Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le temps des lettres

 | 
Francine Dugast-Portes
, 
Michèle Touret

Périodisations croisées

Regard d’une historienne

Jacqueline Sainclivier

Texte intégral

1Les historiens sont naturellement portés à périodiser mais ils sont aussi amenés à s’interroger sur la périodisation, sur les différentes phases, sur les fondements de celles-ci (histoire politique, économique et sociale, culturelle, etc.). Les grandes phases de périodisation ne sont pas les mêmes selon les pays et sur ce point les historiens français du monde contemporain se distinguent nettement de leurs confrères étrangers. Dans les autres pays européens, l’expression « histoire contemporaine » (ou son équivalent) concerne la période postérieure à 1945. Pour les Français, jusqu’à une date très récente, elle commençait en 1789 et s’étendait jusqu’à nos jours. Le poids de la référence à la Révolution, « événement-matrice » (Leroy-Ladurie) est tel qu’il ne semblait pas possible de faire commencer l’histoire contemporaine plus tard. Il est vrai que jusqu’au renouvellement récent de l’historiographie révolutionnaire, lors du bicentenaire, elle semblait l’événement fondateur de la modernité politique. L’historiographie récente l’a plus ancrée dans l’Ancien Régime. Dès lors, pour les historiens français, l’époque contemporaine commence avec le Consulat (belle avancée d’une décennie !) et ce sont désormais les modernistes qui étudient la Révolution française.

  • 1 Cette évolution est directement liée à la fondation à la fin des années soixante-dix de l’Institut (...)

2Dans ce cadre général, les historiens français de l’époque contemporaine peuvent être des spécialistes du dix-neuvième siècle ou du vingtième siècle. Depuis le début des années quatre-vingt une nouvelle subdivision apparaît avec les historiens du temps présent pour ceux qui étudient la période postérieure à 1945 (en incluant parfois la Seconde Guerre mondiale)1.

3Le vingtième siècle des historiens ou des littéraires, sans doute parce qu’il est un siècle qui vient de s’achever, a subi des vicissitudes de périodisation. Les historiens français ont longtemps découpé le vingtième siècle en fonction des deux guerres mondiales : 1914-1918, l’entre-deux-guerres, 1939-1945 et après 1945 (avec parfois la rupture de 1958 pour prendre en compte le changement de constitution). Les deux guerres mondiales étaient clairement perçues, analysées comme des ruptures entre deux mondes. Plus récemment, sans nier cet aspect, deux autres dates-chamières apparaissent : 1929/1930 et la fin des années soixante ; enfin, les historiens font commencer le vingtième siècle plus tôt, vers 1880 ou vers 1890-1900. Pourquoi cette évolution ?

4Le choix des dates-chamières est épistémologique et correspond à un état de l’historiographie. Les deux guerres mondiales ont longtemps été privilégiées comme périodes de rupture parce qu’elles représentent un traumatisme majeur pour la population (pertes humaines élevées en 14-18, défaite, occupation, état de guerre civile pour 39-45). En insistant sur le choc que représentent ces deux guerres à vingt ans d’intervalle, l’accent était mis (explicitement ou implicitement) sur le politique, sur la représentation que « rien n’est plus comme avant » : le mythe de la Belle Epoque est né après 1918 et est d’autant plus fort qu’il s’accompagne de la sensation d’un monde disparu. Après 1945, le changement de république en France, l’apparition d’hommes nouveaux donnent l’illusion que le « vieux monde » politique a disparu. Dans les deux cas, le temps court privilégie la notion de changement, de rupture radicale.

5Ces vingt dernières années, l’historiographie sur le vingtième siècle a considérablement progressé y compris sur les périodes les plus récentes qui étaient trop souvent le domaine réservé des sociologues ou des politistes. D’autre part, après des analyses centrées sur l’économique et le social, le développement de l’histoire culturelle au sens large a profondément renouvelé la recherche historique, y compris dans le champ politique. Dès lors une nouvelle périodisation se met en place, née directement des apports récents de la recherche et elle se situe délibérément dans le temps long cher à Femand Braudel. Deux ou trois grandes périodes sont alors dégagées : 1880-1930, 1930-fin des années soixante et les trente dernières années du siècle.

  • 2 Même si les causes de celle-ci sont plus complexes encore et non limitées à la France.

6Ce nouveau découpage chronologique s’appuie davantage sur la notion de continuité, sur les transformations lentes et en profondeur tels que les mouvements économiques, sociaux et culturels. Le tournant du début des années trente est marqué certes par une crise sociale et économique, mais se traduit aussi par une crise politique, une crise de la démocratie. La fin des années soixante, avec l’arrivée à l’âge adulte de la génération d’après-guerre, est d’abord une contestation d’ordre culturel et social avant de devenir une crise politique voire économique2. Les deux grands tournants (années trente et années soixante) s’inscrivent dans le temps long et donnent priorité aux continuités et aux changements en profondeur plus qu’aux ruptures de type événementiel.

  • 3 Grosser (Alfred), L’Explication politique, Bruxelles, Complexe, 1984, p. 61.

7Cela veut-il dire qu’une périodisation invalide l’autre, qu’elle est exclusive de l’autre ? Certainement non, elles répondent à une évolution de la recherche, à des interrogations différentes sur le vingtième siècle. Les représentations, les données culturelles de la population se modifient plus lentement que certaines données économiques ou politiques. Cet « enchevêtrement constant des données à rythme lent et des données à oscillations rapides3 » accroît la difficulté pour affiner une périodisation cohérente. Ainsi, 1945 apparaît comme une date-rupture en France avec la Libération, l’accès au droit de vote des femmes, l’apparition d’hommes nouveaux, le début des nationalisations, la création de la sécurité sociale, etc. En fait, dans le domaine économique, on assiste à une accélération d’un processus entamé dans les années trente – les grands traits des réformes sont tracés à cette date – et dans le domaine politique, s’il y a bien renouvellement de générations, les années cinquante montrent un retour aux clivages politiques plus anciens. Des remarques similaires peuvent être faites pour le premier après-guerre.

8Le prisme des mouvements de longue durée (économiques, sociaux, culturels) tend à privilégier la continuité et à lisser les ruptures, à l’inverse des analyses privilégiant les traumatismes de guerre et/ou de révolution.

Notes

1 Cette évolution est directement liée à la fondation à la fin des années soixante-dix de l’Institut d’histoire du Temps Présent (CNRS) qui a pris la suite du Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale

2 Même si les causes de celle-ci sont plus complexes encore et non limitées à la France.

3 Grosser (Alfred), L’Explication politique, Bruxelles, Complexe, 1984, p. 61.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540