Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le temps des lettres

 | 
Francine Dugast-Portes
, 
Michèle Touret

Traversées génériques : la poésie

Quels chemins pour circuler dans la poésie française contemporaine des trente dernières années : périodes, avant-gardes et/ou extrême contemporanéité ?

Anne Malaprade

Texte intégral

  • 1 Gleize (Jean-Marie), « Intensifier la question poétique », in La Poésie, Textes critiques, xive xxe (...)

1La périodologie est une science qui s’applique à l’histoire en général et à l’histoire littéraire en particulier. Historiens et critiques y font souvent appel lorsqu’ils présentent des pans de la création poétique, les périodes considérées recouvrant des espaces de temps relativement étendus. Ainsi Jean-Marie Gleize, dans La Poésie Textes critiques xive-xxe siècle paru en 1995, propose une anthologie dont il explique, dans son introduction intitulée « Intensifier la question poétique », le plan. Ce dernier s’articule autour de trois périodes. Il intitule la première « L’Invention poétique » : elle tend, « à travers traités, discours, arts poétiques, à fixer l’infixable, à définir [et] va idéalement, des troubadours [...] à Chénier, à l’exténuation du classicisme ». Le deuxième massif, baptisé « Question poétique », correspond « au moment romantique, de Schlegel à Mallarmé, de Diderot à Rimbaud, à travers ses successives mises en jeu de contradictions fondamentales ». Le troisième et dernier moment, dans lequel nous continuons de nous trouver, est désigné par la formule « L’Explosion poétique » : « il s’agit tout d’abord de prendre acte de l’usure de l’instrument [...] et de l’accélération du procès (Rimbaud, Corbière, Lautréamont, Mallarmé), de la mise en crise, de la catastrophe... Au terme de ce procès, la poésie s’est retrouvée différente d’elle-même, hors d’elle-même, privée de ses formes et de ses repères1 ».

2Prenant comme point de départ cette large périodisation qui agence en trois moments – l’invention, la question, l’explosion poétique – six siècles de poésie, il s’agit désormais de proposer, à l’intérieur de cette explosion contemporaine, un découpage chronologique plus serré dont j’ai choisi de situer le point de départ au début des années soixante. La technique de la périodisation met en effet en place un dispositif temporel qui aide le néophyte à recevoir, lire et apprécier les formes les plus actuelles de la poésie française. Faisant écho au terme grec « periodos » qui signifie « circuit », je voudrais parcourir l’histoire récente de la poésie française, dont j’interrogerai quelques-unes des mutations les plus marquantes depuis trente ans. Pour « circuler » dans la production poétique actuelle, qui se « représente » tout autant qu’elle s’écrit, une découpe temporelle est nécessaire : elle permet un début d’organisation, de hiérarchisation et de classement. La période est un outil de travail précieux, qui produit de la cohérence et une lisibilité appréciable lorsque l’on œuvre à une histoire immédiate du champ poétique. Cependant si le poète écrit dans et avec son époque, s’il fait époque, s’il a une conscience historique et un souci de l’évolution temporelle des formes, c’est en créant contre une linéarité de l’histoire poétique et en résistant à la périodisation.

3Ma réflexion comprend deux moments. Je propose en premier lieu un tableau diachronique de la poésie française des trente dernières années qui connaît des bouleversements signifiants autour du pivot que constituent les années quatre- vingt. Ensuite, me penchant sur la notion d’extrême contemporanéité, je laisse la parole à un poète qui réfute la périodisation traditionnelle : Jacques Roubaud affirme qu’aucune périodisation n’est véritablement valable, car les poètes sont les contemporains les uns des autres, et ce malgré les années et même les siècles. Je verrai donc comment lui et quelques autres tentent de se « dégager » de périodisations diverses qui, du point de vue des créateurs cette fois-ci, corsètent la liberté et les possibles formels.

4La définition que le Littré donne du terme « périodisation » nous mène vers le monde mouvementé des étoiles. En voici les deux premiers sens :

  1. Temps qu’un astre met à faire sa révolution.
  2. Révolution d’un nombre déterminé d’années au moyen duquel le temps est mesuré de différentes manières par différentes nations.

