ses 60 000 f. de patrimoine à la fin de sa vie113, ne dessert que les petites paroisses de Trégon et Trigavou. L’utilisation de sa fortune provoque même quelques critiques. Dans le cahier de paroisses de Trégon, son successeur l’accuse ainsi ouvertement de ne pas avoir su faire profiter le diocèse de son argent. Les ressources financières ne sont un atout pour faire carrière que si elles se doublent d’un capital culturel propice à l’insertion dans la bourgeoisie urbaine ou de talents particuliers.

86Les exemples précédents montrent que les fortunes ecclésiastiques de la deuxième moitié du xixe siècle proviennent davantage des héritages familiaux que des revenus ecclésiastiques. Le sacerdoce ne permet pas d’accumuler de gros patrimoines. Mais depuis l’amélioration des traitements et des mécanismes de solidarité, surtout observée pendant la Restauration et le Second Empire, il offre à la plupart des ecclésiastiques la possibilité de vivre comme des petits notables. L’exploitation à plus grande échelle de la série 3 Q, croisée avec les carrières ecclésiastiques, permettrait encore probablement d’affiner ces conclusions.

Le logement

87L’amélioration du logement des prêtres est une autre facette du progrès de la vie matérielle du clergé pendant la période concordataire. De nou veau, les années 1820-1830 constituent un tournant. Tandis que la quête d’un logement décent caractérise les premières décennies du xixe siècle, la volonté d’affirmer la grandeur du sacerdoce marque le reste de la période concordataire.

  • 114 Langlois, Claude, Le diocèse de Vannes..., op. cit., p. 358.
  • 115 La Mennais, Jean-Marie de, Correspondance générale..., op. cit., tome 1, p. 434 et ADCA, V 15, rap (...)

88Au début de l’année 1809, 20 % des paroisses vannetaises (45 sur 221) ne disposent pas de presbytère. D’après une enquête épiscopale réalisée cette année-là et à laquelle répond environ le tiers du clergé, seuls 41 % des prêtres sont satisfaits de leur logement, 34 % en étant mécontents et 25 % étant contraints de louer une maison114. La situation est similaire dans le diocèse de Saint-Brieuc où, en 1816, le préfet estime que 50 à 60 paroisses, soit 15 à 17 % des paroisses de l’évêché, n’ont pas de presbytère, un chiffre confirmé par Jean-Marie de Lamennais115.

  • 116 AESB, 2 CD 3, lettre de Jean-Marie de Lamennais à la fabrique de La Motte, octobre 1814.
  • 117 AESB, cahier de paroisse du Loscouët, p. 53-54.

89D’une paroisse à l’autre, la qualité de l’hébergement proposé aux prêtres est très diverse. En 1814, l’administration diocésaine briochine s’indigne de l’indifférence de la plupart des habitants de La Motte devant le délabrement du presbytère, « inhabitable » depuis deux ans au moins116. À l’inverse, à Loscouët, les paroissiens se sont mobilisés pour que leur recteur soit confortablement logé. Le presbytère, issu d’une donation en 1806, est doté d’une écurie en 1815, d’une boulangerie et d’un four en 1816, d’un pressoir en 1817 et d’un puits en 1819117.

  • 118 La Mennais, Jean-Marie de, Correspondance générale..., op. cit., tome 2, p. 94.
  • 119 AEV, D 4/6, registre du conseil épiscopal, juin 1823.
  • 120 ADM, 1 V 217, états de réparation des secours accordés pour la réparation et la construction des é (...)

