Version classiqueVersion mobile

Le temps des lettres

 | 
Francine Dugast-Portes
, 
Michèle Touret

Corpus et méthodes

Transferts de la linguistique sur la critique littéraire

Charlotte Andrieux

Texte intégral

1Peut-on proposer une périodisation de la critique littéraire ? Nous entendons la critique dite « scientifique », c’est-à-dire la critique universitaire. En d’autres termes, est-il possible de proposer une véritable chronologie linéaire ou bien simplement repérer des « pôles » révélateurs d’une évolution. Nous avons choisi d’étudier l’évolution de la critique littéraire, en examinant parallèlement l’évolution des théories linguistiques et leurs influences : conceptuelle ou philosophique, méthodologique et terminologique. Ce parti pris nous a permis de proposer une périodisation à partir de la deuxième moitié du xxe siècle, période qui correspond à l’extension de la linguistique.

2Comme pour toute périodisation la description doit être diachronique, alors que l’analyse synchronique, montre que la scène critique est extrêmement complexe. D’autre part, proposer une périodisation selon le critère des transferts linguistiques implique de comparer la chronologie de l’histoire des théories linguistiques et celle de la critique littéraire. Celle-là est aussi complexe que celle-ci, puisque la linguistique a, elle aussi, été influencée par d’autres sciences humaines. Plusieurs courants coexistent simultanément, comme dans les autres sciences et les arts en général, ainsi que le constatent, aussi, les historiens de la littérature.

3Nous avons donc pu déterminer approximativement trois périodes. La première correspond aux prémices de l’influence de la linguistique (plus précisément du courant formaliste) sur la Nouvelle critique à partir des années cinquante. La deuxième, à partir des années 60 correspond à une orientation plus directement structuraliste d’une partie de la Nouvelle critique. Ce mouvement influencé par l’évolution des différentes branches de la linguistique rejettera, dans un premier temps, tout ce qui est hors du texte, pour en étudier la structure. Le développement de la sémantique et de la sémiologie en linguistique orientera la critique littéraire vers un regain d’intérêt pour le sens, par le biais d’une nouvelle « rhétorique » ou stylistique. Enfin, à partir des années 70, l’attention nouvelle portée par la critique littéraire sur la lecture, le sujet et le lecteur peut également être vue comme une influence du développement en linguistique de la pragmatique et de l’étude de l’énonciation.

Le formalisme en linguistique et la Nouvelle critique à partir des années 50

4Alors que la critique littéraire avait longtemps été influencée par l’histoire, elle va puiser dans d’autres disciplines, et en particulier, pour la seconde moitié du xxe siècle, dans la linguistique. Certains critiques littéraires ont directement repris les concepts hérités de la linguistique. On pourrait dire la « philosophie » en raison du lien très étroit qui unit la pensée au langage. L’étude du langage découlait de l’étude de la pensée, la linguistique naît donc d’une branche de la philosophie, pour prendre son indépendance au xxe siècle. De nombreux philosophes avaient étudié le langage depuis Aristote, Platon, Jean-Jacques Rousseau, Descartes, pour qui « le langage est l’instrument de la pensée », ou encore Hegel, pour qui la pensée ne devient claire que lorsqu’elle trouve le mot : « vouloir penser sans mots, c’est une tentative insensée », écrit-il dans la Philosophie de l’esprit. La linguistique n’est donc pas née au xxe siècle, mais il s’agissait d’une linguistique historique et non générale. On considère que, seul, le linguiste Humbolt est, au xixe siècle, un précurseur du structuralisme, car pour lui, « chaque langue doit être considérée comme un tout organisé ». Il annonce même la grammaire générative en affirmant que « le langage fait un usage infini de moyens finis ». La linguistique, grâce à Ferdinand de Saussure et son Cours de Linguistique générait publiée en 1916, devient véritablement au xxe siècle une science à part entière dont le but est d’étudier la langue en elle-même et pour elle-même.