5Le poète n’est peut-être pas toujours un astre. Cependant, il s’inscrit dans un temps et un décor qui « font leur révolution ». Il lui arrive même d’essayer de faire, seul, sa révolution. Ainsi, depuis trente ans, la galaxie des poètes s’est organisée en deux constellations successives. Les années soixante constituent l’origine de cette histoire immédiate. Deux périodes se déploient à la suite de cette date fondatrice.

6La première englobe les décennies soixante et soixante-dix. Elle est caractérisée par la montée en puissance des formalismes plus ou moins dogmatiques autour notamment des groupes parisiens Tel Quel et Change et des revues TXT, Manteia ou encore Digraphe. Parallèlement, on distingue un courant poétique dominant, que des critiques désignent par l’expression de « modernité négative », d’« écriture blanche » ou « minimaliste » : Orange Export Limited, dirigé par Emmanuel Hocquard et Raquel, est, de 1969 à 1986, un lieu de création, de production et de diffusion qui réunit une communauté de poètes parmi lesquels Anne-Marie Albiach, Jean Daive, Roger Giroux, Claude Faïn, Joseph Guglielmi, Pascal Quignard, André du Bouchet, Jacques Dupin, Qaude Royet-Joumoud, Alain Veinstein, Dominique Fourcade, Georges Perec et Bernard Noël. Dans la mouvance de cette modernité négative, mais avec des différences de ton notables, L’Éphémère regroupe, de 1966 à 1972, André du Bouchet, Jacques Dupin et Yves Bonnefoy qui, comme l’avertissait le « prière d’insérer » accompagnant le premier numéro de l’automne 1966, cherchent à « élucider à plusieurs et les conditions de l’acte de poésie et les notions, les mots, que chacun de nous emploie pour les dire ».

7Les divers acteurs du champ poétique écrivent alors au sein d’un contexte épistémologique particulièrement dense : Lacan, Althusser, Derrida, Foucault, Benveniste ou Chomsky sont activement lus, commentés et discutés. Les poètes, individuellement ou collectivement, s’essaient à formaliser la poésie en mettant en place un ambitieux chantier critique. Les consciences poétiques puisent dans les sciences humaines, la linguistique et la critique structuraliste des idées et des formules qui leur permettent de conceptualiser la poésie, ce que le surréalisme antérieur n’avait pas rendu possible. Tel Quel, par exemple, dont le premier numéro, en mars 1960, est parrainé par Francis Ponge avec le texte intitulé « La Figue », théorise la littérature, et par conséquent la poésie, de manière rigide, dans une logique avant-gardiste exclusive. L’ouvrage collectif Théorie d’ensemble paraît au Seuil en 1968. Les poètes Denis Roche, Marcelin Pleynet et Jacqueline Risset y apportent leur contribution.

  • 2 Pleynet (Marcelin), « La Poésie doit avoir pour but... », in Théorie d’ensemble, Paris, Le Seul, 1 (...)
  • 3 Sollers (Philippe), « Le Réflexe de réduction », ibid., p. 392.

8La poésie, engoncée dans une esthétique surréaliste, doit sortir de l’impasse dans laquelle elle s’est engagée et se dresser contre les « chantres de l’harmonie2 ». Démystification de la Poésie et en particulier de son « enlisement oraculaire pour l’ouvrir à son tracé projectif », pratique immanente du texte, production d’écrits poétiques « caractérisés par une rythmique autre, littérale, non métaphorique et cependant mythique (Pleynet) et un geste d’effacement permanent (Risset)3 », tels sont les mots d’ordre lancés par Philippe Sollers. Lorsque, trente ans plus tard, Denis Roche explique à Jacques Henric et Jean-Pierre Saïgas pour Art press quels pièges il a tendus au langage poétique afin de l’épuiser, on voit que son positionnement tentait également de bouleverser l’histoire linéaire de la poésie française. La posture avant-gardiste ne se satisfait d’aucune périodisation :

  • 4 Roche (Denis), « La poésie est inadmissible », entretien avec Jacques Henric et Jean-Pierre Saigas (...)

