Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littératures sous contrat

 | 
Emmanuel Bouju

1re partie. Le contrat de lecture à l'épreuve : cas exemplaires

Lire Broch en somnambule : un contrat douteux ?

Vincent Ferré

Texte intégral

  • 1 Hermann Broch, Die Schlafwandler : Eine Romantrilogie (éd. originale 1931-1932), éd. critique de P (...)

1Parce que la notion de contrat est évidemment liée au problème des relations entre un auteur et ses lecteurs, le cas de Hermann Broch mérite de retenir notre attention, tant cet écrivain leur a accordé d’importance, en particulier dans les années 1930-1934, (autour de la publication des Somnambules1) ; d’autre part ses interlocuteurs – éditeurs, traducteurs, critiques – se révèlent très divers, ce qui apparaît bien comme une seconde spécificité.

  • 2 D. Maingueneau, Le contexte de l’œuvre littéraire : énonciation, écrivain, société, Paris, Bordas, (...)
  • 3 « […] this somewhat obscure and conspicuously “difficult” thinker » (ibid., p. 2). Cf. J. Pelletie (...)
  • 4 « Broch is not an “easy” writer, and access to his writings requires concentration and patience » (...)

2Nous avons donc choisi d’envisager les rapports qu’entretient Broch avec les autres acteurs du champ littéraire, la posture qu’il adopte à leur égard, la place qu’il cherche à trouver sur la scène littéraire – elle qui « confère à l’œuvre son cadre pragmatique, associant une position d’« auteur » et une position de « public » dont les modalités varient selon les époques et les sociétés2 » –, en examinant l’engagement qu’il prend à leur égard, explicitement et implicitement, dans sa correspondance comme dans son œuvre, de publier un texte intelligible – en l’occurrence Les Somnambules. C’est parce que cette affirmation semble paradoxale à bien des lecteurs que nous avons retenu cette perspective : Broch passe en effet pour un auteur difficile3, dont l’œuvre exige une attention particulière et de la « patience4 » ; or il invite ses correspondants à lui faire confiance et à lire son roman presque les yeux fermés, « en somnambule ».

  • 5 Sur les maximes conversationnelles de Grice, voir par exemple U. Eco : « […] maxime de la relation(...)

3La notion même de contrat implique une convention, entre deux parties qui s’obligent, réciproquement ou d’une manière unilatérale, « à faire ou à ne pas faire quelque chose », comme le précise le code civil ; le contrat (juridique à l’origine, comme on le voit) est donc proche du pacte, mais peut aussi désigner le document qui enregistre cet accord. Dans le cas de Broch, il faudra également prendre en compte le cadre pragmatique, l’énonciation, puisque cet auteur explicite – transposées à l’écrit – les conditions de bases de l’échange, les clauses du « contrat » tacite passé entre deux interlocuteurs, à savoir la nécessité de la coopération, l’exigence de clarté5.

  • 6 Lettre du 19 mars 1932 à W. Muir (GI, p. 387 ; « Zustimmung dessen, den man hochschätzt, – mehr ka (...)
  • 7 G. Genette, Seuils, Paris, Seuil, 1987, p. 10.
  • 8 Jusqu’à deux cent cinquante, en mai 1949, par exemple (L, p. 403 ; KW 13/3, p. 335). cf. S. P. Sch (...)

4Il est remarquable que Broch entre en contact avec son lectorat, cherche à orienter la réception de son texte en insistant sur sa nouveauté et son intelligibilité, comme s’il tentait de diminuer l’écart qui sépare l’auteur du lecteur. Il situe en effet souvent l’échange sur un terrain très personnel, par exemple lorsqu’il écrit à sa traductrice qu’il accorde une importance cruciale à son avis : « L’approbation d’une personne que l’on estime beaucoup, c’est tout ce que l’on peut et ce que l’on doit désirer6 ». Son souci d’être compris se traduit dans le texte même des Somnambules, mais les lettres de H. Broch, moins connues que son roman, méritent une attention particulière, car elles apparaissent comme une matérialisation du contrat, comme un contrat au sens de document : c’est bien une originalité de Broch que de s’exprimer non dans une préface ou « dans l’espace même du volume7 », mais d’une manière directe dans sa correspondance – correspondance volumineuse, Broch écrivant parfois des dizaines de lettres en quelques semaines8 – et d’une manière indirecte à travers la publicité ou des recensions faites par des amis.

  • 9 W. Iser, L’Acte de lecture. Théorie de l’effet esthétique, trad. d’E. Sznycer, Bruxelles, Pierre M (...)
  • 10 « Qu’est-ce que la littérature ? », Situations II, Paris, Gallimard, 1948, p. 93.
  • 11 Ibid., p. 105.
  • 12 Ibid.
  • 13 U. Eco, op. cit., p. 61 et suivantes.
  • 14 Ibid., p. 5.

5Il espère donc la coopération du lecteur. L’on sait que « la lecture est interaction dynamique entre le texte et le lecteur9 », selon la formule de W. Iser, qui se réfère à l’analyse sartrienne du « pacte10 » passé avec ce dernier par l’écrivain : sans lui, « jamais l’œuvre comme objet ne verrait le jour […]11 ». Sartre ajoute que « c’est l’effort conjugué de l’auteur et du lecteur qui fera surgir cet objet concret et imaginaire qu’est l’ouvrage de l’esprit. Il n’y a d’art que par et pour autrui12 » ; et l’on pourrait également renvoyer aux analyses du « Lecteur Modèle 13 » par U. Eco, qui a examiné, dans l’Œuvre ouverte, « l’activité coopérative qui amène le destinataire à tirer du texte ce que le texte ne dit pas mais qu’il présuppose, promet, implique ou implicite, à remplir les espaces vides, à relier ce qu’il y a dans ce texte au reste de l’intertextualité […]14».

6Selon quelles modalités Hermann Broch recherche-t-il, lui aussi, une alliance avec le lecteur ? Peut-on préciser la nature du pôle récepteur (celui des lecteurs) et les éléments qui le constituent, revenir sur l’unilatéralité ou la réciprocité de ce contrat (Broch attend-il quelque chose en retour ?) ? Et respecte-t-il effectivement ses clauses ? Son roman peut-il être compris sans recourir à d’autres textes, qui l’éclairent ? C’est la question du sens qui est prioritairement en jeu, mais nous évoquerons pour commencer le lien entre contrat et genre, ainsi qu’un autre engagement de Broch, relatif à la nouveauté des Somnambules.

  • 15 On peut se reporter aux analyses de Ph. Lejeune, qui accorde une place importante à l’articulation (...)
  • 16 1888. Pasenow oder die Romantik, 1903. Esch oder die Anarchie, 1918. Huguenau oder die Sachlichkeit(...)
  • 17 Cf. G. Genette, op. cit., p. 54 et suivantes.
  • 18 Lettre du 21 mai 1931 à W. Muir (L, p. 58 ; « […] denn jedes der drei Bücher bemüht sich, sowohl i (...)
  • 19 L, p. 20, 23, etc. (KW 13/1, p. 90).

