Version classiqueVersion mobile

Le français et les langues d'Europe

 | 
Françoise Argod-Dutard

Épilogue. Hommage à Joachim du Bellay.

Le tombeau de Joachim Du Bellay

Évocation littéraire1

Élisabeth Verry

Texte intégral

  • 1 Cet hommage fut prononcé le vendredi 28 mai 2010 à Angers, au musée Jean Lurçat (ancien hôpital St (...)

1Dans la nuit du 1er janvier 1560, voici 450 ans, Joachim Du Bellay, l’un des plus illustres poètes de son temps, s’éteignait à Paris, frappé d’apoplexie, en écrivant des vers, dit-on, à sa table de travail.

2Ce fils de grande famille, né à Liré aux frontières du pays d’Anjou, laissait malgré son jeune âge, une œuvre considérable : des poèmes, bien sûr, en latin mais surtout en français, et un manifeste dont le titre suffit à dire l’ambition, Défense et Illustration de la langue française, qui valut à son auteur, à 27 ans, sa première et immédiate notoriété.

3Ce jeune homme vibrant, cet amoureux de l’Anjou, ce poète à l’inspiration féconde, il était naturel que nous lui rendions hommage en cette cinquième édition des Rencontres de Liré organisées par les Lyriades de la langue française, qui doivent tout à son héritage, et inscrivent leurs pas sur la voie qu’il a tracée.

4Et quelle meilleure manière de saluer sa mémoire que de laisser parler les écrivains, pour nous rappeler à travers le temps qui il était, nous dire comment ils l’observent, l’étudient, l’interprètent, et aussi le portent en leur cœur, tandis que les siècles peu à peu s’écoulent sans que soit altéré le souvenir.

5Mais qui est Joachim Du Bellay ?

6Le biographe Niceron, dans ses Mémoires pour servir à la vie des hommes illustres, rassemblés au début du xviiie siècle, lui règle son compte rapidement, et avec une certaine sagesse. C’est l’occasion de rectifier un certain nombre d’erreurs biographiques qui circulent alors.

Niceron (P J-P), Mémoires pour servir à l’histoire des hommes illustres, 1734, p. 390-393

Joachim Du Bellay naquit vers l’an 1524 à Liré dans les Mauges, à douze lieues d’Anjou ; terre appartenante à sa mère. Jean Besly n’a pas été bien informé, lorsqu’il a dit dans son Histoire des comtes d’Anjou, p. 82, qu’il étoit bâtard. Il étoit fils légitime de Jean du Bellay, seigneur de Gonnor et de René Chabot, dame de Liré.
Baillet s’est trompé aussi en nommant Joachim Du Bellay, seigneur de Gonnor ; il ne l’a jamais été, cette terre ayant passé après la mort de son père à René du Bellay, son frère aîné. Pour lui, il eut la terre de Liré, ou il étoit né. Cette terre est de l’Anjou pour le temporel, mais de la Bretagne pour le spirituel, étant du diocèse de Nantes ; c’est pour cela que du Bellay est appelé clerc du diocèse de Nantes dans les registres de l’Église de Paris.
Il s’adonna de bonne heure à la poésie françoise, et il y réussit. La douceur, la facilité et l’abondance que l’on trouve dans ses vers le firent même surnommer par quelques- uns l’Ovide françois. Ses talents en ce genre lui procurèrent un accès à la cour, ou il fut fort estimé de François 1er, de Henri II et de Marguerite, reine de Navarre.
Le cardinal Jean du Bellay son parent s’étant retiré à Rome en 1547, après la mort du roi François Ier, l’engagea à y faire un voyage. Il demeura l’espace de trois ans dans cette ville, dont il rapporta une surdité qui l’empêcha dans la suite de faire sa cour avec assiduité.
Eustache du Bellay, évêque de Paris, lui procura quelques temps après un canonicat de son Eglise. Il en prit possession le 19 juin 1555, mais ne le garda que jusqu’au 12 juin 1556 comme le rapporte M. Ménage sur la foy des registres de cette Église. Baillet s’est trompé dans ses Jugements des Scavans, en disant qu’il était oncle de l’évêque Eustache. Il n’étoit que son cousin germain ; puisqu’Eustache était fils de René du Bellay et de Marguerite de Laval, lequel René était frère aîné de Jean, père de Joachim.
Il a fait une autre faute, qu’il a tirée de la Croix du Maine, et que bien d’autres ont copiée, lorsqu’il a avancé que Joachim Du Bellay avait été archidiacre de Paris. C’est une qualité qu’il n’a jamais eue, comme il est facile de voir par les registres de l’Église de Paris. Car on n’y trouve d’archidiacre du nom de du Bellay que Louis du Bellay, chanoine de Paris, trésorier d’Angers, conseiller au Parlement et curé de S. Séverin de Paris, et Eustache du Bellay, depuis évêque de Paris, qui lui succéda dans l’archidiaconé. Cette méprise peut venir de ce que Joachim Du Bellay succéda dans le canonicat de Paris à Jean Toussepain, qui était en même temps chanoine et archidiacre, et de ce qu’on a cru que ces deux dignitéz étoient passées conjointement à lui ; ce qui n’est pas.
Il mourut d’apoplexie la nuit du premier janvier 1560 que suivant le calendrier, qui étoit alors en usage en France, on comptoit 1559 avant Pâques ; âgé, suivant M. de Sainte-Marthe, de 35 ans, ou de 37 suivant M. de Thou. M. de Sainte-Marthe ajoute qu’il estoit prêt d’être désigné archevêque de Bordeaux par le cardinal Jean du Bellay, c’est-à-dire que ce cardinal vouloit se démettre en sa faveur, de cet archevêché.
Il fut enterré dans l’Église de Paris en la chapelle S. Crépin et S. Crépinien au côté droit du chœur, proche le tombeau de Louis du Bellay, chanoine et archidiacre de Paris.