Non seulement je suis au-delà de Charles d’Orléans, au-delà de Racine et de Chénier, de Pamy et de Vigny, au-delà de Rimbaud et de Barnabooth, de Baudelaire et de Picabia, de Mallarmé ou de Char, de Ponge et des autres, mais je suis au-delà même de ce qui était au devant d’eux [...], il n’y a plus rien, ni vapeur ni néant d’eux, car déjà au début des Idées centésimales je savais, je comprenais, ou disons plutôt je sentais qu’en toute phrase, en toute combinaison de mots, il n’y avait plus rien de commun, ils avaient été le Sens et la Musique [...] et moi je n’étais plus qu’un seul mot, une seule lettre même, une seule note et à moi seul j’étais parti, envolé, une trace à peine.4

9Pour Tel Quel et surtout pour Denis Roche, la poésie est inadmissible, d’ailleurs elle n’existe pas : s’ouvre au seuil des années soixante et soixante-dix une période qui ne supporte plus la poésie, dépassée, déclassée, abandonnée. C’est une véritable « révolution du langage poétique », pour reprendre le titre d’un livre de Julia Kristeva dont la parution fit date en 1974, que cette double décennie initie.

10La seconde période comprend les décennies quatre-vingt et quatre-vingt-dix au cours desquelles un certain nombre de refoulés et de censurés poétiques font retour. Elle est marquée par la parution d’ouvrages emblématiques qui soulignent les nouvelles aspirations du champ. On peut citer par exemple, chez José Corti en 1988, La Poésie française au tournant des années quatre-vingt, et sa préface signée Philippe Delaveau, ou encore, chez le même éditeur en 1989, La Voix d’Orphée de Jean-Michel Maulpoix qui s’attache à analyser une notion, le lyrisme, décriée par les poètes dominants des années précédentes. De même, La Poésie moderne et la structure d’horizon de Michel Collot, paru en 1989, propose une approche jusqu’alors interdite du texte poétique : la promotion du concept d’horizon « ouvre » le poème au sens, à autrui, au dehors, par le recours à une métaphore spatiale empruntée à la phénoménologie. Le champ poétique français est en pleine effervescence restructuratrice. Critiques, commentateurs, universitaires, poètes enfin, tels Claude Esteban, Jean-Claude Pinson ou Martine Broda, notent par exemple le retour en force du sujet lyrique, une timide restauration de l’épopée et du narratif, une nouvelle importance du signifié au sein des textes poétiques. Certains s’en félicitent. D’autres s’en alarment, et conçoivent leur activité critique, créatrice ou éditoriale dans le sens d’une résistance à cette atmosphère de restauration sûre d’elle-même. Christian Prigent, dans des essais parus à la fin des années quatre-vingt comme La Langue et ses monstres ou Ceux qui merdrent, refuse de s’asservir à cette nouvelle doxa qui fait, selon lui, béatement confiance à la langue et aux ressources bienfaisantes de la poésie. La politique des éditions Al Dante, dirigées par Jean-Marie Gleize et Laurent Cauwet, est, de même, gouvernée par la conviction que la poésie ne peut être considérée comme une solution lénifiante :

  • 5 Gleize (Jean-Marie), Cauwet(Laurent), « Al Dante/Nioques », Le Cahier du refuge, n° 62, janvier 199 (...)

Les éditions Al Dante participent essentiellement d’un courant de résistance. S’il est vrai que le contexte se caractérise par une ambiance de récession et de régression, il importe de multiplier les marges vives. Pour agir, modifier le paysage, l’influencer. Pour affirmer (des formes, des positions politiques, morales, esthétiques). Pour passer en formes, en force. Nouveaux outils, nouvelles armes, nouveaux carburants, nouveaux moteurs. [...] Il s’agit pour nous, avec tous ceux qui nous accompagnent, de participer à l’invention de la littérature après la poésie, le roman, etc.5

  • 6 Cadiot (Olivier) et Alferi (Pierre), « Digest », Revue de littérature générale, 96/2, 1996, articl (...)