7Nous laisserons rapidement de côté la question du genre, étroitement liée à celle du contrat, parce que leur relation a déjà été étudiée et ne constitue pas une spécificité du texte de Broch15. Cette perspective pourrait toutefois être féconde, dans la mesure où la nature ambivalente des Somnambules (roman qui contient un essai) frappe forcément le lecteur : il serait alors intéressant d’envisager le rapport entre le titre général (Les Somnambules) ou ceux de chaque volume (1888. Pasenow ou le romantisme, 1903. Esch ou l’anarchie, 1918. Huguenau ou le réalisme16), et l’œuvre, pour déterminer dans quelle mesure le titre fonctionne comme un contrat ou un programme17. Pasenow est-il un texte « romantique », Esch « anarchiste », Huguenau « réaliste » ? Si Broch semble accepter de telles qualifications – estimant que « chacun de ses trois livres s’efforce aussi bien dans la peinture des personnages et des événements que dans la langue, de fixer l’esprit du temps […] : Romantisme, Anarchie, Réalisme18 » –, ces dernières sont-elles conciliables avec les commentaires qui ont été faits sur l’œuvre, parfois perçue comme expressionniste, ou avec les précisions qu’apporte l’auteur ? Pour lui, Pasenow est non seulement romantique et Esch marqué par l’anarchie, mais ces deux récits sont également « naturaliste [s] 19».

  • 20 Lettre du 18 juin 1931 à D. Brody (L, p. 62 ; « Das Buch ist, das ist nicht zuviel behauptet, in s (...)
  • 21 Lettre à D. Brody du 22 juin 1931 (L, p. 63 ; « […] ist es doch ein Novum der Romanform geworden » (...)
  • 22 Lettre à G. H. Meyer du 10 avril 1930 (L, p. 21 ; « einer neuen Form des Romans », So, p. 725).
  • 23 Voir L, p. 64 (« Dans Huguenau j’ai fait l’essai d’une technique nouvelle » ; « im Huguenau ist ei (...)
  • 24 Lettre du 21 juin 1931 à W. Muir (GI, p. 362, « […] bildet der Huguenau in mancher Beziehung eine (...)
  • 25 Lettre du 3 août 1931 à W. Muir (GI, p. 365 ; « […] ich sage dies mit möglichster Objektivität und (...)
  • 26 Lettre du 4 août 1931, L, p. 67 (« […] repräsentiert der „Zerfall « den Grundriß einer völlig neue (...)
  • 27 « […] une philosophie de l’histoire totalement nouvelle […] » (Lettre du 5 août 1931 à D. Brody, L(...)

8De même, il aurait été possible de prendre davantage en compte l’engagement répété que signe Broch de publier un texte nouveau (« ein Novum ») : auprès de ses éditeurs, Daniel Brody – « Ce livre, ce n’est pas trop affirmer, est devenu à beaucoup d’égards une chose entièrement nouvelle […] à l’égard […] du roman en général20 », « un phénomène entièrement nouveau dans la forme romanesque21 » – et G. H. Meyer (auquel il expose les qualités qu’il attend de cette « nouvelle forme de roman22 »), mais également auprès de la femme23 de Brody ou de sa traductrice, à qui il promet que « Huguenau représentera à maints égards une possibilité de nouvelles formes d’expression24 ». Et cette qualité que possède selon Broch la troisième partie des Somnambules, l’essai sur la « dégradation des valeurs » (Zerfall der Werte), qui constitue une de ses spécificités, semble bien l’avoir reçue en partage : « […] je le dis avec le plus d’objectivité possible et certainement sans outrecuidance car je suis passablement expert en la matière -, [cet essai] est le plan d’une nouvelle philosophie de l’histoire25 ». On voit d’emblée que la netteté et la force de l’affirmation vont de pair avec son caractère répétitif, qui n’est pas seulement dû à la multiplicité des interlocuteurs ; car si Broch reprend cette expression (« […] une théorie de la connaissance, totalement nouvelle, de la philosophie de l’histoire26 ») dans une lettre adressée le lendemain à son éditeur, il la répète encore dans une autre, écrite au même Brody le jour suivant27 !

  • 28 So, p. 629- 630 (« Setzung von Setzungen », S, p. 622-624).
  • 29 Lettre à E. Muir du 24 octobre 1931 (GI, p. 372 ; « […] daß die Theorie der „Setzung der Setzung « (...)
  • 30 So, p. 630 (S, p. 623).
  • 31 Lettre du 18 mai 1913 à L. von Ficker (GI, p. 286 ; « […] doch dürfte in den “Notizen” « schon mei (...)

9En particulier, c’est la théorie de la « position de position28 » qu’il distingue comme « une nouveauté [ein Novum] pour la méthodologie de l’histoire, mais, en outre, aussi pour la théorie générale de la connaissance29 », tout comme le fait le passage des Somnambules en question, puisque la neuvième section de la Dégradation s’interroge sur les raisons pour lesquelles une telle théorie n’a pas été formulée avant30. On observe ici un phénomène de relais, les propos à la première personne de l’auteur fictif de l’essai, Bertrand Müller, rejoignant ceux de Broch dans sa correspondance, lui qui promettait dès 1913 à l’éditeur de la revue Der Brenner que « […] dans [ses] Notes [au sujet d’une esthétique systématique] il se pourrait que l’on puisse reconnaître déjà toute [sa] méthode de critique » et qu’il s’agissait de « voies nouvelles31 ».

10C’est donc la question de l’intelligibilité qui retient notre attention. Il ne s’agit certes pas de se demander si le lecteur comprend le sens de ce texte mais si le sens que Broch concevait comme celui des Somnambules et qu’il a exposé dans ses lettres a pu être perçu ou du moins pressenti par le lecteur. Le problème est double, puisqu’il concerne la signification du roman tout entier ainsi que celle de l’essai en particulier, qui contient selon Broch la clef, le sens de l’œuvre dans son ensemble.

  • 32 Il évoque ainsi une conférence sur « L’image du monde donnée par le roman » donnée en mars 1933 à (...)
  • 33 Lettres à W. et E. Muir des 3 août 1931 et 1er juillet 1932 (GI, p. 367 et 394, KW 13/1, p. 149).

11Il faut tout d’abord examiner la seconde des deux parties du contrat, à savoir le pôle des lecteurs, caractérisé par sa variété, le lectorat de Broch étant constitué d’anonymes, bien sûr, et d’un lectorat attesté avec lequel l’auteur entretient des relations suivies. Dans le premier cas, il est difficile de dire qui étaient les lecteurs de Broch en 1930 ; il ne faut toutefois pas oublier que celui-ci a donné de nombreuses conférences, ce qui signifie qu’un certain public a eu accès à ses textes dans leur version orale, qui s’est combinée ou non avec leur lecture de la communication32. Surtout, il est intéressant de voir quelle image se faisait l’auteur de son lectorat, au travers, en particulier, des descriptions de ses traducteurs : les remarques d’E. et W. Muir l’amènent ainsi à distinguer nettement les lecteurs anglais du lectorat germanophone – l’opposition géographique et linguistique se doublant alors d’un contraste politique et artistique33.

  • 34 Voir par exemple la lettre du 7 juin 1930 (L, p. 22 ; KW 13/1, p. 89), ou celle du 16 novembre 193 (...)
  • 35 Dans la lettre du 7 juin 1930, Broch insiste sur la plus grande clarté du texte, suite à certaines (...)
  • 36 « Je crois que ce labeur a été récompensé. Les dernières impuretés de style ont été profondément é (...)
  • 37 Voir par exemple les lettres datant du 22 janvier 1913 au 7 juillet 1917 (dans KW 13/1, p. 11-30).

12C’est toutefois avec les lecteurs attestés que le contrat passé par Broch est le plus facile à observer. De ce point de vue, ses rapports avec D. Brody paraissent assez exceptionnels, en raison de la relation de confiance qui s’est instaurée, de la richesse et de la profondeur de leurs échanges épistolaires, ou de l’importance des conseils de l’éditeur dans la genèse de certaines œuvres, si l’on en croit Broch, qui déclare tenir compte des remarques de Brody et lui soumettre certaines modifications34; dans le cas qui nous occupe, celui-ci est le principal destinataire des lettres où H. Broch s’engage à ce que son livre soit intelligible et accessible35, y compris sur le plan stylistique36. On a également mentionné Willa et Edwin Muir, traducteurs en anglais de Kafka (entre autres) avec qui Broch sympathise rapidement ; on pourrait ajouter des éditeurs de revues – Ludwig von Ficker37 (Der Brenner) et Franz Blei (Die Rettung) – ou des écrivains.