5Cette idée sera exploitée par les formalistes russes et le « Cercle de Prague », école qui a voulu faire entrer la phonétique dans le cadre de la linguistique et dont le plus prestigieux représentant est Jakobson, qui publie les Principes de phonologie historique en 1931. La phonologie historique a surtout débuté dans les années qui ont suivi la Seconde guerre mondiale, mais les Français n’ont découvert que tardivement la révolution linguistique, en raison de traductions tardives des précurseurs russes et tchèques. Ce n’est qu’en 1965 que Tzvetan Todorov réunit les textes des formalistes russes dans Théorie de la littérature, alors que celle-ci avait été développée pendant la première guerre mondiale. Au même moment, Levi- Strauss expose l’œuvre de Propp et de Jakobson. Il en est de même pour les critiques allemande (Spitzer), ou américaine (les structuralistes Harris et Bloomfield, que l’on a appelés les « distributionnalistes ») qui se développent de manière quasiment indépendante.

6Cette description formaliste influencera les poéticiens des années 60. La critique s’oriente dans trois directions : l’une historienne, qui étudie les documents, les brouillons, la correspondance (R. Picard) ; la seconde structurale, qui découvre dans les œuvres les structures psychologiques, psychanalytiques (Ch. Mauron, la critique thématique de Bachelard qui se développe dans les années 1955-1960), sociologiques, linguistiques, anthropologiques ; et enfin la troisième métaphysique, qui étudie le cheminement poétique, philosophique, existentiel ou religieux d’un auteur (G. Poulet, J.-P. Sartre, Bachelard, Starobinski).

Le triomphe du structuralisme et du « texte » dans les années 60

7Le structuralisme se développe dès les années 50, mais il ne sera véritablement sur le devant de la scène que dans les années 60. Quelques jalons peuvent être posés pour marquer les influences déterminantes : l’analyse structurale des mythes de Claude Lévi-Strauss, en 1955 ; l’étude des « Chats » de Baudelaire publiée par Lévi-Strauss et Roman Jakobson en 1962 ; Le Degré zéro de l’écriture de Roland Barthes en 1953 et Mythologiques en 1957. Pour Jakobson, parmi ses autres fonctions, c’est la fonction poétique qui domine dans l’art du langage. Jakobson et le « Cercle de Prague » découvriront l’aspect novateur de Saussure en particulier en ce qui concerne l’arbitraire du signe, la linéarité du discours, la linguistique synchronique et diachronique, la notion de système, la différence entre langue et parole, l’axe syntagmatique et paradigmatique, l’esquisse de la sémiologie, l’idée d’étudier tous les systèmes culturels comme des systèmes linguistiques... Partant du postulat que la langue littéraire est une langue comme les autres, les critiques ont pu reprendre les méthodes et, en partie, la terminologie linguistiques. Ainsi, Roland Barthes affirme dans Critique et Vérité en 1955 que le modèle de la critique :

sera évidemment linguistique. [...] il n’y a aucune raison pour ne pas tenter d’appliquer une telle méthode aux œuvres de la littérature : ces œuvres sont elles-mêmes semblables à d’immenses « phrases » [...]. Autrement dit, la linguistique peut donner à la littérature ce modèle génératif qui est le principe de toute science [...].

8Ainsi l’opposition linguistique entre la langue (système de règles) et la parole (réalisation concrète et individuelle) recoupe une opposition entre langue littéraire (dont on cherchera à trouver les règles) et œuvre particulière. Cette tendance a mis au premier plan le texte, seul objet d’étude. De même que les linguistes formalistes, puis structuralistes ont complètement mis de côté le sens, les critiques littéraires structuralistes mettront de côté tout ce qui est hors du texte et en premier lieu le Sujet, l’auteur : Barthes célèbre la mort de l’auteur.

9En fait, si la critique littéraire s’est intéressée aux méthodes linguistiques, c’est parce que l’écrivain a un tôle prépondérant sur le langage ; il peut innover et il est un utilisateur privilégié, comme l’écrit Maurice Leroy, dans Les Grands courants de la linguistique moderne en 1980 :

dans cette œuvre de création qu’est le langage [...] les artistes ont une part beaucoup plus large que les autres. L’écrivain réussit à créer des combinaisons phoniques, morphologiques, sémantiques qui exercent sur l’auditeur une impression esthétique [...]. Le génie de l’écrivain se reconnaît à ce que, de l’utilisation de cette langue commune, il parvient à tirer un effet esthétique.

