Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Le temps des lettres

 | 
Francine Dugast-Portes
, 
Michèle Touret

Apories et ouvertures

Périodisation et coupes synchroniques : l’histoire de la littérature en question

Yves Baudelle

Testo integrale

1Lorsque notre société savante, à l’initiative de Pierre Brunei, a choisi le thème de ce colloque – Quelles périodisations pour l’histoire de la littérature française du xxe siècle ? – j’ai été d’emblée frappé par le fait que ce sujet relève de l’histoire de la littérature. Car enfin, qui, parmi les chercheurs, se hasarde encore sur ce terrain ? Si l’occasion de nous y aventurer nous est cette fois-ci donnée, en vérité cette audace semble d’ordinaire réservée aux auteurs de manuels (j’en suis), envers lesquels l’Université manifeste généralement une sorte d’indulgence : on a beau être gêné par le caractère simplificateur des découpages proposés, on admire malgré tout secrètement le courage qu’il faut pour les proposer, et l’on ne s’interdit pas, le cas échéant, d’y recourir pour préparer ses cours.

  • 1 Cf. Compagnon (Antoine), Le Démon de la théorie, Paris, Seuil, La Couleur des idées, 1998, p. 214- (...)

2Naturellement, ce qui est en cause n’est pas le fait de s’interroger sur la littérature sous l’angle de l’histoire. Au contraire, c’est à nos yeux une grave erreur que d’étudier une œuvre hors de son contexte, et nous le répétons assez à nos étudiants. Simplement, à défaut de s’enhardir à composer, comme Lanson, une Histoire de la littérature française (1894), l’Université s’en tient à l’histoire littéraire : alors que les manuels offrent des panoramas synthétiques découpant le siècle en périodes bien lisibles, l’histoire littéraire, celle que pratique notamment la RHLF, préférant l’analyse à la synthèse, s’en tient aux mouvements et souvent aux seuls auteurs, qu’elle resitue dans leur époque. Cette démarche savante, et même érudite, n’est pas téméraire ; c’est son côté positiviste : s’en tenir aux faits ; c’est pourquoi, accumulant les monographies, elle remet toujours à plus tard le tableau qui en donnerait la synthèse1

  • 2 Rappelons que le verdict de Rennes, en 1899, fut de condamner une nouvelle fois Dreyfus, mais avec (...)

3Ce qui fait difficulté n’est donc pas l’histoire comme telle – et je me garderai bien de rapporter notre colloque à je ne sais quel « retour de l’histoire » – mais, plus spécifiquement, le découpage en périodes homogènes, l’identification d’époques cohérentes, bref la périodisation et, à travers elle, la légitimité d’une histoire de la littérature. On croyait celle-ci pour longtemps condamnée, mais il s’agit apparemment, ici à Rennes, cent ans après l’Affaire, d’instruire un nouveau procès en révision2.

  • 3 Literaturgeschichte als Provokation der Literaturwissenschaft, Francfort, Suhrkamp, 1970 ; trad. fr (...)

4Car il n’aura échappé à personne que ce débat sur les périodisations littéraires, et, au delà, sur la possibilité même d’une histoire de la littérature, n’est pas neuf : il y a plus de trente ans, il était déjà, notamment, au cœur de la réflexion de H. R. Jauss sur une « esthétique de la réception ». Il importe en effet de se souvenir que dans le contexte critique d’alors – la fin des années 1960 – où dominaient les études formelles, lesquelles laissaient aux marxistes la question des rapports de la littérature à l’Histoire, Jauss a eu l’audace de proposer de restaurer l’histoire de la littérature. Or, l’un des paradoxes de sa fameuse leçon inaugurale à l’Université de Constance (1967) était de présenter dans son titre cette restauration comme « un défi à la théorie littéraire3 », alors qu’en réalité c’est surtout « l’histoire littéraire traditionnelle » qui était dénoncée, avec, de surcroît, des arguments empruntés aux formalistes.

  • 4 « Geschichte der Kunst und Historié » (1970) ; trad. fr. : « Histoire et histoire de l’art », ibid(...)
  • 5 Pour une esthétique de la réception, op. cit., p. 76 (la formule est empruntée à Siegfried Kracauer (...)
  • 6 Ibid, p. 106.
  • 7 Ibid, p. 46.

5Il serait trop long, et d’ailleurs hors sujet, de rappeler tout ce que Jauss reproche à cette discipline moribonde – son taxinomisme, son empirisme aveugle, ses hiérarchies arbitraires... : seules nous intéressent ici les objections méthodologiques portant sur la périodisation. Or la première des illusions charriées par « l’idéal objectiviste de l’historisme », affirme Jauss, est « celle de la série close », qui consiste à ordonner « avec toujours plus de cohérence » « des époques considérées comme homogènes » et donnant « l’image d’une totalité achevée »4. Si Jauss ne peut admettre ces découpages schématiques, c’est qu’il tient pour « la coexistence du simultané et du non-simultané5 » ou, pour reprendre une formulation moins obscure, pour « l’hétérogénéité du simultané6 ». En d’autres termes, « la synchronie pure est une illusion7 » : l’idée, que je ferai mienne, est qu’à un moment donné de l’histoire plusieurs tendances esthétiques s’enchevêtrent qui rendent fallacieuse la séduisante délimitation de périodes uniformes.

  • 8 Ibid, p. 76, 92-97, 104-105.
  • 9 Ibid, p. 34-42.
  • 10 Ibid, p. 38.

6Jauss, en vrai romaniste allemand, remonte aux principes pour éclairer les fondements philosophiques du débat. Selon lui, ce substantialisme qui hypostasie abusivement des moments de l’histoire littéraire remonte à l’Aufklärung (l’histoire des styles selon Winckelmann) et à l’idéalisme, se fondant sur le concept hégélien d’« esprit du temps8 ». Mais cette erreur se retrouve chez les marxistes, ces marxistes que Jauss, dans le contexte de la rivalité entre les deux Allemagne, s’emploie aussi à combattre : s’ils ont le mérite d’intégrer l’histoire dans leur discours sur la littérature, ils ont tort (le reproche est connu) de le faire dogmatiquement, en fonction de la théorie du reflet, sans voir qu’il y a des décalages temporels entre la vie culturelle et la réalité socio-économique9, Jauss, sur ce point, faisant d’ailleurs jouer Marx contre les marxistes10.

  • 11 Sur ce point, Jauss (p. 75 suiv.) se réfère à Siegfried Kracauer qui, récusant les visées d’intell (...)

7Cette thèse des historicités différenciées comporte en fait trois niveaux, dont le plus large confronte l’évolution artistique à l’histoire générale (et si celle-ci fait problème, du moins à l’histoire économique, sociale, politique, qui auraient chacune leur temporalité propre)11 ; à un second niveau, on peut ensuite se demander si la littérature suit la même ligne diachronique que les autres arts ; enfin une appréhension plus fine de ce modèle différentiel conduit à examiner si les multiples fils qui constituent l’écheveau de la littérature n’ont pas chacun leur propre courbe temporelle (la poésie, par exemple, ayant accédé plus tôt que le théâtre à sa modernité), rendant problématique l’identification d’époques littéraires homogènes.

