Version classiqueVersion mobile

Le français et les langues d'Europe

 | 
Françoise Argod-Dutard

Annexes

Les activités pédagogiques de l’académie de Nantes

Pascal Bahuau, Laurence Dubreil, Jean-Luc Jaunet, Michel Gramain et Bernard Leclair

Texte intégral

Les actions Lyriades-Jeunesse

1Pour la troisième fois consécutive, après les Rencontres de 2006 et celles de 2008, les équipes d’enseignants de l’académie de Nantes et leurs élèves étaient invités à participer à la célébration et à la fête de la langue française que constituent, dans le cadre des Lyriades, ces 5es Rencontres de Liré. Le succès rencontré par ces actions Lyriades-Jeunesse®, il y a deux ans en particulier, avait montré qu’une vraie dynamique pédagogique s’était enclenchée autour de la langue et de ses usages, à travers toutes les productions orales et écrites qui avaient été imaginées.

2La thématique choisie cette année pour les Rencontres, « La langue française et les langues d’Europe », paraissait propice à élargir le champ des activités et à faire naître des projets interdisciplinaires rassemblant enseignants de français mais aussi professeurs des diverses langues enseignées à l’École. C’est ce qui s’est largement vérifié dans plusieurs établissements où les équipes pédagogiques ont su avec bonheur répondre à cette invitation pour explorer les rencontres, les échanges, les liens entre le français et les autres langues de l’Europe.

3Pour donner quelques illustrations pédagogiques précises, on citera, dans tel collège, le travail de confrontation entre plusieurs versions françaises d’extraits de nouvelles allemandes et espagnoles. En point d’orgue à la séquence, les élèves ont été conviés à rédiger un récit autour de la disparition, dans la langue française, d’emprunts anglais, sur le modèle de la fable imaginée par Tahar Ben Jelloun sous le titre « Le dernier Immigré ». L’auteur y raconte une histoire dans laquelle les emprunts étrangers, arabes en l’occurrence, après avoir disparu ou été écartés de la langue française, retrouvent finalement la place irremplaçable qu’ils y occupaient.

4Dans un autre collège, les élèves travaillent sur des expressions idiomatiques en français et en anglais, s’intéressant au sens propre et au sens figuré de chacune, lors du passage savoureux d’une langue à l’autre.

5Une équipe différente a choisi, après avoir recherché les origines de mots français issus d’autres langues européennes, de réutiliser ces mots dans la production de petits textes poétiques explicitant leur sens, et même faisant référence à leur origine géographique. Le recueil se présentera comme un « Atlas des mots ».

6C’est sous la forme d’une bande dessinée, que d’autres collégiens, encadrés par des professeurs de français et d’anglais, entreprennent de faire le récit d’un voyage en Angleterre avec un texte-source en français et la transposition des bulles en anglais pour bien mettre en relief le vocabulaire courant nécessaire à un tel séjour.

7Un travail pluridisciplinaire très large, puisqu’il intègre le français, l’anglais, l’allemand et le latin, est par ailleurs conduit dans une autre classe d’un collège de l’académie avec, comme axe principal, le recensement du vocabulaire de la maison, la présentation des habitats européens, des clichés concernant le mode de vie, des expressions typiques de chaque pays.

8Quand c’est le seul professeur de français de la classe qui est porteur d’un projet, celui-ci n’en est pas moins fortement en résonance avec la thématique choisie pour les 5es Rencontres. C’est ce que montre fort bien la belle proposition d’écriture faite à des élèves de troisième dans le cadre d’une séquence intitulée « récit de vie » : écrire l’autobiographie d’un mot ; présenter son arbre généalogique (étymologie), sa famille (dérivés, synonymes, antonymes), ses rencontres avec ses cousins européens et francophones, etc.

