Version classiqueVersion mobile

Le français et les langues d'Europe

 | 
Françoise Argod-Dutard

Annexes

Les activités poétiques et littéraires

Lucie Alberniti-Guillevic, Olivier Bernard, Olivier Bourdelier, Joseph Charbonnier, Anne Dreyfus, Jacky Essirard, Cécile Hérissé et Soizic Lherbier

Texte intégral

La résidence d’auteur de la Turmelière croise les Lyriades de la langue française lors des 5es Rencontres de Liré de mai 2010

1L’association La Turmelière, affiliée à la Ligue de l’Enseignement et agréée « association d’éducation populaire » par Jeunesse et Sports, développe depuis une quinzaine d’années un site permanent d’initiation aux pratiques littéraires.

2Sur le lieu natal du poète Joachim Du Bellay, l’association souhaite faire découvrir aux différents publics l’écriture d’auteurs issus du passé ou contemporains, et ce qu’elle peut apporter à la pratique de chacun, en utilisant une pédagogie active.

3Par ailleurs, l’association La Turmelière organise des résidences d’auteur depuis 1998. Ricardo Montserrat, Pascal Garnier, Yves Jouan, Albane Gellé, Sylvain Coher, Mohammed El Amraoui, Isabelle Rossignol ont déjà pu profiter de cette opportunité ; ce fut le cas en 2010 pour Olivier Lebleu.

4Toute résidence d’auteur est fondée sur la rencontre. Rencontre entre un écrivain et un territoire, entre un écrivain et un public. C’est une démarche d’échange dans laquelle l’auteur invité donne mais reçoit également beaucoup. Les objectifs d’une résidence sont avant tout de désacraliser l’image souvent lointaine de l’écrivain, mais aussi l’image du livre, de la lecture en général, et de faire mieux connaître l’écriture et la littérature contemporaines. La résidence est donc un lieu de création : création personnelle de l’auteur bien sûr, mais aussi création du public, notamment au sein des ateliers d’écriture.

Les ateliers d’écriture avec Olivier Lebleu1

Avec les collégiens

5En partenariat avec l’association D’un fleuve à l’autre et la Cie PaQ’la Lune, un travail important a été mené auprès des collégiens des deux collèges (public et privé) de Champtoceaux :

  • Les « Brigades de lecture » de la compagnie : sous parapluie, les Brigadiers vont à la rencontre du public pour des lectures théâtrales, s’installent alors dans un espace intimiste et construisent leur scène de jeu à l’aide de ruban adhésif. Ils sont donc intervenus par surprise dans les établissements à deux reprises. Les comédiens ont lu en déambulation des textes sur la Loire, la première fois, et des extraits des livres d’Olivier Lebleu, la seconde fois.
  • Une rencontre avec l’auteur a été organisée dans chaque collège sur le temps du midi. Une trentaine de collégiens étaient présents à chaque rencontre, lui posant de nombreuses questions.
  • 14 collégiens (7 dans chaque collège) ont ensuite participé à l’atelier d’écriture animé par Olivier Lebleu : 4 séances qui ont donné lieu à des productions de qualité (visibles sur le blog : [http://turmeliereresidenceolivierle-bleu.unblog.fr/​ ]).
  • Dans le prolongement de ce travail, un comédien de la Cle PaQ’la Lune a animé cinq séances d’atelier théâtre en vue de préparer les collégiens à lire leurs textes devant un public, le mercredi 26 mai à la Turmelière, dans le cadre des 5es Rencontres de Liré, organisées par l’association Les Lyriades de la langue française.

6La Cie PaQ’la Lune défend l’idée que le spectacle vivant doit être accessible au plus grand nombre : elle crée des allers-retours entre les lieux dédiés à la culture et tous les autres. Entre salle de spectacle et salle de classe, hall d’immeuble et bibliothèque, l’association milite pour que les arts aient leur place partout.

Avec les adultes

7Trois ateliers (à la cabane à mots de la Turmelière, au musée Joachim Du Bellay à Liré et à la librairie Parchemins à St-Florent-le-Vieil) ont été réalisés entre février et avril avec un nombre croissant de participants (en moyenne 13 à personnes de toutes générations).

8L’objectif de ces ateliers est à la fois de prendre plaisir, d’écrire seul mais aussi ensemble, de prendre conscience des potentiels de créativité de chacun. Il est aussi de produire des textes sur le fleuve qui ont été lus lors des Rencontres de Liré le dimanche 30 mai 2010.

