Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littératures sous contrat

 | 
Emmanuel Bouju

1re partie. Le contrat de lecture à l'épreuve : cas exemplaires

Les autobiographies sans pacte de Rétif de La Bretonne

Françoise Le Borgne

Texte intégral

1En 1784, Nicolas Rétif de La Bretonne publie La Dernière aventure d’un homme de quarante-cinq ans, sous-titrée « Nouvelle utile à plus d’un lecteur ». Il y relate à la première personne les déboires sentimentaux d’un certain Monsieur d’Aigremont séduit par la fille de sa logeuse, la jeune Elisabeth, et abusé par les deux femmes qui n’en veulent qu’à son argent. Une douzaine d’année plus tard, la nouvelle est republiée presque textuellement dans l’autobiographie de l’auteur, Monsieur Nicolas, dont elle constitue la douzième partie. Les noms des protagonistes ont été modifiés : le narrateur et personnage, c’est Rétif lui-même ; la Lolita s’appelle désormais Sâra Debée. En 1984, les éditions Stock publient Sara ou la dernière aventure d’un homme de quarante-cinq ans, sous-titrée « Roman ». Il s’agit de l’intégralité de la douzième partie de Monsieur Nicolas.

  • 1 Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique, Paris, Seuil, Poétique, 1975, p. 14.
  • 2 Idem, p. 25.

2Ces fluctuations éditoriales et génériques nous introduisent au cœur du domaine problématique que constituent les œuvres rétiviennes d’inspiration autobiographique. Le lecteur qui, en 1784, a fait l’acquisition de La Dernière aventure d’un homme de quarante-cinq ans, n’avait aucun moyen de soupçonner que ce qu’il s’apprêtait à lire, ce n’était pas tant l’utile nouvelle annoncée qu’une autobiographie, voire un roman autobiographique. D’abord parce qu’en 1784, l’autobiographie ne figure pas en tant que telle au rang de ses horizons d’attente. Les six premiers livres des Confessions de Jean-Jacques Rousseau ont certes été publiés à titre posthume deux ans plus tôt mais il faudra attendre 1798 pour rencontrer, d’abord sous une version allemande, bientôt dans toutes les langues européennes, le terme « autobiographie ». En attendant, on parle de mémoires, de confessions, d’histoire véritable, de nouvelle, voire de roman, bref, les choses ne sont pas très claires et s’insèrent mal dans les catégories définies deux siècles plus tard par Philippe Lejeune pour rendre compte d’un corpus d’autobiographies déjà constitué. Tout le monde sait aujourd’hui que l’autobiographie est un « récit rétrospectif en prose qu’une personne réelle fait de sa propre existence, lorsqu’elle met l’accent sur sa vie individuelle, en particulier sur l’histoire de sa personnalité1 ». Mais Rétif ne le savait pas. En 1793, il publie Le Drame de la vie contenant un homme tout entier, sous- titré « Pièce en treize actes des ombres et en dix pièces régulières ». Il s’agit de la transposition scénique de Monsieur Nicolas. Double problème pour l’universitaire contemporain : il ne s’agit pas d’un récit et le protagoniste non seulement ne porte pas le nom de l’auteur mais en change à tout bout de champ. Mêmes déboires avec la catégorie du « roman autobiographique » sous laquelle on pouvait espérer subsumer La Dernière aventure d’un homme de quarante-cinq ans et ses semblables. Philippe Lejeune regroupe sous ce terme des « textes de fictions dans lesquels le lecteur peut avoir des raisons de soupçonner, à partir des ressemblances qu’il croit deviner, qu’il y a identité de l’auteur et du personnage, alors que l’auteur, lui, a choisi de nier cette identité, ou du moins de ne pas l’affirmer2 ». De notre point de vue, La Dernière aventure d’un homme de quarante-cinq ans est effectivement un roman autobiographique. Mais le lecteur de 1784, lui, n’a aucune raison de soupçonner quoi que ce soit. Ce n’est qu’en lisant Monsieur Nicolas qu’il sera susceptible, une décennie plus tard, d’établir le rapprochement et de se poser des questions.

