Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le temps des lettres

 | 
Francine Dugast-Portes
, 
Michèle Touret

Corpus et méthodes

Le casse du siècle. Pour une périodisation multicritères du xxe siècle

Henri Béhar

Texte intégral

  • 1 BDHL : Banque de Données d’Histoire Littéraire, produite à l’Université de Paris III à partir de 1 (...)

1Empruntant à la BDHL1, on définira ainsi la périodisation :

  • 2 Définition donnée par Jean-Pierre Goldenstein dans le lexique accompagnant la BDHL.

Segmentation temporele effectuée par l’histoire littéraire dans un but de classification chronologique, consistant à regrouper par générations, mouvements, tendances, écoles. La périodisation littéraire nous a habitués (via l’école notamment) à un découpage par siècle qui pose de nombreux problèmes, dont celui des limites à adopter ».2

2Pour des raisons pratiques, je laisserai de côté la question des limites du xxe siècle littéraire, puisqu’elle est traitée ici, selon les mêmes méthodes, par Michel Bernard, et m’en tiendrai à un découpage strictement centenaire, considérant la période 1901-2000 (plus précisément l’espace de temps compris entre ces deux années), négligeant ce que cela implique de discussions sur la naissance du siècle et, symétriquement, son déclin.

3Une condition nécessaire, mais non suffisante, pour bien périodiser l’histoire d’un domaine culturel est d’établir une chronologie rigoureuse, c’est-à-dire une suite exacte des événements notables, à retenir, si je puis dire.

Chronologie

  • 3 Voir, à titre d’exemple, la Chronologie de la littérature française publiée par Jean-Pierre de Bea (...)

4Pour ce faire, l’historien de la littérature est aidé par les tableaux synoptiques et les ouvrages qui, d’une façon générale, mentionnent, année après année, les naissances et décès d’écrivains, la publication d’œuvres considérées comme mémorables3. C’est aussi ce que peuvent nous fournir toutes les bases de données culturelles, par exemple telle encyclopédie sur CD-Rom, à laquelle on demanderait d’afficher tous les événements d’ordre littéraire entre telle date et telle date. Les faits strictement littéraires s’y mêlent aux grands événements d’histoire politique et sociale, de sorte qu’on peut légitimement revendiquer l’autonomisation du champ littéraire, sur ce plan.

5En croisant tous ses fichiers, la BDHL est en mesure de fournir une telle chronologie automatique, d’autant plus pratique qu’elle opère selon l’empan demandé. Pour éviter une énumération fastidieuse et toujours discutable, je décomposerai cette chronologie en trois étapes : les « événements », puis les œuvres publiées, enfin les auteurs en production dans le siècle.

Chronologie des événements d’ordre politique, social et littéraire

6Est-ce l’effet de l’habitude ou de notre conditionnement ? L’examen de cette chronologie générale allant de 1901 à 2000 laisse perplexe, ne faisant pas apparaître de faits saillants qui détermineraient un découpage spécifique. Bien entendu, on peut toujours dire que le siècle littéraire français commence avec le premier Prix Nobel attribué à Sully Prudhomme, qu’il se poursuit avec la distinction de Romain Rolland (1915) et de Bergson, connaît d’autres étap es avec Gide, Camus, Saint-John Perse et Sartre, s’achevant en 1985 avec Claude Simon. Qui ne voit le parti pris ? Pourquoi ne pas marquer les grandes étapes du siècle avec les grands succès de la littérature, La Garçonne (1922) ou Le Diable au corps (1923), Le Petit Prince (1943), L’Étranger (1942), à moins qu’on ne préfère La Brute (1959) de Guy Des Cars ou Papillon (1969) d’Henri Charrière ? J’entends déjà les protestations des esprits distingués !

7On en revient donc à une périodisation plus familière, « externe », empruntant ses catégories hors du domaine littéraire proprement dit. Nous sommes habitués au découpage historique, avec les deux guerres mondiales et la chute du mur de Berlin ; politique (interne), avec les changements de République ou de Président ; économique avec la crise de 1929 ; mais on pourrait tout aussi bien considérer comme des étapes structurantes les variations concernant la librairie, la censure, le droit d’auteur, la naissance d’une revue ou encore la publication de grandes synthèses littéraires...

Œuvres publiées

  • 4 Voir : Viala (Alain), « L’Histoire des institutions littéraires », dans B (Henri) et Fayolle (Roge (...)

8Une seconde approche, plus strictement littéraire, consisterait à observer une liste chronologique des publications « mémorables », sélectionnées par les institutions de la littérature, pour pader comme Alain Viala4, d’abord pour les situer et se les remémorer, ensuite pour voir s’il est possible d’y opérer certains groupements, par association ou par différenciation. Dans la BDHL, cette liste comprend 1247 titres (depuis Le Commissaire est bon enfant de Georges Courteline, jusqu’à Le Premier Homme, ouvrage posthume d’Albert Camus). Elle peut donner lieu à une représentation graphique, portant sut la quantité annuelle des œuvres. On remarque, d’emblée, des pics (1928, 1939, 1950) et des creux (1916, 1941, 1965, 1980) dont nous pourrons rendre compte par la suite. Mais, pour éviter cette dramatisation à outrance du phénomène de publication, l’outil informatique nous donne la possibilité de lisser cette courbe en calculant une moyenne mobile, plus lisible, qui nous confirme la tendance :

9La statistique de la production des œuvres, pour la période considérée, ne laisse pas de nous intriguer, par sa forme générale en cloche (alors qu’on s’attend à une courbe ascendante, comme c’est le cas pour le siècle précédent), et par ses chutes soudaines en trois étapes : 1918, 1940 et 1978. Quant à la chute finale, elle est due au fait que les opérateurs de la banque ont pratiquement cessé d’y entrer de nouveaux auteurs après 1985. Mais cela n’explique pas une courbe descendante depuis quarante ans, alors que le nombre annuel de titres va croissant dans la même période. Dans la mesure où la BDHL est centrée sur les écrivains ou écrivants consacrés par le public et l’histoire littéraire en général, on peut supposer qu’à la disparition de certains d’entre eux, ou à leur silence plus ou moins volontaire, correspond une baisse de la production livresque à partir des années quatrevingt (toujours au regard de notre histoire littéraire). C’est ce que nous allons vérifier immédiatement par l’étude de la courbe des auteurs en production.