  • 12 Affirmant que « la théorie et l’histoire ne font qu’un » (« La Théorie de la “méthode formelle” », (...)
  • 13 Tynianov et Jakobson, « Problemy izuchenija literatury i jazyka », Novyi Lef, 12, 1928, p. 36-37, (...)
  • 14 Tynianov, « O literatumoj evojucii » [1927], repris dans Arhaisty i novatury [Archaïstes et novateu (...)
  • 15 Rozanov, Petrograd, Opoïaz, 1921 ; cité par Eikhenbaum, « La Théorie de la méthode formelle », op. (...)
  • 16 « De l’évolution littéraire », op. cit., p. 234 (Théorie de la littérature, p. 122).
  • 17 « Les problèmes des études littéraires et linguistiques », op. cit., p. 139.

8En fait, au delà de Jauss, ce débat sur l’historicité des phénomènes littéraires et sur la légitimité d’une périodisation en la matière remonte aux formalistes russes, qui s’étaient déjà employés à rénover l’histoire littéraire en lui donnant un tour théorique. Compte tenu des malentendus ultérieurs sur la structure comme oubli de l’histoire, peut-être convient-il de rappeler l’intérêt des théoriciens de la « méthode formelle » pour la dimension historique de la littérature, et leur conviction que les points de vue synchronique et diachronique ne sont nullement incompatibles12. Les formalistes russes se sont ainsi interrogés sur les trois niveaux de décalage temporel qu’on a distingués ci-dessus. Sur les rapports de la littérature à l’art et au devenir collectif, leur point de vue, à défaut d’avoir été développé, est même d’une belle souplesse dialectique : d’un côté, « l’histoire de la littérature (ou de l’art) est intimement liée aux autres séries historiques13 » (la littérature n’est pas un système clos sur lui-même) ; mais d’un autre côté, « l’évolution de la littérature [...] n’a jamais [...] le même rythme ni le même caractère que les séries « culturelles ou sociales » avec lesquelles elle est en corrélation 14 ». Mais ce retour aux sources du formalisme est d’autant plus nécessaire ici que c’est à Chklovski qu’on doit la thèse chère à Jauss selon laquelle « chaque époque littéraire contient non pas une mais plusieurs écoles [qui] existent simultanément15 ». Si Chklovski l’a formulée le premier, cette idée est en fait partagée par les théoriciens issus de l’OPOÏAZ, à commencer par Tynianov, qui écrit en 1927 que les regroupements opérés par « l’ancienne histoire de la littérature » sont des entités illusoires, des « séries fictivement homogènes » construites sur des « abstractions illégitimes »16, et qui surtout, l’année suivante, signe avec Jakobson un article où ils affirment tous deux, suivant la formule que Jauss leur empruntera, que « le synchronisme pur » est « une illusion » et où ils dénoncent « la notion naïve d’époque » en faisant valoir que dans un « système synchronique littéraire » peuvent être attirées des « œuvres venant de littératures étrangères ou d’époques antérieures »17.

  • 18 Pour une esthétique de la réception, op. cit., p. 76-77. Dans « La Douceur du foyer » (ibid, p. 288 (...)
  • 19 « Linguistics and Poetics », in Style in Language, éd. pat Seboek, John Wiley, 1960 ; trad. fr, «  (...)
  • 20 Genette (Gérard), Figures I, Paris, Le Seuil, Points, 1966, p. 167. « L’histoire structurale de la (...)

9La dette de Jauss envers les formalistes russes (mais aussi envers leurs successeurs français) apparaît encore dans ces coupes synchroniques que le chercheur allemand affirme nécessaire de pratiquer « pour découvrir la véritable historicité des phénomènes littéraires ». Pour le théoricien de « l’esthétique de la réception », il s’agit par là de « reconstituer l’horizon littéraire » à « un moment déterminé » en montrant que des œuvres publiées en même temps ont pu être perçues comme plus ou moins actuelles – de même que n’est qu’apparente la « simultanéité des étoiles dans le ciel »18. Or, cette méthode de la coupe synchronique, à laquelle je vais ensuite m’essayer pour donner un peu de substance à ces considérations théoriques, avait été recommandée à « la poétique historique » d’abord par Jakobson, en 196019, puis par Genette, dans le fameux article de 1966 intitulé « Structuralisme et critique littéraire ». Dans ce texte lumineux, l’auteur de Figures I, qui se réfère lui-même aux formalistes russes, notamment à Tomachevski, présentait comme une « idée structuraliste » de « suivre la littérature dans son évolution globale en pratiquant des coupes synchroniques à diverses étapes, et en comparant les tableaux entre eux20 ».

  • 21 Ainsi Tynianov fait-il « de la synchronie non plus une achronie, mais un moment de la diachronie » (...)

10Cette proposition de Genette n’était pas une intuition subite ni un simple trait de plume, mais une suggestion pragmatique pour dépasser l’antinomie a priori insoluble que Lévi-Strauss avait posée entre la structure et l’histoire. La méthode de la coupe synchronique permet en effet d’articuler les deux : en prenant en quelque sorte un cliché de la littérature à une date donnée, elle s’emploie d’une part à décrire un système synchronique ; mais d’autre part, en pratiquant, si j’ose dire, la coupe mobile, on réintègre la structure dans l’histoire, selon le vœu des formalistes russes, en montrant que la synchronie est toujours tributaire des diachronies dont elle résulte21.

  • 22 Figures I, op. cit., p. 165-166.
  • 23 Pour une esthétique de la réception, op. cit., p. 75-78. Jauss prend ainsi ses distances avec Kraca (...)
  • 24 Cf. Ricœur, Temps et récit, III, Le Temps raconté, Paris, Le Seuil, L’Ordre philosophique, 1985, p (...)
  • 25 Ibid.
  • 26 Le Démon de la théorie, op. cit., p. 239.

11A cet équilibre dialectique entre structure et histoire s’en ajoute un autre, où il s’agit de se garder à la fois des synthèses abusives (celles de l’histoire de la littérature) et d’une timidité excessivement analytique (celle de l’histoire littéraire). Si Genette voit dans l’idée d’une « vision unifiée du champ littéraire » une « utopie très profonde », il en trouve néanmoins l’ambition séduisante, car les œuvres tendent selon lui à former un espace cohérent et à faire système, notamment dans l’esprit des lecteurs22. Rapporté à la question de la périodisation, ce point de vue structuraliste s’approfondit chez Jauss, pour qui la diversité des œuvres produites à un moment donné se recompose, « pour le public qui la perçoit », « en l’unité d’un horizon commun »23. Si l’on peut discuter la pertinence de ce recours à la réception comme facteur d’homogénéité24, l’important est ici que Jauss, comme le note Ricœur, « se fraie une voie » moyenne « entre les extrêmes de la multiplicité hétérogène et de l’unification systématique 25 ». C’est là, à mes yeux, un point essentiel : la critique de ces périodisations trop belles pour être vraies ne doit pas conduire à un morcellement illisible de l’histoire de la littérature. Entre les totalisations fallacieuses et les déceptions relativistes, il y a place pour autre chose que cette « juxtaposition » désabusée, cette « collation de textes et de discours fragmentaires 26 » qu’Antoine Compagnon semble assigner comme destin à l’histoire littéraire.

  • 27 Cf. par exemple B. Alluin et al, xxe siècle (1900-1950), Hatier, Itinéraires littéraires, 1991, p. (...)
  • 28 Dénonçant le « paradigme du tournant historique », Jauss affirme que « les processus historiques [ (...)
  • 29 C’est le terme qu’emploie Ricœur (ibid, p. 192) pour évoquer l’empiètement les uns sur les autres, (...)

