Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Le temps des lettres

 | 
Francine Dugast-Portes
, 
Michèle Touret

Des années 1950 à l’esthétique contemporaine

Le nouveau roman : problématique d’une institutionnalisation

Dominique Denès

Texto completo

1Si le Nouveau Roman avait reçu un meilleur accueil du grand public, son institutionnalisation aurait sans doute été moins problématique. Si le Nouveau Roman avait fait l’unanimité de la critique, sa problématique aurait été différemment institutionnalisée.

2L’institutionnalisation, c’est le processus d’établissement officiel durable, de reconnaissance et de légitimisation d’un dit ou d’un fait. Mon intention est d’interroger ce processus pour tenter de répondre à la question de la périodisation, cette enquête sur la date et la durée d’un phénomène littéraire, en l’occurrence médiatique et littéraire.

3S’il est entendu avec Pasternak, repris par Claude Simon, en exergue de L’Herbe, que « personne ne fait l’histoire », ni l’histoire historique ni l’histoire littéraire, « qu’on ne la voit pas, pas plus qu’on ne voit l’herbe pousser », il revient aux historiens et aux historiens de la littérature de la refaire, de lui bâtir des cadres et de lui donner du sens. Comment, dès lors, discerner et cerner un phénomène, échapper au travers de la schématisation, remplir son devoir d’annaliste et d’analyste ? Entre la nécessité de la prise de réel et le danger de la prise de retard, l’histoire de la littérature est bel et bien aux prises avec l’effet dilatoire de son décalage essentiel : d’une part avec le temps de latence, d’autre part le temps de rémanence. Du temps de latence, dont ne bénéficie pas le critique littéraire amené à trier la littérature sur le vif dans la frénétique production éditoriale des années cinquante, dépendra l’institutionnalisation, dans les ouvrages et manuels de littérature, du mouvement littéraire considéré. Pour le Nouveau Roman, qu’en sera-t-il de ce délai de reconnaissance ? Le travail de recension effectué par Claudette Oriol-Boyer en 1990 dans Nouveau Roman et discours critique est un précieux outil d’évaluation. Pour le temps de rémanence, plus subtil à apprécier, j’emprunterai à Julien Gracq, et à son pamphlet Pourquoi la littérature respire mal (1960) une manière de définition :

Le dégagement d’énergie dans une révolution [...] est tel, il imprègne pour si longtemps de passion et de force entraînante le vocabulaire qui l’exprime, que les mots ici plus qu’ailleurs survivent à la chose signifiée, si bien que longtemps encore, dans une société qui se refroidit, les maîtres mots et le vocabulaire du temps de l’éruption restent à l’ordre du jour.

  • 1 Gracq (Julien), Pourquoi la littérature respire mal, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1990, p. 869.
  • 2 Le Magazine littéraire, janvier 1993, p. 103.

4Et après avoir donné l’exemple de la période au cours de laquelle les monnaies portaient le curieux exergue de « République française – Napoléon empereur », il conclut qu’« ainsi se produisent plus d’une fois, dans l’histoire comme dans la littérature, ces moments de profond malentendu, où les trompettes sonnent encore la charge quand les troupes en sont déjà à l’extinction des feux1 ». Le temps de rémanence serait donc la durée de l’effet de résonance d’une révolution littéraire déjà entrée dans l’ère de sa mise en soupçon et de sa désuétude. Car quelle espérance de survie à sa mode peut légitimement escompter une littérature de rupture comme le Nouveau Roman ? Et quelle incidence peut avoir la seule longévité de ses représentants, sans parler de leur disparition, sur le devenir de la mouvance, et pour ainsi dire, sur la perpétuation de l’espèce et de l’espace littéraire néo-romanesque ? Le Nouveau Roman est-il même autre chose que la co-présence de ses illustres représentants ? Dans cette dialectique de l’éparpillement et de la cristallisation, sera à examiner la proposition faite par Butor de considérer la décennie courant de 1953 à 1963, soit en termes événementiels de la publication du nouveau roman des Gommes de Robbe-Grillet à celle du recueil critique rassemblant ses articles antérieurs sous le titre-bannière Pour un Nouveau Roman, comme étant « la période classique du Nouveau Roman ». « Période classique du Nouveau Roman » : sous le paradoxe qui souligne la récupération d’un mouvement avant-gardiste selon les schèmes du classicisme et de la littérature classée patrimoniale, est à entendre l’intention de malice, quelque peu subversive et tout aussi paradoxale, émanant d’un néo-romancier – alors en retrait de l’écriture romanesque – à l’égard d’une modernité dont il a cependant assuré la défense et l’illustration. Banalisation de l’altérité, récupération de la différence, vieillissement de la nouveauté, verdict de « vieille lune2 », coups de boutoir et tentatives de destitution, sont, avec le double jeu des manifestes comme affirmation de l’originalité et de la dissidence d’une part et comme exercice d’autoproclamation d’autre part, les termes du paradoxe analysé entre autres par Eduardo Sanguineti dans Sociologie de l’avant-garde, et qui constituent autant d’étapes dans le processus de l’institutionnalisation dont je me propose de rendre compte.

