Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tombeaux et monuments

 | 
Michèle Touret
, 
Jacques Dugast

Auto commémoration roussellienne

Pierre Bazantay

Texte intégral

  • 1 Comment j’ai écrit certains de mes livres, Jean-Jacques Pauvert, p. 23-24.
  • 2 Cf. Maria Kosko, Un “best-seller 1900” Quo vadis ?, José Corti, 1960.
  • 3 Cf. Locus Solus, Gallimard, collection Folio, 1974, p. 74 sq.
  • 4 Ibid, p. 104.
  • 5 Ibid, p. 127.
  • 6 Ibid, p. 136.
  • 7 Ibid, p. 139.
  • 8 Ibid, p. 144.
  • 9 Ibid, p. 241.
  • 10 Ibid, p. 9
  • 11 Ibid, loc, cit.
  • 12 François Caradec cite dans Vie de Raymond Roussel, une charge rimée de Rip, publiée en 1932 dans Pa (...)

1Dans Comment j’ai écrit certains de mes livres, Raymond Roussel rappelle que Locus solus, pièce donnée en 1922 au théâtre Antoine, adaptée du livre paru en 1914 chez Lemerre, fut l’objet de nombreux jeux de mots : “Loufocus Solus, Cocus Solus, Blocus Solus ou des Bâtons dans les Ruhrs, etc.”1 complétant lui-même cette liste par “Logicus Solus”, Roussel ne donne pas seulement une clef de lecture, il assure l’inadéquation du titre à son objet. Sous Locus Solus ne faudrait-il pas lire aussi Loculus Solus ? Lieu ou Cercueil Solitaire ? Livre ou tombeau ? L’atmosphère morbide qui imprègne la quasi-totalité du roman de Raymond Roussel contraste non sans violence avec le titre qu’il a retenu. Sans négliger ce que cet énoncé, via le latin, pourrait valoir de succès à son auteur, sur le modèle de Quo vadis ? “best-seller” des années 19002, l’intitulé de Roussel brouille les pistes et désamorce une approche strictement “noire” de ce récit. Pourtant, au premier examen, tout y ramène. La présentation du chef désossé de Danton3, “l’effroyable hémorragie”4 de Pizzighini, la “suprême angoisse” de Roland de Mendebourg5, les “insupportables angoisses” de Le Calvez6, l’“absolue démence” d’Ethelfleda Exley7, ou encore François-Charles Cortier “envahi par un flot de pensées effroyables”8 apprenant que le meurtre suivi du viol d’Andrée Aparicio est l’œuvre de son père, enfin l’assassinat de Gillette Egroizard fillette réduite à l’état d”’affreux cadavre défiguré, couvert d’ecchymoses et de plaies”9, autant de séquences narratives qui trahissent la nature infernale de ce “locus solus”, une serre froide belle comme la rencontre fortuite sur un cahier d’écolier du château de Silling et du musée Grévin. Et, qu’il s’agisse de cadavres ressuscites n’est pas de nature à rasséréner le lecteur. Au contraire. Pourtant, dominant cet univers doublement macabre : Martial Canterel, le “savant ami”10, reste impavide. Héros du livre, il paraît en effet le seul en mesure de “poursuivre en toute tranquillité d’esprit ses multiples et féconds travaux.11. Si la production frénétique d’alibis scientifiques ne justifie qu’imparfaitement la mise en place de ce Grand-Guignol congelé, du moins permet-elle à Martial Canterel de se retrancher derrière les exigences de la méthode expérimentale. De la même façon Roussel, en 1933, produira le paravent du procédé moins pour revendiquer l’essence littéraire de ses imaginations que pour écarter les accusations de démence que les feuilles de l’époque12 se plaisent, faute de le comprendre, à formuler.

  • 13 Locus Solus, p. 9.
  • 14 Ibid, loc. cit.
  • 15 Ibid, p. 35.