9Même si les lycées engagés dans cette nouvelle édition des Lyriades-Jeunesse sont sensiblement moins nombreux que les collèges, leur travail n’en présente pas moins une grande variété. Des élèves d’un lycée professionnel ont ainsi accepté de participer à des ateliers d’écriture en lien avec l’expérience professionnelle qu’ils ont acquise en stage, de réaliser un recueil de leurs productions et de mettre en voix ces récits personnels. Quand on sait combien le rapport à l’écrit est parfois difficile pour des élèves de lycée professionnel, on ne peut que rendre hommage à la relation pédagogique de confiance et d’estime qu’a su construire le professeur pour faire adhérer le groupe à un tel projet.

10Des élèves latinistes et hellénistes d’un autre établissement ont entrepris, eux, des recherches étymologiques sur le mot « bébé », dans les langues anciennes bien sûr, mais aussi dans les langues vivantes représentées dans l’établissement. Ils s’intéressent en outre aux rituels culturels de la naissance jusqu’au passage à l’âge adulte (garçons/filles) et envisagent, à la suite, la réalisation d’un jeu de l’oie et d’un diaporama.

11Reprenant une initiative qui avait déjà connu un franc succès lors d’une édition précédente des Rencontres, une enseignante travaille avec ses élèves de première à collecter et à écrire histoires, poèmes, expressions et traductions en diverses langues qui figureront sur les sets de table réalisés spécialement pour les journées de la langue française.

12Autre action venant fidèlement étoffer depuis plusieurs années le nombre des projets Lyriades-Jeunesse, celle d’un enseignant de théâtre qui, cette année, mettra en scène et fera jouer à ses élèves Des pommes pour Ève, une pièce de l’auteur français d’origine russe Gabriel Arout, composée à partir de nouvelles et de récits de jeunesse d’Anton Tchekhov.

13Ce panorama ne serait pas complet si on ne mentionnait pas, à côté de ces projets de classe ou d’établissement, des actions aux assises plus larges qui s’adressent à des publics plus importants et peuvent mobiliser pour chacune plusieurs dizaines, voire plusieurs centaines d’élèves. Parmi elles, il faut citer une action de circonscription qui ne regroupe pas moins d’une vingtaine de classes de maternelles. Un rassemblement des élèves et de leurs enseignants, au moment des Rencontres, permettra, sous forme d’ateliers, de mettre en commun et de réinvestir ce qui aura été travaillé tout au long de l’année, avec le concours d’intervenants-lecture.

14L’autre action d’envergure, conduite sous l’égide du CDDP de Maine-et-Loire, prend appui sur le Salon du Livre africain qui se tient à Angers. Les élèves sont d’abord invités à lire un livre d’un auteur africain francophone. Suit un échange, dans les classes, avec un écrivain membre du Salon. Un concours d’écriture permet ensuite aux élèves d’imaginer et de raconter leur rencontre avec un ou plusieurs personnages du livre lu.

15L’ensemble de ces actions Lyriades-Jeunesse peut sembler de taille encore modeste ; elles n’en touchent pas moins cette année une quarantaine de classes, de l’école maternelle au lycée, et mobilisent près de 850 élèves.

16L’autre motif de satisfaction, pour cette édition 2010, touche à l’origine géographique des projets. Elle est sensiblement plus diversifiée quelle ne l’était auparavant. A côté des équipes ou des enseignants qui, exerçant dans des établissements proches de l’événement, continuent d’apporter leur contribution fidèle aux actions Lyriades-Jeunesse, on voit en effet des établissements éloignés de la « zone d’influence » de Liré, en Vendée et en Loire-Atlantique notamment, manifester leur intérêt pour ces 5es Rencontres.