7N’en déplaise à notre érudit, Joachim Du Bellay n’est pas né en 1524, comme il le prétend, mais en 1522. En revanche, rendons-lui cette grâce, c’est bien à Liré, et plus précisément au château de la Turmelière, acquis à la famille par la voie maternelle, que le poète vit le jour. Léon Séché, dans la notice qu’il consacra en 1880 à son compatriote, nous entraîne sur les chemins familiers qui mènent au château, et y fait revivre l’absent :

Séché (L), Joachim Du Bellay, Paris, 1880, p. 11-17

Jadis on y arrivait par un dédale de petits chemins de traverse, bordés de mûriers sauvages et de pruneliers, que les vignerons avaient dessiné en zigzag le long de leur clos de vignes ; aujourd’hui le poète des Regrets pourrait s’y rendre en voiture par la route départementale. Cette route traverse dans toute sa longueur le bourg de Liré, -joli petit bourg qui se précipite du haut en bas de la colline ou il est étagé jusqu’au port des Léarts ou s’abîmèrent sous les boulets de Westermann les débris de l’armée vendéenne,-et, le bourg passé, elle se divise en plusieurs bras. Là, vous tournez bride à droite et vous arrivez, au bout d’une demi-heure, devant le château de la Turmelière, ancienne demeure de Joachim Du Bellay ; car, quoiqu’en ait dit Sainte-Beuve, il y en a des ruines authentiques, et si personne ne se souvient d’un grand homme qui y vécut jadis, il n’en est pas moins certain que Joachim Du Bellay est né au manoir de la Turmelière. […] Ce château, construit à deux cent mètres de la route, se dérobe aux regards derrière un magnifique rideau de verdure, et, n’était le calvaire rustique qui s’élève à l’entrée du parc, il passerait inaperçu. De ce calvaire, simple croix de bois dressée sur un autel de pierres, le coup d’œil est véritablement magique. La colline dont il occupe la crête, s’incline doucement, amoureusement jusqu’à la Loire et permet au regard d’embrasser la vallée dans toute son étendue et de fouiller les plus petits accidents de terrain. Plus de forêts, comme autrefois,
Qui de leurs chevelures vives
Haussent autour de ses rives

