Version classiqueVersion mobile

Le français et les langues d'Europe

 | 
Françoise Argod-Dutard

4e partie. Le français littéraire en Europe : ses traductions et ses enjeux

Conclusion

Jacques Boislève, Jérôme Clément, Bernard Combeaud, Anne-Rachel Hermetet, Loïc Jombart, Philippe Papon et Françoise Wuilmart

Texte intégral

Les traductions sur Arte

1[J. Clément] C’est l’essence même d’Arte de distribuer en deux langues tout ce qui est diffusé à l’antenne. Aussi, la plupart du temps, pour les programmes qui sont fabriqués avant, une double version est réalisée dès l’origine. Il y a un service multilingue à Strasbourg qui est chargé d’établir la deuxième version linguistique, qu’elle soit française ou allemande. Pour les journalistes qui travaillent en direct, c’est évidemment beaucoup plus compliqué et pour nous un problème permanent. On a donc affaire soit à des duos qui se renvoient la balle chacun dans leur langue, soit à l’un qui est traduit dans une langue et à l’autre dans une autre. De plus en plus maintenant, on dédouble les présentations – on a un présentateur dans une langue, un autre dans l’autre langue – de façon à mieux satisfaire le public car l’on se rend bien compte que les débats multilingues le lassent extrêmement rapidement. C’est pour nous un gros handicap : il y a beaucoup d’émissions que l’on ne peut pas effectuer simplement pour des raisons linguistiques : il faut donc essayer de trouver des astuces. Nous sommes devenus assez bons dans le traitement multilingue de la télévision, à telle enseigne que l’on reçoit maintenant énormément de personnes de l’extérieur qui viennent voir comment nous faisons et qui nous demandent de les aider. Nous avons même institué des échelons de formation qui sont faites par les services multilingues d’Arte pour tous les pays qui connaissent ces problèmes. Il y a aussi quelques cas de pays qui étudient des versions de chaînes bilingues, comme l’Argentine et le Brésil en espagnol et en portugais. On a même eu à une période – malheureusement ces temps sont un peu éloignés pour l’instant – le cas entre Israël et la Palestine. C’était une de mes idées de faire une télévision commune entre Israël et la Palestine, mais pour l’instant les conditions politiques ne sont pas réunies. La dernière idée à ce propos concerne la Belgique. On va peut-être innover : on essaie de voir s’il ne serait pas opportun, à partir d’Arte, de créer une chaîne commune entre les Flamands et les Wallons ; ce serait un paradoxe de la situation actuelle. Cela existe actuellement, mais seulement en français, et c’est une des difficultés qu’on a rencontrées. Finalement, dans tous les pays où il y a des conflits linguistiques liés à des problèmes politiques, nous sommes assez sollicités pour aider à résoudre les problèmes qui se posent.

Les traductions littéraires : contraintes et spécificités

Rôle des titres et des couvertures

2[A.-R. Hermetet Les couvertures peuvent être très trompeuses. Nous le voyons, mes étudiants et moi, au cours des exercices pratiqués : ils doivent créer une nouvelle couverture et comparer les couvertures qui existent dans différentes traductions et dans différentes langues. Quand Israël avait été invité au Salon du livre, nous avons travaillé sur la littérature israélienne. Nous nous sommes rendu compte alors du nombre d’illustrations de couverture où apparaissaient des scènes tout à fait référées à la vie religieuse israélienne pour des romans qui n’avaient rien à voir avec cette question. Il se trouvait que le roman se passait en Israël et que les personnages étaient en général juifs, mais ce n’était pas une thématique du roman. C’était une identité qui était mise en avant, de façon récurrente, pour ces livres.