90L’amélioration des presbytères paraît connaître un tournant important dans le diocèse de Saint-Brieuc sous l’impulsion de Jean-Marie de Lamennais. Le vicaire capitulaire utilise les difficultés conjoncturelles à son avantage en plaçant prioritairement les rares prêtres disponibles là où ils sont bien accueillis ; il menace par ailleurs le maire de Belle-Isle-en-Terre de demander le transfert de la cure dans la paroisse voisine, étant donné l’indignité du logement proposé au curé118. L’administration diocésaine vannetaise utilise également les nominations comme moyen de pression. Joseph Le Levé (1788-1852), qui écrit à son évêque pour l’avertir qu’on ne peut lui fournir de logement convenable au Hézo119, où il a été promu recteur en 1823, est aussitôt placé à Gestel, à plusieurs dizaines de kilomètres de là. Le Hézo est alors probablement desservie par le vicaire d’une paroisse voisine, aucun prêtre ne semblant y résider jusqu’en 1826. Ses 300 paroissiens entreprennent alors la construction d’un presbytère d’une valeur d’au moins 6 000 f., financée par la vente de biens communaux120.

  • 121 ADM, 1 V 220, état des communes dépourvues de presbytère.
  • 122 ADM, 1 V 217.
  • 123 ADM, 1 V 218.

91Sous la Restauration, les pouvoirs publics relayent l’action épiscopale. En 1816, l’administration préfectorale morbihannaise établit une liste de 42 communes dépourvues de presbytères en précisant les pistes d’acquisition potentielles121. En 1828-1829, quatorze paroisses sont aidées financièrement par l’État pour améliorer la qualité du logement réservé au prêtre ou en bâtir un neuf122 ; en 1831, elles sont au nombre de dix123. Les pressions diverses semblent couronnées de succès.

  • 124 AESB, cahier de paroisse de Trézélan, p. 25.

92La situation s’améliore aussi dans le diocèse de Saint-Brieuc. La frairie de Trézélan, par exemple, construit pour son vicaire un presbytère en 1837. Vingt-trois foyers se regroupent, achètent un terrain, désignent sept représentants qui passent les marchés, organisent une souscription qui rapporte 2 000 f., donnent des matériaux et font eux-mêmes les charrois pour mener le projet à son terme124. La frairie marque ainsi son autonomie par rapport à la paroisse de Bégard et remplit une condition nécessaire à son érection en succursale, obtenue en 1849. Il faut donc attendre la fin de la Restauration pour que la quasi totalité des ecclésiastiques briochins et vannetais soient hébergés dans des presbytères qui ne menacent pas ruine.

  • 125 AESB, 5 CD 2, registre du conseil épiscopal, séance du 16 avril 1853.

93Si la qualité des logements des prêtres s’est en moyenne considérablement améliorée pendant le premier tiers de la période concordataire, tous les ecclésiastiques ne vivent pas pour autant dans le confort. Renouant avec la stratégie de Lamennais, l’évêque de Saint-Brieuc décide ainsi en 1853 de laisser sans prêtre Saint-Ygeaux, une nouvelle paroisse de Basse-Bretagne peu soucieuse de son clergé. Persuadé que l’état sanitaire déplorable du vieux presbytère a précipité la mort des deux derniers recteurs, il annonce que l’envoi du prochain pasteur est lié à la « résipiscence » des paroissiens qui n’ont pas honoré leur promesse de construire un nouveau logement125.

  • 126 ADCA, V 1489, lettre du préfet des Côtes-du-Nord au sous-préfet de Guingamp, 14 août 1858.

94Progressivement, l’image du presbytère change. De simple logement de fonction, il devient le symbole de la place que la communauté accorde au clergé. À cet égard, il doit marquer le paysage paroissial et donc se situer dans le bourg, près de l’église. C’est ce qui motive le clergé de Landébaëron, dans les années 1850, à venir s’installer dans le bourg, dans une maison échangée contre l’ancienne demeure, jugée par l’évêque de Saint-Brieuc trop éloignée de l’église126. L’amélioration du logement accroît en outre l’encadrement du clergé car l’édification de grands presbytères permet d’héberger l’ensemble des prêtres de la paroisse, conformément à l’exigence des statuts synodaux briochins de 1852.

  • 127 ADM, 1 V 221, état des presbytères en 1808.
  • 128 ADM, 1 V 220, communes dépourvues de presbytères en 1816.
  • 129 AP Saint-Michel à Saint-Brieuc, cahier de paroisse, paragraphe relatif au presbytère.
  • 130 ADCA, V 2252.