Le fleuve n’a qu’une légère bordure de saules et de peupliers, et peu d’ombre par conséquent. Ça et là, quelque flèche d’église émerge d’un bouquet d’arbres ou, sur un mamelon découvert, quelque moulin à vent fait tourner ses grands bras dans le ciel. […]
Joachim du Bellay a dû plus d’une fois reposer ses yeux sur cette toile enchanteresse à laquelle il ne manque que l’azur du ciel d’Italie pour ressembler au lac de Côme.
Quel autre paysage aurait pu lui inspirer les jolis vers qu’il a consacrés à l’Anjou ? […] C’est là que le poète de la Défense de la langue française venait s’asseoir et répandre son âme dans ses chants mélancoliques. On le cherche malgré soi dans chaque retraite ombrageuse, au fond des mystérieux bosquets. Tout semble nous parler de lui dans cette riante et fraîche nature, depuis le gazouillement des oiseaux jusqu’au clapotement de cette petite source qui coule au bas de la coulée. Ce ruisseau vous fait involontairement penser aux Louanges d’Anjou :
O mon fleuve paternel
Quand le dormir éternel
Fera tomber à l’envers
Celuy qui chante ces vers
Et que par les bras amis
Mon corps bien près sera mis
De quelque fontaine vive
Non guère loin de ta rive ;
Au moins sur ma froide cendre
Fay quelques larmes descendre
Et sonne mon bruit fameux
A ton rivage écumeux !

Pauvre poète, ses amis ont fait peu de cas de son cher désir. Qui sait seulement ou sont ses cendres ! Les poètes du xixe siècle ont été plus heureux que ne semblent l’avoir été ceux du xvie. Musset a son saule au cimetière ; Brizeux repose dans sa terre de granit à l’ombre du chêne qu’il avait désigné ; Lamartine dort à Saint-Point ; Châteaubriant en pleine mer. Tous sont couchés dans le lit qu’ils s’étaient fait de leur vivant. Pourquoi n’a-t-on pas rempli la volonté de Joachim Du Bellay ? Pourquoi n’avoir pas creusé sa tombe au bord de la fontaine vive qui coule dans son ancien manoir ? Voilà ce qu’on ne saura probablement jamais et qu’aurait bien fait de nous apprendre Sainte-Beuve qui, malgré l’inexactitude de ses renseignements biographiques, a contribué plus que personne à mettre Joachim Du Bellay en honneur parmi nous. En attendant, si j’étais propriétaire de l’ancien manoir du poète angevin, je demanderai ses os à tous les échos de la France, et je les déposerais là, non lion de ce « Loyre gaulois » qu’il aimait tant, au bord de la petite source qui semble pleurer l’immortel absent.

8Les paysages enchanteurs de la Loire angevine ne bercent pas longtemps l’enfance de Joachim. Bien vite viendront la solitude, la maladie, mais aussi les choix de vie qui orientent le jeune homme vers l’étude et l’écriture. Les circonstances et l’importance de ce choix, nul mieux qu’un autre poète ne pouvait les comprendre. José-Maria de Hérédia les rappelle dans les quelques lignes fortes qu’il a livrées en 1894 lors de l’inauguration de la statue du poète à Ancenis :

Heredia (J-M de), Inauguration de la statue de Joachim du Bellay à Ancenis, discours, Paris, 1894, p. 4-6