  • 3 La Confidence nécessaire ou Lettres de Mylord Austin de Norfolk, à Mylord Humfrey de Dorset (1769), (...)
  • 4 Le Quadragénaires ou l’âge de renoncer aux passions (1777).
  • 5 La Dernière aventure d’un homme de quarante-cinq ans (1783).
  • 6 Ingénue Saxancour ou La Femme séparée (1789).
  • 7 L’Anti-Justine ou Les Délices de l’amour (1798).
  • 8 La Prévention nationale, Action adaptée à la scène avec deux variantes et les faits qui lui servent (...)
  • 9 Le Drame de la Vie contenant un homme tout entier, Pièce en 13 actes des ombres et en 10 pièces rég (...)

3Il semble donc préférable, sous peine d’anachronisme, de renoncer à la classification générique de mon corpus, une douzaine d’œuvres données pour des « lettres véritables3 », des « roman4 », « nouvelle5 », « mémoire6 », « livre7 », « action8 » ou « pièce ix9 », que je perçois comme d’inspiration autobiographique. Je me contenterai donc de m’interroger sur la seule donnée qui, en l’occurrence me semble tangible, à savoir la transgénéricité de ces textes. Comment ont-il pu changer de genre ? Quand, comment et pourquoi est-on passé à une lecture autobiographique ?

4Les aléas identitaires de ces ouvrages, illustrés par le cas de La Dernière aventure d’un homme de quarante-cinq ans, démontrent efficacement que la notion de genre littéraire n’est pas une catégorie objective mais une hypothèse de lecture. Or le seul moyen dont l’auteur dispose pour limiter en la matière le champ des possibles, c’est de proposer à son lecteur un contrat. Afin de comprendre comment ce contrat a pu être, au fil du temps, détourné, il semble nécessaire de s’interroger sur son fonctionnement.

5Le contrat est défini par le Code civil comme une « convention par laquelle une ou plusieurs personnes s’obligent, envers une ou plusieurs autres, à donner, à faire ou à ne pas foire quelque chose ». La première difficulté réside dans la transposition à la littérature d’une notion juridique. Si l’on voit bien comment, par le biais de la signature d’un contrat, deux parties peuvent se mettre solennellement d’accord sur un sujet donné, on voit mal comment auteur et lecteur peuvent faire de même : l’auteur peut certes s’engager à offrir à son lecteur un texte relevant de tel ou tel genre mais aucun contrat ne sera jamais signé à cet égard et le lecteur reste absolument libre de le modifier à sa guise. Cette modification a d’ailleurs d’autant plus de chances de se produire que le contrat générique se présente rarement en bonne et due forme et qu’il est en fait le produit d’une synthèse d’indices divers, c’est-à-dire déjà le résultat d’une interprétation.

6Le cas de l’autobiographie, précisément théorisé par Philippe Lejeune comme un genre contractuel ou conventionnel, est à cet égard révélateur. Selon l’auteur du Pacte autobiographique, il n’existe qu’une seule manière radicale de distinguer l’autobiographie de formes romanesques qui lui sont, extérieurement, tout à fait similaires : c’est la présence ou l’absence d’un contrat spécifique par lequel l’autobiographie se signale comme telle. L’Autobiographie en France comporte ainsi une anthologie de « pactes autobiographiques » qui regroupe préambules et introductions d’autobiographies célèbres. Mais outre le fait que certaines autobiographies, comme Les Mots de Sartre, n’en comportent pas, ces contrats présentés comme explicites s’avèrent correspondre en fait à un assemblage partiel et complexe de « clauses ». La première, que j’ai déjà évoquée, porte sur l’identité de l’auteur, du narrateur et du personnage. La seconde porte sur la véracité des événements rapportés. En recoupant ces informations avec d’autres indices fournis par la couverture de l’ouvrage (titre, nom de l’auteur) et l’œuvre à proprement parler (caractéristiques narratives, noms des personnages, thématiques…), le lecteur acquiert la certitude que l’œuvre qu’il aborde est bien une autobiographie et peut en tenir compte pour ajuster sa lecture. La multiplicité et la complexité de ces opérations fournit une piste d’investigation intéressante pour comprendre comment un contrat générique peut être subverti et donner lieu à une lecture qui n’était pas originellement prévue par l’auteur.

  • 10 Pour diverses raisons, j’en ai exclu les textes d’inspiration autobiographique qui n’avaient pas f (...)

7Je vais donc examiner trois clauses qui constituent à mon sens, dans la douzaine d’œuvres de Rétif qui constitue mon corpus10, des sources d’ambiguïté favorables aussi bien à la différenciation du genre autobiographique qu’à un brouillage ultérieur des frontières entre fiction et autobiographie.

