Version classiqueVersion mobile

Le français et les langues d'Europe

 | 
Françoise Argod-Dutard

Annexes

Les jeux et les concours

Jean-Pierre Colignon, Yves Cunow, Hervé Hardoüin et Liliane L’Hénoret

Texte intégral

La 5e Dictée des Lyriades

1Le samedi 29 mai à Liré, de nombreux candidats se sont penchés sur le texte, truffé de pièges, de la 5e Dictée des Lyriades, « Un stylo habile », composée, lue et animée par Jean-Pierre Colignon, membre des Lyriades, responsable du concours national de dictée et animateur de la dictée de Paris.

Un stylo habile…

2Du coin de l’œil, le Ligérien Anatole, un ex-quincaillier, surveillait la neuchâteloise du salon… Il lui fallait patienter encore trois quarts d’heure avant de pouvoir prendre congé de son frère puîné, de sa belle-sœur, et de leurs quatre enfants. Théoriquement, il ne lui déplaisait pas de leur rendre visite, entre autres à la Saint-Vincent et le lundi de la Pentecôte. Dans la pratique, il préférait infiniment le calme et le confort de sa villa en meulière, la compagnie de ses chrestomathies reliées de maroquin rouge kermès… et celle de son perroquet, un ara nommé « Clémenceau », par référence à l’homme d’État vendéen.

3Quoique de caractère bienveillant, voire bonasse, Anatole trouvait bien ennuyeuses et fatigantes ces incursions au sein d’un cercle familial où il n’était guère à l’aise. Les innombrables péripéties censées étoffer des feuilletons diffusés tous les soirs à la télévision ne le passionnaient pas le moins du monde, pas plus que la vie privée de sportifs milliardaires incultes. Ces deux sujets avaient pourtant constitué l’essentiel de la conversation de la maisonnée ce jour-là, et plus d’un invité s’y serait barbé !

4Resté seul quelques instants, il fut attiré par un classeur bleu Nattier, qui, ouvert, lui révéla des dessins au stylo signés d’un de ses neveux. Des caricatures, plutôt : l’émule de Daumier avait notamment pris Anatole comme modèle, en faisant ressortir sa ressemblance avec… son perroquet ! Passé la surprise quelque peu désagréable, Anatole dut reconnaître que la charge était habile : n’était-il pas vrai que les gens finissaient par ressembler à leurs animaux favoris, et lui-même, inconsciemment, n’était-il pas devenu une réplique de l’oiseau ?…

5Dans le train qui le ramenait en Maine-et-Loire, la conviction ne cessa de s’affirmer en lui qu’il menait une existence de perroquet, ne quittant guère son fauteuil en osier et picorant dans un ravier des noix de cajou, des picholines et des pignons de pin. Les conversations avec ses voisins et avec les commerçants ne se résumaient-elles pas à un bavardage creux, à un échange de formules répétitives et machinales : du psittacisme, quoi ! Les pigeons sauvages qui, déchaînés, se livrent à un opéra de bisets ont plus de conversation que l’ara qui rit et se balance sur son perchoir en sidéroxylon.

6Anatole, mortifié, décida de varier son vocabulaire, ce qui suscita étonnement(s) et incompréhension(s) dans son voisinage. Par exemple, lorsqu’il parla du chant des tète-chèvres… Par ailleurs, il entreprit de revoir l’emploi du temps de Clémenceau : le perroquet fut dûment sommé d’enchaîner des exercices de voltige et d’apprendre des dizains de Malherbe.

7Restait le neveu artiste, envers lequel Anatole ne nourrissait aucun ressentiment, mais auquel il voulait faire une petite farce… Le caricaturiste en herbe demeura bouche bée quand, lors de la visite suivante de son oncle, il entendit ce dernier répondre à la maîtresse de maison : « Jacquot content ! Jacquot content ! » Un clin d’œil explicite lui fit comprendre que son carton de croquis avait été découvert, mais qu’on ne lui en voulait pas.

8© Jean-Pierre Colignon, mai 2010.

9Rendez-vous désormais attendu, cette dictée est organisée par le musée Joachim Du Bellay et Les Amis du Petit Lyré, partenaires d’origine des Lyriades.

Concours de mots croisés et Atelier d’écriture définitionnelle animés par l’association À la croisée des mots

Le concours de mots croisés

10Le samedi 29 mai à Liré a eu lieu un concours de « mots à croiser » : il s’agissait de remplir avec le moins de fautes (1er critère) dans le temps le plus court (2e critère) une grille de mots croisés et une grille de mots fléchés, en équipe solidaire de deux joueurs (-ses), dans un temps maximum imparti 44 minutes et 44 secondes.

11Ce concours a été organisé par l’association partenaire À la croisée des mots et, en particulier, Hervé Hardoüin, secrétaire de l’association, verbicruciste publié dans Sport Cérébral 7 étoiles chez Keesing depuis 2004 et co-créateur du site [www.cruci.com] en 2000, dépositaire de plus de 1 000 grilles.

12L’association A la croisée des mots, créée en 2009, réunit les grandes signatures verbicrucistes telles que Michel Laclos (Le Figaro), Philippe Dupuis (Le Monde), Alain Bonhomme (France Soir, Le Progrès de Lyon), ADN (Le Canard enchaîné), Jean-Pierre Colignon (Lire), Jacques Drillon (Le Nouvel Observateur), Michel Baudoin (La vie du Rail), les principaux éditeurs de grilles croisées et fléchées (RCI, Keesing, Guy Hachette) et les clubs cruciverbistes français (CCF) et belge (ABC). À la croisée des mots propose notamment chaque semaine à ses adhérents une grille originale, une réflexion sur un mot à définir et des mots pour une définition. Elle a produit en 2009 son premier dictionnaire de définitions.

13Elle s’est fixée la mission de partager le plaisir des mots croisés et fléchés (leur sens, leur univers, leur multiples facettes, leur équivoque, leur pouvoir d’évocation), de développer la pratique (faciliter les échanges par des bulletins, un site web, des rencontres entre cruciverbistes et verbicrucistes, organiser des recherches, parrainer des études, publications, organiser des concours…), de promouvoir dans les pays francophones, notamment auprès des jeunes, la pratique, la diffusion, la publication, la découverte des mots à croiser.

L’atelier d’écriture définitionnelle

14À la même heure dans la salle de la mairie, se tenait un atelier d’écriture définitionnelle. Il était organisé par l’association partenaire À la croisée des mots, et en particulier Yves Cunow, son président, verbicruciste pour Le Tigre depuis 5 ans qui prépare une publication sur Le verbicrucisme, un art et une technique langagière ; et Liliane L’Hénoret, trésorière de l’association, cruciverbiste acharnée, membre du CCF (Club cruciverbiste français).

15Cet atelier a constitué un véritable lieu de création langagière ludique et culturelle, d’euphorie lexicale et sémantique : il s’agissait de participer à la conception des définitions d’une grille de mots croisés, de jongler avec les mots, leurs sens, les expressions, la polyphonie, les synonymes, les antonymes, les homonymes, l’argot, l’humour…

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search