12Lorsqu’on procède à une coupe synchronique (et voici bientôt des exemples, tirés, bien sûr, du xxe siècle), on est d’abord frappé, il est vrai, par l’éparpillement de la production littéraire. Mais il n’en reste pas moins que, parmi les livres parus à la date considérée, il n’en est aucun qui ne puisse être rattaché à un courant (c’est un mot qu’emploie volontiers Tynianov). Chacun de ces courants, qui peuvent être figurés horizontalement – la coupe étant verticale – constitue une série diachronique spécifique. L’image maritime, même lexicalisée, me semble ici particulièrement juste, qui renvoie aussi au déferlement des vagues, dont le ressac n’est pas encore achevé quand les recouvre le flux de la lame suivante. Concrètement, la périodisation du xxe siècle pourrait ainsi ressembler, si l’on tient aux schémas, à ces tableaux biographiques comparés des écrivains qu’on trouve dans les manuels27. Cet étagement des lignes appelle alors d’autres métaphores, celle, géologique, de la stratification28, et celle, plus jolie peut-être (fût-ce au prix d’une impropriété), du « tuilage29 ».

13Ces chronologies différenciées ne sont évidemment pas des données immédiatement perçues ni des objets en soi, elles sont construites par le point de vue adopté, de sorte qu’une coupe synchronique traverse autant de strates diachroniques qu’il y a de manières de sonder le champ littéraire. Mais ces angles d’approche ne sont pas non plus en nombre infini, un tableau synchronique pouvant déjà s’esquisser dans ses grandes lignes dès lors qu’on aura considéré :

  • le rapport à l’histoire (politique, économique, sociale) et aux autres domaines artistiques (1945 est-elle une date de l’histoire des lettres ? la production littéraire a-t-elle été marquée par l’expressionnisme en même temps que la peinture et le cinéma ? etc.) ;
  • les écoles et les mouvements littéraires : par exemple le surréalisme, ou le Nouveau Roman qui, en un sens, est toujours vivant (Cl. Ollier, Outback, 1995 ; Sarraute, Ouvrez 1997) ;
  • l’influence des littératures étrangères (Tynianov et Jakobson suggérant que les œuvres traduites sont presque toujours intempestives)30 ;
  • l’évolution des formes et des genres (Genette, en 1972, appelait de ses vœux une « histoire des formes littéraires » qui serait « par excellence histoire de la littérature »31 ; ce projet d’une poétique historique était déjà celui des formalistes russes, qui, avec Eïkhenbaum, concevaient « l’évolution littéraire comme [une] succession dialectique de formes32 » ; ce modèle permet, si on l’étend, d’envisager une histoire des genres qui ne méconnaisse pas, suivant la poétique de la relativité33 chère à Tynianov, que les critères des genres changent d’une époque à l’autre) ;
  • les dominantes thématiques et tonales ;
  • l’horizon d’attente du public et les modèles esthétiques du moment (on sait qu’une sorte d’axiologie sociale préside à cette « dialectique de formes nouvelles » qui constitue l’histoire de la littérature telle que la conçoivent les formalistes russes : les œuvres innovantes violent les normes en vigueur avant d’être à leur tour canonisées puis dépassées34 ; cette théorie des écarts est à l’origine de l’esthétique de la réception, qui implique d’intégrer l’horizon d’attente du public à toute périodisation littéraire, y compris les relectures que fait chaque époque des œuvres qui l’ont précédée ; cette orientation conduit à une histoire sociale de la littérature, qui est la vraie postérité de Jauss en Allemagne35) ;
  • les productions de tous les niveaux, jusqu’à la littérature de masse (Jauss, à la suite des formalistes russes, déplore que les histoires de la littérature s’en tiennent aux grands auteurs36 ; car la littérature populaire, indifférente aux modes qui agitent les cénacles, a sa temporalité propre ; s’il est indéniable que ce choix méthodologique a des implications idéologiques, il convient néanmoins de reconnaître, du strict point de vue scientifique, qu’à ne considérer que les seuls « phares » – dont le repérage, loin d’être objectif, dépend du présent où nous sommes – on risque de tracer une carte bien imprécise des rivages littéraires 37 ; ajoutons qu’entre les avant-gardes et les livres de grande consommation, se situent les « bons auteurs », les « petits maîtres », lesquels ont, sinon du génie, du moins du métier, et dont l’académisme, par nature peu sujet aux changements, est un autre facteur de stabilité).

14Sur ces bases, j’ai donc tenté d’appliquer à la littérature française du xxe siècle la méthode des coupes synchroniques, et j’ai pour cela retenu cinq dates – 1913, 1938, 1951, 1968 et 1989 – années qui me semblaient a priori intéressantes (à trop les problématiser, on inverserait les problèmes), ne serait-ce que parce qu’elles comptent aux yeux de l’histoire. En voici le relevé

15 1913

Alain-Fournier, Le Grand Meaulnes

Allain & Souvestre, Fantômas (32 vol ; 1911-1913)

Apollinaire, Alcools

Barrès, La Colline inspirée

Bernstein, Le Secret

Carco, Chansons aigres-douces

Cendrars, La Prose du Transsibérien et de la petite Jehan ne de France

Claudel, La Cantate à trou voix

Claudel, Cinq Grandes Odes

Colette, L’Entrave

Elder, Le Peuple de la mer (prix Goncourt)

Géraldy, Toi et moi

Gobineau, Adélaïde (posthume)

Larbaud, A.O. Barnabooth

Lavedan, Servir

Le Rouge, Le Mystérieux Docteur Cornélius (1912-1913)

Leroux, Chéri-Bibi (1913-1925)

Martin du Gard, Jean Barois

Mauriac, L’Enfant chargé de chaînes

Milosz, Miguel Manara

Milosz, Saul de Tarse

Muller & Rehoux, A la manière de...(troisième séne)

Ohnet, Le Revenant

Paulhan, Les Hain-Tenys mérinas

Péguy, L’Argent

Péguy, L’Argent, suite

Péguy, Eve

Péguy, La Tapisserie de Notre-Dame

Pergaud, Le Roman de Miraut, chien de chasse

Prévost, Les Anges gardiens

Proust, Du côté de chez Swann

Ramuz, La Vie de Samuel Belet

Reverdy, Cale sèche (1913-1915 ; publ : 1949)

Romains, Les Copains

Rosny aîné, La Force mystérieuse

Roussel, Locus solus

Suarès, Sur la vie (1909-1913)

Zévaco, Les Pardaillan (V, Pardaillan et Fausta VI, Les Amours de Chico, VU, Le Fils de Pardaillan. VIII. le Trésor de Fausta)

16 1938

Alain, Propos sur la religion

Anouilh, Le Bal des voleurs

Anouilh, La Sauvage

Arland, Terre natale

Artaud, Le Théâtre et son double

Audiberti, Abraxas

Beckett, Murphy (en anglais)

Benda, Un régulier dans le siècle

Bernanos, Les Grands Cimetières sous la lune

Breton & Eluard, Diaonwin abrégé du surréalisme

Camus, Noces

Céline, L’École des cadavres

Char, Placards pour le chemin des écoliers

Char, Visage nuptial

Chardonne, Le Bonheur de Barvenjeux

Claudel, Jeanne d’Arc au bûcher

Cocteau, Les Patents terribles

Cohen, Mangeclous

Daumal, La Grande Beuverie

Désrosiers, Les Engagés du grand portage

Duhamel, Chronique des Pasquier, Cécile parmi mus

Eluard, Cours naturel

Eluard, Le Livre ouvert

Fraigneau, La Grâce humaine

Gaulle (de), La France et son armée

Genevoix, La Dernière Horde

Giono, La Femme du boulanger

Giono, Le Poids du ciel

Gracq, Au château d’Argot

Green, Journal, I, Lis Années faciles (1926-1934)