11Toujours à partir des années quatre-vingt, des cadres idéologiques s’effondrent, des structures institutionnelles se dissolvent, des maîtres à penser et à écrire disparaissent : Aragon meurt en 1982, Michaux en 1984, Char et Ponge en 1988, Leiris en 1990, Jabès en 1991, Tortel en 1993, Frénaud et Tardieu en 1995, Guillevic en 1997. Cependant des redéploiements s’effectuent, qui gèrent entre autres l’héritage intellectuel, thématique et formel de la période précédente. La Revue de littérature générale, en deux numéros publiés en 1995 et 1996 dirigés par Olivier Cadiot et Pierre Alferi, est emblématique de ce souci de digérer, tout en le dépassant, le legs poétique antérieur. Cadiot et Alferi s’attachent à redéfinir le lyrisme, notion controversée, dans leurs deux textes manifestes. Le lyrisme qu’ils défendent et réhabilitent est un lyrisme de la mécanique qui rencontre l’énergie, l’affect, l’intensité, et constitue finalement un possible formel, une boîte à outils et à écritures, un bazar qui met à disposition du poète des accessoires interchangeables : « [...] le lyrisme est une affectivité première de l’écriture qui lui donne sa tension.6 »

12La richesse, la diversité et la complexité de la production poétique française des trente dernières années gagnent donc à être ordonnées en deux périodes, qui donnent à l’hétérogénéité des écritures et des projets une forme de lisibilité. Le cadre temporel qu’Henri Deluy donne, en 1983, à son anthologie, L’Anthologie arbitraire d’une nouvelle poésie 1960-1982 : 30 poètes, est loin d’être injustifié. Pourtant des voix avant-gardistes, on l’a vu avec Denis Roche, refusent déjà de se laisser comprendre par référence à un espace temporel renvoyant à une perspective linéaire de l’histoire de la littérature.

13Envisageons maintenant comment certains poètes conspuent l’outil périodique, jusqu’à proposer, comme Jacques Roubaud, un art poétique qui tient en cette affirmation : « Poetry is now ». De leur point de vue, la période apparaît comme un outil très souple : ils en font un usage moins rigoureux que les lecteurs ou les critiques. Ils peuvent la rejeter parce qu’elle entraîne une perception fausse de la poésie, irréductible à tout carcan temporel.

14L’élection de la notion d’extrême contemporanéité par quelques poètes met à mal la périodisation de la poésie française. Cette notion leur permet de se situer audacieusement dans l’histoire et dans l’espace de la poésie, qu’ils se refusent à considérer sous l’angle de périodes se succédant les unes aux autres, de territoires nettement délimités. Le concept est utilisé la première fois par le romancier Michel Chaillou et les poètes Michel Deguy, Dominique Fourcade et Jacques Roubaud lors d’un colloque organisé à Paris VII en février 1986, dont le numéro 41 de la revue Po&sie donne, l’année suivante, des extraits. Michel Deguy dirige d’ailleurs, depuis la fin des années quatre-vingt, une collection du même nom chez Belin. On y trouve des ouvrages collectifs, des anthologies, des traductions de poètes étrangers, des recueils français, et enfin des monographies : cette collection donne à penser que l’extrême contemporain recouvre également le collectif et l’étranger.

  • 7 Fourcade (Dominique), Outrance utterance et autres élégies, Paris,P. O. L, 1990, p. 10.
  • 8 Ibid, p. 11.
  • 9 Ibid, p. 12.
  • 10 Ibid., p. 20.

15Dominique Fourcade définit lors de ce colloque une notion que son recueil Outrance utterance, paru en 1990, intégrera en Pexemplifiant. Le titre en constitue une première glose : « outrance » partage avec l’adjectif « extrême » les sèmes d’excès et de démesure. La première élégie, « Élégie L apostrophe E.C. », donne quelques éléments pour définir l’expression : « Le contemporain est un rythme », un « corps7 », « le contemporain, c’est lui qui nous tient8 », « le contemporain est un arrêt du cœur9 », ou encore « c’est quelqu’un qui s’enfonce en lui-même, à l’extrême d’un lui-même sans fond10 ». Ce traité de l’extrême contemporanéité montre que les poètes se partagent un temps élastique et sont plongés dans un présent identique. Le temps n’est plus pensé comme une catégorie linéaire tendue par l’idée de progrès : c’est une matière feuilletée, épaisse, dans laquelle on peut se noyer. L’extrême contemporanéité est tout à la fois une manière d’habiter le présent, une façon de s’inscrire dans le temps de l’écriture et dans la forme poétique, une possibilité de s’exposer, par l’écriture, au vertige du monde. La forme de l’extrême contemporanéité est celle du poème lyrique qui exprime une plainte douloureuse et mélancolique.

