Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tombeaux et monuments

 | 
Michèle Touret
, 
Jacques Dugast

Le leurre commémoratif des Stèles de Victor Ségalen

Marc Gontard

Texte intégral

  • 1 Stèles, édition critique, commentée et augmentée de plusieurs inédits, établie par Henry Bouillier, (...)

1Par son titre même, Stèles, le recueil de Victor Segalen semble relever du genre commémoratif, même si la tradition qu’il utilise n’est pas occidentale mais chinoise. En effet, dès son arrivée en Chine, en 1909, il est séduit par ces pierres gravées qu’il rencontre un peu partout, “aux bords des routes, dans les cours des temples, devant les tombeaux”1 et très vite l’idée d’en faire une adaptation littéraire germe dans son esprit.

2Ainsi va naître cette œuvre singulière dans laquelle la stèle devient, non seulement un système textuel, mais le mode d’organisation du livre tout entier. Toutefois, ce mimétisme ne doit pas faire illusion. Si Segalen reprend à son compte le discours commémoratif des stèles chinoises, il en fausse à la fois la pragmatique et le réfèrent. Au lieu de commémorer la plénitude d’un signe, c’est à une lente défiguration qu’il se livre, de sorte que l’éloge devient, d’une manière paradoxale, celui du “Nom caché”, dans une pensée de la différence poussée jusqu’à l’absence et jusqu’au vertige.

Le Mimétisme commémoratif

1 Fonctions traditionnelles de la stèle chinoise :

3Dans son avant-propos, Segalen retrace brièvement l’historique de la stèle : poteau de sacrifice sous l’antique dynastie des Tcheou, elle prend sous les Han un emploi funéraire. On donnait ce nom aux montants de bois, percés d’un trou pour l’adaptation d’un treuil, destinés à soutenir le cercueil lors de l’inhumation. Sur ces montants on inscrivait l’éloge du défunt. Puis, la stèle de bois remplacée par la stèle de pierre perd sa fonction strictement funéraire pour devenir un monument commémoratif :

(…) ils en vinrent à tout porter, et non plus un cadavre ; - mais des victoires, des édits, des résolutions pieuses, un éloge de dévouement, d’amour ou d’amitié délicate - La marque du treuil est restée(1).

2 Architecture de la stèle :

  • 2 Lettres de Chine, Paris, Pion, 1967, P. 176.

4Mais, ce qui séduit Segalen, au-delà du rôle commémoratif de la stèle, c’est son architecture : vénérable et beau, note-t-il à l’intention de sa femme devant une stèle de Singan fou (Sian)…2. Or, le prestige de cette forme provient en grande partie de l’impression de densité qui s’en dégage. Densité de la pierre tout d’abord, qui assure au monument son immobilité, sa stabilité et l’impression d’éternité qui s’en dégage, mais aussi densité de la forme : cette figure élémentaire et pure du rectangle qui découpe rigoureusement la pierre et qui rappelle la page, une page débarrassée de la vulnérabilité du papier, dont l’effet de cadrage intensifie le texte qui s’y inscrit :

  • 3 Stèles, op. cit., P. 35.

Elles sont des monuments restreints à une table de pierre, haut dressée, portant une inscription3.

  • 4 Cf. Marcel Granet : La Pensée chinoise, Paris, Albin Michel, 1968, PP. 148-149.

5Si le socle de la stèle présente moins d’intérêt, Segalen remarque néanmoins qu’il s’agit le plus souvent d’une tortue, animal “emblématique’ symbole de longévité, dont la carapace, par ses 9 écailles, représente l’univers et ses mutations4, tandis que le socle pyramidal que l’on rencontre sur certains monuments, reproduit d’une manière plus figurative la même image, celle du cosmos :

  • 5 Stèles, op.cit, P. 35.

C’est de là que la stèle se hausse 5

6écrit Segalen, soulignant ainsi la sacralité même de cette forme architecturale.

7Ce hiératisme, à la fois formel et symbolique du monument se retrouve dans l’épigraphe. En effet, non seulement les caractères gravés sur le cartouche obéissent aux règles du Wen (l’art chinois de s’exprimer) mais en tant qu’idéogrammes, ils participent à l’effet de condensation produit par la structure d’ensemble :

  • 6 Ibid., P. 38.