Auteurs en production

10J’appelle auteurs en production tout au long de ce siècle non pas la somme des auteurs considérés, mais la quantité des auteurs en mesure de produire une œuvre, année après année, durant cette période. Est considéré comme « en production » un auteur à partir de sa première œuvre enregistrée par la banque à la date de sa publication en volume, jusqu’à son décès.

11En gros, vu du côté de chez Clio, la France possède un personnel de production littéraire allant d’une soixantaine d’auteurs (tous genres confondus) par an au début du siècle, dépassant la centaine en 1930, pour se stabiliser à près de 140 individus pendant une longue période, la déclinaison progressive provenant de notre manière de faire l’histoire littéraire en mettant à distance les faits récents, et donc les auteurs. Si la courbe se stabilise à un effectif de soixante-dix auteurs par an depuis 1990, c’est pour la raison signalée ci-dessus, mais aussi parce que l’historien de la littérature veut se donner du recul avant de faire entrer un auteur au côté des grands ancêtres !

12Sans qu’il soit nécessaire de se reporter aux longs obituaires publiés après la Grande guerre, la BDHL permet de repérer les écrivains décédés de ce fait, depuis Jaurès, Péguy, Psichari, Alain-Foumier en 1914, Pergaud en 1915, jusqu’à Apollinaire en 1918. Six disparus, cela ne suffit pas, statistiquement, à expliquer la baisse soudaine de production, quand bien même on y ajouterait ceux qu’une mort naturelle frappa la même année : G. Ohnet, J. Péladan, M. Zévaco, Paul Margueritte, E. Rostand, E. Moselly, ou les années précédentes, d’autant qu’une relève, plus jeune, était prête, à moins que l’état de guerre n’ait réduit le nombre des publications. Le même propos vaut pour la Seconde guerre mondiale. En 1940, déjà fort âgé, Saint-Pol Roux meurt des suites des brutalités nazies ; et Paul Nizan disparaît dans les combats de Dunkerque. De même, Saint-Exupéry s’abîme en mer, en 1944, et Max Jacob meurt interné à Drancy, comme Desnos, l’année suivante en Tchécoslovaquie, tandis que Drieu et Brasillach portent, chacun à sa façon, les conséquences de leurs actes.

13En confrontant la courbe de la production des œuvres littéraires et celle des auteurs en production, on voit s’esquisser une première périodisation possible, s’appuyant sur les creux déjà mentionnés, donc aux alentours de 1916, 1941, 1965 et 1980. Cette segmentation, qui, curieusement, semble se caler sur les grands événements historico-politiques, est-elle la plus pertinente possible ?

Mouvements

14Une autre manière très courante de périodiser, dans les histoires de la littérature française, consiste à faire défiler les différents mouvements, écoles ou tendances (ne soyons pas trop exigeants sur les mots) ayant couvert le siècle, en faisant en sorte qu’ils se succèdent harmonieusement, quitte, parfois, à bousculer la chronologie. Pour ma part, je me contenterai de montrer la persistance rétinienne de certains d’entre eux, au delà des limites convenues. Ce phénomène de rémanence ne sera pas sans répercussion sur la création littéraire elle-même !

Le symbolisme

15Même si les grands représentants de la littérature symboliste ont disparu avant le nouveau siècle, il ne faut pas oublier que la plupart des artisans de ce mouvement, qu’ils en aient fait partie un temps seulement ou jusqu’à la fin de leur vie, ont publié durant la première moitié de ce siècle. En effet, Jarry et Huysmans meurent en 1907, Moréas en 1910, Remy de Gourmont en 1915, Verhaeren en 1916, Péladan en 1918, René Ghil en 1925, Gustave Kahn en 1936, Vielé-Griffin en 1937, Gustave Le Rouge en 1938, Saint-Pol Roux en 1940, Maeterlinck en 1949... Loin de moi l’idée de figer chacun dans une esthétique initiale. Il n’en reste pas moins qu’une certaine couleur symboliste s’est étendue loin dans le siècle.

16Épousant la réaction d’André Gide, de Paul Fort et de Francis Jammes contre les puissances du rêve au profit de la vie, un certain nombre d’écrivains et d’artistes, groupés dans une sorte de phalanstère, fondent « le Groupe de l’Abbaye » en 1906. Ils se reconnaissent dans L’Âme essentielle de René Arcos et les Notes sur la technique poétique (1910) de Georges Duhamel et Chades Vildrac. Comme toutes les utopies, l’Abbaye ne pouvait avoir qu’une existence brève. Elle se poursuivit néanmoins, avec les mêmes écrivains dans un mouvement littéraire, « l’Unanimisme », dont La Vie unanime (1908) de Jules Romains est le recueil emblématique. Ses principaux animateurs ont vécu tard dans le siècle : Georges Duhamel jusqu’en 1966, Chades Vildrac jusqu’en 1971, Jules Romains jusqu’en 1972, Pierre Jean Jouve jusqu’en 1976, de sorte que bien des jeunes du second demi-siècle ont pu être influencés par leurs œuvres et par leurs vivants propos.

17Dans le domaine poétique, la « crise des valeurs symbolistes », pour parler comme Michel Décaudin, entraîna une succession accélérée de mouvements, plus ou moins éphémères, dont la pertinence reste à prouver. Marinetti lança le « Manifeste du Futurisme » dans Le Figaro du 20 février 1909. Mais, à l’exception de « L’Antitradition futuriste » d’Apollinaire, dont il n’est pas sûr qu’il soit un texte de ralliement, on se demande quels poètes français ont véritablement rejoint ce mouvement !