17La valorisation des travaux pédagogiques réalisés par toutes ces équipes est en cours, avec des pages « action culturelle » mises en ligne dans l’espace pédagogique du site du rectorat de Nantes. Une exposition des différentes productions, également coordonnée par le rectorat, a été présentée sur les lieux même des 5es Rencontres, à Angers, puis à Liré, entre le 26 et le 30 mai 2010. Ce fut l’occasion, pour tous les participants à la manifestation, de découvrir et d’admirer les fruits du travail et du talent des enseignants et de leurs élèves, toutes ces « pépites » pédagogiques qui, à leur échelle, contribuent, de façon modeste mais bien vivante, à enrichir le trésor de la langue française.

18Jean-Luc Jaunet

Les projets pédagogiques 2009-2010 en collèges et lycées dans l’académie de Nantes

19En 2009, le comité pédagogique des Lyriades s’est principalement attaché à préparer les actions Lyriades-Jeunesse 2010 et la journée inscrite au plan académique de formation (PAF) dans le cadre du programme national de pilotage (PNP) de formation continue.

La préparation des actions Lyriades-Jeunesse

20C’est en 2006, sur l’initiative de l’inspection académique de Maine-et-Loire et du rectorat de Nantes, que les Lyriades, organisatrices des Rencontres de Liré bisannuelles autour de la langue française, se sont ouvertes aux productions des élèves d’écoles, de collèges et de lycées.

21Pour l’année 2009, une des ambitions du comité pédagogique des Lyriades a été d’ouvrir l’aire géographique de participation des établissements. Le pari a été amplement gagné puisque, à la date du 14 décembre, des établissements de trois départements s’étaient inscrits : Loire-Atlantique, Maine-et-Loire et Vendée. Autre pari gagné, la diversité des établissements : écoles, collèges, lycées professionnels et d’enseignement général et technologique. Un regret toutefois, l’absence de participation de l’enseignement privé.

22L’enjeu a été d’articuler au mieux le thème retenu par les Lyriades pour les 5es Rencontres, « Le français et les langues d’Europe », avec le socle commun de connaissances et de compétences qui est au centre de l’enseignement d’aujourd’hui. On sait que le socle s’organise en sept grandes compétences : chacune est composée de connaissances essentielles, de capacités à les utiliser et d’attitudes indispensables tout au long de la vie, comme l’ouverture aux autres, la curiosité, la créativité, le respect de soi et d’autrui. Depuis 2009, les programmes du collège intègrent les éléments du socle commun, dans la continuité de ceux de l’école primaire. Il suffit d’énumérer ces sept compétences pour constater que six d’entre elles pouvaient être efficacement développées par les projets Lyriades-Jeunesse : maîtrise de la langue française, pratique d’une langue vivante étrangère, maîtrise des techniques usuelles de l’information et de la communication, construction d’une culture humaniste, compétences sociales et civiques, autonomie et initiative.

23Quelques pistes pédagogiques ont été proposées, réparties en trois domaines, correspondant au thème retenu.

24Pour le premier domaine, autour de « la diversité linguistique en Europe », étaient proposés des ateliers pouvant donner lieu à :

  • l’établissement de cartographies linguistiques (dimension diachronique et synchronique) ;
  • la mise en œuvre de recherches sur la diversité des mots pour désigner un même objet ou une même réalité (par exemple les mots de la maison) ;
  • la confection de fiches (diaporama ou support-papier) sur les mots et les tournures régionaux ayant acquis une dimension nationale ;
  • la composition de courts textes poétiques, à la manière de Ponge, sur des mots français issus d’autres langues européennes (poèmes à lire ou à dire).

25Le second domaine, « Le français des œuvres littéraires et artistiques », offrait un terrain très fécond pour un travail pluridisciplinaire formateur. Étaient envisagées :

  • la comparaison de plusieurs traductions d’un même texte (récit, roman, poésie, théâtre), effectuées à une même époque ou à des périodes différentes : montage, lecture, oralisation… Le conte et le récit fantastique pouvaient être privilégiés, et différents thèmes abordés ;
  • l’étude comparée de séquences de bandes dessinées dans différentes langues européennes (texte original et traductions), de noms de personnages : Milou/Snowy/Struppi/Bobbie…, la recherche d’équivalences de tournures idiomatiques. Une théâtralisation était envisageable ;
  • la traduction et la transposition : adaptation cinématographique d’une œuvre littéraire dans une langue différente.