Grenier, Essai sur l’esprit d’orthodoxie

Joubert, Pensées (posthume)

Jouhandeau, Chroniques maritales

Jouve, Kyrie

Jouvet, Réflexions du comédien

Kessel, Le Bataillon du ciel

Kessel, Mermoz

Khodja, El Euldj, captif des barbaresques

Landry, Diego

La Varende, Le Centaure de Dieu

La Varende, Les Manants du roi

Limbour, Les Vanilliers

Marcel, La Soif

Mauriac, Asmodée

Maurois, Chateaubriand

Michaux, Lointain intérieur

Michaux, Plume

Nizan, La Conspiration

Poul aille, Les Rescapés

Queneau, Les Enfants du limon

Richaud (de), La Barette rouge

Ringuet, Trente Arpents

Romains, Les Hommes de bonne volonté, XV, Prélude à Verdun

Romains, Les Hommes de bonne volonté, XVI, Verdun

Salacrou, La Terre est ronde

Sartre, La Nausée

Schehadé, Poésies I

Simenon, Le Cheval-Blanc

Spitz, La Guerre des mouches

Spitz, L’Homme élastique

Supervielle, L’Arche de Noé

Supervielle, La Fable du monde

Troyat, L’Araigne (prix Goncourt)

Tzara, La Deuxième Aventure céleste de Monsieur Antipyrine (publ. ; création : 1920)

Yourcenar, Nouvelles orientales

17 1951

Aragon, Les Communistes (1949-1951)

Anouilh, Colombe

Arland, La Grâce d’écrire (1951-1954)

Beckett, Malone meurt

Beckett, Molloy

Beckett, Murphy (trad.)

Bernanos, Dialogues des carmélites (création, en allemand ; publ. : 1949)

Blanchot, Au moment voulu

Blanchot, Le Ressassement éternel

Bosquet, Langue morte

Bouchet (du), Airs

Bruce, Cité secrète

Camus, L’Homme révolté

Char, A une sérénité crispée

Char, Quatre Fascinants

Claudel, L’Echange (2e version)

Cocteau, Bacchus

Constant, Cécile (posthume)

Cousin, L’Usine

Dard, Les Souris ont la peau tendre

Del vaille, Blues

Deval, Ce soir à Samarcandte(publ.)

Druon, Rendez-vous aux Enfers

Duras, Un barrage contre le Pacifique

Éluard, Le Phénix

Es rang, Cherchant qui dévorer

Gide, Et nunc manet in te

Giono, Le Hussard sur le toit

Gracq, Le Rivage des Syrtes (prix Goncourit)

Green, Journal, TV, Le Revenant (1945-1950)

Hazoumé, Doguicimi

Héléna, Le Festival des macchabées

Hougron, Rage blanche

Ionesco, La Leçon

Jouhandeau, Elise architecte

Landry, La Devinai se

Laurent, Paul et Jean-Paul

Malraux, Les Voix du silence

Mallet-Joris, Le Rempart des béguines

Marcel, Le Mystère de l’être

Marcel, Rome n’est plus dans Rome

Masson, Les Mutins

Mauriac, Le Sagouin

Monthedant, La Ville dont le prince est un enfant

Morand, Le Flagellant de Séviile

Nimier, Les Enfants tristes

Nourissier, L’Eau grise

Pascal, Pensées (éd. Lafuma)

Perret, Bande à part

Perret, La Bête Mahousse

Pesquidoux (de), Le Livre de raison (posthume)

Peyrefitte, Les Ambassades

Pieyre de Mandiargues, Soleil des loups

Pinget, Entre FanUdne et Agapa

Prévert, Spectacle

Radiguet, Les Pélican (publ. : 1921)

Renard, Métamorphose du monde

Roussin, Lorsque [enfant parait

Sartre, Le Diable et le Bon Dieu

Schehadé, Monsieur Bob le

Schehadé, Si tu rencontres un ramier

Sion, Le Voyageur de Forceloup

Solier (de), La Meffraie

Stil, Le Premier choc (1951-1954)

Supervielle, Naissances

Tardieu, Monsieur Monsieur

Tardieu, Un mot pour un autre

Van der Meersch, Corps et Ames (ad..théâtrale)

Vialar, La Mort est un commencement, VIII

Vialatte, Les Fruits du Congo

Vilmorin (de), Julietta

Vilmorin (de) Madame de

Weil, La Condition ouvrière

Yourcenar, Mémoires d’Hadrien

Zermatten, Le Jardin des Oliviers

18 1968

Adéma, Apollinaire

Alyn, Nuit majeure

Aquin, Trou de mémoire

Augiéras, Une adolescence au temps du Maréchal

Barjavel, La Nuit des temps

Biais, Manuscrits de Pauline Archange

Boulanger, La Rose et le Reflet

Brault, Mémoire

Bouchet (du), Ou le soleil

Butor, Essai sur les Essais

Butor, Répertoire ΙII

Cayrol, Je l’entends encore

Chaillou, Jonathamour

Chappaz, Le Match Valais-Judée

Char, Dans la pluie giboyeuse

Clavel, Les Fruits de l’hiver (prix Goncourt)

Cohen, Belle du Seigneur

Copi, La Journée d’une rêveuse

Delteil, La Delteillerie

Ferron, Contes

Fouchet, Un jour, je m’en souviens...

Frénaud, La Sainte Face

Gatti, La Passion du Général Franco

Giono, Le Cheval fou

Giono, Ennemonde et autres caractères

Grumberg, Demain une fenêtre sur rue

Guillevic, Terraqué suivi de Exécutoire

Hériat, Les Boussardel, TV, Le Temps d’aimer

Janvier, La Baigneuse

Juin, Les Trois Cousines

Khoury Ghata, Terres stagnantes

Kourouma, Les Soleils des Indépendances

Kowalski, Sommeils

Mauriac, Nouveau Bloc-notes

Memmi, L’Homme dominé

Modiano, La Place de l’Etoile

Montherlant, La Rose de sable

Nimier, L’Étrangère

Noël, Poème à déchanter d’Orlhac

Noël, A vif enfin la nuit

Ouellette, Le Périple

Ouologuem, Le Devoir de violence

Pérol, Le Cœur véhément

Peiry, L’Or du pauvre

Pinget, Le Libera

Queneau, Fendre les flots

Giono, Le Vol d’Icare

Réda, Amen

Rivoyre (de), Le Petit Matin

Robin, Le Monde d’une voix (posthume)

Roche, Eros énergumène

Roy (Claude), La Dérobée

Sarraute, Entre la vie et h mon.