18La presse et la critique littéraire de l’époque parlaient beaucoup d’une « Ecole Fantaisiste », dont la publication favorite était Le Divan d’Henri Martineau, publiée à partir de 1909. Sous cette étiquette, on rangeait aussi bien Léon-Paul Fargue qu’Apollinaire. Toutefois, le véritable modèle en était l’auteur des Contrerimes, PaulJean Toulet (1867-1920), et l’animateur exclusif Francis Carco (1886-1958).

  • 5 En dépit d’un très suggestif numéro de la revue Europe en juin-juillet 1982.
  • 6 Voici, pour fixer les idées :

19De même, la question d’un « Cubisme littéraire » reste très controversée5. À partir des Peintres cubistes d’Apollinaire (1913), l’histoire littéraire tente un regroupement hasardeux avec des poètes nés entre 1876 et 1889, qui meurent entre 1918 et 19606.

Naturalisme

20Le naturalisme suscite les mêmes réflexions que le symbolisme. Bien que les plus notables parfois aient disparu au xix

e7

Dadaïsme et Surréalisme

21Le « Mouvement Dada », comme il se baptisait lui-même, se forma à Zurich, puis il vint éclater à Paris de 1920 à 1923. Sous sa bannière se regroupèrent, momentanément, les poètes qui, d’une certaine façon, forment la postérité de l’enchanteur Apollinaire, et, pour la plupart, les futurs surréalistes. On observe leur appartenance à une même classe d’âge, mais leur disparition s’étend de 1945 à 1990.

  • 8 On trouvera une banque de données exhaustive sur le site internet :

22Compte tenu de l’histoire propre à nos avant-gardes, ce sont les mêmes noms qu’on retrouve parmi les membres du groupe surréaliste, à des dates d’adhésion différentes, que ce soit pour un bref moment, ou pour toute la durée de leur production. Là encore, on note (du moins pour la première époque du mouvement) qu’ils sont de la même génération, au sens commun du terme, et que l’inégalité du sort les maintiendra en vie plus ou moins longtemps8. Certains trouveront que nos listes englobent trop généreusement ; d’autres pas assez. Le fait est qu’elles exigent une interprétation, car il ne s’agit ici ni de dresser un palmarès, ni d’exclure, mais plutôt de recenser ; sachant bien que, proche du mouvement, et singulièrement d’André Breton, Gracq, par exemple, ne s’est jamais tenu pour un surréaliste absolu, et que Delteil, par ailleurs, ne fut près du groupe que durant une courte année...

Existentialisme

23Doit-on, dans une tentative de périodisation de la littérature française, faire une place particulière à une école de pensée plus philosophique que littéraire ? Voici du moins le repérage minimum qu’on peut en fournir ; avec les réserves d’usage sur l’énumération : Gabriel Marcel (1889-1973), Jean Grenier (1898-1971), Michel Leiris (1901-1990), Jean-Paul Sartre (1905-1980), Simone de Beauvoir (1908-1986), Albert Camus (1913-1960). Là encore, on pressent un effet de classe d’âge. Toutefois, ils auraient tous pu appartenir au mouvement précédent.

Nouveau Roman, Nouveau Théâtre

24Mais voici qu’après les groupements d’ordre esthétique, moral ou philosophique s’introduit une nouvelle partition, hétérogène, d’ordre générique (mais tout aussi bien esthétique), désignant des auteurs dont le regroupement est davantage un fait éditorial ou journalistique qu’une volonté commune. D’autant plus que les néo-romanciers n’excluent ni la poésie, ni le théâtre, de leur production littéraire. On observera que la première génération de ces romanciers est quasiment contemporaine des premiers surréalistes, et qu’elle a laissé passer la vague (ou la vogue) existentialiste avant d’affirmer ses options romanesques, bien que ses premières œuvres soient souvent antérieures à la Seconde guerre mondiale : Nathalie Sarraute (1900-1999), Samuel Beckett (1906-1989), Claude Simon (1913), Marguerite Duras (1914-1996), Robert Pinget (1919-1998), Claude Ollier (1922), Alain Robbe-Grillet (1922), Michel Butor (1926).

25Les dramaturges peuvent avoir illustré des esthétiques divergentes, on ne rangera pas moins Jacques Audiberti (1899-1965), Jean Tardieu (1903-1995), Samuel Beckett (1906-1989), Arthur Adamov (1908-1970), Jean Genet (1910-1986), Eugène Ionesco (1912-1994), René de Obaldia (né en 1918), Robert Pinget (19191998), Boris Vian peut-être (1920-1959), Roland Dubillard (né en 1923), Armand Gatti (né en 1924), Romain Weingarten (né en 1926) dans la catégorie du « Nouveau Théâtre », de la même façon qu’il est apparu commode, sinon pertinent, de placer les romanciers, de Nathalie Sarraute à Claude Ollier sous l’étiquette du « Nouveau Roman ».

26Le terme « Ecole », s’impose à propos de l’Oulipo (Ouvroir de Littérature Potentielle), issu du Collège de Pataphysique, illustré par Raymond Queneau (1903-1976), Georges Pérec (1936-1982) et Jacques Roubaud (né en 1932).

27Pour couvrir tout le siècle, il faudrait aussi nommer Les Hussards (Roger Nimier, Antoine Blondin, Jacques Laurent), et le groupe Tel Quel apparu en 1960.

28En conclusion de ce point, il convient de souligner deux choses :

  • Les mouvements se recouvrent les uns les autres, de même que les auteurs appartiennent à plusieurs groupes.
  • Pour le xxe siècle, une même génération (celle des écrivains nés en 1900) fournit trois mouvements se succédant dans le temps.

