Version classiqueVersion mobile

Le français et les langues d'Europe

 | 
Françoise Argod-Dutard

4e partie. Le français littéraire en Europe : ses traductions et ses enjeux

La réception de l’œuvre de Julien Gracq en Roumanie

Marina Mureşanu Ionescu

Texte intégral

1En 1992-1994, j’enseignais la langue et la civilisation roumaines à l’université d’Angers dans le cadre d’un accord entre cette université et celle de Iaşi, en Roumanie où j’occupais le poste de professeur de français. L’Anjou représentait pour moi une contrée un peu mythique et un centre rayonnant, car je savais que c’était la patrie natale de grands écrivains français tels Joachim Du Bellay, avec son fameux « petit Liré », Hervé Bazin, Julien Gracq et, un peu plus loin, mais dans les parages, Rabelais, Balzac, Ronsard… Il y avait de quoi rêver ! J’étais l’auteur d’une thèse et de plusieurs études sur Gérard de Nerval mais celui qui m’attirait le plus était sans doute l’auteur d’Un beau ténébreux, dans lequel je voyais l’écho de l’un des plus célèbres vers de la poésie française, le fameux : « Je suis le Ténébreux, le Veuf, l’inconsolé » de Gérard de Nerval. J’allais découvrir par la suite les merveilleuses pages que Julien Gracq lui a consacrées, ainsi que les fils secrets qui les liaient. Il m’était difficile d’espérer rencontrer Julien Gracq, d’autant plus qu’il avait la réputation de se tenir éloigné de toute mondanité et popularité médiatique. Et, pourtant, un concours heureux de circonstances m’a offert cette possibilité. J’avais un sentiment étrange, de couleur nervalienne : c’était le destin, ce qui devait arriver arrivait ! Après une correspondance qui dura plusieurs mois, je fus reçue deux fois dans la maison de Julien Gracq, au bord de la Loire, à Saint-Florent le Vieil, 3, rue du Grenier à Sel. Tous ces noms avaient pour moi une résonance irréelle, ils devaient être inventés par ce poète magicien.

2J’avais lu en Roumanie Le Rivage des Syrtes, en version roumaine, et j’avais déjà été envoûtée. Depuis mon arrivée en France, je découvrais les autres facettes de l’écrivain : le critique ne se reconnaissant pas comme tel, l’essayiste, le maître du fragment hyperconcentré, le dramaturge… Il m’était difficile de croire que je bénéficiais d’un tel privilège et ce fut avec une énorme émotion que je traversai le pont sur la Loire, armée d’un petit magnétophone assez précaire. Dès le départ, Julien Gracq avait posé une condition : il m’accorderait l’interview sollicitée, à condition qu’elle ne paraisse pas en France. Je l’en assurai et tins parole. J’eus donc, à deux reprises, avec Julien Gracq deux entretiens, à deux semaines d’intervalle, que j’ai enregistrés sur mes petites cassettes. Rien de vraiment préparé, de son côté, mais, en ce qui me concerne, j’avais pensé et repensé mes questions sans savoir qu’avec un maître du rêve l’imprévu était là à tout moment.

3Une question s’impose : dans quelle mesure Julien Gracq est-il connu en Roumanie ? Et si oui, par quels types de lecteurs ? En d’autres mots, quelle est la réception de l’écrivain angevin dans l’espace roumain ?

4Ce que l’on peut affirmer à présent c’est que, bien qu’il reste un écrivain réservé à une élite, Julien Gracq est pourtant connu en Roumanie, surtout dans le milieu universitaire. Son œuvre est étudiée dans les grandes universités roumaines, intégrée aux études vingtièmistes. Pour le public cultivé, la lecture gracquienne est un privilège exquis. Les cours universitaires lui réservent une place importante dans le sillage du surréalisme. Il est surtout mis en rapport avec Proust, d’une part, quant au degré d’élaboration de l’écriture, avec Nerval, Breton et la littérature onirique, pour la tonalité et l’atmosphère de sa littérature de fiction. Il est, par ailleurs, complètement – ou presque – inconnu en tant qu’essayiste et critique. Julien Gracq est également présent dans les histoires de la littérature française élaborées à des fins didactiques par les universitaires roumains et dans les dictionnaires d’écrivains français. Ces dernières années, son œuvre est devenue aussi sujet de thèses de doctorat. Tout comme en France donc, Julien Gracq n’est pas en Roumanie un écrivain de grand public – ce serait trahir son essence même – mais il a sa place de choix chez les connaisseurs. Il en résulte que les analyses qui lui sont consacrées, sous formes d’études critiques, bien qu’assez rares, sont subtiles et sérieuses à la fois, destinées, elles aussi, à un public d’initiés.