  • 38 Lettre du 6 avril 1930 (L, p. 16 ; « […] welche Verständnisqualitäten darf man von dem gedachten p (...)
  • 39 L, p. 60 (« […] daß ich das Bedürfnis habe, es an publikumssichtbarer Stelle zu interpretieren », K (...)

13Or la diversité du lectorat induit des modulations du contrat, Broch répétant constamment sa volonté d’être un auteur intelligible, en adaptant son propos à l’activité de son interlocuteur : il se situe par exemple sur un terrain plus abstrait avec Frank Thiess lorsqu’il évoque les difficultés du lecteur joycien et lui demande « [q] uelles qualités de compréhension [on doit] encore exiger du public platonicien38 ». Il se produit même un retournement du contrat, Broch manifestant un souci identique à l’égard de la clarté dans le cas de son interlocuteur, quand il écrit en 1931 au sujet du Centaure de Thiess que « ce livre doit nécessairement rester incompris » mais qu’il souhaite pourtant, en tant que lecteur, en expliciter aux autres le sens, « en donner une interprétation en un emplacement offert aux yeux du public39 ».

  • 40 Paru dans The Bookman en novembre 1932 (voir la lettre du 3 août 1931 à W. Muir, GI, p. 367, KW 13 (...)
  • 41 Lettre du 16 septembre 1930 à D. Brody (L, p. 32 ; « […] nach viel wirksamer für das Publikum und (...)
  • 42 Ibid., p. 33 (« Nun ist [die Literarische Welt] keine Publikumszeitung, sondern ein esoterisches Ge (...)

14On observe toutefois des recoupements, puisque les mêmes personnes jouent plusieurs rôles : E. Muir, son traducteur, donc un des premiers lecteurs anglais, est aussi – outre un poète et un essayiste important – l’auteur d’un travail critique sur lui40 ; son éditeur est également un lecteur attentif, on l’a dit ; F. Thiess, l’un des premiers à découvrir Les Somnambules, en publiera une recension en septembre 1931. Ces lecteurs privilégiés jouent le rôle de relais auprès du grand public, d’où – au moins partiellement – l’intérêt que leur porte Broch, soucieux d’être bien compris de son lectorat potentiel. Dans une lettre à D. Brody, il passe ainsi en revue les critiques les plus intéressants et les revues les plus adéquates pour faire connaître Les Somnambules : s’il souhaite avoir une recension d’E. Polak-Schwenk et une autre de F. Thiess (ce dernier lui paraissant « beaucoup plus efficace pour le public et la publicité41 »), il hésite à faire appel à la Literarische Welt, qu’il estime être non « pas un journal pour le public mais une feuille technique ésotérique pour éleveurs de volailles », d’où le risque que la « propagande » (die Werbekraft) de Thiess soit vaine42.

  • 43 Réponse de H. Broch, publiée dans Der Brenner en juin 1913, au sujet d’une polémique concernant Ka (...)
  • 44 « Il n’existe pas d’autre chemin pour le spirituel que celui de son abaissement absolu sous forme (...)
  • 45 Cette discussion théorique (lettre à F. Thiess, 6 avril 1930, L, p. 16 ; KW 13/1, p. 84-85) trouve (...)
  • 46 Lettre à F. Thiess, 6 avril 1930 (L, p. 17 ; « eine Art Familienroman », KW 13/1, p. 85).
  • 47 Lettre du 25 novembre 1933 à W. Muir (GI, p. 410 ; « […] der neue Roman […], der wesentlich „leich (...)

15Maintenant que l’on connaît un peu mieux le pôle des lecteurs, on peut envisager la position de Broch à l’égard de l’intelligibilité. Elle semble de prime abord ne pas démentir sa réputation d’auteur difficile, lui qui estime, vingt ans avant la publication des Somnambules, que « rien n’est aussi effrayant que la masse prise de la ferveur de comprendre43 » et qu’en politique, parler au grand nombre (« à la masse ») passe par la dégradation du message44. Sur le plan littéraire, Broch refuse de faire des concessions au lecteur45, ce qui explique sans doute pourquoi il n’a pas accepté de remplacer les deuxième et troisième parties des Somnambules (Esch et Huguenau) par une suite de Pasenow, donc d’écrire « une sorte de roman de famille46 » davantage accessible, et pourquoi il juge Le Retour au pays natal à la fois plus intéressant et plus complexe que La Grandeur inconnue, « essentiellement « plus facile » et plus fait [e] pour le public47 ».

  • 48 Lettre du 21 juin 1931 à W. Muir (GI, p. 363 ; « […] daß er die innere Logik der Entwicklung um et (...)

16Faut-il rapprocher sa volonté d’innovation, que nous avons évoquée, et cette résistance du texte ? H. Broch sait le risque que court, en littérature, un précurseur – celui de ne pas être compris parce qu’il anticipe « la logique interne de l’évolution48 » –, et cela peut l’amener à lancer des défis aux lecteurs du monde entier, comme lorsqu’il déclare à sa traductrice ne pas se préoccuper d’être mal reçu :

  • 49 Lettre du 19 mars 1932 à W. Muir (GI, p. 387 ; « […] daß die Schlafwandern wie Sie voraussehen, ni (...)

[…] que Les Somnambules, comme vous le prévoyez, doivent mener, non seulement en Angleterre, mais partout ailleurs, soyez-en assurée, une vie extrêmement incomprise, cela m’est indifférent au plus haut point, si satisfaisant qu’eût été un succès de best-seller49.

  • 50 « Le Mal dans le système des valeurs de l’art » (CLC, p. 352 ; « […] das Drohende » das Dunkle, da (...)
  • 51 Lettre à F. Thiess, 6 avril 1930 (L, p. 16 ; « „Konzessionen“ an den Leser », KW 13/1, p. 84-85).

17Cette position est pourtant contrebalancée dans ses écrits et ses lettres du tournant des années trente, par la volonté d’être compris : Broch oscille manifestement entre deux attitudes. Un essai de 1933 associe la « « menace », les ténèbres » à « l’incompréhensibilité où toujours la mort est cachée50 », et la même lettre qui critique les « concessions au lecteur51 » fonde philosophiquement la nécessité de l’intelligibilité :

  • 52 Ibid. (« […] denn in jedem Kunstwerk steckt auch die platonische Idee der „Wirkung « – natürlich ni (...)

Car toute œuvre d’art recèle également l’idée platonicienne de « l’effet », naturellement, pas au sens d’un effet réel, mais bien au sens platonicien d’une intentionnalité, d’où il suit que l’incompréhensibilité a priori serait un défaut éthique52.

  • 53 Lettre du 3 août 1931 à W. Muir (GI, p. 367 ; « […] weil die Schlafwandler sicherlich eine liebevo (...)
  • 54 Lettre du 6 avril 1930 à F. Thiess (L, p. 17, traduction modifiée ; « mein schriftstelleriches Übe (...)
  • 55 Ibid., p. 15 (« Der Ulysses ist ein vollkommen unliebenswürdiges Buch, das auf den Leser überhaupt (...)
  • 56 Voir par exemple ses remarques sur « son ésotérisme presque rationnel » (CLC, p. 192-193, etc. ; « (...)
  • 57 Avis de Heinrich Fischer rapporté par H. Broch dans une lettre du 19 juillet 1930 au Rhein Verlag (...)