5J’emprunterai à l’étude de la réception des textes menée par Clément Moisan les trois phases successives qui la concernent : phase d’admission, phase de légitimation et phase de consécration.

  • 3 Moisan (Clément), Qu’est-ce que l’histoire littéraire ?, Paris, PUF, 1987, p. 220.
  • 4 « Contribution à l’économie des biens symboliques », dans Actes de la recherche en sciences social (...)
  • 5 Dans Arguments, 1958.
  • 6 Astier (Pierre), Encyclopédie du Nouveau Roman, Paris, Nouvelles éditions Debresse, 1968.

6La phase d’admission correspond à l’accueil de la critique littéraire : elle est, selon la définition qu’il en propose, « faite de jugements qui imposent une œuvre, un écrivain, qui leur ouvrent les portes du domaine littéraire » ; il s’agit d’une « introduction, d’un discours d’entrée, qui donne un droit d’entrer »3. Dans le cas du Nouveau Roman, cette phase d’admission, de reconnaissance d’une tendance unitaire a été activée par la volonté instauratrice des nouveaux romanciers : la publication coïncidente des récits et des articles est certes caractéristique de toute avant-garde, car la reconnaissance de son existence comme de sa littérarité passe par la définition a contrario et par la déstabilisation des normes et modèles institués ; elle a une fonction de reconnaissance mutuelle et de ralliement. En effet, c’est à Nathalie Sarraute que revient la triple initiative de l’innovation narrative avec Tropismes en 1939, de l’essai critique avec De Dostoïevski à Kafka en octobre 1947, et du premier recueil-manifeste, L’Ère du soupçon en 1956. Mais, par là, et notamment par l’analyse qu’elle mène des mutations irréversibles subies par le système narratif depuis Dostoïevski bien plus que dans ses choix d’auteur appliqué à l’exploration jamais épuisée de la vie infra-consciente, elle permettra à Robbe-Grillet et à Butor de se reconnaître dans sa démarche et de la reconnaître de leur génération littéraire. Lorsque sept années plus tard, en 1963, Robbe-Grillet publie Pour un Nouveau Roman, il fait plus que rassembler une série d’articles qui ont nourri de vifs débats avec la critique et entre critiques dès 1955 lors de la querelle du Voyeur, son titre et son ton le font reconnaître, au-delà de l’effet escompté, comme le chef de file, le théoricien attitré, le dogmaticien voire, au prix d’un abus de langage, le « pape » de « l’École ». Essayiste plus que théoricien, Butor gardera pour sa part une approche réflexive sur les pratiques narratives les plus originales dont il assure par ses Essais sur le roman (1964), à la suite de Nathalie Sarraute, la promotion en tant que tradition de la modernité contemporaine. Mais Jean Ricardou interpellera Robbe-Grillet dans le sens d’un renfort de réflexion et de théorisation avec Problèmes du Nouveau Roman (1967) et Pour une théorie du Nouveau Roman (1971), internalisant les débats et formalisant les scissions. S’ils ne forment pas un groupe constitué, les nouveaux romanciers n’en ont pas moins constamment communiqué par essai interposé. Relativement au discours critique, lequel, selon Bourdieu, est nécessaire à « la production de l’œuvre, de son sens et de sa valeur4 », il n’est pas douteux que le Nouveau Roman s’est constitué et institué aussi par l’activité métatextuelle. Lentement relayé par celui des professeurs et des rédacteurs d’ouvrages et de manuels de littérature, le rôle de la critique sur le vif est prépondérant. De 1953 à 1967, paraissent quelque deux cents articles et ouvrages sur le Nouveau Roman, les années 57, 59 et 63 étant les plus prolifiques. Parmi ces nombreux critiques, remarquons que le plus institutionnel, Emile Henriot, de l’Académie Française, est aussi le plus institutionnalisant, et ce malgré lui, dans la mesure où il donne par son article du Monde du 22 mai 1957 son appellation au Nouveau Roman, laquelle sera entérinée en 63 par Robbe-Grillet lui-même dans Pour un Nouveau Roman. De 1955 à 1957, on avait couramment parié de « nouveaux romans » mais au pluriel. À l’inverse, Roland Barthes figure à la fois comme le plus anti-institutionnel, hostile à toute dérive académique, en proclamant qu’« il n’y a pas d’école Robbe-Grillet »5 et le plus institutionnalisant avec ses élogieux articles de Critique en 1954 et 1955. En lançant l’offensive contre les maîtres du roman traditionnel et contemporain, les maîtres modes et les maîtres pensées, le roman nouveau s’est placé d’emblée au sein d’une nouvelle querelle des Anciens et des Modernes. Parmi les réactions de défense manifestées par les traditionalistes envers ces textes et analysées par Pierre Astier6, figurent en bonne place l’accusation d’inflation formelle et celle d’amaigrissement substantiel du roman. Outre la résistance de ces nouveaux romans aux lectures de type humaniste, leur hospitalité à celles de type linguistique a entériné la crise importée dans les lettres dès les années 60 par le renouvellement du discours critique.