Sénac, Avant-corps

Sollers, Logiques

Sollers, Nombres

Stil, Beau comme un homme

Teyssèdre, Foi de fol

Thibaudeau, Imaginez la nuit

Tremblay, Les Belles-Sœurs

Vailland, Ecrits intimes

Verheggen, La Grande Mitraque

Weingarten, L’Eté

Wiesel, Le Mendiant de Jérusalem (prix Médicis)

Yourcenar, L’Œuvre au noir

19 1989

Bebey, La Lune dans un seau tout rouge

Blais, L’Ange de h solitude

Bobin, La Part manquante

Bouchet (du),. ..Désaccordée comme par de la neige

Butor, Improvisations sur Rimbaud

Céline, Correspondance avec Gaston Gallimard

Chaillou, La Croyance des voleurs

Chawaf, Rédemption

Cluny, Odes profanes

Cluny, Poèmes du fond de l’œil

Condé, Traversée de la mangrove

Copi, Une visite inopportune

Cormann, Sade, concert d’enfer

Delaveau, Eucharis

Dib, Le Sommeil d’Eve

Djian, Crocodiles

Doubrovsky, Le Livre brisé

Du pin, Chansons troglodytes

Esteban, Elégie de la mort violente

Echenoz, Lac

Frey, Je me souviens (adapt scénique, d’aptes Perec)

Gailly, K. 622

Galey, Journal

Green, Les étoiles du Sud

Guibert, Fou de Vincent

Guillevic, Art poétique

Hougron, La Nuit indochinoise

Jabès, Un étranger avec, sous le bras, un livre de petit format

Jouffroy, Eros déraciné

Juliet, L’Année de l’éveil

Kaddour, La Fin des vendanges

Koltès, Combat de nègre et de chiens

Koltès, Roberto Zucco

Laabi, Les Rides du lion

Laude, La Trame inhabitée de la lumière

Le Clézio, Printemps et autres saisons

Lemaire, Le Cœur circoncis

Maunick, Anthologie personnelle

Memmi, Le Pharaon

Mimouni, L’Honneur de la tribu

Modiano, Vestiaire de (enfance

Nadaud, L’Iconoclaste

N’Diaye, La Femme changée en bûche

Ollier, Les Liens d’espace

Prigent Commencement

Quignard, Les Escaliers de Chambord

Réda, Retour au calme

Redonnet, Mobie-Diq

Rio, Merlin

Roubaud, Le Grand Incendie de Londres

Rousselot, Le Chemin des dames et ses écarts

Roux (P. de), Poème des saisons

Sarraute, Tu ne t’aimes pas

Semprun, La Deuxième Mart de Ramón Mercader

Simon, L’Acacia

Thomas, Un détour par la vie

Tremblay, Les Chroniques du Plateau

Vautrin, Un Grand Pas vers le Bon Dieu (prix Goncourt).

  • 38 Cf. « Le Fait littéraire » [1924] (tr. fr. in Formalisme et histoire littéraire, p. 214-215) et «  (...)
  • 39 Mais la presse actuelle évoque rarement la poésie et ne retient, parmi les romans, que les titres (...)

20Ces listes, on le devine, ne sont pas exhaustives, elles ne constituent encore qu’une approximation empirique pour un travail d’une tout autre ampleur et qui reste à faire. Bon an mal an, il paraît en effet 2 000 à 3 000 nouveautés littéraires, dont le corpus pourrait être reconstitué, avec toute la patience nécessaire, à partir des fichiers du dépôt légal et du catalogue de la Bibliothèque Nationale. L’informatique serait ici précieuse, mais, pour le moment, sur le site internet de la B.N.F. seuls les ouvrages en accès libre (d’où la littérature est à peu près absente) peuvent être sélectionnés en fonction de leur année de parution. Quand ce sera le cas de la banque de données générale, d’autres difficultés surgiront, les unes éditoriales et techniques (comment distinguer les rééditions ? comment tenir compte des délais parfois très longs – dix ans pour Les Mots – entre l’achèvement d’un manuscrit et sa publication ? comment répertorier les créations théâtrales ?), les autres plus théoriques : quelles sont, se demandait déjà Tynianov38, les limites du champ littéraire ? Si de Gaulle, comme mémorialiste, est un écrivain, un essai comme Le Fil de l’épée (1932) est-il une œuvre littéraire ? En vérité, donner d’une seule année littéraire un tableau complet constituerait une tâche à la mesure d’un doctorat, ce qui explique sans doute que personne n’ait vraiment mis en œuvre, à ce jour, un projet que Genette et Jauss envisageaient dès 1967. A défaut d’être exhaustif, une solution pourrait être de dépouiller les chroniques littéraires des grands quotidiens et des principaux périodiques, ce qui pourrait donner, à travers sa réception critique, une assez bonne idée de la production littéraire à la date retenue39.

  • 40 Je remercie ici Michel Bernard de m’avoir permis de la consulter.

21Impuissant à proposer de 1913 ou 1938 un relevé stratigraphique complet, en géologue amateur de l’histoire littéraire j’en suis donc réduit à n’en livrer qu’un aperçu sous forme de sondages. Pour ce faire, j’ai utilisé les outils les plus courants – histoires de la littérature, manuels, chronologies, dictionnaires des œuvres, ainsi que la BDHL du centre Hubert de Phalèse (Paris III)40 – sans ignorer les inconvénients méthologiques d’une telle démarche, car les titres retenus par ces sources résultent d’une sélection qui se fonde moins sur leur représentativité que sur un jugement de valeur rétrospectif. En général, on préfère aux œuvres qui ont compté celles qui comptent encore. Le qualitatif l’emporte sur le quantitatif, tandis qu’une réception différée – la nôtre – éclipse la réception immédiate.

22Pour 1913, par exemple, les histoires de la littérature retiennent d’ordinaire les textes les plus novateurs : Alcools, La Prose du Transsibérien, Du côté de chez Swann, Jean Barois, Barnahooth... Mais les œuvres les plus caractéristiques de l’époque ne sont pas celles-là : le goût du public va au sentimentalisme versifié (Géraldy, Toi et moi ; Carco, Chansons aigres-douces) ainsi qu’au roman psychologique et moral, de facture classique (M. Prévost, Les Anges gardiens ; G. Ohnet, Le Revenant), Swann passant inaperçu ; la mode est à la veine régionaliste (Alain-Foumier, Le Grand Meaulnes ; Barrès, La Colline inspirée) ou rustique (Louis Pergaud, Le Roman de Miraut, chien de chasse ; Ramuz, La Vie de Samuel Belet) et au récit populiste (Marc Elder, Le Peuple de la mer, prix Goncourt 1913) ; mais le vrai triomphe de l’année est Fantômas, vendu à des millions d’exemplaires et aussitôt porté à l’écran par Louis Feuillade ; du reste, le feuilleton et le roman-cycle populaire sont à leur apogée, avec les Pardaillan, Chéri-Bibi et autres Docteur Cornélius, seulement concurrencés, pour un public plus bourgeois, par le théâtre de boulevard, qui brille alors de toutes ses étincelles (créé en novembre 1912, L’Habit vert de Fiers et Caillavet est le grand succès de 1913).

  • 41 Cf. Jauss, Pour une esthétique de la réception, op. cit., p. 97-110) et Wellek (cité par Jauss, ih (...)

23On aurait tort de croire que ce contraste entre la réalité littéraire de l’année 1913 et ce que nous en avons retenu repose sur le seul décalage entre la littérature grand public et la grande littérature, car les écrivains alors honorés d’une reconnaissance officielle par l’institution littéraire comptent aussi parmi les auteurs à succès du moment : Pergaud obtint le Goncourt (1910), comme Elder, tandis qu’Henri Lavedan (1898) et Maurice Donnay (1907) étaient entrés à l’Académie française. En vérité, si les choix des manuels ne correspondent pas aux hiérarchies de l’époque, c’est bien qu’ils reflètent, qu’on le veuille ou non, notre axiologie présente, comme l’ont observé la plupart des théoriciens de l’histoire littéraire41. Paradoxalement, même la période la plus contemporaine n’échappe pas à ce gauchissement qui conduit, au nom d’une évaluation implicite, à privilégier, de fait, les œuvres qui comptent le moins de lecteurs (en un mot : A. du Bouchet et J. Dupin plutôt que D. Daeninckx et C. Jacq).