Sémantique, Sémiologie et nouvelles rhétorique ou stylistique : retour au « sens »

10Autour de 1960, il s’opère un changement important, une partie de la « Nouvelle critique » se tourne radicalement vers le structuralisme, dans ses méthodes, comme dans ses objectifs. La linguistique structurale de Roman Jakobson et celle d’Emile Benveniste dans Problèmes de linguistique générale (1966) aura une influence considérable sur la critique littéraire. L’idée est que l’œuvre littéraire est comme la langue : il s’agit d’un système dont toutes les parties sont unies par un lien de solidarité et de dépendance. De nombreuses notions apparaissent : distinction entre discours et récit, problème du temps, déictiques. La nouvelle rhétorique, la description des figures, la grammaire des formes narratives, la sémantique structurale permettront un renouveau de l’étude du langage poétique (Jakobson), de l’analyse du récit (Greimas et sa Sémantique structurale en 1966), de la théorie des formes romanesques. Leur attention porte surtout sur la structure qu’ils pensent pouvoir généraliser au détriment de l’individualité de l’œuvre.

11Dans la poétique de la prose, c’est le roman qui occupe une place très importante : avec Stendhal et les problèmes du roman, Roger Blin, en 1964, fonde la poétique française. Todorov, dans sa Théorie de la littérature en 1965 propose de prendre la linguistique structurale, voire la grammaire comme modèle, pour constituer une poétique du récit. Certains textes se prêtent extrêmement facilement à une description structuraliste, mais ce sont bien souvent des textes qui suivent volontairement une structure liée au genre choisi : les contes (voir les analyses des formalistes russes) ; les polars – la série « James Bond » de Flemming a été étudiée par Genette et Umberto Eco, ou encore les romans d’Agatha Christie.

12Au déclin de la stylistique, dans les années 60 correspond une renaissance de la rhétorique moderne. Ainsi, Gérard Genette définit la rhétorique comme un système de figures ou par l’absence de figure, le « degré zéro », dans Figures I en 1966. En 1970, Roland Barthes s’efforce à son tour d’opposer « l’ancienne pratique littéraire, [ou] rhétorique », à la «  nouvelle sémiotique de l’écnture ». La sémiotique (ou sémiologie) est la science des signes suggérée par Saussure. En critique littéraire, la sémiotique et la poétique sont complémentaires, les repères importants sont : Barthes, Eco, Greimas, Julia Kristeva. Ainsi, Umberto Eco, dans L’Œuvre ouverte en 1962, analyse l’œuvre d’art, qu’elle soit littéraire, plastique ou musicale, comme un système de signes indéfiniment traduisibles. Barthes va emprunter les concepts de Saussure, de Jakobson, de Hjemslev, et de Martinet dans ses Éléments de sémiologie en 1964 qu’il appliquera ensuite à la littérature dans S/Z en 1970.

13La science de la littérature traite des variations de sens engendrables par les œuvres et peut recourir au modèle linguistique génératif. Greimas, influencé par La Morphologie du conte de Vladimir Propp, a voulu montrer ce que la sémantique, branche de la linguistique, a apporté à l’étude de la littérature. Influencé aussi par la syntaxe de Tesnière, il décrit la structure, ou le modèle « actanciel » qui permet d’analyser les récits mythiques dans ses Essais de sémiotique poétique en 1972. Julia Kristeva substitue au concept de création, celui de production et elle applique au roman un modèle transformationnel emprunté à Chomsky et à Saumjan. Elle introduit le concept-clé (emprunté à Bakhtine) d’intertextualité, parce que l’analyse transformationnelle lui semble insuffisante. L’ensemble de ces théories sera repris dans Recherches pour une sémanalyse en 1969.

14En 1971, Michel Riffaterre publie ses Essais de stylistique structurale dans lesquels il pose la stylistique comme une science. Il différencie diverses stylistiques : contextuelle, quantitative, de l’écart, expressive, il recourt aux données de l’ordinateur, puis passe à la poétique et à la sémiotique.