26Le troisième thème, enfin, s’organisait autour de « la communication : traduc­tion, intercompréhension, terminologie ». Qu’il s’agisse des mots des sciences et des techniques, de l’économie et du droit, de l’administration et de la politique, la matière était très large pour des activités de langue, mais aussi des IDD, voire des TPE.

Les lyriades de la langue Française
5es Rencontres de Liré/mai 2010
Actions Lyriades-Jeunesse
Projets pédagogiques 2009-2010

Les lyriades de la langue Française5es Rencontres de Liré/mai 2010Actions Lyriades-JeunesseProjets pédagogiques 2009-2010

27Au final, une quarantaine de classes, soit près de neuf cents élèves, de la maternelle au lycée, réparties sur trois départements, se sont engagées dans les projets Lyriades-Jeunesse. Nous ne pouvons énumérer les différents projets proposés. Nous pouvons en revanche en saluer la diversité, l’ingéniosité et l’efficacité. Les enseignants participants ont su inventer des dispositifs attrayants, ludiques et formateurs, propres à construire chez les élèves les compétences essentielles.

Journée inscrite au Plan académique de formation.

28Dans le cadre du PNP, il s’agissait de concevoir une journée de formation destinée aux enseignants. Le comité pédagogique a souhaité qu’elle s’adresse au plus grand nombre : enseignants du second degré (collèges et lycées) et du premier degré (formateurs, en particulier). Il a aussi été décidé de dépasser la dimen­sion académique en faisant appel à des inspecteurs généraux et territoriaux, à des universitaires et à des formateurs exerçant en dehors de l’académie de Nantes.

29Le comité pédagogique a retenu comme intitulé de la journée : « Recours aux œuvres traduites et contact interlangues en classe de français : lexique, écriture, lecture » et a décliné le contenu en trois ateliers :

  • Le lexique. Le français au contact des langues d’Europe : comment passer d’une étude éclatée du lexique à une approche méthodique, fondée sur l’étymologie et la comparaison interlangues ?
  • L’écriture. Traduction, transposition, imitation, émulation : la créativité intertextuelle de langue à langue.
  • La lecture. Comment appréhender la littérarité des œuvres traduites : approche de la lecture analytique comparative ?

30Le choix de cette tripartition n’est pas rhétorique. Il résulte d’une double constatation. Tout d’abord, l’importance de l’apprentissage du lexique est soulignée par les programmes de collèges et de lycées. Un tel apprentissage s’inscrit dans une démarche interlangues, que ce soit par les approches étymologiques, où dès la sixième, on s’interroge sur l’origine et l’histoire des mots, ou que ce soit par les différentes activités de lecture qui ont souvent recours à des œuvres traduites. Cette articulation lexique/lecture/écriture s’inscrit donc à la fois dans les instructions officielles et les programmes. L’autre constat est que les exercices nés de cette articulation sont ceux qui suscitent un intérêt constant de la part des élèves et de leurs professeurs.

31Les trois ateliers ont été construits sur des entrées différentes, mais avec un centre de gravité commun, l’acquisition et la maîtrise du lexique.

32Aide à maîtriser la langue française, à développer l’autonomie et l’initiative, à fonder une véritable culture européenne et humaniste, tel est l’objectif ambitieux que le comité pédagogique s’est fixé pour la préparation des actions Lyriades-Jeunesse et de la journée du PAF/PNP. Les résultats ont été plus qu’encourageants. Il reste à présent à donner à un nombre encore plus important d’élèves et d’enseignants la possibilité de développer ces compétences à travers les projets Lyriades-Jeunesse.