Sitôt incrustés dans la table, - qu’ils pénètrent d’intelligence, - les voici, dépouillant les formes de la mouvante intelligence humaine, devenus pensée de la pierre dont ils prennent le grain. De là cette composition dure, cette densité, cet équilibre interne et ces angles, qualités nécessaires comme les espèces géométriques au cristal6.

8Enfin, dernier élément important dans cette symbolique monumentale, l’orientation des stèles se trouve strictement codifiée selon le type de commémoration qu’elles affichent. Face au midi se dressent les stèles impériales, face au nord celles qui célèbrent l’amitié, face à l’est les stèles amoureuses, face à l’ouest, les stèles “guerrières et héroïques”. Sans orientation précise, les stèles du Milieu ont une destination plus liturgique, liée aux croyances de l’ancienne Chine…

9Ainsi, la dureté lapidaire du support, le géométrisme du cartouche et celui de l’épigraphe, la symbolique du socle et celle de l’orientation, font de la stèle un monument dont la fonction commémorative est à la fois ritualisée et sacralisée. Elles sont ces “pierres”, ces “tables” “mémoriales” qu’évoquent les poèmes ou encore ces “mémoires solides”, “immobiles” :

(…) que nul ordre de marche ne peut toucher ni ébranler. Elles demeurent. (Ordre démarche).

3 De l’architecture au livre :

103-1 L’adaptation littéraire de cette forme monumentale se manifeste d’abord dans la conception même du livre.

11En effet, Segalen s’est en personne occupé de l’édition de son ouvrage, afin de mieux traduire, dans sa matérialité, l’architecture de la stèle et la signifiance qu’elle implique. La première édition, conçue et réalisée à Pékin, en 1912, comporte 48 stèles. Elle sera suivie, en 1914, d’un second tirage augmenté de 16 poèmes, publié dans la Collection Coréenne qu’il dirige pour le compte de l’éditeur parisien Crès. Comment se présente cette double édition ?

12Remarquons tout d’abord le format du livre : ses proportions (14x29) sont celles de la stèle nestorienne de Singan fou étudiée par le Père Havret dans Les Variétés sinologiques. Segalen s’en explique ainsi dans la préface de la seconde édition :

  • 7 Ibid, P. 298 (“Justification de l’édition”).

Le haut format s’imposait. Toute stèle est, en Chine, une table deux fois plus haute que large. Sans vouloir feindre une réduction des stèles de pierre, il fut logique d’en accepter les proportions7.

13Cette volonté de donner au livre la forme même du monument réapparaît dans la mise en page de chaque poème. Car si l’on peut parler de rythme à propos des Stèles, c’est d’abord de rythme visuel qu’il s’agit et la disposition même de la surface scripturaire provoque un effet de resserrement, de massivité, tout juste nuancé par l’avancée de chaque début de strophe où l’œil identifie quelque cérémonial de la parole. Ce géométrisme graphique se trouve encore accentué par le rectangle noir qui encadre le texte et l’isole de la gouttière paginale, restreignant la parole à cet espace cristallin où se renforce son expressivité.

  • 8 Ibid.

14Notons encore le pliage en accordéon (une feuille unique, imprimée d’un seul côté, formant 112 pages dans la première édition, 127 dans la seconde) qui étend à l’ensemble du livre la figure tabulaire de la stèle, car les poèmes, dit Segalen, doivent être lus étalés bien à plat, comme la surface de pierre d’où ils proviennent8.

15Mais c'est surtout dans le choix du papier que la page rejoint son ancêtre la stèle. En effet, contrairement à nos papiers lisses et minces qui se réduisent à une surface, le papier coréen utilisé par Segalen nous renvoie à l'intériorité d'un matériau tridimensionnel comme la pierre dans son grain et dans ses veinures. La suppression de la brillance étale et uniforme qui fait de la page un simple support dématérialisé rend visible l'épaisseur, le grammage de la feuille, lui restitue cette profondeur, cette richesse de la texture qui faisait tant l'admiration de Claudel :

  • 9 in “Correspondance Paul Claudel-Victor Segalen”, Les Cahiers du sud, N° 288, 1948.