Les 5es Rencontres de Liré

9Les lectures des travaux effectués en atelier d’écriture depuis février dernier eurent lieu le 26 mai pour les adolescents et le 30 pour les adultes, au cours des Rencontres de Liré, et sous le magnifique « Tambour » de la Cie BiblioThéâtre de Philippe Mathé, un chapiteau de toile cirée et de cordage, en forme de tambour géant rouge et blanc. À l’intérieur, ce lieu modulable au plancher de bois peut accueillir une centaine de personnes. Le comédien Philippe Mathé a conçu cette structure symbolique pour abriter le « travail singulier du Biblio-Théâtre, à savoir des spectacles à la charnière de la littérature et du théâtre ». C’est donc sous cette toile ronde qu’Olivier Lebleu et les participants aux ateliers ont fait résonner leurs propres mots.

10Le défi d’Olivier Lebleu en tant qu’anim’auteur était triple : il s’agissait non seulement de donner à entendre les travaux d’écriture lus par les participants- auteurs eux-mêmes, mais aussi d’expliquer le déroulement d’un atelier-type et surtout, de tenter de restituer cette ambiance particulière de créativité dans la convivialité.

11Pour la présentation de l’atelier des adolescents, réservé aux élèves des collèges de Champtoceaux (Georges-Pompidou ou Saint-Benoît ; un bel exemple de collaboration entre établissements public et privé), Olivier Lebleu a choisi quatre exercices.

  • Le premier exercice choisi s’intitule « les clichés » : il s’agit de repérer ces expressions usées, devenues des tics de langage – qui ne sont plus pensés à force d’être poncifs – pour, dans un second temps, en créer de nouvelles, avec humour et pertinence, afin de raviver notre langage.
  • L’exercice des « objets animés » consiste à prêter vie et parole à l’un de nos objets familiers : « Toto l’appareil photo » se met alors à vous harceler à coups de flashes dès votre réveil, ou bien vos boucles d’oreille jumelles, se jugeant mal accrochées, vous houspillent au point de vous faire manquer votre bus du matin.
  • Le troisième jeu propose de prendre une expression « au pied de la lettre » et de laisser l’absurde envahir votre univers. On croise ainsi un mot squattant « le bout de la langue » et refusant farouchement d’en sortir, ou encore un œil « jeté » par curiosité au-dessus d’une haie, broyé par une tondeuse à gazon et nous laissant borgne.
  • Le dernier exercice intitulé « ping-pong » se joue en duo et consiste à se renvoyer des répliques écrites en respectant une situation et des personnages donnés : par exemple, une fille de 13 ans appelant son propre téléphone portable quelle a égaré et entamant une conversation avec le garçon de ans qui décroche et qu’elle ne connaît pas, ou bien un homme de 40 ans annonçant à son épouse un gain phénoménal au Loto. Les consignes étant seulement connues des écrivants eux-mêmes, une dernière astuce est de faire deviner aux auditeurs le détail de la situation et des personnages en disséminant des indices dans le dialogue.

12Pour l’atelier adulte, quatre exercices également :

  • Olivier Lebleu a décidé de présenter le même exercice « au pied de la lettre » pour prouver que l’âge ne fait parfois rien à l’affaire, que l’essentiel est une question d’imaginaire : on entendit ainsi le récit d’un cœur arraché d’un cage thoracique et « offert », palpitant, sur une main tendue ou celui d’une tête devenue si « grosse » qu’elle permettait de jouer au bowling.
  • Le second exercice, « logo-rallye » est un classique des ateliers d’écriture, requérant de composer un texte qui inclut, dans l’ordre donné, dix mots imposés ; après lecture des participants, Olivier Lebleu a demandé au public de deviner d’où était extrait le texte original dont il s’était servi (une personne repéra le célèbre passage des rêveries romantiques du René de Chateaubriand).
  • Ensuite, « le testament poétique » propose de dresser un inventaire de tout ce que nous aimerions léguer à ceux que nous avons aimés – matériel ou immatériel : objets, sensations, émotions, souvenirs, etc. –, sur le modèle des paroles de la chanson de Léo Ferré : « Avant de passer l’arme à gauche /Avant que la faux ne me fauche/Tel jour telle heure en telle année/Sans fric sans papier sans notaire/je te laisse ici l’inventaire/De ce que j’ai mis de côté… » Le résultat est souvent très émouvant.
  • Enfin, chaque participant a lu son « texte sur le fleuve », composé à partir d’un incipit tel que « Pour traverser le fleuve… », « Elle s’avancera dans le fleuve… », « Prenez le fleuve… » ou encore « Le niveau du fleuve n’avait jamais été aussi bas… ».

