Version classiqueVersion mobile

Le français et les langues d'Europe

 | 
Françoise Argod-Dutard

4e partie. Le français littéraire en Europe : ses traductions et ses enjeux

Les traductions de bandes dessinées : un témoignage de dessinateur

Loïc Jombart

Texte intégral

1C’est mon simple témoignage d’auteur de bandes dessinées qui a eu l’occasion de préparer son travail en amont, en fonction des futures traductions qui pourraient être faites de son œuvre que je voudrais apporter.

2En 2002, l’École supérieure d’application du génie d’Angers (ESAG), qui a la particularité d’avoir en son sein le Centre national de déminage humanitaire, a lancé un appel à projet pour réaliser un document, destiné à des soldats formateurs en déminage qui partaient sur les théâtres d’opérations à l’étranger. Dans un premier temps, ce document devait servir à ces soldats de petit pense-bête sur le comportement à tenir en zones dangereuses, mais devait pouvoir aussi être éventuellement remis aux populations civiles, sous forme de bandes dessinées. Lors de la présentation de ce projet, je me suis bien sûr renseigné sur le problème que constituaient les mines antipersonnelles dans le monde et j’ai commencé à étudier le sujet. Et il m’est très vite apparu que le discours n’est pas le même suivant que l’on parle à des professionnels de la guerre et du déminage ou que l’on parle à des populations civiles. J’ai donc proposé à l’ESAG de commencer par un document qui soit directement à destination des populations civiles, et le feu vert m’a été accordé.

3Je me suis très vite dit, en considérant la dispersion des mines anti-personnel dans le monde, que le document serait forcément appelé à être traduit en différentes langues pour pouvoir être efficace, et que s’adressant à des enfants, il devait être irréprochable. Mais une petite difficulté, qui ne m’avait pas été annoncée au départ, s’est présentée : les États-Unis avaient déjà proposé des bandes dessinées à destination des enfants et avaient fait l’erreur de les distribuer en masse, un peu à tout le monde. Ils avaient pris, comme point central de leur récit, le héros Superman que tout le monde connaît bien. Mais l’erreur qu’ils ont faite, c’est que les enfants, qui n’ont pas la même interprétation que les adultes, sont allés eux- mêmes se mettre dans des situations dangereuses et ont voulu jouer à Superman. L’effet a donc été plutôt inverse de celui qui était attendu. On ne m’avait pas rapporté ce piège que je devais éviter. Il était donc important pour moi d’essayer de concevoir un outil qui soit vraiment pédagogique et où toute possibilité de mauvaise interprétation soit écartée. Une fois validée la possibilité de travailler en direction des civils, il m’a fallu étudier un scénario et chercher des personnages.

  • 1 À noter qu’il y a à Angers un musée que les gens de l’École ont eux-mêmes surnommé le musée des ho (...)

4On m’a laissé libre de trouver une histoire et de présenter ce fléau. J’avais pour but de faire un récit qui soit universel, qui s’adresse aux enfants de tous les continents, du monde entier. La difficulté était que chaque enfant puisse se reconnaître dans ce récit. J’ai donc commencé à réfléchir et une solution m’est venue assez rapidement à l’esprit. Je me suis dit : sur le continent africain, comment un enfant va-t-il pouvoir se reconnaître dans mon récit si je mets en scène un enfant d’Asie, et inversement si je mets un enfant africain, comment un petit asiatique va-t-il se reconnaître dans le récit ? Je me suis dit qu’après tout, on était dans un domaine où l’on pouvait laisser vagabonder son esprit, qu’on était dans la légèreté de la bande dessinée, du dessin… aussi pourquoi ne pas essayer d’imaginer un groupe d’amis qui soient les représentants de l’enfance du monde ? J’ai donc dessiné un représentant de chaque continent et j’ai essayé de faire évoluer ces personnages dans un univers qui mélange des paysages du monde entier. Ils traversent des paysages divers et variés comme des déserts d’Asie, des forêts tropicales amazoniennes, le village est de type africain, et les personnages sont mêlés dans le récit, comme la faune et la flore : c’est un melting-pot du monde entier dans lequel j’ai situé mon histoire. L’instigateur de ce projet étant l’ESAG, j’ai trouvé intéressant de pouvoir également lui faire un clin d’œil en créant le personnage du Génie. Très vite, mon histoire a évolué vers l’univers du conte, avec comme personnage central le Génie qui devait être le représentant de ce que le soldat formateur en déminage est. L’univers des Mille et une nuits m’est alors très vite apparu comme quelque chose d’assez universel, ce qui m’a été d’ailleurs confirmé par les nombreuses personnes dont je me suis entouré, par précaution, que ce soit des soldats démineurs ou des représentants de divers pays. Les premières traductrices qui se sont proposées, des Cambodgiennes, m’ont aussi conforté dans cette idée et d’autant plus que ce personnage de Génie, contrairement à Superman, n’intervient auprès des enfants que par des conseils. À la première rencontre, par exemple, il va plutôt les réprimander de se retrouver dans une situation dangereuse sans avoir écouté les conseils qu’ont pu leur donner les adultes. Voilà pour l’histoire, elle était posée, et évidemment une fois que j’avais trouvé l’inspiration de l’univers des Mille et une nuits, le titre est venu de lui-même, et l’album s’est appelé Mille et une mines1.

