Versione classicaVersione mobile

Le français et les langues d'Europe

 | 
Françoise Argod-Dutard

Annexes

Les manifestations culturelles

Jacques Boislève, Odile Canale, Brunet, Georges Cesbron, Martine Charles, Dominique Dahéron, Nicole Dronneau, Marie-Annick Mainguy, Philippe Mathé e Élisabeth Paul

Testo integrale

1À l’occasion de chaque édition des Rencontres de Liré, des manifestations culturelles sont organisées par les Amis du Petit-Lyré et le musée Joachim Du Bellay, la ville d’Ancenis, l’association La Turmelière, les associations culturelles et touristiques du canton de Champtoceaux, Scènes de pays dans le Mauges, le centre départemental de documentation pédagogique de Maine-et-Loire, l’association les Lyriades de la langue française, etc. Ce fut à nouveau le cas lors des 5es Rencontres.

À Ancenis, en prélude aux 5es Rencontres de Liré, le festival de théâtre européen : Quartet-Visions d’Europe Une symphonie de langues européennes !

2En amont des Rencontres de Liré, programmées en mai 2010, la ville d’Ancenis a souhaité faire du festival de théâtre européen « Quartet-Visions d’Europe » l’événement d’ouverture des festivités des Lyriades, dont elle est partenaire. En mêlant les langues européennes, et en permettant à la langue française de se confronter aux langues de l’Est, Quartet-Visions d’Europe s’inscrivait totalement dans l’esprit qui animait cette cinquième édition des Rencontres organisée par les Lyriades sur le thème : « Langue française et langues d’Europe ».

3Du 10 au 14 mars 2010, s’est déroulée à Ancenis, ville bretonne des bords de Loire face au Petit Lyré angevin, la quatrième et dernière escale de Quartet-Visions d’Europe, l’épopée théâtrale sans frontières, impliquant dans sa forme actuelle, quatre pays, quatre structures aux orientations artistiques protéiformes. Un véritable challenge pour la plus petite des villes du Quartet, diffusant ses visions d’une Europe à imaginer, rêver et créer ensemble, via l’art, le théâtre et la culture.

4Quartet-Visions d’Europe, projet soutenu par la Commission européenne, veut être un projet culturel et artistique itinérant contribuant à abolir les frontières pour mieux construire l’Europe. Il est le résultat de deux années de collaborations entre quatre théâtres aux traditions différentes : le Théâtre du Rictus de Nantes (associé au Théâtre Quartier libre d’Ancenis), le Théâtre Gárdonyi Géza d’Eger (Hongrie), le Théâtre de Bohème occidentale de Cheb (Rép. tchèque) et le Théâtre national serbe de Novi Sad (Serbie). Quartet a démarré en octobre 2008 avec la première des quatre escales dans la ville serbe. Les quatre théâtres ont présenté leurs visions d’Europe à travers leur répertoire contemporain. C’est pour le public l’opportunité de découvrir d’autres formes théâtrales, de rencontrer des artistes et des intervenants européens grâce aux diverses manifestations proposées : spectacles, conférences, lectures, expositions, etc.

5Au départ ce fut une impulsion d’artistes, de l’amour, de la foi même en cet outil de travail qui est le leur : le théâtre, pour communiquer, questionner le monde, collaborer au-delà des frontières ; une flamme qui fait boule de neige, irradie, se communique aux autres.

6Au final, ce furent des hommes et des femmes qui relevèrent le défi et mirent leur pierre à l’édifice. Un défi pour de si petites équipes devant s’atteler à une organisation colossale et complexe avec une impressionnante logistique d’accueil des équipes techniques et artistiques venues d’Europe centrale et de Nantes ; sans compter les observateurs venus de Pologne, d’Espagne, de Slovénie et d’Italie pour, peut-être, rejoindre la prochaine édition de Quartet. Dans le théâtre de la ville, dans les services municipaux, dans les associations, salariés et bénévoles ont tous accepté d’embrasser l’utopie à bras le corps. Une foule invisible, besogneuse et enthousiaste, composée d’hommes et de femmes qui ont assuré le succès de l’organisation.