2Autrement dit, science et mots sont responsables de susciter une interprétation qui ne voit dans l’œuvre roussellienne que la représentation d’un monde hanté par la figure du cimetière. Pourtant, dès les premières lignes de son roman, Raymond Roussel signalait la présence d’un autre désir qui métamorphose de manière singulière le désintéressement (donc son penchant pour l’atmosphère morbide) apparent de Martial Canterel, solitaire “entouré de disciples qui, pleins d’une admiration passionnée, le secondent avec fanatisme dans l’accomplissement de son œuvre.”13. Le génie funèbre de Canterel trouve sa raison d’être et son énergie dans la quête de gloire. Sacrifiant tout à ses recherches, Canterel –vivante machine célibataire– ne quitte son ermitage de Montmorency - l’homonymie Rousseau-Roussel a joué semble-t-il, que pour se rendre à Paris, c’est : “l’instant de faire au monde scientifique, dans une conférence prodigieusement courue, telle communication sensationnelle”14. Mr Hyde devient l’assistant fanatique du Dr Jekyll. De cette collaboration naît l’une des thèses centrales développées dans Locus Solus : côtoyer constamment (et même travailler) la souffrance, la torture, la mort semble être le prix à payer pour qu’arrive enfin l’instant suprême de la gloire. Circulant de l’imaginaire au réel, Roussel qui avouait “je saigne sur chaque phrase”, conclut en 1933, au moment où il s’apprête à partir en Sicile, Comment j’ai écrit certains de mes livres de manière identique : “et je me réfugie faute de mieux dans l’espoir que j’aurai peut-être un peu d’épanouissement posthume à l’endroit de mes livres”15. C’est-à-dire : la gloire ne se réalise que dans la mort, elle installe le passage à l’acte d’écriture comme un véritable suicide, le suicide glorieux. On retrouve là un puissant écho de l’étrange argument du Ballet de la Gloire, censé agrémenter la pièce donnée en décembre 1922, selon, une version policière due à un spécialiste de l’adaptation, Pierre Frondaie :

  • 16 Epaves, édition établie et présentée par François Caradec, Jean-Jacques Pauvert, 1972, p. 94.

Dans le laboratoire de Cantrel, les deux juges affirment si nettement que “la gloire est à des revenants et danse sur des tombeaux” qu’un langoureux poète et qu’un violent orateur politique surgissent, les poignards à la main, et leur réclament la mort pour passer à la postérité. Les juges fuient épouvantés, laissant les deux ambitieux préparer leur suicide, que la Fortune en personne ne peut même pas empêcher. Le poète et l’orateur se suicident l’un et l’autre et, dans le royaume des trépassés, plane la gloire qui, parmi les tombes, choisit ceux qui méritent l’immortalité 16.

3Sans aucun doute, cette allégorie, où gloire et mort se confondent, relève-t-elle d’une fréquentation fascinée des lieux communs qui ne cessent d’irradier le texte, pourtant elle ne parvient pas à l’expliquer. Roussel écrivait-il pour obtenir la gloire, où voulait-il la gloire pour libérer son écriture ? Cette boucle ne se résout pas, mais elle installe le processus d’auto-commémoration comme une circulation de signes de mort et de gloire par lesquels se construit une hypostase de la littérature. D’ailleurs, on rencontre à l’origine même des livres de Roussel ceci de certain qu’ils puisent leur matériau principal dans la torture des mots, un viol préalable du langage, opération baptisée “procédé” (dont le lexicographe nous dit qu’une des acceptions relève de la chirurgie). De même, Locus Solus, le plus sombre des livres de Roussel, paraît jouer très systématiquement sur la perte de la gloire que le discours morbide tente d’exorciser. Il faut voir dans la torture de l’écriture, qui se renverse dans l’énoncé de la souffrance, l’effet d’une contamination du récit par les cérémonials indispensables de l’écriture roussellienne. Une imbrication aussi de la technique narrative et du discours. On reconnaîtra en outre, en étendant la gloire au livre, la rémanence dans l’œuvre de Roussel d’un de ces trait caractéristique que l’on peut tenter de nommer le sentiment de déréliction post-symboliste. Ce dont témoignent, avec lui nombre d’œuvres impossibles (le livre de Mallarmé, bien sûr, et chacun à sa manière, Paludes, Monsieur Teste, Faustroll, Le jardin des Supplices, Chantecler auquel le coq Mopsus de Locus Solus donne la réplique).