13Chacune de ces lectures fut chaleureusement applaudie par un public sincèrement surpris de la qualité des textes.

14Enfin la brigade de lecture de la Cie PaQ’la Lune a pris le relais pour offrir aux spectateurs le poème narratif en vers libre d’Olivier Lebleu écrit en résidence : La Traversée du jeune soldat (inspiré d’un fait authentique près du pont d’Oudon pendant la 2de Guerre mondiale). Dans un silence attentif, l’émotion était palpable à la fin de la lecture.

Hommage du Petit Lyre à son poète, Joachim Du Bellay, pour le 450e anniversaire de sa mort

Un récital en l’honneur de Joachim Du Bellay

  • 2 « Mélodie » est le nom de l’école de musique du canton de Champtoceaux dont les objectifs sont de (...)
  • 3 « La Lyre et la Plume » est un groupe – issu de l’association des Amis du Petit Lyré – d’une quinz (...)

15Le 26 mai 2010 à La Turmelière, deux groupes d’amateurs ont honoré le 450e anniversaire de la mort de Joachim Du Bellay. Le choix d’une quinzaine de textes a souligné les diverses facettes de l’inspiration et des thèmes d’un poète majeur et parfois bien oublié. Gageure relevée avec talent par le groupe musical Mélodie2 et le groupe poétique La Lyre et la Plume3.

16Une présentation succincte rappelait à chacun les grandes étapes de la carrière du théoricien de la langue française. C’est ainsi qu’en alternance, musiciens et poètes ont lu et chanté les heurs et malheurs de Du Bellay, fasciné par Rome, déçu par la Cour pontificale, et malade de sa terre natale : la France, l’Anjou et Liré. En voici l’essentiel.

17« Mon Anjou je chanterai… » as-tu écrit quand, exilé à Rome, tu appelais à l’aide la « France, mère des arts, des armes et des lois ». Tu avais l’impression que si elle t’avait « nourri du lait de (sa) mamelle », elle t’avait abandonné comme « un agneau qui sa nourrice appelle ». Ah amèrement déçu tu fus, « vu le soin ménager… vu l’importun souci… » auxquels ton oncle l’intrigant cardinal t’assigna ! Cependant tu avais là un poste d’observation pour peindre avec rudesse « ceux qui sont courtisans… ceux qui sont médisants… ceux qui veulent flatter… », dont les seules mérites sont de mettre en valeur leurs propres défauts. Tu avais beau être « savant en la philosophie », avoir appris « les secrets de la théologie » ou les arcanes de « la mathématique et médecine aussi », tout cela ne fut finalement que « beaux discours humains » quand tu changeas plein d’enthousiasme « la France au beau séjour d’Italie ». Te voilà comme le marinier qui « rapporte » au port « des harengs en lieu de lingots d’or »… Oui, mais ces harengs sont devenus par ta plume des lingots précieux pour notre poésie. Les dames, tu n’oses aimer, eussent-elles « beaux cheveux d’argent… cuisse délicate… gorge damasquine… beaux grands tétins » ; non, tu leur préfères celles qui ont « cet esprit, rare présent des deux… », qui sait percer l’âme, le cœur et les yeux « de sa poignante vue ». Exigence respectable d’un talent maîtrisé. Dans ta douleur, la campagne t’offre un peu de repos et de gaieté… Voilà que les travaux des champs et le rythme des saisons te laissent aller à quelques effusions. À la manière antique, tu invoques Cérès pour que la récolte ne soit pas troublée par « la pluie ou l’hiver trop avancé », ou par « ces monstres animaux qui font partout tant de maux », ou par « un fort vent mêlé de grêle ». Tu aimes plutôt « une douce haleine » pour éventer cette plaine et ce séjour, pendant que tu « ahanne (s) » à ton blé que tu « vanne(s)… à la chaleur du jour », comme un répit aux souvenirs d’un « malheureux voyage ».