Générations

29S’inspirant des travaux antérieurs sur la question, la BDHL définit ainsi la notion de génération littéraire :

Notion visant à penser les modes de succession des productions esthétiques en fonction d’une communauté de formation, d’intérêts et d’idées propres à une même classe d’âge d’écrivains selon une périodicité de trente ans environ liée à la périodicité historique et politique. Ces regroupements cherchent à rendre compte des principaux courants intellectuels et culturels, de façon systématique.

30C’est dire que la détermination des différentes générations qui ont dominé le siècle résulte d’un choix interne, nécessairement idéologique. Depuis les Anciens jusqu’à Antoine-Augustin Coumot, l’idéal serait d’articuler le siècle en trois générations de trente ans chacune (le grand-père, le père et le fils), parvenues à la maturité littéraire en 1900, 1930, 1960, ou plutôt (car cela suppose qu’une nouvelle génération devait apparaître en 1990, faisant ici débuter le troisième millénaire) 1910, 1940, 1970. Bien que le graphique donnant les auteurs en production rende cette hypothèse inapplicable, jouons ce jeu, et tentons d’analyser les regroupements que signalent les historiens de la littérature.

La génération d’Apollinaire

  • 9 C’est le cas de Thibaudet (Albert), Histoire de la littérature française de 1789 à nos jours, Pari (...)

31En vérité, tous les historiens partisans de ce mode de périodisation s’accordent à faire apparaître une génération non pas au tournant du siècle mais aux alentours de 1914 (ses membres seraient donc nés vers 1880)9. La BDHL procure 39 noms d’écrivains nés entre 1875 et 1885 :

Anna de Noailles

1876-1933

Jean Giraudoux

1882-1944

Max Jacob

1876-1944

Henri-René Lenormand

1882-1951

Léon-Paul Fargue

1876-1947

Pierre Mac Orlan

1882-1970

Frédéric Delly

1876-1949

Chades Vildrac

1882-1971

Henry Bernstein

1876-1953

Jacques Maritain

1882-1973

Pierre Hamp

1876-1962

Ernest Psichari

1883-1914

Raymond Roussel

1877-1933

Chades-Albert Cingria

1883-1954

O. V. de L. Milosz

1877-1939

Jules Supervielle

1884-1960

Victor Ségalen

1878-1919

Georges Duhamel

1884-1966

Chades Ramuz

1878-1947

Jean Paulhan

1884-1968

Louis Forton

1879-1934

Jacques Chardonne

1884-1968

Jacques Bainville

1879-1936

Sacha Guitry

1885-1957

Jacques Copeau

1879-1949

Marcel Allain

1885-1965

Louis Hémon

1880-1913

André Maurois

1885-1967

Guillaume Apollinaire

1880-1918

François Mauriac

1885-1970

Pierre Teilhard de Chardin

1881-1955

Femand Crommelynck

1885-1970

Valery Larbaud

1881-1957

Jules Romains

1885-1972

Roger Martin du Gard

1881-1958

Roland Dorgelès

1885-1973

Franz Hellens

1881-1972

Paul Geraldy

1885-1983

Louis Pergaud

1882-1915

32Comme Aragon (voir plus bas), on est tenté de la nommer « génération d’Apollinaire », mais comment ne pas étendre la mesure, pour y inclure son ami Biaise Cendrars, né en 1887 ? Pourquoi ne pas privilégier les romanciers, Maurois ou Mauriac ? Il est clair, pour parler d’une génération, qu’il faut tenir compte des éléments favorisant la cohésion d’un groupe (notamment de son leader), mais aussi de ce qui l’oppose aux autres groupes ou individus. Reste qu’une même classe d’âge nous paraît avoir eu des destinées fort diverses et n’a pas constitué un ensemble homogène, pas même dans la lutte contre la génération précédente.

La génération de 1917

  • 10 « Ce qu’il fut pour la génération de 1917 » est le sous-titre de « Lautréamont et nous », article (...)
  • 11 Sirinelli (Jean-François), « La Génération », Périodes, la construction du temps historique, actes (...)

33Or, cette génération est, dès avant la fin de la guerre, contestée et dépassée par une autre, qu’à plusieurs reprises Aragon évoqua sous le nom de « génération de 1917 », celle qui eut 20 ans à cette date, la sienne pour tout dire, et plus précisément celle des surréalistes10. C’est dire combien la notion de génération est subjective, élastique et contingente, une « échelle mobile du temps » comme dit un historien de la culture11.

34Si l’on recense les auteurs contemporains, nés entre 1890 et 1900, on en compte 45 dans la BDHL, et quatre fois plus dans les listes résultant de la cumulation des manuels scolaires. Mais alors, pourquoi, comme on l’a fait précédemment, ne pas centrer cette génération sur Céline, De Gaulle ou Saint-Exupéry, porteurs, pour chacun d’entre eux, d’une tendance intellectuelle ou littéraire ?

