Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le temps des lettres

 | 
Francine Dugast-Portes
, 
Michèle Touret

Pratiques de périodisation

Quelle périodisation du xxe siècle pour les lycéens ?

Jean-François Massol

Texte intégral

1L’enseignement du Français-Lettres au lycée se trouve à un moment charnière : la réforme de la classe de Seconde publiée en août 1999 est mise en œuvre et l’on attend les textes qui régiront la discipline en Première et définiront les exercices de l’Épreuve anticipée, textes à venir qui ont fait couler beaucoup d’encre déjà, en raison d’inquiétudes multiples cristallisées sur la dissertation. Dans ce contexte, la question de la périodisation du xxe siècle au lycée doit être posée sous forme interrogative ; elle pourrait même l’être de manière plus large, à propos de l’ensemble des siècles de la littérature française, c’est-à-dire très exactement à propos de la présence dans la discipline de cette catégorie traditionnelle.

2Pour quelle raison en est-il ainsi ?

  • 1 Les remarques que je fais sur les manuels sont limitées par mon sujet et je proclame hautement que (...)

3Simplement, parce que dans les manuels nouveaux, la présentation de la littérature ne s’inscrit pas toujours, loin de là, dans le cadre d’une périodisation séculaire. Pour l’instant, en effet, les cinq manuels dont j’ai essentiellement consulté les sommaires, peuvent être classés en trois catégories.1

  • 2 Béguin (M.) et alii, Anthologie 2è/1re, Paris, Belin ; Amon (E.) et Bomati (Y.) Lectures, Antholog (...)
  • 3 « Le Premier xxe siècle : élégance et densité » ; « Le Temps des combats » ; « L’Écriture en quest (...)

4Dans deux d’entre eux, traditionnels de ce point de vue, le xxe siècle se trouve nettement représenté comme moment à part et, comme les autres siècles, il apparaît comme partie de l’ensemble : c’est, en effet, l’histoire littéraire qui organise le découpage général de la matière traitée2. Mais l’Anthologie 2nde/1re de Belin mêle ensuite chapitres relevant d’un moment historique (« Une Belle Epoque ? ») et chapitres seulement génériques (« La Poésie au xxe siècle »), alors que le second manuel ayant défini trois moments du siècle3 aligne ensuite des auteurs à l’intérieur de ces moments.

  • 4 Citée plusieurs fois dans les Instructions pour la classe de seconde, « l’histoire littéraire et c (...)
  • 5 Littérature Seconde, Textes et séquences.

5Dans deux autres manuels, qui reprennent le dispositif disciplinaire défini par le B.O.E.N., l’histoire littéraire est une partie seulement de l’ensemble4. À l’intérieur de cette partie, des éléments de périodisation apparaissent, qui sont exclusivement littéraires puisque le découpage se fait par genres dans les deux cas : de ce fait, le xxe siècle n’y a pas d’existence en soi. Par ailleurs, la nomination des phénomènes littéraires et des textes du xxe siècle qui sont cités peut varier. Dans le manuel d’H. Sabbah et C. Weil pour Hatier5, le xxe siècle apparaît à deux moments dans la partie consacrée à l’Histoire littéraire : d’abord, c’est à propos du genre théâtral, comme dernier moment d’une « Histoire du théâtre » qui commence à « la tragédie grecque » pour aboutir au « théâtre au xxe siècle ». Ensuite, les « séquences » 23 à 25 sont consacrées au « Renouveau poétique et [au] Surréalisme », à « Poésie et Résistance », à la francophonie : cette fois, le renvoi explicite au Xxxe siècle a lieu dans le titre de la partie seulement (« Mouvements littéraires (du xixe au xxesiècle) »).

  • 6 Paris, Hachette.
  • 7 Les séquences 7, 8 et 9 permettent de suivre une évolution du genre de l’abbé Prévost à Zola. On p (...)