  • 17 Locus Solus p. 283.
  • 18 Comment j’ai écrit certains de mes livres, p. 130.
  • 19 François Caradec, Vie de Raymond Roussel, p. 329
  • 20 Ibid, P. 330.

4De l’écrivain menacé par la “disparition élocutoire”, la mort par les signes, on sait qu’il se confronta douloureusement à la gloire-accompagnant son écriture d’une posture d’auteur. Première face : la crise de gloire extatique, fusion dans l’instant, bonheur absolu, véritable “petite mort”17, c’est l’apothéose du sujet, et sa plongée dans le néant, la jubilation scripturale entraîne la catalepsie. Ainsi, Pierre Janet (ce psychiatre dont Soupault avoua le rôle qu’il devait jouer dans la naissance de l’écriture automatique et à qui Roussel décrivit la crise de gloire qu’il ressentit en 1896), rapporte que l’inventeur des rails en mou de veau : “restait des heures la plume à la main, immobile, absorbé dans sa rêverie et le sentiment de sa gloire”18. Autre face, la gloire symbolique : elle se traduit dans le désir du monument, support idéal pour figer durablement le système sémiologique substitutif où s’articulent outre le nom gravé, les dates de naissance et de mort. Ainsi en 1931, Raymond Roussel sentant s’évanouir la possibilité de retrouver l’extase de sa jeunesse, va la chercher en cet autre endroit que sont les signes de la gloire symbolique. Comment ne pas rêver à la plaque de rue ? A l’acte de vente de sa propriété de Neuilly, il joint la clause suivante : “Si la Caisse des Dépôts et Consignations donne suite à son intention d’avoir sur la propriété présentement vendue une voie nouvelle, de convention expresse, cette voie devra être dénommée “Avenue Raymond-Roussel”19. Quelques mois plus tard, il commande aux Etablissements Lecreux frères un “projet de monument qui doit le représenter debout devant une bibliothèque”20. La statue devra être sculptée d’après le portrait que Roussel se fit faire en 1896, pendant la crise de gloire, à l’âge de dix-neuf ans.

5La crise de gloire ne reviendra pas, ni plaque de rue ni monument ne seront réalisés. Qu’importe, il faut voir là, l’expression d’une correspondance forte entre gloire erotique, exprimée au cours de la crise, et gloire thanatique, désirée dans le projet de tombeau ; ainsi s’affirme dans le réel le processus d’auto-commémoration, extase du corps et inscription du nom, de même qu’il s’affirme dans les textes comme une modalité de l’écriture.

6En réalité, abstraction faite de cette légendaire (et encombrante) originalité dont on charge, non sans forcer la note, Raymond Roussel, ces attitudes n’auraient qu’une maigre importance, si en elles ne se révélait pas un ordre fondamental du texte roussellien, où l’auto-commémoration n’est plus seulement le générateur d’une thématique lisible -donc superficielle-de la gloire, mais une équivalence profonde de l’acte poétique, où les signes d’auto-commémoration deviennent matière du texte littéraire envisagé sous le regard d’une “fonction sarcophage” : le texte se nourrit de la chair de l’auteur.

7Locus Solus offre ainsi des exemples significatifs de cette condensation auto-commémorative. Si la plupart des anecdotes narrées dans le livre prennent d’incroyables libertés avec l’histoire, et paraissent à première lecture issue d’une arbitraire fantaisie, un examen attentif du texte montre de manière sous-jacente que de bien concordantes motivations les traversent.