  • 2 Voir le site internet du Centre de déminage humanitaire, la BD, son utilité, la façon dont elle es (...)

5Parlons maintenant de mon travail et des contraintes techniques que j’ai pu rencontrer… Le dessin est pour moi un avantage et mon premier travail a été d’essayer de rendre avant tout mon dessin universel. Lors de la réalisation de ce projet, j’ai été confronté, par exemple, à Handicap international qui ne m’a pas vraiment soutenu, parce que cet organisme a pour habitude de travailler avec des artistes locaux, pour être sûr que les produits qu’il va proposer parlent vraiment aux populations. Pour moi, tout est parti de France : j’ai un peu voyagé mais je n’ai pas la prétention de dire que je connais tous les pays du monde ni que je connais fortement leur culture. J’ai dû faire au plus simple. Quand, par exemple, j’ai travaillé mes personnages, j’ai vraiment essayé de les rendre représentatifs d’un continent et pas seulement d’un pays. Là encore, j’ai été rassuré par les différents traducteurs que j’ai pu rencontrer. J’ai essayé à chaque fois de poser des signes qui pouvaient symboliser un continent. Je n’ai pas cherché à me faire plaisir sur le plan artistique ou graphique, je me suis appliqué seulement à prendre en compte les difficultés de compréhension d’un enfant, ne serait-ce que par le cadrage des images : il fallait essayer de faire des choses simples, de faire comprendre la direction dans laquelle part un personnage, de ne pas le perturber en créant un contre-sens, d’essayer d’avoir un sens de lecture et d’interprétation assez universel. De même, au niveau des couleurs, il était nécessaire d’avoir une continuité, de ne pas changer d’un seul coup. Par exemple, quand on a quelque chose d’assez violent à représenter, graphiquement, c’est assez pratique d’utiliser le rouge pour symboliser le danger. Or, je savais, par les soldats qui interviennent sur le terrain, que le rouge est violent et que les populations qui sont victimes de ce genre d’engins en ont assez de la violence, donc, autant l’éviter si possible. J’ai donc essayé d’épurer mon récit, de ne pas mettre trop de violence, d’en laisser un peu, malgré tout, parce qu’il fallait aussi la représenter, mais sans insister. J’ai essayé, au niveau de mon dessin, d’apporter un maximum d’expression à mes personnages pour que, si les mots ne collaient pas tout à fait à la situation, au moins les expressions soient suffisamment fortes pour être comprises. J’avais également en tête qu’il y a beaucoup de pays où les enfants n’ont pas accès à l’éducation ni à la lecture. J’ai évidemment fourni un document de travail, vierge de texte, pour que les traductions puissent être mises en place. Donc pour moi, il s’agissait simplement de faire des pages avec des bulles vides, et éventuellement, aux endroits où le texte venait en surimpression, des vignettes, parce que quelquefois, dans la réalisation d’une bande dessinée, il est important de faire ressortir du texte des bulles pour lui donner encore plus de poids, pour lui donner aussi graphiquement une forme qui va s’incruster dans l’image et renforcer l’action. Il fallait retravailler toutes les vignettes et les combler afin que la traduction puisse être positionnée par-dessus2.

6Voilà donc comment il m’a semblé que la traduction des bandes dessinées reposait non seulement sur des textes en surimpression mais aussi et surtout sur des invariants imaginaires et des figurations visuelles représentatives seulement des principales différences.

Notes

1 À noter qu’il y a à Angers un musée que les gens de l’École ont eux-mêmes surnommé le musée des horreurs qui est, en fait, un musée où sont exposés divers modèles de mines et sous-munitions et où l’on voit qu’en matière d’explosions et de monstruosités, les hommes rivalisent de génie pour trouver des inventions toutes plus barbares les unes que les autres.

2 Voir le site internet du Centre de déminage humanitaire, la BD, son utilité, la façon dont elle est utilisée : [http://www.cndh-a.org/].

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search