6Dans le manuel Des textes à l’œuvre dirigé par R. Lancrey-Javal6, des éléments de périodisation apparaissent également dans la deuxième partie qui vise à « situer les genres et les registres dans l’Histoire littéraire et culturelle » ; ils organisent la présentation du genre romanesque, mais essentiellement pour le xixe siècle7. Pour le théâtre, l’adjectif « moderne » (qui s’oppose, de fait, à « classique ») définit des pièces du xixe (Labiche, Jarry) et du xxe siècles (Cocteau, Ionesco...) ; finalement, la qualification « XX’ siècle » est reprise seulement pour le Surréalisme, lequel, justement, permet d’« étudier un mouvement artistique et littéraire du xxe siècle ».

  • 8 Français Seconde, Paris, Delagrave, p. 5.

7Reste un manuel dont le découpage en « compétences » (« prendre la parole », « raconter », « argumenter ») privilégie « les entrées discursives et génériques8 » : dans ce cas, toute périodisation a disparu.

8Dans ces élaborations du programme de Seconde, on le voit, le découpage en moments est divers, quand il existe. Certains manuels semblent même nous imposer un paradoxe : au moment même où les Instructions officielles nomment explicitement l’histoire littéraire, après une quinzaine d’années sur lesquelles je vais revenir, à ce moment donc, se trouve remise en question une des catégories les plus anciennes de ce domaine du savoir, la périodisation séculaire. Or, à travers une périodisation générale de l’histoire littéraire, est en jeu non seulement l’inscription des œuvres dans l’Histoire, mais encore une signification d’ensemble donnée à l’histoire de la littérature, en même temps qu’une relation est affirmée entre deux disciplines.

9A travers la question limitée de la périodisation du xxe siècle pour les lycéens, je me trouve donc poser de manière plus générale celle de l’intérêt ou des enjeux de cette présentation traditionnelle de la Littérature nationale. Faut-il conserver la notion de « siècle » comme critère d’organisation ? Si oui, de quelle manière cette présentation doit-elle être abordée ? Si non, par quoi la remplacer ? Ces questions courront en filigrane dans mon propos. Mais les remarques que je propose s’appuieront sur une description et une analyse de la présentation du xxe siècle dans quinze manuels qui dépendent des instructions officielles de 87-88, modifiées par l’arrêté de 1994 qui a fait évoluer les épreuves du baccalauréat.

1989

Darcos et al.

xxème siècle, coll. « Perspectives et confrontations »

Hachette

Lecherbonnier et al.

xxème siècle, coll. « Littérature, textes et documents »

Nathan

Valette et al.

Anthologie de la Littérature française

Nathan

1991

Alluin et al.

Itinéraires littéraires, xxème siècle, t. I, 1900, 1950

Hatier

Maulpoix et al.

Itinéraires littéraires, xxème siècle, t.II, après 1950

Hatier

1992

Parpais et al.

Littérature Première

Hachette

1994

Campoli et al.

Littérature du Moyen Age au xxème siècle

Hatier

Sabbah et al.

Littérature Première

Hatier

1995

Pages et Rincé

Lettres Seconde

Nathan

Lettres Seconde

Hatier

1996

Pages et Rincé

Lettres Première

Nathan

1997

Prat et Aviérinos

Littérature, textes, histoire et méthode, t. II, xixème et xxème siècles

Bordas

1998

Alluin et al.

Anthologie des textes littéraires du Moyen Age au xxème siècle

Hachette

Kelle et al.

Parcours littéraires du xvième au xxème siècle

Delagrave

10Avant de proposer quelques observations sur ce corpus, je veux rappeler quelques orientations importantes de la discipline pendant la période à laquelle je m’intéresse ici. J’évoquerai aussi dans ses grandes lignes la réflexion récente sur l’enseignement de l’histoire littéraire au lycée. C’est ce cadre, en effet, qui détermine les orientations générales des manuels et les propositions qui sont les leurs.

