Version classiqueVersion mobile

Le français et les langues d'Europe

 | 
Françoise Argod-Dutard

4e partie. Le français littéraire en Europe : ses traductions et ses enjeux

Introduction

Jérôme Clément

Texte intégral

1Le français et les traductions littéraires, voilà bien un sujet au cœur des préoccupations de la chaîne Arte que j’ai l’honneur de présider depuis sa création. Nous sommes en effet confrontés en permanence à la difficulté de la traduction et de l’adaptation culturelle des contenus. Dans un film comme dans un livre, la traduction littérale n’est pas possible : il est extrêmement difficile, en particulier, de rendre compte des références, des systèmes, des codes implicites, surtout quand il y a de l’humour et des jeux de mots, des situations compliquées à expliquer simplement par des traductions littérales et à mettre en images. La façon dont nous avons eu à faire face à ces difficultés, ne serait-ce qu’entre le français et l’allemand, a été pour nous un problème tout à fait essentiel et qui nous a fait comprendre assez vite l’importance d’une traduction de qualité qui s’adapte aux spécificités nationales. La question, non seulement de la traduction mais de l’adaptation, a même donné lieu à une émission qui, depuis, connaît un certain succès, Karambolage, et met en relation des codes implicites ou explicites de la culture française et de la culture allemande : la plupart du temps ils partent du langage ; alors une porte s’ouvre sur la matière culturelle elle-même. D’ailleurs, on aurait bien envie de le faire avec d’autres langues, mais c’est évidemment une tâche tout à fait complexe qui mérite des spécialistes et un travail sur l’image, compliqué à mettre en œuvre. Donc, la différence entre une traduction respectueuse de ses lecteurs et une traduction mécanique apparaît à l’évidence dans ce que j’exposais à l’instant. On voit bien aussi que l’ordinateur seul ne suffit pas. Rien ne remplace l’être vivant, et si possible, le voyageur imbibé de la culture de l’autre : pour l’instant, cela reste évidemment un problème au cœur même des différences de pays et de cultures que la langue exprime. Il s’agit donc pour nous de voir comment nous pouvons proposer un travail de qualité dans ce grand chamboulement technologique et littéraire, et de nous emparer des nouveaux supports de lecture pour en faire des lieux d’œuvres traduites dans le respect de la langue. Il est notable d’ailleurs que nos échanges aient lieu le lendemain du jour où « l’iPad » est arrivé sur le marché, puisque c’est évidemment une nouvelle étape dans l’utilisation de modes de contacts avec les livres ou avec l’écrit, un bouleversement complet qui va certainement entraîner de nouveaux usages et de nouvelles réflexions.

2Mais au cœur de ces problèmes majeurs, se trouve avant tout la traduction littéraire qui nécessite qualité et formation et c’est le sujet que va tout d’abord traiter Françoise Wuilmart, directrice du Centre européen de traduction littéraire et du Collège européen des traducteurs littéraires de Seneffe en Belgique. Si l’expression fidèle est fondamentale, la compréhension de l’œuvre, parce qu’elle est traduite, implique des modalités de lecture particulières, notamment dans l’enseignement, comme va nous le montrer ensuite Anne-Rachel Hermetet, professeur de littérature comparée à l’université d’Angers. Mais qu’en est-il lorsque dessins et textes se croisent, comment les traduire ou les adapter dans une autre culture ? Loïc Jombart, auteur de bandes dessinées, nous apportera son témoignage de dessinateur avant que Marina Mureşanu Ionescu, professeur à l’université AL. I. Cuza de Iaşi en Roumanie, ne nous parle de la réception de l’œuvre de Julien Gracq par des lecteurs d’une autre culture européenne.

3Ces réflexions relatives à un sujet ou une œuvre seront ensuite élargies et débattues par Pascal Charvet, Bernard Combeaud, Antoine Fraile, Françoise Garnier-Corver, Lucie Albertini-Guillevic, Maryla Laurent et Françoise Wuilmart, tous en tant que traducteurs confrontés à la difficulté de rendre la littérarité d’une œuvre.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search