18Mélodie et la Lyre et la Plume, avec sobriété et élégance, ont voulu modestement que les dieux et les hommes ne fassent plus, 450 ans après ta mort, « la sourde oreille » à tes lamentations. Non, Joachim, tu n’as pas été « le pire du troupeau », non, Joachim, ne regrette pas « l’an, le mois, le jour, l’heure, le point » quand tu abandonnas la France ; ce voyage eût manqué à la littérature française.

Joachim Du Bellay de A à Z, un abécédaire pour anniversaire

19Il y a quatre cent cinquante ans, le premier janvier 1560, Joachim Du Bellay mourait à sa table de travail. Il laissait en héritage aux locuteurs de langue française, une langue à défendre et promouvoir : « Tu ne dois avoir honte d’écrire en ta langue : mais encore dois-tu, si tu es ami de la France, voire de toi-même, t’y donner du tout […] ».

20Cette exhortation, Joachim Du Bellay l’adresse à chacun d’entre nous. Conscients de l’actualité de ce legs, le personnel du musée Joachim Du Bellay et l’association des Amis du Petit Lyré ont présenté au public des Lyriades, à Angers le 28 mai, à l’issue de l’hommage national au poète rendu par le ministre de la Culture, M. Frédéric Mitterrand, à Liré le 29 mai, au terme des 5es Rencontres de Liré, un bel abécédaire : « Joachim Du Bellay de A à Z », les invitant, d’Alexandrin à Zéphyr, à flâner en douceur angevine.

21On y lira, en cette occasion, un beau sonnet composé par Cécile Hérissé, présidente des Amis du Petit-Lyré :

Afin de, Du Bellay, redécouvrir la vie
Et les œuvres chantées, de façon exemplaire,
Par les enfants de France et de toute la terre,
Magnifiant Ulysse, de son pays ravi,

Soixante-seize mots vous sont confiés, servis
Dans ce petit livret au nom d’abécédaire.
Soixante-seize mots, c’est peu pour vous complaire.
Ils ont pour ambition de vous donner envie :

D’explorer l’univers du poète Angevin,
Et d’apprécier le cœur de ce bel écrivain,
Dont les vers sont partout les plus sûrs secrétaires.

Ils entendent aussi rendre hommage à celui,
Dont la mort loin d’ici, à Paris, fit grand bruit,
Et d’en fêter le nonuple cinquantenaire.

Lectures de textes poétiques proposées par l’association

Le Chant des mots

22Le dimanche 30 mai, au château de la Turmelière, furent proposées, en écho au 450e anniversaire de la mort du poète angevin Joachim Du Bellay, des lectures de textes choisis par l’association, partenaire des Lyriades, Le Chant des mots, que préside Jacky Essirard et dont l’objet est d’organiser des rencontres avec des poètes contemporains et des nouvellistes aux cours de soirées ouvertes gratuitement au public. Elle avait invité pour l’occasion Ariane Dreyfus et Olivier Bourdelier.

Ariane Dreyfus en ses poèmes

23Ariane Dreyfus présente et lit des extraits de La terre voudrait recommencer, son dernier recueil paru en mai 2010. Elle vit et enseigne en région parisienne ; conjointement à son travail de professeur de lycée, elle anime des ateliers d’écriture, essentiellement en milieu scolaire.

24Elle a fait paraître tout dernièrement : Les compagnies silencieuses (éd. Flammarion, 2001) ; La bouche de quelqu’un (éd. Tarabuste, 2003) ; L’inhabitable (éd. Flammarion, 2006) ; Iris, c’est votre bleu (éd. Le Castor astral, 2008) ; La terre voudrait recommencer (éd. Flammarion, 2010).