Place de l’Histoire littéraire et réflexion didactique à son sujet au temps de la lecture méthodique

11On le sait, la période qui va de 1987 à septembre 2000 est, pour ce qui nous intéresse ici, celle d’une certaine minimisation de la place de l’histoire littéraire dans l’enseignement du français au lycée. Cette minimisation s’apprécie comme telle, bien entendu, au regard des pratiques précédentes, quand l’histoire littéraire organisait totalement l’enseignement de la lecture des textes. Dans cette période, pourtant, la dimension historique est conservée, ainsi qu’en témoignent, en premier lieu, les Instructions pour la Seconde : dans les « perspectives de lecture » que mentionne le texte officiel, « l’éclairage historique » est, en effet, la première des rubriques, avant « la référence aux formes et aux genres littéraires », « les relations avec les arts plastiques, l’image, la musique », « l’éducation civique ». A travers l’éclairage historique, précise-t-on, il s’agit de « développer (la) conscience historique » des élèves, de leur « redonner (...) le sens de la continuité historique, faite de crises, de ruptures, mais aussi de transitions, de constantes ». Il faut, en effet, leur proposer « une histoire littéraire chronologiquement organisée, sans simplification abusive des découpages ». On le voit, la périodisation est ici inscrite dans le texte officiel, et elle se trouve en bonne place. Pourtant il faut faire aussitôt deux remarques : d’une part, les Instructions et programmes soulignent que « c’est surtout dans le tissu du texte que l’on trouve les marques et les signes de l’histoire » ; d’autre part, dans la liste des objectifs à atteindre figurant un peu plus loin, « savoir situer exactement dans l’histoire les auteurs et les textes abordés pendant l’année » vient seulement en dixième et dernière position. Entre « première perspective de lecture » des textes et dernier des objectifs à atteindre, on voit que la place de l’histoire littéraire est marquée par une certaine instabilité : la prise en compte des marques historiques internes peut donc tendre à l’emporter sur l’inscription des textes dans les périodes de l’histoire littéraire.

  • 9 Dans le programme de seconde et dans le programme de première.

12Dès lors, on aura beau jeu d’observer aussi que, dans les deux définitions somme toute détaillées de la démarche de lecture prescrite9 – la fameuse lecture méthodique qui donna lieu à tant de réactions diverses – aucune référence n’est faite à l’éclairage historique prôné, par ailleurs, comme première perspective de lecture. La compétence qui consiste à savoir situer dans l’histoire auteurs et textes n’est donc pas reliée à une démarche de construction du sens ; elle paraît rester totalement « en l’air » à la différence d’autres savoirs inscrits dans des démarches et donnant lieu à évaluation...

13De fait, sur le rapport entre inscription historique des textes et démarche de lecture, le texte officiel de 1987 fait, à mon sens, une impasse. En effet, ce qui est alors ressenti comme la nouveauté principale dans la démarche proposée, consiste dans la très grande place accordée aux outils formels d’analyse des textes. Or, à l’exception des figures, l’essentiel de ces notions, qui sont formelles et linguistiques, a été forgé dans un cadre théorique privilégiant la synchronie, qui pouvait même s’opposer explicitement à l’histoire littéraire... En bref, disons que ces Instructions de 87-88 assignent aux professeurs la tâche difficile de proposer à leurs élèves une démarche consciente de lecture qui permette d’analyser formellement les textes canoniques sans abandonner la dimension historique, alors même que cette dimension historique, quand elle est vue comme inscription dans une histoire, se trouve non pensée dans la méthode préconisée...

  • 10 Enseigner l’histoire littéraire. Presses Universitaires de Rennes, 1993 ; Armand (A.), L’Histoire (...)

14Sur le terrain et dans la réflexion didactique, après un premier moment qui a vu la plupart des professeurs mettre en œuvre la démarche autorisée en se saisissant des « outils d’analyse » officiellement énumérés, le temps est ensuite venu des interrogations, à cause des difficultés que les élèves rencontraient. C’est alors que, parmi d’autres problématiques, a fleuri une série de questionnements sur l’enseignement de l’histoire littéraire10. Qu’en est-il de la périodisation dans ces travaux ? De celle du xxe siècle en particulier ?