95Les nouveaux presbytères deviennent à la fois des espaces de production et des édifices destinés à marquer l’honneur du sacerdoce. Les jardins se sont en effet considérablement développés depuis le début de la période concordataire. Dans les premières décennies du siècle, plusieurs presbytères n’en possèdent pas. C’est le cas par exemple dans le diocèse de Vannes à Belle-Île en 1808, où le jardin du presbytère a été vendu pendant la Révolution127, à Auray jusqu’au milieu des années 1810 ou à Lignol en 1816128. En revanche, aucun cas de presbytère sans jardin n’a été rencontré dans la deuxième partie du xixe siècle. Celui de la paroisse Saint-Michel à Saint-Brieuc, bâti dans un milieu urbain en 1833, permet par exemple à son curé d’avoir plusieurs dizaines d’arbres fruitiers129. À Plessala, la parcelle du nouveau presbytère construit à la fin des années 1860 a une surface plus de cinq fois supérieure à celle de l’ancien130. La présence de grands jardins cultivés contribue aussi à améliorer la vie matérielle du clergé.

96Les presbytères de la seconde moitié du xixe siècle se caractérisent par ailleurs par leur aspect relativement imposant. Ils témoignent de la transformation progressive du prêtre de paroisse en un notable. Dans le diocèse de Saint-Brieuc, la petite paroisse de Lescouët-Gouarec, qui compte 800 habitants, construit pour ses deux prêtres un presbytère qui comporte un rez-de-chaussée et un étage surmonté d’un grenier (voir l’annexe n° 12). Sa hauteur le distingue des autres maisons et en fait un élément incontournable du paysage paroissial. La distribution des pièces permet d’imaginer le quotidien des prêtres. La vie collective se passe au rez-de-chaussée, où sont situés le salon et la cuisine. L’étage est divisé en deux chambres, deux cabinets et, signe de l’importance nouvelle de l’étude et de l’érudition, d’un cabinet de travail.

  • 131 ADM, 30 J 34/6.
  • 132 Nicolas, Gilbert, « Les instituteurs et la maison d’école dans l’Ouest au xixe siècle. Des réalisa (...)

97Dans le diocèse de Vannes, le presbytère de Carnac, succursale située sur le littoral atlantique, résume les évolutions des presbytères au cours du xixe siècle (cf. l’annexe n°13)131. Le modeste presbytère est remplacé en 1878 par un édifice monumental, doté de deux ailes. Terrasse, parterres, tonnelles, écurie, prairie, jardin, verger : le jardin ornemental cohabite avec l’espace de production. Par sa mobilisation financière et humaine, la paroisse affirme son identité collective catholique et son soutien au clergé. Dans la seconde moitié du xixe siècle, le confort et le prestige des presbytères, supérieurs à ceux des logements d’instituteurs132, renforce encore l’attrait de l’état ecclésiastique.

98Les ruptures chronologiques perçues dans l’évolution des revenus, des patrimoines et des presbytères se superposent donc. L’augmentation des traitements, les rénovations des presbytères et les agrandissements de jardins permettent à la plupart des recteurs de paroisse d’avoir le train de vie d’un notable rural dans la seconde moitié du xixe siècle. Pour certains fils de paysans, la cléricature, qui permet d’étudier ou de voyager et qui garantit une vie matérielle relativement confortable, représente donc une ascension sociale remarquable, ce qui explique en partie l’importance du recrutement sacerdotal. Mais l’origine citadine, et surtout bourgeoise, facilite l’insertion dans des réseaux de sociabilité et augmente la probabilité de cumuler des fonctions urbaines prestigieuses.

Notes

1 Boutry, Philippe, Prêtres et paroisses..., op. cit.

2 Langlois, Claude, Le diocèse de Vannes..., op. cit., et Lagree, Michel, Religion et cultures..., op. cit.

3 Launay, Marcel, Le bon prêtre..., op. cit., p. 140 et Lemaitre, Nicole (dir.), Histoire des curés, Paris, Fayard, 2002, 523 p.

4 AESB, correspondance des paroisses, dossier Plouézec, lettre de Michel Lenfant à Manoir, vicaire général, 30 septembre 1817.