Chades De Gaulle

1890-1970

Michel de Ghelderode

1898-1963

Jean Guéhenno

1890-1978

Philippe Hériat

1898-1971

Maurice Genevoix

1890-1980

Jean Grenier

1898-1971

Joseph Peyré

1892-1968

Joseph Kessel

1898-1979

Pierre Drieu la Rochelle

1893-1945

Géo Norge

1898-1990

Germaine Guévremont

1893-1968

Roger Vitrac

1899-1952

Louis-Ferdinand Céline

1894-1961

Benjamin Péret

1899-1959

Joseph Delteil

1894-1978

Jacques Audiberti

1899-1965

Paul Eluard

1895-1952

Marcel Achard

1899-1974

Jean Giono

1895-1970

Louis Guilloux

1899-1980

Marcel Pagnol

1895-1974

Henri Michaux

1899-1984

Albert Cohen

1895-1981

Marcel Arland

1899-1986

Antonin Artaud

1896-1948

Francis Ponge

1899-1988

Tristan Tzara

1896-1963

Armand Salacrou

1899-1989

Edouard Peisson

1896-1963

Julien Green

1900-1998

André Breton

1896-1966

René Crevel

1900-1935

Eisa Triolet

1896-1970

Antoine de Saint-Exupéry

1900-1944

Henri de Montherlant

1896-1972

Robert Desnos

1900-1945

Joe Bousquet

1897-1950

Alain Grandbois

1900-1975

Georges Bataille

1897-1962

Jacques Prévert

1900-1977

Louis Aragon

1897-1982

André Chamson

1900-1983

Philippe Soupault

1897-1990

André Dhôtel

1900-1991

Eugène Dabit

1898-1936

35Un rapide sondage dans notre corpus montre que, sur 375 titres (tous genres confondus) publiés entre 1917 et 1939 et considérés comme significatifs de l’époque, plus du tiers, (exactement 38,2%) l’ont été par cette génération. De là à dire qu’elle a dominé l’entre-deux guerres, il y a un pas que je me garderai de franchir.

La génération de Sartre

  • 12 « Tout laisse à penser qu’une nouvelle génération s’est levée en plusieurs pays d’Europe aux alent (...)

36Les générations se succèdent et ne se ressemblent pas. Celle qui arrive à maturité aux environs de la Seconde guerre mondiale serait donc née vers 1910. À telle enseigne qu’un historien de la littérature a pu considérer qu’une génération s’était formée, aux alentours de cette date, avec Jean-Paul Sartre (1905-1980) comme chef de file, Simone de Beauvoir (1908-1986) et Albert Camus (19131960) le suivant de plus ou moins près12.

37De cette liste se détachent, solitairement, les noms de Radiguet (1903-1923), Yourcenar (1903-1987), Anouilh (1910-1987). Par ailleurs, il est vrai que l’histoire littéraire a pris l’habitude d’opposer les partisans de ce que Sartre nommera une « littérature engagée », à gauche en somme, tels Paul Nizan (1905-1940), Roger Vailland (1907-1965) ou André Malraux (1901-1976), aux écrivains de droite comme Robert Brasillach (1909-1945), Jacques Perret (1902-1992) ; les deux tendances adverses s’efforçant de prouver la pertinence d’un tel classement que d’autres considèrent comme étranger à la littérature. Ainsi des auteurs dans la mouvance du surréalisme, ayant fait leurs classes dans le groupe d’André Breton : Michel Leiris (1901-1990), Raymond Queneau (1903-1976), Roger Gilbert- Lecomte (1907-1943), René Char (1907-1988), André Pieyre de Mandiargues (1909-1991), Georges Schehadé (1910-1989), Julien Gracq (né en 1910), etc.

38Le même propos vaut pour les écrivains de la négritude, prônée par Senghor (né en 1906), L.-G. Damas (1912-1972) et Césaire (né en 1913), auxquels on rattache, parfois abusivement, tous les africains : Amadou Hampaté Bâ (1901-1991), Birago Diop (1906-1989), Bernard Dadié (né en 1916)...

39Mais, à ce classement selon le contenu de la production littéraire s’oppose un autre, en fonction des genres pratiqués. J’ai déjà dit, ci-dessus, ce qu’il fallait penser du groupement des dramaturges du « Nouveau Théâtre » et des romanciers du « Nouveau Roman ». Cependant, nombre d’écrivains, simplement soucieux de produire une œuvre bien faite, refusent tout apparentement : Hervé Bazin (19111996), Henri Troyat (né en 1911), Roger Ikor (1912-1986). Ainsi, cette génération, sommée par l’un de ses meneurs de prendre parti, de se déterminer sur la capacité de la littérature à transformer le monde, l’a ramenée à sa fonction essentielle en bouleversant les formes poétiques, romanesques et théâtrales.

La génération de 1968

40On ne me pardonnerait pas de ne pas mentionner, ne serait-ce que pour mémoire, le problème que pose la détermination d’une éventuelle génération de 1968. L’historien sait intuitivement que « les événements de mai 68 » étaient de nature plus sociologique et culturelle que strictement politique, marquant l’avènement d’une nouvelle génération sur bien des plans. Le domaine littéraire était-il concerné ?

41Là encore nous avons quelque difficulté à dégager les critères de cohésion d’un groupement générationnel, si ce n’est avec les membres de la revue Tel quel (car on ne peut dire que l’Oulipo ait la présence du groupe). Plus précisément, si l’on examine la dizaine d’écrivains de renom occupant le territoire des lettres à partir de 1968, on ne voit que des éléments de différenciation, très peu de points communs entre : Philippe Sollers (1936), Georges Pérec (1936-1982), Marie- Claire Biais (1939), Yambo Ouologuem (1940), Le Clézio (1940), Rachid Boudjedra (1941), Réjean Ducharme (1942), Daniel Pennac (1944), Patrick Modiano (1945).

  • 13 Par Bruno Vercier et Jacques Lecarme, avec la participation de Jacques Bersani, Paris, Bordas, 198 (...)

42On voit mal ce qui pourrait grouper ces écrivains sous une même bannière, derrière un leader charismatique. C’est peut-être là que sont à l’œuvre les principes mêmes d’une révolution soixante-huitarde, sans programme ni objectif commun, refusant de s’inféoder à un parti, une esthétique, encore moins à un chef. Et ce n’est pas un hasard si, parmi elle, se trouve une moitié d’écrivains francophones. Il est significatif à cet égard qu’une anthologie de La Littérature en France depuis 1968, composée en 198213, cite des extraits de 73 auteurs, de Paul Morand et Saint-John Perse à Philippe Curval et Chantai Chawaf, dont 27 seulement sont nés après 1930 ! Voici leurs noms, dans l’ordre décroissant de naissance :

43Pour nos deux collègues l’appartenance à une même classe d’âge ne suffit pas à distinguer une génération.