3D’autre part, ce que j’ai dit pour la traduction vaut aussi pour les titres originaux. Quand j’ai vu le titre d’un roman italien La solitude des nombres premiers, je me suis dit «  excellent, ça va être un roman oulipien, il va y avoir une réflexion sur la thématique ». J’en ai commencé l’étude avec mes étudiants, et en fait, c’est une histoire de jeunes qui se scarifient, d’amours adolescentes. Alors, si vous le lisez avec l’idée que c’est un roman d’apprentissage entre des adolescents, ce n’est pas mal. Si vous le lisez en pensant que les nombres premiers en sont le sujet, vous le trouvez mortellement ennuyeux. En réalité, le titre a été imposé à l’auteur italien par son éditeur. Ce n’était pas du tout le titre auquel il avait pensé, mais l’éditeur italien a jugé que cela serait plus vendeur. Du coup, la traduction est restée la même dans toutes les langues.

4[J. Boislève] À propos de couvertures de livres, j’aurais justement une petite anecdote au sujet de Julien Gracq : il s’amusait beaucoup à nous montrer le livre de la traduction du Rivage des Syrtes en grec, parce que la couverture représentait une vamp. C’était vendeur mais le Rivage des Syrtes, en quelque sorte, était trahi. Au contraire, la couverture d’Un balcon en forêt, traduit en roumain, était pleine de sens. Fabriqué avec un matériau très pauvre, elle représentait une sorte de château assiégé, symbole même d’un pays en crise et véritable écho à la lecture de l’ouvrage. En ce qui concerne les titres, on peut ajouter que, si le Rivage des Syrtes n’a pas été publié en anglais, c’est que Julien Gracq n’a pas accepté un projet qui retenait surtout l’attention des promoteurs par son titre : cet attrait aurait été aux dépens du livre.

Qualités différentes entre traductions et original

5[E Wuilmart] Il arrive parfois qu’un traducteur améliore le texte original. Ce fut le cas de Baudelaire traduisant Edgar Poe. En ce cas, on peut dire stricto sensu que la traduction devient trahison. En effet, si le traducteur restitue les laideurs et les faiblesses avec un souci de fidélité, il peut être jugé médiocre. Aussi, généralement, les traducteurs améliorent le texte qui n’est pas bon. Dans le cas de Baudelaire et de Poe, il s’agit de la rencontre de deux imaginaires et le traducteur séduit a magnifié le texte original. Mais il est difficile de dire que les traductions sont meilleures que les originaux. Le public de la langue de départ a une idée de son auteur, mais ne va pas lire la traduction, le public de la langue d’arrivée n’a pas accès à l’original. Seuls peuvent peut-être se prononcer les initiés, l’élite des professeurs universitaires, des traducteurs professionnels…