24Malgré toutes leurs imperfections, les coupes synchroniques ici proposées permettent de mettre en évidence plusieurs points essentiels : la simultanéité de courants littéraires très divers, situés sur des courbes temporelles qui se chevauchent sans se confondre (ce qui rend problématique une périodisation trop rigide), l’intérêt d’une comparaison des tableaux pour mettre en évidence les évolutions, enfin la souplesse des rythmes et des cycles de l’histoire littéraire.

  • 42 Barthes pade de « coexistence [s] piquante[s] » (« Histoire ou littérature ? », Annales, 1960, rep (...)

25Au premier regard, les années littéraires paraissent faites de bric et de broc42 À considérer par exemple la production romanesque de 1968, on a le sentiment que les époques se bousculent : deux livres médités pendant plus de trente ans semblent défier le temps et sont devenus des classiques (Belle du Seigneur, L’Œuvre au noir) ; ils détonnent dans un contexte marqué par la révolution textualiste du Nouveau Roman (La Baigneuse, de L. Janvier, Entre la vie et la mort, de N. Sarraute, Imaginez la nuit, de J. Thibaudeau, Le Libera, de B. Pinget, Logiques et Nombres, de P. Sollers) ; il est vrai que celle-ci fut sans lendemain et n’ébranla guère le bastion académique des écritures plus convenues (Le Temps d’aimer, de l’académicien Ph. Hériat, Les Fruits de l’hiver, de B. Clavel – prix Goncourt – Le Petit Matin, de C. de Rivoyre, Les Trois Cousines, d’H. Juin) ; enfin, parce qu’ils annoncent l’effacement présent des frontières entre autobiographie et fiction, je rapprocherai volontiers deux textes qui pouvaient sur le moment sembler isolés : La Place de l’étoile, de P. Modiano, et L’Étrangère, de R. Nimier ; pourtant l’un est un premier roman et l’autre un livre posthume (mais aussi un premier roman) : c’est dire le chevauchement des temps littéraires, fut-ce par les aléas de l’édition.

261951 fut un grand cru pour le théâtre, mais on voit mal comment unifier en un tableau synthétique l’inspiration existentialiste (Sartre) ou brechtienne (G. Cousin), la fantaisie verbale, loufoque (Ionesco, Tardieu, Radiguet) ou poétique (Schehadé), le néo-classicisme et la psychologie de grand style (Monthedant, G. Sion), l’héritage naturaliste (Van der Meersch), les drames spirituels (Bernanos, Claudel, G. Marcel) et le boulevard (A. Roussin), sans pader d’Anouilh. Quant au corpus romanesque de cette même année 1951, il est d’une telle richesse qu’il mériterait à lui seul une longue analyse. Retenons-en seulement que les divers courants qui lui donnent tout son faste sont situés sur des courbes temporelles très différentes : la génération des grands stylistes issus du surréalisme (Aragon, Gracq, Mandiargues) atteint sa pleine maturité ; le roman-cycle se survit à lui- même (Les Communistes, La Mort est un commencement), mais plus pour longtemps ; la noirceur existentialiste (Beckett) et le militantisme communiste (Aragon, A. Stil) s’exacerbent et disparaîtront ; de nouvelles tendances se font jour, mais toutes ne sont pas promises au même avenir : les « hussards » (Le Hussard sur le toit, Les Enfants tristes) furent à la mode, les néo-romanciers (Pinget, Duras) font leurs débuts – ils se cherchent encore – mais le retour du roman historique (Yourcenar ; Morand, Aragon) fut un phénomène plus durable, de même que l’émergence du roman noir (F. Dard, A. Héléna, R. de Solier) et du récit d’espionnage (J. Bruce).

27L’hétérogénéité synchronique et les stratifications temporelles révélées par ces sondages ne les rendent pas aussi illisibles qu’on pourrait le craindre, pourvu qu’on s’emploie, dans un second temps, à comparer les tableaux entre eux. Par cette méthode, on peut en effet mettre en évidence des courbes de paradigmes et découvrir des évolutions indiscutables. Des courants majeurs de l’écriture contemporaine étaient encore imperceptibles au début du siècle ; inversement, des éléments qui constituaient naguère des piliers de l’édifice littéraire se sont aujourd’hui effondrés.

28Le premier cas de figure est celui du roman d’anticipation : encore balbutiante en 1913 (Rosny aîné, G. Le Rouge), malgré Jules Verne et Maurice Renard, et toujours marginale en 1938 (J. Spitz), la science-fiction acquiert droit de cité au début des années 1950 grâce à la traduction, dans des collections nouvelles – « Le Rayon fantastique », chez Hachette-Gallimard (1951), « Présence du futur », chez Denoël (1954) –, des chefs-d’œuvre anglo-saxons, suivie par la création de revues spécialisées (Fiction et Galaxie, en 1953) ; désormais, le genre est assez puissant pour déborder les frontières de l’infra-littérature (J. Echenoz, Cl. Ollier, A. Volodine). Le second cas de figure est celui de l’inspiration religieuse : ce courant, très puissant en 1913 (Péguy, Qaudel, Milosz), est encore vigoureux en 1938 (Jouve, Green, Bernanos, G. Marcel, Claudel), ainsi qu’en 1951 ; mais à cette date le vent a déjà tourné : si Beatrix Beck obtiendra bientôt le Goncourt avec Léon Morin, prêtre (1952) et si L. Estang reste dans la tradition du « roman catholique », celui-ci est à bout de souffle et met plutôt en lumière les ruines du christianisme (Rebatet, Les Deux Étendards, 1952) ; au théâtre même, la métaphysique chrétienne semble en sursis : L’Échange est le remaniement d’un texte publié en 1901, Corps et âmes l’adaptation d’un roman de 1943, et Dialogues des carmélites l’avatar posthume d’un scénario refusé ; en fait, si en 1951 Dieu est encore un sujet littéraire, c’est qu’il s’agit d’en finir avec lui (Le Diable et le Bon Dieu) ; exilée aux marges de la littérature (Le Mystère de l’être, conférences de G. Marcel), vouée à l’échec (Rome n’est plus dans Rome) ou à la diffusion confidentielle de la poésie contemporaine (J.-Cl. Renard), l’expression littéraire de la foi ne s’est pas remise de cette marginalisation alors visible : elle est désormais cantonnée à la poésie (Eucharis, de P. Delaveau, Le Cœur circoncis, de J.-Cl. Lemaire, 1989).

  • 43 Cf. Tynianov : « Un courant qui donnait l’impression de se renouveler sans cesse n’évite pas la ph (...)
  • 44 « De nombreux courants condamnés par la critique continuent à vivre et à se développer », note Tyn (...)
  • 45 Figures III, op. cit., p. 16.
  • 46 M. Weinstein, transposant une analyse de Tynianov, évoque ces lignées « où l’ancien est séparé du (...)