7Lors des étapes précédentes, les textes traduits des auteurs dramatiques français ont été lus dans chaque pays. À Ancenis, ce sont les traductions françaises des grands auteurs contemporains tchèques, serbes ou hongrois qui ont été interprétés devant un public de lycéens essentiellement ; des lycéens et des collégiens ont également assisté à des lectures de textes, participé à un rallye européen, livré leurs impressions sur l’Europe et laissé des traces de leurs visages dans un « Euromaton » installé pour l’occasion. Des spectateurs ont pu échanger avec bonheur avec ces artistes venus d’ici et d’ailleurs.

8Le public est venu de loin pour goûter à la diversité des langues et des esthétiques en même temps qu’à celle des produits locaux offerts avant chaque spectacle et que chacun a pris soin de rapporter dans ses bagages. Un public séduit, surpris, bouleversé, piqué en curiosité, stimulé par l’idée même de la découverte, emporté par la vague de convivialité et de cultures européennes ayant déferlé sur Ancenis. Un public ravi et ému par L’Hôtel Europe, création théâtrale née de l’atelier théâtral européen dirigé par le metteur en scène français ; un improbable édifice de situations humaines joué en quatre langues sur la scène ancenienne : une véritable symphonie de langues européennes.

9Par le nombre de spectateurs (plus de 1 000 entrées !), le nombre de personnes découvrant les expositions photographiques présentées dans les centres commerciaux et la foule de bénévoles mobilisés tout au long de la semaine, Quartet-Visions d’Europe a eu un impact réel sur la ville. Les rencontres et les échanges ont mis en évidence la nécessité de porter notre regard au-delà de nos frontières tout en s’appuyant sur notre propre culture, notre langue, pour rayonner aujourd’hui dans cette Europe des cultures. Un beau défi que les étapes suivantes des Lyriades ont su relever.

Le Biblio Théâtre dans son Tambour

10Pour les 5es Rencontres de Liré de mai 2010, l’association « Scènes de Pays dans les Mauges », grâce à sa directrice Marie-Annick Mainguy, partenaire culturel privilégié des Lyriades, a accueilli une compagnie professionnelle angevine : le BiblioThéâtre. Il a fait résonner les mots de la langue française classique et contemporaine à l’aide de son Tambour. Cette salle de cent places en forme de tambour géant est « le premier lieu itinérant consacré aux Livres en scènes », signature artistique de cette compagnie bien connue dans l’Ouest.

11Ce lieu original et ses dix comédiens-lecteurs se sont installés dans le parc du château de la Turmelière à Liré, sur les cinq journées des Rencontres (du 25 au 30 mai) et ont reçu le public pour plusieurs rendez-vous au cours desquels textes et auteurs ont été mis en voix, en jeux et en scène : spectacles, goûters et apéro-lectures, biblioconcerts… Les oreilles des auditeurs de tous âges ont été séduites et touchées par la qualité littéraire et théâtrale des artistes.

12Un des temps forts a été l’adaptation biblio-théâtrale de « La Peste » de Camus pour trois comédiens, mis en scène par Philippe Mathé, où lycéens et adultes ont entendu toute l’actualité de ce roman. Ainsi le cinquantenaire de la mort du prix Nobel a-t-il croisé les 450 ans fêtés de la mort de Du Bellay !

13Avec « Les Salades amoureuses » et « Les Vins de fable », les textes et les chansons ont fait découvrir toute la musicalité et la convivialité d’histoires savoureuses qui donnent envie de lire autant que vibrer aux styles d’écritures.