5Nous tâcherons dans ce qui suit de faire un inventaire complet si possible des traductions des œuvres gracquiennes en roumain ainsi que des études critiques savantes, interviews ou autres textes occasionnels qui lui ont été consacrés en Roumanie.

Traductions de Julien Gracq en Roumanie

6Le rivage des Syrtes (Ţărmul Syrtelor), traduction par Gellu Naum, éditions Univers, Bucarest, 1970, collection « Romanul secolului XX » (Le Roman du xxe siècle) réédité en 2007, par les éditions Art de Bucarest.

7L’édition de 1970 est précédée d’une introduction très savante, d’une vingtaine de pages, intitulée : « Explorant l’univers de Julien Gracq », signée par Nicolae Balotă, critique et essayiste, une autorité en Roumanie à l’époque. Par la suite, Nicolae Balotă, ancien détenu politique entre autres, s’est exilé en Europe de l’Ouest et a enseigné dans des universités allemandes et françaises.

8Le traducteur, Gellu Naum (1915-2001), est une personnalité de premier rang de la littérature roumaine, « le poète roumain surréaliste le plus authentique » selon l’histoire de la littérature roumaine la plus récente. Son choix n’est pas aléatoire. Il existe entre l’auteur et son traducteur une affinité secrète, ce qui fait que la version roumaine du Rivage… est une véritable réécriture d’une qualité exceptionnelle qui conserve intactes l’atmosphère et la tonalité de l’original. Très fin connaisseur de la langue française, il s’est formé en France. En 1938-1939, il se trouve à Paris, pour faire une thèse de philosophie sur Abélard. Il connaît André Breton qui l’invite à publier dans la revue Minautore. Avec son ami, le peintre roumain Victor Brauner, bien connu en France, qui avait illustré le premier livre de Gellu Naum en 1936, il a le projet d’élaborer un numéro thématique du « Minautore », ayant comme thème « La démonialité de l’objet ». C’est une époque où existe un synchronisme remarquable entre les cultures roumaine et européenne. En 1947, André Breton affirmait : « Le centre du monde s’est déplacé à Bucarest. » Par la suite, Gellu Naum devient un traducteur prolifique. Il traduit en roumain Balzac, Beckett, Char, Diderot, Dumas, Gautier, Hugo, Nerval, Prévert, Stendhal, Verne. En poésie, il cultive le jeu sonore, les rapprochements inattendus, l’intertextualité, prônés par le Surréalisme. Son volume Le livre avec Apolodor, publié à Bucarest en 1959, le consacre comme un grand poète du nom propre. Notons que son personnage, Apolodor, qui est un pingouin, s’égare « sur le rivage des Syrtes » ! Dans la traduction du chef-d’œuvre gracquien, les noms propres seront un atout : conservés sous la forme italienne de l’original, ils s’intégreront parfaitement en roumain, où leur sonorité est compatible. Pas de fausse note à cet égard.

9La parution de la traduction en roumain du Rivage des Syrtes, en 1970, fut un véritable événement éditorial et culturel. C’était une époque de relative ouverture, qui dura jusqu’en 1972, à peu près, où l’on traduisait beaucoup de littérature occidentale, fictionnelle ou critique, des théories littéraires et des auteurs considérés comme peu compatibles avec la « droite ligne » de la doctrine officielle. Un écrivain comme Julien Gracq, les surréalistes, les « oniriques », les formalistes, faisaient partie de ces proscrits potentiels. Il pénétra dans l’horizon des lecteurs roumains par cette « brèche » de courte durée.

10La traduction de Gellu Naum a été rééditée en 2007, par une jeune maison d’édition de Bucarest, Art, dans la collection « Roman contemporain ». Dans un classement internet des ventes, pour l’année 2008-2009, le roman de Gracq occupe la place 55, dans une liste de 467 titres.

11Un balcon en forêt (Un balcon în pădure), traduction par Micaela Ghitescu, éditions Edinter, 1991.

12Un beau ténébreux (Un frumos tenebros), traduction par Micaela Ghitescu, éditions Edinter, 1994.

