Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le temps des lettres

 | 
Francine Dugast-Portes
, 
Michèle Touret

Avant-propos

Francine Dugast-Portes et Michèle Touret

Texte intégral

1Ce colloque, le deuxième organisé par la Société d’étude de la littérature française du xxe siècle (SELF XX), avait pour thème une question que l’achèvement du siècle rendait particulièrement pertinente : comment faire le bilan de ces années, comment écrire leur histoire ? Le problème était d’autant plus d’actualité que l’histoire littéraire a donné lieu globalement à beaucoup de réflexions : l’opportunité même de ce type d’approche a été discutée, surtout à partir des années soixante, et elle a partiellement disparu de l’enseignement. En outre, la proximité des faits dont il faut traiter en rend l’établissement et l’organisation particulièrement malaisés.

2Invités à réfléchir sur ce thème, les « vingtiémistes » en ont proposé des approches très nuancées, plus ou moins englobantes. On trouvera d’abord dans ces pages une série d’interventions générales.

3Les premières interrogent les périodisations établies dans d’autres champs : Jacqueline Sainclivier ; spécialiste de l’histoire contemporaine, fait le point en ouverture sur la manière dont l’historiographie envisage aujourd’hui le déroulement du xxe siècle, confrontant les grandes césures traditionnelles à la prise en considération des longues durées braudéliennes. Sous les auspices de Claude- Edmonde Magny, et en interrogeant la durée des périodes, Pierre Brunei met en parallèle autour des problématiques esthétiques l’histoire de la musique et celle de la littérature, en établissant des correspondances précises, de décennie en décennie : une grande continuité se fait jour dans les échos nombreux renvoyés d’un art à l’autre.

4On s’interroge ensuite sur les modalités de la périodisation : partant du paradoxe de Zénon, Emmanuel Bouju examine la validité et les impasses de la segmentation opposée à la continuité, dans le temps comme dans l’espace : problème du découpage des œuvres d’un même écrivain, des littératures nationales, des références endogènes ou exogènes. La confrontation des critères de périodisation permet l’établissement de repères, à condition que soient pris en compte les a priori implicites – axiologie, téléologie, unification. Yves Baudelle, partant des critiques et propositions de Jauss, échos des observations des formalistes russes, reprises par Genette en particulier, suggère la pratique des coupes synchroniques, qui réintègre la structure dans l’histoire. Parlant de courants et de tuilage, il effectue cinq coupes synchroniques significatives, fournissant des éléments de comparaison, posant le problème des rythmes, des rémanences. Bruno Blanckeman met l’accent sur des agencements par « polarisation réciproque », selon l’histoire de la civilisation et celle de la littérature elle-même, plus que sur l’établissement de bornes : il propose ainsi une vision différenciée du xxe siècle, matérialisée par la parution de textes-phares et par des dominantes successives, le tout modulé par la transpériodicité, et la conjonction des secteurs d’innovation, de temporisation, de reproduction.

5L’expérience du traitement informatique des données permet à Henri Béhar d’envisager les divers critères selon lesquels des périodes peuvent être distinguées. La BDHL établit une chronologie des événements (externes ou internes), des œuvres, des auteurs en production, des mouvements, des générations, de l’évolution des genres, mais aussi des thèmes – autre mode de partition. Les tableaux montrent les résultats acquis.

6Guy Larroux introduit dans le corpus envisagé l’histoire de la critique : il insiste sur les phénomènes rétroactifs, et se réfère au temps braudélien : celui de l’événement, de la conjoncture, de la longue durée, modulé au cours du second demi-siècle par le rapprochement du clerc et de l’écrivain, par l’articulation de micro-cycles et de générations. Le point fait par Charlotte Andrieux sur la place de la linguistique dans cette critique souligne une évolution claire, du structuralisme textuel à l’approche pragmatique, en passant par le retour à la sémantique.