18Pour cette raison, H. Broch accueille très favorablement le projet d’un article d’Edwin Muir, qui servira de médiateur, « Les Somnambules [ayant] certainement besoin d’une introduction affectueuse pour être rendus accessibles à un public53 ». Cette place accordée au lecteur, Broch la met d’ailleurs en avant pour se démarquer de Joyce, qui représente alors pour lui à la fois un modèle, un « Sur-moi54 » et une source de découragement : « Ulysse est un livre dépourvu d’amabilité, qui ne tient absolument pas compte du lecteur55 », écrit-il à F. Thiess en avril 1930 – même si l’essai sur Joyce ou des lettres ultérieures présentent cet « ésotérisme » sous un jour plus favorable56. Et cet avis semble partagé par H. Fischer, qui veut éviter que la publicité ne rapproche Joyce et Broch, que cela pourrait desservir auprès du public : « mettre sur le même plan Les Somnambules et Ulysse, marquerait a priori les premiers du signe infamant d’être illisibles57 ».

19Ces deux attitudes opposées (exigence à l’égard du lecteur, souci d’être compris) ne sont pourtant pas incompatibles, puisque Broch attend de son lecteur qu’il pressente au moins le sens d’un texte, à défaut de le saisir totalement, comme le suggère ce commentaire relatif aux Récits du zodiaque et destiné à l’éditeur :

  • 58 « Remarques à propos des Récits du zodiaque », GI, p. 215 (« […] auch der literarisch nicht intere (...)

Même le lecteur qui ne s’intéresse pas à la littérature doit pouvoir lire et comprendre le récit, tout au moins pour les événements extérieurs et si, à cette occasion il a encore le sentiment, fût-ce seulement le vague sentiment, que derrière le récit en apparence anodin il se cache quelque chose qui le touche lui aussi au plus profond du noyau de son être, l’objectif artistique sera atteint58.

  • 59 Lettre du 7 septembre 1931 à W. Muir (GI, p. 368 ; « Lim den Romanleser intellektuell nicht zu seh (...)

20Cette image que l’auteur se fait du lectorat futur influence la forme du livre, son organisation et sa typographie : Broch admet ainsi qu’il doit récrire les sections 33-34 de Huguenau, rédigées initialement « d’une façon trop feuilletonesque et négligée », précisément pour ne pas « trop accabler intellectuellement le lecteur59 ». La volonté d’être compris, que Broch met en avant dans ses lettres, se matérialise alors dans le texte même, qui contient certains indices de ce contrat.

  • 60 Lettre du 3 août 1931 à W. Muir (GI, p. 365 ; « […] den (rationalen und intellektuellen) Schlüssel (...)
  • 61 Lettre du 4 avril 1934 à W. Muir (GI, p. 412 ; KW 13/1, p. 283) quelques mois plus tard. Le Rachat (...)
  • 62 La lettre du 23 août 1931 à W. Muir (GI, p. 367 ; KW 13/1, p. 153) pour la version anglaise repren (...)
  • 63 Lettre du 1er octobre à E. Muir (GI, p. 370 ; « […] da ja die Gefahr besteht, daß der Leser dieses (...)
  • 64 Lettre du 19 mars 1932 à W. Muir (GI, p. 388 ; KW 13/1, p. 183).

21Tout d’abord, Broch présente clairement la Dégradation des valeurs comme la « clef » des Somnambules60, comme la partie qui en dégage – au moins dans une certaine mesure – le sens : le roman fournirait au lecteur un moyen de le comprendre. On en trouve d’ailleurs un équivalent dans une pièce ultérieure, lorsque Broch rétablit un épilogue, supprimé lors de la première à Zurich, pour aider les spectateurs à en comprendre le sens – c’est bien le souci du public, et non pas seulement l’architecture du Rachat expiatoire, qui le guide61. Dans cette perspective, les questions typographiques revêtent également de l’importance : recherchant la lisibilité62, et pour être certain que le lecteur ne rate pas les chapitres conclusifs (« car le danger existe en effet que le lecteur ne prenne pas garde à ce chapitre bref, s’il est forcé de tourner spécialement la page pour le trouver63 ») ou un paragraphe jugé capital64, Broch insiste pour que l’on joue sur la mise en page.

  • 65 Lettre du 7 juin 1930 à D. Brody (L, p. 22 ; « […] so daß also auch der flüchtige Leser die Identi (...)
  • 66 Lettre du 5 mars 1931 à la femme de D. Brody (L, p. 54 ; « Hingegen aber habe ich im Zuge der Korr (...)
  • 67 E. W. Herd, GI, p. 375 (Die unbekannte Grösse, op. cit., p. 389, n. 23).

22Enfin, les remaniements des Somnambules deviennent révélateurs lorsque l’on sait que Broch a retravaillé le personnage de von Bertrand afin de faciliter le travail de décryptage, « de sorte que même le lecteur superficiel ne pourra pas omettre d’apercevoir une identité65 » entre les deux premières parties, ou qu’il reprend Esch pour rendre plus lisible l’idée qui sous-tend le texte, pas assez explicite dans la version initiale : « […] j’ai trouvé au cours des corrections que cette pensée fondamentalement compliquée (à vrai dire, elle est simple), n’apparaissait pas assez nettement66 ». Et les changements semblent produire l’effet recherché, puisqu’un commentateur estime que la permutation de deux sections rend, par exemple, plus clair l’ensemble des chapitres 30 à 3367.

  • 68 Lettre du 10 avril 1930 (L, p. 18 ; « die methodologischen Grundlagen », KW 13/1, p. 87).
  • 69 « Problemkreis, Inhalt, Methode der Schlafwandlern » (S, p. 723-725).

23L’on peut toutefois se demander jusqu’où va chez lui le respect de ce contrat, au-delà de la volonté affichée et des réalisations que l’on vient d’évoquer ; car un paradoxe apparaît : s’il ne cesse d’affirmer à ses correspondants que Les Somnambules sont lisibles, on voit bien que Broch choisit les quelques happy few auxquels il explicite le sens de son roman. Sans ces éclaircissements, que peut-on réellement comprendre du texte ? Une lettre adressée à G. H. Meyer (du Rhein Verlag) à la demande d’E. Polak-Schwenk qui a incité Broch à exposer « les fondements méthodologiques » de son livre68, apporte sans doute la réponse : sans eux, l’éditeur pouvait-il lire les Somnambules ? L’édition la plus récente de ce roman nous amène à conclure par la négative, car elle adjoint ces explications envoyées à Meyer69, aux côtés d’autres, dans une rubrique « Hermann Brochs Kommentare », constituant donc a posteriori un péritexte qui vient éclairer le récit mais n’était pas prévu par l’auteur, qui laissait le lecteur face au texte.

24Non seulement certains passages narratifs sont surprenants pour le lecteur, et difficiles à comprendre, même à un niveau simple : quel lecteur n’est pas dérouté par la description d’un rapport physique entre Esch et la Mère Hentjen, présentée comme « une communion dans un acte d’effacement [ein vereinigtes Verlöschen] qui, lui-même intemporel, abolit le temps » ?

  • 70 So, p. 279 (« […] und für einen Augenblick war es beglückend, […] daß es […] für die Erlösung zur G (...)

[…] et un instant l’idée ravit [Esch] […] qu’il faisait cela pour elle [Ilona], pour la rédemption qui prépare l’avènement de la justice70.

  • 71 So, p. 280 (« […] ein vereinigtes Verlöschen, das zeitlos selber, die Zeit aufhebt und daß die Wied (...)

[…] Il connut que la seconde naissance de l’homme est un équilibre paisible, comme l’univers qui pourtant s’amenuise et se referme pour lui, lorsqu’il en a triomphé par sa volonté extatique afin d’entrer en possession de ce qui lui appartient en propre : la rédemption71.