Messieurs,
Celui que nous glorifions en cette journée de fête où j’ai l’honneur de représenter l’Académie Française est un des fondateurs de notre poésie. De cette brillante troupe de la Pléiade que commandait le grand Ronsard, il fut le porte-enseigne, le héraut, et son éclatant manifeste de la Défense et Illustration de la langue française proclame notre renaissance poétique. […] Orphelin, son enfance privée de tendresse fut morose et solitaire. Son œuvre en a gardé, avec l’amour du terroir natal et de la belle douceur des horizons familiers, un regret passionné, je ne sais quel amer parfum. Entré dans son âge viril, il hésita longtemps entre l’épée et la plume, car il ne pensait point, dit-il, que tel exercice des lettres dérogeât à l’état de noblesse. De hauts exemples s’offraient à lui dans sa propre famille. D’une part, Guillaume du Bellay, seigneur de Langeais et vice-roi de Piémont, si excellent homme de guerre que Charles-Quint disait qu’il lui avait fait plus de mal que toute une armée ; de l’autre, le cardinal Jean du Bellay, évêque d’Ostie et doyen du Sacré-Collège, prélat savant et lettré, négociateur subtil. La mort de Langey et une longue et cruelle maladie, durant laquelle son seul allègement fut la lecture des écrivains grecs et latins, déterminèrent son choix. Il partit pour Poitiers afin d’y commencer ses études juridiques. C’est en revenant de cette ville, alors célèbre par son Université, qu’il fit la rencontre, dans une hôtellerie, de Pierre de Ronsard. Ce gentilhomme vendômois avait quitté sa maison paternelle de la Possonnière et gagnait Paris pour s’aller mettre au collège et y recommencer, à 23 ans passés, ses études mal achevées. Les deux jeunes hommes étaient du même âge, ils avaient la même foi, le même amour, les mêmes espérances. Ils se découvrirent quelques liens de parentage, se plurent et s’aimèrent. Joachim ne tarda guère à rejoindre Ronsard à Paris. C’est là, dans le collège de Coqueret, qu’avec la bonne doctrine et sous la discipline de maîtres tels que Lazare de Baïf, Dorat, Muret et Turnèbe, fut savamment ourdie et préparée cette révolution, la plus prodigieuse de toute notre histoire littéraire.
Le belliqueux discours de Défense et Illustration est le coup de clairon qui l’annonce.
Dès que paraissent l’Olive, les Odes et les premiers sonnets de Ronsard, la poésie lyrique française est née. Elle a jailli, semble-t-il, brusquement, toute armée, de ces cerveaux divins. À ce coup, Marot et Saint-Gelais ont vieilli de Cent ans. Qui ne les croirait antérieurs de plus d’un siècle à Ronsard et à Du Bellay ? Leur art a je ne sais quoi de neutre, de mièvre et de mesquin, d’un symbolisme suranné, d’une raideur étriquée et maniérée. Leur langue est abstraite, pauvre et décharnée, sans nombre et sans couleur. Avec la Pléiade, tout renait. C’est la jeunesse, jeunesse exubérante, érudite et hardie. C’est le réveil de l’antiquité morte que ravive un sang généreux. Non, le grand Pan n’était pas mort ! Les poètes nouveaux, à travers les vieux poètes grecs et latins, ont retrouvé le sentiment de la nature. La nature est éternelle, immuable, toujours jeune. Ils ont ouvert les yeux, ils l’ont vue, aussi belle qu’à l’aurore du monde. Ils ont compris la beauté des choses. Ce fut pour leurs âmes un éblouissement et comme une floraison de leurs esprits. C’est la Renaissance.

9Glorifier le poète n’est pas suffisant pour rendre compte de son génie. En 1549, Du Bellay se lance dans un nouveau défi, entraînant à sa suite les poètes de la « Brigade » devenue la « Pléiade ». C’est le fameux manifeste de la Défense et Illustration de la langue française… qui veut rendre à la langue « vulgaire » le lustre qu’elle mérite, prouver qu’elle peut être l’instrument et le véhicule de la pensée savante, qui ne connaît alors que le latin. Bien des années plus tard, en 1864, le normalien Émile Lafargue exprime son admiration pour cette œuvre prémonitoire dans le discours qu’il prononce pour la remise des prix du Lycée impérial d’Angers :

Lafargue (E), Joachim Du Bellay, poète angevin, discours prononcé à la distribution des prix du Lycée impérial d’Angers, Angers, 1864, p. 10-12