16L’intervention de Jacques Roubaud s’intitule « Poésie et l’extrême contemporain ». Son texte se présente sous la forme de propositions numérotées. Les premiers de ces énoncés assimilent la contemporanéité à la poésie, anachronique et survivante :

  • 11 Roubaud (Jacques), « Poésie et l’extrême contemporain ", Poésie, n° 41, deuxième trimestre 1987, p (...)

1. Une proposition : le langage est contemporain. 2. Pour qui s’occupe du langage, c’est la seule chose contemporaine. Pour qui s’occupe de la poésie, la poésie est l’extrême contemporanéité.11

17Les dernières propositions forment un manifeste pour la poésie extrêmement contemporaine :

  • 12 Ibid., p. 44.

44. la poésie comme contemporaine [...] est une déclaration : 45. Déclaration de sa légitimité dans l’univers réel 46. Déclaration du refus de non-dire [...] 47. de refus à l’indifférence à dire, en somme 48. Déclaration d’amour et de droits, d’amour et détestation de la langue 49. et son extrémisme est de ne jamais céder sur cela.12

  • 13 Roubaud (Jacques), « À propos de Mezura », Action poétique, n° 150, premier trimestre 1998, p. 53- (...)

18Pour Dominique Fourcade, Jacques Roubaud, Michel Deguy ou encore Jude Stéfan, qui, lui, se dit contemporain des élégiaques latins, certains poètes, de temps et d’époques quelquefois éloignés, de langues et de régions du monde retirées, sont extrêmement contemporains, c’est-à-dire actuels, nécessaires, pertinents. C’est pourquoi Jacques Roubaud, que ses recherches ont conduit à revisiter l’héritage des troubadours, se déclare le contemporain de Pound, mais se sent en retard par rapport au travail effectué dans les années trente par Gertrude Stein dans How to write13. Chacun se choisit et se « bricole », dans un passé plus ou moins récent, la période et/ou la périodisation qui lui convient le mieux pour penser son présent, son écriture et sa place dans le champ poétique : Francis Ponge a fait appel à Malherbe, Michel Deguy à Du Bellay. La périodisation linéaire est artificielle et insatisfaisante : une sensibilité, une forme, un art poétique ne se succèdent pas les uns aux autres. Il n’y a pas d’avant ni de lointain temporels. On ne peut plus se dire à l’avant-garde d’un autre. Les bornes du présent s’élargissent donc, déclassant les frontières de la traditionnelle période.

19L’art poétique que le « compositeur de musique et de poésie » Jacques Roubaud défend dans Poésie, etcetera : ménage, paru en 1995, mais aussi dans Poésie : (récit), publié en 2000, est indissociable d’une conception du poème, de la langue, de la temporalité et de la mémoire qui rend caduques les formes de périodisation de la littérature. Jacques Roubaud, certes, a fait œuvre d’historien en publiant en 1978 une histoire du vers français intitulée La Vieillesse d’Alexandre. Il y montre que le vieil alexandrin prétendument mort ne cesse de réapparaître dans un vers actuel maladroitement qualifié de libre. Mais il n’utilise pas une périodisation classique en présentant son panorama de la poésie française depuis un siècle. Pour les besoins de sa démonstration, il « raconte » la poésie à partir de la question du vers en montrant quelles solutions les poètes ont apportées à la crise métrique diagnostiquée par Mallarmé. Les intitulés de ses chapitres, numérotés de 0 à 00, montrent à eux seuls que l’organisation de son exposé n’emprunte pas à la périodisation et à la chronologie linéaires. Il regroupe dans une même partie des poètes éloignés dans le temps, à partir du moment où ceux-ci choisissent une solution formelle similaire.