29Peut-on pourtant affirmer que le roman catholique, genre mort, ne puisse renaître ? C’est poser la question des rythmes de l’histoire littéraire. Affirmer qu’aucune période n’est homogène, parce qu’elle est traversée de courants, éventuellement contraires, dont la force et la durée ne sont pas les mêmes, n’interdit pas d’identifier, parmi ces courants, différents modèles. Même s’ils ne suivent jamais exactement la même courbe diachronique, on peut en effet observer dans le développement historique des phénomènes littéraires des schèmes diachroniques communs, des paradigmes qui les apparentent : il y a, bien sûr, les cycles longs et les cycles courts (le cubisme, la mode « grunge » des années 1992-1998, à moins qu’elle ne se prolonge) ; pour les cycles longs, la structure la plus visible est celle, décrite par les formalistes russes43, qui voit une tendance d’avant-garde progresse^ atteindre son apogée – voire sa canonisation – puis décliner ; ce repli peut à son tour prendre deux formes, soit que le courant disparaisse (c’est l’exemple du roman catholique), soit qu’il reflue et stagne en des eaux abyssales ; c’est le cas de la poésie versifiée, qui officiellement s’est éteinte, mais qui en vérité existe toujours44 : nos coupes synchroniques font apparaître ce parcours de la poésie en vers, depuis sa position dominante, en 1913 (Géraldy), année de ses premiers ébranlements (Apollinaire, Péguy, Cendrars), jusqu’à sa persistance actuelle (Cl.-M. Cluny), en dépit de sa régression manifeste (1938,1951,1968) ; pour désigner ce phénomène, on peut parler ; avec Henri Béhar (ici même), de « rémanence » ou, avec Genette, d’« inertie45 » (aussi simple qu’elle paraisse, une telle analyse permet de sortir du vieux dilemme scolaire sur la durée des mouvements littéraires : le romantisme est-il une période de l’histoire ou une constante de la culture occidentale, voire une donnée anthropologique universelle ?) ; un autre schéma temporel repérable est enfin celui du clignotement, des éclipses, lorsqu’une tendance qu’on croyait abandonnée réapparaît de temps à autre46 ; en un sens, chaque représentation de Cyrano de Bergerac perpétue le théâtre en vers.

  • 47 A ce sujet, cf. Emmanuel Bouju, ici même.
  • 48 Cf. Ricœur : « Les discordances entre les rythmes temporels des diverses composantes du phénomène (...)

30On voit en définitive que la méthode des coupes synchroniques, qui montre qu’à un moment donné se chevauchent toujours plusieurs courants littéraires, permet d’éviter le risque d’une périodisation trop rigide47, l’illusion des dates-clefs et des tournants décisifs48, le couperet dangereusement tranchant d’une segmentation sans défaut ; mais parce qu’elle s’efforce, en comparant ses relevés et en explicitant ses critères d’observation, de dégager des lignes de force diachroniques, cette démarche se garde aussi de donner dans un scepticisme déconstructionniste qui se satisferait de remarques émiettées.

  • 49 Par exemple Genette, Figures III, op. cit., p. 14).
  • 50 Wahrheit und Méthode [Vérité et Méthode], Tübingen, J. B. C Mohr, 1960, p. 266.
  • 51 Cf. Isabelle Kalinowski, « Hans-Robert Jauss et l’esthétique de la réception », Revue germanique i (...)
  • 52 Le Temps raconté, op. cit., p. 147, etc.

31Au demeurant, la bonne vieille périodisation de nos manuels a bien quelques vertus, que je m’en voudrais de ne pas souligner pour finir. Parce qu’elle élague, synthétise, simplifie, elle a bien sûr une valeur didactique, que chacun lui reconnaît49 ; mais, pourvu qu’elle ait conscience de se fonder sur une interprétation, elle peut aussi avoir une valeur scientifique : réfutant Gadamer, pour qui notre « être- situé n’est pas une position objectivable50 » (thèse heideggerienne), Jauss affirme, après Tynianov, que la prise en compte de la position historique de l’interprète, loin d’exclure l’objectivité scientifique, en est au contraire la condition même51 ; enfin la périodisation confère à l’histoire de la littérature une valeur littéraire, lui assurant ce « caractère poétique52 » que Ricœur reconnaît au travail de l’historien : car tous ces gauchissements fictionnels que Jauss dénonce dans « l’historisme » – ordre, stylisation, harmonie, homogénéisation – peuvent aussi bien être tenus pour de belles qualités d’écrivain, celles-là mêmes qui, gommant toutes aspérités, caractérisent, selon Proust, « le vernis des maîtres ».

Note

1 Cf. Compagnon (Antoine), Le Démon de la théorie, Paris, Seuil, La Couleur des idées, 1998, p. 214-220.

2 Rappelons que le verdict de Rennes, en 1899, fut de condamner une nouvelle fois Dreyfus, mais avec des circonstances atténuantes.

3 Literaturgeschichte als Provokation der Literaturwissenschaft, Francfort, Suhrkamp, 1970 ; trad. fr. : « L’Histoire de la littérature : un défi à la théorie littéraire », in Jauss (H.R.), Pourvue esthétique de la réception, Gallimard, Tel, 1978, p. 23-88.

4 « Geschichte der Kunst und Historié » (1970) ; trad. fr. : « Histoire et histoire de l’art », ibid, p. 101, (cf. p. 46).

5 Pour une esthétique de la réception, op. cit., p. 76 (la formule est empruntée à Siegfried Kracauer).

6 Ibid, p. 106.

7 Ibid, p. 46.

8 Ibid, p. 76, 92-97, 104-105.

9 Ibid, p. 34-42.

10 Ibid, p. 38.

11 Sur ce point, Jauss (p. 75 suiv.) se réfère à Siegfried Kracauer qui, récusant les visées d’intelligibilité unitaire de « l’histoire générale », leur oppose les temporalités radicalement différentes des diverses « histoires particulières » (spécial history) – celle de l’art, du droit, de l’économie... (« Time and History », in Zeugnisse. Theodor (W. Adorno zum 60. Geburtstag, Francfort, Suhrkamp, 1963, p. 50-64).

12 Affirmant que « la théorie et l’histoire ne font qu’un » (« La Théorie de la “méthode formelle” », in Literatura, Teorija, kritika, polemika, Leningrad, 1927 ; trad. fr. in Théorie de la littérature, éd. par T. Todorov, Paris, Le Seuil, Tel Quel, 1965, p. 74), Eikhenbaum déplore déjà, en 1925, que ses épigones l’oublient trop souvent (ibid, p. 32).

13 Tynianov et Jakobson, « Problemy izuchenija literatury i jazyka », Novyi Lef, 12, 1928, p. 36-37, repris in Poetika, istorija literatury, kino [Poétique, histoire de la littérature, cinéma], Moscou, Naouchka, 1977 ; trad. fr. : « Les problèmes des études littéraires et linguistiques », in Théorie de la littérature, p. 138 (repris in Jakobson, Questions de poétique. Seuil, 1973).

14 Tynianov, « O literatumoj evojucii » [1927], repris dans Arhaisty i novatury [Archaïstes et novateurs], Leningrad, Priboï, 1929 (réimpr. : Munich, Wilhelm Fink, 1967) ; nouv. trad. fr. : « De l’évolution littéraire », in Tynianov, Formalisme et histoire littéraire, Lausanne, L’Âge d’Homme, Slavica, 1991, p. 240 (cf. Théorie de la littérature, p. 130). Sur cette question, voir l’introduction de C. Depretto-Genty au livre de Tynianov (p. 23, 30) et Marc Weinstein, Tynianov ou la poétique de la relativité, Saint-Denis, P. U. de Vincennes, Essais et savoirs, 1996, p. 68-75.

15 Rozanov, Petrograd, Opoïaz, 1921 ; cité par Eikhenbaum, « La Théorie de la méthode formelle », op. cit., p. 69.

16 « De l’évolution littéraire », op. cit., p. 234 (Théorie de la littérature, p. 122).

17 « Les problèmes des études littéraires et linguistiques », op. cit., p. 139.

18 Pour une esthétique de la réception, op. cit., p. 76-77. Dans « La Douceur du foyer » (ibid, p. 288327), Jauss a appliqué cette méthode à la poésie lyrique de 1857.