5 AEV, AP Ploubezre, cahier de paroisse p. 24-29. Ces données sont reprises par Kermoal, Christian, Les notables du Trégor. Éveil à la culture politique et évolution dans les paroisses rurales (1770-1850), Rennes, PUR, 2002, p. 359.

6 Perouas, Louis, Gabriel Deshayes. Un grand pionnier de la restauration catholique dans l’Ouest de la France (1767-1841), Paris, Éditions Don Bosco, 2003, 173 p.

7 Person, Abbé, L’abbé Guy Homery..., op. cit., et Anonyme, Origines de la congrégation des Religieuses de Sainte Marie de la Présentation, Librairie Lecomte, Broons, 1908.

8 AESB, fonds Notre-Dame d’Espérance ; Prud’homme, Ludovic, La famille Prud’homme à Saint-Brieuc. Trois siècles de souvenirs intimes, 1620-1912, Imprimerie Prud’homme, Saint-Brieuc, 1912 ; Rault-Maisonneuve, Guillemette, « Prud’homme », in Lagree, Michel (dir.), La Bretagne..., op. cit., p. 350-351.

9 Bouflet, Joachim et Boutry, Philippe, Un signe dans le ciel, les apparitions de la Vierge, Paris, Grasset, 1997, 475 p.

10 ADM, 4 M 201.

11 Cholvy, Gérard, Histoire des organisations et mouvements chrétiens de jeunesse en France (XIXe-XXe siècles), Paris, Cerf, 1999, 419 p.

12 Anonyme, L’abbé Adolphe Chareton..., op. cit.

13 Geslin, Claude, Le syndicalisme ouvrier en Bretagne jusqu’à la Première Guerre mondiale, Saint Hippolyte-du-Fort, Espace-Écrits, 1990, p. 786-793.

14 Dobet, François, Le « collège » de Guingamp et l’institution Notre-Dame, Saint-Brieuc, Les Presses bretonnes, 1950, p. 191-196.

15 Lemaitre, Nicole, « Abbés et abbesses de l’école moderne. Approches nouvelles de la prosopographie », Sacralités, culture et dévotion, Marseille, La Thune, 2005, p. 25-47.

16 Le Mene, Joseph, « Le chapitre de la cathédrale de Vannes », BSPM, 1900, p. 253.

17 AESB, 2 CH 1, Statuts du chapitre.

18 Annuaire administratif du Morbihan.

19 Marsille, Henri, « Chauffier Louis », in Lagree, Michel (dir.), La Bretagne..., op. cit., p. 82-83.

20 AN, F19 2847, lettre du préfet des Côtes-du-Nord au ministre, 24 janvier 1853.

21 Bouchon, Chantal, Brisac, Catherine, Chaline, Nadine-Josette, Leniaud, Jean-Michel, Ces églises du xixe siècle, Amiens, Encrage édition, 1993, 270 p.

22 Voir par exemple Kerouanton, Jean-Louis, L’investissement religieux et architecture en Maine-et-Loire, 1840-1940 ; les églises paroissiales, thèse de doctorat, Rennes II, 1998, 3 vol.

23 Couffon, René, Répertoire des églises et des chapelles du diocèse de Saint-Brieuc et de Tréguier, Saint-Brieuc, Les Presses bretonnes, 1939-1941, 728 p. ; Saint-Jouan, Régis (de), Dictionnaire des communes, département des Côtes-d’Armor, Saint-Brieuc, Conseil général, 1990, 837 p.

24 Duhem, Gustave, Les églises de France. Morbihan, Paris, librairie Letouzey et Ané, 1932, 227 p. ; Le Mene, Joseph-Marie, Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes, Vannes, Galles, 1891, 2 vol.

25 Boutry, Philippe, « Les mutations du paysage paroissial. Reconstructions d’églises et translations de cimetières dans les campagnes de l’Ain au xixe siècle », Ethnologie française, 1985, t. XV/1, p. 13.