44L’examen des titres parus en 1968 et 1969 montre, à l’évidence, que la génération précédente n’a pas abandonné le terrain en 1969, et qu’elle n’a pas été particulièrement impressionnée par l’émergence des jeunes ! En d’autres termes, il nous faudrait sérieusement réviser les principes de notre banque de données si nous voulions faire droit à l’existence de cette supposée génération.

45Autant le sentiment d’appartenir à une certaine génération est vif, autant il est difficile d’établir la cohérence d’un découpage du siècle en ces termes. À se demander si les résistances, plus ou moins explicites, ne proviennent pas du fait que la littérature se pratique fortement selon des catégories génériques, ce que tend à prouver le choix des chefs de chaque génération.

46C’est ce que l’on peut vérifier en examinant l’évolution des genres littéraires au cours du siècle.

Genres

47À nouveau, le lexique accompagnant la BDHL nous fournit une définition théorique de la notion de genre littéraire :

Une tradition fort ancienne opère au sein de la production littéraire une série de regroupements d’œuvres selon le sujet abordé, la forme, le ton, le style adoptés. Poésie, roman, comédie, tragédie, etc. constituent autant d’étiquettes qui prédéterminent notre approche des textes et dirigent nos jugements appréciatifs. Les différents arts poétiques ont apporté, au fil des siècles, leur tribut à la réflexion sur les genres littéraires, réflexion que poursuit de nos jours la poétique.

48Pour des raisons pratiques, les concepteurs de cette banque traitant, rappelons-le, la totalité des onze siècles littéraires, ont considéré trois niveaux de genre, du plus superficiel au plus complexe.

Dominantes

49On distingue, au premier niveau, les œuvres en prose de celles qui sont versifiées, librement ou non. En résumé, sur les 1247 œuvres considérées, 1033 sont écrites en prose et un peu plus d’un dixième sont en vers, le reste se répartissant entre les œuvres mixtes (à la fois en prose et en vers, dans un recueil par exemple) ou encore iconiques, comme les bandes dessinées d’Hergé.

50Au niveau 2, nous entrons davantage dans le détail. Les œuvres de fiction (conte, nouvelle, roman, etc.) forment la moitié du corpus, avec 631 titres. Suit le théâtre avec 282 titres, et la poésie, réduite à 186 recueils.

  • 14 Voir : Béhar (Henri), « Il n’y a que deux genres », L’Éclatement des genres, Paris, PSN, 2001.

51Au niveau 3, on raffine davantage puisqu’on entre dans le détail de chaque grande catégorie générique, distinguant par exemple la comédie du drame ou de ce que les auteurs, comme je l’ai indiqué dans une précédente communication, nomment eux-mêmes « pièce » ou « théâtre », faute de mieux14.

Phases

52Fort de ces dominantes dans l’ensemble du xxe siècle, il convient maintenant de s’interroger sur leurs variations dans le temps.

53Globalement, la fiction qui, nous l’avons vu, domine le siècle, connaît ses périodes de basses eaux, toujours du point de vue mémoriel qui est le nôtre, au début, pendant les deux guerres, puis en 1925, 1950, 1963, 1980. Mais nous savons qu’au delà de cette date l’historien de la littérature s’absente, faute de recul (ce qui n’empêche pas d’enregistrer un certain nombre d’œuvres d’auteurs reconnus ou classés par les institutions).

54Je ne sais s’il faut établir une corrélation entre la quantité et la qualité de certains crus. Voici, par exemple, ce que produit l’année 1922, année faste dans notre boîte au souvenir :

Mauriac

Le Baiser au lépreux

1922

Martin du Gard

Les Thibault

1922

Rolland

L’Ame enchantée

1922

Barrés

Un Jardin sur l’Oronte

1922

Carco

L’Homme traqué

1922

Delteil

Sur le fleuve Amour

1922

Margueritte

La Garçonne

1922

Lacretelle

Silbermann

1922

Morand

Ouvert la nuit

1922

Monthedant

Le Songe

1922

Proust

Sodome et Gomorrhe

1922

Giraudoux

Siegfried et le Limousin

1922

55Autre année faste, 1947 :

Arland

L’Ordre

1947

Beckett

Murphy

1947

Camus

La Peste

1947

Cayrol

Je vivrai l’amour des autres

1947

Chardonne

Les Destinées sentimentales

1947

Diop

Les Contes d’Amadou Koumba

1947

Gheldetode

Sortilèges

1947

Giono

Un roi sans divertissement

1947

Hériat

La Famille Boussardel

1947

Laurent

Caroline chérie

1947

Perret

Le Caporal épinglé

1947

Queneau

Exercices de style

1947

Simenon

Lettre à mon juge

1947

Troyat

Tant que la terre durera

1947

Vian

L’Automne à Pékin

1947

Vian

L’Écume des jours

1947

56Peut-on conclure à un effet retard, certains ouvrages retenus par leur éditeur ne paraissant qu’après la tourmente, guerre ou révolution ? Sans être systématique ni systémarisable puisque le décalage dans le temps n’est pas identique, la chose est à considérer, de même qu’il faut se demander s’il y a un rapport entre les œuvres et les événements qui les ont, apparemment, retardées.

57On procédera de même pour la poésie :

58Dans notre mémoire collective, la poésie a ses années nulles : 1900, 1903, 1906, 1914 et 1915, 1940 et 1943, 1964, 1974... ; mais aussi ses années de grande production, particulièrement 1904, 1913, 1921 et 1922, 1934, 1942 et 1945.