6Mais la traduction de la poésie est, de toutes façons, quelque chose de tout à fait à part. Il faut sans doute être soi-même un peu poète pour traduire de la poésie. En fait, la poésie est intraduisible comme beaucoup de choses d’ailleurs. La traduction est un pis-aller et je peux le dire depuis quarante ans que je traduis. On fait connaître de 70 % à 80 % de l’original à un autre public cible. Plus que jamais dans le poème, l’auteur modèle un matériau comme un sculpteur fait une sculpture. Mais, imaginez qu’il y ait une Madone de marbre, très belle, faite par Michel-Ange et qu’on demande à un sculpteur d’en faire une réplique en bois. Le sculpteur est génial, il est doué, il aime la Madone de marbre. Mais voilà, son matériau, c’est le bois, ce n’est pas le marbre. Il va donc commencer avec son ciseau à tailler, et puis la veine du bois l’empêche d’être fidèle. La veine du bois, c’est l’équivalent de la langue d’arrivée, elle l’empêche d’être fidèle, donc la courbe de l’épaule va aller dans une direction qu’il ne voulait pas. Et finalement le résultat, la Madone de bois, ne sera pas du tout semblable à la Madone de marbre, ne serait- ce déjà que parce que le matériau n’est pas le même, et l’effigie sera différente de l’original aussi. Traduire la poésie, c’est un peu cela. La langue m’oblige, ou alors il faut faire un calque ; beaucoup de traducteurs de poésie font des calques parce qu’ils disent que la plus grande fidélité poétique, c’est le calque. Oui, mais les mots calqués n’ont pas la même résonance dans la culture d’arrivée. Ce que font beaucoup de grands traducteurs de poésie, c’est essayer de s’imprégner de ce qu’a voulu produire comme effet, dans sa culture, le poète de départ. Qu’a-t-il voulu faire ? Bouleverser des concepts ? Ouvrir des voies nouvelles ? Une fois que cela est compris, il faut essayer de créer les mêmes effets avec l’autre matériau : traduire un poème, c’est faire un autre poème. J’ai été confrontée à cela lorsque nous avons produit à Bruxelles une constitution européenne en vers. On a fait appel à beaucoup d’auteurs européens dont un Allemand, Ulf Stolterfoht, qui est berlinois. Je devais traduire certains de ses poèmes, qui étaient incompréhensibles. Alors que je disais ce matin qu’il ne fallait jamais interroger l’auteur, je n’ai fait que cela, pour chaque mot presque, parce que c’était une poésie excessivement autoréférentielle. Mais comment voulez-vous que je devine que, quand il dit tel mot, cela évoque telle chose dans son souvenir à lui ? Il m’a fait une réponse très sage. Il m’a dit : «  Du moment que le rythme, la musique et le côté drôle sont restitués, je serai content. Trouvez des équivalents ! » Et c’est ce que j’ai fait. Mais pour vous donner un exemple de ce véritable casse-tête, quand il disait «  Sorgen Text », c’était une allusion à «  Sorgenkind Aktion » qui, en Allemagne, est une sorte de Téléthon, c’est-à-dire une action en faveur des enfants handicapés. J’ai donc compris que ce qu’il voulait simplement dire, c’est que son poème était une sorte d’appel au public et s’inscrivait dans la tolérance et la charité. Et tout était à l’avenant… j’ai donc recréé des sonorités et des rythmes avec des allusions à des poètes français comme Villon, ou quand il déforme des citations célèbres de Heine ou de Goethe, qui traduites ne diraient rien au public français. Voilà, traduire la poésie, c’est faire un autre poème, travailler un matériau.

Le renouvellement des traductions et leurs conséquences

7[A.-R. Hermetet] On se sent finalement plus proche d’une œuvre traduite, parce qu’elle a été retraduite dans une langue qui nous est contemporaine, qu’on ne le serait d’une œuvre française par exemple, du xviie qui n’utilise plus tout à fait la même langue que nous. Je crois que Rabelais est souvent plus proche pour des lecteurs étrangers qui le lisent traduit dans l’anglais d’aujourd’hui que pour nous, qui peinons parfois à le lire. Mais il y a le fait que, tout de même, les traductions vieillissent et qu’effectivement, on se rend compte qu’il est nécessaire de retraduire les grandes œuvres régulièrement, non seulement parce que la langue a changé mais parce que la façon dont on envisage la traduction a changé. Je ne sais pas si vous avez eu connaissance de la traduction par Aline Schulman de Don Quichotte parue il y a quelques années. Quand on la lit, on a une impression de très grande modernité ; or, Aline Schulman n’a employé aucun mot qui n’existait pas. C’est vraiment le travail sur le rythme et la façon de percevoir Cervantès qui ont joué. Un autre exemple est intéressant, c’est celui d’Ulysse de James Joyce qui a été publié dans une traduction qui a fait date, par Auguste Morel, Valery Larbaud et Stuart Gilbert, et qui a été retraduit il y a quelques années. Ce qui est intéressant c’est que les traducteurs (c’était une traduction collective) ont dit qu’ils avaient retraduit l’œuvre, en tenant compte de tout l’écho qu’avait eu Ulysse dans la littérature, alors que les premiers traducteurs, mettaient en avant la nouveauté extraordinaire que constituait leur traduction. Les seconds ont donc retraduit en mettant peut-être plus en valeur les éléments qui ont été repérés au fil des années, des décennies, comme éléments de modernité. Je crois que c’est une idée intéressante que de retraduire tenant compte de la postérité de l’œuvre elle-même ou de celle d’une de ses traductions.