  • 11 « Réflexion sur la périodisation dans les manuels d’histoire de la littérature de 1838 à 1938 », L (...)

15Disons d’abord que la question de la périodisation et, plus largement, celle de l’inscription historique des textes ne sont pas un thème majeur de ces réflexions. De fait, quand les auteurs s’accordent pour définir quels éléments de l’histoire littéraire doivent être retenus au niveau du lycée, c’est autour des notions d’histoire littéraire que le consensus se fait. Pour B. Veck et son équipe comme pour A. Armand, les notions d’humanisme, baroque, classicisme, etc. sont à enseigner parce qu’elles permettent d’entrer dans la lecture des textes. Quant à la périodisation, elle se trouve analysée dans ses différentes composantes par B. Rainelli lors du colloque de Nice11, mais A. Armand est la seule, à ma connaissance, à proposer d’en conserver l’enseignement.

  • 12 p. 45

16Pour quelle raison ? Il faut, dit l’inspectrice pédagogique régionale, « faire le choix d’une lecture historique », c’est-à-dire éviter de « retrouver dans toutes les œuvres une sorte d’éternité des sentiments humains. »12

  • 13 Elle devrait être mise en œuvre par ces « Travaux Pratiques Encadrés » qui ont, eux aussi, fait ré (...)

17J’ai tenu à reprendre ce propos, pour sa justesse. Permettre aux élèves des lycées de construire sur les textes et de conserver ensuite cette perspective historique me semble important, car la culture nationale que propose la discipline est elle-même une construction historique. Et cette dimension paraît d’autant plus incontournable aujourd’hui que l’on met en avant la notion de citoyenneté : parce qu’il évite les enfermements dans le présent, un regard qui tient compte de l’Histoire ne peut que contribuer à la formation de l’esprit critique nécessaire à tout citoyen. Enfin, à un moment où la dimension interdisciplinaire est officiellement affirmée13, ne paraîtrait-il pas aberrant d’abandonner une dimension qui a toujours permis d’établir un rapport entre notre discipline et l’Histoire ?

18Simplement, faut-il observer, quand A. Armand propose de conserver l’ancrage historique des textes et la périodisation séculaire, elle prévoit, dans les classes, des travaux pour éviter que l’organisation d’ensemble des manuels de littérature reste lettre morte pour des lycéens qui ne seraient jamais sollicités à son propos. Ne devrait-on pas ajouter la prise en compte de cette inscription historique dans l’élaboration du sens des textes ?

19Quant à la périodisation du xxe siècle, bien sûr, aucun de ceux dont j’ai évoqué la réflexion n’en fait mention, même si, comme je vais le rappeler, elle figure dans nombre de manuels. Personne n’en parle, pour la simple raison que les propos restent toujours généraux.

20En tout cas, il semble bien que la place faite à l’Histoire littéraire et à la périodisation dans les manuels publiés en 1999 et auxquels je faisais allusion en commençant dépend largement de ces réflexions.

21Mais le cadre d’ensemble que définissent les Instructions officielles de 1987 et la réflexion générale sur l’enseignement de l’histoire littéraire étant rappelés, il me faut en venir aux manuels retenus.

L’évolution des manuels de littérature au lycée : d’une périodisation exogène à une périodisation endogène.

22De fait, c’est en trois ensembles que l’on peut classer ces manuels.

23Un premier modèle propose un découpage du xxe siècle en périodes définies d’abord en référence à l’Histoire politique, économique et sociale, et c’est à l’intérieur de ce premier niveau d’organisation que peuvent apparaître des ensembles strictement littéraires. C’est le cas, par exemple, du xxème siècle de la collection « Littérature, textes et documents », publié chez Nathan, en 1989.