13La traductrice, Micaela Ghitescu, est bien connue en Roumanie pour sa riche activité et sa compétence. Mais les deux romans de Gracq, parus dans les « conditions ultramodestes » des débuts des années 1990, comme la traductrice elle-même le précise dans un article publié à l’occasion de la mort de Julien Gracq en 2007, passèrent plutôt inaperçus. L’époque a changé. Dans la Roumanie d’après 1990, on traduit énormément, de toutes les littératures, les maisons d’éditions apparaissent et disparaissent sans cesse. Ce fut aussi le cas de la maison « Edinter » qui n’a pas réussi à s’imposer. Il n’y a pas, la plupart du temps, de stratégie ou de politique éditoriale cohérente et, dans ce paysage bariolé, tout semble nivelé. Les « événements » éditoriaux ne sont plus vraiment possibles ou bien de façon très sporadique.

14On peut encore signaler la traduction d’un texte de Gracq, intitulé en roumain « Înapoi la Breton » (Retour à Breton), signée N. B., dans une revue prestigieuse, Caiete critice, vol 8, nos. 1-2, 1997. Le texte est traduit d’après Le Monde des livres de 1996, consacré à André Breton, à l’occasion du centenaire de sa naissance et trente ans après sa mort en 1966. Le texte de Gracq représente la réponse à une enquête réalisée par le quotidien Le Monde, qui avait adressé à plusieurs grands écrivains la question : « Un siècle après sa naissance et trente ans après la mort, André Breton est-il encore présent ? » N. B. traduit le texte, la réponse de Gracq, en accompagnant la traduction de quelques notes explicatives, concernant, par exemple, les mouvements de 68 ou les « Trente glorieuses », choses supposées inconnues au lecteur roumain. Le texte est précédé d’une brève présentation où l’on parle plutôt de Tristan Tzara (centenaire de la naissance en 1996) et de Breton. En ce qui concerne Gracq, il est dit : « représentant distingué, à côté de Maurice Nadeau, de la génération très âgée d’écrivains français, ancien proche du groupe surréaliste et de Breton en particulier, poète, dramaturge et essayiste, auteur, entre autres, des romans Le Rivage des Syrtes (trad. roum. 1917, Ed. Univers) et Un Balcon en forêt mais aussi d’ouvrages sur André Breton ». Notons l’erreur quant à la date de la traduction – qui est en réalité 1970 —, ce qui peut dérouter un lecteur moins averti. Le commentateur-traducteur ajoute à la fin que la réponse de Julien Gracq contient des observations nullement conventionnelles, commémoratives mais originales et proposant des suppositions que l’on ne saurait éluder.

15Au chapitre traductions, Gracq est encore présent, mais de façon indirecte : on peut signaler la traduction de deux textes critiques, deux essais, où il est question de Julien Gracq, mais ils ont été choisis et traduits pour illustrer les préoccupations et l’écriture de leurs auteurs : Marc Eigeldinger et Antoine Compagnon.

16Marc Eigeldinger est un poète, un écrivain et un critique neuchâtelois. Le texte intitulé « Mitologia pădurii în opéra romanescă a lui Julien Gracq » (Mythologie de la forêt dans l’oeuvre romanesque de Julien Gracq) est publié dans la revue culturelle Contemporanul (Le Contemporain), nos. 25, 26 du 21, 28 juin 1991. La traduction est signée par Henri Zalis, critique littéraire connu à l’époque, auteur de plusieurs ouvrages et monographies sur Zola et le naturalisme. L’introduction, le mot de présentation, signé aussi par Henri Zalis, est plutôt une méditation assez poétique sur l’image de la forêt, dédiée à Marc Eigeldinger, tel que le titre l’indique d’ailleurs : « Réflexions à propos d’un grand ami » et il y est très peu question de Gracq.

17Le deuxième texte de ce type est l’ouvrage Les Antimodernes (Antimodernii d’Antoine Compagnon, traduit en roumain par Irina Mavrodin et Adina Diniţoiu, édition Art, Bucarest, 2008. Irina Mavrodin est une traductrice de très grand prestige en Roumanie, qui a réalisé, entre autres, la traduction de l’œuvre intégrale de Marcel Proust ainsi que Belle du Seigneur d’Albert Cohen. L’ouvrage massif de Compagnon comprend un chapitre étendu, ample, intitulé « Julien Gracq entre André Breton et Jules Monnerot ». Il débute par une phrase très significative de Gracq : « Je n’ai plus de confrères en littérature ». Gracq est qualifié d’« antimoderne », dans la logique d’ensemble de l’ouvrage, tout d’abord pour son « aversion envers la mode ». Mais le texte, comme l’ouvrage, s’adresse à un public déjà initié : c’est une étude docte et savante, un texte de référence. Mais la tradution est, de ce fait même, quelque peu gratuite car un tel public, qui s’occuperait de Julien Gracq, serait parfaitement capable de lire l’ouvrage de Compagnon en français.