7Que le Nouveau Roman se soit constitué autour de pôles métatextuels identifiables n’est pas douteux mais ne peut-on pas considérer comme des agents d’admission et des facteurs d’unité le ou les pôles éditoriaux qui ont su attirer les nouveaux textes ? Certes, la politique novatrice et incitatrice de Jérôme Lindon – menée dès avant l’introduction de Robbe-Grillet comme conseiller littéraire en 1954 et soutenue a fortiori avec lui – a donné à la mouvance la majorité de son corpus (soit 35 romans sur 56 entre 1953 et 1973), mais l’appellation « École de Minuit » est d’autant plus injustifiée à longue échéance que l’édition d’un nouveau roman rue Bernard Palissy n’a aucun caractère systématique : pour preuve, les éditions de Minuit refusent à Claude Ollier son second manuscrit, Le Maintien de l’ordre, en 1961, alors qu’elles avaient édité en 1958 La Mise en scène couronné la même année par le Prix Médicis. En revanche, semble être systématique, à l’exception de Robbe-Grillet et de Beckett, « le passage » à Gallimard. On peut apprécier ce transfuge éditorial comme un progrès dans la reconnaissance littéraire, l’édition des œuvres complètes de Nathalie Sarraute dans la prestigieuse et mythique collection de La Pléiade en 1996, du vivant même de l’auteur, figurant comme la consécration suprême. Entre en outre dans cette phase de valorisation le décernement de nombreux prix littéraires qui, dans le cas d’œuvres relativement peu lues et abondamment discutées, a quelque trait paradoxal : dix prix littéraires couronnent six nouveaux romans au cours de sa période de pleine actualité, soit de 1954 à 1967, à l’exception évidente du prix de l’Académie française et à la réserve de l’attribution tardive et triplement probématique du Goncourt à Marguerite Duras en 1984 (Est-elle une néo-romancière ? L’a-t-elle jamais été, voire en dépit de ses propres dénis et rejets ? Ce consensus du grand public et de la critique littéraire n’est-il pas une preuve de post-modernité ?). Dès lors, sa littérarité pleinement agréée et reconnue, le Nouveau Roman peut être légitimé.

  • 7 Moisan (Clément), op. cit., p. 220.

8La phase de légitimation, préalable à celle de la consécration, se définit comme étant « le discours des institutions qui concernent les sélections faites en vertu d’accord (ou de désaccord) aux règles, aux coutumes, aux normes établies7 ».