7Un double examen d’exemples de périodisations concrètes permet d’illustrer les difficultés : observant les discours italiens sur la littérature française dans l’entre-deux guerres, Anne-Rachel Hermetet montre, à propos de l’image que se font les Italiens de la contemporanéité française, l’orientation des choix par la perception plus ou moins favorable de cette contemporanéité, l’importance variable des critères formels, et finalement l’insertion de cette vision de l’histoire littéraire française dans la problématique italienne. Jean-François Massol, à partir des instructions officielles et dans une série de manuels récents en usage dans les classes de lycée, constate le risque d’effacement de la perspective historique au profit de descriptions formelles, la tension entre une périodisation empruntée à l’historiographie générale et une périodisation interne (la première englobant souvent des analyses cadrées par la seconde), tout cela aboutissant à des configurations très diverses.

8Ces interrogations générales qui partent des critères et des usages sont complétées et mises en pratique par une série d’études portant sur des points plus particuliers, chacune renvoyant à la problématique d’ensemble.

9La poésie a inspiré plusieurs études : Christine Dupouy en structure l’évolution, au fil du siècle, autour du thème du lieu, la confrontant à celle de la prose (Barrés, les Surréalistes, les « romanciers-poètes », les poètes d’après-guerre), traversant le siècle jusqu’aux revues et aux œuvres les plus récentes. Jean-Pierre Zubiate envisage ce cheminement sous l’angle du jeu des avant-gardes et des réflexions théoriques, montrant in fine la « polémique persistante » entre textualisme et néo-lyrisme, mais aussi une « voie d’acceptation de la “ coexistence déchirée ” de la référence et de l’écriture ». Anne Malaprade examine la poésie française des trente dernières années, la montée des formalismes, la densité de la réflexion épistémologique, la simultanéité, aujourd’hui, du retour à des perspectives récusées et de leur refus, le problème enfin qui reste posé de la validité, dans le domaine poétique, du concept de contemporanéité. Envisageant à partir de nombreux exemples tirés de l’ensemble du siècle les formes stylistiques de la prose poétique, Stéphane Bikialo souligne la complexité, dans la diachronie, des relations intertextuelles et de l’historicité du style, que montrent entre autres l’évolution de l’émergence linguistique et stylistique du sujet, et les diverses manières d’assumer l’« hétérogénéité foncière » entre l’ordre des mots et celui des choses.

10Une série d’études permet ensuite de mieux percevoir, par coups de sonde successifs, le déroulement du xxe siècle littéraire. Michel Bernard, à partir du traitement statistique présenté également par Henri Béhar, cherche à vérifier la coupure qui marquerait le début du xxe siècle et suggère une autre hypothèse ; il montre au passage les difficultés que soulèvent l’appartenance chronologique des écrivains à deux siècles, les variations de corpus entre la vision des critiques du début du siècle et la nôtre, l’importance de l’index thématique. Michèle Touret, à propos de la guerre de 1914-1918, souligne qu’on a tendance à l’effacer dans certains manuels d’histoire littéraire, alors même que, malgré les continuités réelles, elle marque la vie littéraire, le destin des écrivains et leur mode d’écriture – ils écrivent dans la presse, ils racontent autre chose, et autrement (les récits de guerre) – nonobstant le fait que le Surréalisme ensuite a gommé cette tension et ce tournant, et qu’on tend à valoriser la « défamiliarisation ».

11À propos de l’année 1930, si souvent présentée comme pivot, Jacques Poirier étudie, de part et d’autre, l’unité respective des décennies précédentes et suivante, sous l’angle en particulier du traitement du thème de la guerre, de la dominante du « je » et du « nous » ; il repère aussi des aspects présents déjà avant 1914, et d’autres rémanents jusqu’aux années 1950, proposant ainsi une périodisation plus ample. Jean-Yves Debreuille choisit de caractériser la production d’une génération de poètes, entre 1925 et 1970, à partir d’un « climat » général d’« habitation poétique du monde » : l’émergence de « l’élément-terre » suscite des échos insoupçonnés, contemporains des grandes analyses de Bachelard, qu’il s’agisse de la poésie de la Résistance, de l’École de Rochefort, de Char, Frénaud, Ponge, etc. Ces orientations communes ne disparaissent pas après 1970, même si d’autres deviennent plus prégnantes. Des années 1930 à 1950, Bruno Curatolo retient le développement du courant noir : il rappelle les grands noms, Céline, Guilloux, Dabit, et d’autres, Bove, Calet ; d’autres encore (dont Luc Dietrich, Jean Douassot, etc.) globalement oubliés, auteurs d’un ensemble d’œuvres qu’unissent des thèmes, des techniques, des idées – et qui posent le problème de la réception.