24On notera quand même, pour ce manuel, que la relation qu’il institue entre cadre historique et histoire littéraire, n’est pas sans poser problème. Dans l’introduction historique que signe P. Miquel, en effet, « c’est en 1918 qu’entre véritablement en scène dans notre pays le xxe siècle, sur les ruines de la Première guerre mondiale ». Or, deux pages plus loin, dans « l’introduction littéraire », D. Rincé fait commencer le siècle avec sa première génération, juste avant une première partie consacrée au moment qui va « de la Belle Epoque à la Grande Guerre ». De fait, ce n’est qu’avec l’introduction à la période 1920-1940, que l’histoire littéraire se met à coïncider avec la périodisation de l’historien. Ce manuel très sérieux et très complet permet ainsi de souligner la difficulté des rapports entre histoire et histoire littéraire. Par ailleurs, étant donné qu’à l’intérieur de la périodisation historique est proposé un découpage par genres, on n’est guère loin d’un deuxième modèle.

  • 14 « esprit nouveau, formes nouvelles ».

25Dans ce deuxième cas, en effet, le découpage premier est exclusivement littéraire (très souvent à partir de quatre genres : poésie, théâtre, roman, littérature d’idées) et des éléments de périodisation peuvent apparaître ensuite, à l’intérieur de cette première distribution du contenu. Ainsi, sur les dix chapitres qui découpent sa présentation du xxe siècle, le manuel récent Littérature, textes, histoire, méthode chez Bordas, en réserve trois à la poésie, trois chapitres qui ne sont pas regroupés. Le premier de la partie xxe siècle définit la « poésie moderne » à partir d’œuvres de Péguy, Claudel, Apollinaire, Supervielle, etc. ; le deuxième (qui se trouve être le quatrième de la partie) présente le surréalisme, tandis que le troisième (le huitième de cette partie) propose une approche de « la poésie contemporaine ». Les sous-titres de ces chapitres et les introductions donnent une cohérence à chacun des regroupements organisés : ainsi, pour « la poésie moderne », la répétition de l’adjectif « nouveau » dans le sous-titre14 établit une justification thématique et esthétique du découpage retenu. Comme c’est le cas des autres genres, la poésie possède ici une périodisation propre. Par ailleurs, si l’introduction au chapitre sur le surréalisme fait le lien avec l’histoire (Première guerre mondiale et mouvements sociaux), les deux autres chapitres suppriment ce lien (pour le chapitre sur la poésie du début du siècle, il en résulte, d’ailleurs, une certaine artificialité, l’introduction ne faisant que juxtaposer trois expériences poétiques).

26Tous les manuels qui organisent leur matière uniquement à l’aide de catégories littéraires n’établissent pas aussi nettement une division en périodes significatives à l’intérieur de ces catégories. Dans le Littérature Première publié chez Hatier, le sous-titre qui est glissé à l’intérieur des chapitres (« éclatement des formes et des genres » pour le roman, « diversité et recherches », pour le théâtre...) permet une présentation purement chronologique d’extraits de différents auteurs. On est alors très proche d’un troisième modèle, sur lequel je ne m’attarderai pas, celui de l’anthologie : l’ordre chronologique régit ici la citation des textes.

27Si on laisse de côté ce dernier type, la concurrence des deux autres modèles est-elle stable ou une évolution peut-elle se lire ? De fait, les manuels qui retiennent une périodisation historique du xxe siècle sont les plus nombreux entre 1987 et 1991, alors qu’ensuite devient dominant le découpage purement littéraire de la matière, à partir de catégories mêlées le plus souvent. Entre 1987 et 1991, pour six manuels retenus, quatre adoptent une périodisation historique ; entre 1992 et 1998, pour huit manuels retenus, un seul propose une telle périodisation. D’ailleurs, ce dernier manuel, Littérature Seconde, est couplé avec un manuel pour la Première que je viens de citer. Dans cette collection, on le voit, d’un manuel à l’autre, les deux modèles sont repris, mais sont inscrits dans le cadre d’une progression : la périodisation exogène apparaît ainsi comme une base, à partir de laquelle peut être proposée une présentation plus strictement littéraire de la matière (mais très peu organisée, on l’a vu). N’apparaît-elle pas, dès lors, comme secondaire ?