59Sont-ce pour autant de bonnes années ? Qu’on en juge par les titres suivants :

Geraldy

Toi it moi

1913

Péguy

La Tapisserie de Notre Dame

1913

Cendrars

La Prose du Transsibérien

1913

Apollinaire

Alcools

1913

Péguy

Les Tapisseries : Eve

1913

Jacob

Le Laboratoire central

1921

Benoit

Diadumène

1921

Nouveau

Valentines

1921

Toulet

Contrerimes

1921

Supervielle

Débarcadères

1922

Fort

Les Ballades Françaises

1922

Milosz

La Confession de Lemuel

1922

Valéry

Charmes

1922

Breton

L’Air de l’eau

1934

Supervielle

Les Amis inconnus

1934

Char

Le Marteau sans maître

1934

Monthedant

Encore un instant de bonheur

1934

Jouve

Sueur de sang

1934

Ponge

Le Parti pris des choses

1942

Aragon

Les Yeux d’Eisa

1942

Saint-John Perse

Exil

1942

Jouve

Gloire

1942

Guillevic

Terraqué

1942

Grandbois

Les îles de la nuit

1944

Eluard

Au rendez-vous allemand

1944

Cendrars

Du monde entier au cœur du monde

1944

Desnos

Chantefables et Chantefleurs à chanter sur n’importe

1944

Desnos

Trente chantefables pour les enfants sages

1944

Cadou

La Vie rêvée

1944

  • 15 Voir : Brion-Guerry (Liliane), L’Année 1913, Paris, Klincksieck, 1976.

60Il y a quelque parti pris, j’en conviens, à distinguer ainsi l’année de première publication d’un recueil de poésie, la plupart du temps composé durant une longue période, aussi pourrait-on se satisfaire des courbes de tendance, comme je l’ai fait ci-dessus. Il n’en reste pas moins que, on l’a déjà noté par ailleurs15, l’année 1913 est une année remarquable pour la poésie, ainsi que les époques d’après- guerre.

61Genre éminemment social, dépendant, plus que tout autre, des conditions extérieures, le théâtre suscite les mêmes constatations, à ceci près qu’étrangement notre outil s’arrête inconsidérément à l’année 1970, comme si la scène immédiatement contemporaine ne produisait plus que des metteurs en scène, ou encore comme si le théâtre échappait à la littérature pour rejoindre le spectacle ! Ajoutons qu’il s’agit ici du théâtre publié, avec sa date d’inscription au dépôt légal, ce qui peut produire, là encore, un certain décalage avec les représentations.

62Ce tableau montre, à l’évidence, les années nulles (1908, 1915-17, 1923, 1926, 1934, 1941, 1971...) et les années de grande attraction (1921, 1929, 1942-43, 1947-48, 1950, 1953-54, 1960). Qu’on en juge par les titres publiés aussitôt après la Libération :

Camus

Caligula

1944

Salacrou

Les Fiancés du Havre

1944

Montherlant

Un incompris

1944

Giraudoux

L’Apollon de Bellac

1944

Sartre

Huis clos

1945

Giraudoux

La Folle de Chaillot

1945

Audiberti

Le Mal court

1946

Monthedant

Malatesta

1946

Anouilh

Antigone

1947

Genet

Les Bonnes

1947

Monthedant

Le Maître de Santiago

1947

Salacrou

L’Archipel Lenoir

1947

Cocteau

L’Aigle à deux têtes

1947

Sartre

La P. respectueuse

1947

Gracq

Le Roi pêcheur

1948

Weingarten

Akara

1948

Audiberti

Théâtre Tome I

1948

Pichette

Les Epiphanies

1948

Audiberti

L’Ampelour

1948

Sartre

Les Mains sales

1948

Camus

L’État de siège

1948

63Quant au fameux théâtre des années cinquante, voici ce que cela donne sur le plan éditorial, de Beckett à Arrabal :

Beckett

En attendant Godot

1952

Pichette

Nucléa

1952

Giraudoux

Pour Lucrèce

1953

Green

Sud

1953

Ionesco

La Leçon

1953

Adamov

Tous contre tous

1953

Anouilh

L’Alouette

1953

Ionesco

La Cantatrice chauve

1953

Schéhadé

La Soirée des Proverbes

1954

Ionesco

Amédée

1954

Brasillach

La Reine de Césarée

1954

Montherlant

Port Royal

1954

Ionesco

Les Chaises

1954

Yourcenar

Electre

1954

Audiberti

Le Cavalier seul

1955

Tardieu

Théâtre de chambre

1955

Adamov

Le Ping-pong

1955

Genêt

Le Balcon

1956

Schéhadé

Histoire de Vasco

1956

Beckett

Fin de partie

1957

Arrabal

Fando et Lys

1958

64Il est bien évident qu’une base de données spécifiquement théâtrale fournirait des indications fort différentes. Celles-ci n’en sont pas moins un élément de l’histoire littéraire, et elles peuvent contribuer à sa périodisation.

65Nous avons examiné la courbe de production des trois genres les plus importants, voyant que des groupements pouvaient s’opérer, par défaut ou par excès. Il serait agréable de pouvoir dire que la poésie prend le pas sur le roman à certaines phases cruciales de notre histoire, ou encore que le théâtre, fête civique, contribue à la solidarité nationale. Ce n’est pas tout à fait ce qui s’est passé au xxe siècle, comme en témoigne ce graphique où nous superposons les trois courbes précédentes :

66On y voit que les courbes, sans se recouvrir puisqu’elles ne portent pas sur des quantités identiques, coïncident, dans le même mouvement, aux mêmes durées, qui sont celles des guerres, avec un écart notable à la fin des années cinquante. Mais cela n’empêchera pas de distinguer des époques d’avant-guerre et d’après-guerre, les « événements de 1968 » jouant, à peu de choses près, le même rôle de ce point de vue. Cette conclusion partielle ne laissant pas d’être décevante pour qui voudrait se démarquer de l’usage, nous allons tenter enfin une dernière partition du siècle, à travers l’évolution des thèmes traités le plus fréquemment, tous genres confondus.

