Version classiqueVersion mobile

Le français et les langues d'Europe

 | 
Françoise Argod-Dutard

3e partie. Le français et les langues d'Europe dans leurs usages spécialisés

Conclusion

Michel Rabaud, Romain Vignest et Françoise Wuilmart

Texte intégral

1La traduction de textes spécialisés pose donc de nombreux problèmes, notamment celui de l’adaptation des lexiques d’une langue à l’autre et, inévitablement, celui de l’acceptation, en fonction des contextes, des mots nouveaux.

Néologismes et conditions d’acceptation

Question de structures linguistiques

2[F. Wuilmart] Quand je dois traduire « la taille, la petitesse », de l’allemand vers le français, il n’y a pas de mot : « petitesse », en français, veut dire « mesquinerie, sournoiserie », etc. Puis-je dire en français « la petitesse de la table m’oblige à… » ? Mon éditeur ne va pas accepter qu’une traductrice puisse écrire cela. La traduction doit se faire selon des lois surtout dans une langue très corsetée comme le français qui n’est ni créative ni souple, alors que, dans les langues germaniques, des particules verbales ou des adjectifs expriment beaucoup de nuances avec une grande facilité.

3Nous avons en Belgique un grand poète, Jean-Pierre Verheggen, qui n’arrête pas de faire des néologismes. Si Le Clézio met « la petitesse de la table », personne ne va murmurer : c’est Le Clézio, il fait évoluer la langue française. Si moi, dans une traduction, je mets « la petitesse de la table », on va dire que je traduis mal, que je ne connais pas le français. C’est, en somme, aussi une question d’autorité.

Question d’usage

4[M. Rabaud] Le néologisme d’usage est très ancien. Vous dites que la langue française est très corsetée et cela a été beaucoup dit : le Dictionnaire des précieuses, de Somaize, en est une illustration, les remarques de l’abbé Desfontaines, qui a assassiné le dialogue de Marivaux, une autre. Il y a des néologies d’usage, bien sûr, c’est l’usage d’un terme qui peut s’étendre et qui devient, de fait, néologie. Pour qu’il y ait reprise de mots nouveaux dans la langue, il faut qu’ils soient utiles, que les mots entrent bien dans le parler, soient pris par de bons auteurs ou de bons traducteurs, et qu’ils plaisent. L’Académie française est, à cet égard, un peu fautive de ne pas avoir introduit, dès 1990, le mot courriel alors qu’elle avait accepté le mot autobus. Le retard qu’on a pris avec le mot courriel a fait que les deux mots e-mail, emprunt de l’anglais, et courriel sont juxtaposés. Mais il y a une peur de la néologie chez le locuteur français.

Création et acceptation

5[R. Vignest] On ne peut pas créer n’importe comment. Il faut pouvoir acclimater le mot et prendre en considération l’arrière-pays d’une langue pour parler comme Char et si la Pléiade, par exemple, est un formidable moment de création linguistique, c’est aussi parce les mots qui y sont créés le sont à partir d’étymons qui sont ceux, plus largement, de la langue française. Donc créer des mots passe aussi par la prise en considération de l’étymologie, des étymologies grecque et latine. À cet égard, un des mots récents, un des néologismes tout récents dont le succès a été formidable et heureux d’ailleurs, c’est « ordinateur ». Or qui a créé ce mot ? C’est Jacques Perret, un de nos éminents latinistes.

6Si la langue française est corsetée, cela ne l’a pas empêchée d’être extraordinairement féconde d’un point de vue littéraire et même sans doute d’autant plus qu’elle l’était : une forme fixe est souvent un gage de créativité pour un auteur et tous les sonnets ne se ressemblent pas, il s’en faut de beaucoup. Sans doute faut-il une dialectique entre une certaine créativité, une certaine prolifération et la contrainte d’un tri et d’un philtre. C’est aussi valable pour les usages à contre- emploi d’un mot. Ce qui est intéressant dans l’emploi d’un mot comme petitesse, c’est justement de l’utiliser par rapport aux connotations habituelles, et de jouer sur le code. C’est important d’avoir un code, même un code très rigide, parce qu’il permet la créativité du jeu. On crée, par rapport, en décalage, ou contre un code. Je pense aux recherches de Claude-Gilbert Dubois, par exemple, et à sa vision du baroque et du maniérisme.

7[F. Wuilmart] En effet, seuls, les grands poètes et les littéraires peuvent créer à partir de ce code corseté du français. Mais il n’est pas possible qu’un enfant allemand de cinq ans crée des mots français dans l’usage quotidien, il faut être un poète pour faire sauter les normes sévères de la langue française. Même si elle est féconde et si l’on peut créer à partir d’elle, ce privilège n’est pas réservé à tous. En allemand et en anglais, au contraire, on crée en permanence et n’importe qui peut créer des néologismes. Si je prends, en allemand, le sémantème Tanz, « la danse », je mets des particules verbales qui existent (il y en a une vingtaine), et je vais créer vingt mots qui ne sont pas dans le dictionnaire, mais qui sont créatifs et admis : die Nacht vertanzen, par exemple, signifie : « gaspiller sa nuit à danser ». La créativité est au cœur des langues mais elle est d’accès variable selon les structures linguistiques et les usages.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search