8[F. Wuilmart] La lecture est une prise de sens, donc la traduction est une prise de sens par une époque avec son épistémè, avec son imaginaire. Mais un texte est aussi polysémique, c’est-à-dire que des choses échappent au traducteur d’une époque : Shakespeare n’arrête pas d’être traduit. La lecture psychanalytique de cet auteur, par exemple, était impensable au siècle passé. Il est donc normal que chaque génération voie, dans les grands textes, des choses que les générations précédentes ne pouvaient pas voir. Et je crois que c’est pour cela qu’il est nécessaire de retraduire. C’est Brodsky qui a dit : «  l’original est la somme de toutes ses traductions possibles ».

9[B. Combeaud] Je passerai sur des petites questions, comme celle des noms propres par exemple. Est-ce qu’ils appartiennent à la langue ou est-ce qu’ils appartiennent au discours ? Faut-il les conserver dans la traduction parce qu’ils connotent idiomatiquement la langue d’origine ? Faut-il les franciser quand ils sont vraiment rentrés dans la langue ? Mais cette question, on peut la laisser, car elle est plus complexe qu’il n’y paraît. On a pu voir avec l’heureuse complicité de Loïc Jombart et du «  Génie d’Angers » que les traducteurs n’étaient pas simplement des passeurs mais aussi des démineurs. Je pense qu’effectivement, comme le montre l’exemple d’Arte et le projet israélo-palestinien avorté ou suspendu, la traduction est un moyen de déminer l’hostilité qui naît de l’étrangeté de l’autre quand on ne le comprend pas et de la peur qu’il suscite. Elle est sans doute imparfaite, on ne traduit jamais que 80 ou 90 % d’un texte, dans le meilleur des cas, mais au moins, elle sert à passer et à déminer. Ce que nous retiendrons de l’entretien de Julien Gracq, c’est qu’il se voulait le plus intraduisible possible. C’est vrai que la littérature, puisqu’on parle ici de traductions littéraires, c’est finalement cette implication extrême du sujet dans son énoncé, et qui porte son discours au plus haut degré de subjectivité que la langue est capable de porter. Goethe le disait, il n’est pas de littérature qui ne soit de circonstance. S’il l’enracine dans sa circonstance, il l’enracine dans son historicité et en même temps dans sa langue. Il n’y a pas plus français et plus 1852 qu’un poème d’Hugo dans Les Châtiments : «  Souvenir de la nuit du 4. » Cet enracinement, c’est ce qui fait la difficulté du traduire, mais c’est aussi l’explication du fait qu’il faille toujours retraduire, que les traductions se périment alors que les œuvres restent. Il y a la langue qui change, ce n’est pas très important, il y a l’idée de la traduction qui change, mais ce n’est pas le plus important. Il y la polyphonie et la polysémie du texte, il y a plusieurs voix dans la voix de l’auteur, il y a plusieurs discours dans le discours littéraire que chaque époque évidemment va privilégier. Autrement dit, on voit bien qu’à chaque époque, ces questions dans l’horizon sont présentes et on doit réinterroger les œuvres du passé pour qu’elles apportent des réponses aux questions présentes, mais, pour être capable de réinterroger les œuvres du passé, il faut être capable de les redire, autrement dit, il faut maîtriser les langues. Et on voit bien que si, en Europe, il y avait une lingua franca, et qu’on se dise après tout la culture française, la culture tchèque, la culture wallonne, la culture occitane, on l’a en stock, on en dispose en magasin, ça a été traduit, publié, commenté, critiqué, on aurait le même problème que par rapport aux langues anciennes qui meurent : c’est l’illusion patrimoniale. On croit qu’on dispose d’un legs, alors qu’il faut constamment, de génération en génération, réinterpréter, redire, ré-énoncer, parce que les contextes sont dans les textes. Je pense donc que la traduction est à la fois passeuse et démineuse, et c’est capital comme enjeu politique, qu’il faut que les langues ne cessent d’être apprises, qu’elles soient modernes ou anciennes. La pluralité du langage, Babel, n’est pas une malédiction mais une bénédiction.