On ne sait point assez qu’on lui doit un des plus remarquables monuments de notre littérature, cette Illustration de la langue française où l’expression ferme et claire, le tour vif, aisé, naturel, semblent inaugurer l’avènement d’une véritable prose. Pour mesurer l’importance de ce mémorable écrit, il faudrait se représenter l’état de notre langue à son apparition. Ne croyez pas, jeunes élèves, quelle eût alors la consistance et l’éclat qu’elle devait trouver un siècle plus tard. Les habiles du temps ne la tiennent pas en haute estime. Ils la jugent peu digne d’exprimer une idée sérieuse, un sentiment élevé ; la grande poésie, l’histoire, l’éloquence, ne seront jamais son domaine. On veut bien lui permettre de badiner avec Marot, de tourner quelques triolets, et de rimer avec des mascarades ; mais elle ne saurait prétendre davantage. Le latin seul a crédit, auprès de quiconque se pique d’écrire ; et la pensée qu’il puisse en être autrement ne vient à l’esprit de personne. Vous le voyez, messieurs, notre langue semblait menacée d’un irréparable péril : elle s’acheminait à sa décadence, opprimée par un idiome dont l’empire était incontesté.
Pour conjurer le danger, il ne fallait rien moins qu’un énergique et pressant appel à l’opinion. Ce sera l’éternel honneur de Du Bellay de l’avoir fait entendre avec une éloquence égale à son patriotisme. C’est plaisir de voir comme il prend en mains cette cause abandonnée, quel entrain, quelle ardeur il met à la défendre. Du Bellay aime trop la France pour se résigner à l’humiliation qu’on lui inflige et il s’élève fièrement contre les téméraires qui rejettent d’un sourcil plus que stoïque tout ce qui s’écrit en français. Eh quoi ! Une nation comme la nôtre ne trouverait pas dans sa propre langue les ressources nécessaires pour chanter les grandes choses qu’elle a accomplies, pour exprimer le résultat de ses découvertes dans le domaine ouvert à tous de la science, de la littérature et des arts ! Elle consentirait à prendre une livrée étrangère, à servir quand elle peut régner à son tour ! Pourquoi n’aurait-elle pas aussi ses poètes, ses orateurs, ses philosophes même ? Les sujets ne manqueront pas plus que l’instrument qui doit les mettre en œuvre. Ici, c’est Charlemagne, le héros légendaire, escorté de ses paladins ; là, ces chevaliers de la Table ronde entourés du prestige de leurs merveilleuses prouesses ; plus loin, cette noble fille du peuple qui sent battre sous son armure le cœur même de la patrie !
Je traduis faiblement, Messieurs, les généreux accents de Du Bellay. Mais vous pouvez apprécier avec quelle clairvoyance et quelle sûreté d’instinct il indique la mine féconde d’où on tirerait une nouvelle Iliade. Il ne devine pas avec moins de sagacité l’aptitude de la plus précise et de la plus claire des langues à traduire ce qu’il y a de plus profond, de plus subtil et de plus hardi dans la pensée humaine ; il n’hésite point à nous ouvrir le vaste champ des spéculations philosophiques et, dans un étonnant passage, il semble pressentir la venue prochaine du grand homme qui s’appellera René Descartes ! Ne devons-nous pas, Messieurs, quelque reconnaissance à ce jeune homme qui a eu tout d’abord une si ferme confiance dans notre belle langue, une idée si nette de ses ressources et de ses brillantes destinées ; qui a révélé pour ainsi dire au génie même de la France le sentiment de sa force et la conscience de sa future grandeur ?

10Mais le poète n’a pas tout accompli. Le cardinal son parent, à qui il avait dédié sa première œuvre, l’entraîne auprès de lui en Italie en 1553. Il a 30 ans, et ce voyage est pour lui un apprentissage de la vie autant qu’une émotion littéraire. Il compose alors son œuvre la plus personnelle, les Regrets. Charles Marty-Laveaux, en 1868, commente l’épisode de manière assez piquante dans sa Pleiade françoise :

Marty-Laveaux (Ch), Notice biographique sur Joachim Du Bellay, Paris, 1867, p. 17-23 :