19 « Linguistics and Poetics », in Style in Language, éd. pat Seboek, John Wiley, 1960 ; trad. fr, « Linguistique et poétique », in Essais de linguistique générale, Paris, Minuit, 1963, p. 212. Le passage est cité par Jauss (Pour une esthétique de la réception, op. cit., p. 77).

20 Genette (Gérard), Figures I, Paris, Le Seuil, Points, 1966, p. 167. « L’histoire structurale de la littérature, [ajoute Genette], n’est que la mise en perspective diachronique de ces tableaux synchroniques successifs » (p. 168). Jauss se réfère à cet article p. 127.

21 Ainsi Tynianov fait-il « de la synchronie non plus une achronie, mais un moment de la diachronie » (Marc Weinstein, Tynianov, op. cit., p. 64). Pour les positions de Jakobson sur ce point, cf. Thomas Winner, « Les grands thèmes de la poétique jakobsonienne », L’Arc, « Jakobson », 1976 [réimpr. 1990], p. 59.

22 Figures I, op. cit., p. 165-166.

23 Pour une esthétique de la réception, op. cit., p. 75-78. Jauss prend ainsi ses distances avec Kracauer.

24 Cf. Ricœur, Temps et récit, III, Le Temps raconté, Paris, Le Seuil, L’Ordre philosophique, 1985, p. 252-253. A mon sens, si le principe d’une « continuité organique » peut faire problème, en revanche la totalisation synchronique se passe fort bien de quelque téléologie hégélienne que ce soit.

25 Ibid.

26 Le Démon de la théorie, op. cit., p. 239.

27 Cf. par exemple B. Alluin et al, xxe siècle (1900-1950), Hatier, Itinéraires littéraires, 1991, p. 465.

28 Dénonçant le « paradigme du tournant historique », Jauss affirme que « les processus historiques [...] ne se succèdent jamais ainsi, [mais qu’ils] s’interpénétrent [...] suivant des stratifications multiples » (« Histoire et histoire de l’art » [1970], in Pour une esthétique de la réception, p. 106). A propos de la notion de génération et des classes d’âge considérées à un moment donné, Karl Mannheim pade aussi de stratification (« Das Problem der Generationen », Kölner Vierteljahrshefte für Soziologie, VII, Munich et Leipzig, Vedag von Duncker et Humblot, 1928, p. 157-185 ; cf. Le Temps raconté, op. cit., p. 164).

29 C’est le terme qu’emploie Ricœur (ibid, p. 192) pour évoquer l’empiètement les uns sur les autres, selon Hussed, des flux temporels dans la conscience. Emmanuel Bouju le lui emprunte pour l’appliquer fort justement, ici-même, à cette « superposition de devenirs multiples à dimensions variables » qui règle « le temps de la littérature ». Chacun voit bien, dans ce tuilage, le chevauchement des tuiles : et tant pis si le dictionnaire n’est pas d’accord.

30 Cf. supra, note 17.

31 « Poétique et histoire », in Figures III, Paris, Le Seuil, Poétique, 1972, p. 18-19. Et d’ajouter qu’« une fois constituée, [cette] histoire de la littérature rencontrera les problèmes de méthode qui sont [...] ceux de l’histoire générale, [...] par exemple les problèmes de la périodisation, les différences de rythme selon les secteurs ou les niveaux [...] » (p. 20).

32 « La Théorie de la “méthode formelle” », op. cit., p. 70.

33 Cf. M. Weinstein, Tynianov ou la poétique de la relativité, op cit., p. 96 et suiv.

34 Selon Todorov, Chklovski disait que « Dostoïevsky avait érigé en norme littéraire le roman policier, le roman d’Eugène Sue, le roman d’aventure, etc » (in L’Enseignement de la littérature, éd. par S. Doubrovsky et T. Todorov, Paris, Plon, 1971).

35 Cf. Fridrun Rinner, « Quelques réflexions sur la critique littéraire et la théorie du système en Allemagne », Revue germanique internationale, 8, 1997, p. 189-200.

36 Cf. Théorie de la littérature, op. cit., p. 71 (Eïkhenbaum), 120 (Tynianov et « l’histoire des généraux »), etc. et l’antinomie bakhtinienne entre culture populaire et littérature officielle. Ironisant sur « l’histoire littéraire [qui] se meut de sommet en sommet, [et pour qui] les idées circulent de génie en génie », A. Compagnon (Le Démon de la théorie, p. 219, 221) cite, après Genette (Figures III, p. 15), le célèbre article des Annales (repris in Combats pour l’histoire, 1953, rééd. Paris, A. Colin, 1992, p. 264) où Lucien Febvre, au nom de ce qui deviendrait l’histoire sociale, déplorait déjà, en 1941, que l’histoire de la littérature s’en tint aux seuls grands auteurs. Notons que pour son tableau synchronique de l’année 1857 (« La Douceur du foyer »), Jauss a réuni un corpus de 700 poèmes lyriques (Pour une esthétique de la réception, p. 297, note 1).

37 Sur l’actualité de cette question, cf. F. Rinner, p. 194.

38 Cf. « Le Fait littéraire » [1924] (tr. fr. in Formalisme et histoire littéraire, p. 214-215) et « Le Littéraire aujourd’hui » [1924] (tr. fr. in M. Weinstein, Tynianov, op. cit., p. 193-215).

39 Mais la presse actuelle évoque rarement la poésie et ne retient, parmi les romans, que les titres « hors collection » (environ 500 par an), alors que désormais la moitié des romans qui paraissent sont des policiers.

40 Je remercie ici Michel Bernard de m’avoir permis de la consulter.

41 Cf. Jauss, Pour une esthétique de la réception, op. cit., p. 97-110) et Wellek (cité par Jauss, ihid., p. 65).

42 Barthes pade de « coexistence [s] piquante[s] » (« Histoire ou littérature ? », Annales, 1960, repris dans Sur Racine, Paris, Le Seuil, Points, 1963, p. 137).

43 Cf. Tynianov : « Un courant qui donnait l’impression de se renouveler sans cesse n’évite pas la phase d’enlisement et de remplacement par des phénomènes au départ mineurs, imperceptibles » (« Le Fait littéraire », op. cit., p. 229).

44 « De nombreux courants condamnés par la critique continuent à vivre et à se développer », note Tynianov (« Le Littéraire aujourd’hui », op. cit., p. 206).

45 Figures III, op. cit., p. 16.

46 M. Weinstein, transposant une analyse de Tynianov, évoque ces lignées « où l’ancien est séparé du nouveau par plusieurs synchronies », par ex. lorsque Albert Cohen, dans le titre développé de Mangedous... (1938), emprunte à Rabelais « le principe constructif de l’amplification triviale » (Tynianov, op. cit., p. 92-93). C’est ce que Todorov appelle l’héritage « d’oncle à neveu » (in L’Enseignement de la littérature, op. cit., p. 283).

47 A ce sujet, cf. Emmanuel Bouju, ici même.

48 Cf. Ricœur : « Les discordances entre les rythmes temporels des diverses composantes du phénomène social global rendent bien difficiles de caractériser globalement une époque comme rupture et comme origine » (Le Temps raconté, op cit., p. 307).

49 Par exemple Genette, Figures III, op. cit., p. 14).

50 Wahrheit und Méthode [Vérité et Méthode], Tübingen, J. B. C Mohr, 1960, p. 266.

51 Cf. Isabelle Kalinowski, « Hans-Robert Jauss et l’esthétique de la réception », Revue germanique internationale, 8, 1997, p. 170) et M. Weinstein, Tynianov., op. cit., p. 20-21, 117-118).

52 Le Temps raconté, op. cit., p. 147, etc.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540