Les traductions de bandes dessinées

D’une langue à l’autre

  • 2 Loïc Jombart répond à la question de M. Rabaud : « Ce qui m’intéresserait de savoir, c’est comment (...)

10[L. Jombart2] J’ai rencontré quelques traducteurs mais mon récit était déjà fait. Ils ont donc pris en main mon album et l’ont traduit. Je dois dire que j’ai rencontré le traducteur en khmer, mais j’aurais bien été incapable de savoir ce qu’il a fait de mon texte. Non, a priori, il n’y avait pas de difficulté particulière. Souvent ce sont même des gens qui se proposent spontanément pour faire la traduction de l’album, touchés par la cause, certainement. J’ai essayé aussi d’être le plus concis possible en matière de textes pour que les enfants ne soient pas freinés dans leur compréhension. Il n’y a donc pas eu de difficulté particulière. La version arabe a seulement inversé le sens de la lecture. C’est très difficile pour un auteur de le vivre en dessin parce que c’est le test du miroir. Autrement l’ordre des vignettes n’a pas été changé. En ce qui concerne la difficulté des traducteurs, j’ai oublié de préciser que ce ne sont pas les traductions elles-mêmes qui ont été difficiles, mais la mise en place du texte parce que parfois les bulles étaient trop petites pour le nombre des lettres. Mais nous n’avons pas encore été confrontés à des traductions de haut en bas. Aujourd’hui, l’album est imprimé en neuf langues, traduit en quatorze et vraiment distribué sur le terrain. Pour moi, les retombées, ce sont les retours que l’on peut avoir : des photos d’orphelinats avec des gamins qui ont l’album entre les mains. Le président de l’association du CNDHA (Centre national de déminage et de développement humanitaire d’Angers), Philippe Papon pourra vous renseigner en termes de chiffres.

11[P. Papon] La bande dessinée est aujourd’hui traduite en quatorze langues mais éditée et imprimée en neuf langues. Elle a été imprimée à 120 000 exemplaires. Cette bande dessinée est effectivement distribuée mais avec un accompagnement : chaque planche de la bande dessinée peut se suffire à elle-même pour expliquer une situation dangereuse ou pour expliquer un point culturel particulier que l’on peut rencontrer dans un pays donné. L’idée est que, sur le terrain, nous puissions recueillir à la fois les informations des enseignants, puisque cette bande dessinée est aussi donnée via les enseignants sur place ou les organisations non gouvernementales, qui accompagnent la lecture et surtout la compréhension par les enfants de tout l’environnement que Loïc Jombart a essayé de décrire mais qu’il faut lire pour comprendre : environnement géographique, culturel, écologique, économique et également lieu de dangerosité. Aujourd’hui, cette bande dessinée a effectivement un franc succès, d’autres traductions sont en cours et vont bientôt nous parvenir, notamment en roumain. Nous avons une grosse demande, non seulement pour l’utilisation du support, mais surtout pour l’utilisation de l’accompagnement du support. Pour faire simple, l’association se charge de transférer sa compétence de l’utilisation de la bande dessinée pour que les enseignants, les adultes et les parents, les accompagnateurs, les éducateurs puissent, sur place, faire un vrai travail de formation avec les enfants à l’aide de cette bande dessinée.