L’histoire véritable

  • 11 voir en particulier à ce sujet l’article de M.J. Rustin, « L’‘histoire véritable’ dans la littérat (...)
  • 12 voir l’ouvrage du même nom, Yale University Press/Presses universitaires de France, 1963.

8L’affirmation de la véridicité de l’histoire rapportée est une clause omniprésente des contrats de lectures proposés par les œuvres inscrites dans mon corpus puisqu’elle se retrouve dans le titre et/ou l’avant-propos de dix d’entre elles. Cette « fiction du non fictif » est bien évidemment un poncif du roman de cette époque11 : partout ce ne sont que lettres véritables et mémoires authentiques retrouvés par hasard. Le procédé est commode et apporte une solution opportune à ce que George May appelle « le dilemme du roman au xviiie siècle12 », dilemme né de la nécessité de concilier une exigence de réalisme qui n’a cessé de s’affirmer depuis la fin du siècle précédent avec la morale traditionnelle.

  • 13 Restif de la Bretonne, La Femme infidèle, p. 3.
  • 14 ibidem
  • 15 Restif de la Bretonne, Ingénue Saxancour ou La Femme séparée, « Avis de l’éditeur » non paginé.

9De fait, cette clause du contrat de lecture programme une lecture sérieuse, utile et moralisatrice, ce que confirme le fait que les seuls textes à ne pas la comporter sont une satire – Le Ménage parisien – et un roman licencieux – L’Anti-Justine. Partout ailleurs, le vrai s’affiche comme caution morale : « L’utilité est mon premier but ; rien d’utile que le vrai13 » déclare ainsi l’éditeur des « véritables lettres14 » qui constituent le fond de La Femme infidèle. « Je ne connais pas d’Ouvrages qui soient utiles, comme ceux qui présentent les causes du malheur, d’après les événements réels15 » précise celui de l’histoire d’Ingénue Saxancour, « écrite par elle-même », principe déjà mis en application dans Le Paysan perverti ou Les Dangers de la Ville, Histoire récente, mise au jour d’après les véritables lettres des personnages. Inutile d’insister : le discours est toujours le même.

10Ce qui est plus remarquable, c’est qu’il s’applique exactement de la même manière à des textes qui pour nous ne relèvent plus de la fiction romanesque mais de l’autobiographie. Dans une note de son « Prologue », l’éditeur fictif de La Dernière aventure d’un homme de quarante-cinq ans inscrit dans le même horizon d’attente les Confessions de Rousseau, celles de Saint Augustin et l’histoire vraie qu’il présente :

  • 16 Restif de la Bretonne, La Dernière aventure d’un homme de quarante-cinq ans, p. 8.

Cet avantage, d’être un tableau vrai de ce qui fut, & non de ce qui peut ou de ce qui doit être, & que n’ont aucun des Ouvrages modernes, aux Confessions près de J.-J. (La Dernière Aventure était écrite aux trois-quarts avant qu’elles parussent), & dont on n’avait qu’un exemple auparavant dans Saint Augustin, est un avantage sans prix : L’impression que fera le récit en sera plus profonde ; la lecture plus intéressante, & l’effet presque immanquable16.

  • 17 Restif de la Bretonne, Monsieur Nicolas, « Dédicace à moi » non paginée.

11Inversement, Monsieur Nicolas est présenté, dans la « Dédicace à moi » comme un « Roman », pris dans le sens étymologique d’« Ouvrage écrit en langue vulgaire17 ». Rien ne distingue dans ce discours l’autobiographie de n’importe quelle pseudo histoire véritable :

  • 18 ibidem.

C’est donc un Roman que je vous donne, honorable Lecteur, mais soyez sûr de n’y trouver que des faits véritables, consignés dans des lettres véritablement écrites18.

  • 19 idem., p. 10.

12Il n’y a donc pas, à l’époque où Rétif écrit, de revendication claire d’une singularité du projet autobiographique. Celui-ci s’inscrit d’ailleurs dans l’horizon d’attente édifiant de l’histoire véritable, la mise en scène d’une personnalité singulière, pas plus que le défi littéraire, n’apparaissant en l’occurrence comme une fin en soi. C’est ainsi que dans l’« Introduction » de Monsieur Nicolas, Rétif insiste sur l’utilité d’un ouvrage qui, relevant à la fois de l’histoire naturelle et de la philosophie, s’avère propre « à éclairer [son] siècle, à profiter à la Postérité, qui peut-être n’aura pas un Homme aussi courageusement vrai19 ».