Quel papier ! où l'avez-vous trouvé ? Cette espèce de feutre nacré où l'on voit par transparence des algues, des cheveux de femmes, des nerfs de poissons, des cultures d'étoiles ou de bacilles, la vapeur de tout un monde en formation !9.

16Outre le format du livre, sa mise en page et son pliage, la qualité de son papier, il faudrait rappeler encore la richesse des ais en bois de camphrier recouverts d'une soie chinoise, qui enserrent l'unique feuille, pour avoir une idée de son aspect monumental. Issu de la stèle chinoise, le livre en revêt la sacralité. Cette intention hiérophanique se manifeste jusque dans le nombre des exemplaires, celui des poèmes et celui des sections à l'intérieur du recueil.

  • 10 Stèles, op. cit., P. 300.

17En effet, la première édition a été tirée à 81 exemplaires hors commerce, car ce nombre, comme le signale Henry Bouillier correspond au nombre sacré (99) des dalles de la troisième terrasse au Temple du Ciel à Pékin10. Chiffre sacré, le chiffre 9 qui sert à construire le carré magique symbolise en fait l'univers : les 9 écailles de la tortue, les 9 “Régions du monde” mesurées par Yu le Grand, les 9 provinces de l'Empire du Milieu, les 9 quartiers de l'ancienne capitale impériale Lo-Yang les 81 chapitres du Tao-tî-King...

18La sacralité du livre ainsi suggérée se retrouve dans les chiffres de la seconde édition : 64 poèmes, 640 exemplaires… 64 représentant cette fois le nombre des hexagrammes du Yi-King, le Livre des Mutations, qui enfermait dans ses combinatoires numériques un savon-total sur l'univers. Chaque hexagramme contenant lui-même 6 signes graphiques, Segalen regroupe ses 64 poèmes en 6 sections qui reprennent l'orientation rituelle des stèles autour du carré terrestre, en y ajoutant une direction : les “Stèles au bord du chemin” qui évoquent le voyage et l'expérience de l'altérité.

193-2 Ce transfert d'une forme architecturale, avec toute la sacralité qu'elle implique, dans l'univers du livre, se poursuit avec l'utilisation de l'idéogramme chinois qui constitue ce que Segalen appelle “l'âme” de la stèle. Chaque titre intérieur, chaque poème se trouve en effet redoublé par une formule idéographique ou sigillaire qui rappelle l'inscription commémorative du monument. Il peut s'agir d'une traduction, mais le plus souvent les épigraphes chinoises, empruntés aux livres classiques ou à des stèles véritables, se présentent comme des paraphrases, des commentaires elliptiques, parfois ironiques, des poèmes qu'elles illustrent.

20Il y aurait beaucoup à dire sur l'insertion d'idéogrammes chinois dans le recueil. Retenons simplement ici leur concrétisme figuratif qui s'accorde à la structure cristalline du monument. Si la stèle, “dur moment pétrifié” commémore un souvenir en le soustrayant au flux destructeur du temps, les caractères par leur être-là (Ils n'expriment pas ; écrit Segalen, ils signifient ; ils sont) perpétuent de même le nom qu'ils représentent.

213-3 Après avoir transposé dans l'espace matériel du livre l'architecture de la stèle et son système épigraphique, Segalen adopte pour chacun de ses poèmes une forme de montage dont le géométrisme évoque à son tour le modèle lapidaire qui lui a donné naissance.

22En effet, la plupart des “stèles”, comme l'a noté Henry Bouillier, présentent une structure “bipartite” dans la mesure où, s'appuyant sur un texte chinois, elles se constituent en réaction par rapport à ce texte de départ. Dans cette poétique explicitement fondée sur l'intertextualité, les sources les plus souvent utilisées sont les classiques chinois ou leur commentaires : Che-King (Livre des vers), Chou-King (Livre des Annales), Li-Ki (Livre des rites), Tao-tî-King, Mémoires historiques de Sseu-Ma-Tsien, Variétés sinologiques ou Textes historiques traduits par Léon Wieger.

23Le transfert du texte de départ dans le poème s'effectue le plus souvent sous forme d'une adaptation très proche du modèle original. C'est ainsi que “Joyau mémorial” s'inspire d'un article des Variétés sinologiques dont voici le texte :

  • 11 Gloria Bien : Victor Segalen Knowledge ofcbinese culture, University of Washington, Ph. D, 1973, P. (...)