26 ADCA, V 2172, lettre de Félix Padel au préfet des Côtes-du-Nord, 20 juillet 1905.

27 AESB, correspondances (Plouha), lettre du vicaire général au curé de Plouha, 23 octobre 1850.

28 AESB, correspondances (Plouha), lettre du vicaire général au curé de Plouha, 25 novembre 1850.

29 AESB, cahier de paroisse de Trégon, p. 128.

30 SRV, 8 octobre 1904, p. 810.

31 AESB, 5 CD 2, registre des séances du conseil épiscopal, 23 février 1859.

32 SRV, 5 novembre 1868, p. 683.

33 AESB, 5 CD 2, registre des séances du conseil épiscopal, 1853.

34 SRV, 5 décembre 1878, p. 775.

35 SRV, 22 février 1894, p. 119.

36 Carbonell, Charles-Olivier. Histoire et historiens : une mutation idéologique des historiens français, 1865-1885, Toulouse, Privat, 1976, 605 p.

37 Guiomar, Jean-Yves, Le Bretonisme. Les historiens bretons au xixe siècle, Mayenne, Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1987, 443 p., et Milbach, Sylvain, Prêtres historiens et pèlerinages du diocèse de Dijon (1860-1914), Dijon, Éditions de l’Université de Dijon, 2000, 676 p.

38 Laplanche, François (dir.), Les sciences religieuses, Paris, Beauchesne, 1996, 678 p.

39 AEV, Z 4, p. 306.

40 Laplanche, François, « Maupied, François », in Laplanche, François (dir.), Les sciences religieuses..., op. cit., p. 464.

41 ADCA, 4 T 6, liste des membres de la Société archéologique et historique des Côtes-du-Nord.

42 Moisan, André, « Un érudit vannetais, le chanoine Joseph-Marie Le Mené (1831-1923), BSPM, 1997, p. 195-218.

43 Le Mene, Joseph-Marie, Histoire du diocèse de Vannes, Vannes, Lafolye, 1888-1889, 2 vol., Histoire des paroisses du diocèse de Vannes, Vannes, Galles, 1891 et 1896, 2 vol., Évêché, chapitre, séminaire et collégiales du diocèse de Vannes, Vannes, Galles, 1901, 305 p. et Abbayes et prieurés du diocèse de Vannes, Vannes, Galles, 1902, 465 p.

44 AN, F19 3056, dossier Piéderrière, lettre du préfet du Morbihan au ministre des Cultes, 13 juin 1868.

45 Brunel, Christian, « Hingant, Jean », in Lagree, Michel (dir.), La Bretagne..., op. cit., p. 194-195.

46 Brunel, Christian, « Le public de Feiz ha Breiz », Bretagne et religion, Rennes, Institut Culturel de Bretagne, 1990, p. 99-116 et Lagree, Michel, Religion et cultures..., op. cit.

47 Chaline, Jean-Pierre, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France, xixe-xxe siècles, Paris, Éditions du CTHS, 1998, 479 p.

48 Person, Abbé, L’abbé Guy Homery..., op. cit., p. 76.

49 Laveille, R.P., Jean-Marie de la Mennais..., op. cit., p. 277.

50 Foucault, Pierre, Aspects de la vie chrétienne..., op. cit., p. 332.

51 Morin, Guillaume, Notice sur Monsieur Louis Moisan, Saint-Brieuc, Imprimerie Prud’homme, 1897, p. 27.

52 AESB, 5 CD 2, séance du 2 février 1863.

53 AESB, AP Loscouët, cahier de paroisse du Loscouët, p. 55.

54 AEV, Z 4, Mémoires de Guillevic.

55 En breton.

56 SRV, 21 février 1903, p. 147.

57 SRV, 15 octobre 1904, p. 829.

58 AESB, 4 H 24.

59 ADM, K 767, Martin, Étienne, La vie et les œuvres de M. le chanoine Le Mené, conférence faite à la Société polymathique du Morbihan, le 6 mai 1924, 19 p.