13Or derrière cette mise à nu, la Postérité a surtout perçu un mélange d’exhibitionnisme et de quête existentielle. La clause qui stipulait la véracité du récit, soumise à un éclairage idéologique différent, s’est mise à signifier tout autre chose qu’une convention visant à créditer le roman d’une caution morale et intellectuelle : elle a été lue comme un aveu, une mise en évidence de l’inspiration intime de l’œuvre, d’un besoin de se raconter. Ce changement de perspective s’amorçait déjà dans les vingt dernières années du xviiie siècle : Rétif lui-même reconnaît, toujours dans l’« Introduction » de Monsieur Nicolas, que le désir de gloire a été à l’origine de projet autobiographique :

  • 20 idem., p. 14.

Mon premier motif avait été de m’historier : Gâté par quelques succès, qui m’avaient attiré des cajoleries, je me crus un Personnage… Cette erreur ne dura que six mois. Revenu dans mon bon sens, je tirai du moins cet avantage de ma folie passagère, qu’elle me donna l’idée d’une Production aussi vaste, qu’utile & philosophique, dont le sujet ne pouvait être que moi-même20.

  • 21 René Démoris, Le Roman à la première personne, Paris, Armand Colin, 1975, p. 7.
  • 22 Georges Gusdorf, « Conditions et limites de l’autobiographie », cité par Philippe Lejeune dans L’A (...)
  • 23 voir Paul Bénichou, Le Sacre de l’écrivain : 1750-1830 ; Essai sur l’avènement d’un pouvoir laïque (...)

14Cet aveu témoigne d’un tournant dans l’histoire littéraire puisque ce qui se joue derrière la continuité apparente liée au réinvestissement de la forme traditionnelle de l’« histoire véritable », c’est en fait une appropriation, au profit de l’écrivain, de la valorisation inhérente à l’écriture à la première personne. Le développement du roman à la première personne au xviiie siècle, correspond déjà, selon René Démoris, à « l’accession progressive de l’écrivant à la dignité de la représentation romanesque21 ». Le roman offre ainsi au public le mythe d’un droit à la parole et à la reconnaissance publique d’individus que l’obscurité de leur naissance vouait au silence. A la fin du siècle ce sont les gens de lettres qui vont se mettre à revendiquer un discours jadis réservée aux saints et aux grands seigneurs. En cela, comme le fait remarquer Georges Gusdorf, l’apparition de l’autobiographie « suppose une nouvelle révolution spirituelle : l’artiste et le modèle coïncident, l’historien se prend lui-même comme objet. C’est-à-dire qu’il se considère comme un grand personnage, digne de la mémoire des hommes, alors qu’il n’est en fait qu’un intellectuel plus ou moins obscur. Un nouvel espace social apparaît ici, qui intervertit les rangs et reclasse les valeurs22 ». Le développement de l’autobiographie, dans les vingt dernières années du xviiie siècle, tant en France qu’en Europe, s’inscrirait donc dans la conquête par les écrivains d’un nouveau statut, dont témoigne par ailleurs leurs revendications concernant la propriété littéraire, nouveau statut qui oscille entre l’auto-célébration23 et une soumission de plus en plus accrue aux contraintes d’un marché anonyme. Dans cette quête identitaire, le nom est un enjeu décisif.

Nicolas, Edmond et les autres

15L’identité du nom propre de l’auteur et du personnage est une clause déterminante de ce que Philippe Lejeune appelle le pacte autobiographique :

  • 24 Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique, op. cit., p. 33.

Ce qui définit l’autobiographie pour celui qui la lit, c’est avant tout un contrat d’identité qui est scellé par le nom propre. Et cela est vrai aussi pour celui qui écrit le texte. Si j’écris l’histoire de ma vie sans y dire mon nom, comment mon lecteur saura-t-il que c’est moi ? Il est impossible que la vocation autobiographique et la passion de l’anonymat coexistent dans le même être24.

  • 25 Restif de la Bretonne, Monsieur Nicolas, « Dédicace à moi », non paginée.