À en croire le poète, il commença ce funeste voyage sous les plus tristes auspices :
Sur le seuil de l’huis, d’un sinistre présage,
Je me blessay le pied sortant de ma maison
nous dit-il dans ses « Regrets ». Une pièce de vers intitulée : « d’un songe qu’il feist passant à S. Saphorin », entre Roanne et Lyon, nous le montre ne pouvant dormir, se retournant sur « l’hôtelière plume » et voyant apparaître Guillaume du Bellay, seigneur de Langeais, frère du cardinal, qui, parti du Piémont en litière et fort malade, pour donner d’importants avis au Roi, avait expiré dans ce bourg le 9 janvier 1543. Il ne faudrait pas prendre trop au sérieux le détail de ces récits ou percent encore les imitations classiques, mais nous voyons du moins, à n’en point douter, que du Bellay fut assez sérieusement malade pendant ce voyage, qu’il fut pris de fièvre, de délire, et ne fut guéri que par la saignée, en l’honneur de qui il composa un sonnet tout rempli de reconnaissance. À Lyon, il trouva un de ses amis, Guillaume des Autels, qui écrivit deux pièces de vers sur cette rencontre, et se plaint dans l’une d’elles de n’avoir fait, pour ainsi dire, que l’apercevoir. […] Une fois qu’il est arrivé à Rome, on n’a plus à rechercher péniblement dans ses vers l’exactitude des faits sous la forme poétique, car, ainsi qu’il le déclare dans le premier sonnet des « Regrets », ses écrits ne méritent plus d’autres noms « que de papiers journaux, ou bien de commentaires ».
S’il chante, c’est uniquement pour calmer ses ennuis, comme « le marinier tirant à la rame ». Mais sans s’en douter, il touche le but au moment même ou il cesse d’y tendre ; l’isolement dont il se plaint, la tristesse qui l’envahit, le regret de la France, l’indignation que lui causent les mœurs de Rome, tout concours à faire de l’élégant versificateur un véritable poète ; séparé de ses amis, de ses rivaux, il rentre en lui-même, exprime avec simplicité ses propres sentiments au lieu de traduire ceux d’autrui, et les « Regrets », ce recueil de sonnets sans lien apparent, forment, par un art mystérieux, une sorte de poème continu qui n’a ni sujet ni intrigue, et se recommande pourtant par une très réelle unité.
Les occupations et les ennuis de Du Bellay, le regret qu’il éprouve d’avoir quitté son cher Anjou et surtout son ‘petit Lyré, les passe-temps de Rome, le carnaval, les combats de taureaux, l’effronterie des courtisanes alors fameuses : la Chassaigne, la Marthe, la Victoire, qui seules se promènent par les rues ou les honnêtes femmes n’osent pas se montrer ; les possédées à qui l’on voit un moine « taster hault et bas le ventre et le tétin », les intrigues du conclave, « et pour moins d’un escu dix cardinaux en vente, ne sont que les principaux traits de ce tableau si étendu et si varié. Enfin, dans chacune de ces pièces, le poète, au lieu de ses répandre en plaintes générales, adresse la parole à quelqu’un, ce qui répand dans tout l’ouvrage une grande vivacité.
Le Roi, Marguerite de France, le cardinal du Bellay, tous les protecteurs de Joachim, ses amis, ses ennemis, ceux qu’il regrette de ne plus voir, ceux qu’il voit tous les jours, passent sous nos yeux dans ses vers ; il n’oublie ni les gens du cardinal : Le Breton, le secrétaire ; Maraud, qui apprête la salade ; ni Pierre, le barbier, qui conte « des nouvelles du pape et des bruits de la ville ».
Le différence des tons et des styles n’en est pas moins frappante que celle des sujets et des personnages ; bientôt du Bellay s’aperçoit que le titre mélancolique de son livre ne convient pas à tout ce qu’il renferme, et il cherche ainsi à s’en excuser :
Tu diras que mal je nomme ces « Regrets »
Veu que le plus souvent j’use de mots pour rire.
Je ris, comme on dit, d’un riz Sardonien

Ce recueil se forma peu à peu, au jour le jour, sans intention de publicité, c’est à peine si du Bellay le laissait voir à ceux de la maison du cardinal qui lui étaient le plus familiers ; les peintures trop vives de la cour de Rome qui s’y trouvaient en si grand nombre ne permettaient guère de le communiquer aux Italiens, qui d’ailleurs ne prenaient qu’un faible intérêt à la poésie française, dont peu d’entre eux appréciaient toutes les finesses.