Perle de la mémoire. Sous la période du règne K'ai-Yuan, des T'ang, le ministre Tchang Chouo reçut en cadeau la perle qui avait la vertu de remettre les choses en mémoire. Un simple regard jeté sur elle suffisait pour cela11.

24Ce texte devient chez Segalen :

Pour mon service et ma fidélité, voici du Prince, le joyau de Mémoire, perle magique où s’enferme le passé.
Un regard jeté sur elle et tout renaît, tout s’éclaire et se ravive, luisant comme un reflet du jour présent.

25Le texte de départ ainsi adapté dans la première partie de la stèle provoque, dans la seconde, une réaction du poète qui n’est autre que la réponse de son univers intérieur à la sollicitation chinoise. Il s’en suit une transformation du texte de départ dans le texte d’arrivée qui constitue proprement le phénomène intertextuel. Cette opération obéit à des lois très strictes que l’on peut décrire en terme de logique combinatoire. En effet, les transformations opérées dans l’intertexte se répartissent en 3 classes selon une triple procédure d'application, de disjonction et de négation qu’il serait trop long de développer ici. Notons seulement que l’emploi de procédures quasi-mathématiques au sein d’une structure binaire renforce l’effet de densité du poème. Nous retrouvons ici le même géométrisme que dans la structure lapidaire de la stèle. Le mimétisme entre le texte et le monument se trouve dès lors totalement assuré.

26Ainsi, dans son recueil, Segalen accomplit-il jusqu’au bout le geste commémoratif des stèles chinoises. Et l’on connaît peu d’exemples de livres-monuments composés avec un tel soin. Mais, ce geste, il l’évide de son sens, afin d’exprimer ses propres hantises.

Défiguration et éloge de l’absence

27En effet, sous l’apparat commémoratif de la stèle, Segalen se livre à une entreprise de défiguration qui affecte à la fois le commémorant et le commémoré, de sorte que la célébration, inversant ses valeurs traditionnelles, devient paradoxalement celle de l’absence.

1 Défiguration du commémorant :

28Dans la structure énonciative de la “stèle”, Segalen s’efforce de retrouver le style commémoratif du monument chinois. D’où le hiératisme, l’impassibilité, la froideur de l’expression, qui résultent de la reproduction, à la première personne, du discours impérial. C’est ainsi que la plupart des “stèles” transcrivent directement la parole de l’Empereur, comme si le Fils du Ciel, désigné comme instance énonciative par le jeu des déictiques autoréférentiels, s’adressait dans un langage solennel et strictement codifié à son peuple ou à ses proches. Et si la voix impériale est le plus souvent anonyme, certaines stèles mettent en scène de manière explicite, des Empereurs historiques : Che-Houang-Ti “Les Trois hymnes primitifs”, “Eloge et Pouvoir de l’Absence”, T’ai-Tsong “En l’honneur d’un sage solitaire”, Kouei-Kie “Pour lui complaire”.

  • 12 Paris, Flammarion, 1975.

29Lorsque la stèle ne reproduit pas directement la parole impériale, c’est souvent celle d’un dignitaire, ministre ou chef militaire, commémorant un don du Prince “Joyau mémorial” ou un acte de bravoure “Ecrit avec du sang”. Dans tous les autres cas, la voix qui rapporte les faits et gestes de l’Empereur, qui commémore les propos d’un sage, ou qui se fait l’écho de la rumeur populaire, évoque celle de l’Annaliste, historiographe officiel du règne, qui deviendra l’instance narrative de ce roman très singulier : le Fils du Ciel12.
Qu’elle imite donc le discours impérial, celle d’un haut dignitaire ou celle de l’Annaliste, cette énonciation ritualisée par le wen détermine le hiératisme du ton et cette solennité protocolaire qui, dans la tradition chinoise est celle du commémorant.
Mais cette énonciation cérémonielle n’est, pour Segalen qu’un masque derrière lequel affleure sa propre subjectivité. Car c’est moins le monde chinois qu’il s’agit pour lui d’évoquer que son propre univers ainsi qu’il l’avoue dans une lettre à son ami le philosophe J. de Gaultier :

  • 13 Lettre du 26 janvier 1913 in Stèles, Peintures, Equipée, édition Club du Meilleur livre, Paris, 195 (...)