16Clé de voûte de la démarche autobiographique, le nom propre témoigne, comme le fait remarquer Philippe Lejeune, d’une identification, qui se développe à la fin du xviiie siècle, de l’écrivain à une personne. De fait, Rétif ouvre son autobiographie par une « Dédicace à moi25 » et donne à l’ouvrage le nom qu’on lui attribuait dans sa jeunesse : Monsieur Nicolas. A l’échelle de l’œuvre, cependant, cette clause relative au nom reste foncièrement ambiguë. Non pas tant du fait de l’occultation prudente du nom d’auteur sur la couverture de La Femme infidèle (signée « Maribert-Courtenay ») et de L’Anti-Justine (attribuée à Linguet) : la pratique en est courante au xviiie siècle et correspond au désir, explicité dans « Mes Ouvrages » en ce qui concerne La Femme infidèle, de déjouer la censure. C’est plutôt au niveau des noms attribués aux personnages que se confirme la collusion caractéristique de l’œuvre rétivienne entre les démarches romanesque et autobiographique.

  • 26 Restif de la Bretonne, Monsieur Nicolas, « Mes Ouvrages », Paris, Gallimard, Pléiade, 1989, t. II, (...)

17Rétif a fréquemment attribué à ses héros des noms proches du sien ou qui avaient pour lui une résonance affective forte : le héros de La Malédiction paternelle s’appelle N****** ; celui du Paysan perverti s’appelle Edmond R***, or Edme est le prénom du père de Rétif et second prénom de ce dernier. Dulis, nom du héros de La Prévention nationale est le patronyme de la grand-mère maternelle de l’auteur et Saci, nom de l’instituteur de L’École des pères ou Le Nouvel Émile (1776), est aussi celui du village natal de Rétif. Inversement, dans Le Drame de La Vie, pourtant présenté comme « le Monsieur Nicolas mis en drames successifs ou en scènes détachées26 », et qui, à ce titre, pourrait relever pleinement, pour un lecteur moderne, de l’autobiographie, le héros change de nom à chaque drame. Il est Edmond dans « Madame Parangon ou le Pouvoir de la Vertu », Anneaugustin dans « Zéfire ou la Fille amante », Saci dans « Agnès et Adélaïde ou le Dangereux échange », Dulis dans « Rose et Eugénie ou les Inconvénients d’un imprudent mariage », Ocolas dans « Élise ou l’Amante du mérite », Ulis dans « Louise et Thérèse ou l’Amour et l’amitié », Anneaugustin dans « Virginie ou la Nature secondant l’amour », « Félicité ou le Dernier amour » et « Filette reconnue », Daigremont enfin dans « Sâra ou la Fausse tendresse ». Cette variété des pseudonymes successivement adoptés semble en fait correspondre à une reprise des noms que Rétif s’était précédemment attribués dans les œuvres où il abordait déjà les mêmes épisodes : Edmond est à la fois le héros du Paysan perverti et de « Madame Parangon » qui transpose pour la scène la même action ; même remarque pour Dulis, héros de La Prévention nationale et de l’« Acte v des ombres » qui reprend le motif du mariage avec une jeune Anglaise ou pour Daigremont, héros de La Dernière aventure d’un homme de quarante-cinq ans et de « Sâra ». L’étude attentive des nouvelles qui dans Les Contemporaines, Les Françaises, Les Parisiennes ou L’Année des dames nationales exploitent des données autobiographiques révélerait sans doute d’autres convergences du même type.

  • 27 voir le succès actuel des biographies d’écrivains.

18Or par cette circulation des pseudonymes, l’autobiographie se pare explicitement des prestiges du roman : l’écrivain, non seulement accède à une parole personnelle, mais il le fait en tant que héros. De ce dispositif, il y aurait fort à dire, tant pour ce qui relève de la dette du genre autobiographique à l’égard de la structure, du style et des mythes romanesques que pour ce qui est de cette mise en scène de soi qui transforme, en cette fin de xviiie siècle et très durablement27, l’écrivain en « figure ». Notons aussi que, via les reprises nominales, l’hommage rendu par l’autobiographie à des récits antérieurs abordant le même sujet les désigne par ricochet comme des autobiographies inavouées et favorise, à leur propos, un nouveau type de lecture.

Le livre vivant

19Cette double lecture rétrospective a d’ailleurs été cautionnée par les déclarations que Rétif a formulées autour de Monsieur Nicolas. Dans son « Introduction », il revient sur l’authenticité des histoires rapportées dans ses œuvres antérieures et insiste sur le caractère autobiographique de ces dernières :

  • 28 Restif de la Bretonne, Monsieur Nicolas, « Introduction », p. 10-11.