20Au cours d’ouvrages postérieurs, autobiographiques ou critiques, Jacques Roubaud continue de réfuter le bien-fondé du souci de périodisation. La définition qu’il donne de la poésie dans Poésie, etcetera : ménage rend non pertinente cette manière d’organiser la matière temporelle. Ce livre se présente sous la forme d’un dialogue entre l’écrivain et son double, les deux voix se complétant dans une conversation qui vise à « faire le ménage » à propos de quelques idées reçues concernant la poésie. Douze sections envisagent successivement une série d’hypothèses et une suite de questions afin de proposer quelques jalons pour lire et écrire des poèmes. Un des principes majeurs de cet art poétique définit le rapport que la poésie entretient avec le temps et la temporalité. Cette dernière est en effet portrait, mémoire et expérience de la langue. L’adverbe de temps qui détermine la poésie est « maintenant ». « Poetry is now », c’est-à-dire :

  • 14 Roubaud (Jacques), Poésie, etcetera : ménage, Paris, Stock, 1995, p. 115.

[...] l’Odyssée, la Chanson de la fleur inverse de Raimbaut d’Orange, la Divine Comédie, le Vierge le vivace et le bel aujourd’hui, la Petite Cosmogonie portative, État d’Anne-Marie Albiach sont maintenant, des poèmes de maintenant ; ceci pour chaque maintenant qui se présente.14

21La période, juxtaposant et délimitant linéairement des aires temporelles, regroupe pour mieux éloigner des écritures qui n’ont pourtant de sens que dans le « now » anglais ou le « nun » grec. La poésie du passé n’est rien d’autre qu’une poésie présente : une poésie du présent. Il n’y a de poésie que dans l’immédiate té de sa perception et de sa lecture, la poésie étant, présentement, sa propre mémoire. Le temps de la poésie s’inscrit alors dans l’instant :

  • 15 Ibid, p. 118.

L’instant de la poésie est une destruction du temps ; une description, un déplacement, une translation, une contrefaçon, un ressouvenir, une déploration, une translation, une contraction, une fabrication, une disposition, une distraction du temps ; un renoncement au temps.15

22Cet art poétique est inséparable d’une conception du temps qui bouleverse les catégories de passé, de présent et de futur au profit d’un étemel présent :

  • 16 Ibid., p. 120.

[...] il n’y a pas de passé ni de présent ni de futur ; il y a un présent du passé, un présent du présent, un présent du futur.16

23Par conséquent, il est nécessaire d’inventer de nouvelles catégories temporelles capables de mettre en avant l’exemplarité de la poésie, qui ouvre la mémoire à l’inachèvement et à la mobilité permanente, précipite le passé et anticipe l’avenir : Jacques Roubaud suggère de parler à la fois de « futur antérieur » et de « passé postérieur ». Répondant aux questions de Stéphane Baquey pour la revue Prétexte, il déclare :

  • 17 « Entretien avec Jacques Roubaud », Prétexte, Carnet n° 9 hors-série, juin 1998, p. 107.

Le temps de la poésie, comme celui par conséquent des poètes est le futur antérieur (flanqué de son double, irréalisé dans le système du verbe en français, [...] le passé postérieur).17

24Tout dernièrement, dans la quatrième branche de son œuvre autobiographique inaugurée en 1989 par Le Grand incendie de Londres, Poésie : (récit), Jacques Roubaud, dans la section intitulée « Sévères axiomes du comportement en poésie », revient sur cette maxime centrale de son art poétique. Une explication synthétique fait le bilan de ses recherches et réflexions :

Exiger de parvenir à la publication pour satisfaire à l’idéal de l’établissement en poésie était une position apparemment conforme à l’idée absurde fort répandue alors et implicite dans les manuels de littérature comme dans l’enseignement de la littérature, qu’il n’y a pas de chef- d’œuvre inconnu. [...] Cette idée n’a de sens que si on considère le temps de la poésie comme linéaire et irréversible. Alors, dans cette idée, le passé est figé, les poètes peuvent devenir oubliés, puis être redécouverts ; mais on ne peut véritablement « découvrir » un poète neuf dans le passé. Il suffit de lire par exemple la poésie française du seizième siècle pour voir l’absurdité d’une telle conception, mais on ne peut s’en rendre compte que si on est prêt à admettre que le point de vue de la valeur change nécessairement [...] et que par conséquent la poésie du passé est aussi une poésie du futur, et se trouve presque aussi peu prédéterminée que lui.