60 Ibid., p. 147-180.

61 AEV, Z 4, Mémoires de Guillevic, p. 270.

62 Corbin, Alain, L’avènement des loisirs, Paris, Aubier, 1995, 470 p.

63 Pierrard, Pierre, La vie quotidienne..., op. cit.

64 Voir par exemple Boutry, Philippe, Prêtres et paroisses..., op. cit., p. 327-343.

65 Cholvy, Gérard et Hilaire, Yves-Marie (dir.), Histoire religieuse de la France, 1800-1880, Privat, Toulouse, 2000, p. 257.

66 La part de l’État ne représente que la moitié environ du traitement des vicaires, l’autre moitié étant à la charge de la commune ou de la fabrique.

67 Cariou, Augustin, La restauration religieuse du diocèse de Vannes au lendemain du Concordat de 1802 (1802-1814), thèse de droit canonique, Institut Catholique de Paris, 1946, p. 152.

68 AN F7 8065 et AEV D 4, lettre au recteur de Molac, 30 juillet 1806.

69 Idem.

70 Dupuy, Roger, De la Révolution à la Chouannerie..., op. cit.

71 AESB, cahier de paroisse de Trégon, p. 6.

72 Gilles, Paul, La mémoire de Bohal, chez l’auteur, 1993, p. 91.

73 Langlois, Claude, Le diocèse de Vannes..., op. cit., p. 171.

74 Ibid., p. 355.

75 Ibid., p. 100.

76 La Mennais, Jean-Marie de, Correspondance générale..., op. cit., tome 1, p. 228.

77 Levy-Leboyer, Maurice et Bourguignon, François, L’économie française au xixe siècle, analyse macro-économique, Paris, Économica, 1985, p. 333-337.

78 Le Bihan, Jean, Fonctionnaires intermédiaires..., op. cit.

79 Nicolas, Gilbert, L’école normale primaire..., op. cit., p. 533-534.

80 Charon-Bordas, Jeannine, Ouvriers et paysans au milieu du xixe siècle : l’enquête de 1848 sur le travail, Paris, Publisud, 1994, 513 p.

81 AESB, correspondance par paroisse, dossier Bréhat, lettre du recteur de Bréhat, 30 juin 1848.

82 Presbytère de Saint-Nicolas-du-Pélem, AP Lanrivain, document intitulé « part dans le petit casuel, d’après l’usage », 1856.

83 AESB, 1 J 7, inspection des petits séminaires, 1847.

84 AESB, 1 B 1, fonds de l’archiconfrérie Notre-Dame d’Espérance.

85 AESB, cahier de paroisse de Ploubezre, p. 33.

86 AEV, AP La Trinité-sur-Mer, lettre du préfet à l’évêque, 5 décembre 1865.

87 Le Mene, Joseph, Histoire du diocèse de Vannes, op. cit., t. II, p. 504.

88 AEV, D 4, lettre de Mgr Bausset au recteur de Brandérion, 5 mai 1812.

89 AESB, 1 D 2 b, circulaire de Mgr Le Groing de La Romagère, 20 septembre 1837.

90 AN, F19 3022, dossier de La Villegirouard, lettre de Jean de La Villegirouard (1757-1839), 27 octobre 1837. Le destinataire est probablement l’administration épiscopale briochine.

91 Boutry, Philippe, Prêtres et paroisses..., op. cit., p. 318.

92 AESB, 1 K 53, Association catholique en faveur des prêtres pauvres du diocèse de Saint-Brieuc.

93 SRSB, 16 mars 1906, p. 178-181.

94 ADM, 1 V 67, dossier Alis.

95 ADM, Q 2935, table des inventaires après décès.

96 ADM, 6 E 4657, archives du notaire Goujeon, 14 mai 1812. Voir l’annexe 89 a.

97 Robert-Debeugny, Guislaine, La fortune des prêtres dans huit cantons du Calvados de 1840 à 1880, maîtrise d’histoire, université de Caen, 1872, p. 31.

98 ASM, 6 E 19106, archives du notaire Cougoulat, inventaire après décès de Louis Esvan, 1814.

99 AN F19 944, lettre du Mathurin Séveno ou ministre des Cultes, 31 juillet 1810, citée par Langlois, Claude, Le diocèse de Vannes..., op. cit., p. 354.