25De ce dernier recueil, avec son autorisation (libre de droits), nous publions le début de Ne pas effacer dans le lit :

Je repousse les mots bien au bord
Et toi tu te couches
Comme tu veux

Deux vœux : écrire et mains ouvertes
Le bord tranquille devient la bordure
D’une blancheur tendue
Les bras

Je soulève ma main et tu me vois
Mon bras est vraiment plus fin
Plus pâle près du tien dont on a ouvert la manche
Tu le poses, pleinement adouci de poils,
En travers de ma figure
Un vers est une ligne incassable
Qui jamais ne fait mal

Olivier Bourdelier en ses poèmes

26Poète né en Bourgogne et conservateur de bibliothèque, il est responsable des médiathèques de Laval. Il revendique cent influences, de Follain à Ginsberg pour aller vite. Les textes : des fulgurances ruminées, et c’est exprès si ça piétine, patine, bégaie. De ses poèmes, son ami Antoine Emaz, poète lui-même, écrit « Ça fonctionne bien sans qu’on comprenne pourquoi et comment ça fonctionne » ou encore « ce que j’entends peut-être le plus chez Olivier, c’est le souci de la justesse, une rigueur. Ça doit tomber pile, ou bien poubelle. Et pourtant ce n’est pas cassant ; plutôt l’exactitude souple du gymnaste dans sa prestation courte. Quelque chose, oui, de l’ordre de la danse ».

27Il a publié notamment Araignée (éd. Tarabuste, 2001) ; Quitte (éd. Wigwam, 2005) ; La poésie est facile (éd. L’idée bleue, 2006) ; Un oiseau compliqué suivi de Poème des millions de morts et moi (éd. Tarabuste, 2008) ; Si la lune est là (éd. Pré#carré, 2009).

28« Il n’a plus peur des araignées depuis qu’il a écrit Araignée ». Nous en publions un extrait, avec son autorisation (libre de droits) :

Bonjour entrez pardonnez-moi
le désordre dans la cuisine

mais le grenier – des araignées
à la cave des macchabées
des limaçons dans mon salon

bonjour entrez pardon pardon.

*

N’ouvre pas
la boîte
ne sais pas quoi dedans

le froid d’un noël d’antan
l’haleine gueuse des morts

j’ai lovée là
dans ma poitrine une couleuvre.

Hommage à Guillevic par Mme Lucie Albertini-Guillevic

  • 4 Gallimard, 1993.
  • 5 Gallimard, 1996.

29Le samedi 29 mai, au château de la Turmelière, l’association Le Chant des mots a choisi de faire résonner, en écho à ceux de Joachim Du Bellay, de magnifiques poèmes de Guillevic. Cet hommage a été amplifié par la présence de Mme Lucie Albertini-Guillevic qui a lu, avec émotion et profondeur, d’importants extraits de l’œuvre du poète, publiés ou inédits. Sont lus cinq sonnets suivis d’extraits de Maintenant4, poème, et d’extraits de Du silence, dernière suite de l’ultime recueil Possibles futurs5, paru du vivant du poète.

  • 6 140 sonnets dont une centaine environ sont encore inédits, à paraître chez Gallimard.

30Les sonnets, ici choisis par Mme Lucie Albertini-Guillevic et publiés avec son autorisation, appartiennent au travail d’édition, en cours d’élaboration par L.A.G., du quatrième recueil posthume de l’auteur : Sonnets (1954-1967), suivi de L’hier relié6.

J’ai voulu m’installer fortement dans le monde
Mais le monde n’a pas voulu de moi toujours.
J’ai vu le jour tomber sur les champs, dans les cours,
J’ai vu que c’est sur la clarté que tout se fonde.

J’ai lancé des appels au noir de mes secondes,
J’ai voulu le soleil plus constant dans son cours,
J’ai haï l’eau salie et j’ai vécu d’amour
Et cru que l’amitié nous conviait dans la ronde.

J’ai voulu que tout soit comme sont les carrières
Qui sont les lieux choisis par les grandes lumières,
Où l’on voit qui s’approche et comprend ce qu’il veut.

J’ai rêvé de la fête où chacun a sa place,
J’ai voulu que chacun soit une part du feu.
Et j’ai rêvé que la lumière nous embrasse.

315 mars 1956

Ce n’est pas pour souffrir que je suis sur la terre
Et j’ai souffert ma part pourtant comme à loisir ;
Contre assez de douleurs je dois me ressaisir
A chaque heure du jour qui vient et réitère.

Ce n’est pas pour souffrir des douleurs légendaires
Que j’accepte de vivre et que je veux choisir
La vie et ses horreurs, son bonheur, ses plaisirs,
Et que j’ai pour mes jours un amour volontaire.

Je regarde parfois mes souterrains, j’ai mal,
Je m’y cache parfois comme un autre animal,
Je rumine et j’attends, mais ce n’est pas ma gloire.
Je ne sais pas toujours comment reprendre pied,
Mais je n’abdique pas l’espoir de la victoire,
Je n’ouvre pas mes jours sur des jours estropiés.