Je donnerai, dans Monsieur Nicolas, l’histoire et la clef de mes ouvrages : toutes les aventures que j’y ai rapportées, ont un fond vrai : mais il y fallait quelque déguisement, soit qu’elles m’appartinssent, soit qu’elles fussent à d’autres : Ici, la vérité sera dépouillée du clinquant de la fable, & la fiction ne la voilera plus28.

20Dans la rubrique de Monsieur Nicolas intitulée « Mes Ouvrages », Rétif livre comme promis « la clef » de chacune de ses œuvres. Évoquant Le Paysan perverti, il précise ainsi :

  • 29 Rétif de la Bretonne, Monsieur Nicolas, « Mes ouvrages », Pléiade, t. II, p. 912.

En parlant de mon héros, je racontais les aventures de ma jeunesse, à mon arrivée à Auxerre, en 1751, et pendant le cours de mon apprentissage. On a vu, par ces Mémoires, que ce sont les mêmes personnages qui agissent ici et dans Le Paysan perverti29.

21Ces déclarations réitérées constituent en fait une clause rétroactive du contrat de lecture des œuvres antérieures dont l’effet est double : dans un premier temps se voit affirmée l’existence d’une différence entre Monsieur Nicolas et les « fictions » qui l’ont précédé (« Ici, la vérité sera dépouillée du clinquant de la fable, et la fiction ne la voilera plus »), ce qui revient à témoigner d’une spécificité générique de ce qui deviendra l’autobiographie. Mais aussitôt esquissée, cette frontière apparaît comme poreuse, la véracité des faits présentés dans les « fictions » étant attestée tant par les déclarations de l’auteur que par son récit de vie, devenu étalon du vrai (« Je donnerai, dans Monsieur Nicolas, l’histoire et la clef de mes ouvrages »).

  • 30 Benjamin Constant, cité par Georges May in L’Autobiographie, Paris, PUF, 1979, p. 185-186.

22Le type de lecture programmé par cette clause me semble une fois de plus révélateur d’un tournant dans l’histoire de la littérature dans la mesure où il caractérise encore plus ou moins notre réception. L’enseignement des Lettres a valorisé, jusqu’à une période récente, une lecture des textes basée sur un rapprochement de la vie et de l’œuvre de leurs auteurs, avalisant et transmettant une pratique dénoncée par certains écrivains dès le début du dix-neuvième siècle. Ainsi Benjamin Constant déplorait-il dans la préface à la seconde édition d’Adolphe, « cette fureur de reconnaître dans les ouvrages d’imagination les individus qu’on rencontre dans le monde30 ». A la fin du siècle, Léon Bloy témoigne de la persistance de cette idée que la vocation de toute littérature, et en particulier du roman, peut être l’expression du moi lorsqu’il s’écrie :

  • 31 Léon Bloy, « Le cabanon de Prométhée. Sur Lautréamont », 1890, cité par Jacques Lecarme et Éliane (...)

On parle beaucoup de la littérature vécue, des livres vécus. La plupart des romanciers contemporains nous donnent ainsi à flairer leurs petites affaires de cœur. Je veux me persuader que ce barbarisme finira par tomber dans le ridicule31.

  • 32 Alain Robbe-Grillet, Les Derniers jours de Corinthe, Paris, Éditions de Minuit, 1994, p. 17.

23Aujourd’hui encore, une part importante de la littérature continue à jouer sur la perméabilité de la frontière entre fiction et autobiographie. Ce qui était partiellement lié, dans l’œuvre de Rétif, au fort degré d’indistinction des deux genres a pu devenir transgression délibérée, par exemple dans le cadre de ce que Serge Doubrovsky appelle « autofiction », à savoir un récit explicitement désigné comme un roman mais mettant en scène un narrateur autodiégétique qui porte le même nom que l’auteur. Ce pacte de lecture hybride, qui rassemble des clauses productrices de réceptions en principe exclusives l’une de l’autre, exprime un fort degré de conscience des limites de toute autobiographie, c’est-à-dire, pour reprendre les termes d’Alain Robbe-Grillet, « de sa propre impossibilité constitutive, des fictions qui la traversent, des manques et apories qui la minent32 ». En même temps, la confusion entre roman et autobiographie semble exprimer, au delà d’une habile précaution, la foi tenace, déjà sensible chez Rétif, dans l’idée que la création est expression singulière, donc expression du moi, et ce, finalement, en deçà de toute spécification générique, le roman et l’autobiographie valant surtout par la formidable plasticité qui les caractérise et en fait des non-genres, des structures d’accueil privilégié pour un discours dont la légitimité est évidemment moins du côté de la conformité au genre que de la conformité au je. Au début de Bratislava, ouvrage au genre incertain inclus parmi les « textes autobiographiques » « du même auteur », François Nourissier reconnaît ainsi :

  • 33 François Nourissier, Bratislava, Paris, Grasset, 1990, p. 32.