9Cette définition contraint à regarder comme une usurpation de légitimation d’une part la célèbre photographie pseudo-officielle sous-titrée « Le Nouveau Roman devant le siège des Éditions de Minuit » faite en 1959 à l’initiative de Mario Mondero pour le magazine L’Espresso et d’autre part, l’appel à l’autodétermination lancé par Jean Ricardou par le biais du colloque qu’il organise en 1971 à Cerisy avec Françoise van Rossum-Guyon. Le discours institutionnel qui signe l’introduction du phénomène néo-romanesque dans un manuel d’histoire littéraire date de 1965 : l’initiative en revient à Lagarde et Michard, dont la collection éditée chez Bordas a valeur d’institution non seulement auprès des lycéens, mais aussi auprès des enseignants et des futurs enseignants du secondaire. De 1953 à 1965, en soulignant au passage les deux dates-dés qu’ont été 1957 (année de la réédition de Tropismes, de La Jalousie, La Modification, Le Vent, Fin de partie suivi d’Acte sans paroles, et de l’article « Le Nouveau Roman » d’Emile Henriot) et 1963 (Pour un Nouveau Roman), il aura fallu un temps de latence de plus d’une décennie pour reconnaître le mouvement littéraire comme digne d’être vulgarisé et enseigné, mais pour hardie qu’elle soit, l’initiative institutionnalisante n’en reste pas moins timide et réticente. À la dernière page du volume consacré au xxe siècle, en un mince paragraphe consacré aux « perspectives déconcertantes » de la nouvelle poésie, de « l’antithéâtre et antiroman », Lagarde et Michard citent brièvement trois écrivains qui « se distinguent » : Robbe-Grillet, présenté comme étant « surtout un théoricien, dont les romans ressemblent presque à des exercices, presque à des démonstrations », et qui « risque de rebuter par la froideur voulue », Nathalie Sarraute et Michel Butor. Omission est faite, par défaut de discours théorique probablement, de Claude Simon qui publie cependant régulièrement des romans depuis 1954 et ne sera « légitimé » par Lagarde et Michard qu’à partir de l’édition suivante du manuel, celle de 1973. Et aucun extrait d’aucun roman n’est encore proposé à l’étude en 1965, preuve du dénuement dans lequel se trouvent les informateurs et les enseignants en matière de didactique des nouveaux textes ; en effet, comment engager à leur étude avec des outils inadéquats et des procédés non opératoires, comme le résumé de l’intrigue ou la psychologie du héros ? Mais le droit de cité n’est pas pour autant acquis dans tous les ouvrages. Si la réticence se lit à la modestie quantitative de la présentation et aux réserves d’ordre qualitatif, certains partis pris s’affirment dans un lamenta qui accompagne le prétendu chant du cygne de la Littérature. Ainsi peut- on lire dans la Petite histoire de la littérature française qu’Henri Clouard fait paraître en 1965 chez Albin Michel ce portrait des « récentes décennies » :

Dans l’extrême confusion d’un déferlement monstrueux de l’imprimé, ce qui se passe ne manque pas d’inquiéter. [...] Les écrivains de la Nouvelle Vague ont de plus en plus l’air d’écrire sous l’influence d’une autre planète. [...] Espérons que notre littérature résistera aux entreprises de mort menées à l’intérieur d’elle-même. [...] Peut-être la littérature digne de ce nom redeviendra-t-elle demain ce qu’elle a été en maintes périodes dans le passé, le jardin secret et la consolation de deux ou trois mille lecteurs dispersés.

  • 8 Le Magazine littéraire, janvier 1993, p. 103.

10C’est le même Henri Clouard qui avait démissionné avec fracas du jury du Prix des critiques après le couronnement en 1955 du Voyeur de Robbe-Grillet. Une telle cécité n’affecte pas pour autant tous les panoramas de la littérature française des années soixante. La présentation que propose la Littérature française, en 2 volumes, que Larousse publie en 1968 semble répondre à l’éthique liée à sa mission institutionnelle : objectivité, exhaustivité dans la concision, généralisation mais distinction. Elle propose une présentation souvent retenue par les autres manuels : l’adoption de la dénomination « Nouveau Roman » en soulignant leurs différences très nettes, la prise en compte des auteurs « rattachés » : Beckett, Duras, Ollier, Simon, Pinget, le signalement des auteurs « moins étroitement rattachés », ceux que plus tard, Jean Ricardou s’indignant de l’arbitraire des listes extrinsèques appellera des « cités çà et là », comme Cayrol, Lagrolet et des Forêts. Cette typologie évoluera vers un modèle binaire avec l’adoption du modèle de « l’hydre à sept têtes », mais sera toujours et encore soulignée la double difficulté de fixer le personnel auctorial du Nouveau Roman et de limiter le mouvement dans le temps. C’est à La Modification de Michel Butor que revient la palme du classique néo-romanesque et la meilleure « fortune scolaire », phénomène auquel le romancier donne une explication plaisante : « Rome, c’est bon pour l’enseignement secondaire !8 ». Depuis, L’Emploi du temps de Michel Butor a figuré au programme d’Agrégation de Lettres modernes en 1995, et La Route des Flandres de Claude Simon en 1998.