  • 18 Roubaud (Jacques), Poésie : (récit), Paris, Le Seuil, 2000, p. 110-111.

[...] Chaque nouvelle lecture d’un poème ancien fait un poème nouveau. Mais je dirais bien plus : la poésie n’est jamais seulement un objet- mémoire externe, sur le papier, ou autres supports. Elle n’a d’existence que dans la mémoire individuelle d’un être présent. Que la poésie est « maintenant » est un axiome que je défends et qui signifie, entre autres choses, cela. La poésie est double : mémoire extérieure, où elle est proposée ; mémoire intérieure, où elle est reçue. En ce sens, tout poème du passé est nécessairement aussi un poème du futur.18

25La périodisation constitue un outil précieux pour le chercheur le lecteur ou le critique, permettant d’organiser selon des perspectives temporelles éclairantes la production poétique récente qui, depuis trente ans, a connu deux principales phases. Toutefois, ces tentatives de périodisation ont leurs limites, qui sont quelquefois pointées par les exégètes, et souvent exposées par les poètes eux-mêmes, lesquels cherchent pour la plupart, en tant qu’avant-gardistes ou « extrêmement contemporains », à se dé(sen)gager d’une classification assujettie à une conception linéaire de l’histoire de la littérature. Deux positions se distinguent donc nettement : le critique utilise la périodisation parce qu’elle apporte une cohérence qui permet de situer les écritures les unes par rapport aux autres, tandis que les poètes, depuis leurs pratiques, répugnent à se laisser enfermer dans des périodes, par peur d’être trop éloignés de passés qu’ils aiment revisiter avec liberté et désordre chronologique. Imprévisibles poètes, imprévisible passé.

Notes

1 Gleize (Jean-Marie), « Intensifier la question poétique », in La Poésie, Textes critiques, xive xxe siècle, Paris, Larousse, 1995, p. 15.

2 Pleynet (Marcelin), « La Poésie doit avoir pour but... », in Théorie d’ensemble, Paris, Le Seul, 1968, p. 100.

3 Sollers (Philippe), « Le Réflexe de réduction », ibid., p. 392.

4 Roche (Denis), « La poésie est inadmissible », entretien avec Jacques Henric et Jean-Pierre Saigas, Art press, n° 198, janvier 1995, p. 64-65.

5 Gleize (Jean-Marie), Cauwet(Laurent), « Al Dante/Nioques », Le Cahier du refuge, n° 62, janvier 1998, p. 17.

6 Cadiot (Olivier) et Alferi (Pierre), « Digest », Revue de littérature générale, 96/2, 1996, article 49. La revue n’est pas paginée.

7 Fourcade (Dominique), Outrance utterance et autres élégies, Paris,P. O. L, 1990, p. 10.

8 Ibid, p. 11.

9 Ibid, p. 12.

10 Ibid., p. 20.

11 Roubaud (Jacques), « Poésie et l’extrême contemporain ", Poésie, n° 41, deuxième trimestre 1987, p. 40.

12 Ibid., p. 44.

13 Roubaud (Jacques), « À propos de Mezura », Action poétique, n° 150, premier trimestre 1998, p. 53-54.

14 Roubaud (Jacques), Poésie, etcetera : ménage, Paris, Stock, 1995, p. 115.

15 Ibid, p. 118.

16 Ibid., p. 120.

17 « Entretien avec Jacques Roubaud », Prétexte, Carnet n° 9 hors-série, juin 1998, p. 107.

18 Roubaud (Jacques), Poésie : (récit), Paris, Le Seuil, 2000, p. 110-111.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540