14Le BiblioThéâtre, partenaire des Lyriades pour le programme des 5es Rencontres de Liré, a mis à disposition son Tambour pour accueillir des conférences, des tables rondes, des participants à un atelier d’écriture, des lectures de poèmes, une aubade musicale, un chapitre d’intronisation de la Confrérie des compagnons vignerons de Joachim Du Bellay, et autres rencontres autour de la langue française…

15Au final, un bel hommage à Joachim, « tricoté » de plusieurs textes par Philippe Mathé, a permis d’entendre la force des voix hautes et sincères que le BiblioThéâtre défend, dans une filiation respectueuse du poète et de la langue française.

Le spectacle de la Cie Chemins de traverse : « Quand je laisse courir mes mains sur le piano »

16Le spectacle de théâtre musical de la Cie Chemins de Traverse « Quand je laisse mes mains courir sur le piano » mêle littérature, musique et chanson. Ce choix artistique est représentatif de ce que les deux créatrices interprètes, Elisabeth Paul et Céline Vilalta, ont voulu offrir au public : faire se côtoyer musique classique et chanson actuelle, littérature contemporaine et classique et créer un lien entre toutes ces richesses et le public. L’une et l’autre nous racontent comment un piano bat la mesure d’une vie. Entre humour et émotion, la musique, les récits et chansons s’entremêlent et nous font découvrir des portraits de pianistes anonymes, servis par de grands auteurs et parolier : Roland Dubillard, Nina Berberova, Colette, Ketil Björnstad, Nancy Huston, Allain Leprest ; que vient accompagner la musique de grands compositeurs : Mozart, Satie, Bach et Debussy.

17Pour les participants au colloque des 5es Rencontres de Liré, les Lyriades ont souhaité ce beau moment de détente, donné le jeudi 27 mai 2010 à l’École nationale supérieure d’arts et métiers d’Angers ; il constitua un heureux croisement culturel entre langue et musique, littérature et théâtre, texte et traduction, entre « langue française et langues d’Europe ».

La « Promenade littéraire » des Lyriades

18Au matin du samedi 29 mai, un autocar a conduit les participants d’Angers à Liré en passant par Rochefort-sur-Loire et St-Florent-le-Vieil. La promenade littéraire, commentée par Jacques Boislève, journaliste et écrivain, son « inventeur » avec Georges Cesbron, professeur émérite de l’université d’Angers, a été agrémentée de lectures de textes. Un poème d’Aragon – J’ai traversé Les Ponts-de-Cé… – a ouvert le parcours dont les étapes ont été :

19Rochefort-sur-Loire, pour y saluer les poètes qui s’y retrouvèrent dans les années de guerre en pays ami autour de Jean Bouhier et René Guy Cadou : Béalu, Bérimont, Rousselot, Manoll… et tant d’autres, si on ajoute à ceux qui firent réellement le voyage au pays des vignes, tous ceux, bien plus nombreux qui vont former à Paris, la guerre finie, « Les Amis de Rochefort » – dont Follain et Guillevic – pour publier la seconde série des « Cahiers ». À Rochefort, un centre poétique, au sein de la bibliothèque municipale, un marché annuel de la poésie et des publications poétiques entretiennent toujours la flamme.

20Saint-Florent-le-Vieil est un passage obligé, non seulement parce que c’est le pays natal de Julien Gracq et du poète Edmond Humeau, de quelques années son aîné, mais aussi parce que c’est un des hauts lieux des Guerres de Vendée qui ont donné naissance à toute une littérature. Que de lectures à faire ici in situ, dont la page désormais fameuse que consacre Louis Aragon au Bonchamps graciant les prisonniers de David d’Angers qu’il était venu voir sur place. Sur les « événements » de Saint-Florent – début de la guerre et passage de la Loire – : à lire aussi le récit épique qu’en font Chateaubriand, Victor Hugo et Michelet, et les considérations faites par Stendhal sur les effigies de Cathelineau et de Bonchamps.

21L’étape finale est Liré, – le Petit Lyré dont Du Bellay a fait l’archétype du village natal – où le musée qui lui est consacré resitue le poète dans son siècle exceptionnel – celui de la Renaissance –, Du Bellay étant par ailleurs l’auteur de la Défense et Illustration de la langue française. Or le contexte actuel de mondialisation et, à nouveau, de compétition des langues et des cultures, apparaît à bien des égards assez comparable à celui qui a conduit le poète à produire, dans l’effervescence de la Renaissance, son manifeste en faveur de notre langue.

