Version classiqueVersion mobile

Tombeaux et monuments

 | 
Michèle Touret
, 
Jacques Dugast

“Mandarin de l’opprobre”. Céline et l’institution littéraire (1957/61)

Luc Rasson

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Candidat à la tranquillité

7 décembre 1932. Journalistes, photographes, et chroniqueurs se pressent devant chez Drouant où les membres du Goncourt s’apprêtent à voter. En lice, entre autres : Les Loupsde Guy Mazeline et Voyage au bout de la nuit, ouvrage d’un médecin qui essaiera en vain de garder l’anonymat. Lors d’un déjeuner préparatoire, le 30 novembre, une majorité des jurés s’était prononcée en faveur du roman de Céline. Le 7 décembre, jour qui devait voir la consécration célinienne, Guy Mazeline bénéficia de six voix, et Céline de trois. Voyage au bout de la nuit dut se contenter du Renaudot. Ainsi éclata le scandale du Goncourt 1932.

Il ne s’agit pas ici d’entrer dans le détail de cette affaire qui eut de nombreuses retombées journalistiques et judiciaires. Ce qu’il importe de noter c’est que Céline ne rate pas son entrée dans l’institution littéraire1, comme si le scandale proprement stylistique qu’était Voyage au bout de la nuit devait a...

© Presses universitaires de Rennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search