12Marc Dambre, à l’appui d’une réflexion sur un manuel et sur l’histoire de la littérature, se penche sur les années 1950, « milieu du siècle », et, tout en interrogeant la validité du découpage décennal, y observe le foisonnement d’esthétiques concomitantes, le « feuilletage » qui rend manifestes le desserrement de la doctrine de l’engagement et le renouveau des formes – années-relais avant la radicalisation des années 1960. Dominique Denès envisage l’histoire de l’institutionnalisation du Nouveau Roman, montrant son émergence historique à partir de l’intense activité métatextuelle et des pôles éditoriaux, sa légitimation par les prix, les colloques, l’histoire littéraire, son effacement – caractéristique peut-être du vieillissement des avant-gardes. Didier Alexandre note les débuts flous et la réception confuse du même groupe, ses liens avec les séquelles de la guerre. Il interroge les périodisations contradictoires proposées, constate la mobilité des composantes du groupe, souligne les affinités avec d’autres écrivains, l’insertion dans l’« alittérature », élargit ainsi la perspective vers une « vision panoramique ».

13Marc Gontard s’intéresse au postmodemisme en France : à propos des années 1980, il clarifie la notion, souligne l’orientation vers une pensée de la complexité et du désordre, écho de certaines théories scientifiques, mais aussi de la rupture avec les grands systèmes d’interprétation politique. Il souligne, au-delà du Nouveau Roman – considéré comme dernier avatar du roman moderne – les traits spécifiques du roman postmoderne (Butor compris), dont il propose une chronologie. Jacqueline Bernard montre aussi les formes nouvelles du récit, à partir des publications des éditions de Minuit (et de leur présentation dans les bulletins trimestriels de la maison) : si les apports du Nouveau Roman et de l’Oulipo sont toujours présents, des dominantes nouvelles se dessinent : diégèse reconquise, esthétisme ludique – humour, plaisir des mots – métatextualité qui apparaît dès les incipit – ce sont des « sémillants ». Anne Cousseau relève des tonalités voisines dans une « littérature des petits bonheurs et des plaisirs minuscules », liée à la vogue du « devoir de bonheur », ancrée dans l’existentiel – sensation, sentiment du temps, attention à l’instant voire à l’insignifiant, croisement du descriptif et du narratif, importance du lieu – et des topoï— et surtout intégration de fragments d’essais : les ouvrages échappent à l’épuisement du récit par cette transitivité. Dominique Viart enfin trace, avec tous les scrupules imposés par les difficultés et les précautions méthodologiques dont il fait état, un tableau de l’esthétique immédiatement contemporaine, à partir du tournant majeur des années 1980. Il constate l’infléchissement progressif vers une littérature transitive, vers une simplification narrative, une nouvelle émergence du sujet et du réel social et historique. Notant la difficulté de nomination et de groupement des nouvelles tendances il synthétise les tendances communes : on a échappé aux verdicts de Blanchot.

14Mais cette présentation linéaire des actes ne rend pas compte des recoupements multiples, du foisonnement de réflexions propre à chaque intervention : seule une lecture exhaustive peut permettre de mesurer la richesse de chaque communication, grâce au souci qu’ont eu les intervenants de s’inscrire dans une problématique d’ensemble. On aura saisi, à la lecture de ce qui précède, les reprises de questionnements essentiels.

15Le problème général du corpus est apparu plusieurs fois : dans l’examen des données de la BDHL (H. Béhar, M. Bernard), dans la proposition d’insertion de l’histoire de la critique et des sciences humaines (G. Larroux, C. Andrieux), dans la place accordée à la « survie littéraire » et aux genres considérés comme paralittéraires (B. Curatolo), dans la question de l’élargissement hors des frontières de la discipline (P. Brunei) et de l’hexagone (E. Bouju, R. Hermetet), dans le constat des variations idéologiques des références (R. Hermetet, J.-F. Massol). Le point de vue de la réception apparaît comme fondamental (D. Alexandre, Y. Baudelle, D. Denès).