22À l’arrivée les participants ont été accueillis par le maire de Liré, Gilles Collin, et gratifiés d’une aubade musicale et poétique par l’école de musique du canton de Champtoceaux « Mélodie » et l’association « La Lyre et la Plume ».

Le chapitre d’intronisation dans la Confrérie des compagnons vignerons de Joachim Du Bellay

23Le 29 mai au château de la Turmelière, à Liré, a eu lieu, après la table ronde sur « Les choix linguistiques et leurs conséquences dans l’Europe de demain et dans l’espace francophone », qui a réuni écrivains et spécialistes, après des lectures sur le vin et la vigne par la Cie du BiblioThéâtre, le désormais traditionnel chapitre d’intronisation dans le Confrérie des compagnons vignerons de Joachim Du Bellay, conduit, en l’absence du grand maître Jean Cottineau, par le grand chambellan, Odile Brunet, de quatre nouveaux membres qui ont rejoint les vingt-deux participants aux Rencontres de Liré, intronisés compagnons depuis la création des Lyriades :

  • Jean-Claude Jacq, secrétaire général de la Fondation Alliance française ;
  • Michel Leclerc, premier conseiller à la Délégation aux affaires francophones et multilatérales de la Délégation générale du Québec à Paris ;
  • Heinz Wismann, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Paris ;
  • Françoise Wuilmart, directrice du Centre européen de traduction littéraire (CETL) et du Collège européen des traducteurs littéraires de Seneffe (CTLS), Belgique.

Les graffiti s’invitent aux Rencontres de Liré : « Le tag : un écrit qui nous est étranger ! »

24À la faveur des 5es Rencontres de Liré, et comme elle le fait depuis 2006 sous le label des Lyriades, l’association de Champtoceaux « Culture Animations Patrimoine » (CAP), présidée par Nicole Dronneau, a proposé une belle exposition ayant pour sujet le tag. Celle-ci a permis au public de mieux apprécier, voire de découvrir l’approche artistique de cette discipline proche de la calligraphie.

25Laisser une trace sur les murs est une pratique connue depuis le paléolithique : une fois de plus, les temps dits « modernes » n’ont rien inventé ! Le tag est la signature du graffiti. Il constitue un prolongement particulier de cette pratique.

26Le tag représente aujourd’hui la plus grosse production d’écriture manuscrite de type calligraphique dans le monde. L’aspect vandale de cette production a trop souvent occulté une part importante du tag : son originalité stylistique. Comme le rappelle François Chastanet : « Cette forme vandale de calligraphie, essentiellement ornementale, est libérée de tout impératif fonctionnel de lisibilité pour le plus grand nombre », ce qui fait que beaucoup passent à côté sans en comprendre les enjeux.

27CAP a souhaité dépasser les barrières concernant cette pratique pour permettre au public de s’attarder sur la stylistique. Celui-ci a également pu apprécier l’évolution de la lettre, du tag au graffiti ; les fresques couleurs n’étant ni plus ni moins que des tags améliorés.

28À Paris, de fin mars à début mai 2009, l’exposition « Tag au Grand-Palais » a accueilli 300 artistes et plus de 80000 visiteurs. Mi-février 2010, au Palais de Tokyo, toujours à Paris, une grande vente réalisée par un cabinet prestigieux a eu un réel succès. Toujours en février 2010, Nantes a accueilli une très belle exposition de tags. En effet, cet art authentique de plus en plus prisé, offre au public une large palette d’œuvres et de talents. Ces nouveaux « Chevaliers de la rue » entrent indéniablement dans l’Histoire de l’art.

29Champtoceaux devait-elle échapper à cette mouvance ? La Loire, de tous temps, n’a-t-elle pas été une voie de communication ? Dans le fil de l’eau… et du temps ! CAP et les Lyriades ont voulu être à l’écoute, regarder pour mieux connaître et ainsi (essayer de) comprendre.