  • 21 Locus Solus, p. 80.
  • 22 “… l’outremer inventé par le baron Thénard”, Joussac, in L’Etoile au Front, Alphonse Lemerre, 1925, (...)
  • 23 Manuscrit déposé le 10 décembre 1914 par Roussel chez Eugène Leiris, reproduit dans Bizarre n° 34-3 (...)
  • 24 Locus Solus, pp. 213-214.
  • 25 Anthologie des Poêles Français du xviii– siècle, Delagrave, 1934, p. 340.
  • 26 Cf. Michel Raimond, La crise du roman de la fin du naturalisme aux années vingt, José Corti, 1966.

8Le texte va dire la gloire thanatique par le truchement de l’un de ses principaux symboles : le jeu sur les dates, jeu métonymique sur le monument. Raymond Roussel est né le 20 janvier 1877. Or la fréquence des allusions discrètes à ce millésime (ou à la finale 77 qui est aussi une lecture codée du syntagme “Raymond Roussel”, deux fois sept lettres) ne peut pas relever du hasard. Roussel a construit son livre en partie autour de ce qu’il ne pouvait ignorer de son monument, le première des deux dates que sa gloire lui vaudrait de voir figurer sur les stèles rêvées, confondant en une seule citation “filigranée” la passion qu’il éprouve pour les dictionnaires, les inscriptions de la voirie et les tombeaux. Et, en effet, le 77, arcane roussellien de la mort, est partout. Ainsi le rencontre-t-on dans des personnages historiques d’abord : Ibn Batouta, au chapitre premier, mort à Fès en 1377, la reine Sophie, au troisième chapitre, morte en 1877, dans le même chapitre le roi Edouard III, mort en 1377. Moyennant quelques modifications (de peur sans doute que cela n’apparaisse trop) Roussel cite cette fois des dates. Le 77 apparaît au centre du millésime, ainsi Voltaire et Gilbert se voient-ils attribuer d’étonnants épisodes biographiques, revus et corrigés par Roussel, situés en 1775 et en 1778. L’apparition de Gilbert est capitale 1778 fonctionnant comme une anagramme numérique de 1877, où se croisent les deux modes d’auto-commémoration. Nous y reviendrons. Ce mode de références autobiographiques détournées se complique au point qu’on se demande pour qui Roussel écrivait. Le grand public ? L’érudit ? Hypothèses peu convaincantes. Reste lui-même, sans doute mieux placé que quiconque pour savourer pleinement des allusions élaborées par ses propres soins. Sans contexte, le chapitre III est central du point de vue de l’auto-commémoration (le chapitre IV joue en contrepoint sur les manifestations de la souffrance paroxystique). Consacré à la présentation commentée du Diamant d’aquamicans, ce chapitre offre l’occasion au narrateur de dévoiler que Martial Canterel “avait trouvé le moyen de composer une eau dans laquelle, grâce à une oxygénation spéciale (…) n’importe quel être terrestre pouvait vivre complètement immergé sans interrompre ses fonctions respiratoires”21. Cette eau, on le devine sans peine, s’apparente à l’eau oxygénée. Son inventeur : le baron Thénard opportunément né en 1777. Hasard heureux ? Roussel lève l’incertitude puisque dans L’Etoile au Front il évoque derechef, en le nommant cette fois, le