(…) j’ai fait mon possible pour éviter tout malentendu chinois, toute méprise, toute fausse note. Mais dans ce moule chinois, j’ai placé simplement ce que j’avais à exprimer13.

30Dès lors, le mimétisme de renonciation, tout comme celui de l’ensemble du recueil, fonctionne comme un leurre et sous le masque hautain de l’Empereur, c’est la figure de Segalen, sceptique et fasciné par l’absence qui vient subvertir les certitudes ontologiques du commémorant traditionnel.

2 Défiguration du commémoré

31Cette défiguration affecte le commémoré lui-même dans la mesure où sous son masque énonciatif, le scepticisme de Segalen lui interdit l’éloge des valeurs habituelles du discours commémoratif. La rhétorique qui se met en place dans les Stèles, en privilégiant deux figures : l’ironie et la dénégation (ou apophase), retourne ainsi en son contraire l’emphase du commémoré.

32L’ironie est en effet une figure fréquente dans les Stèles, surtout lorsqu’il s’agit d’évoquer les religions qui toutes se disputent le double privilège du vrai et du miraculeux. C’est le cas de la stèle : Eloge d’une vierge occidentale” où le dogme délicat de la virginité mariale se trouve ramené, par le jeu d’une comparaison avec un mythe chinois, à une évidence qui relève du simple bon sens. Plus encore que l’ironie qui naît le plus souvent du décalage entre renonciation et l’énoncé, la négativité travaille les Stèles de Victor Segalen, ajoutant à ceux de l’ironie ses effets destructeurs. C’est un mode de construction textuelle qui possède un double fonctionnement : Ou la dénégation s’attache à la clausule qui vient briser la certitude élaborée par le reste du texte. C’est le cas, par exemple, de “Religion lumineuse”, de “vision pieuse” ou de “Moment”…

33Ou elle évide l’ensemble du texte, construisant un impossible énoncé dans la mesure où chaque proposition appelle sa propre négation. Ainsi la stèle “Décret” qui, à l’opposé du monument commémoratif, célèbre le non-être et l’inaccompli. On retrouve la même construction dans un bon nombre de stèles dont “En l’honneur d’un sage solitaire”, “Eloge de la jeune fille”, “Par respect”…

3 Figures de l’Absence

  • 14 Fata Morgana, collection “Explorations”, préface d’A. Joly-Segalen.

34Cette défiguration du discours commémoratif révèle, en fait, chez Segalen, le travail de la différence qui se traduit ici par la mise en œuvre de figures de l’absence sur lesquelles, par définition, la commémoration reste sans prise.
En effet, sa quête inlassable de l’altérité qu’il tente de conceptualiser dans l’Essai sur ll’Exostisme14, dessine chez lui l’image vertigineuse d’un être “fractal”, discontinu, dont le principe réside non dans la complétude mais dans la disjonction, dans l’évidement, qui déconstruisent l’Unique en une diversité fuyante et insaississable, en une différence infinie dont le terme ultime est l’absence.

35D’où cette mise en cause, dans les “Stèles face au Midi”, du discours religieux sur l’être. Seul le sage taoïste inspire quelque respect et sa conception du monde n’est pas très éloignée de celle qui se fait jour dans les derniers poèmes du cycle. “Aux dix-mille années” célèbre la vacuité et le retour de chaque chose au non-être originel :

Fondez sur le sable. Mouillez copieusement votre argile. Montez les bois pour le sacrifice : bientôt le sable cédera, l’argile gonflera, le double toit criblera le sol de ses écailles : Toute l’offrande est agrée !

36“Départ” évoque le souverain taoïste Mou-Wang, héros d’un conte à peine ébauché de Segalen : La Queste à la licorne, fasciné par l’ouest fabuleux et inconnu, c’est-à-dire par la différence… Enfin, la stèle “Décret” qui clôt cette section du recueil est, dans sa négativité même, une sorte d’éloge de l’absence et de l’innommé.