28En tout cas et de manière plus générale, cet effacement récent de la périodisation exogène peut donner lieu aussi bien à des présentations plus complexes d’une matière qui se trouve découpée quand même en périodes, mais elle aboutit parfois aussi à la suppression pure et simple de toute périodisation. Il faudrait bien sûr situer dans cette évolution les manuels les plus récemment parus que j’évoquais initialement. Je ne le ferai pas. Je préfère m’intéresser aux contenus des périodisations du xxe siècle dans les manuels de la période 89-98.

Périodisations historiques et littéraires : consensus et problèmes.

Périodisation de caractère historique ou exogène

  • 15 Littérature, textes et documents, Paris, Nathan, 1989.

29Quand il y a découpage historique du xxe siècle, un consensus majeur apparaît. Les deux premiers moments du siècle sont toujours les mêmes, définis grâce à ces repères commodes par leur visibilité et leur dimension globalisante, que constituent les Première et Deuxième Guerres mondiales. Les manuels qui suivent ce modèle proposent donc une première partie consacrée à « La Belle Epoque » qui se termine en 1914, et une deuxième qui est le plus souvent intitulée « Entredeux-guerres » et, une fois, « Années folles et Front populaire15 », formule plus intéressante parce que non factuelle et suggérant une tension signifiante.

  • 16 Paris, Bordas, 1969.
  • 17 Paris, Les Éditions sociales, 1977 pour le tome V, 1982 pour le tome VI.
  • 18 Paris, PUF, 1998.
  • 19 Paris, Nathan, 1993.
  • 20 Paris, PUF, 1992.
  • 21 Ibid

30Il faut souligner qu’une telle division n’est pas nouvelle : pour l’enseignement secondaire, le xxe siècle de la collection dirigée par Lagarde et Michard16 la reprenait déjà, même si, nous disait-on, ce découpage ne devait pas faire illusion. Des travaux purement universitaires élaborent ces deux périodes : ainsi en est-il de l’Histoire littéraire de la France17 même si, dans ce cas, la répartition de la matière en volumes différents sépare nettement la « Belle Epoque » incluse dans le tome V (qui va de 1848 à 1913) et « 1914-1939 » qui appartient au dernier tome (« de 1914 à nos jours »). Par ailleurs, dans des ouvrages récents, ces deux moments sont étudiés séparément : dans La Vie littéraire à la Belle Époque18, J. Sabiani et G. Leroy s’intéressent à l’institution littéraire de ce début de siècle. C’est une étude plus thématique et idéologique de la littérature des années 1919-1939 que propose E. Tonnet-Lacroix dans La Littérature française de l’entre-deux-guerres19. A ce point de vue, la périodisation exogène retenue par les manuels pour la première moitié du siècle paraît relever à la fois de la transposition didactique et d’un large consensus. Mais on peut noter cependant qu’à ce niveau, ce découpage n’est pas systématiquement repris puisque M.-C. Bancquart et P. Cahné organisent leur Littérature du xxe siècle20 en six parties d’inégale longueur : pour leurs troisième et quatrième périodes, ils retiennent : « 1913 à 1928 » juste avant « 1928-1955 21 ».

31Consensus, donc, mais aussi grande variabilité.

32Par opposition au premier demi-siècle, l’autre versant a des visages très divers. Ainsi, le titre de « Guerre et après-guerre » revient dans trois ouvrages, mais il désigne une période qui peut aller jusqu’en 1958 dans les manuels de chez

  • 22 « Transitions et innovations », les aimées 50 ; « Chemins de l’écriture », années 60 ; « Crises et (...)

33Hatier (en 1987 et en 1994), alors que, dans le tome I de l’Itinéraires littéraires publié aussi chez Hatier en 1991, il correspond seulement à l’une des quatre décennies qui divisent la fin du siècle22. Quant à l’ultime moment du siècle, sa présentation est encore plus variable.