baron Thénard22. Faut-il poursuivre la traque de ces millésimes auto-commémoratifs, selon un mécanisme déductif qui sert de structure en 1926 à l’intrigue de La Poussière de Soleils, jusqu’au cœur du chapitre V et repérer dans l’appareil pour la reproduction du son élaboré par Lucius Egroizard un écho de l’invention similaire de Charles Cros, publiée en 1877 (est-ce le même que le “Cros…" cité dans Flio23 rédigé peu après Locus Solus)… ? Tout est possible. C’est là où le texte devient mystérieux. A trop prouver on s’engage peut-être dans l’un des dédales que Roussel s’est complu à construire : l’auto-commémoration est une manière de programmer le lecteur. “On ira rechercher dans tous les actes de mon enfance et on admirera la manière dont je jouais aux barres” déclare, sûr de lui, Raymond Roussel dans le cabinet de Pierre Janet. Il ne fait que plaquer sur la biographie l’un de ces labyrinthes édifiés dans son œuvre, geste par lequel il signale que la gloire est une façon de visiter l’œuvre comme la vie. La manière dont, au chapitre IV, François-Charles Cortier se propose de révéler son crime n’est-elle pas, à tout prendre, un mode d’emploi, un “comment lire” ? L’assassin d’Andrée Aparicio ne transmet sa confession qu’après avoir placé “son écrit, afin de pallier la honte appelée à s’en dégager, dans quelque sûre cachette, qui, célébrant elle-même sa gloire, ne pût se découvrir qu’au terme d’une série de manœuvres propres à faire sans cesse toucher du doigt des particularités honorifiques pour lui.”24. L’ambiguïté du texte roussellien apparaît de nouveau. Le texte doit-il être envisagé comme un simple “embrayeur d’auto-commémoration”, une machine “célébrant elle-même sa gloire”, ou bien les signes de la gloire sont-ils à considérer comme des éléments nécessaires par lesquels s’articule l’expérience poétique ? Une esquisse de solution se trouve dans l’épisode du chapitre III qui met en scène le poète Gilbert. Cette anecdote se trouve générée par la trace symbolique déposée dans l’anagrammatique date de naissance -1778/1877-, et elle se complète du récit d’une extase. Plus qu’une illustration de l’articulation des deux modes glorieux, autour de Gilbert, se joue un des moments métaphysiques du texte roussellien. Avec l’“infortuné convive” de Canterei (“infortuné professionnel” ! écrit André Dumas)25, se déroule en effet une véritable concentration auto-commémorative, où l'expérience émotive de la gloire semble devoir sa présence à la mention d'une seule date : 1778. L'aura et le tombeau ne font plus qu'un, comme le bonheur et la mort. Alors, le choc de ces deux univers, crise et monument, libère le texte du seul jeu spéculaire avec l'auteur, pour atteindre non seulement la dimension d'une réflexion sur l'indicible émotion de la magie poétique, mais de surcroît, prendre valeur de témoignage, on ne le dit pas assez, sur la crise du roman aux “lendemains du naturalisme”26 telle qu'elle a été vécue littérairement par l'un des plus éminents écrivains de cette période.