30L’exposition a été présentée à la Maison du tourisme du Champalud à Champtoceaux du 19 mai au 13 juin 2010.

Balade littéraire à travers l’Europe

31« Balade littéraire à travers l’Europe ». Du 26 au 28 mai 2010, durant tout le temps des 5es Rencontres de Liré à Angers, six écrivains du xxe siècle, devenus guides inspirés, ont entraîné les participants à la découverte de six grandes villes européennes, grâce à la belle et originale exposition proposée par la bibliothèque départementale de prêt et le conseil général de Maine-et-Loire.

32« D’Amsterdam, on part pour revenir. La ville des peintres, aux façades élégantes se mirant dans l’eau des canaux, sait déployer ses attraits pour retenir le visiteur et il faut être un grand voyageur comme Cees Nooteboom, nomade impénitent, pour aimer flâner le soir dans cette ville calme où la liberté est plus qu’un parfum. Dans les rues du Jordaan ou à partir de la tour de la Schreierstoren, à pied ou à bicyclette, le rêve de mers lointaines n’est jamais loin. Amsterdam, “songe d’or et fumée…” », écrivait Camus.

33Barcelone, bariolée et nerveuse, orgueilleuse et sensuelle, a vite fait d’ensorceler le promeneur. Le labyrinthe des ruelles, l’atmosphère trouble du Barrio Chino, la rumeur étourdissante qui descend des Ramblas n’ont plus de secrets pour le détective Pepe Carvalho, faux nonchalant et vrai bon vivant, créature (doublure ?) de Manuel Vazquez Montalban. L’écrivain engagé et attentif à son temps, l’observateur impitoyable revient toujours à Barcelone, sa ville, son amour.

34De Dublin, ville miséreuse et bavarde, intransigeante aussi, James Joyce connaissait tout : le nom des pubs, les brouillards de la Liffey, les cris des petits vendeurs de journaux, les étalages de Grafton Street, l’odeur fétide des cours intérieures, le bruit sourd des tramways sur le pont O’Connell, les airs de musique, autour de Saint-Patrick… sans oublier Nassau Street où il rencontra Nora Barnacle, un certain 16 juin 1904.

35À Prague, le soir, quand les ombres s’allongent sur les pavés luisant encore de la pluie du jour, il n’est pas inconcevable d’entendre aujourd’hui les pas de Franz Kafka remontant les ruelles de Mala Strana. La ville magique du Golem et des alchimistes, émergeant des brumes de la Vltava, celle du pont Charles et des églises baroques, des tavernes et des rires grimaçants, fut le théâtre des tourments de celui qui ne se crut pas digne d’être écrivain.

36« Rome n’est plus dans Rome » semble s’écrier Alberto Moravia. Sa ville natale a déçu l’écrivain, certes, mais comme dans un couple qui a fini par apprivoiser le temps, la passion des débuts est restée intacte. Le monde si attachant des quartiers du Trastevere ou du Testaccio, ce petit peuple de la rue avec ses commerçants bruyants, ses « mammas » qui s’interpellent, ses traînées d’enfants dévalant des maisons, avec son énergie et ses « combines », ses rêves aussi, a trouvé en Moravia plus qu’un peintre inspiré, un vrai complice.

37« Stockholm est construite sur l’eau comme Venise. La ville moderne a su attendrir la nature, respiration essentielle, mais a gardé en quelques endroits ses airs d’autrefois. Des jardins de Djürgarden aux quais immenses de Söder, des vies se font et se défont, des rêves naissent et s’éteignent, telles des lumières vacillantes. Ces vies et ces rêves qui intéressaient tant Stig Dagerman l’idéaliste, venu des terres pauvres du Nord, fatigué de la gloire dans laquelle son âme semblait se perdre.

38Bonne promenade… »

39(Texte extrait du livret de présentation de l’exposition)

Autori

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search