33Michel Gramain

Les Journées littéraires des classes maternelles publiques du secteur de Champtoceaux (M.-&-L.)

34Les deux journées littéraires des lundi 10 et mardi 11 mai 2010 ont constitué l’aboutissement d’un travail mené sur l’année par les enseignants et les élèves. Cette action, coordonnée par l’inspection de l’éducation nationale de Cholet 3, a concerné treize classes de la petite section à la grande section des écoles publiques du secteur de collège de Champtoceaux (La Varenne, Liré, Drain, St-Laurent-des-Autels, St-Christophe-la-Couperie, Champtoceaux), représentant 352 élèves âgés de 3 à 6 ans. Cette rencontre a été l’occasion, pour les élèves, de plonger au cœur de la littérature en participant à des ateliers d’une vingtaine de minutes, menés par des adultes (enseignant ou personnel attaché à une école). Elle a pu avoir lieu grâce à l’implication de chacun, enseignants, équipe de circonscription, parents accompagnateurs, mais également grâce aux partenaires qui se sont investis dans ce projet : la direction départementale de la cohésion sociale, l’association de la Turmelière, l’association des Lyriades de la langue française, avec un clin d’œil amical de la part d’un auteur illustrateur, Pef, qui a bien voulu croquer l’affiche des rencontres.

35Ce projet, qui figure parmi la douzaine de projets pédagogiques des Lyriades-Jeunesse 2010 (840 élèves), s’inscrit dans une réflexion sur la littérature de jeunesse menée depuis plusieurs années avec les enseignants de la circonscription de Cholet 3 : lien entre littérature et apprentissages culturels ; échanges et débats en comité de lecture jeunesse ; travail dans les classes avec des auteurs. Les enseignants ont voulu créer un temps particulier qui mette à l’honneur la littérature et les apprentissages réalisés par les élèves de maternelle tout au long de l’année pour créer des outils, supports au partage des albums lus en classe. L’architecture des deux journées s’est faite tout au long de l’année à travers des rencontres avec les enseignants de maternelle, des temps de formation encadrés par des formateurs de l’éducation nationale à certains moments et par des animateurs/médiateurs du livre à d’autres moments.

36Choisir le site de la Turmelière à Liré pour la rencontre, c’est choisir à la fois un lieu ancré sur le secteur du collège de Champtoceaux et à la fois un lieu symbolique pour la langue et la littérature. Pour ces rencontres, tout le site a été investi pour accueillir environ 150 élèves de moyenne et de grande sections, le lundi, et le même nombre d’élèves de moyenne et de petite sections, le mardi. Chaque jour, 19 ateliers étaient disséminés dans les différents bâtiments du site. Les 170 élèves étaient répartis en 18 groupes d’environ 8 élèves ayant une feuille de route leur précisant le circuit des ateliers qu’ils pourraient apprécier dans la journée. Beaucoup de parents accompagnateurs avaient répondu présents pour assurer l’encadrement des élèves de cet âge.

37Les enseignants ont structuré les apprentissages autour d’axes communs :

38Cinq contes en commun :

  • Petite et moyenne sections : Jack et le haricot magique ; Le petit Chaperon Rouge et Les trois petits cochons ; Boucle d’Or et les trois ours et Le petit Bonhomme de pain d’épice.
  • Moyenne et grande sections : Jack et le haricot magique ; Le petit Chaperon Rouge ; Le Petit Poucet ; Rafara et Babayaga.
  • Des personnages stéréotypés : la figure du monstre dévorant à travers le loup, l’ogre ou l’ogresse.
  • Des univers d’auteurs et d’illustrateurs : Alex Sanders pour les petites et moyennes sections et Geoffroy de Pennart pour les moyennes et grandes sections.
  • Des techniques d’illustration : le lien entre les œuvres d’art et les illustrations d’albums de littérature jeunesse ; des opérations plastiques comme déchirer ou composer à partir d’univers comme celui de Voltz.