34Apparaît donc comme nécessaire ici un travail d’organisation de ce deuxième versant du siècle, tant au point de vue historique qu’au point de vue plus restreint de l’histoire littéraire. N’est-ce pas, pour partie, l’objet même de ce colloque ?

Périodisation de caractère littéraire ou endogène

35Dans les manuels de ce type, des consensus existent aussi, même si ce n’est jamais au niveau de l’ensemble du siècle. Pourquoi donc les courants et notions de Surréalisme et Nouveau Roman, à un moindre degré ceux de Nouveau Théâtre et d’Existentialisme se retrouvent-ils dans plusieurs manuels ? Pourquoi apparaissent-ils comme de véritables éléments de périodisation, à la différence d’autres axes de regroupements ? Sans doute parce qu’ils ne sont pas une création purement scolaire des auteurs de manuels, mais qu’ils correspondent assez nettement à des moments relativement limités et peuvent jouir d’une organisation chronologique, qu’ils déterminent un ensemble d’œuvres (romans, poèmes...), qu’ils peuvent être définis à la fois doctrinalement à partir de textes programmatiques et factuellement par des actions menées à l’intérieur de l’institution littéraire par les écrivains. De telles notions facilitent les périodisations littéraires.

36A ces exceptions près, en effet, les manuels qui refusent toute périodisation historique présentent, par ailleurs, des découpages relativement variés, d’un manuel à l’autre d’abord, mais aussi à l’intérieur même d’un manuel puisque les moments qui organisent l’évolution de chacun des genres ont leur chronologie et leur logique propres. C’est ainsi que, dans le xixe et xxe siècles de la collection « Littérature, textes, histoire, méthode », le premier chapitre consacré à « la poésie moderne » cite des textes datés de 1910 à 1922, le deuxième chapitre qui s’intéresse aux « mutations du théâtre » va, pour les textes, de 1896 à 1924, quand le troisième qui concerne le roman « de Proust à Céline » définit une période entre 1913 et 1936 : pour la poésie, le roman et le théâtre, le siècle ne commence donc pas à la même date, pas plus que ne se termine en même temps ce premier moment séculaire de chacun des trois genres. Avec la référence à l’Histoire, ce qui se perd ici, c’est, d’abord, la conscience d’une unité du moment (certes fondée sur des tensions), mais aussi celle des passages que les pratiques littéraires ménagent toujours entre les genres.

37Cela dit, l’intérêt des périodisations purement littéraires ne saurait être nié. C’est, en effet, le moyen de mettre en évidence la dynamique strictement littéraire et générique qui préside aussi, à un certain niveau, à l’évolution de la littérature.

38Pour clore momentanément un propos qui mériterait d’autres développements, je dirai d’abord que, au seul point de vue qui a été celui de ces journées, l’évolution des manuels de lycée ne me semble pas constituer toujours une amélioration : l’effacement de la périodisation qui apparaît parfois n’est pas satisfaisante pour des raisons que je ne répéterai pas ici. Pour ce qui est de la seule prise en compte des contextes historiques, comme l’observe A. Armand, elle ne peut être maintenue que s’il y a, dans les classes, des activités spécifiques sur ces dimensions, c’est-à-dire si l’inscription historique des textes est un élément de leurs significations. Ne faut-il pas y pourvoir ?

39Par ailleurs, ce que montre l’analyse du corpus de manuels, c’est, d’une part, le problème que représente la périodisation du xxe siècle, en particulier dans l’établissement des rapports entre périodisation endogène et périodisation exogène. La question a, d’ailleurs, été évoquée plusieurs fois pendant le colloque. Mais il ne faut pas se cacher que, du moins pour le lycée, des choix stricts doivent être faits, qui sont toujours des choix de valeurs, des choix idéologiques aussi, car il y va autant du sens des textes que de celui des périodisations elles-mêmes.