9Comme souvent avec le style de Roussel, on est saisi par la remarquable densité narrative de l'épisode de Gilbert. Ce dernier qui n'occupe guère que trois pages dans le volume, soumet le commentateur à rude épreuve tout en lui apportant la preuve, par la négative, qu'il est en présence d'un style authentique.

  • 27 Locus Solus, p. 70.
  • 28 Ibid, p. 98.

10Dans le diamant d'aqua-micans que présente Canterei à ses invités, flottent de banals ludions. Désireux de rendre attrayante cette scène, Canterei, homme de spectacle autant que de science, a souhaité que chacun de ces objets représentât une curiosité historique ou littéraire dont sa mémoire prodigieuse fournit la matière (qui seule fonde l'unité du passage et fait précéder l'auto-commémoration d'une indispensable remémoration, la “commémoration” est aussi la “mémoire” qui se récapitule). Il s'en explique. Ainsi, devant l'un d'eux, Canterei fait cette “brève annonce” : “Gilbert agite sur les ruines de Balbek le fameux sistre impair du grand poète Missir”27. Quelques pages plus loin, nous est fournie l'élucidation de ce message sibyllin. L'épisode, explique Canterei, est tiré de l'ouvrage : Rêves d'Orient vécus où Gilbert Loti relate son voyage à Balbek et dans quelles circonstances il a retrouvé le “sistre impair” de Missir, mettant fin à une dispute ayant animé “maintes pages contradictoires”28. Que rien dans la biographie de Gilbert ne vienne attester de tels faits, cela n'affecte en aucune mesure le sérieux du narrateur (on peut penser même qu'il y a là motif à le renforcer). Lieu du texte, Locus Solus impose au lecteur une mise en question permanente de ses certitudes et de ses connaissances. Le Diamant accuse cette forme prismatique au travers de laquelle le savoir se décompose, permettant à Roussel de lancer son Contre Sainte-Beuve fantastique. Ici, le bariolage de la vérité historique n’affecte au total que les marges du récit, au centre duquel, réapparaît le processus d’auto-commémoration, un procédé second. 1778, Gilbert, Missir : autant d’éléments autour desquels va se cristalliser une image compacte de la gloire littéraire. Gilbert, pendant la nuit a retrouvé le sistre après avoir surpris des pilleurs de tombeaux (on sait le rôle joué par “les bandes du pillard” dans la naissance du texte roussellien). Sistre en main, le poète s’abîme soudain dans un état proche de celui décrit par Roussel à Janet, la dramatisation feuilletonnesque cède la place –en quelques lignes– au topos du transport mystique :

  • 29 Ibid, p. 101.

Foulant de nouveau le sol de la place, il regagna l’endroit où sa rêverie s’était prolongée si tardivement et là, ivre de joie, déclama de mémoire, dans leur langue originale, les plus beaux vers de Missir, en agitant doucement le sistre manié jadis par le grand poète.
Sous l’intense clair de lune, Gilbert, exalté, croyait sentir le souffle de Missir revivre en sa poitrine. Il occupait l’emplacement exact où son dieu, au temps passé, récitait mélodieusement à la foule ses strophes nouvelles, scandées par l’instrument même dont les tintements ébranlaient maintenant l’air nocturne29.

11Dans cette nécropole (Balbek est dédiée à Baal), l’auto-commémoration (Gilbert déclame de mémoire), que l’on retrouve là résumée dans toute sa dualité, se fonde à la fois dans l’érotisme (et même l’auto-érotisme) et la mort. Gilbert n’entre pas seulement dans une transe sexuelle (dont l’alibi mystique - le dieu Missir - n’est qu’une édulcoration), il se métamorphose en Missir (il sent le souffle revivre en sa poitrine) et, littéralement pétrifié, devient statue de Missir (il occupe “l’emplacement exact” de Missir). Sans s’arrêter outre mesure sur le caractère fortement projectif de cet extrait, recomposé aussi bien à partir de réminiscences de la crise de gloire survenue en 1896, que de jeux de mots dont l’origine nous échappe (allitération : le sistre de Missir a-t-il six tiges ?), c’est l’apparition de l’extase littéraire qui retient le lecteur de Roussel. La relation Gilbert-Missir, née du doublon numérique fétiche "1778/1877" dans l’“amnios” imaginaire du Diamant (la figure de la mère monstrueuse traverse toute l’œuvre de Roussel) pose les limites mêmes de l’auto-commémoration. Elle se transcende sous le porte-plume de Roussel et provoque la création d’un texte réel -Locus Solus- qui porte sur un texte d’un auteur attesté par l’histoire mais qui n’a jamais été écrit -Rêves d’Orient Vécus-, lequel est censé parler d’un troisième texte aussi inexistant-les “beaux vers” de Missir, mentionné nulle part. Cette dilution progressive du réel dans les territoires de l’imaginaire, de l’auteur Raymond Roussel au personnage du poète Missir, organise finalement un texte de gloire, dont le secret-la langue originale-ne peut plus nous parvenir. Le sujet de l’extase littéraire s’anéantit dans un objet lui-même évanescent. Texte de gloire qui manipule les énonciations : l’œuvre hapax de Missir relatée dans le récit apocryphe de Gilbert dont se souvient Martial Canterel que rapporte un “nous”, le tout rédigé par Raymond Roussel. Inaccessibles, et le dieu et sa parole sont abolis, restent le vide de la place, le silence de la nuit, la noirceur de la tombe, le locus solus.