39Exemple d’ateliers proposés par les classes :

  • connaître l’univers de l’auteur illustrateur Voltz ;
  • s’appuyer sur la structure narrative en accumulation de l’album « Je m’habille et je te croque » pour créer des histoires ;
  • travail sur les différentes versions d’un conte à partir des cartes personnages ;
  • travail sur le lien entre les illustrations d’albums et les œuvres d’art.

40Exemples d’ateliers proposés par des médiateurs du livre :

  • lien entre objets et thème de l’exil à partir d’un corpus de livres autour du partir et revenir ;
  • travail sur le travail d’Anthony Browne ;
  • écoute d’une conteuse.

41Ces deux journées ont initié un rapport résolument culturel au livre, tout en construisant des compétences visées en fin d’école maternelle. Un stage de formation en début d’année scolaire 2010-2011 a permis de construire les principes d’une nouvelle rencontre lors des Lyriades-Jeunesse 2012 en visant l’articulation entre l’art et la littérature.

42Bernard Leclair, Laurence Dubreil

« School’strip » : une action pédagogique originale du collège Olivier Messiaen de Mortagne-sur-Sèvre (Vendée)

43Ce projet pédagogique, le premier déposé auprès des Lyriades-Jeunesse à l’occasion des 5es Rencontres de Liré (mai 2010) « Langue française et langues d’Europe », a été labellisé Lyriades de la langue française.

Six objectifs :

  • créer une bande dessinée en anglais afin de préparer ou d’exploiter un séjour linguistique en Angleterre ;
  • élaborer un scénario : des gags planches ;
  • exploiter les diverses situations d’un voyage : accueil, vie quotidienne, monuments, échange linguistique et culturel, situations cocasses… ;
  • inventer des personnages : élèves, profs, physiques, caractères… ;
  • améliorer son anglais : expressions et vocabulaire courants ;
  • exploiter cette BD avant et après le séjour en Angleterre.

L’idée de départ :

44Grâce à l’association Des bulles et des images, une bande dessinée permet de saisir rapidement des situations de « réelles communications » et de comprendre assez facilement le vocabulaire employé en fonction des gestes, objets… utilisés dans les vignettes.

Le scénario :

45L’histoire raconte le séjour d’élèves de 3e en Angleterre, de la traversée jusqu’au retour en famille…

46Le scénario s’organise avec des gags planches pour exploiter les diverses situations rencontrées lors d’un séjour linguistique : voyage, inquiétude, accueil, contact avec une famille, relations entre ados, visite de sites et monuments, civilisation (architecture, littérature…), vie quotidienne (coutumes, gastronomies…), tout ce qui contribue à un échange linguistique et culturel…

Le concept :

47Bande dessinée mêlant le français et l’anglais, un anglais accessible qui utilise le vocabulaire courant et les expressions dont un touriste a besoin pour communiquer.

De gauche à droite en partant du rang du haut :
Antonin, Élisa, Emmeric, Lucie, Louise, Julia, Fredy, le prof de français, Vincent, Yann, Tom, Camille, Djelila, Pierre-Emmanuel, Martin, Rosy, la prof d’anglais, Victoire, Valentine, Edouard, Mélody, Morgan, Witold, Marc, Mary, le prof de maths.

Pour plus d’informations :

48Téléchargez la plaquette School(s) trip (13 pages), intégrée à la version numé­rique du dossier documentaire des 5es Rencontres de Liré.

Un extrait de la BD « School (s)trip » (planche non colorisée) :

Contacts :

49Pascal Bahuau, enseignant au collège Olivier Messiaen de Mortagne-sur-Sèvre (85)

50Téléphone : 02 51 66 96 51 ; courriel : pascal.bahuau@ac-nantes.fr

51Marmou, dessinateur

52Téléphone : 06 86 78 65 45 ; courriel : marmou31@hotmail.com

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search