Je n’ai jamais tenté, roman ou non, que d’écrire au plus près de moi. Comment me déroberais-je à ce qui fut toute ma morale, aujourd’hui que mon sujet s’impose à moi avec tant d’éclatante et humiliante évidence33 ?

  • 34 Rétif de la Bretonne, Monsieur Nicolas, « Reprise de la huitième époque », Pléiade, op. cit., t. I (...)

24De Jean Genet à Annie Ernaux, de Marguerite Duras à Hervé Guibert, toute une famille d’écrivains aborde au fond la littérature avec le même type d’exigence, transformant le roman en « un livre vivant34 ».

  • 35 Ces deux derniers points n’ont pas été développés dans le cadre de cette étude mais méritent une a (...)
  • 36 Philippe Lejeune, op. cit., p. 40-41.

25J’ai tâché dans cette étude d’envisager l’objet complexe que constitue l’œuvre rétivienne d’inspiration autobiographique sans céder à la double tentation du finalisme (les fictions de Rétif sont des autobiographies honteuses qui préparent Monsieur Nicolas) et de l’anachronisme (on peut en rendre compte à l’aide des catégories élaborées deux siècles plus tard par Philippe Lejeune à partir de l’hypothèse de l’existence de l’autobiographie comme genre). Cela m’a amenée à prendre la mesure de l’unité de ce corpus mais également des évolutions de fond qui s’y décèlent. Quelques remarques me semblent devoir retenir l’attention. Il est d’abord frappant de constater à quel point, chez Rétif, les contrats de lecture de la fiction et de ce qui va devenir des autobiographies se ressemblent : même prétention à la véracité, garante de sérieux mais aussi d’émotion, même désir d’établir avec le lecteur une communication personnelle35, circulation des mêmes noms, des mêmes thèmes. On a l’impression, à lire tous ces textes, d’une unité profonde liée à une esthétique commune. Cela ne pourra que souligner, une fois de plus, la filiation qui existe entre le roman (très majoritaire dans le corpus) et l’autobiographie. Or si l’autobiographie émerge manifestement à la fin du xviiie d’un substrat romanesque propice à l’expression du moi individuel, cette dette à l’égard du roman n’a cessé de se confirmer depuis. « La plupart des jeux auxquels se livrent les autobiographes contemporains, remarque en effet Philippe Lejeune, sont l’écho timide des recherches des romanciers modernes sur la voix narrative et la focalisation36 ».

26La manière dont l’autobiographie va se constituer en investissant des clauses caractéristiques du contrat de lecture romanesque constitue par ailleurs un exemple intéressant pour réfléchir à la manière dont les genres littéraires évoluent. Loin de constituer une catégorie a priori de la littérature, les genres apparaissent plutôt comme le résultat d’un type d’attente spécifique, suscité chez le lecteur grâce à un pacte de lecture composite. Or c’est la diversité des clauses constitutives de ce contrat qui permet la variation et le renouvellement génériques. La modification d’une seule clause (le nom du narrateur autodiégétique pour ce qui est de l’autobiographie) imprime une signification nouvelle à l’ensemble du contrat, resté par ailleurs identique à celui d’un roman.

27Notons enfin que lorsque Rétif, dans Monsieur Nicolas, révèle le caractère autobiographique de ses œuvres précédentes, il fait subir aux pactes de lecture de ces dernières une modification rétroactive qui, au-delà du brouillage générique qu’elle institue, me semble révélatrice de la mutation qui s’amorce à la même époque dans la manière de considérer le texte littéraire – mutation dont l’émergence de l’autobiographie constitue la manifestation la plus évidente. Cessant d’être un objet d’art tirant sa légitimité de la représentation pertinente d’un ordre naturel, l’œuvre littéraire devient le lieu privilégié d’expression d’un artiste qui revendique désormais une reconnaissance personnelle. La littérature cesse d’être le produit d’un faire pour devenir le lieu d’un être.