  • 72 So, p. 341 et suivantes (« Der Schlaflose », S, p. 349).

25Quel lecteur peut bien être postulé par ce passage, qui privilégie un vocabulaire abstrait sans fournir d’explications (pourtant nécessaires) sur l’importance de l’irrationnel et du sentiment religieux chez Esch, sinon un lecteur qui annote son texte, garde en mémoire les motifs essentiels, leur progression au fil du récit ? Cette même question concerne bien d’autres moments, comme la fameuse section centrée sur « l’élu de l’insomnie72 ».

  • 73 « Logik einer zerfallenden Welt » (KW 10/2, p. 156-172). Broch précise à E. Muir quelle « comprend (...)

26Mais surtout, l’essai sur la dégradation des valeurs, qui est censé donner accès au sens des Somnambules, est de loin la partie la plus difficile à lire, en particulier à cause de sa concision. Si l’un des traits caractéristiques de l’écriture de Broch est la répétition – certains passages sont repris presque littéralement d’un texte à un autre –, cette réitération s’accompagne souvent d’une réduction : la Dégradation des valeurs – qui elle-même a été retravaillée et contractée pour figurer dans un ouvrage collectif en 1931 sous le titre « Logique d’un monde en voie de désintégration73 » – apparaît dans de nombreux passages comme une version résumée d’autres essais de Broch, résumée donc peu lisible.

  • 74 « Strictly speaking, Hermann Broch was an author, writer, poet, and man of letters for a scant fiv (...)
  • 75 So, p. 460 (« […] ob […] das Tun dem Denken vorausgegangen ist oder das Denken dem Tun, das Primat (...)
  • 76 CLC, p. 336 (« […] besteht in ihr das Primat des Denkens über das Leben, das Primat des Cogito über (...)
  • 77 So, p. 630 (« die Introduzierung des ideellen Beobachters in das Beobachtungsfeld », S, p. 623).
  • 78 CLC, p. 7-8 (H. Broch, Dichten und Erkennen, éd. et introd. de H. Arendt, Zürich, Rhein-Verlag, 19 (...)

27On pourrait multiplier les analyses de passages de l’essai, et l’on constaterait que la plupart ne s’éclairent qu’à la lumière des lettres ou d’essais contemporains voire postérieurs de quelques années : les textes des années 1928-1933, particulièrement fécondes, forment un tout, au point que P. M. Lützeler a pu écrire d’une manière un peu brutale que, « à proprement parler, Hermann Broch n’a été un auteur, un écrivain, un poète et un hommes de lettres que pendant cinq brèves années74 ». Ainsi, la discussion de la notion de style dans la section 4 de la Dégradation intègre une interrogation sur le cogito et le sum (« l’acte a-t-il précédé la pensée, ou la pensée l’acte, le primat de la vie a-t-il précédé le primat de la raison, le sum le cogito et le cogito le sum ? 75») peu compréhensible si on ne la rapproche pas du passage de l’essai consacré au « Mal dans le système des valeurs de l’art » qui souligne la différence entre la conscience pure et la vie (« il existe une primauté de la pensée à l’égard de la vie, une primauté du cogito à l’égard du sum, une primauté de la catégorie de vérité sur celle de valeur76 »). De même, comment passer, dans la première section, d’une réflexion sur la « folie » d’une époque historique donnée (la guerre) à une interrogation sur la mort, sans savoir que cette dernière se trouve au cœur de la réflexion de Broch ? Peut-on comprendre l’allusion à « l’introduction d’un observateur idéal dans le champ d’observation77 » et à la relativité sans connaître l’essai sur Joyce ? Enfin, plus globalement, tous les essais de cette période mettent en perspective les notions d’acte et de connaissance, qu’Arendt considère comme deux des termes clés de la pensée brochienne78.

28Le contrat passé entre Broch et ses lecteurs se distingue donc par le rapport très personnel qu’entretient l’auteur avec ses éditeurs, critiques, traducteurs, qui jouent le rôle de « grands lecteurs » censés faciliter l’accès au texte et auxquels il affirme d’une manière très répétitive que Les Somnambules sont intelligibles. D’autre part, si l’on observe une traduction au moins partielle des déclarations en actes dans le texte romanesque, la correspondance de Broch possède une place essentielle dans ce pacte, puisqu’en l’absence d’un appareil préfaciel ou péritextuel explicatif, ce sont les lettres qui exposent certaines idées centrales, indispensables à la compréhension des Somnambules.

  • 79 CLC, p. 207 (KW9/1, p. 84-85).

29Les raisons qui poussent H. Broch à conserver une certaine clarté sont sans doute à chercher du côté de la mission que celui-ci assigne à la littérature, qui doit essayer d’appréhender le monde dans sa totalité et se charger de ce qui incombait auparavant à la philosophie et qu’elle n’assume plus, en particulier les domaines éthiques et métaphysiques79. Si le lecteur ne comprend pas le texte, un tel dessein peut-il aboutir ? On voit alors que le pacte n’est pas unilatéral, mais qu’il existe bien une attente de la part de l’auteur.

  • 80 Lettre du 3 août 1931 à W. Muir (GI, p. 365 ; « Und eigentlich möchte ich Ihnen sehr gerne etwas ü (...)
  • 81 Voir par exemple la lettre, déjà citée, du 3 août 1931 à W. Muir (« je suis passablement expert en (...)

30Pourtant, Broch manifeste dans le même temps des réticences à faire des concessions pour être compris du grand nombre. Il privilégie même le plaisir personnel de l’écrivain, lorsqu’il écrit à W. Muir, dans un renversement surprenant : « […] j’aimerais beaucoup vous parler un peu des principes d’organisation [des Somnambules], mais je ne veux pas me gâter le plaisir et la joie de vous laisser découvrir vous-même ce que j’ai voulu. Être ainsi « découvert » n’est-ce pas la joie la plus véritable d’un auteur80 ? » La satisfaction ne se trouve pas du côté du lecteur-explorateur, mais bien, à ses yeux, de celui du créateur. Il surestime également les compétences herméneutiques de son lecteur : ce qui est intelligible pour Broch ne l’est pas forcément pour ce dernier, d’autant que ses propres connaissances philosophiques, il l’admet, sont au-dessus de la moyenne81 ; et surtout, il influence la réception de son texte, qu’il présente comme intelligible bien qu’il nécessite pour être compris des informations extérieures au récit même.

  • 82 CLC, p. 7 (Dichten und Erkennen, op. cit., p. 5).
  • 83 Lettre du 10 décembre 1938 à C. Selig (L, p. 190 ; « das Humane zu verteidigen », KW 13/2, p. 54).

31Cette ambivalence de Broch à l’égard de la clarté de son texte, son oscillation entre deux attitudes contradictoires, ses infractions fondamentales au contrat passé avec le lecteur, ne doivent-elles pas être rapprochées, en fin de compte, de ses hésitations au sujet du rôle de la littérature et des espoirs qu’elle permet ? Celui que Hannah Arendt présente comme « un écrivain malgré lui82 » éprouve – surtout à partir du milieu des années trente, mais en fait dès le début de la décennie – un besoin de plus en plus net d’échapper aux limites de la littérature. En 1938, moins de dix ans après la publication des Somnambules, son souci principal n’est plus de parfaire les œuvres auxquelles il travaille mais de prendre part à la lutte contre la propagande nazie, de « défendre l’humanisme83 » à un moment où il pense que l’Occident peut basculer dans l’autoritarisme, que même les États-Unis sont menacés.