  • 9 Moisan (Clément), op. cit., p. 83.
  • 10 Le Magazine littéraire, janvier 1993, p. 83.
  • 11 Pageaux (Daniel-Henri), Naissances du roman, Paris, Klincksieck, 1995, p. 130-131.

11Rendant durable la légitimation abordée précédemment, la phase de consécration est celle au cours de laquelle s’élabore et se fixe le discours culturel. Elle est définie comme « moyen d’établir des liens (des médiations) entre le [...] milieu humain et les textes », « inscrivant) les textes dans la culture d’un peuple » et faisant des grands écrivains « des symboles nationaux »9, comme Goethe pour l’Allemagne ou Voltaire pour la France. Rien de tel jusque là pour les nouveaux romanciers. Mais ce n’est pas un des moindres paradoxes de ce mouvement que d’être reconnu comme un produit culturel national en dépit de sa contestation de la majeure partie du patrimoine littéraire et de son affiliation à des écrivains étrangers. En 1982, Sarraute reçoit le Grand Prix National des Lettres du Ministère de la Culture et le titre de « doctor honoris causa » dont l’honorent de nombreuses universités étrangères à partir de 1976. Malgré l’ironie éclairée de Michel Butor pour qui « cet engouement actuel relève plus de l’archéologie que d’autre chose10 », le colloque consacré au Nouveau Roman à la New York University en octobre 1981 connaît un grand succès. Le Prix Nobel de littérature attribué à Claude Simon en 1985 consacre également le rayonnement international du mouvement. Et l’influence exercée par les nouveaux romanciers sur les écrivains étrangers d’Europe occidentale notamment dans les années soixante est assurément une autre forme de consécration. Dans l’analyse que mène Daniel-Henri Pageaux, dans Naissances du roman11, relativement à l’influence du Nouveau Roman tant en Europe qu’au Canada et en Afrique du Sud, on notera de manière paradoxale l’absence d’influences notables sur le roman britannique.

12Mais cette consécration n’advient-elle pas dans cette période de rémanence, où l’esprit des choses leur survit encore ? Si la période de 1953 à 1968 est la plus marquante du mouvement, 1971 est la date de son implosion, celle programmée par une relève plus radicale en matière d’écriture et de théorie : Jean Ricardou lance la notion de « Nouveau nouveau roman ». Il réactive certes un exercice critique qui est le corollaire obligé de cette création-là, mais ne réanime pas pour autant le discours de la critique qui avait tant fait pour son avènement et son actualité. Aussi dans les années 80, la décrue de l’intérêt critique, parallèlement au retour en grâce du romanesque dans le paysage littéraire, et à la reddition au genre autobiographique consentie de la part de ses propres détracteurs, figure-t-elle couramment comme le déclin du mouvement. Et lorsqu’en 1981, dans En lisant, en écrivant, Julien Gracq ferraille encore contre le Nouveau Roman, il ressemble à ces trompettes dont il parlait si judicieusement en 1930 qui « sonnent encore la charge quand les troupes en sont déjà à l’extinction des feux ».

Notas

1 Gracq (Julien), Pourquoi la littérature respire mal, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1990, p. 869.

2 Le Magazine littéraire, janvier 1993, p. 103.

3 Moisan (Clément), Qu’est-ce que l’histoire littéraire ?, Paris, PUF, 1987, p. 220.

4 « Contribution à l’économie des biens symboliques », dans Actes de la recherche en sciences sociales, Paris, Le Seuil, 1977, p. 42.

5 Dans Arguments, 1958.

6 Astier (Pierre), Encyclopédie du Nouveau Roman, Paris, Nouvelles éditions Debresse, 1968.

7 Moisan (Clément), op. cit., p. 220.

8 Le Magazine littéraire, janvier 1993, p. 103.

9 Moisan (Clément), op. cit., p. 83.

10 Le Magazine littéraire, janvier 1993, p. 83.

11 Pageaux (Daniel-Henri), Naissances du roman, Paris, Klincksieck, 1995, p. 130-131.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540