Thèmes

67En effet, la BDHL offre la possibilité, unique dans notre domaine, d’étudier l’ensemble des œuvres d’après leur contenu thématique (je préfère dire leurs concepts clés).Voici, page suivante, le tableau obtenu quand on se livre à l’analyse factorielle des 17 concepts clés les plus fréquents dans toutes les œuvres du siècle.

68De ce point de vue, les années 1945 et 1985 sont diamétralement opposées, les premières traitant davantage de la liberté, de la guerre, des croyances, les secondes de la solitude. Que les œuvres des années 20 à 30 soient dominées par le voyage et le rêve tandis qu’après 1970 le souvenir domine et le temps après 1980, ne surprendra personne. Alors que le mariage sort des préoccupations littéraires, l’amitié, l’amour, la nature, la femme, l’enfance sont au cœur de la production des années trente. On voit s’esquisser là un nouveau mode de partition, exclusivement littéraire, tenant au contenu des œuvres indifférenciées (je veux dire indépendamment de leur forme ou genre). Mais le temps et l’espace me manquent pour m’étendre davantage sur ce sujet.

Conclusion

69Pour finir, je dirai que pour structurer convenablement l’histoire littéraire de ce siècle, il est indispensable de se munir d’instruments permettant de considérer avec une certaine objectivité les phénomènes de ce temps, sans trop privilégier le goût individuel. Ce n’est pas à dire que l’historien puisse faire abstraction de ses sentiments personnels, mais qu’il lui faut les relativiser en considérant la totalité des faits enregistrés par la mémoire collective.

70C’est alors seulement qu’il pourra segmenter le continuum littéraire. Tâche singulièrement difficile, indispensable pourtant, au point qu’elle pourrait servir de discriminant entre le critique et l’historien ! Que serait un historien de la littérature qui se refuserait à périodiser ?

71Mais quelle périodisation choisir ? Aucune de celle que j’ai présentée ici n’est satisfaisante en elle-même. Serait-il possible de combiner plusieurs critères ? Je le souhaite vivement, encore que ma démonstration puisse laisser planer un certain doute. De fait, les différentes phases qu’on a pu déceler ne reflètent-elles pas, à l’excès, le sentiment collectif qu’expriment toutes les histoires littéraires qui ont servi de base à notre banque de données, de sorte qu’exploitée en tous sens elle ne donne jamais qu’une histoire de la réception du xxe siècle littéraire par lui- même ? À ceci près qu’elle nous oblige à tenir compte de ce qui, à un moment ou un autre, a tenu lieu de chef d’œuvre, et surtout à nous souvenir de ce qui persiste par delà les modes et les traits dominants.

72Le xxe siècle littéraire a-t-il assisté, comme on le pense généralement, à une accélération de l’histoire ? Certes, la quantité des publications ne fait que croître, mais cela ne signifie pas, pour autant, que l’historien de la littérature se sente obligé de toutes les prendre en considération. Davantage, on l’aura remarqué, il tend à éloigner de lui les œuvres et les auteurs les plus récents, se refusant à juger de la pérennité de ce qui relève de sa propre génération.

73Depuis un certain temps déjà les littéraires ont revendiqué l’autonomie de leur champ d’étude en s’écartant de la périodisation des faits politiques et sociaux. Ainsi peut-on parler d’une histoire des mouvements, des générations, des genres, à quoi s’ajoute celle de l’édition et des institutions, mais peut-être faudrait-il, pour penser le siècle littéraire dans sa totalité, se pencher, plus que je n’ai su le faire, sur les variations que présente la thématique ou l’histoire des sensibilités et des représentations, à travers leurs modulations génériques ?

Notes

1 BDHL : Banque de Données d’Histoire Littéraire, produite à l’Université de Paris III à partir de 1985, sous la direction d’Henri Béhar. Elle est accessible en ligne sur le site Hubert de Phalèse. Pour tout ce qui concerne son élaboration et son utilisation pédagogique, voir Béhar (Henri), La Littérature et son golem, Paris, Champion, 1996.

2 Définition donnée par Jean-Pierre Goldenstein dans le lexique accompagnant la BDHL.

3 Voir, à titre d’exemple, la Chronologie de la littérature française publiée par Jean-Pierre de Beaumarchais et Daniel Couty, Paris, Presses Universitaires de France, 1991.

4 Voir : Viala (Alain), « L’Histoire des institutions littéraires », dans B (Henri) et Fayolle (Roger), L’Histoire littéraire aujourd’hui, Paris, A. Colin, 1990, p. 118-128.

5 En dépit d’un très suggestif numéro de la revue Europe en juin-juillet 1982.

6 Voici, pour fixer les idées :

Image

7 Toujours pour fixer les idées :
Image

8 On trouvera une banque de données exhaustive sur le site internet :
Image

9 C’est le cas de Thibaudet (Albert), Histoire de la littérature française de 1789 à nos jours, Paris, Stock, 1936.

10 « Ce qu’il fut pour la génération de 1917 » est le sous-titre de « Lautréamont et nous », article d’Aragon publié dans Les Lettres françaises, 1er juin 1967.

11 Sirinelli (Jean-François), « La Génération », Périodes, la construction du temps historique, actes du Ve colloque d’Histoire au présent, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1991, p. 131.

12 « Tout laisse à penser qu’une nouvelle génération s’est levée en plusieurs pays d’Europe aux alentours de 1910. [...]Le chef de file en est évidemment Sartre (né en 1905), suivi par Simone de Beauvoir et de plus loin par Camus (né en 1913)... » Henri Peyré, Les Générations littéraires, Boivin, 1947, p. 163.

13 Par Bruno Vercier et Jacques Lecarme, avec la participation de Jacques Bersani, Paris, Bordas, 1982.

14 Voir : Béhar (Henri), « Il n’y a que deux genres », L’Éclatement des genres, Paris, PSN, 2001.

15 Voir : Brion-Guerry (Liliane), L’Année 1913, Paris, Klincksieck, 1976.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540