  • 30 Comment j’ai écrit certains de mes livres, p. 23.

12De même que la science de Canterel, amusante ou sinistre, mais finalement dépourvue de toute application pratique, aboutit à un discours sur l’indescriptible (“d’où l’appareil si compliqué décrit pages 35 et suivantes”30 ce qui assure l’autonomie du texte, l’extase de Gilbert, née de l’inquiétude des origines, de ce mystère 1877, date impaire qui persiste (père sistre ?), signale au point nucléaire du récit l’indicibilité de la gloire comme objet du récit. L’auto-commémoration devient celle d’un manque, il n’y a pas assez de mots pour décrire la gloire, folle énergie du poète. Locus Solus est le tombeau poétique de ce manque, qu’on peut lire comme un recueil de pièces commémoratives, à mi-chemin entre le tombeau littéraire et le cadavre exquis. Manque dont Gilbert eut la prémonition dans le très roussellien Poète malheureux de 1772 :

  • 31 Cité par Maurice Allem, in Anthologie poétique française, xviièmesiècle, Garnier-Flammarion, 1966, (...)

Savez-vous quel trésor eût satisfait mon cœur ? La gloire ! 31 .

Notes

1 Comment j’ai écrit certains de mes livres, Jean-Jacques Pauvert, p. 23-24.

2 Cf. Maria Kosko, Un “best-seller 1900” Quo vadis ?, José Corti, 1960.

3 Cf. Locus Solus, Gallimard, collection Folio, 1974, p. 74 sq.

4 Ibid, p. 104.

5 Ibid, p. 127.

6 Ibid, p. 136.

7 Ibid, p. 139.

8 Ibid, p. 144.

9 Ibid, p. 241.

10 Ibid, p. 9

11 Ibid, loc, cit.

12 François Caradec cite dans Vie de Raymond Roussel, une charge rimée de Rip, publiée en 1932 dans Paris-Soir dont nous extrayons les vers suivants : “Cadet Roussel a trois maisons ; Reuil, La Ville-Evrard et Sainte-Anne," Jean-Jacques Pauvert, 1972, pp. 350-352.

13 Locus Solus, p. 9.

14 Ibid, loc. cit.

15 Ibid, p. 35.

16 Epaves, édition établie et présentée par François Caradec, Jean-Jacques Pauvert, 1972, p. 94.

17 Locus Solus p. 283.

18 Comment j’ai écrit certains de mes livres, p. 130.

19 François Caradec, Vie de Raymond Roussel, p. 329

20 Ibid, P. 330.

21 Locus Solus, p. 80.

22 “… l’outremer inventé par le baron Thénard”, Joussac, in L’Etoile au Front, Alphonse Lemerre, 1925, acte Iïï, scène I.

23 Manuscrit déposé le 10 décembre 1914 par Roussel chez Eugène Leiris, reproduit dans Bizarre n° 34-35, 2ème trimestre 1964, pp. 3-13.

24 Locus Solus, pp. 213-214.

25 Anthologie des Poêles Français du xviii– siècle, Delagrave, 1934, p. 340.

26 Cf. Michel Raimond, La crise du roman de la fin du naturalisme aux années vingt, José Corti, 1966.

27 Locus Solus, p. 70.

28 Ibid, p. 98.

29 Ibid, p. 101.

30 Comment j’ai écrit certains de mes livres, p. 23.

31 Cité par Maurice Allem, in Anthologie poétique française, xviième siècle, Garnier-Flammarion, 1966, p. 397.

© Presses universitaires de Rennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540