15La critique structuraliste, purement formelle, s’est heurtée au même problème qu’en linguistique. En effet, pour cette dernière, l’explication des structuralistes a été insuffisante pour donner une grammaire cohérente. La grammaire générative et transformationnelle de Chomsky a permis de retrouver indirectement les structures profondes, ce qui l’a amené, après des revirements, à s’intéresser au sens. Noam Chomsky a, en effet, montré l’échec du structuralisme en linguistique dans Le Langage et la pensée en 1969 :

La linguistique structurale a énormément élargi le champ d’information dont nous disposons et a étendu immensément la sûreté des données. Elle a montré qu’il y a dans le langage des relations structurales qui peuvent être étudiées abstraitement. [...] sa principale contribution peut être, paradoxalement, celle pour laquelle elle a été sévèrement critiquée. Je pense à sa tentative sérieuse et minutieuse de construire des « procédures de découverte », des techniques de segmentation et de classification auxquelles Saussure fait allusion. Cette tentative fut un échec, je crois que cela est aujourd’hui généralement admis. Ce fut un échec, parce que de telles techniques se limitent au mieux aux phénomènes de la structure superficielle et ne peuvent, par conséquent, révéler, les mécanismes qui sous-tendent l’aspect créateur de l’utilisation du langage et l’expression du contenu sémantique.

16De même, en critique littéraire, en s’opposant au biographisme, à tout ce qui était hors du texte, le formalisme, va, lui, ne s’intéresser qu’au seul texte ; mais ses excès donneront eux-mêmes lieu à de nouvelles approches critiques dans des domaines qui n’intéressaient pas les formalistes : réintroduction du sujet (psychocritique, études des autobiographies et correspondances, analyse génétique...) et du destinataire, plus exactement le lecteur.

17Cela a entraîné la naissance ou le développement en linguistique de certaines branches de la sémantique, de la sémiologie, la pragmatique, un regain d’intérêt pour l’émetteur et le récepteur, c’est-à-dire pour l’énonciation, pour le locuteur que l’on observe différemment (psycholinguistique et sociolinguistique) et la prise en considération non seulement de la langue, mais des faits de parole. Parallèlement, la critique littéraire a comblé les vides laissés par le mouvement structuraliste.

Pragmatique et étude de la lecture : la prise en compte de l’énonciation

18Selon Vincent Jouve, on peut expliquer un regain d’intérêt pour la lecture au cours des années 70 par l’impasse dans laquelle se trouvent les études formalistes, il note dans La Lecture en 1993 :

On se rend compte qu’il est vain de vouloir réduire le texte littéraire à une série de formes. La poétique est dans une impasse : une étude limitée aux structures aboutit à des modèles trop généraux ou trop incomplets.

19L’intérêt pour la lecture est né avec la critique de la conscience et ce que l’on a appelé l’ « École de Genève » vers 1955 (Marcel Raymond, Albert Béguin, Georges Poulet, Jean Rousset, Jean Starobinski). La lecture passe par une identification mimétique. C’est Jean Rousset dans Formes et significations en 1962 qui reste le plus proche du formalisme (il étudie les formes littéraires, les typologies de récits, le statut du narrateur, etc.). Jean Starobinski, étudie la conscience en faisant appel à d’autres disciplines scientifiques : la psychanalyse et la linguistique dans la Relation critique en 1970. Avant le triomphe de la linguistique dans les années 70, c’est la critique de l’imaginaire, introduite par Gaston Bachelard, qui avait renouvelé la critique française et bouleversé ses méthodes, avec notamment La Psychanalyse du feu en 1938. La sociocritique, quant à elle, s’occupera de la sociologie de la lecture dans Lire la lecture de Jacques Leenhardt et Pierre Jôsza, en 1982, ou de l’esthétique de la réception dans Pour une esthétique de la réception de Hans Robert Jauss en 1978. C’est un aspect qui avait été évoqué par la linguistique, mais celle-ci s’est en réalité plus intéressée au locuteur qu’au récepteur ; même s’il ne peut y avoir dénonciation en dehors de ce cadre.