32Pourtant, là encore la question de l’intelligibilité resurgira, liée cette fois à la nécessité de l’action politique immédiate, lorsque Broch recherchera un moyen de rendre sa pensée accessible à l’opinion américaine, en traduisant puis en récrivant (pour le simplifier et en diffuser les idées) son Appel à une Société des Nations non existante :

  • 84 Lettre du 3 décembre 1938 à W. Muir (GI, p. 427 ; « denn in dieser Resolution, so schwer sie auch (...)

[…] cette résolution, si difficile à comprendre qu’elle soit, renferme toutes les grandes lignes qui sont nécessaires afin de mener une campagne pour les valeurs d’humanité. Aussitôt que j’en aurai terminé avec mes deux livres, je vulgariserai aussi le contenu de la résolution dans une série de brochures simples, mais pour l’instant le texte original est d’une urgente nécessité. […] quand je vois combien l’évolution coïncide avec mes prédictions, je ne peux repousser la pensée qu’une publication antérieure de ce travail aurait pu prévenir bien des choses […]84.

Notes

1 Hermann Broch, Die Schlafwandler : Eine Romantrilogie (éd. originale 1931-1932), éd. critique de P. M. Lützeler, Francfort, Suhrkamp, 1978 (1996), p. 760 (abréviation : S) ; édition française : Les Somnambules, trad. de P. Flachat et A. Kohn, Paris, Gallimard, 1956-1957 (1990), p. 727 (L’Imaginaire, 229) – abrégé en So. Les abréviations CLC, KW9/1, KW9/2, K\V 10/2, L et GI renvoient respectivement à Création littéraire et connaissance (éd. et introd. de H. Arendt, trad. d’A. Kohn, Paris, Gallimard, 1966 (1985), 378 p.), à Schriften zur Literatur. 1. Kritik (éd. de P. M. Lützeler, Francfort, Suhrkamp, 1976, 422 p.), à Schriften zur Literatur. 2. Theorie (éd. de P. M. Lützeler, Francfort, Suhrkamp, 1976, 318 p.), à Philosophische Schriften, 2. Theorie (éd. de P. M. Lützeler, Francfort, Suhrkamp, 1977, 332 p.), aux Lettres 1929-1951 (éd. de R. Pick, trad. d’A. Kohn, Paris, Gallimard, 1961, 524 p.), à La Grandeur inconnue (trad. d’A. Kohn, Paris, Gallimard, 1968, 443 p.). Les lettres – qui ne sont que partiellement disponibles en français, dans L et GI -, autrefois dispersées dans plusieurs livres des GW ont été réunies dans le treizième volume (en trois tomes) de l’édition de P. M. Lützeler : 13. Briefe 1, 1913-1938 (éd. de P. M. Lützeler, Francfort, Suhrkamp, 1981, p. 508 ; abréviation KW13/1), 13. Briefe 2, 1938-1945 (éd. de P. M. Lützeler, Francfort, Suhrkamp, 1981, p. 474 ; abréviation KW 13/2), 13. Briefe 3, 1945-1951 (éd. de P. M. Lützeler, Francfort, Suhrkamp, 1981, p. 636 ; abréviation KW 13/3).

2 D. Maingueneau, Le contexte de l’œuvre littéraire : énonciation, écrivain, société, Paris, Bordas, 1993, p. 123.

3 « […] this somewhat obscure and conspicuously “difficult” thinker » (ibid., p. 2). Cf. J. Pelletier, Situation de l’intellectuel critique. La Leçon de Broch, Montréal, XYZ éditeur, 1997, p. 164.

4 « Broch is not an “easy” writer, and access to his writings requires concentration and patience » (E. Schlant, Hermann Broch, Boston, Twayne, 1978, p. 9), « […] his work makes special demands of its audience » (S. D. Dowden, (sous la direction de), Hermann Broch : Literature, Philosophy, Politics, the Yale Broch Symposium (1986), Columbia, Camden House, 1988, p. 1).

5 Sur les maximes conversationnelles de Grice, voir par exemple U. Eco : « […] maxime de la relation : ne parle pas pour ne rien dire ; maxime de la manière : évite les expressions obscures, évite l’ambiguïté, sois bref (évite toute prolixité inutile), sois conséquent » (U. Eco, Lector in fabula. Le rôle du Lecteur ou la Coopération interprétative dans les textes narratif [1979], Paris, Grasset & : Fasquelle, 1985, p. 82). Voir également D. Maingueneau, Pragmatique pour le discours littéraire, éd. mise à jour, Paris, Dunod, 1997, p. 101 et p. 131.

6 Lettre du 19 mars 1932 à W. Muir (GI, p. 387 ; « Zustimmung dessen, den man hochschätzt, – mehr kann und darf man nicht verlangen. », KW 13/1, p. 181-182).

7 G. Genette, Seuils, Paris, Seuil, 1987, p. 10.

8 Jusqu’à deux cent cinquante, en mai 1949, par exemple (L, p. 403 ; KW 13/3, p. 335). cf. S. P. Scheichl, « Hermann Broch als Briefschreiber », in A. Stevens, F. Wagner, S. P. Scheichl, Hermann Broch : Modernismus, KulturKrise und Hitlerzeit : Londoner Symposium 1991, Innsbruck, Institut für Germanistik an der L’Universität Innsbruck, 1994, p. 187-204.

9 W. Iser, L’Acte de lecture. Théorie de l’effet esthétique, trad. d’E. Sznycer, Bruxelles, Pierre Mardaga, 1976, p. 198.

10 « Qu’est-ce que la littérature ? », Situations II, Paris, Gallimard, 1948, p. 93.

11 Ibid., p. 105.

12 Ibid.

13 U. Eco, op. cit., p. 61 et suivantes.

14 Ibid., p. 5.

15 On peut se reporter aux analyses de Ph. Lejeune, qui accorde une place importante à l’articulation entre pacte et genre (Ph. Lejeune, Le Pacte autobiographique, éd. augmentée, Paris, Seuil, 1996 (première éd. : 1975), p. 381 (Points) ainsi que, sur un plan général, aux commentaires de D. Maingueneau (Pragmatique pour le discours littéraire, op. cit.), en particulier aux p. 121 (sur le lien entre contrat et genre) et 35 (sur la rupture du contrat tacite lorsque l’auteur joue avec les attentes du lecteur suscitées par le genre auquel appartient un texte).

16 1888. Pasenow oder die Romantik, 1903. Esch oder die Anarchie, 1918. Huguenau oder die Sachlichkeit.

17 Cf. G. Genette, op. cit., p. 54 et suivantes.

18 Lettre du 21 mai 1931 à W. Muir (L, p. 58 ; « […] denn jedes der drei Bücher bemüht sich, sowohl in der Darstellung als in der Sprache den Zeitgeist festzuhalten, der mit den Schlagworten Romantik-Anarchie-Sachlichkeit freilich bloß unzureichend charakterisiert ist », KW 13/1, p. 133).

19 L, p. 20, 23, etc. (KW 13/1, p. 90).

20 Lettre du 18 juin 1931 à D. Brody (L, p. 62 ; « Das Buch ist, das ist nicht zuviel behauptet, in sehr vieler Beziehung ein Novum geworden […] für den Roman überhaupt. », KW 13/1, p. 138).

21 Lettre à D. Brody du 22 juin 1931 (L, p. 63 ; « […] ist es doch ein Novum der Romanform geworden », KW 13/1, p. 141).

22 Lettre à G. H. Meyer du 10 avril 1930 (L, p. 21 ; « einer neuen Form des Romans », So, p. 725).

23 Voir L, p. 64 (« Dans Huguenau j’ai fait l’essai d’une technique nouvelle » ; « im Huguenau ist eine neue Technik versucht », KW 13/1, p. 144).