100 Queniart, Jean, « La culture des prêtres de campagne bretons au xviiie siècle », in Froesch-Lechopard, Marie-Hélène (dir.), Sacralités, culture et dévotion, Marseille, La Thune, 2005, p. 257-266.

101 ADCA, 3 E 63/16, inventaire après décès de Jean-Jacques Le Fort, 29 janvier 1820.

102 ADM, 6 E 4459, inventaire après décès de Julien Huby, 22 janvier 1818.

103 Moisan, André, « Le destin singulier d’un prêtre vannetais... », op. cit., p.162.

104 ADCA, 3 Q 1228.

105 ADCA, 3 Q 5086.

106 ADCA, 3 Q 5648.

107 ADCA, 3 E 63/53, inventaire après décès de Noël May, 7 février 1866.

108 Le Mezec, Jeanne, L’histoire de Pléguien, Pléguien, Association culturelle de Pléguien, 1991, p. 232-233.

109 Robert-Debeugny, Guislaine, La fortune des prêtres..., op. cit.

110 Nicolas, Gilbert, L’instituteur, le système scolaire..., op. cit., p. 140.

111 Le Bihan, Jean, Fonctionnaires intermédiaires au xixe siècle..., op. cit., p. 182.

112 AESB, 1 B 1, extrait des déclarations des mutations par décès, bureau de Saint-Brieuc, 1er août 1882.

113 AESB, cahier de paroisse de Trégon, p. 20-21.

114 Langlois, Claude, Le diocèse de Vannes..., op. cit., p. 358.

115 La Mennais, Jean-Marie de, Correspondance générale..., op. cit., tome 1, p. 434 et ADCA, V 15, rapport du préfet des Côtes-du-Nord, 6 août 1816.

116 AESB, 2 CD 3, lettre de Jean-Marie de Lamennais à la fabrique de La Motte, octobre 1814.

117 AESB, cahier de paroisse du Loscouët, p. 53-54.

118 La Mennais, Jean-Marie de, Correspondance générale..., op. cit., tome 2, p. 94.

119 AEV, D 4/6, registre du conseil épiscopal, juin 1823.

120 ADM, 1 V 217, états de réparation des secours accordés pour la réparation et la construction des églises et des presbytères, 1828-1829.

121 ADM, 1 V 220, état des communes dépourvues de presbytère.

122 ADM, 1 V 217.

123 ADM, 1 V 218.

124 AESB, cahier de paroisse de Trézélan, p. 25.

125 AESB, 5 CD 2, registre du conseil épiscopal, séance du 16 avril 1853.

126 ADCA, V 1489, lettre du préfet des Côtes-du-Nord au sous-préfet de Guingamp, 14 août 1858.

127 ADM, 1 V 221, état des presbytères en 1808.

128 ADM, 1 V 220, communes dépourvues de presbytères en 1816.

129 AP Saint-Michel à Saint-Brieuc, cahier de paroisse, paragraphe relatif au presbytère.

130 ADCA, V 2252.

131 ADM, 30 J 34/6.

132 Nicolas, Gilbert, « Les instituteurs et la maison d’école dans l’Ouest au xixe siècle. Des réalisations contestées au sanctuaire rêvé », in Antoine, Annie (dir.), La maison rurale en pays d’habitat dispersé de l’Antiquité au xxe siècle, actes du colloque de Rennes, 29-31 mai 2002, Rennes, PUR, 2005, p. 33-42.

Table des illustrations

Titre Les constructions d’églises dans les diocèses de Saint-Brieuc et de Vannes
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/3334/img-1.png
Fichier image/, 108k
Titre Adhésions de prêtres à la Société d’Émulation des Côtes-du-Nord et à la Société polymathique du Morbihan
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/3334/img-2.png
Fichier image/, 4,9k
Titre Carrière des prêtres érudits
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/3334/img-3.png
Fichier image/, 8,7k
Titre Traitement versé par l’État au clergé paroissial66
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/3334/img-4.png
Fichier image/, 85k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540