111557. C’est le retour. Du Bellay n’a plus que trois ans à vivre. Malgré les grandes publications (Les Regrets, Les Divers jeux rustiques, Les Antiquitez de Rome, les Poemata), le retour en France est assombri par les soucis financiers et familiaux, et la dégradation de sa santé. Un éminent membre de l’Académie française, Ferdinand Brunetière, évoque la tristesse des dernières années :

Brunetière (F), Inauguration de la statue de Joachim Du Bellay à Ancenis, discours, Paris, 1894, p. 21-22

Hélas ! C’est donc la fin de toutes choses, et après avoir parcouru l’univers pour la satisfaction d’une inutile curiosité, le dernier vœu que nous formions, c’est de revenir mourir au gîte ! On avait ouvert, comme Du Bellay, sa voile toute grande au vent de l’espérance, et on était parti pour la fortune et pour la gloire ! Italiam, Italiam ! On avait rêvé d’horizons infinis et de conquêtes sans limites ! On s’était flatté d’entrer en vainqueur dans « cette superbe cité romaine » ; on devait piller, pour en faire l’ornement de ses propres autels, « les sacrés trésors de ce temple delphique » : et voici que tout se termine, à reconnaître qu’on eût mieux fait de ne jamais quitter le « clos de sa pauvre maison » ! On avait affecté le dédain des pauvres de ce monde, on s’était bravement écrié
Rien ne me plait, hors ce qui peut déplaire
Au jugement du rude populaire ;

Et maintenant, voici qu’aux sublimités de Pindare et aux raffinements du pétrarquisme on réfère la chanson d’un vanneur de blé dans la plaine ! C’est qu’en effet, et heureusement, de quelque indifférence et de quelque détachement que nous osions quelquefois nous vanter, nous tenons à notre sol natal par des liens plus forts que nous ne le croyons ; et, pour nous l’apprendre, si nous l’ignorions, il nous suffit d’avoir essayé, comme du Bellay, de les briser. Dans cette Rome qu’il s’était représentée belle, et comme au sein même des splendeurs de l’Italie de la Renaissance, Joachim du Bellay n’a souffert de rien tant -ni du contact des Italiens, ni des caprices de son cardinal, ni de la médiocrité de sa fortune, ni de la ruine de ses espérances, – que du mal sacré du pays ; et, s’il a d’autres titres de gloire, il n’en a pas de plus français à notre reconnaissance.
Car, permettez-moi seulement de vous le rappeler, ce n’est pas son Anjou seulement, son « petit Liré », son « Loyre Gaulois » qu’il a regretté dans Rome ; c’est la France, la France tout entière ; et, Bretons ou Provençaux, d’une frontière à l’autre de la patrie commune, son appel désespéré ne retentit-il pas encore dans tous les cœurs : « France, mère des arts, des armes et des lois […] »
Dirais-je, Messieurs, qu’on éprouve quelque honte ou quelques remords même à songer que l’appel ne fut pas entendu ? Ni la cour ne fit rien pour Du Bellay – pour le mettre à l’abri du vent, du loup, de la froidure –, ni personne même, quand son Cardinal, effrayé de la publication des « Regrets », en exigea comme une espèce de rétractation ou de désaveu, ne défendit le pauvre poète contre la pusillanimité de son puissant patron. En vérité, la fortune s’acharnait contre lui ! On avait fait de Marot, jadis, une façon de personnage : on laissa Du Bellay se morfondre dans quelque bas emploi d’Église, et les railleries qu’il s’était permises contre Rome lui coûtèrent la sécurité de ses dernières années. Mécontent des hommes, lassé d’espérer contre l’espérance, fatigué de la vie même, il ne lui restait plus qu’à mourir ; et on aime à penser que, malade et souffreteux comme il était, il envisagea le terme inévitable avec moins d’angoisse que de soulagement. La mort clémente l’enleva brusquement, le 1er janvier 1560 : Il n’avait pas tout à fait trente-sept ans.