24 Lettre du 21 juin 1931 à W. Muir (GI, p. 362, « […] bildet der Huguenau in mancher Beziehung eine Möglichkeit neuer Ausdruckformen […] », KW 13/1, p. 140).

25 Lettre du 3 août 1931 à W. Muir (GI, p. 365 ; « […] ich sage dies mit möglichster Objektivität und sicherlich ohne Selbstüberhebung, denn ich bin in dieser Materie ziemlich bewandert – der Grundriß einer neuen Geschichtsphilosophie », KW 13/1, p. 147-148).

26 Lettre du 4 août 1931, L, p. 67 (« […] repräsentiert der „Zerfall « den Grundriß einer völlig neuen Erkenntnistheorie der Geschichtsphilosophie […] », KW 13/1, p. 150).

27 « […] une philosophie de l’histoire totalement nouvelle […] » (Lettre du 5 août 1931 à D. Brody, L, p. 69 ; « […] eine völlig neue Geschichtsphilosophie […] », KW 13/1, p. 152).

28 So, p. 629- 630 (« Setzung von Setzungen », S, p. 622-624).

29 Lettre à E. Muir du 24 octobre 1931 (GI, p. 372 ; « […] daß die Theorie der „Setzung der Setzung « für die Methodologie der Historie, aber darüber hinaus auch für die allgemeine Erkenntnistheorie ein Novum darstellt […] », KW 13/1, p. 158). Voir aussi la lettre du 25 avril 1932 à W. Muir (GI, p. 390, KW 13/1, p. 191).

30 So, p. 630 (S, p. 623).

31 Lettre du 18 mai 1913 à L. von Ficker (GI, p. 286 ; « […] doch dürfte in den “Notizen” « schon meine ganze Methoden der Kritik zu erkennen sein. Und manchmal sind es neue Weg », KW 13/1, p. 19).

32 Il évoque ainsi une conférence sur « L’image du monde donnée par le roman » donnée en mars 1933 à Vienne (lettre du 16 avril 1933 à W. Muir, GI, p. 407, KW 13/1, p. 235), et l’on sait qu’il l’avait également prononcée quelques jours plus tôt à Budapest, au Cobden Club, une société d’industriels et d’hommes d’affaires.

33 Lettres à W. et E. Muir des 3 août 1931 et 1er juillet 1932 (GI, p. 367 et 394, KW 13/1, p. 149).

34 Voir par exemple la lettre du 7 juin 1930 (L, p. 22 ; KW 13/1, p. 89), ou celle du 16 novembre 1930, évoquant une « solution » concernant les chapitres oniriques dans Esch censée satisfaire son éditeur (L, p. 45 ; KW 13/1, p. 116).

35 Dans la lettre du 7 juin 1930, Broch insiste sur la plus grande clarté du texte, suite à certaines modifications (L, p. 23 ; KW 13/1, p. 89).

36 « Je crois que ce labeur a été récompensé. Les dernières impuretés de style ont été profondément émondées et il a encore été possible d’approfondir beaucoup de choses […] » (lettre du 5 octobre 1930, L, p.35 “Ich glaube, daß sich die Arbeit gelohnt hat : die letzten stilistischen Unreinheiten sind ausgeputzt und manches konnte noch vertieft werden […] », KW 13/1, p. 103).

37 Voir par exemple les lettres datant du 22 janvier 1913 au 7 juillet 1917 (dans KW 13/1, p. 11-30).

38 Lettre du 6 avril 1930 (L, p. 16 ; « […] welche Verständnisqualitäten darf man von dem gedachten platonischen Publikum noch verlangen ? », KW 13/1, p. 84).

39 L, p. 60 (« […] daß ich das Bedürfnis habe, es an publikumssichtbarer Stelle zu interpretieren », KW 13/1, p. 136).

40 Paru dans The Bookman en novembre 1932 (voir la lettre du 3 août 1931 à W. Muir, GI, p. 367, KW 13/1, p. 149).

41 Lettre du 16 septembre 1930 à D. Brody (L, p. 32 ; « […] nach viel wirksamer für das Publikum und die Werbung », KW 13/1, p. 100).

42 Ibid., p. 33 (« Nun ist [die Literarische Welt] keine Publikumszeitung, sondern ein esoterisches Geflügelzüchterfachblatt », KW 13/1, p. 100). C’est pourtant dans la Literarische Welt que paraîtra une critique de F. Thiess en septembre 1931.

43 Réponse de H. Broch, publiée dans Der Brenner en juin 1913, au sujet d’une polémique concernant Karl Kraus (Gl, p. 29 ; « […] und nichts ist so fürchterlich wie die verständnisinnig gewordene Masse », KW9/1, p. 32).

44 « Il n’existe pas d’autre chemin pour le spirituel que celui de son abaissement absolu sous forme d’un mot d’ordre creux destiné à la masse » (« La rue », lettre de décembre 1918 à F. Blei, GI, p. 294 ; « Es gibt keinen anderen Weg für das Geistige, als den der absoluten Erniedrigung als leeres Massenschlagwort […] », KW 13/1, p. 33).

45 Cette discussion théorique (lettre à F. Thiess, 6 avril 1930, L, p. 16 ; KW 13/1, p. 84-85) trouve d’ailleurs une illustration quelques mois plus tard, au sujet du Centaure de ce même auteur, à qui Broch reproche d’avoir conservé une forme trop conventionnelle, qu’il perçoit comme « une concession destinée à forcer la compréhension du lecteur moyen » (Lettre du 5 juin 1931, L, p. 60 ; « Vielleicht ist es auch eine Konzession, um das Verständnis des Durchschnittslesers zu erzwingen […]», KW 13/1, p. 136-137).

46 Lettre à F. Thiess, 6 avril 1930 (L, p. 17 ; « eine Art Familienroman », KW 13/1, p. 85).

47 Lettre du 25 novembre 1933 à W. Muir (GI, p. 410 ; « […] der neue Roman […], der wesentlich „leichter « und publikumsgeeigneter ist », KW 13/1, p. 264).

48 Lettre du 21 juin 1931 à W. Muir (GI, p. 363 ; « […] daß er die innere Logik der Entwicklung um etwa 20 Jahre vorausgenommen hat », KW 13/1, p. 143).

49 Lettre du 19 mars 1932 à W. Muir (GI, p. 387 ; « […] daß die Schlafwandern wie Sie voraussehen, nicht nur in England, sondern auch – seien Sie darob beruhigt – überall anderwärts ein höchst unverstandenes Leben führen werden, ist, so erfreulich ein bestseller-tum auch wäre, höchst gleichgültig », KW 13/1, p. 182).

50 « Le Mal dans le système des valeurs de l’art » (CLC, p. 352 ; « […] das Drohende » das Dunkle, das Unverständliche, in dem immer der Tod sich verbirgt […] », KW 9/2, p. 141).

51 Lettre à F. Thiess, 6 avril 1930 (L, p. 16 ; « „Konzessionen“ an den Leser », KW 13/1, p. 84-85).

52 Ibid. (« […] denn in jedem Kunstwerk steckt auch die platonische Idee der „Wirkung « – natürlich nicht aufs Reale bezogen, sondern eben intentional-platonisch -, und Unverständlichkeit a priori wäre demnach ein Ethischer Defekt »). Cet argument est complété par un rapprochement, comme dans l’essai sur Joyce (CLC, p. 201) avec la présence d’un « spectateur idéal » dans la théorie de la relativité.

53 Lettre du 3 août 1931 à W. Muir (GI, p. 367 ; « […] weil die Schlafwandler sicherlich eine liebevolle Einfuhrung benötigen, um sie einem Publikum zugänglich zu machen », KW 13/1, p. 149).

54 Lettre du 6 avril 1930 à F. Thiess (L, p. 17, traduction modifiée ; « mein schriftstelleriches Über-Ich », KW 13/1, p. 85).