20Là aussi, la linguistique a un rôle déterminant, car c’est au début des années 80 qu’encore une fois les progrès de celle-ci ouvrent de nouvelles perspectives. Vincent Jouve note encore dans La Lecture en 1993 :

C’est l’expansion de la pragmatique qui va entraîner les littéraires à s’intéresser aux problèmes de la réception. Pour décrire le fonctionnement du langage, la linguistique a ajouté à la syntaxe et à la sémantique une troisième branche qui est la pragmatique.

21Sous l’influence d’Emile Benveniste, Paul Ricœur pense que la lecture est au texte ce que la parole est à la langue :

Le texte avait seulement un sens, c’est-à-dire des relations internes, une structure ; il a maintenant une signification, c’est-à-dire une effectuation dans le discours propre du sujet lisant.

22Les linguistes ont fortement influencé ce mouvement notamment J.L. Austin « How to do things with rnrds » publié en 1962 (traduit en français sous le titre « Quand dire c’est faire ») et Oswald Ducrot Le Dire et le dit en 1984. Austin affirme que :

la lecture d’un roman, d’une pièce de théâtre, d’un poème, mais aussi parfois (et heureusement) celle d’un texte théorique, peut produire sur le lecteur des effets qu’il est légitime de comparer à ceux qu’induit l’action. Les émotions, les rêves ou l’incitation à la méditation qui accompagnent ces lectures, sont autant de manifestation de l’efficacité avec laquelle l’écriture peut opérer dans un univers mental ou affectif

23En 1976, W. Iser développe la théorie du lecteur implicite. Puis on s’intéresse à l’effet du texte sur le lecteur particulier, la lecture coopérante, l’approche sémiotique, c’est le cas d’U. Eco dans Lector in fabula en 79, de Ph. Hamon et de M. Otten. Enfin une nouvelle approche de la lecture qui repose sur la prise en compte du lecteur réel est proposée par Michel Picard dans La Lecture comme jeu en 86 et Lire le temps en 89.

24L’histoire des théories linguistiques a finalement eu d’importantes répercussions sur les orientations de la critique littéraire : c’est le cas du développement de certaines branches des sciences du langage telles la phonologie, qui a suscité un renouveau de la réflexion linguistique, la syntaxe, la sémantique, la pragmatique. De la même façon, la critique littéraire va se diversifier. Généralement, plusieurs courants antagonistes et pourtant complémentaires se côtoient d’un point de vue synchronique. Nous n’avons pu que proposer quelques jalons. Ceux-ci sont justifiés par des ouvrages fondateurs qui proposent de nouvelles méthodes et de nouveaux champs d’investigation : l’étude du texte (développement de la narratologie, de la poétique, de la sémiologie, de la rhétorique), du processus d’écriture, de la lecture...

25On pourrait penser comme Dominique Maingueneau dans Éléments de linguistique pour le texte littéraire en 1986 que :

depuis un quart de siècle les relations entre la linguistique et l’analyse de la littérature sont loin d’être claires. Il fut un temps où certains littéraires considéraient la linguistique comme une science-pilote, tandis que d’autres l’accusaient d’avoir des visées impérialistes. [...] les emprunts faits à la linguistique ont été dans l’ensemble, d’une extrême pauvreté. Ce n’est pas tant l’étude des faits de langue qui a été mobilisée qu’un certain nombre de concepts de portée très générale qui circulaient dans l’ensemble des sciences humaines.

26La réflexion sur le langage, en linguistique a surtout porté sur l’écriture (même si actuellement des linguistes se penchent sur les faits de parole). C’est sans doute la raison pour laquelle les critiques littéraires ont immédiatement vu un rapport entre les études linguistiques et les études littéraires. Un poète comme Valéry, pensait qu’il n’était pas possible de comprendre la littérature sans une théorie du langage. Seulement l’écriture a ses limites, comme le disait Samuel Beckett : « Nommer, non, rien n’est nommable ; dire, non, rien n’est dicible ».

27La littérature est sans cesse à la recherche d’un langage nouveau, elle doit se réinventer elle-même. D’où les limites d’une critique qui ne s’attacherait qu’à l’aspect « linguistique » d’une œuvre. Cependant, la linguistique a indéniablement marqué de manière définitive la critique littéraire et nombre de critiques en utilisent les acquis et la terminologie comme éléments à part entière de la critique spécifiquement littéraire.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search