40D’un point de vue plus programmatique, enfin, dès l’instant où les réformes récentes et à venir seront entrées dans les mœurs pédagogiques, dès l’instant où les professeurs n’auront plus besoin d’ouvrages qui leur présentent tout faits les projets pédagogiques qu’on leur demande de réaliser dans leurs classes, les manuels présentant des découpages séculaires auront toute leur place, aussi bien ceux qui existent déjà que d’autres à venir. Dans ce cas, n’est-ce pas à plusieurs niveaux qu’il convient de présenter les phénomènes littéraires : dans leur relation à l’histoire politique, économique et sociale, dans la dynamique de l’institution littéraire, et par la prise en compte des phénomènes d’intertextualité, des continuités et ruptures génériques ? De ces différents niveaux, les périodisations retenues devraient donc tenir compte. Pour ce qui est des périodisations purement littéraires, le choix des écoles et courants est intéressant et mérite sans doute d’être étendu. Enfin, une ré-intégration de ce qui était précédemment l’histoire des idées n’aurait-elle pas aussi son utilité ?

Notes

1 Les remarques que je fais sur les manuels sont limitées par mon sujet et je proclame hautement que mon propos n’est pas de faire une critique de l’ensemble des ouvrages que je cite dans cet article. A une ou deux exceptions près, les manuels que j’ai retenus sont intéressants à différents points de vue dont je ne peux, pourtant, pader ici.

2 Béguin (M.) et alii, Anthologie 2è/1re, Paris, Belin ; Amon (E.) et Bomati (Y.) Lectures, Anthologie pour le lycée, t. II, xixe, xxe siècle, Paris, Magnard

3 « Le Premier xxe siècle : élégance et densité » ; « Le Temps des combats » ; « L’Écriture en question »

4 Citée plusieurs fois dans les Instructions pour la classe de seconde, « l’histoire littéraire et culturelle » est la deuxième des quatre rubriques qui définissent les « contenus »

5 Littérature Seconde, Textes et séquences.

6 Paris, Hachette.

7 Les séquences 7, 8 et 9 permettent de suivre une évolution du genre de l’abbé Prévost à Zola. On perd un peu ensuite la périodisation pour les deux dernières séquences : la dixième concerne le réalisme et la peinture ; la onzième présente le roman policier, de Poe à Modiano si l’on se place d’un point de vue chronologique qui n’est pas, alors, le choix des auteurs.

8 Français Seconde, Paris, Delagrave, p. 5.

9 Dans le programme de seconde et dans le programme de première.

10 Enseigner l’histoire littéraire. Presses Universitaires de Rennes, 1993 ; Armand (A.), L’Histoire littéraire, théorie et pratique, Paris, Bertrand-Lacoste, 1993 ; Veck (B) et alii, Trois savoirs pour une discipline, Histoire littéraire, Rhétorique, Argumentation, Paris, I.N.R.P., 1993 ; « L’histoire littéraire et son enseignement », actes de la journée d’étude de Grenoble, L’École des Lettres (lycée), 1994 ; « L’Histoire littéraire en question », Université de Nice-Sophia Antipolis et IUFM de l’Académie de Nice, 1997 ; Boissinot (A.), Littérature et histoire, étude de textes et histoire littéraire, Paris, Bertrand-Lacoste, 1998.

11 « Réflexion sur la périodisation dans les manuels d’histoire de la littérature de 1838 à 1938 », L’Histoire littéraire en question, op. cit.

12 p. 45

13 Elle devrait être mise en œuvre par ces « Travaux Pratiques Encadrés » qui ont, eux aussi, fait réagir déjà.

14 « esprit nouveau, formes nouvelles ».

15 Littérature, textes et documents, Paris, Nathan, 1989.

16 Paris, Bordas, 1969.

17 Paris, Les Éditions sociales, 1977 pour le tome V, 1982 pour le tome VI.

18 Paris, PUF, 1998.

19 Paris, Nathan, 1993.

20 Paris, PUF, 1992.

21 Ibid

22 « Transitions et innovations », les aimées 50 ; « Chemins de l’écriture », années 60 ; « Crises et vertiges », années 70 ; « Modernités, diversités, années 80 »

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540