3224 mars 1956

La lente sentinelle

Je ne peux pas en vérité faire autrement
Que vivre en cette vie une vie éternelle
Que regarde le temps, la lente sentinelle,
Ou plutôt je ne vis qu’un même et seul moment.

Il me faut faire effort pour penser qu’un fragment,
Un seul fragment du temps m’est donné pour tonnelle
Où le reste du ciel hasarde sa prunelle
Et d’où sortir happé, plaqué sur un aimant.

Il me faut faire effort pour savoir qu’un jour passe,
Que ce qui fut n’est plus même un trou dans l’espace,
Que ceux qui nous ont dit la vie en sont exclus.

Et je me plais à vivre installé sur la terre,
Mais parfois un visage, un regard vermoulu
Me montrent que le temps ne va pas solitaire.

338 octobre 1956

Je n’avais pas besoin du sonnet. Il dormait.
Il a droit au sommeil, avec tant de mérites,
Et ce n’est pas de ces choses que dormir effrite.
Il dort, on le réveille, il ne s’en va jamais.

Il n’a pas succombé du fait de désormais.
Je passais aujourd’hui près des lieux qu’il habite.
Comme il est toujours prêt à s’exposer au rite,
Il s’est offert ou laissé faire, il s’y remet.

Fin de l’allégorie. Mais autrement le dire ?
C’est difficile en diable. On risque d’être abstrait.
Et c’est plus ennuyeux, même si c’est plus vrai.

C’est que j’avais besoin de faire, donc d’écrire,
Que rien ne surgissait d’aucune profondeur
Qui m’imposât ses creux, ses angles, ses rondeurs.

345 juin 1967

Du sonnet

Un temple labyrinthe - avec un sacrifice
Quelque part en chemin ? C’est assez évident.
On vous renvoie de temps à autre là-dedans,
Vous cognez contre des parois de maléfice.

Non sans que vous ayez parlé pendant l’office,
De ce que jusque-là vous ignoriez pourtant ;
Et vous avez parlé comme plaide un perdant
Au milieu des échos qui forment l’édifice.

Vos réponses n’ont pas acquis l’acquittement.
Quelque chose de vous reste pour le paiement.
C’est sur ces restes-là que l’on chante et l’on joue

Un air consolateur, au long de ces couloirs
Qui vous feront sortir du sonnet sans savoir,
Au jeu des mots, des sons, ce qu’il veut qu’on avoue.

357 juin 1967

Notes

1 Artiste aux intérêts multiples, Olivier Lebleu est écrivain, scénariste, documentariste. Il a publié deux romans : Passer la Nuit (H & O, 2003, sélectionné pour le Prix Chronos 2004), et L’Étranger de la famille (H & O, 2001), ainsi que des livres historiques et une biographie du chanteur Mike Brant (Mike Brant, la voix du sacrifice, Publibook, 2000). Il a aussi écrit le scénario d’une comédie musicale (prix de la Fondation Beaumarchais), une adaptation théâtrale de son second roman et plusieurs textes de chansons (Daniel Levi, Patricia Lay), des documentaires télévisuels traitant de psychologie, etc.

2 « Mélodie » est le nom de l’école de musique du canton de Champtoceaux dont les objectifs sont de propager le goût de la musique instrumentale et vocale, de former des musiciens en vue d’une pratique d’ensemble. Les musiciens participent volontiers aux activités de la vie locale. Et suite au récital Joachim Du Bellay, certains d’entre eux ont mis en musique des poèmes de Joachim Du Bellay et préparent, au musée Joachim Du Bellay, un disque compact de leur composition.

3 « La Lyre et la Plume » est un groupe – issu de l’association des Amis du Petit Lyré – d’une quinzaine de membres, amateurs de poésie, se retrouvant tous les deux mois depuis 2003, pour échanger des poèmes de leur composition. Il arrive de plus en plus souvent à ce cercle poétique d’animer des rencontres sur un thème littéraire ; ce fut le cas pour la commémoration des 450 ans de la mort de Joachim Du Bellay.

4 Gallimard, 1993.

5 Gallimard, 1996.

6 140 sonnets dont une centaine environ sont encore inédits, à paraître chez Gallimard.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search