Les universaux de la bande dessinée

12[L. Jombart] J’ai réglé tout de suite les problèmes de traduction car j’ai fait une BD sans parole ! En fait, j’ai essayé de me mettre à la place de mes différents lecteurs. Le dernier album sur lequel j’ai travaillé concerne la maltraitance des enfants. Je me suis donc dit, étant donné le sujet, qu’il valait mieux faire un album sans texte et que chaque enfant pourrait mettre ses propres mots sur les images et interpréter l’histoire à sa façon. À la fin du livre, j’ai juste dit : «  Voilà, je te dessine l’histoire et tu vas me la raconter. »

13[J. Clément] Les expériences diverses qui nous ont été apportées, tant sur le plan géographique que sur celui du contenu, montrent à quel point la question est à la fois sensible et actuelle. Il y a plusieurs aspects sur lesquels on peut réfléchir pour approfondir la question que nous avons traitée aujourd’hui. Il y a l’aspect littéraire qui a très bien été mis en valeur, c’est-à-dire comment être fidèle, comment interpréter et rendre compte de la richesse de la pensée de l’autre sans le trahir et comment arriver à ne pas projeter ses propres fantasmes ou ses propres fantaisies. Les exemples qui ont été donnés étaient très éclairants à cet égard. C’est pourquoi la question qui a occupé notre après-midi n’est pas seulement littéraire, elle est aussi politique. Et je rejoins M. Combeaud, parce qu’il a parlé de travail de démineur, mais la question de la traduction pose celle de l’autre et de l’intérêt que l’on porte à l’autre. Or, dans une Europe qui, aujourd’hui, est singulièrement remise en cause par toutes les difficultés qu’elle traverse, mais aussi son incapacité à résoudre les problèmes institutionnels, politiques, économiques qu’elle doit affronter, on voit bien qu’il y a deux tendances qui nous menacent : la tendance à la xénophobie et au racisme avec tout ce qu’elle comporte de mots dangereux pour la démocratie, et finalement, le refus de la langue de l’autre, le refus que l’autre existe. Il y a un vrai danger dans ces recherches, parfois excessives, de pureté de la langue, qui peuvent rappeler aussi d’autres substantifs qu’on accole au mot pureté. Je crois que c’est une des voies du danger qui peut exister. Et puis il y a l’autre danger qui est celui de la mondialisation avec l’uniformisation complète de la pensée, des modes de pensées, dans un seul modèle qui est un modèle dérivé de l’anglais parce que ce n’est même plus de l’anglais tellement cela devient un espèce d’idiome simplifié : il faut donc naviguer entre ces deux dangers, celui du retour au particularisme local qui s’enferme dans une identité régionale ou nationale et qui refuse l’existence de l’autre, et puis celui au contraire, de l’uniformisation, ce qui finalement revient au même et représente le même danger puisqu’elle refuse aussi le particularisme, l’identité nationale et le droit à la différence. Donc la bataille pour la langue, et Xavier North le sait bien, est une bataille tout à fait essentielle sur le plan politique parce qu’elle a une signification, et représente un enjeu culturel et un enjeu de civilisation qui sont tout à fait importants pour notre monde. Je crois que c’est Umberto Eco qui a dit que «  la langue de l’Europe, c’est la traduction », c’est une belle formule qui a une véritable signification. Et je crois qu’aujourd’hui encore, où l’Europe connaît tant de difficultés, c’est un enjeu majeur. C’est dire que le travail qui se fait sur la langue et la façon dont elle est traduite, nous le savons bien à Arte, puisque nous baignons dans ce bain-là toute la journée, c’est un travail tout à fait essentiel. Et je suis heureux que les travaux qui sont faits dans cette enceinte permettent d’en mettre en avant beaucoup d’aspects intéressants à travers un certain nombre de personnalités tout à fait compétentes et que je remercie pour leur participation.

Notes

2 Loïc Jombart répond à la question de M. Rabaud : « Ce qui m’intéresserait de savoir, c’est comment vous avez travaillé avec les différents traducteurs, si vous les avez rencontrés, s’il y a eu un échange sur votre texte ou si vous leur avez simplement livré votre texte sans discussion ? »

Auteurs

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search