16L’accent a été mis sur le rapport entre une périodisation exogène et une périodisation endogène (H. Béhar, E. Bouju, J.-F. Massol, J. Sainclivier, et al), sans qu’une relation de causalité systématique apparaisse nécessaire (M. Dambre). Selon plusieurs voix, la périodisation littéraire s’inscrit plutôt dans les longues durées évoquées par Braudel (G. Larroux, J. Sainclivier, et al).

17Cela croise les observations multiples concernant les rémanences, la coexistence à un moment déterminé de tendances diverses (Y. Baudelle, E Bouju, et al) : on a souligné la substitution progressive de certaines dominantes à d’autres (J.-Y. Debreuille, D. Viart), le « tuilage » généralisé que rendent manifeste les coupes synchroniques (Y. Baudelle).

18Le problème de la segmentation a suscité beaucoup d’approches : l’établissement de bornes pose le problème de l’emprunt à la périodisation historiographique générale, elle-même évolutive (J. Sainclivier). Le travail de comparaison implicite que tout cela suppose fait ressortir des traits d’homogénéité et d’hétérogénéité : la place accordée aux deux guerres mondiales varie selon que l’on met l’accent sur les uns ou sur les autres (J. Poirier, M. Touret).

19La comparaison et l’établissement d’homologies qui en résulte impliquent des critères : plusieurs intervenants en ont énuméré un certain nombre (Y. Baudelle, H. Béhar) ; les études de moments précis renvoient à des réflexions métatextuelles (D. Alexandre, D. Denès, J.-P. Zubiate), à des cohérences formelles et thématiques (J. Bernard, S. Bikialo, A. Cousseau, B. Curatolo, A. Malaprade), ou principalement thématiques (J.-Y. Debreuille, C. Dupouy).

20La durée des périodes envisagées a donné lieu à des réflexions sur leur éventuelle régularité – impliquée par l’étymologie (D. Alexandre), sur leur durée : on a pratiqué d’étude de la décennie, en montrant ce qu’elle a d’arbitraire, comme le siècle, dans ses limites, mais en montrant aussi qu’elle permet une approche souple et l’établissement de riches correspondances (P. Brunei, M. Dambre) ; on a parié également de générations (H. Béhar, P. Brunel, et al.), on a justifié l’étude de périodes plus brèves enchâssées dans d’autres (J.-P. Massol, M. Touret).

21La question a été posée de la vision organiciste des périodes (naissance, vie et mort), que tend à produire l’accent mis sur les bornes. Bornes problématiques d’ailleurs, pour le siècle même (M. Bernard). On a proposé de mettre l’accent sur des dominantes définies selon les divers critères, constituant des pôles, apparaissant et disparaissant, sans que rien soit figé : on tient compte des forces innovantes comme du poids des héritages (B. Blanckeman) ; ce qu’illustre l’approche historique du Nouveau Roman (D. Alexandre, D. Denès).

22Une pluralité de périodisations articulées s’impose peut-être, permettant de ne pas effacer des moments brefs mais originaux, qui jouent le rôle de pivots – dont l’occultation montre le caractère idéologique de la construction des périodes (M. Touret) – pivots qui peuvent articuler des périodes plus ou moins amples selon le point du vue choisi (J. Poirier à propos de 1930).

23Notons le sort particulier fait à la période la plus contemporaine – question délicate qui a stimulé la réflexion. Un certain nombre de mises au point ont permis d’y discerner des orientations construites sur les approches critiques récentes (la postmodemité vue par M. Gontard, les classements examinés par D. Viart), sur des démarches voisines d’élaboration des formes-sens, pour reprendre la formule de Jean Rousset (J. Bernard, S. Bikialo, A. Cousseau, M. Gontard, A. Malaprade, J.-P. Zubiate, et al.).

24Ainsi les participants de ce colloque ont-ils tendu la main aux colloquants du xxie siècle, pour que le relais soit pris d’une réflexion sur l’histoire littéraire en cours de constitution – réflexion étayée désormais par le croisement de critères soigneusement évalués, et l’ouverture à des perspectives plus vastes (histoire générale, autres arts).

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540