12La mort n’est pas l’oubli. Les compagnons de Du Bellay, le roi même veillent à l’édition et à la réédition posthume de ses œuvres, quatre fois reprises jusqu’à la fin du siècle. Puis le souvenir s’estompe, et la longue parenthèse dure près de deux siècles et demi. Le romantisme ressuscite le poète. En Anjou, la rencontre entre le jeune imprimeur Victor Pavie et l’écrivain Sainte-Beuve sera décisive : en 1841, une souscription est lancée pour l’édition nouvelle d’un Choix de poésies de Joachim Du Bellay, gentilhomme angevin. Poète, angevin : tout est dit de la ferveur qui entoure cette renaissance.

Pavie (V), Argument pour l’édition d’un choix de poésies de Joachim Du Bellay, gentilhomme angevin, précédé d’une notice de M. Sainte-Beuve, Angers, 1841, p. 3-7 :

Naissance, crédit, jeunesse, tous les prestiges ensemble se confondent et chatoient autour de cette figure que le génie illumine comme par surcroît. Il naît, et son étoile se lève à l’horizon, la plus hâtive de la Pléiade. Ni le sourire de la Loire n’a manqué aux solitudes rêveuses de son enfance, ni à sa vie élégante et chevaleresque les enchantements d’une cour ployant sous les chef-d’œuvre de Joconde, du Primatice, et de Jean Goujon, ni les grandeurs romaines à son humeur d’aller et à sa soif d’évocations littéraires. Si haut qu’il aille, si loin qu’il monte, il se souvient d’ici et sème l’Anjou partout sur les sentiers de sa renommée : c’est notre fleuve qu’il dit ; ce sont les Dames angevines par lui fêtées et refêtées ; c’est l’Olive, sa beauté, riche d’autant de sonnets qu’en laissa cheoir Pétrarque aux pieds de Laure ; soit qu’il chante, qu’il pleure ou qu’il rie, le motif favori, le motif provincial s’enlace comme un feston à toutes les cordes de sa lyre. Il meurt à 36 ans : l’alarme se met au camp des poètes ; une salve d’élégies françaises et latines se fait entendre sur son cercueil. On rassemble ses vers, et le vœu de Henri II s’accomplit entre les mains de Charles IX. Quatre réimpressions successivement publiées dans l’espace de quelques années assouvissent à grand-peine l’ardeur et l’enthousiasme des nombreux lettrés de ce temps. Puis tout d’un coup, silence, oubli. De 1597 à 1841, voilà près de deux siècles et demi traversés par ce nom dépossédé de ses œuvres et porté jusqu’à nous en quelque sorte sur un abîme. […]
Mu d’amour et de respect, et presque de pitié pour les vicissitudes de cette mémoire, nous risquons envers elle, pieusement, et de notre mieux, le tribut de la dette commune. Aidez-nous ! De même qu’un regard de vous tourné de ce côté nous laisserait peu sensible à la distraction des autres, de même aussi, ô compatriotes, le souvenir étranger, quelque fervent qu’il fut, ne nous consolerait point de votre oubli ! Car, nous vous le répétons, la question désormais n’est nullement de s’inquiéter si Joachim Du Bellay fut un des fondateurs et des artistes de la langue ; s’il sonna de son clairon le départ de cette croisade dont l’élan, réfréné ensuite jusqu’à la peur, n’en a pas moins ouvert sur les idiomes voisins des brèches fumantes et victorieuses ; si la lampe de ses veilles jeta un vif rayon dans les ténèbres de son siècle ; si, rude jouteur au tournois de l’érudition et de la critique, il fut tendre et religieux pour la muse ; si, parmi ceux dont elle a réveillé les échos, il est pour notre jeune génération littéraire un nom plus sympathique et plus vibrant que le sien… la question est de savoir si c’est à tort ou à raison que Joachim Du Bellay a inventé le mot « Patrie » !

Notes

1 Cet hommage fut prononcé le vendredi 28 mai 2010 à Angers, au musée Jean Lurçat (ancien hôpital St-Jean), en présence de M. Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, par Mme Élisabeth Verry, directrice des archives départementales, et M. Jean-Pierre Gléren, directeur-adjoint de la bibliothèque départementale de prêt de Maine-et-Loire, à l’occasion de la célébration nationale du 450e anniversaire de la mort de Joachim Du Bellay.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search