37Les stèles “face au Nord” et les stèles “orientées” consacrées à la recherche du même dans l’autre, que ce soit à travers l’amitié ou l’amour, se trouvent marquées, pour la plupart par l’évidence d’une fêlure dans la communication, d’une asymétrie dans l’échange, qui manifestent le travail de la différence. Ainsi la première stèle de cet ensemble, “Par respect”, peut-elle se lire comme un désir d’évidement du sentiment amoureux lui-même. C’est dans l’absence de la personne aimée et dans son effacement que l’amour puise sa plus grande force :

Non ! que son règne en moi soit secret. Que jamais il ne m’advienne. Même que j’oublie : que jamais plus au plus profond de moi n’éclose désormais son nom. Par respect.

  • 15 Paris, Gallimard, 1971.

38De la même manière, les stèles “occidentées”, comme les stèles “au bord du chemin” aboutissent à cette idée que l’action héroïque procède de la violence destructrice, tandis que l’effort sur soi-même-l’énergie musculaire du voyageur ou l’énergie spirituelle du sage- trouve son accomplissement dans le non-agir, celui qu’implique l’arrêt, la pause, au sommet de la montagne et au seuil de la passe, ou celui qui assure à l’objet sans fonction l’essence de son rayonnement. Quant aux stèles “du Milieu”, dans lesquelles le Moi se retourne sur lui-même, plus encore que les autres, elles se montrent pénétrées par le sentiment du vide et de l’absence. En effet, il existe, dans la conception de Segalen, une sorte d’homologie entre l’être objectif dans sa différence infinie et l’être subjectif, le “dasein” au sens heideggérien du terme, qui ne peut qu’appréhender sa propre étrangeté “Joyau mémorial”, sa condition d’“être sans figure” “Au démon secret”. Cette altérité à soi de l’être subjectif inspire à Segalen ses plus belles images : celle de la “Cité violette interdite” qui deviendra le thème central de René Leys15, celle du “Nom Caché”, allégorie du vide fonctionnel sur laquelle s’achève le recueil ou encore celle de l’Empereur Che-Houangti, régnant par l’absence dans un palais où nul ne peut accéder (Eloge et pouvoir de l’Absence…)

39Si la commémoration peut être analysée d’une manière générale comme une relation à l’absent, c’est paradoxalement, parce qu’elle s’efforce de restituer la mémoire d’une présence. Chez Segalen, le mouvement est inverse. Le réel, dans son œuvre devient cet espace intervallaire dont les lignes de fuite renvoient à une absence essentielle, incommémorable puisqu’indicible et hors de l’expérience. C’est pourquoi les Stèles, tout en mimant le geste commémoratif du monument chinois, en désignent l’inanité. L’absence n’est pas une présence effacée mais la condition même de l’existence, ce que montre encore l’une des stèles “du Milieu” en adoptant pour épigraphe un aphorisme célèbre du Tao-tî-King :

Le Nom qu’on peut nommer, n’est pas le nom véritable. “Moment”

Notes

1 Stèles, édition critique, commentée et augmentée de plusieurs inédits, établie par Henry Bouillier, Paris, Mercure de France, 1982 (2ème édition), P. 36.

2 Lettres de Chine, Paris, Pion, 1967, P. 176.

3 Stèles, op. cit., P. 35.

4 Cf. Marcel Granet : La Pensée chinoise, Paris, Albin Michel, 1968, PP. 148-149.

5 Stèles, op.cit, P. 35.

6 Ibid., P. 38.

7 Ibid, P. 298 (“Justification de l’édition”).

8 Ibid.

9 in “Correspondance Paul Claudel-Victor Segalen”, Les Cahiers du sud, N° 288, 1948.

10 Stèles, op. cit., P. 300.

11 Gloria Bien : Victor Segalen Knowledge ofcbinese culture, University of Washington, Ph. D, 1973, P. 57.

12 Paris, Flammarion, 1975.

13 Lettre du 26 janvier 1913 in Stèles, Peintures, Equipée, édition Club du Meilleur livre, Paris, 1955, Annexes.

14 Fata Morgana, collection “Explorations”, préface d’A. Joly-Segalen.

15 Paris, Gallimard, 1971.

© Presses universitaires de Rennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540