55 Ibid., p. 15 (« Der Ulysses ist ein vollkommen unliebenswürdiges Buch, das auf den Leser überhaupt keine Rücksicht nimmt […] », KW 13/1, p. 84).

56 Voir par exemple ses remarques sur « son ésotérisme presque rationnel » (CLC, p. 192-193, etc. ; « die fast Rationale Esoterik », KW9/1, p. 67-69).

57 Avis de Heinrich Fischer rapporté par H. Broch dans une lettre du 19 juillet 1930 au Rhein Verlag (L, p. 27 ; « Er behauptet nun, daß die Parallelstellung der Schlafwandler mit dem Ulysses ihnen im vorhinein das Odium der Unlesbarkeit anheften würde », KW 13/1, p. 94). Broch accepte finalement ce rapprochement, quelques mois plus tard (L, p. 36 ; KW 13/1, p. 104).

58 « Remarques à propos des Récits du zodiaque », GI, p. 215 (« […] auch der literarisch nicht interessierte Leser muß die Erzählung zumindest dem äußeren Geschehen nach lesen und verstehen können, und wenn er dabei noch außerdem das Gefühl hat, und sei es nur das undeutliche Gefühl, da hinter der scheinbar harmlosen Erzählung etwas steckt, das auch ihn in seinem innersten Wesenskern berührt, so ist die künstlerische Absicht erreicht », « Bemerkungen zu den Tierkreis-Erzählungen », in H. Broch, Die unbekannte Grösse und frühe Schriften mit den Briefen and Willa Muir, éd. et introd. d’E. Schönwiese, Zürich, Rhein-Verlag, 1961, p. 192-193).

59 Lettre du 7 septembre 1931 à W. Muir (GI, p. 368 ; « Lim den Romanleser intellektuell nicht zu sehr zu belasten, habe ich diese beiden Kapitel allzu feuilletonistisch und salopp aufgebaut », KW 13/1, p. 153).

60 Lettre du 3 août 1931 à W. Muir (GI, p. 365 ; « […] den (rationalen und intellektuellen) Schlüssel […] », KW 13/1, p. 147).

61 Lettre du 4 avril 1934 à W. Muir (GI, p. 412 ; KW 13/1, p. 283) quelques mois plus tard. Le Rachat expiatoire fut représenté le 15 mars 1934 à Zurich, sous le nom « …car ils ne savent pas ce qu’ils font ».

62 La lettre du 23 août 1931 à W. Muir (GI, p. 367 ; KW 13/1, p. 153) pour la version anglaise reprend les demandes faites à l’éditeur allemand en octobre 1930 (L, p. 43 ; KW 13/1, p. 113).

63 Lettre du 1er octobre à E. Muir (GI, p. 370 ; « […] da ja die Gefahr besteht, daß der Leser dieses kurze Kapitel übersieht, wenn er dafür eigens umblättern muß », KW 13/1, p. 156).

64 Lettre du 19 mars 1932 à W. Muir (GI, p. 388 ; KW 13/1, p. 183).

65 Lettre du 7 juin 1930 à D. Brody (L, p. 22 ; « […] so daß also auch der flüchtige Leser die Identität nicht übersehen kann », KW 13/1, p. 89).

66 Lettre du 5 mars 1931 à la femme de D. Brody (L, p. 54 ; « Hingegen aber habe ich im Zuge der Korrekturen gefunden, daß jener komplizierte (eigentlich einfache) Grundgedanke nicht genügend deutlich wurde […] », KW 13/1, p. 130).

67 E. W. Herd, GI, p. 375 (Die unbekannte Grösse, op. cit., p. 389, n. 23).

68 Lettre du 10 avril 1930 (L, p. 18 ; « die methodologischen Grundlagen », KW 13/1, p. 87).

69 « Problemkreis, Inhalt, Methode der Schlafwandlern » (S, p. 723-725).

70 So, p. 279 (« […] und für einen Augenblick war es beglückend, […] daß es […] für die Erlösung zur Gerechtigkeit geschehe », S, p. 286).

71 So, p. 280 (« […] ein vereinigtes Verlöschen, das zeitlos selber, die Zeit aufhebt und daß die Wiedergeburt des Menschen ruhend ist wie das All, das dennoch klein wird und ihm sich beschließt, wenn sein ekstatischer Wille es bezwungen hat, damit das ihm werde, was allein ihm zu eigen ist : die Erlösung », S, p. 287).

72 So, p. 341 et suivantes (« Der Schlaflose », S, p. 349).

73 « Logik einer zerfallenden Welt » (KW 10/2, p. 156-172). Broch précise à E. Muir quelle « comprend sous une forme concise le contenu de la « Dégradation » extraite de Huguenau » (Lettre du 24 octobre 1931, GI, p. 372-373).

74 « Strictly speaking, Hermann Broch was an author, writer, poet, and man of letters for a scant five years » (P. M. Lützeler, « The Avant-Garde in Crisis : Hermann Brochs Negative Aesthetics in Exile », in S. D. Dowden, op. cit., p. 14).

75 So, p. 460 (« […] ob […] das Tun dem Denken vorausgegangen ist oder das Denken dem Tun, das Primat des Lebens dem Primat der Ratio, das sum dem cogito, das cogito dem sum », S, p. 463).

76 CLC, p. 336 (« […] besteht in ihr das Primat des Denkens über das Leben, das Primat des Cogito über das Sum, das Primat der Wahrheitskategorie über die des Wertes », KW9/2, p. 126).

77 So, p. 630 (« die Introduzierung des ideellen Beobachters in das Beobachtungsfeld », S, p. 623).

78 CLC, p. 7-8 (H. Broch, Dichten und Erkennen, éd. et introd. de H. Arendt, Zürich, Rhein-Verlag, 1955, p. 5-6 (Gesammelte Werke, 6). On sait qu’il faut cependant distinguer acte et action chez Broch.

79 CLC, p. 207 (KW9/1, p. 84-85).

80 Lettre du 3 août 1931 à W. Muir (GI, p. 365 ; « Und eigentlich möchte ich Ihnen sehr gerne etwas über die Aufbauprinzipien, sowohl der Gesamttrilogie als des Huguenaus, erzählen, will mir aber nicht den Spaß und die Freude verderben, daß Sie selber das entdecken, was ich wollte – solcherart „entdeckt « zu werden, ist ja doch die eigentlichste Freude für den Autor », KW 13/1, p. 147).

81 Voir par exemple la lettre, déjà citée, du 3 août 1931 à W. Muir (« je suis passablement expert en la matière », GI, p. 365 ; « […] ich bin in dieser Materie ziemlich bewandert », KW 13/1, p. 147).

82 CLC, p. 7 (Dichten und Erkennen, op. cit., p. 5).

83 Lettre du 10 décembre 1938 à C. Selig (L, p. 190 ; « das Humane zu verteidigen », KW 13/2, p. 54).

84 Lettre du 3 décembre 1938 à W. Muir (GI, p. 427 ; « denn in dieser Resolution, so schwer sie auch verständlich ist, ist all das enthalten, was an Grundzügen für die Führung einer Humanitätskampagne vonnöten ist ; so bald ich mit den beiden Büchern fertig sein werde, soll auch der Resolutionsinhalt in einer Reihe von einfachen Broschüren popularisiert werden, doch für den Augenblick ist der Originaltext dringend vonnöten. […] wenn ich aber sehe, wie sehr die Entwicklung mit meinem Voraussagen übereinstimmt, kann ich nicht den Gedanken abweisen, da eine frühere Publikation dieser Arbeit vielleicht manches hätte verhüten können […] », KW 13/2, p. 40).

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540