Études critiques sur Julien Gracq

18On consacre à Gracq un bref article sans signature, dans un dictionnaire littéraire intitulé Scriitori francezi (Ecrivains français), sous la direction de Angela Ion, Editura Ştiințifică si Enciclopedică, Bucarestm 1978.

19La contribution la plus importante à propos de Julien Gracq sera la thèse de doctorat, écrite et publiée en français par Cristina Poede, Ombres de lumière. La poétique de l’énigme chez Julien Gracq, éditions Institutul European, Iaşi, 2009, Série « Espaces francophones ». C’est une étude savante, très pertinente, qui s’adresse à des spécialistes. L’auteur est professeur de français dans un grand lycée de Iaşi, où existent des classes bilingues franco-roumaines. La thèse a été soutenue à l’Université « Alexandru loan Cuza » de Iaşi. Cristina Poede utilise des instruments d’analyse très adéquats, réunissant plusieurs perspectives – depuis l’approche thématique jusqu’à l’analyse des structures narratives et des procédés stylistiques – qui se proposent de surprendre les « ombres » et les « lumières » de l’œuvre gracquienne. Sans être une monographie, le livre de Cristina Poede donne au lecteur une image complète de l’énigmatique écrivain des bords de Loire. Par les relations intertextuelles que l’auteur établit tout le long du parcours, l’œuvre gracquienne est sans cesse intégrée à des contextes et à des réseaux qui en éclairent perpétuellement de nouvelles facettes.

20L’interview que j’ai eue la chance d’avoir avec Julien Gracq en 1994 est parue dans la plus importante revue littéraire roumaine, România literară, no. 44, du 16-22 novembre 1994, sous le titre, établi par la revue, « En France, la littérature est une institution », qui est une phrase de Julien Gracq. L’interview est précédée d’une présentation de l’auteur, qui commence par la phrase : « Julien Gracq n’est pas un écrivain, il est une légende. » On fournit l’essentiel de la biographie, des éléments qui définissent la place de Julien Gracq dans la littérature française, le rôle du paysage ligérien dans l’œuvre de l’écrivain. Les questions portent sur le rapport de Julien Gracq avec son public, avec les médias, avec les éditeurs, avec les critiques. Les réponses de Julien Gracq dévoilent la profondeur et l’originalité de sa réflexion, sa liberté de pensée, ses distances par rapport aux conventions et aux lieux communs. En voici quelques exemples :

[…] j’écris avant tout pour me faire plaisir ; pas exactement pour me faire plaisir mais pour régler un compte avec quelque chose qui demande à être exprimé. Ce qu’on appelle le courant mental, le film intérieur qui se déroule c’est quelque chose d’extrêmement lâche et d’extrêmement incohérent. L’écrivain a besoin de mettre un peu de forme, de solidité et de cohérence dans ce flux mental.

La littérature, pour moi, renvoie toujours à ce que j’appelle la Bibliothèque, avec un B majuscule, c’est-à-dire à l’ensemble des œuvres littéraires qui comptent. C’est une référence que je n’ai jamais perdue de vue et, tout comme on feuillette des livres dans une bibliothèque, moi je fais souvent des allusions dans mes livres à d’autres livres.

Je crois que les genres littéraires sont trop tranchés en France ; le tableau de la littérature française est un peu comme un jardin à la française, mais en fait ces genres séparés sont des divisions artificielles.

Je suis un critique amateur.

La littérature change la vie de beaucoup de gens. La lecture d’un livre décide parfois pour beaucoup de choses.

Je refuse absolument d’être un écrivain à message, je ne veux pas être un directeur de consciences. Les écrivains à message sont des directeurs de consciences et c’est le fléau de notre époque.

Un prix littéraire est un événement qui concerne la librairie, non la littérature.

21On peut considérer la publication de cette interview dans la presse littéraire roumaine comme un véritable événement.

22Pour conclure, on devrait dire que Julien Gracq reste en Roumanie un auteur réservé à une élite mais qui a des fidèles sûrs. Lu, traduit, analysé, un siècle après sa naissance, Julien Gracq est bien présent dans l’espace culturel roumain.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search