Notes

1 Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique, Paris, Seuil, Poétique, 1975, p. 14.

2 Idem, p. 25.

3 La Confidence nécessaire ou Lettres de Mylord Austin de Norfolk, à Mylord Humfrey de Dorset (1769), Le Paysan perverti ou Les Dangers de la ville, Histoire mise au jour d’après les véritables lettres des personnages (1776), La Malédiction paternelle, Lettres sincères et véritables de N.****** à ses Parents, ses Amis et ses maîtresses ; avec les réponses (1780) et La Femme infidèle (1786).

4 Le Quadragénaires ou l’âge de renoncer aux passions (1777).

5 La Dernière aventure d’un homme de quarante-cinq ans (1783).

6 Ingénue Saxancour ou La Femme séparée (1789).

7 L’Anti-Justine ou Les Délices de l’amour (1798).

8 La Prévention nationale, Action adaptée à la scène avec deux variantes et les faits qui lui servent de base (1784).

9 Le Drame de la Vie contenant un homme tout entier, Pièce en 13 actes des ombres et en 10 pièces régulières (1793).

10 Pour diverses raisons, j’en ai exclu les textes d’inspiration autobiographique qui n’avaient pas fait l’objet d’une publication distincte. Tel est le cas d’un certain nombre d’épisodes autobiographiques inclus dans Les Contemporaines (1780-1785), Les Nuits de Paris (1788-1794) ou Les Posthumes (1802), ainsi que des textes inachevés et inédits que sont « L’Enclos et les oiseaux » et « Les Revies ». Toutes les références de page renvoient, sauf indication contraire, à la réédition Slatkine de l’œuvre complète publiée en 1988.

11 voir en particulier à ce sujet l’article de M.J. Rustin, « L’‘histoire véritable’ dans la littérature romanesque du xviiie siècle », C.A.I.E.F., n° 18, mars 1996.

12 voir l’ouvrage du même nom, Yale University Press/Presses universitaires de France, 1963.

13 Restif de la Bretonne, La Femme infidèle, p. 3.

14 ibidem

15 Restif de la Bretonne, Ingénue Saxancour ou La Femme séparée, « Avis de l’éditeur » non paginé.

16 Restif de la Bretonne, La Dernière aventure d’un homme de quarante-cinq ans, p. 8.

17 Restif de la Bretonne, Monsieur Nicolas, « Dédicace à moi » non paginée.

18 ibidem.

19 idem., p. 10.

20 idem., p. 14.

21 René Démoris, Le Roman à la première personne, Paris, Armand Colin, 1975, p. 7.

22 Georges Gusdorf, « Conditions et limites de l’autobiographie », cité par Philippe Lejeune dans L’Autobiographie en France, op. cit., p. 220.

23 voir Paul Bénichou, Le Sacre de l’écrivain : 1750-1830 ; Essai sur l’avènement d’un pouvoir laïque dans la France moderne, Paris, Corti, 1993, 492 p.

24 Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique, op. cit., p. 33.

25 Restif de la Bretonne, Monsieur Nicolas, « Dédicace à moi », non paginée.

26 Restif de la Bretonne, Monsieur Nicolas, « Mes Ouvrages », Paris, Gallimard, Pléiade, 1989, t. II, p. 998.

27 voir le succès actuel des biographies d’écrivains.

28 Restif de la Bretonne, Monsieur Nicolas, « Introduction », p. 10-11.

29 Rétif de la Bretonne, Monsieur Nicolas, « Mes ouvrages », Pléiade, t. II, p. 912.

30 Benjamin Constant, cité par Georges May in L’Autobiographie, Paris, PUF, 1979, p. 185-186.

31 Léon Bloy, « Le cabanon de Prométhée. Sur Lautréamont », 1890, cité par Jacques Lecarme et Éliane Lecarme-Tabone in L’Autobiographie, Paris, Armand Colin, 1997, p. 280.

32 Alain Robbe-Grillet, Les Derniers jours de Corinthe, Paris, Éditions de Minuit, 1994, p. 17.

33 François Nourissier, Bratislava, Paris, Grasset, 1990, p. 32.

34 Rétif de la Bretonne, Monsieur Nicolas, « Reprise de la huitième époque », Pléiade, op. cit., t. II, p. 630.

35 Ces deux derniers points n’ont pas été développés dans le cadre de cette étude mais méritent une analyse approfondie.

36 Philippe Lejeune, op. cit., p. 40-41.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540